Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre XVII. L’Angleterre viole mes droits legitimes, m’interdit le retour dans mon pays et proclame son protectorat sur l’egypte

Texte intégral

Conséquences de l’attentat. Le Grand Vizir s’engage premièrement à désarmer le Goeben et le Breslau, deuxièmement à assurer la France et l’Angleterre de la neutralité de la Turquie. Le yacht Mahroussa préparé pour mon retour en Egypte. Opposition de l’Angleterre. Assignation d’une résidence en Italie. Refus du Régent Rouchdi de me rejoindre à Constantinople. Visite de l’Ambassadeur de S. M. Britannique. Rupture des relations avec la Grande-Bretagne. Déclaration de Protectorat et documents relatifs.

1Pendant toute la durée de mon règne, j’avais eu à lutter pied à pied et sans répit pour maintenir la personnalité internationale de l’Égypte. Le premier grand conflit mondial allait rompre brusquement l’équilibre des forces. Mes adversaires obstinés, Lord Cromer, Lord Cecil, Lord Milner et leurs affidés trouvèrent, par l’intermédiaire de Lord Kitchener, l’occasion d’exercer leurs médiocres vengeances en m’évinçant du trône de mes ancêtres. L’Angleterre y vit le moyen de reculer l’éventualité, jamais sérieusement envisagée, de l’évacuation, et de réaliser sans obstacles les visées de sa politique impérialiste.

2Mes blessures et surtout la plaie de ma langue entraînèrent mon immobilisation à Constantinople. Mais dès le 4 Août 1914, ma ligne télégraphique directe avec le Régent et mon Palais d’Abdine, fut mise, par ordre de Londres, sous le contrôle du chef anglais de la police égyptienne, Russel bey. Dès le 5 Août, j’en avais la certitude grâce à mon chef télégraphique, Mohamed Ibrahim. On s’expliquera ainsi pourquoi mes câbles au Régent et ceux qu’il m’adressait subissaient ou des retards inopportuns ou des altérations intentionnelles ou même des suppressions (Cf. dépêche n° 8). J’étais pourtant encore Khédive d’Egypte et la Turquie n’était pas en guerre.

3Des informations diplomatiques et officielles qui m’étaient parvenues d’une source très autorisée m’avaient rassuré. J’espérais que, la Turquie restant neutre, l’Egypte demeurerait en dehors du conflit (Cf. dépêche n° 25).

4Dès la mi-Août le Grand Vizir assure Monsieur Bompard, Ambassadeur de France, et le Représentant de la Grande-Bretagne, de la neutralité de la Turquie et affirma que les marins des deux croiseurs allemands, le « Goeben » et le « Breslau », ancrés dans le port de Constantinople, seraient débarqués et renvoyés en Allemagne. Le Président Raymond Poincaré l’a confirmé en 1928, dans ses souvenirs (Au Service de la France, tome V, pages 81 et 82).

5Dès que je fus en état de quitter mon Palais de Tchiboukli sur le Bosphore pour me rendre en Egypte, le Conseiller de l’Ambassade de Grande-Bretagne qui n’avait pris aucun intérêt ni donné aucune importance à l’attentat dont j’avais été victime, et qui n’était jamais venu prendre des nouvelles de ma santé, m’apporta une dépêche de Milne Cheetham, son collègue du Caire, disant qu’en Egypte tout était tranquille et que les chaleurs, trop fortes encore, pouvaient nuire à mes blessures. Le Représentant de la Grande-Bretagne me conseillait de rester en Turquie jusqu’à une complète guérison (Cf. Dépêches n° 21, 40 et 41). De son côté, le Régent réclamait mon retour avec insistance (Cf. Dépêches n° 22, 25, 27, 31 et 36). Double jeu entre Londres et le Caire qui s’explique aujourd’hui : il s’agissait de m’embarrasser. La lecture du texte des dépêches signalées est édifiante.

6Dès le 3 Août, devant le conflit imminent, je sentis de mon devoir de ne plus retarder mon départ, voulant me trouver dans mon pays pour envisager avec mes compatriotes notre nouvelle situation. Ayant fait apprêter mon yacht, le Mahroussa, je communiquai à l’Ambassade d’Angleterre - les Anglais étaient toujours maîtres en Egypte- ma décision irrévocable de rentrer au Caire (Cf. Dépêches n° 6 et 17). Je remarquai que l’Ambassadeur d’Angleterre, Sir Louis Mallet, après son retour de vacances, ne vint même pas me rendre visite comme d’habitude. Lorsque je manifestai mon étonnement de cette attitude, il me fit comprendre que c’était à moi de faire la visite le premier. Comme nous étions dans un moment grave et critique, qu’on n’avait pas le loisir de discuter sur des questions de protocole, je me rendis chez lui. Ses mauvaises dispositions à mon égard étaient évidentes. Au début de la quatrième semaine de Septembre il demanda à venir me voir pour me communiquer un message verbal de son Gouvernement, qui, ne voyant pas d’un bon œil ma présence à Constantinople, me proposait de quitter la Turquie et d’aller séjourner pour toute la durée de la guerre en Italie (Cf. Dépêches n° 40-52). Le Gouvernement Anglais mettrait une villa à ma disposition mais en m’interdisant de me rendre en Suisse : s’agissait-il de la « Favorita » de Naples, cette même villa qui avait accueilli et connu les amertumes d’Ismaïl, mon aïeul, avant qu’il allât finir son exil et sa vie à Constantinople où on l’avait confiné et d’où l’on voulait me déloger ? Nouvel exemple de l’humour anglais !

  • 1 Appendice I.

7Je n’oubliais pas l’hospitalité offerte par l’Italie à mon grand-père Ismaïl, et, de tout temps aux grands exilés qui aimèrent se réfugier dans ce pays magnifique et généreux. N’étant pas habitué pourtant à des invitations sous cette forme, je continuai à communiquer avec le Président du Conseil des Ministres, le Régent, que j’avais désigné avant mon départ en vacances comme chaque été et qui avait prêté entre mes mains le serment de fidélité en présence du Cheikh d’El-Ahzar, Selim el-Bichry. Je publie ici toutes les dépêches que j’envoyais au Régent en vue de mon retour en Egypte, ainsi que ses réponses dont certaines, dit-on, ne me parvinrent pas, quoique la Turquie fut encore neutre (Cf. Dépêche n° 58). C’est ainsi que dans la dépêche du 17 Août (Cf. n° 34), le Régent, Rouchdi, fait allusion à une dépêche envoyée les jours précédents. Le texte en a été publié dans la presse Égyptienne par la suite, mais comme d’autres, elle ne m’est jamais parvenue1.

8Cette situation étrange et pénible a été portée à la connaissance du Régent qui m’a fait parvenir la note suivante portant se signature et dont voici le texte intégral.

  • 2 Ronald Graham était conseiller au ministère de l’Intérieur lors de l’assassinat de Butros Ghali pa (...)

« De la lettre remise par Mouheb Pacha à Tewfik Bey il résulte que j’aurais laissé Son Altesse sans renseignements ou du moins sans renseignements complets sur la situation. Je suis à me demander si certaines de mes dépêches ne sont pas arrivées à destination ou si on a répandu auprès de Son Altesse certains faux bruits que naturellement je n’ai pu qu’ignorer et au sujet desquels, à raison même de cette ignorance, je n’ai eu à faire aucune communication, ou enfin si Son Altesse a certaines préoccupations spéciales qui m’échappent et que j’ai ainsi naturellement omis d’aborder. Je regrette que Mouheb Pacha n’ait pas pris la peine de préciser les points sur lesquels je n’aurais pas renseigné ou j’aurais incomplètement renseigné Son Altesse. C’était si facile de le dire soit dans sa lettre soit au moins verbalement par le messager qui me l’a apportée.
Je crois avoir communiqué au fur et à mesure à Son Altesse dans mes dépêches tout ce qui pouvait dans les circonstances actuelles L’intéresser et L’éclairer sur la situation.
En outre, j’ai chargé Chafik Pacha de Lui faire un rapport verbal complémentaire et notamment de soumettre à Son Altesse certaines observations que je n’ai pas cru devoir confier en télégraphe.
Je vais refaire dans cette Note le récit de tout ce qui s’est passé depuis le commencement de la guerre.
Le 1er point à signaler dans l’ordre chronologique est une décision du Conseil des Ministres mettant en vigueur avant l’entrée en guerre de l’Angleterre les prescriptions de la neutralité déjà suivies lors de la guerre Russo-Japonaise.
Le 2ème point est la décision du Conseil des Ministres prise après l’entrée en guerre de l’Angleterre et prescrivant des mesures tendant à la défense de l’Egypte ; j’ai envoyé à ce sujet à Son Altesse deux dépêches explicatives dont je remets copie à Mohamed Fahmy Bey. J’y ajoute que depuis j’ai acquis la certitude, par les Conseillers rentrés d’Angleterre, qu’à défaut de cette décision on aurait proclamé l’annexion.
Viennent ensuite les mesures d’ordre économique :
1) Etablissement du cours forcé des bank-notes.
2) Défense d’exportation des denrées alimentaires.
3) Moratorium, d’abord pour les titres négociables ensuite pour les obligations commerciales en général.
4) Banque-Holidays.
5) Taxation des tarifs maxima des denrées et articles de première nécessité.
6) Etude des moyens de financer la récolte cotonnière, étude encore inachevée.
Je remets aussi à Fahmy Bey les documents relatifs à ces diverses mesures.
J’arrive à la question du retour de Son Altesse ; tout ce que j’ai à dire à ce sujet se trouve consigné dans les dépêches que j’ai envoyées et dont je remets copie à Mohamed Fahmy Bey. Je dois ajouter cependant, en réponse à une question que Son Altesse m’a posée par Mohamed Fahmy Bey, que c’est spontanément et non pas à l’instigation de l’Agence Britannique que j’ai signalé la nécessité de prendre des mesures de précaution pour le retour par le Mahroussa dans la crainte d’une attaque par les bateaux allemands.
Voici maintenant de nouveaux faits tout récents dont je dois rendre compte à Son Altesse :
Hier nous avons institué 1°) une commission pour examiner la situation au point de vue des approvisionnements de denrées et les moyens de sauvegarder à cet égard les intérêts du Pays ; 2°) une commission au Caire et Alexandrie pour étudier la situation des ouvriers sans travail et les moyens de leur venir en aide. Je remets aussi à Mohamed Fahmy Bey les documents y relatifs.
Aujourd’hui Cheetham nous a notifié que sur des instructions reçues de Londres le Commandant de l’Armée d’Occupation allait signifier aux Agents et Consuls d’Allemagne et d’Autriche d’avoir à quitter le territoire Égyptien.
Cette signification a effectivement été faite au Consul d’Autriche au Caire par une lettre du Commandant de l’Armée d’Occupation qui lui a été remise par un officier de l’Armée Britannique. Le Consul s’est présenté au Ministre des Affaires Etrangères pour protester contre cette mesure au nom de son agent diplomatique qui se trouve à Alexandrie et pour demander si cette mesure a été prise d’accord avec le Gouvernement Égyptien. Nous avons répondu verbalement ceci :
"La forme de la communication et la voie par laquelle elle vous a été faite répondent à votre question. Il s’agit d’une décision de l’autorité militaire britannique et non d’un acte diplomatique émanant du Gouvernement Égyptien."
Toujours aujourd’hui nous avons eu à nous préoccuper d’une décision prise par la commission de la Bourse d’Alexandrie et fixant la liquidation des contrats cotonniers à talaris 15 3/8 par cantar. Nous avons cru devoir annuler cette décision et suspendre momentanément le fonctionnement de la commission. Je remets à Mohamed Fahmy Bey copie du procès-verbal de notre délibération et du décret rendu à ce sujet. Ces deux documents fournissent les éléments d’explication nécessaires.
Dans la matinée d’aujourd’hui il s’est produit un incident au Caire : des ouvriers sans travail auxquels sont venus s’adjoindre des gens sans aveu se sont rendus au Gouvernorat pour demander des secours et se sont ensuite dispersés par groupes dans la ville et ont commis quelques petits méfaits consistant à s’emparer de pain à l’étalage de certains boulangers et de denrées dans certaines épiceries. Le mouvement a été immédiatement réprimé, les meneurs ont été arrêté et tout est rentré dans l’ordre.
Dans toutes mes conversations avec Cheetham au point de vue politique, celui-ci m’a invariablement répété que l’Angleterre a obtenu du Gouvernement Turc l’assurance que la Turquie n’entrera pas en guerre aux côtés de l’Allemagne et que de son côté le Gouvernement Anglais a fait à la Turquie certaines promesses entre autres celle de ne pas changer le statut politique de l’Égypte.
Le moment est venu de prendre une décision au sujet du départ du Mahmal et du pèlerinage. Des considérations d’ordre économique et des difficultés pratiques militent contre l’envoi de Mahmal et même le Moufti consulté à titre confidentiel a donné une fatwa contre cet envoi. Malgré cela je penchais et je penche encore pour son départ parce que son interdiction serait exploitée contre le Gouvernement par certains esprits mal intentionnés. J’aurais seulement exigé un dépôt prohibitif comme pour l’année du choléra. Je l’ai dit à l’Agence et j’ai aussi attiré son attention sur ce que l’interdiction serait également exploitée contre l’Occupation. Jusqu’aujourd’hui ils étaient d’accord avec moi pour l’envoi du Mahmal, mais Graham2 est venu ce matin me dire qu’en cas de guerre avec la Turquie, guerre improbable mais possible, l’escorte serait exposée à des représailles de la part des Turcs ; d’autre part Ruffer est venu déclarer qu’il est impossible d’assurer cette année le service des quarantaines par suite de la dislocation de son corps médical et de l’absence des principaux inspecteurs et que par conséquent il propose l’interdiction du pèlerinage.
Je prie Son Altesse d’examiner la question et de m’indiquer sa manière de voir pour que j’agisse en conséquence. Peut-être pourrait-on se borner à envoyer la Kiswa sans escorte à Haifa ou Djeddah pour être transportée à destination par les Autorités turques. Quoiqu’il en soit, et vu l’urgence, prière de m’envoyer par dépêche la manière de voir de Son Altesse. J’envoie par Fahmi Bey tout le dossier de l’affaire. »

9Le 19 Septembre 1914

10Hussein Rouchdi

11Les Anglais qui étaient sur place en Egypte atermoyaient dans leurs décisions car Lord Kitchener à Londres, cherchait à gagner du temps.

12Lorsque les inquiétudes que lui avaient données la Retraite de la Marne furent apaisées et que le front franco-allemand fut stabilisé à la fin de la deuxième semaine de Septembre, Lord Kitchener décida d’assouvir sa vengeance et d’obtenir mon éloignement définitif de l’Égypte. Ainsi s’explique au début de la quatrième semaine de Septembre, l’attitude agressive de l’Ambassadeur Anglais, Sir Mallet, l’interdiction verbale de me retirer en Suisse et l’ordre de me rendre en Italie pour toute la durée du conflit. Les soins et l’opération éventuelle que nécessitaient l’état de mes blessures et particulièrement de ma langue, suffisaient pourtant à justifier le choix de la Suisse pour ma résidence, autant que de tout autre pays neutre.

13Pour extraire l’éclat qui avait pénétré dans la langue une opération devint nécessaire et elle eut lieu en Suisse, au début de 1915. J’y trouvais, contrairement à toutes les affirmations de Sir Mallet et de mon Régent, une situation normale et propice pour l’opération et ma convalescence. Lord Grey of Fallodon confirma la responsabilité de Lord Kitchener, à mon ami, the Rt. Hon. J.M. Robertson P.C., qui m’a fait part de leur entretien :

14« I have always surmised, since I know the facts, that the action taken in 1914 was dictated by the special animus of Lord K. »

15Voici ce texte, écrit de sa main, extrait de sa lettre de Londres du 2 Juin 1929 et dont voici la traduction :

1624 Pembroke Gardens, Londres, W. 8.

17Le 2 Juin 1929

Monseigneur,
J’ai toujours supposé, depuis que j’ai su les faits, que la mesure prise en 1914 fut dictée par l’animosité spéciale de Lord K. Vous pourrez peut- être me guider quant à ce qu’il faudrait dire.
Permettez-moi d’assurer Votre Altesse de mon désir sincère, maintenant comme toujours, de servir vos intérêts et de réparer les abus dont vous êtes victime.

18Très fidèlement vôtre

19J.M. Robertson

20J’ai remercié sa Seigneurie le Vicomte qui ultérieurement me confirma tout ce qu’il avait déclaré à mon ami J.M. Robertson. Voici la lettre que je lui ai adressée :

21À Son Excellence Lord Grey of Fallodon K.

22Ancien Secrétaire d’Etat aux Affaires

23Etrangères de S.M. Britannique Londres.

Mylord,
Mon vieil ami, the Right Honourable J.M. Robertson K.G. vient de me mettre au courant de l’entrevue me concernant qu’il eut, la semaine dernière, avec Votre Seigneurie. Je tiens à vous remercier, Mylord, pour les bons sentiments que vous avez témoignés à mon égard et pour la grande satisfaction que vous m’avez donnée. Durant mon règne et pendant les années où vous étiez à la tête du Foreign-Office, j’ai remarqué que votre attitude était toujours dictée par votre souci de la justice, et j’étais convaincu qu’aucun acte injuste ne pouvait émaner de vous. Aussi comprendrez-vous, Mylord, toute la béatitude que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que vous étiez personnellement étranger à toutes les mesures injustes et illégales prises à mon égard lors de la Grande Guerre.
J’ai tenu à vous informer de toute mon estime, à vous réitérer mes remerciements, en vous priant, Mylord, de vouloir bien agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

24Abbas Hilmi

Arden Hulme Beaman « late C.I.O. in Egypt » est un grand spécialiste des questions d’Orient. Attaché au Consulat Général Britannique au Caire en 1879 comme premier « Arabie Student Interpreter », il vécut alors au Caire plus de dix ans. Il assista donc aux événements de 1882, à l’occupation, et suivit la naissance et l’évolution du contrôle Britannique sous Lord Cromer. Il accompagna Kitchener pendant la campagne de Dongola.
Durant la première guerre mondiale et, par la suite, il passa au Caire plusieurs années au service du contre-espionnage dans le « Secret Service » comme directeur de diverses sections, du S.S. et G.S.I. jusqu’en 1920. Il publia en Juillet 1927, dans la Contemporary Review, un article dont voici l’essentiel :
« De tout ce que l’on sait, il semble clair que le Khédive (Abbas II) fit tous ses efforts pour convaincre les Autorités Britanniques à Constantinople de la nécessité de son retour en Égypte. Sur ce point,
Rouchdi publia une série de lettres qu’il avait écrites en sa qualité de Régent à son Souverain le Khédive qui montrent que ce dernier n’avait aucune intention de demeurer en dehors de son pays, mais c’est l’Angleterre qui, après quelque hésitation, finit par lui en interdire le retour. L’Ambassadeur Britannique, Sir Louis Mallet, lui assigna une résidence préparée à son intention à Naples, ville où son aïeul avait été exilé, sans lui laisser l’alternative suggérée par le Khédive, de se rendre en Suisse.
De toute la correspondance il résulte que Rouchdi Pacha n’informa pas le Khédive de ce qui se passait en Egypte, qu’il n’obéit pas à l’invitation de Abbas Pacha de venir lui rendre visite pour lui soumettre un compte rendu des événements, ni de lui envoyer un délégué spécial en son lieu et place. Aux critiques de la presse égyptienne sur son attitude, Rouchdi répliqua qu’il avait agi ainsi par peur que l’Angleterre, au lieu de proclamer un Protectorat, ne s’annexât l’Egypte et n’installât un Prince Indien sur le trône du Khédive. À cela, on rétorqua que dans ses Mémoires de Vingt-Cinq Années [Edward Grey, Viscount Grey of Fallodon, Twenty- Five Years : 1892-1916 - London, K.G. Hodder and Stoughton Limited, 1925], Sir Edouard Grey ne mentionne pas une telle pensée et était opposé, même à l’idée d’un Protectorat. Les lignes qui terminent le chapitre xxv de ses Mémoires le démontrent. La correspondance de presse, dans son ensemble, aboutit à la conclusion que Rouchdi Pacha montra fort peu de prévoyance et qu’une autre solution aurait pu être trouvée avec le Khédive, au lieu d’un Protectorat, qui se révéla la source des difficultés rencontrées depuis.
Trois ou quatre cents colonnes publiées dans la Presse sur l’attitude du Khédive soulevèrent une autre question concernant son détrônement. Tous les écrivains et les personnages politiques de cette période essayèrent de prouver qu’Abbas II n’était nullement hostile à la Grande- Bretagne et était en faveur d’une solution que les circonstances imposaient. Ces témoins et ces écrivains continuent à soutenir que le Foreign-Office ne faisait que suivre les ordres dictés par Lord Kitchener qui était l’ennemi personnel du Khédive. Il a été reconnu qu’en 1912-13, Lord Kitchener a promis le trône égyptien au Prince Saïd Halim qui était Grand Vizir de Turquie ; d’autres, en consignant leurs souvenirs de l’attentat sur la personne d’Abbas II à Istanbul, avant le déchaînement de la guerre, constatent que l’instigation de cet attentat est généralement attribuée au Prince Saïd Halim. Les journaux continuent d’écrire sur ce sujet et j’ignore quand ils cesseront. »

25(Traduction de l’original anglais)

26Quant à une prétendue annexion de l’Égypte que mon Régent disait avoir évitée, ce n’était qu’un argument spécieux. Lord Grey of Fallodon, alors Ministre des Affaires Étrangères, confirma dans ses Mémoires que l’Angleterre n’en avait pas la possibilité. On lit à la page 171, 2ème volume : « To annex Egypt would have been a great political blunder... This was not the time when we could afford to run such risks. »

27De son côté, le Président Poincaré dévoila au Tome V de ses souvenirs Au Service de la France, en la page 444, que : « Dès le 20 Novembre, le Gouvernement anglais a informé la France qu’il renonce à son projet d’annexer l’Égypte et qu’il s’en tient à son Protectorat. »

28Lord Grey avait raison de dire que l’annexion n’était pas facile. Mon Régent s’est malheureusement laissé duper par les divers représentants de la Grande-Bretagne au Caire. Mon premier ministre et régent a commis une erreur de n’être pas venu conférer, comme je le lui avais demandé, avec moi à Constantinople, dès qu’il eut éprouvé des difficultés pour mon retour en Égypte. Je l’invitai encore le 29 Septembre (Cf. dépêche n° 54 signée de mon nom) et il se déroba. Je le regrette pour lui et pour l’Égypte.

29Dès cet instant mes relations personnelles avec Sir Louis Mallet et avec les Anglais furent définitivement rompues. À quelque temps de là, je me rendis chez l’Ambassadeur d’Allemagne. Il fit venir Enver Pacha, qui - après discussion – me tendit la main en me demandant de sceller la paix. Il s’était donc passé quelque chose à mon insu, et on pouvait bien supposer qu’un complot contre moi avait réellement été monté. C’était vraisemblable, puisque les jeunes Turcs et Enver particulièrement, faisaient une politique impériale Ottomane panislamique et pantouranique, tandis que moi, comme Souverain d’Égypte, je ne pouvais et ne devais poursuivre, ainsi que mon peuple, qu’un seul but : notre indépendance nationale.

30Le 18 Décembre 1914, le Gouvernement anglais, par l’envoi d’une circulaire à toutes les Puissances annonçait que « l’Égypte était placée sous le Protectorat de Sa Majesté Britannique et constituait désormais un Protectorat Britannique à l’exclusion de la Turquie. » [Cf. Déclaration du Protectorat, appendice n° II.]

31Deux jours après, le Chargé d’affaires anglais au Caire, Milne Cheetham, écrivait à mon oncle le Prince Hussein Kamil Pacha, pour l’informer qu’il avait été choisi par l’Angleterre pour prendre ma place, non plus comme Vice-Roi d’un Empire disparu, mais comme Sultan d’une Égypte asservie davantage à ses occupants anglais. Le Khédivat avait été arbitrairement aboli. Dans la déclaration du

  • 3 Journal Officiel. Extraordinaire du Samedi 19 Décembre 1914 - n° 172. (Copie de la Communication t (...)

32Protectorat du 19 Décembre 19143 on affirmait à mon égard que : « His majesty’s Government is in possession of ample evidence that ever since the outbreak of war with Germany His Highness Abbas Hilmi Pacha, late Khédive of Egypt, has definitely thrown in his lot with his Majesty’s enemies. » On avait déjà escompté mon détrônement.

J’étais le dernier Khédive.

33« From the facts above set out it results that the rights over Egypt, whether of the Sultan or of the late Khedive are forfeit to His Majesty. »

34La déclaration du Protectorat et l’acceptation de S.A. Hussein Kamil retentissent dans mon âme comme le glas de notre liberté. Ils sanctionnaient en effet le prolongement sans terme et sans issue d’une occupation prétendue temporaire. L’entrée en guerre et la défense de l’Egypte devenaient uniquement une affaire anglaise. Dans cette même déclaration arbitraire, on imposait à mon oncle, appelé à me succéder, de passer exclusivement par l’Agent Britannique pour toute relation entre le gouvernement égyptien et les représentants des Puissances étrangères au Caire.

35« As regards foreign relations His Majesty’s Government deem it most consistent with the new responsabilities assumed by Great Britain that the relations between Your Highness’s government and the representatives of Foreign Powers should henceforth be conducted through His Majesty’s Representative in Cairo. »

  • 4 Allusion au khédive Tawfiq.

36Système anglais, qui comme l’a écrit Lord Milner consiste à créer le Droit pour n’avoir pas à le justifier. Je n’ai jamais admis ce « Right of conquest » vanté en son temps par Lord Salisbury. Ce droit n’existait point, car l’occupation ne fut jamais considérée par les Anglais eux-mêmes comme une conquête, mais simplement comme une mission temporaire, par accord tacite entre le Khédive4 et la Grande-Bretagne. Elle ne donnait pas du tout aux Anglais « full legal power to dispose as they wished of the future of Egypt. »

37La déclaration de l’état de guerre avec la Turquie fournit à l’Angleterre l’occasion de proclamer que, possédant désormais tous les pouvoirs du Sultan et du Gouvernement Ottoman et tous les droits du Khédive sortant, elle pouvait procéder à son gré à tout changement dans le statut de l’Egypte.

38J’ai supporté des menaces et des ordres blessants mais je me sens fier de ce que l’Angleterre n’ait osé proclamer son Protectorat sur l’Egypte, qu’après m’avoir écarté du pouvoir. Ma couronne, héritage glorieux de notre dynastie, je l’ai gardée sans tache ni faiblesse. Ainsi, pour gouverner par un Sultan à sa dévotion - quoiqu’issu de la Famille Khédiviale - l’Angleterre choisit le Prince Hussein, qui, en réalité, n’était plus qu’un écran. Puisqu’elle trouvait nécessaire d’affirmer avec tant de solennité sa mainmise sur le double pouvoir administratif et exécutif en Egypte, l’Angleterre reconnaissait qu’elle n’avait pas détenu ces pouvoirs pendant les règnes de Tewfik et d’Abbas II. Rayé par un coup de plume anglais de la vie de l’Egypte, j’entrais tout vivant dans l’Histoire d’où je me suis refusé à sortir, pour le bien et la stabilité du pays. Ma patrie tant aimée retombait dans un servage bien plus étroit et douloureux à mon cœur. De l’Egypte, il ne restait que le nom. Son drapeau se repliait sur un souverain qui devait mourir de douleur et dont le fils, le Prince Kémal-el-Dine a refusé le trône pour ne pas plier devant l’envahisseur étranger.

39Ainsi se trouvait anéantie l’architecture politique et sociale de plus d’un siècle : la suzeraineté de l’Empire Ottoman et les firmans dont le Khédive tenait ses pouvoirs.

40Tout un pan de l’Histoire de l’Égypte basculait dans le passé. Et cela même, qui a permis et consommé cette ruine, s’éparpille au hasard des gazettes échappant à la prise de l’historien. Je veux que le lecteur juge sur les textes et les faits et c’est pourquoi j’ai rassemblé ici des documents indiscutables. Ils serviront un jour, je veux l’espérer, à rétablir les justes perspectives, à écrire l’Histoire.

Notes

1 Appendice I.

2 Ronald Graham était conseiller au ministère de l’Intérieur lors de l’assassinat de Butros Ghali pacha. C’est à son instigation qu’une « section politique », véritable police secrète, fut ajoutée aux départements du ministère de l’Intérieur.

3 Journal Officiel. Extraordinaire du Samedi 19 Décembre 1914 - n° 172. (Copie de la Communication transmise à Sa Hautesse le Sultan de la part du Gouvernement Britannique)

To His Highness Prince Husayn Kamil Pasha Your Highness,

I am instructed by His Majesty’s Principal Secretary of State for Foreign Affairs to bring to the notice of Your Highness the circumstances preceding the outbreak of war between His Britannic Majesty and the Sultan of Turkey and the changes which the war entails in the status of Egypt.

In the Ottoman Cabinet there were two parties. On the one side was a moderate party, mindful of the sympathy extended by Great Britain to every effort towards reform in Turkey who recognized that in the war in which His Majesty was already engaged no Turkish interests were concerned and welcomed the assurance of His Majesty and His Allies that, neither in Egypt nor elsewhere would the war be used as a pretext for any action injurious to Ottoman interests. On the other side a band of unscrupulous military adventurers looked to find in a war of aggression, waged in concert with His Majesty’s enemies, the means of retrieving the disasters, military, financial, and economic, into which they had already plunged their country. Hoping to the last that wiser counsels might prevail, His Majesty and His Allies, in spite of repeated violations of their rights, abstained from retaliatory action until compelled thereto by the crossing of the Egyptian frontier by armed bands and by unprovoked attack on Russian open ports by the Turkish Naval forces under German Offïcers. His Majesty’s Government are in possession of ample evidence that ever since the outbreak of war with Germany His Highness Abbas Hilmi pacha, late Khédive of Egypt, has definitely thrown in his lot His Majesty’s enemies. From the facts above set out, it results that the rights over Egypt, whether of the Sultan, or of the late Khedive, are forfeit to His Majesty.

His Majesty’s Government have already, through the General Officer Commanding His Majesty’s Forces in Egypt, accepted exclusive responsability for the defence of Egypt in the present war. It remains to lay down the form of the future Government of the country, freed, as I have stated, from all rights of suzerainety or other rights heretofore claimed by the Ottoman Government. Of the rights thus accruing to His Majesty, no less than of those exercised in Egypt during the last thirty years of reform, His Majesty’s Government rregard themselves as trustees for the inhabitants of Egypt. And His Majesty’s Government have decided that Great Britain can best fulfill the responsibilities she has incurred toward Egypt by the formal declaration of British Protectorate, and by the government of the country under such Protectorate.

4 Allusion au khédive Tawfiq.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540