Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimensions sociales de l’enseignement en Égypte

Le recrutement des étudiants de français (Université du Caire), signe d’une mutation de la société égyptienne ?

Guy Borelli et Robert Ilbert

Texte intégral

Introduction

1C’est pour confronter à des données sinon objectives du moins relativement fiables les stéréotypes dont l’enseignement du français est trop souvent l’objet — et parfois la victime — que cette enquête a été lancée. En effet il est ordinairement admis que la bourgeoisie traditionnelle, chrétienne de préférence, envoie ses filles dans les écoles religieuses francophones et éventuellement ensuite dans les sections de français des universités pour qu’elles y reçoivent, en plus de la connaissance d’une langue de distinction, un vernis de culture et de bon ton qui donnera à ces futures maîtresses de maison, et par ricochet à leurs bienheureux maris, un surcroît recherché de prestige social. Et, sous la pression des idées reçues, nous avons nous-même été tentés de prendre pour argent comptant ces propositions trop souvent répétées.

2C’est donc peu de dire que les résultats de cette enquête nous ont d’abord profondément surpris, tant ils semblent remettre en cause bien des préjugés solidement enracinés. Mais, à la réflexion, ils nous ont semblé témoigner, sous un angle restreint et dans un secteur évidemment limité, d’une mutation profonde de la société égyptienne, dont il est très important de connaître les tenants — et les aboutissants — Aussi nous paraît-il aujourd’hui nécessaire de vérifier les données ainsi recueillies et les hypothèses que suggère leur traitement en lançant d’autres enquêtes du même ordre — mais au protocole plus fin et plus précis — dans d’autres universités, et peut-être même dans certaines écoles secondaires. En effet les changements profonds constatés dans le recrutement, le niveau de langue et de culture, les aspirations de la clientèle étudiante conduisent à réexaminer la finalité des études de français, leur contenu, leur programmation et jusqu’aux méthodes d’enseignement. C’est dans une telle perspective que nous invitons les responsables, tant français qu’égyptiens, à prendre connaissance des résultats de cette enquête et à les méditer.

1 — Le protocole de l’enquête

3Comme tous les protocoles à leur premier essai, celui-ci s’est révélé lors du dépouillement incomplet ou imprécis sur certains points (cf. l’exemplaire annexé au rapport).

  1. Une absence doit d’abord être expliquée : celle d’une question ayant trait au sexe de l’étudiant. En effet, les garçons sont dans les sections de langues si minoritaires que poser la question aurait suffi dans certaines classes à lever l’anonymat…

  2. En revanche, il est regrettable que ne figure pas dans le protocole une question sur le mariage (déjà conclu ou envisagé), puisqu’on dit, sans l’avoir vraiment jamais vérifié, que la plupart des étudiantes sont fiancées en 3ème année et comptent se marier à la fin de la 4ème année.

  3. D’autre part certaines questions, mal posées ou mal précisées, n’ont pas été bien comprises (sur le gouvernorat d’origine, la nature « laïque » ou « religieuse » des écoles fréquentées, par exemple). D’autres étaient trop vagues pour donner lieu à des réponses utilisables (sur les rapports avec des « institutions » françaises).

4Il n’est pas douteux qu’en vue d’un emploi ultérieur, ce questionnaire devrait être réexaminé, complété, affiné. Tel qu’il est, il nous fournit cependant, sur plusieurs points, des données d’une assez grande fiabilité, et, par leur convergence, d’un certain intérêt.

2 — Analyse globale

(nombre de réponses — âge moyen)

5Sur les quatre années du cursus normal, 173 étudiants ont rempli et rendu le questionnaire distribué. Ils sont répartis de la manière suivante :

58 en 1ère année

62 en 2ème année

37 en 3ème année

16 en 4ème année.

6Le petit nombre de réponses obtenues en 4ème année (16 sur 30 questionnaires distribués) surprend, sans qu’on puisse proposer une explication sûre de cette apparente absence d’intérêt. En revanche, pour les autres années, les chiffres correspondent approximativement à ceux des étudiants régulièrement présents aux cours, leur nombre oscillant entre 50 et 60 % du chiffre total des étudiants inscrits. On peut donc penser que, globalement l’échantillon atteint par le questionnaire est bien représentatif des étudiants qui poursuivent avec assiduité des études de français à l’Université du Caire.

L’âge moyen se situe entre 18 et 19 ans en 1ère année

L’âge moyen se situe entre 19 et 20 ans en 2ème année

L’âge moyen se situe entre 20 et 21 ans en 3ème année

L’âge moyen se situe entre 21 et 22 ans en 4ème année.

7Notons que si l’évolution est normale, la moyenne d’âge est légèrement plus élevée que celle des étudiants engagés dans un cursus comparable dans les universités françaises, l’écart étant, somme toute assez faible et peu significatif, étant donné que le questionnaire ne fournit que l’âge indicatif et non les dates exactes de naissance.

8Relevons enfin la présence d’au moins un étudiant de plus de 35 ans en 2ème, 3ème et 4ème années.

3 — Composition sociale (lieu de résidence, appartenance religieuse)

9Ces étudiants sont issus de familles de taille moyenne (pour l’Egypte) : moyenne 3,30 — médian 3. Le nombre des familles de 6 enfants et plus est relativement faible : 20 sur 170.

10Ils résident tous dans l’agglomération du Caire, et aucun n’habite officiellement Héliopolis, ce qui ne surprend guère, cette localité étant éloignée de l’Université du Caire et la carte universitaire en application depuis quelques années assignant les étudiants originaires d’Héliopolis à l’Université d’Ain-Chams.

11Il est étonnant en revanche qu’assez peu d’entre ces étudiants vivent dans les quartiers résidentiels de la bourgeoisie traditionnelle : 11 à Zamalek, 5 à Garden-City. Mis à part une vingtaine qui habite l’île de Rodah l’ensemble se répartit en deux groupes d’importance presque égale : 57 vivent dans les quartiers du Centre (Abdine, Kasr-el-Nil, Tallat-Harb), 63 dans les quartiers récents de la rive gauche (Doqqi, Agouza, Mohandessin, Guisah).

12Le simple examen des lieux de résidence incline donc à penser que, contrairement à ce que répandent des stéréotypes tenaces, la clientèle de la section de français de l’Université du Caire n’est plus essentiellement composée de jeunes filles issues de l’ancienne bourgeoisie francophone. Plusieurs indices concordants contribuent à affermir et affiner cette première conclusion.

131 / L’une des questions posées avait pour but de repérer les ascendances étrangères dont la fréquence semblait caractériser certaines couches de la bourgeoisie égyptienne tournée dans le passé vers l’Europe et brassée par plusieurs vagues d’émigration levantine. Même si cette question n’a pas été bien comprise par quelques étudiants, ces erreurs d’interprétation n’affaiblissent pas, tant ils sont massifs, la validité des résultats. En effet, sur 173 étudiants, 16 seulement ont des parents directs d’origine étrangère :

7 sont issus de familles syro-libanaises

3 ont un seul parent direct syro-libanais

6 ont un parent direct d’une origine étrangère différente.

14En ce qui concerne les grands-parents, vingt étudiants reconnaissent avoir des grands-parents d’origine turque, 7 autres des grands- parents d’une origine étrangère différente.

15D’une manière générale, on peut donc affirmer que les étudiants dont au moins l’une des branches de leur famille est de souche étrangère, et en particulier ceux issus de migrants turco-levantins sont très minoritaires.

162 / Plus intéressante encore est l’analyse des réponses portant sur l’appartenance religieuse. Un seul étudiant n’a pas répondu à la question posée, ce qui confirme, ce que l’on sait d’autre part, la vigueur du sentiment religieux dans les différentes confessions. Mais sur 172 étudiants qui indiquent leur appartenance religieuse, 126 sont musulmans, soit 72 % environ, et 46 chrétiens. S’il y a globalement sur-représentation de l’élément chrétien, ce pourcentage va s’affaiblissant d’année en année :

62 % en 4ème année (mais le trop petit nombre de réponses obtenues enlève à ce chiffre toute pertinence)

24 % en 3ème année

27 % en 2ème année

17,2 en 1ère année

17Ce dernier pourcentage se rapproche de la moyenne nationale (entre 10 et 15 % selon les estimations). Afin de vérifier l’hypothèse d’une évolution tendancielle qui mettrait fin à assez court terme à la surreprésentation de la minorité chrétienne, il serait souhaitable de poursuivre cette enquête en interrogeant l’année prochaine les étudiants entrant en 1ère année, et en étendant éventuellement à d’autres universités.

18En tout cas, en superposant les relevés de résidence et d’appartenance religieuse, on constate que si, sur 41 étudiants habitant le Centre traditionnel, 21 sont chrétiens ; en revanche sur 66 qui résident dans les quartiers neufs de la rive gauche, 11 seulement sont chrétiens.

19Il semble donc bien que la bourgeoisie chrétienne représentée à la section de français est une bourgeoisie de constitution plus ancienne ; aujourd’hui minoritaire par rapport à la bourgeoisie montante, à dominante musulmane, qui vit dans les nouveaux quartiers de la ville.

4 — Composition sociale et profession des parents

20Les réponses données aux questions portant sur la profession des parents fournissent un matériel dans certains cas difficilement exploitable, en raison de l’imprécision des termes employés. Que signifie en effet l’expression « retraité » (11 cas) ? A quels types de fonctions professionnelles et à quel niveau de compétence correspond le titre « d’ingénieur », appliqué libéralement en Egypte à différentes catégories de techniciens (17 cas) ?

21Il apparaît néanmoins, de manière assez claire, que les étudiants de la section de français se recrutent dans les couches sinon très aisées, du moins supérieures — par le niveau de formation et les responsabilités sociales — de la bourgeoisie.

22Parmi les parents nous trouvons en effet (sur un total de 150 réponses) :

32 hauts fonctionnaires (diplomates, généraux, directeurs de compagnies nationales, membres du gouvernement) ;

49 cadres supérieurs (directeurs de sociétés,) et membres de professions libérales (avocats, médecins, experts) ;

Ces deux catégories, à elles seules, correspondent à 55 % du nombre des emplois cités. Il faut y ajouter :

22 commerçants, mais seulement 11 employés et 2 professeurs (de faculté).

23Restent les « ingénieurs » dont — proportion inhabituelle — la moitié ont des femmes qui travaillent (surtout dans l’enseignement) : cette catégorie se situe peut-être socialement dans la moyenne (ou la petite) bourgeoisie.

24A ces observations générales il faut joindre quelques constatations particulières :

  1. Peu de femmes travaillent (35 sur 150) : mais quelle est dans ce domaine la moyenne nationale pour les différentes couches de la société ? La très grande majorité de ces femmes appartiennent à l’enseignement ce qui correspond en revanche à un phénomène observé dans bien d’autres pays ;

  2. Sur 10 femmes dont le mari est décédé, 9 ne travaillent pas, ce qui peut laisser supposer un assez haut niveau de revenus.

25Loin d’appartenir à la bourgeoisie traditionnelle — qui semble par ailleurs en voie d’appauvrissement et de résorption — les étudiants de la section de français se recrutent dans une bourgeoisie de constitution probablement relativement récente, fournissant à la société actuelle ses cadres supérieurs et au régime son personnel dirigeant, et dont le régime en retour favorise l’ascension et l’enrichissement.

5 — Fréquentation scolaire et tradition linguistique

  1. Les questions sur l’origine scolaire ont souvent été mal comprises, probablement parce qu’elles avaient été posées de façon trop sommaire. Cependant, comme on pouvait s’y attendre, il apparaît que la grande majorité des étudiants sortent des écoles de langues religieuses (Sacré-Cœur, Mère de Dieu) : plus de la moitié y ont fait l’intégralité de leurs études. Le rôle des « lycées » franco-égyptiens n’est pas négligeable : entre 10 et 20 % de l’ensemble en tenant compte du manque de fiabilité de certaines réponses. Aucun étudiant semble-t-il, ne vient d’une école du gouvernement. Des précisions fournies par quelques étudiantes permettent de relever plusieurs cas intéressants de passage du primaire religieux au secondaire laïque — uniquement en 1ère ou 2ème année — et toujours dans des familles musulmanes. Il s’agit probablement en l’occurence de réorientations relevant de la volonté de soustraire les jeunes filles à l’influence religieuse chrétienne.

  2. En revanche l’enquête nous fournit des renseignements plus originaux sur les mécanismes familiaux de la vocation et de la transmission linguistique.

  1. Le nombre des étudiants ayant eu dans leur enfance des « gouvernantes parlant français » est très faible : 5 en 1ère année, 1 en 2ème année. Nouveau signe de l’évolution des mœurs et des structures sociales.

  2. La quasi-totalité des étudiants sont issus de familles où régne le bi — sinon le trilinguisme.

  3. Contrairement à l’opinion reçue, et à un phénomène observé souvent dans d’autres familles, la connaissance du français n’est pas le privilège de la mère. En effet, au moins en 1ère et 2ème années, le nombre des pères ayant seuls la maîtrise du français est plus grand (12 contre 10 en 1ère année, 13 contre 10 en 2ème année). Il faut ajouter que les étudiants qui ont des parents connaissant tous deux le français et le parlant entre eux à l’occasion sont nombreux (25 en 1ère année, soit 42 % — 23 en 2ème année soit 38 % — 16 en 3ème année soit 42 %).

  4. Les parents, losqu’ils s’expriment entre eux dans une langue étrangère, emploient aussi souvent l’anglais que le français (20 contre 20 en 1ère année — 33 contre 28 en 2ème année — 9 contre 15 en 3ème année).

26En somme, si le choix de la langue étrangère et sa transmission dépendent dans de nombreux cas de l’influence des modèles familiaux, cette influence n’est pas exclusive, puisque 20 % des étudiants en 1ère année et 24 % en 2ème année ne sont pas issus d’une famille dont l’un des deux parents parle français, le rôle du père est au moins aussi important que celui de la mère dans la transmission linguistique.

6 — Participation à des activités culturelles en langue française

27Cette participation dans l’ensemble est assez faible, comme le savent d’ailleurs tous les enseignants qui ont un peu d’expérience : le système pédagogique fondé sur l’apprentissage mnémonique enferme les étudiants dans le cadre limité des programmes et ne favorise pas l’information libre et la culture désintéressée.

28Les étudiants assistent peu aux conférences données en langue française, voient plus fréquemment des films français, sans que le questionnaire, imprécis sur ce point, permette de distinguer entre les films vus dans les deux centres culturels, dans les cinémas de la ville ou à la télévision.

29D’autre part, la majorité des étudiants avouent eux-mêmes lire rarement, — ce qui dans de nombreux cas équivaut à « pas du tout » — des ouvrages ou des journaux en langue française, 23 sur 62 en 2ème année, 18 sur 37 en 3ème année, 6 sur 10 en 4ème année, soit en pourcentage :

30 % en 1ère année

38 % en 2ème année

48 % en 3ème année

38 % en 4ème année.

30Une certaine progression est constatée de la 1ère à la 3ème année, qui peut être due autant à l’élimination des étudiants trop faibles pour poursuivre des études dans la section et donc pour lire couramment des ouvrages en français qu’à une amélioration des connaissances linguistiques facilitant la lecture (remarquons encore une fois le caractère peu pertinent des chiffres obtenus en 4ème année, en raison du trop petit nombre des réponses).

31Les étudiants lisent surtout des périodiques, et parmi ceux-ci beaucoup plus ceux destinés à la jeunesse (Salut les Copains), au public féminin (Elle, Marie-Claire) la presse « sentimentale » ou les romans-photos (Confidences, Intimité) que les magazines d’informations de grande diffusion (Paris-Match). 5 % des étudiants en 1ère année, 28 % en 2ème année, 16 % en 3ème année, parcourent de temps à autre des journaux ou revues d’informations d’une plus haute tenue (Le Monde, Le Figaro, l’Express, Le Point). Enfin, un quart des étudiants environ lisent (mais avec quelle fréquence ?) l’un des deux quotidiens égyptiens en langue française.

7 — Voyages à l’étranger

32Près de la moitié des étudiants sont déjà allés à l’étranger, sans que les réponses permettent de faire la distinction entre les pays arabes et l’Europe (ou les Etats-Unis). Le nombre des étudiants qui n’ont jamais quitté l’Egypte diminue de la 1ère à la 3ème année, ce qui est normal : en 3ème année, plus de 60 % des étudiants ont fait au moins un voyage à l’étranger, et 40 % ont été au moins une fois en France.

33Au total, sur 172 réponses, 45 étudiants sont allés au moins une fois en France (soit 27 %) : parmi eux, les plus nombreux sont ceux qui sont déjà allés plusieurs fois à l’étranger, ce qui ne surprend pas.

8 — Intérêt des études

34Sauf exception les étudiants ne reconnaissent pas le rôle dans leur orientation du pourcentage de points obtenus au baccalauréat bien qu’il ne puisse être nié. Cependant il faut ajouter à leur décharge que ce pourcentage, s’il leur ferme l’accès à certaines études, leur laisse un éventail assez large de possibilités, et que dans cette mesure l’orientation vers la section de français correspond dans bien des cas à un choix personnel.

35Il est plus étonnant de constater que près de la moitié (et ceci est vrai dans chaque année) des étudiants ne sont pas satisfaits de leurs études. Les critiques portent :

  • Sur la présence dans leur programme général de matières enseignées en arabe, et accessoirement du latin (20 % environ).

  • Sur l’inscription au programme spécifique des études françaises de matières qui leur paraissent sans rapport avec l’apprentissage de la langue (linguistique, civilisation, parfois méthodologie de la critique) (15 %).

36Un petit nombre d’étudiants trouvent l’enseignement trop scolaire (6 %) ou trop peu tourné vers la vie professionnelle (2 %)

37Il se dégage donc de l’ensemble des réponses que beaucoup d’étudiants, insatisfaits de leurs études, trop historiques ou techniques, souhaitent un enseignement davantage tourné vers la vie pratique, fournissant un bon apprentissage de la langue courante et formant à la traduction.

9 — Projets d’avenir

38Contrairement à ce qu’on aurait pu attendre d’une clientèle étudiante presque exclusivement féminine, les réponses témoignent dans leur ensemble d’une volonté clairement affirmée d’exercer un métier et de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle du pays.

3945 étudiantes seulement soit 27 % — à peine plus du quart — n’ont pas répondu à la question portant sur le métier envisagé, et semblent par conséquent décidées à ne pas exercer de profession, mais dix étudiantes à peine — soit 6 % — ont reconnu qu’elles souhaitaient simplement se marier. Le fait d’être seulement maîtresse de maison et mère de famille n’apparaît probablement plus aussi valorisant à la jeune égyptienne d’aujourd’hui qu’il l’était pour sa mère ou sa grand-mère.

40Mais d’autre part beaucoup d’étudiantes n’hésitent pas à affirmer qu’elles n’entendent absolument pas continuer leurs études : 81 soit près de la moitié (47 %). Est-ce contradictoire ? Non en fait, car les étudiantes souhaitent utiliser leur connaissance de la langue acquise à l’université pour entrer directement dans la vie professionnelle. Cette constatation confirme la conclusion que nous avions tirée précédemment de l’analyse des réponses portant sur l’intérêt des études.

41Parmi celles qui désirent continuer leurs études les plus nombreuses veulent se perfectionner en traduction (30 % du total en 1ère et en 2ème année, 18 % en 3ème année, 45 % en 4ème année) : le magistère offre moins d’attraits (environ 15 % en 1ère et 2ème année 20 % en 3ème année, 33 % en 4ème année). 5 étudiants veulent s’initier à la diplomatie 5 autres envisagent de prolonger leurs études par une formation pédagogique. 11 veulent faire des études de psychologie, un autre d’anthropologie…

42Les métiers que les étudiants souhaitent exercer en règle générale directement après la fin de leurs études, se répartissent entre trois branches d’activités :

  1. Le tourisme (hôtesse d’accueil, guide, hôtesse de l’air) : environ un tiers des réponses.

  2. Le secrétariat commercial ou administratif (mais dans le secteur privé).

  3. L’enseignement, qui n’est guère envisagé que par une petite minorité (moins de 15 %)

43Notons enfin la désaffection générale manifestée à l’égard de la fonction publique, en raison, bien sûr, de l’extrême modicité des rémunérations.

Conclusion

44L’image des étudiants de la section de français, qui ressort de notre étude par la convergence des données, ne s’apparente guère à celle qui est habituellement propagée. L’image traditionnelle, que nous évoquions dans l’introduction, a correspondu peut-être à la réalité, il y a vingt ans, il y a dix ans encore : mais nous ne saurions l’affirmer. En tout cas elle ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui.

45La majorité des étudiants, qui résident plutôt dans les quartiers récents de la rive gauche que dans les quartiers plus anciens du centre, appartiennent à la bourgeoisie musulmane, le rapport entre chrétiens et musulmans, encore, favorable à la minorité chrétienne, se rapprochant tendanciellement de la moyenne nationale. Par son habitat comme par les professions exercées, cette bourgeoisie semble de constitution assez récente, bien que son ascension ait sans doute commencé à la fin de l’époque monarchique, mais comme la Révolution française, la Révolution de 1952, en démantelant la grande bourgeoisie foncière et industrielle, en renouvelant le personnel dirigeant, a favorisé la montée d’une petite bourgeoisie qui se trouve aujourd’hui, la politique d’ouverture ayant encore accru ses possibilités de promotion et d’enrichissement, peupler la haute administration, le corps des officiers supérieurs et généraux, les directions des entreprises publiques et privées.

46Mais, pourquoi cette nouvelle bourgeoisie voit-elle d’un œil favorable ses filles s’engager dans des études supérieures de français ? La première explication qui vient à l’esprit — renvoie au phénomène bien connu du mimétisme social. Non contente de lui ravir ses places, ses fonctions, son rôle dirigeant, la nouvelle bourgeoisie veut imiter l’ancienne dans son comportement, ses manières, ses signes de prestige, lui ravir en quelque sorte aussi son « image de marque ».

47Nul ne peut dire évidement que ce réflexe ne joue pas, mais plutôt qu’il vient se surimposer à d’autres tendances et renforcer une détermination dont les racines sont d’ordre pratique et non culturel. Dans une Egypte tournée vers le monde extérieur, ouverte sur l’Europe, l’Afrique et l’Asie, la maîtrise des langues dominantes est à la fois une nécessité et le moyen de se procurer un emploi. Or, l’enquête le montre clairement, la plupart de ces jeunes filles désirent travailler et ne pas se satisfaire, s’il leur est possible, du rôle traditionnel de mère et d’épouse. Les carrières où la connaissance d’une ou plusieurs langues est essentielle, mais où la maîtrise d’un savoir ou d’une technique complexe n’est pas exigée, moins prestigieuses, moins bien rémunérées que d’autres, sont moins recherchées par les hommes et plus accessibles aux jeunes femmes, pour lesquelles la volonté d’autonomie sociale joue un rôle au moins aussi important dans le choix du métier que la revendication simplement financière. Il n’est donc pas surprenant que les jeunes filles issues de cette nouvelle bourgeoisie, soucieuse avant tout pour elle-même — d’efficacité, de promotion sociale et d’indépendance économique, désirent exercer un métier que leur permet d’espérer la connaissance du français, à laquelle souvent une tradition linguistique familiale les prédestinait.

48Ces hypothèses méritent d’être vérifiées ; nous pensons en effet qu’elles conduisent tout droit à un réexamen du contenu des études supérieures de français, de leur programmation et des méthodes d’enseignement. C’est pourquoi nous souhaitons que l’enquête soit étendue à d’autres secteurs du système éducatif, à condition bien sûr que le protocole en soit remanié, et affiné.

49D’une manière plus générale, une telle enquête fournirait des renseignements précieux sur la mutation en cours — tant dans les mentalités que dans la vie pratique — de la société égyptienne, mutation d’une ampleur et d’une profondeur comparable à celle que la France connut. Les résultats de cette enquête ne peuvent qu’intéresser tous ceux qui connaissent le rôle essentiel joué par l’Egypte à la jonction de l’Occident et du monde afro-asiatique.

Recrutement des étudiants de la section de français

Questionnaire anonyme pour l’ensemble des étudiants

50Année d’étude :

1 — Famille

5111— Age :

5212 — Religion :

5313 — Profession du père :

5414 — Profession de la mère :

5515 — Nombre d’enfants dans la famille :

5616 — Quartier d’habitation :

57— Gouvernorat d’origine (adresse permanente) :

5817 — Avez-vous un ascendant direct d’origine étrangère :

  • Père oui non

    • 1 Barrer la mention inutile.

    Mère oui non1

  • Grands-parents oui non

  • 2 Barrer la mention inutile.

59— Origine
Libanaise — Syrienne — Palestinienne — Magrebine — Européenne — Armenienne — Turque — Autre :2

6018 — Etat matrimonial :

  • 3 Barrer la mention inutile.

61Celibataire — Fiancé(E) — Marié (E) — Marié (E) avec enfants-autres3

6219 — Arrive-t-il à certains membres de votre famille de s’exprimer entre eux en une langue étrangère. Laquelle 

  • 4 Barrer la mention inutile.

63110 — Vos parents connaissent-ils le français ? Père — Mère4

  • 5 Barrer la mention inutile.

64111 — Avez-vous eu une gouvernante parlant français ? (oui — non5

  • 6 Barrer la mention inutile.
  • 7 Barrer la mention inutile.

65112 — Avez-vous fait vos études dans une école de langue française :
Laique — réligieuse6
primaire — secondaire7

2 — Etudes

  • 8 Barrer la mention inutile.

6621 — En dehors de vos études lisez-vous des livres en langue française fréquemment — rarement — pas du tout8
Evaluez :

6722 — Lisez-vous des quotidiens ou des périodiques en langue française :
Lesquels :

  • 9 Barrer la mention inutile.

6823 — Voyez-vous des films ou des pièces de théâtre en français :
oui — non9

6924 — Etes-vous en rapport avec :

    • 10 Barrer la mention inutile.

    Des institutions françaises oui non10

    • 11 Barrer la mention inutile.

    Des individus français oui non11

  • 12 Barrer la mention inutile.

7025 — Assistez-vous aux conférences françaises organisées au Caire
oui — non12

  • 13 Barrer la mention inutile.

7126 — Ecoutez-vous les informations en français (Radio, T.V.)
oui — non13

  • 14 Barrer la mention inutile.
  • 15 Barrer la mention inutile.

7227 — Etes-vous allé (E) à l’étranger :
Jamais — une fois — plusieurs fois14
Particulièrement en France : oui non15

  • 16 Barrer la mention inutile.

7328 — Pourquoi avez-vous choisi la section de français :
— Pourcentage au Bac. — Intérêt personnel16

74En ce cas, pouvez-vous préciser :

  • 17 Barrer la mention inutile.

7529 — Les études correspondent-elles à ce que vous attendiez ?
oui — non17 (Vous pouvez préciser)

76210 — Quel travail voulez-vous faire après votre licence ?

  • 18 Barrer la mention inutile.
  • 19 Barrer la mention inutile.

77211 — Comptez-vous continuer les études après la licence ?
oui — non18
Précisez : Hautes études (Magister) — Traduction — Institut diplomatique — Pédagogie19 Autres (Précisez) :

78MERCI

Notes

1 Barrer la mention inutile.

2 Barrer la mention inutile.

3 Barrer la mention inutile.

4 Barrer la mention inutile.

5 Barrer la mention inutile.

6 Barrer la mention inutile.

7 Barrer la mention inutile.

8 Barrer la mention inutile.

9 Barrer la mention inutile.

10 Barrer la mention inutile.

11 Barrer la mention inutile.

12 Barrer la mention inutile.

13 Barrer la mention inutile.

14 Barrer la mention inutile.

15 Barrer la mention inutile.

16 Barrer la mention inutile.

17 Barrer la mention inutile.

18 Barrer la mention inutile.

19 Barrer la mention inutile.

Auteurs

Docteur es-lettres — professeur à l’Université de Nancy en mission de Coopération à l’Université du Caire

Docteur de Troisième sycle-Agrégé d’Histoire — Détaché à l’Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter