Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre XIII. Lord Kitchener

Texte intégral

Carrière. Je demande à la Reine Victoria sa nomination au poste de Sirdar. L’incident de la Frontière. La Guerre du Soudan. Ministre Plénipotentiaire en Egypte.

1Lord Kitchener aimait l’aventure. Son existence tout entière consacrée à une quête éperdue de la Fortune et de la Gloire ne connut pas un seul instant de cette tranquillité, de cette paix où se reconnaît le sage.

2Militaire dans l’âme, en 1870, il s’enrôla dans l’armée française. Il paraît qu’il s’était également engagé dans l’armée turque et qu’il fit la guerre de 1877. Il comprenait et parlait un peu cette langue. Comme les autres officiers anglais engagés pour le service de l’armée égyptienne, il séjourna longtemps d’abord dans les régions de la Mer Rouge. Devenu Gouverneur Général de la province de Suakim, il fut blessé lors d’un engagement entre les Derviches et l’armée égyptienne. Arrivant à la limite de son service en Egypte, et ne pouvant se résoudre à quitter le pays, il voulut s’engager dans la police. Il devint en 1889 adjudant général du Sirdar.

3C’est à l’époque où il voulait prendre le Commandement de la Police que je fis sa connaissance. J’avais l’habitude de venir chaque été passer mes vacances en Egypte, au milieu de ma famille. Nous apprîmes un jour qu’un incendie avait éclaté au Palais d’Abdine, au Caire. Ma mère s’y rendit aussitôt afin de faire mettre à l’abri du feu des effets auxquels elle tenait particulièrement. Mon père me chargea de l’accompagner. Les autorités militaires et la Garde du Palais avaient pris, sous la direction de Kitchener, une part active au sauvetage des effets et du mobilier du Palais ; mon Père me chargea de transmettre ses remerciements aux chefs qui combattaient le feu. Ce fut l’occasion de mon premier contact avec Kitchener dont je venais de voir de près l’activité et l’énergie. Et l’impression que j’en gardai fut excellente.

4À mon avènement en 1892, le Conseil des Ministres, le Conseiller des Finances et le Sirdar de l’armée égyptienne vinrent à ma rencontre à Alexandrie. Le Sirdar, Sir Francis Grenfell était très apprécié de mon Père et ma Mère avait toujours entretenu d’amicales relations avec Lady Grenfell. Ce personnage m’inspira tout de suite confiance par son aspect honnête et sincère. Durant le trajet d’Alexandrie-Le Caire, il m’annonça sa nomination par la Reine Victoria au poste de Gouverneur général de l’Ile de Malte. La cérémonie d’investiture terminée, je fis venir mon secrétaire anglais et lui fis préparer une dépêche pour la Reine Victoria, lui demandant de me proposer Kitchener comme successeur de Sir Francis Grenfell, à la tête de l’armée égyptienne. Avec le recul du temps, et à la lumière des événements postérieurs, cette démarche m’apparaît comme trop précipitée. Elle figure en bonne place parmi mes erreurs de jeunesse !

5Le changement brusque de ma position et mon inexpérience en furent la cause. J’aurais dû consulter le président du Conseil ou demander au Sirdar Grenfell de me proposer lui-même celui qu’il croyait être le plus digne de recueillir sa succession. L’étonnement de S.M. la Reine Victoria dut être profond lorsqu’elle reçut, quelques heures après mon avènement, une dépêche où je lui demandais la faveur de nommer au poste de Sirdar un homme qui m’était sympathique, sans me soucier des autres généraux qui attendaient avec impatience la vacance de ce poste. La Reine approuva cette nomination.

6Sortant de l’école militaire, je n’avais de sollicitude que pour ce qui intéressait l’armée et je croyais sincèrement que mon rôle principal en Égypte devait être de me consacrer à la chose militaire. Lorsque la vie m’enrichit d’expérience et lorsque les événements et les difficultés eurent parachevé mon éducation politique, ouvrant mon âme aux idéaux patriotiques et m’éclairant sur les exigences d’une indépendance véritable, je me reprochai souvent d’avoir demandé à la Reine Victoria la nomination d’un Sirdar anglais à la tête de l’armée égyptienne et de n’avoir pas exigé que cette nomination me fût réservée et fît partie de mon privilège de souverain.

7J’eus maintes fois l’occasion de travailler avec Kitchener, d’assister avec lui à des manœuvres et exercices de la garnison du Caire. Ce fut au cours d’une première inspection à la frontière que surgit entre le Sirdar et moi, un malentendu dont l’importance fut grossie à dessein et auquel les chroniqueurs de l’époque donnèrent le titre de l’incident de la Frontière.

8Ce malentendu me permit de constater que Kitchener avait une singulière et très personnelle façon de témoigner sa gratitude et que j’aurais désormais en cet homme, mon obligé, un ennemi irréductible.

9Je pus ainsi mesurer la vérité de cet adage d’Orient : craignez vos obligés bien plus que vos bienfaiteurs. Il se livra à toutes les manœuvres pour amener le Gouvernement britannique à entreprendre l’expédition du Soudan.

10Lorsque les bataillons de réserve furent mobilisés et que les garnisons égyptiennes furent dirigées sur la frontière, j’eus peur d’un mouvement de mutinerie parmi les officiers et soldats. J’assistais donc, en compagnie de Kitchener, à chaque départ de train afin d’entretenir le moral des troupes et d’éviter toute complication.

11À cette époque, le chemin de fer n’allait pas plus loin que Nag-Hamadi en attendant la fin de la construction d’un grand pont sur le Nil. Il n’existait aucune installation de transbordement. Tout était chargé à dos d’hommes. Le transport des machines, des chaudières, des locomotives et de matériel lourd était fait au moyen de poutres et de cordes avec palanches. Que de matériel endommagé et perdu ; que d’accidents ! Deux officiers anglais du Génie furent écrasés sous une grande chaudière. Ce ne fut jamais mentionné et l’expédition continua brillamment.

12Le chemin de fer de Wadi-Halfa devait être prolongé jusqu’à la fin de la deuxième cataracte. Pour activer ce travail, le Sirdar Kitchener mobilisa trois bataillons avec comme tâche : terminer la ligne, le terrassement et la pose des voies. Chaque bataillon était tenu de finir un kilomètre et demi par jour. Les trois bataillons étaient placés sous le commandement d’officiers égyptiens. Kitchener ne voulut pas d’officiers anglais car ceux-ci auraient certainement formulé des objections. Les officiers égyptiens eux, s’inclinaient dans la crainte de s’entendre dire : « L’officier égyptien est un incapable ».

13Comme il était impossible de terminer 1 500 mètres en une journée, les hommes travaillèrent également la nuit. À ce moment, une épidémie de choléra éclata dans toute l’expédition. Les cadavres jonchaient la ligne de chemin de fer. Lorsque Kitchener, en tournée d’inspection, vit ce lamentable spectacle, il ne s’arrêta pas l’espace d’un quart d’heure, ne dit mot et se sauva comme s’il n’avait rien remarqué. Le Sirdar aurait dit, d’après son Aide de Camp : « C’est horrible, partons vite avant que l’on ne nous maudisse ! »

14La totalité de l’armée égyptienne participait à l’expédition du Soudan. Un régiment de cavalerie de quatre escadrons, un bataillon d’infanterie et des détachements spécialisés : génie, marine, chemin de fer... représentaient l’armée britannique. Afin de ne pas faire marcher les fantassins britanniques, on leur fit remonter le courant sur des bateaux halés par 400 égyptiens. Le Soudan fut conquis, mais un mécontentement général s’empara de l’armée égyptienne. Depuis ce moment, une dangereuse fissure se produisit dans l’armature des bataillons : les officiers anglais et égyptiens ne s’entendaient plus.

15L’expédition du Soudan fit la célébrité de Kitchener. Son gouvernement le promut, le 2 Septembre 1898, à la dignité de « Lord of Khartoum ». Plus tard, il revint vainqueur de la guerre du Transvaal. C’est là-bas que furent créés, pour la première fois, et par ses soins, des camps de concentration pour femmes et enfants. Les succès remportés en Afrique du Sud, ajoutés à ceux du Soudan, le hissèrent au sommet de l’armée britannique.

16Ayant ouï dire que je voulais fonder un hôpital, Kitchener demanda au Directeur Général du service sanitaire s’il pouvait en créer Un avant moi. Faute d’argent et de matériel pour le construire, la réponse fut négative. À ce moment, il fit connaissance d’un jeune oculiste, possédant un hôpital ambulant. Ce jeune docteur lui certifia pouvoir très facilement transformer sa clinique ophtalmologique en hôpital bactériologique, tel que Kitchener l’entendait pour combattre les maladies parasitaires qui attaquaient les gens et les anémiaient. Kitchener acceptait n’importe quelle personne à son service pourvu que ses ordres fussent exécutés.

17Après la guerre du Transvaal, il fut nommé commandant en chef des troupes britanniques aux Indes. Ne jugeant pas sa fonction assez absorbante, il trouva moyen de se mettre an désaccord avec le vice-roi. Encouragé par sa position et sa réputation dans son pays, il eut la prétention de poser un ultimatum au Gouvernement Britannique : ou lui, ou le vice-roi des Indes. Un des deux devait quitter le pays. Il espérait ainsi occuper le poste de vice-roi si celui-ci était renvoyé. Le Gouvernement de S.M. ne lui donna pas raison et il dut partir.

18Comme il ne pouvait rester en Angleterre, son grand désir fut de retourner en Egypte. Mais en quelle qualité et à quel titre ? Il accepta alors de venir en qualité de ministre plénipotentiaire. Il avait été nommé feld-maréchal en 1910 et prétendit aux honneurs d’un feld-maréchal et non d’un ministre. Il n’admettait pas qu’un officier anglais soit marié. Si on lui en demandait la permission, il répondait qu’il fallait quitter l’armée. Vindicatif et enfantin, il était turbulent et brouillon.

19Passionné d’antiquités, il rapporta de son expédition au Soudan, nombre d’objets rares et de trophées. Au Caire, quoique représentant S.M. le roi, on remarquait chaque jour, à des heures régulières, sa voiture devant les magasins d’antiquaires. Monsieur Maspero, grand égyptologue jouissait d’une haute position auprès de tous les savants d’Europe ; il était de mon temps, directeur général du Musée du Caire et Conservateur du service des antiquités en Égypte.

20Ce savant, âgé et respecté, réputé dans son pays et à l’étranger, eut un incident malheureux avec Lord Kitchener au sujet de l’acquisition de certains objets, ce qui lui coûta son poste. Voici les faits. Un jour, on devait comme d’habitude vendre au Palais tous les objets détériorés et inutilisables. Parmi eux se trouvaient deux grands Aubusson achetés par mon grand-père. Kitchener, sachant qu’ils allaient être mis aux enchères publiques, fit tout au monde pour les acquérir avant la vente. On n’a pas oublié les embarras qu’il a créés au Gouvernement de Moukden lors de sa visite, pour se faire offrir certaines porcelaines rares.

21Lorsqu’il fut nommé représentant de S.M. en Égypte, je compris que ma tâche en serait plus ardue. J’écrivis immédiatement à mes amis du Parlement britannique. Il me semblait que le Gouvernement anglais, en nommant Lord Kitchener prenait, à l’égard de l’Égypte, une nouvelle ligne de conduite. Mes amis me rassurèrent pleinement et m’affirmèrent que Lord Kitchener avait été nommé à ce poste, simplement parce qu’il n’en existait pas d’autre vacant.

22Sir Edouard Grey, Ministre des Affaires Étrangères, déclara à ses amis des Communes, avoir donné des instructions formelles à Lord Kitchener pour qu’il présentât ses lettres de créance comme tous les autres plénipotentiaires accrédités auprès de la Cour Khédiviale. Il devait se présenter en uniforme de ministre plénipotentiaire britannique et non pas avec celui de feld-maréchal. Tous ses prédécesseurs étaient venus en Égypte par le paquebot. Lui se rendit tout d’abord à Malte sur un bateau de guerre. Comme d’habitude, à l’entrée du port d’Alexandrie, ce bateau de guerre salua par 21 coups de canon auxquels le fort de la ville répondit par un nombre de coups égal. Lord Kitchener prit tous ces honneurs pour lui et descendit à terre en uniforme de feld-maréchal. Le bataillon anglais en garnison à Alexandrie crut devoir envoyer une compagnie pour l’accueillir. On nous demanda d’en faire autant. Nous dûmes nous en abstenir, car pareilles cérémonies n’étaient protocolairement admises pour aucun plénipotentiaire accrédité auprès de nous. L’après-midi, il me présenta ses lettres de créance avec le cérémonial en usage :

23Discours de Lord Kitchener à S.A. le Khédive Abbas II

Monseigneur,
Le Roi, mon Auguste maître, me charge, en remettant entre les mains de Votre Altesse ces lettres de créance, de les faire accompagner par l’expression de Sa plus haute estime pour la personne de Votre Altesse et des vœux très sincères pour le bien-être de l’Égypte.
Je n’ai pas besoin d’ajouter que les sentiments du Roi, mon Maître, à l’égard de Votre Altesse et de l’Égypte sont aussi ceux de son représentant.

Fier de la mission dont le Roi a bien voulu m’honorer, et heureux de renouveler les bons souvenirs que j’ai toujours gardés de ce pays, je me plais tout particulièrement à la perspective d’être appelé à entretenir la vive sympathie, qui a animé mon prédécesseur dans ses relations avec Votre Altesse. J’ose espérer que cette sympathie, se joignant à une amitié de longue date pour l’Égypte, me facilitera la tâche que j’ai à cœur, celle de veiller, dans la mesure de mes moyens et avec l’approbation et l’appui de Votre Altesse, à la prospérité de l’Égypte.
Pendant les seize ans que j’y ai déjà passés, j’ai pu constater avec un profond plaisir les étapes progressives traversées par un pays auquel je m’attache par des liens d’une affection profonde. Revenu à ce pays, je tendrai constamment mes vœux et mes efforts vers le maintien et la développement de ce progrès.
Qu’il me soit donc permis, en réitérant à Votre Altesse les sentiments de mon Auguste Souverain, de m’y associer respectueusement, et d’assurer Votre Altesse de mon dévouement aux intérêts de Sa Personne et de son peuple.

24Je lui répondis en ces termes :

Monsieur le Ministre,
Je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue en votre qualité de représentant de Sa Majesté britannique an Égypte.
Les sentiments de haute bienveillance que Sa Majesté le Roi, votre Auguste Maître a daigné vous charger de me transmettre, ainsi que les vœux de Sa Majesté pour mon Pays, m’ont profondément touché.
Vous avez bien voulu exprimer le désir de maintenir les relations de sympathie que votre regretté prédécesseur entretenait avec moi ; je puis vous assurer que, de mon côté, je m’attacherai, en m’inspirant des mêmes sentiments, à faciliter l’accomplissement de votre mission et à vous prêter, à cet effet, tout mon concours.

En rappelant les années que vous avez passées en Égypte, vous vous êtes plu à constater le chemin qu’elle a parcouru dans la voie du progrès. J’ai la conviction qu’elle poursuivra sa marche ascendante vers un progrès toujours plus marqué et que les vœux que vous formez pour le développement du Pays, auquel vous êtes attaché par une amitié de longue date, ont un écho dans l’âme de tous ceux qui collaborent à sa prospérité et qui, dans cette tâche, ont toujours trouvé auprès de moi le plus ferme appui.
Je vous prie, Milord, de faire parvenir à Sa Majesté le Roi, l’expression de ma profonde gratitude pour les sentiments et les vœux dont vous venez d’être l’interprète et je vous remercie vivement pour l’intérêt que vous portez à ma personne et au bonheur de mon peuple.

25Pendant la lecture de son discours, il était si énervé que ses lunettes glissèrent et tombèrent. Il tremblait de tout son corps et commençait à bégayer. Le connaissant depuis fort longtemps, j’étais très étonné de le voir dans un état pareil. Après avoir présenté ses lettres de créance, au lieu de faire ajouter un wagon-salon au train, comme ses prédécesseurs, il demanda un train spécial.

26Arrivant à la gare du Caire, il exigea des tapis rouges de son wagon jusqu’à son automobile. Il insista, les jours de réception officielle, pour venir au Palais Khédivial en tenue de feld-maréchal. Comme le corps diplomatique est introduit par ancienneté, il était le dernier des ministres et cela ne s’accordait guère avec son uniforme de feld-maréchal. Il demanda donc au protocole la permission d’être reçu seul. Cette prétention choqua les autres ministres. Lord Kitchener trouva son attitude naturelle et parfaitement logique. Il voulait aussi introduire en Égypte un cérémonial particulier pour le représentant de l’Angleterre avec toutes les formes en usage aux Indes. Je le dispensai de venir à la grande cérémonie d’avant-midi, en uniforme, et le reçus l’après-midi, en visite particulière et en civil. Il voulait recevoir les honneurs réservés au souverain du Pays, soit : coups de canon, gardes d’honneur, train spécial, tapis rouge ; et aucune subtilité du protocole ne lui semblait superflue. S’il ne s’en était tenu à cela, le mal n’eût pas été conséquent. Malheureusement, il voulut s’occuper de l’administration interne du pays, qui en fait ne relevait pas de ses prérogatives.

27Un grand financier anglais Sir E. Cassel, ami intime d’Edouard VII, avait fondé avec Raphaël Suarès et Constantin Salvago, la Banque Nationale d’Égypte. Il créa par la suite la « Banque Agricole ». Les avances ne pouvaient excéder 90 livres égyptiennes. Lord Kitchener, voulant se rendre populaire auprès des paysans, exigea qu’on accrût le minimum d’emprunt avec tout un nouveau système d’amortissement né dans son imagination, étrangère à la finance, et gâta tout le système échafaudé par les promoteurs de cette banque. La démagogie le poussa plus loin. Il morcela un terrain du domaine de l’État, de 600 feddans, pour le partager entre les cultivateurs non propriétaires. Il fallut pour cela construire un village et une mosquée si précipitamment que le toit de la mosquée s’écroula.

28Sir Edward Grey, ministre des Affaires Étrangères reconnut que Lord Kitchener, en exigeant tout ce cérémonial et ces prétendues réformes, tendait à éclipser le souverain du pays. Ne pouvant lui donner comme aux autres ministres plénipotentiaires, des instructions détaillées, Sir E. Grey lui demanda de ne pas se livrer à des initiatives personnelles à l’insu du Khédive.

29Dès son retour, il voulut inaugurer son fameux hôpital contre l’anémie et je fus convié à l’inauguration. Étant au courant de sa conversation avec Sir Edward Grey, j’acceptai. À mon arrivée, je remarquai une grande tente dressée pour la réception des notables et omdahs de la région. Après le thé, il m’invita à adresser un discours aux notabilités rassemblées. Je n’y étais nullement préparé et ne voulais pas prononcer un discours public à l’insu de mon Président du Conseil assis à mes côtés avec Lord Kitchener, autour d’une petite table. Lord Kitchener me suggéra d’abord de traiter « des lieux d’aisance » que les maisons des paysans en Égypte ne possèdent pas dans l’enclos de la maison. Il serait indiqué, me dit-il, d’en construire deux dans chaque village en dehors de toutes les habitations, un pour hommes et l’autre pour femmes. J’approuvai son idée, mais, étant sienne, je préférai qu’il la développât lui- même... Mon discours fut remis à plus tard.

  • 1 Abbas II fait ici allusion à la personnalité de Lord Kitchener et à la raison pour laquelle il aura (...)

30Depuis la nomination de Kitchener jusqu’à son départ d’Égypte en 1914, les frictions entre nous deux se multiplièrent. Il déformait nos conversations et me mettait dans de fausses positions. Je compris pourquoi on ne voulait pas de lui dans la métropole1. Je finis par ne plus accepter de négocier verbalement avec Lord Kitchener. Après chaque discussion une note écrite résumait l’entretien.

  • 2 Tout le monde n’est pas d’accord sur la raison pour laquelle Lord Kitchener fit pression pour que t (...)

31Un jour à trois heures de l’après-midi, il vint me rendre visite au Palais de Koubbeh, près du Caire. Il tenait à me lire une note qu’il avait préparée. Il s’agissait du mouvement nationaliste dirigé contre l’Angleterre. Il m’accusait d’utiliser les fonds de l’administration des Wakfs pour subvenir aux besoins du mouvement. Je lui expliquai que les comptes de cette administration étaient minutieusement vérifiés par le ministère des Finances qui était sous le contrôle du Conseiller Britannique. Il était impossible de changer l’affectation des crédits2. Il me demanda alors que cette administration générale des Wakfs devint un ministère et fit partie intégrante de l’administration de l’État égyptien.

  • 3 Le Sultan ottoman.
  • 4 Voici un bon exemple des méthodes de coercition utilisées par les Hauts Commissaires britanniques e (...)
  • 5 Elevé à Paris et à Genève, Husayn Rushdi pacha est issu d’une famille au service de la dynastie de (...)

32Cette modification entraînait une injustice : les chrétiens, coptes, orthodoxes, catholiques, protestants, les Syriens chrétiens de toute nuance, possédaient des biens Wakfs administrés par leur clergé respectif et leurs communautés. Pourquoi donc vouloir prendre les biens des musulmans et les rattacher à l’administration de l’État. Je fis comprendre à Kitchener que j’étais le chef de cette institution musulmane et ne pouvais prendre pareille décision sans l’assentiment du calife, chef de l’Islam3, dont j’étais à ce titre le délégué dans ses prérogatives spirituelles. « Entendu, je vous donne huit jours pour réfléchir », me dit-il4. Dès son départ, je fis mander le président du Conseil Mohamed Saïd Pacha et Hussein Rouchdi Pacha5, Ministre des Affaires Étrangères et leur rendis compte de mon entretien avec Kitchener.

33Je leur donnai l’ordre d’aller le voir et de le convaincre de l’inutilité d’attendre huit jours. J’étais décidé à envoyer une dépêche à Constantinople afin d’avoir une réponse rapidement. Kitchener perdit peu à peu son sang-froid et furieux s’écria : « Le Khédive a accepté ma proposition et il s’est engagé à régler cette affaire dans les huit jours ». « J’ai envoyé une dépêche à mon Ministre de Londres pour le prévenir » ajouta-t-il. « Si le Khédive a changé d’idée, je suis prêt à envoyer une deuxième dépêche annonçant qu’il a changé d’opinion et il en subira les conséquences ».

  • 6 Le prince Muhammad Saïd Halim était le plus jeune fils de Muhammad Ali pacha. Il aurait dû succéder (...)

34Mes Ministres revinrent me faire part de leur entretien. Devant cette menace, je leur déclarai que Lord Kitchener rendait toute collaboration impossible, que j’allais me retirer dans mon Palais de Montazah, près d’Alexandrie, que j’enverrais une dépêche à Constantinople en déclarant ne plus pouvoir travailler de cette manière, et que je préférais abdiquer. Dès que Lord Kitchener eut connaissance de ma détermination, il s’emporta contre les deux ministres et prétendit n’avoir jamais tenu pareils propos. Il n’avait pas envoyé de dépêche à son ministre à Londres et ne voyait aucun inconvénient à ce que j’en envoie une demandant l’autorisation du Sultan. Lord Kitchener hors de lui arpentant de long en large le pièce où il s’entretenait avec les deux ministres leur déclara : « Dites au Khédive que s’il s’appuie sur Constantinople, il ne doit pas oublier que le Grand Vizir actuel est le Prince Saïd Halim6 et que nous pourrons faire à Constantinople ce que nous ne voudrons pas faire en Égypte. » Sur le moment, je n’ai pu comprendre ni la portée ni l’allusion que contenait cette phrase. Elle s’éclaira malheureusement par la suite.

35Je quittai l’Égypte en mai 1914 pour mes vacances habituelles d’été, ignorant ce que l’avenir me réservait. Je savais seulement que nous étions arrivés à un profond désaccord et que la situation ne pouvait plus durer ainsi longtemps. La guerre européenne ayant été déclarée en août 1914, Lord Kitchener reçut de son Gouvernement, les pleins pouvoirs pour tout ce qui concernait la guerre. Lord Kitchener n’envisageait pas mon retour en Égypte d’un bon œil. La Turquie n’était pas encore en guerre. Je me rendis en terre musulmane pour célébrer notre jeûne de Ramadan. Aussitôt arrivé à Constantinople, je rendis ma visite protocolaire à la Sublime Porte et au Grand Vizir le Prince Saïd Halim.

36En sortant de la Sublime Porte pour rentrer dans mon Palais, je fus l’objet d’un attentat : une communication officielle anglaise vint aussitôt m’interdire de rentrer en Égypte.

Principales dates de la biographie de Lord Kitchener

372 juin 1850 : Naissance à Bally Longford 1870 : Sous-Lieutenant du Génie 1870 : Il s’enrôle dans l’armée française 1883 : Capitaine

38De 1886 à 1888 : Gouverneur Général du Soudan (Souakim)

39De 1889 à 1892 : Adjudant généra

401892 : succède à Sir Francis Grenfell comme Sirdar

412 septembre 1898 : Il est fait baron Kitchener (en récompense de la victoire d’Omdurman)

421899 : Gouverneur Général du Soudan et Sirdar

431900 : Succède à Lord Roberts au poste de commandant général pour la guerre de Transvaal

441902 : Vicomte

451909 : Commandant des Indes. Il s’occupe ensuite des recrutements pour le service en Australie et en Nouvelle-Zélande

461910 : Succède au duc de Connaught comme feld-maréchal

471911 : Haut Commissaire en Égypte. 1914 : Comte

481914 à 1916 : Ministre de la Guerre.

49Mort le 5 Juin 1916, en mer, sur la Côte des Orcades

50En haut : Officiers britanniques de l'année égyptienne (photo G. Lekegian and Co.)

51En bas : Officiers égyptiens (photo G. Lekegian and Co.)

Notes

1 Abbas II fait ici allusion à la personnalité de Lord Kitchener et à la raison pour laquelle il aurait été choisi pour être Haut-Commissaire en Égypte : on voulait qu’il soit le plus loin possible de la Grande-Bretagne.

2 Tout le monde n’est pas d’accord sur la raison pour laquelle Lord Kitchener fit pression pour que tous les fonds de l’administration des awqaf musulmans soient placés directement sous le contrôle du gouvernement dominé par les Britanniques. Pour Abbas II, cette demande représentait un empiétement de plus du Haut-Commissariat sur ses prérogatives et l’appropriation par les Anglais de fonds importants destinés aux communautés musulmanes du pays. Puisque seuls les fonds des awqaf devaient être réquisitionnés, à l’exclusion des autres groupes religieux, le khédive ressentit cette discrimination comme un affront personnel. La décision de Kitchener serait venue également du fait qu’il pensait que les fonds des awqaf étaient utilisés pour financer des activités anti-britanniques. Les ennemis du khédive quant à eux pensaient que Kitchener voulait soustraire ces fonds des mains du khédive qui, pensaient-ils, voulait les utiliser pour son usage personnel. Eldon Gorst avait déjà demandé le renvoi de deux responsables des awqaf, en la personne de Ahmad Dalawar bey et celle de Muhammad Abaza bey, pour mauvaise gestion.

3 Le Sultan ottoman.

4 Voici un bon exemple des méthodes de coercition utilisées par les Hauts Commissaires britanniques en Égypte pour obtenir du khédive ce qu’ils voulaient.

5 Elevé à Paris et à Genève, Husayn Rushdi pacha est issu d’une famille au service de la dynastie de Muhammad Ali depuis plusieurs générations. Son grand-père maternel, Muhammad Topuzada, l’un des meilleurs généraux de Muhammad Ali, avait repoussé l’expédition britannique conduite par le général Frazier en 1907. Il avait été ensuite gouverneur d’Alexandrie et régent de la couronne quand Muhammad Ali se déplaçait hors du Caire. Husayn Rushdi pacha fut Premier ministre quatre fois de suite, de décembre 1914 à 1919 sous les règnes de Abbas II et du Sultan Husayn Kamil et deux fois sous le règne du Sultan Ahmad Fuad. Il était régent quand Abbas II, en villégiature à Constantinople, fut l’objet d’une tentative de meurtre qui devait entraîner sa déposition par les Anglais. Rushdi se prétendait nationaliste, mais Abbas II montre qu’en dépit de sa popularité, Husayn Rushdi pacha était un homme peu capable qui, de plus, collabora avec les Anglais. Le khédive va jusqu’à l’accuser d’avoir fait partie du complot qui entraîna sa chute.

6 Le prince Muhammad Saïd Halim était le plus jeune fils de Muhammad Ali pacha. Il aurait dû succéder à Ismaïl, si celui-ci n’avait, par le firman de 1866 qu’il « acheta » au Sultan, établi la succession au trône d’Égypte dans sa descendance directe. Le prince Halim vécut à Istanbul où il tenta sans relâche de regagner ses droits au trône.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540