Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimensions sociales de l’enseignement en Égypte

Conditions et conséquences d’un supplément d’études en France

Olivier Dubois, Amira Machhour et Jean-Louis Pierrat

Entrées d'index

Mots clés :

enseignement, France, mobilité

Texte intégral

1Définir les conséquences socio-professionnelles d’un supplément d’études en France en interrogeant les boursiers de la Coopération Franco-Egyptienne, tel est le but de cette étude.

2Le questionnaire que nous avons établi pour réaliser cet objectif principal, visait en outre à prendre connaissance des idées et des réactions concernant le séjour en France des boursiers et des stagiaires.

3Nous avons eu recours à un fichier préexistant, regroupant environ 200 personnes spécialisées en Droit, Economie, Sciences Politiques, Sociologie, Commerce, Lettres, Psychologie.

4Afin de compléter cet échantillon, nous avons fait appel au Centre de Documentation universitaire, Scientifique et Technique (C.E.D.U.S.T.) pour les techniciens et au Centre d’Etudes et de Documentation d’Informations Médicales (C.E.D.I.M.) pour les médecins. De plus, nous avons essayé de profiter des contacts personnels existant entre anciens boursiers.

5Pourtant, malgré le nombre important d’anciens boursiers, nous n’avons pu en consulter qu’une petite partie (40), qui nous semble cependant pouvoir être considérée comme représentative. Cette limite est due à un certain nombre de difficultés : changement d’adresse, quasi-impossibilité de contacter les gens par téléphone, mutations à l’étranger, absence d’une infrastructure permettant de conserver des relations avec les anciens boursiers, surtout ceux du secteur privé.

6Il s’ensuit qu’un grand nombre des réponses obtenues proviennent d’Egyptiens qui sont restés en contact avec les Centres de Coopération Franco-Egyptiens, ne serait-ce qu’à travers les institutions où ils travaillent. Cela explique que la fonction publique est la seule représentée dans notre échantillon. (Cette unité dans les réponses nous a semblé préférable étant donné le nombre très réduit, donc non représentatif, des boursiers attachés au secteur privé que nous étions à même d’interviewer.)

* *

*

7Le questionnaire (Voir annexe).

  • Renseignements sur la personne elle-même,

  • Déroulement des études,

  • Bénéfices tirés du séjour en France.

8Enfin, la dernière question, ouverte, laissait aux boursiers une certaine liberté d’expression qui devait nous permettre d’apprécier la spontanéité des réponses précédentes. En effet, celles-ci pouvaient être dictées par le souci de « faire bonne figure » afin d’obtenir, le cas échéant, une autre bourse.

9Ici, il est important de préciser qu’une bourse est censée déboucher sur l’acquisition d’un degré universitaire supérieur, alors qu’un stage a pour un but de documentation (thèse), ou de perfectionnement d’une technique qui peut éventuellement être sanctionné par l’obtention d’un diplôme spécialisé extra-universitaire (Diplôme de l’I.I.A.P., d’interprétariat, d’informatique avec le CEPIA par exemple).

10Dès le début, nous avons pu répartir les interviews en deux grands ensembles ainsi définis :

  • Ceux que nous appellerons les « techniciens », c’est-à-dire les ingénieurs, chimistes, physiciens, ainsi que les médecins qui se rendent généralement en France pour acquérir une technique ou une pratique particulière.

  • Ceux que nous appellerons les spécialistes en Sciences Sociales : c’est-à-dire les personnes ayant étudié le Droit, l’Economie, la Science Politique, la Sociologie, Les Lettres, la Philosophie, l’Administration Publique, la Psychologie.

11A l’intérieur de ces deux groupes, nous avons trouvé des subdivisions en fonction de 2 facteurs. Le premier est la date du départ en France : plus on s’éloigne dans le temps, moins les réponses sont critiques. Le second est la durée du stage ou de la bourse. A ce propos, le degré de connaissance antérieure du français semble un élément déterminant pour le profit tiré par le boursier de son séjour, particulièrement pour les stages de courte durée.

I — Conditions de départ

12A — La première remarque qui s’impose est que, dans leur quasi-totalité, les boursiers interviewés ont obtenu leur bourse ou leur stage par le biais de leur fonction : selon leur ancienneté, leur position hiérarchique, ou à l’issue d’un examen interne.

13Ensuite, il nous est apparu que la plupart des boursiers ne cherchaient pas particulièrement à partir en France, mais que les accords entre leur université ou leur administration de rattachement et le service des bourses français leur offraient une occasion dont ils étaient généralement contents de profiter.

14Trois personnes seulement ont fait de réels efforts :

15L’une fonctionnaire à l’Agence Centrale d’Organisation et d’Administration a obtenu une seconde bourse (à l’âge de 53 ans) à la fois pour obtenir un diplôme extra-universitaire d’informatique et pour essayer d’accéder au degré nécessaire pour passer sa thèse d’Etat. La seconde, juriste, a été réclamée par un professeur de Droit français, et la troisième a travaillé pendant sept ans en liaison avec le C.E.D.E.J. avant de partir en stage de 6 mois.

16Signalons, que généralement les « techniciens » partent en bourse ou en stage au niveau du doctorat alors que les « non-techniciens » partent plus souvent au niveau d’une licence.

17B — Sans pouvoir affirmer que la connaissance du français est une condition essentielle à l’attribution d’une bourse, on note cependant que tous les interviewés, sauf 14 % possédaient plus ou moins bien la langue.

  • * Ces chiffres ne tiennent compte ni du nombre d’années ni du type d’école (écoles gouvernementales, (...)

18Ces 86 % se répartissent comme suit, selon le niveau de leurs études antérieures en français :*

Primaire 8 %

Secondaire 22 %

Prim. + Second. 34 %

Prim. + Second. + Universitaire 19 %

Second + Universitaire 3 %

19Cependant 26 % de ces personnes ont dû suivre à nouveau des cours de français avant ou pendant leur séjour en France.

20Au total 41 % des boursiers ont suivi des stages de français dont 14 % à la fois en Egypte et en France. 8 % ont suivi uniquement les cours au CCF et 19 % ont étudié la langue uniquement en France (stages allant de 1 à 12 mois).

21La plupart des personnes interrogées nous a semblé avoir un niveau satisfaisant en français. Ce qui, en comparaison avec le niveau souvent médiocre des boursiers postulants que nous avons l’occasion de voir dans notre travail, nous semble un résultat positif.

22Les boursiers eux-mêmes ont suggéré qu’un apprentissage plus poussé de la langue leur serait nécessaire, ainsi que la création d’une structure qui leur permettrait de rester en relation avec les Centres Français pour conserver ou même améliorer le niveau de langage acquis au cours du séjour.

II — Conditions de séjour

23Plus de 2/3 des boursiers ont vécu à Paris et nombre d’entre eux se plaignent des conditions de vie qu’ils y ont trouvé. Alors que ceux qui ont habité la Province sont beaucoup plus satisfaits. Certains parmi ceux qui ont connu les deux modes de séjour conseillent même de convaincre les Egyptiens « d’aller voir ailleurs qu’à Paris ». Pour eux, il y est beaucoup plus facile de s’adapter et de se mettre en contact avec les Français, la vie y est moins chère, et on y trouve plus de facilité pour se loger. Cependant, encore aujourd’hui, il est toujours difficile de convaincre les boursiers d’aller ailleurs qu’à Paris, car ils pensent que les moyens d’étude et de culture manqueront hors de la capitale.

24L’argent et le logement sont les principales critiques émises par les boursiers : 3/3 se plaint du montant de la bourse, qualifié de « modeste ». Ce montant, en 1980, se situe entre 1 500 et 2 300 F.F. Plusieurs boursiers suggèrent d’augmenter le montant de la bourse, même aux dépens du nombre des bénéficiaires.

25Pour le problème du logement, la moitié ont réussi à vivre en Cité Universitaire. Quant aux autres, ils habitaient soit en appartement (trop cher), soit à l’hôtel (trop cher), soit en foyer (cette solution mécontente les usagers, car ils considèrent les foyers comme des ghettos).

26Le problème des contacts avec les Français est soulevé même par ceux qui ont été le plus favorisés ; l’accueil est souvent mal organisé ; les Français, surtout à Paris, sont d’un abord difficile ; l’assimilation de la culture demande de gros efforts, qui ne sont pas, aux dires de certains interviewés, fournis par tous les boursiers. Un boursier, officier de police, a même été « frappé par un racisme plus ou moins marqué suivant les régions ».

27Enfin, certains se plaignent de la longueur des procédures administratives (cartes de séjour par exemple) et d’un certain laisser-aller à leur égard : ainsi la situation familiale du boursier est le plus souvent ignorée.

28En conclusion, certains boursiers suggèrent d’instaurer des relations soit avec leurs prédécesseurs, soit avec des boursiers français, afin de préparer leur départ dans les meilleures conditions : échange entre familles, pré-connaissance de certaines difficultés inhérentes à la bourse, conseils préliminaires pour faciliter l’adaptation matérielle et culturelle.

III — Conditions d’études

29A — Ainsi que nous l’avions précisé, dans l’introduction de cette étude, nous reprenons la distinction entre « techniciens » et « non-techniciens ». Et pour chacun de ces deux ensembles, nous avons établi des statistiques sur les modalités et le niveau d’études :

30Techniciens : La totalité des « techniciens » est partie au niveau du doctorat, 60 % d’entre eux en tant que boursiers. La durée moyenne de la bourse est de 3 ans, et six mois (minimum 2, maximum 6 ans). Pour 50 % des boursiers, le programme d’études a été fixé définitivement en France. En ce qui concerne les stages, leur durée moyenne est d’un peu plus de 9 mois (minimum 3, maximum 15 mois). Et pour 50 %, le programme était défini avant le départ.

31Non-Techniciens : 15 % seulement de ceux-ci ont obtenu une bourse, dont la durée se situe entre 9 mois et 8 ans (moyenne : 3 ans 8 mois). Les diplômes obtenus grâce à la bourse sont soit le DEA, soit le doctorat de 3ème cycle ou d’Etat. Le programme a été fixé pour la moitié en Egypte, pour l’autre en France.

32Pour les stagiaires (85 %) la durée, qui va de 3 mois à 3 ans, est en moyenne de 11 mois. (Il faut repréciser ici que nous avons appelé stage toute étude ne débouchant pas sur un diplôme du cursus universitaire). La licence est le diplôme qu’avaient, au minimum, les stagiaires. C’est aussi le niveau le plus courant (82 %). Les 18 % restant sont partis pour réunir une documentation en vue d’une doctorat… Dans ces 82 % un peu plus d’un tiers ont suivi les cours de l’Institut International d’Administration Publique (I.I.A.P.) dont le programme est fixe. 56 % ont défini leur plan d’étude avant de partir. Il nous semble intéressant de souligner que la presque totalité des stagiaires savaient donc, avant leur départ, ce qu’ils étaient appelés à étudier en France, au moins dans ses grandes lignes.

33Notons, par ailleurs, que 25 % des « non-techniciens » ont étudié dans un autre pays que la France (Angleterre, Allemagne, Espagne, Etats-Unis, Hollande, Italie).

34B — Les boursiers, d’un point de vue individuel, ont rencontré deux problèmes essentiels : d’abord celui de l’adaptation à un programme et à une façon de travailler auxquels ils n’étaient pas préparés. Le second problème est d’ordre linguistique : le niveau insuffisant en langue française a souvent nui à la compréhension des cours, ainsi qu’à une bonne intégration dans le milieu universitaire. Ainsi, dans les établissements réservés aux étudiants étrangers, certains se plaignent d’une trop grande différence de niveau en français dans les groupes de travail constitués.

35Etablir un fichier des professeurs français acceptant de travailler avec des étudiants étrangers : c’est la suggestion d’un boursier, motivée par des problèmes de relation avec les enseignants, qu’il n’a pas été le seul à rencontrer. En effet, beaucoup de professeurs sont réticents à travailler avec des stagiaires étrangers et les découragent souvent de continuer leurs recherches. Et même lorsque la coopération entre enseignants et enseignés est bonne, les stagiaires regrettent d’être beaucoup trop dépendants d’une seule personne (par exemple du directeur de thèse).

36Pour résoudre cette difficulté, il est suggéré par certains étudiants, d’associer les assistants des facultés à leur prise en charge ; ceux-ci, plus disponibles, peuvent plus facilement trouver un intérêt à collaborer avec des étrangers, surtout lorsque ces derniers ont déjà une grande expérience dans leur domaine et sont susceptibles de partager leur savoir avec leurs collègues français. Il n’en reste pas moins que nombre de boursiers ou de stagiaires ont rencontré en France des professeurs soucieux de les aider le mieux possible.

37En ce qui concerne les programmes d’études, il semblerait souhaitable de faire connaître aux partants les possibilités offertes par la France dans les différents domaines, afin qu’ils puissent préparer très précisément leur plan de travail. Et cela, le cas échéant, au moyen de contacts préliminaires avec les professeurs et institutions françaises. Les techniciens regrettent, entre autres, que la durée de la bourse ne soit pas toujours adaptée à leurs recherches et que celles-ci soient limitées par une certaine réticence à leur confier le matériel. D’autre part, certains boursiers ont été envoyés dans des laboratoires qui ne possédaient pas le minimum nécessaire à la poursuite de leur programme d’étude. Certains laboratoires de niveau bas ne survivent, ont dit certains, que grâce aux étudiants étrangers. Ces derniers n’en tirent alors guère de profit.

38Les « non-techniciens » sont en général satisfaits quand ils sont partis pour se documenter. Mais les étudiants inscrits à l’IIAP se plaignent du manque de profondeur théorique et même pratique du programme. En général, d’ailleurs, les étudiants n’aiment guère être orientés vers les établissements réservés aux étrangers, parce que les diplômes qu’ils délivrent sont eux aussi réservés aux étrangers et qui ne sont, de ce fait, pas reconnus en Egypte. La minceur du contenu de certains programmes de stage ne mécontente pourtant pas tout le monde : « Il reste alors beaucoup plus de temps pour se documenter sur d’autres sujets. »

39Justement, en ce qui concerne la documentation, des stagiaires ont eu des difficultés d’accès à certaines bibliothèques, telles celle de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et celle du ministère des Affaires étrangères. Quant à la Bibliothèque Nationale, elle est fortement critiquée pour son « système démodé. »

40Au chapitre des institutions, citons encore les critiques formulées à l’encontre du C.N.R.S. qualifié de « désinvolte », il refuserait, en effet, de communiquer ses documents et ses expériences.

41Terminons par un exemple illustrant les problèmes administratifs rapportés par une traductrice. Ayant oublié, par méconnaissance du système postal français, de préciser l’arrondissement dans lequel se trouvait son hôtel, elle ne peut recevoir la convocation à un examen. La négligence de l’administration qui n’a pas relu le dossier de cette étrangère, donc plus susceptible de commettre des erreurs de ce type, et qui, de plus, ose envoyer une lettre importante sans code postal, nous semble extrêmement regrettable. L’étudiante a vu ainsi l’intérêt de sa bourse diminuer de moitié.

IV — Conséquences de la Bourse

42La première constatation, après le dépouillement du questionnaire, est la suivante : les bourses ou les stages ne sont d’aucune utilité en ce qui concerne strictement la promotion professionnelle. Seuls les boursiers ayant obtenu un grade universitaire (doctorat) ont vu leur situation changer : promotion à la faculté, dans la fonction publique ou dans les hôpitaux. Mais ce changement professionnel aurait été le même, s’ils avaient obtenu ce grade en Egypte. En effet, comme nous l’avons déjà signalé, les diplômes extra-universitaires ne débouchent pas sur l’attribution d’un poste hiérarchiquement plus élevé.

43Cela dit, la quasi-totalité des boursiers et des stagiaires, se déclarent, d’une manière ou d’une autre, satisfaits (89 %). En effet, ils ont tiré de leur séjour en France des bénéfices qui sont de nature documentaire, culturelle, linguistique ou même plus simplement, en ont-ils tiré un certain épanouissement personnel et un gain de connaissances et d’expériences qui leur ont donné une compétence et une assurance accrue dans leur travail. En général, les personnes interrogées ont trouvé en France ce qu’elles étaient allées y chercher. Elles ne se faisaient semble-t-il pas d’illusions sur les conséquences, pour leur promotion, de ce stage ou de cette bourse. Preuve de cette absence d’illusions : certains stages de courte durée, sont considérés comme « publicitaires » et même essentiellement touristiques.

44Il ne s’est trouvé que 11 % des interviewés, tous « non-techniciens », pour se dire insatisfaits, soit parce qu’ils n’ont pas obtenu le doctorat prévu, soit parce qu’ils n’ont pas eu le temps de réunir toute la documentation souhaitée, ou de terminer leurs recherches. Et encore, sont-ils contents des bénéfices culturels tirés de leur séjour.

45A propos du manque de temps, il est nécessaire d’insister sur le problème de la prolongation des stages ou des bourses. Cette prolongation, désirée par beaucoup, est totalement soumise au bon vouloir des professeurs ou des institutions de prise en charge, sur des critères trop souvent subjectifs. Si l’on a la chance d’étudier à Toulouse, par exemple, la demande de prolongation sera plus facilement approuvée par le Directeur du CROUS qu’à Marseille ou à Nancy. En effet, à Toulouse, les étudiants étrangers semblent être plus facilement considérés comme des étudiants à part entière.

46Afin que les prolongations puissent être accordées en fonction de critères objectifs, certains suggèrent d’instaurer un système de rapport d’activités et de projets. Cela pourrait même être étendu à un rapport de fin de stage qui donnerait aux services français, des renseignements sur l’utilité de la bourse et permettrait de préciser la politique à suivre dans ce domaine. Et, du côté égyptien, on serait à même, grâce à ce rapport, d’évaluer les capacités acquises.

47Soulevons encore deux problèmes qui nécessiteraient une étude plus détaillée, et qui nuisent à la bonne rentabilité des bourses : celui posé par le fait d’être étranger quand on veut soutenir une thèse, et celui de la durée des études nécessaires à l’obtention d’un doctorat ès Sciences. Alors que dans d’autres pays, il existe des titres universitaires préparés en 3 ans permettant de devenir assistant-professeur (exemple : P.H.D. aux U.S.A.), la même qualification exige au minimum, 5 ans en France (doctorat d’Etat).

48Il est, à cet endroit, nécessaire de préciser que le doctorat de troisième cycle français équivaut au « Magister » égyptien lequel ne donne pas accès au grade de professeur. Les boursiers souhaitent donc passer une thèse d’Etat. Or, en France, on assiste de plus en plus à une restriction des possibilités de passer cette thèse. On demande donc aux étudiants étrangers de suivre d’abord la filière du 3ème cycle. DEA compris, pour pouvoir accéder au doctorat d’Etat. Ce qui implique au minimum, une bourse de 8 ans ! D’où la préférence ou le désir de plusieurs personnes d’aller étudier dans d’autres pays.

49Une fois rentrés en Egypte, plus de la moitié des boursiers et stagiaires « non-techniciens » n’ont aucune relation avec les institutions françaises ; cela à cause du manque de temps ou à cause d’un manque de dynamisme du côté français. D’autre part, les relations conservées sont souvent des plus minces et presque symboliques. Les « techniciens », eux, à 90 %, (ce chiffre est déterminé par le fait que nous avons joint presque uniquement des boursiers ayant des contacts avec les Centres français) conservent des contacts soit avec le CEDUST, soit avec le CEDIM, soit avec des professeurs ou même des facultés et laboratoires situés en France. Ces relations profondes leur servent à essayer de réaliser des projets ou à se tenir au courant de l’actualité scientifique ; projets concernant leur spécialisation telle cette personne qui cherche à ouvrir un Centre pour le traitement des jeunes diabétiques, tel ce physicien qui aimerait pouvoir créer des structures semblables à celles des Instituts Universitaires de Technologie (I.U.T.) français.

50Pour les « non-techniciens » les projets, dans leur grande majorité, sont d’écrire des articles, études, ouvrages sur les institutions françaises qu’ils ont fréquentées ou sur certains aspects de la France qui leur paraissent intéressants à faire connaître. D’autre part, la documentation qu’ils ont réunie lors de leur séjour les amènera à prolonger leurs études, et même à en aborder de nouvelles qui n’auront souvent que peu de rapport avec leur sujet d’étude initial.

51Cependant, bien des projets ne peuvent être menés à terme qu’avec une aide française. Car c’est dans un contexte et des perspectives françaises qu’ils ont été formés, ce qui rend, parfois, leur réalisation délicate en Egypte. C’est sur ce point qu’un effort supplémentaire de la France rencontrerait un écho important et immédiat.

52En conclusion, le bénéfice social ou professionnel ne semble pas être l’apport ou la conséquence essentielle d’un supplément d’étude en France. Mais il ne faut pas négliger l’importance des bénéfices culturels et ne pas manquer de conserver et de développer au mieux les relations privilégiées que boursiers et stagiaires égyptiens ont nouées avec la France.

Annexes

Questionnaire

Conditions et conséquences d’un supplément d’études en France

  1. Sexe :

  2. Age :

  3. Profession actuelle :

  4. Profession avant le départ :

  5. Spécialisation — Etudes :

  6. Connaissance du français avant le départ :

  1. Stage

  1. En Egypte ou en France ?

  2. Durée

  1. Connaissance antérieure de la langue.

  2. Observations personnelles.

  1. Genre d’études en France.

  1. Stage — Durée ?

  2. Bourse

  1. Niveau ?

  2. Durée ?

  1. Lieu d’étude en France :

  2. Dans quel cadre vivait le boursier ?

  3. Le boursier a-t-il étudié dans un autre pays :

  1. Où ?

  2. Quoi ?

  1. Le programme d’études a-t-il été fixé :

  1. En Egypte ?

  2. En France ?

  1. A-t-il subi des changements :

  1. Si oui, après combien de temps ?

  2. Pourquoi ?

  1. Comment le candidat a-t-il pu obtenir une bourse :

  1. Par l’intermédiaire de son travail ?

  2. Par ses propres efforts ?

  1. Le boursier était-il en rapport avec une ou des institutions françaises :

  1. En Egypte — La ou lesquelles ?

  2. En France — La ou lesquelles ?

  1. Le boursier a-t-il rencontré, en France, des problèmes sur le plan des études :

  1. Si oui, lesquels ?

  1. Le boursier pense-t-il que ces problèmes auraient pu être évités dans un autre pays ?

  2. Quels étaient, en partant en France, les bénéfices espérés par le boursier ?

  3. Ses espoirs ont-ils été réalisés :

  1. Si oui, comment ?

  2. Si non, qu’est-ce qui a été réalisé ?

  1. De retour en Egypte, sa situation s’est-elle modifiée :

  1. Si non, pourquoi ?

  2. Si oui,

  1. Les changements ont-ils été immédiats ou différés.

  2. Quels ont été ces changements ?.

  1. Cela correspondait-il à ce qu’attendait le boursier ?

  2. Son séjour en France l’a-t-il poussé à former des projets susceptibles d’être réalisés à son retour :
    Si oui,
    a) A-t-il effectivement pu les réaliser à son retour ?
    Si non,
    b) Pourquoi ?

  3. Pour réaliser ses projets, s’est-il appuyé sur une aide française ? Sur une aide étrangère ?

  4. Est-il en rapport, actuellement, avec des institutions françaises :

  1. Si oui,

  1. Lesquelles ?

  2. Quel intérêt en tire-t-il ?

  1. Si non, Pourquoi ?

  1. Est-il retourné en France ?

  2. Aurait-il préféré avoir une bourse pour un pays autre que la France ?

  1. Si oui, pourquoi ?

  1. Remarques personnelles, suggestions :

Statistiques

BOURSIERS et STAGIAIRES égyptiens, présents en France au 1er janvier 1979.

I Non-Techniciens

A) Bourses :

76 bourses

Hommes : 75 % Femmes : 25 %

Durée moyenne : 4 ans et 2 mois

Paris : 48,6 % Province : 51,4 %

B) Stages :

67 stages

Hommes : 77,6 % Femmes : 22,4 %

Durée allant de 3 à 12 mois. Prolongation exceptionnelle.

Paris : 37,3 % Province : 44,8 %. Non précisé : 17,9 %

Spécialisation principale : Pédagogie pour 32,8 % des stages

II Techniciens

A) Bourses :

117 bourses

Hommes : 82 % Femmes : 18 %

Durée moyenne : 4 ans

Paris : 32,5 % Province : 67,5 %

B) Stages :

50 stages

Hommes : 72 % Femmes : 28 %

Durée allant de 3 à 12 mois. Prolongation exceptionnelle.

Paris : 62 % Province : 38 %

Spécialisation principale : Médecine pour 54 % des stages

III Comparaisons

A) Répartition des 193 bourses

Non- techniciens : 39,4 % Techniciens : 60,6 %

Hommes : 79,3 % Femmes : 20,7 %

Paris : 38,9 %

Province : 61,1 %

B) Répartition des 117 stages

Non-Techniciens : 57,3 % Techniciens : 42,7 %

Hommes : 72,2 % Femmes : 24,8 %

Paris : 47,8 Province : 42 %

Non précisé : 10,2 %

Notes de fin

* Ces chiffres ne tiennent compte ni du nombre d’années ni du type d’école (écoles gouvernementales, écoles de langues) où les études de français ont été faites. Cf. étude de MM BORELLI et ILBERT « Recrutement des étudiants de français. » Université du Caire.

Auteurs

Chargé de recherches au Centre d’Etudes et de Documentations Economiques Sociales et Juridiques (C.E.D.E.J.)

Chargée de recherches au Centre d’Etudes et de Documentations Economiques Sociales et Juridiques (C.E.D.E.J.)

Chargé de recherches au Centre d’Etudes et de Documentations Economiques Sociales et Juridiques (C.E.D.E.J.)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable