Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lutte contre les stupéfiants en Égypte

 | 
Alain Roussillon

Introduction

Texte intégral

Je remercie Nashwa AL-AZHARI pour sa contribution précieuse à la traduction de certains de ces textes.

1« Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés...  » La pertinence de la métaphore médicale qui s’impose à la presse égyptienne pour traiter du problème de la drogue en Égypte se justifie de divers points de vue. D’une part, elle désigne le caractère « endémique » du phénomène, en même temps que le fait qu’il passe par différentes phases : l’Égypte a expérimenté, depuis le début de ce siècle, diverses formes de toxicomanies qui correspondent, dans l’analyse qu’en fait la presse, aux différentes phases d’une seule et même « épidémie ». Le haschisch, permanent dans le paysage égyptien depuis des temps immémoriaux, à propos duquel Clot bey écrivait déjà, au début de ce siècle : « Les Égyptiens sont, de toutes les races, la plus portée au haschisch, dont les effets répondent aux qualités propres et à la nature de ce peuple et au goût qu’il manifeste pour tout ce qui est étrange ou merveilleux. » L’opium, presque aussi constant, mais dont le coût plus élevé restreint quelque peu la propagation. Après la première guerre mondiale, la cocaïne et l’héroïne font dans le pays une première incursion, dans les classes enrichies par le boom du coton, mais aussi dans l’embryon de prolétariat égyptien employé dans les filatures ou le bâtiment. On raconte même que certains entrepreneurs peu scrupuleux payaient leurs ouvriers pour partie en cocaïne, d’une part, pour augmenter leur productivité, et d’autre part, pour se les attacher plus sûrement. Depuis le début des années 70, du fait de la flambée des prix des stupéfiants « naturels », occasionnée par une série de campagnes de répression, de nouveaux produits « de synthèse » ont envahi le marché – amphétamines, Maxiton, psychotropes divers, consommés seuls ou en « cocktails » – ainsi que, ces derniers temps, l’héroïne elle-même, qui effectue un retour en force en Égypte, si l’on en juge par la multiplication des saisies opérées par les services de répression.

2Une épidémie encore, en ce sens que le « fléau » concerne l’ensemble de la population, riches et pauvres, paysans et citadins, vieux et jeunes, chômeurs et actifs. Combien y a-t-il d’usagers, occasionnels ou réguliers, de drogue en Égypte ? Bien peu se risquent à donner un chiffre, mais l’on estime que la moitié au moins de la production totale de haschisch du Liban (autour de 500 tonnes par an) est exportée vers la vallée du Nil. Les arrestations opérées par les forces de l’ordre, ou les indices de fréquentation des rares institutions de soin aux toxicomanes, ou encore les quelques enquêtes effectuées par les organismes gouvernementaux de recherche (principalement le Centre National de Recherches sociales et criminologiques) montrent que si certaines professions ou catégories sociales sont plus exposées que d’autres, aucun secteur de la société n’est exempt de la « contagion ». Tout au plus ces données permettent-elles de repérer les clientèles spécifiques de tel ou tel produit, ainsi, par exemple la banalisation progressive de l’usage des amphétamines en milieu étudiant, notamment en période d’examens.

3Un mal endémique, enfin, impossible à éradiquer complètement, de l’aveu même des responsables, et contre lequel il a été Jusqu’à présent impossible de tenter autre chose que de lutter contre ses symptômes les plus voyants, ainsi la vente à découvert, en s’attaquant sporadiquement aux quartiers « chauds », notamment Batniya, forteresse des trafiquants au cœur même de la capitale égyptienne.

4Dans le discours des responsables de la répression, la métaphore médicale laisse la place au vocabulaire militaire. C’est d’une guerre qu’il s’agit, contre un ennemi puissant et bien organisé, qui a opéré sa jonction avec les forces de la contrebande internationale, et dont l’action met en péril la sécurité même de l’Égypte. Les autorités semblent avoir récemment pris conscience du fait que la situation socio-économique du pays depuis le début de la période de l’Infitâh (Ouverture économique) – origine et répartition des richesses, spéculation, élargissement des inégalités sociales, aggravation de la misère urbaine,...– fait de leur pays une cible et un marché privilégié pour les trafiquants de drogue de tout poil. Une guerre que ces mêmes autorités redoutent de perdre alors même qu’elles affirment plus fort être en train de la gagner. L’inquiétude dominante est aujourd’hui de voir la vallée du Nil passer du statut de consommateur à celui de producteur de drogue. L’Égypte n’exportait-elle pas vers les Etats-Unis un opium de toute première qualité à l’époque de Muhammad Ali ? De fait, plus de 2,5 millions de plants de pavot ont été saisis en 1983, principalement en Haute-Égypte, dans la région de Sohag et d’Assiout, mais aussi dans le Sinaï, à al-Arish.

5Quels sont les paramètres qui permettent de rendre compte de l’ampleur du phénomène et d’évaluer l’efficacité des mesures mises – ou non – en œuvre pour le combattre ? Quantités de drogue saisies ou quantités consommées ? Coûts pour l’économie égyptienne ou nature des produits concernés ? Nombre des intoxiqués ou nombre des arrestations ? En fait, aucun de ces critères n’apparaît de nature à permettre de cerner le problème. Plus même, ils contribuent à dissimuler les dimensions économiques, sociales, politiques et culturelles du phénomène beaucoup plus qu’ils ne permettent de lever un pan du voile qui le recouvre.

6La hausse des prix des stupéfiants « naturels » (hashisch, opium) est-elle un effet positif de la lutte menée contre les trafiquants traditionnels, ou favorise-elle l’expansion de toxicomanies de substitution, encore plus graves, en même temps que de nouvelles formes de criminalité ?

7De la même façon, la dispersion des trafiquants, chassés de leurs sanctuaires traditionnels de Batniya et du vieux Caire par les opérations de police rendra-elle plus efficace leur poursuite ou au contraire facilitera-t-elle la dissémination du fléau ?

8Quelle est la fonction d’un appareil législatif qui menace de la peine de mort la contrebande de stupéfiants – peine Jamais appliquée depuis son instauration en i960 – et qui relâche au bout de trois mois, en moyenne, les quelques « seconds couteaux » sur lesquels la police parvient à mettre la main ?

9Ou encore, les coûts économiques imputables à la consommation de drogue, importée et payée en devises rares (coûts évalués à deux milliards de dollars en 1984) ne sont-ils pas compensés, dans l’esprit de certains responsables, par le répit que procure au régime la « neutralisation » de toute velléité d’opposition chez les amateurs de « paradis artificiels » ?

  • 1 voir glossaire, p. 133 et s.

10Tout autant qu’un problème économique, la question de la lutte contre la drogue est un problème éminemment politique en Égypte : tout porte à penser que, beaucoup plus que les stupéfiants eux-mêmes et que leurs effets sur les masses égyptiennes, c’est l’usage qu’il est possible de faire des fonds considérables que le trafic permet de dégager que redoute le pouvoir. A plus d’une reprise, dans les textes que nous présentons, trafic de drogue, trafic de devises et trafic d’armes sont mis en relation. Il faut y voir l’enjeu principal de la campagne engagée au cours de ces derniers mois avec une vigueur véritablement sans précédent par le ministre de l’Intérieur, le général Ahmad Rushdi, contre les mu’allimîn al-kibâr1.

  • 2 voir glossaire, p. 133 et s.
  • 3 Le principal ouvrage de référence en français reste celui du psychanalyste égyptien Sami ALI, Le ha (...)

11Pour autant, on ne saurait négliger les enjeux sociaux et culturels de la consommation de stupéfiants dans toutes les classes de la société égyptienne. Elémént de sociabilité, pour ne pas dire de convivialité, le kayf2 est lié à la sexualité même de l’homme égyptien, comme l’ont montré plusieurs études3, et comme en atteste le discours des intéressés eux-memes, qui évoque la vigueur et l’endurance que procure la « fumée bleue » – revers de la médaille, si l’on ose dire, de l’excision, qui continue à concerner près de 80 % des femmes égyptiennes.

12Par tous ces aspects, la drogue apparaît comme une sorte de « phénomène social total », concernant tout à la fois l’économique et le social, le ‘politique et le culturel, et sa répression – ou les tolérances et les complicités dont bénéficient les trafiquants et les usagers – engage directement le devenir même de la société égyptienne. En témoigne l’ampleur du débat engagé voilà près d’un an sur cette question, auquel ont participé l’ensemble des médias et des organes culturels et auquel se sont associées toutes les grandes « plumes » que compte l’Égypte contemporaine. Par delà la diversité des intervenants et des prises de position, un certain nombre de traits communs aux différentes contributions à ce débat permettent de constituer en « corpus » l’ensemble des discours tenus en Égypte sur la drogue :

  • D’une part, ces discours ont en commun de tenter de déchiffrer la société égyptienne à partir de ses zones de plus grande « dangerosité », là où les procédures du contrôle social perdent leur efficacité et révèlent leurs limites : la drogue – ou à tout le moins les nouvelles toxicomanies – remet en question la famille, l’éducation, les valeurs, et, de proche en proche, tous les ressorts de l’identité et de la sociabilité. Ce faisant) ils contribuent à cerner la « part maudite » de la société, fondement inavoué et inavouable du vécu collectif, revers de la médaille des discours et des valeurs « officielles » auxquels les dimensions mêmes du problème des stupéfiants en Égypte apportent en quelque sorte un démenti.

  • De la même façon, ces discours ont en commun de dire le sens de l’histoire récente de l’Égypte. Ils en tirent la « morale », c’est à dire qu’ils jugent moralement les effets de cette histoire dans le quotidien de la société. A ce niveau, la drogue apparaît comme une sorte de grille de déchiffrement des grandes options politiques, économiques ou sociales du pouvoir, révélateur des rapports de force internes entre les intérêts qui s’affrontent en même temps que de l’efficacité des politiques mises en œuvre. Les diverses prises de position par rapport au problème des stupéfiants sont ainsi en même temps des prises de position par rapport à l’action du pouvoir lui-même.

  • Enfin, les discours sur la drogue ont en commun de fournir à ceux qui les tiennent l’occasion de dessiner, au moins « en creux », la représentation d’une société « vertueuse », d’une Égypte idéale où ne se poserait plus le problème des stupéfiants car l’ensemble des problèmes sociaux y auraient trouvé une solution. En ce sens, la lutte à laquelle on appelle contre les trafiquants et leurs poisons a tous les caractères de la croisade, pour ne pas évoquer ici le jihâd, présentant en quelque sorte un modèle condensé de l’effort que la société doit accomplir sur elle-même pour se réaliser et pour accomplir son destin.

13Ce sont ces dimensions du débat sur la drogue en Égypte que ce dossier se propose de présenter à travers une séléction de textes et de documents empruntés pour l’essentiel à la presse et qui contribuent à dessiner une image collective du problème et de ses enjeux. Une image contrastée, qui trouve son origine dans certaines professions en particulier – médecins, policiers, psychologues, universitaires,...– qui se voient reconnaître une sorte de monopole sur le discours légitime concernant cette question, mais dont l’« imaginaire » populaire de la drogue n’est jamais absent, et pour cause : la diffusion des stupéfiants en Égypte, si elle est due à la ruse et à l’opiniâtreté des trafiquants, repose sur une « culture de la drogue » profondément enracinée dans toutes les classes de la société depuis le xiiéme siècle ayyoubide, époque où le haschisch fut introduit en Égypte par des mystiques venus de Syrie, et où figure en bonne place la conviction que, à la différence de l’alcool, l’islam n’interdit pas à ses fidèles la consommation de stupéfiants.

***

14Les textes que nous présentons sont organisés de la façon suivante :

  • Dans une première partie, le lecteur trouvera les éléments d’une « phénoménologie » de la drogue en Égypte, qui tirera parti des quelques recherches récentes ou moins récentes publiées sur cette question et des nombreuses enquêtes journalistiques publiées depuis plus d’un an. 11 s’agira tout d’abord de tenter de cerner les dimensions et l’évolution du problème en même temps que de mettre en évidence les éléments de sa représentation.

    • 4 Le général Ahmad Rushdi a démissionné à la suite de la révolte des conscrits des forces centrales d (...)

    Une seconde partie tentera de mettre en évidence les enjeux d’une répression, c’est à dire le type de relations qui s’instituent entre l’État et la société dans le contexte de la lutte contre les stupéfiants. Le ministre de l’Intérieur, Ahmad Rushdi4, s’est juré que 1986 serait l’année où la drogue disparaîtrait définitivement du paysage social égyptien. On évoque de plus en plus fréquemment dans la presse l’expérience chinoise, seul État au monde à avoir réussi à éradiquer définitivement (?) la toxicomanie de son territoire. Une telle entreprise impliquerait, outre la volonté politique de sa mise en œuvre, le recours à des procédures « exceptionnelles », tant sur le plan de la pratique judiciaire qu’en matière d’assistance aux toxicomanes – véritable reprise en main de la société par l’État qui s’accomoderait mal du climat « libéral » – au sens politique du terme, mais surtout au sens du marché – en vigueur aujourd’hui en Égypte.

  • Enfin, une troisième partie regroupera un certain nombre de documents iconographiques ou littéraires qui mettent particulièrement en évidence l’ambiguité même du regard social sur la drogue : objets de discours et de prises de position volontiers moralisatrices, la drogue apparaît aussi, dans la caricature, dans le roman ou dans l’humour populaire, comme une sorte de code ou de convention grâce auxquels peut s’opérer la mise en représentation de la société elle-même. Dans ces documents, la drogue est à la fois objet de discours et vecteur du sens qu’elle permet, métaphoriquement, de mettre à jour. En ce sens, on peut parler, à l’instar de la sagesse du fou, d’une sagesse des hashshàshîn, dont le regard et les discours délirants mettent à nu les contradictions de la société elle-même.

Notes

1 voir glossaire, p. 133 et s.

2 voir glossaire, p. 133 et s.

3 Le principal ouvrage de référence en français reste celui du psychanalyste égyptien Sami ALI, Le haschisch en Égypte, essai d'anthropologie psychanalytique, Paris, Payot, 1971.

4 Le général Ahmad Rushdi a démissionné à la suite de la révolte des conscrits des forces centrales de sécurité, en février 1986.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable