Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre XI. Sir Evelyn Baring, lord Cromer

Texte intégral

Sa famille. Éducation militaire à Woolwich. Officier d’artillerie, major, secrétaire du Vice Roi aux Indes. Succède à Sir E. Malet, Consul Général en Égypte. Ministre plénipotentiaire. Son attitude après l’Entente Cordiale. Son rappel après l’affaire Denshawai.

1Evelyn Baring est d’une famille originaire d’Allemagne, naturalisée anglaise depuis plus de deux cents ans. Son grand-père Francis était à son époque un grand personnage de la finance et faisait autorité dans les questions cambistes. Il fut le directeur de la « East India Company » et un de ses petits-fils devint même Vice- Roi des Indes.

2Evelyn Baring, fils de Henry Baring, est né le 26 février 1841 ; après ses premières études, il entra à l’âge de 13 ans à l’école militaire, Woolwich Academy, d’où il sortit en 1858. Il passa les premières années de sa carrière militaire dans l’artillerie, subissant la routine des périodes de paix. En 1868, il était déjà lieutenant et entra au « Staff Collège » d’où il sortit en 1870. En 1873, son cousin Thomas qui était devenu Lord Northbrook, partait en qualité de Vice-Roi des Indes. Il prit avec lui Evelyn Baring comme secrétaire privé. Le futur Lord Cromer se découvrit ainsi des qualités diplomatiques. En trois ans il passa par tous les rouages de l’administration indienne. À la fin du mandat du Vice-Roi, Londres l’envoya en qualité d’« English Commissioner of the Egyptian Debt ». L’aggravation de la crise financière faisait partie du plan de l’Angleterre qui possédait déjà les actions du Canal de Suez, et elle put se donner le rôle de sauveur.

3Le Stock Exchange, en spéculant sur les titres égyptiens, prépara le chemin à la diplomatie britannique. Tous les sacrifices financiers acceptés par mon aïeul Ismaïl et les membres de sa famille ne servirent à rien. L’occasion était bonne pour que Londres attachât à l’Egypte ses premières chaînes. Les élections générales anglaises qui renversèrent le Gouvernement de Lord Beaconsfield amenèrent Gladstone au pouvoir. Un grand changement eut lieu en conséquence dans l’administration métropolitaine et coloniale britannique.

4A 39 ans, le Major Evelyn Baring se vit offrir le poste de Ministre des Finances des Indes par le nouveau Vice-Roi, Lord Ripon, qu’il rejoignit en décembre 1880 après un séjour de six mois à Londres. Aux Indes, c’est aussi une politique d’économie et de réorganisation financière qu’il devait poursuivre. Il quitta cette colonie en août 1883, et fut fait « Knight Commandership of the order of the Star of India », avant d’arriver en Égypte le 11 septembre 1883, pour prendre son nouveau poste d’Agent et Consul Général au Caire, avec rang de Ministre Plénipotentiaire dans le service diplomatique. Sa carrière militaire et son séjour aux Indes développèrent ses principes impérialistes et son absolutisme. L’Égypte lui servit de champ d’application.

5Il a succédé à Sir Edward Malet, l’homme qui vécut l’affaire Arabi jusqu’à ses tristes conséquences. Baring s’était en réalité donné le rôle et les attributions occultes de Résident auprès du Khédive Tewfik. Sa politique autocratique n’avait de force que par la présence d’une armée d’occupation incontrôlable et incontrôlée. Gladstone, Premier Ministre, souhaitait l’évacuation, soutenu par son Ministre des Affaires Étrangères, Lord Granville. Ainsi ses premières instructions à Baring disaient : « I am rather hope that you will be able to advice a further withdrawal of troops at the beginning of the next year, keeping sufficient force at Alexandria. » (Lord Granville to Major Baring, June 29th 1883). Il lui confirma les vues du cabinet le 21 août 1883, pour « an early diminution of the troops and the withdrawal of the whole garrison from Cairo. The Cabinet is anxious that this should be done... » Le Ministre de la Marine, Lord Northbrook, dont il était le secrétaire particulier aux Indes, lui précisa dans une lettre du 4 septembre 1883, que « the main question for us (the Government) is, how soon our troops can safely leave Cairo. » Il lui répondit le 27 septembre 1883 : « I think I shall be able to recommend the évacuation of Cairo and the diminution of the total force in Egypt », dès qu’il s’est installé dans ses nouvelles fonctions. Ces rappels montrent que le Khédive Tewfik s’attendait à cette évacuation d’un jour à l’autre. Cromer bien entendu sut brouiller l’échiquier : l’armée d’occupation était l’instrument nécessaire pour arracher à l’Égypte ses prérogatives souveraines. Ce militaire formé aux Indes, poursuivait une politique de domination qui n’était pas encore dans les vues du Cabinet Gladstone. Ceci explique la psychologie et la personnalité de Sir Evelyn Baring, qui devint Lord Cromer au début de mon règne.

6A partir de 1892, l’activité de Lord Cromer se décompose en deux phases distinctes. La première se termine à l’époque de l’accord franco-anglais de 1904. Lord Cromer avait reçu de son Gouvernement la mission de réorganiser l’Administration Égyptienne, de corriger les erreurs financières et d’équilibrer le budget de l’État. À cette époque, le Gouvernement britannique n’avait pas les mains libres en Égypte, car, une grande partie des recettes de l’État étant destinée au paiement des intérêts de la Dette, les finances étaient contrôlées par la Commission dite « Caisse de la Dette Publique ». Elle était composée des représentants officiels de chaque puissance intéressée à la Dette, anciens diplomates souvent plus qualifiés que ceux qui représentaient leurs pays au Caire, elle avait le contrôle de l’Administration, et votait toutes les dépenses. Lord Cromer n’en pouvait engager aucune sans avoir obtenu au préalable son approbation. Mais pour réaliser sa politique, lors de la reconquête du Soudan, Lord Cromer n’hésita pas à dépasser toutes ses prérogatives.

7Lord Cromer avait la voix du représentant de l’Angleterre, mais les représentants français et russes travaillaient très activement à interdire toute dépense inutile. À ce moment, c’était l’unique pensée de tous les fonctionnaires en Égypte, y compris les Égyptiens. Par exemple, un bureau de poste ou de télégraphe n’était ouvert que si on était certain qu’il couvrirait les frais. Une gare de chemin de fer ne pouvait être créée que si les personnes des environs garantissaient le paiement du déficit possible. À ce sujet, je me souviendrai toujours de ce qui m’est arrivé au cours d’un de mes voyages dans les Provinces. C’était au début de mon règne, alors que je n’avais pas encore la pratique des affaires de l’État. Lors d’une visite à Zagazig, siège d’un tribunal de première instance, à mon arrivée au tribunal, le Président me présenta un état de son administration. Fraîchement sorti de l’école, n’ayant pas l’habitude des statistiques, je gardai le rapport en main, n’y trouvant aucun sujet de commentaire. Voyant cela, le Président me désigna la rubrique des recettes. C’est un signe très caractéristique de l’état d’esprit des fonctionnaires de ce temps. L’obsession de l’excédent budgétaire amenait ce président de Tribunal à attacher plus d’importance au rendement financier qu’au nombre des litiges tranchés. L’équilibre du budget lui semblait plus important qu’une justice bien rendue.

8Lord Cromer, au cours de ses premières années en Égypte, obtint un plein succès. Le pays était bien administré, les annuités de la dette régulièrement payées, ainsi que les échéances des intérêts. Les réserves de l’État augmentaient annuellement. Lord Cromer obtint le relèvement du prestige financier de l’Égypte au détriment de toute réforme sociale et culturelle... Les membres de la commission de la Dette Publique étaient constamment en rivalité. Aussi étaient-ils rarement d’accord pour décider d’une dépense. Toutes les sommes entrées dans la Caisse de la Dette Publique étaient conservées en or dans les coffres-forts de la commission. L’immeuble était gardé militairement et chacun savait que toute la fortune du pays se trouvait là. Je me rappelle qu’à mon arrivée en Égypte, je voyais, le matin en descendant au Palais d’Abdin, des charrettes traînées par des ânes, encadrées par des soldats armés de fusils, et contenant des sacs remplis d’or et d’argent qu’on transportait de la gare à la Caisse de la Dette Publique ; car les revenus du pays devaient être versés directement à cette caisse.

9À son arrivée, Lord Cromer, qui s’appelait alors Sir Evelyn Baring, était Consul Général britannique en Égypte. Les fonctionnaires anglais dans les administrations étaient peu nombreux et pouvaient avoir des rapports directs avec leur Consul Général. Mais Lord Cromer n’osait pas encore donner d’instructions à une administration. Quand il désirait quelque chose, il en parlait au Président du Conseil des Ministres, en le priant de m’aviser. Dans ses relations avec moi, Lord Cromer se montrait toujours aimable et disait à qui voulait l’entendre qu’il aimerait m’aider et collaborer sincèrement. Mais il ajoutait d’un air ironique : « Je suis très satisfait de l’activité de Son Altesse et de sa jeunesse. Ce qui pouvait signifier que mon inexpérience me poussait à faire des bêtises. En fait, il cherchait toujours à m’humilier et m’amoindrir. Chaque fois qu’il venait me voir et qu’il était de mauvaise humeur, il essayait de me blesser en prétendant que la population égyptienne voulait se révolter contre la dynastie et que les Anglais étaient venus pour la protéger et rétablir l’ordre. « N’oubliez-pas, disait-il, que le mouvement arabiste existe toujours et que, si je lève le petit doigt, il peut se manifester de nouveau et rejeter la dynastie hors du pays. » Quand il me parlait ainsi, je ne répondis rien, car je ne voulais pas créer un incident qui aurait pu tourner à mon désavantage. Mais un événement vint changer la face des choses. À la chute du Président du Conseil des Ministres, Moustapha Fahmi Pacha, Son Excellence Hussein Fakhri Pacha fut nommé à sa place pour vingt-quatre heures.

10C’est alors que la population égyptienne me manifesta son attachement sans réserve. La démonstration patriotique de la Jeunesse intellectuelle fut très remarquée. Lord Cromer changea alors complètement d’attitude envers moi, devint mon adversaire déclaré et le resta jusqu’à son départ : « Si je lève le petit doigt, prit-il l’habitude d’affirmer, je puis faire venir l’escadre britannique de Malte à Alexandrie. » Comme il me répétait cette phrase en différentes occasions, je finis par comprendre le changement qu’elle dénotait. Je lui répondis un jour que j’étais heureux de le voir remarquer combien je jouissais maintenant de la confiance du peuple, et que ce serait vraiment inutile de consommer du charbon pour faire venir l’escadre à Alexandrie, car, pour moi, une barque avec un seul matelot pour ramer était bien suffisante.

11Les choses continuèrent ainsi jusqu’en l’année 1904. Alors l’activité de Lord Cromer entra dans sa seconde phase. L’accord franco-anglais de 1904 eut pour résultat la transformation de la Commission de la Dette Publique.

12On continua à verser à tous les membres leurs appointements, car, ne faisant pas partie du corps des fonctionnaires égyptiens, ils n’avaient droit à aucune retraite ou indemnité. Mais on leur retira tout droit de veto : le Gouvernement égyptien put disposer librement de ses ressources financières.

13Lord Cromer licencia les fonctionnaires français engagés par contrat, contre une indemnité telle que leur attachement pour notre pays ne pouvait résister à l’occasion unique qui s’offrait à eux, de pouvoir assurer à jamais le bien-être de leur famille. Tous les postes abandonnés par les Français furent naturellement réservés à des fonctionnaires anglais, non égyptiens. Ainsi le nombre des fonctionnaires anglais doubla. De Consul Général qu’il était, Lord Cromer fut promu à la position diplomatique de Ministre Plénipotentiaire. Profitant de l’Entente Cordiale, de la situation privilégiée reconnue à l’Angleterre en Égypte et de sa conséquence logique, l’augmentation du nombre des fonctionnaires anglais, Lord Cromer se mit à donner des ordres à l’administration sans passer par le Ministre.

14Il y avait dans chaque ministère un poste de Conseiller, expert britannique, chargé de transmettre les projets de réforme à son Ministre et par conséquent seul qualifié pour présenter les projets au Ministre et au Conseil des Ministres qui les examinait et décidait s’il y avait lieu ou non de les accepter. Mais, si le Conseiller sentait une opposition de la part du Cabinet, le représentant de Sa Majesté intervenait immédiatement. Lorsque la Commission de la Dette Publique perdit son droit de veto, le Conseiller Financier Corbet estima que la quantité d’or accumulée à la Dette Publique était ridicule. Aussi décida-t-il de changer tout l’or du Trésor contre des valeurs Sud-Africaines. Dans cette opération, le Trésor égyptien perdit pour la première fois une bonne partie de ses réserves. C’est à partir de ce moment également, qu’au lieu de construire un pont, on en construisit quatre. On éleva quantité de bâtiments, de casernes, dont quelques-uns croulaient même avant d’être habités. C’est ainsi que l’Administration perdit l’habitude d’économiser.

  • 1 Le cheikh Muhammad Abduh.

15Lord Cromer croyait connaître le pays à fond : malheureusement, il ne s’entourait que de gens, la plupart appartenant à l’élément levantin, qui ne lui apportaient que les informations favorables à sa politique. Il avait le tort de les croire sur parole. C’est ainsi qu’un jour la Chambre de Commerce d’une ville d’Angleterre lui ayant demandé pourquoi la quantité d’or qui entrait annuellement en Egypte était plus importante que celle qui en était ressortie ou était restée dans les banques, Lord Cromer, après avoir consulté son entourage, répondit que le paysan égyptien amassait l’or et l’enterrait parce que la religion musulmane lui interdit de déposer avec intérêt son argent dans les banques. Si Lord Cromer avait réfléchi un instant, il aurait compris que la réponse qu’il avait faite ne correspondait pas à la réalité. Le paysan égyptien était bien loin d’être aussi riche que cela. L’égyptien le plus écouté de Lord Cromer, le Grand Mufti1 lui avait présenté un projet de décret autorisant le prêt à intérêt. Je refusai de promulguer un pareil texte et convoquai une commission composée de tous les hauts dignitaires religieux du pays. Ils se refusèrent catégoriquement à souscrire. Lord Cromer aurait dû se rendre compte, qu’en admettant même que le paysan ait possédé de l’or, il ne l’aurait jamais changé en valeurs papier pour les déposer avec intérêt dans une banque. Personne n’a su faire remarquer à Lord Cromer la véritable cause de la différence existant entre le chiffre d’entrée de l’or et le chiffre de sortie ou de dépôt. Il y avait une grande quantité de négociants du Soudan, de Cyrénaïque, de Tripolitaine, de Nedjed, du Hedjaz et de Syrie qui venaient vendre sur les marchés d’Égypte leurs produits. À la saison où l’on importe des chameaux d’Arabie, la douane enregistrait journellement deux cents à trois cents chameaux. À Amriyah, par jour de marché, je me rappelle des transactions de mille chameaux et de dix mille moutons de Libye ou de Cyrénaïque. Tous ces marchands ainsi que les pèlerins du Hedjaz ne pouvaient pas utiliser les crédits bancaires. Aussi emportaient-ils l’or sur eux. Cette importante sortie d’or ne figurait sur aucune statistique.

16Au cours de ses dernières années, Lord Cromer, fatigué par l’âge et la maladie, n’était plus le même homme. Il s’emportait avec une grande facilité, devenait impulsif, faisait des réflexions qu’il regrettait ensuite et pour lesquelles il devait trouver des excuses. À la moindre contrariété, il venait protester auprès de moi énergiquement. Il arrivait de mauvaise humeur, la figure congestionnée, me tendait à peine deux doigts et explosait sans plus attendre. Puis il se calmait. On discutait l’affaire paisiblement. Et il partait en prenant congé très gentiment. On sentait bien l’homme qui avait perdu son énergie et que l’apathie gagnait, dès que le premier mouvement de violence était passé. Avant son départ, Lord Cromer entreprit un si grand nombre de travaux à la fois qu’on ne pût même pas les terminer. Il est tout à fait regrettable que sa carrière se soit achevée d’une telle façon, car, à ses débuts, il avait obtenu un certain succès de prestige. À la fin de sa vie, ses colères n’étaient plus que des feux de paille que personne ne prenait plus au sérieux. On l’a dépeint comme un homme sec et brutal. Je n’y souscris pas. II a parfois abusé de la force qu’il avait entre les mains ; il était sujet à des changements d’humeur brusques qui pouvaient faire croire à cette brutalité. Mais, quand on travaillait constamment avec lui, on se rendait compte qu’il n’était pas un adversaire terrible. Pour ma part, j’ai toujours eu plaisir à lutter contre lui et je considérais cela comme une sorte de sport. Si Lord Cromer avait des défauts, il n’était en tout cas, ni faux, ni corrompu ; et, tout le temps qu’il est resté en Égypte, il a toujours rempli sa haute mission avec une grande droiture, au service de sa patrie, l’Angleterre, bien que ses biographes aient oublié de citer ses grandes erreurs, surtout celle de Denshawai. Il n’était pas assez intuitif pour pressentir les conséquences graves de cette politique impérialiste. Il n’a pas su préparer un programme de compréhension politique anglo-égyptienne. Il a creusé le fossé que son successeur n’a pas eu malheureusement le temps de combler. La formation militaire de Lord Cromer et son passage aux Indes l’ont aveuglé. Son successeur, Sir Eldon Gorst, formé au Foreign-Office, plus diplomate, espérait remonter le courant. Mais le destin en décida autrement, en le ravissant encore bien jeune aux siens et à l’Égypte. Paix à son âme ! [Cf. annexe à ce chapitre : les immixtions de Lord Cromer dans la vie religieuse de l’Égypte.]

Principales dates de la biographie de Sir Evelyn Baring, Lord Cromer

1726 Février 1841 : Naissance à Cromer Hall (Norfolk) 1855 : Entre à Woolwich

  • 2 Son cousin.

181872 : Départ pour les Indes en qualité de Secrétaire privé de Lord Northbrook2

191877 : Premier Commissaire à la Caisse de la Dette

2011 Septembre 1883 : Consul Général

211892 : Baron

221897 : Vicomte

231901 : Comte

24Août 1907 : Lord Cromer quitte l’Egypte 1908 : Il publie son livre Modem Egypt 29 Janvier 1917 : Mort de Lord Cromer

CHAPITRE XI (ANNEXES)

Les immixtions de Lord Cromer dans la vie religieuse égyptienne.

  • Entrevue entre le cheikh Mohamed Abdou et Lord Cromer (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

25(compte rendu du 27 mars 1905 par Cheikh Ali Youssef). La propagande britannique a souvent affirmé au monde que le rôle de lAngleterre en Égypte se bornait à assurer l’ordre et à surveiller la bonne marche de l’Administration civile, financière et militaire. Choisie parmi de nombreux autres documents du même ordre, la lettre suivante du Cheikh Ali Youssef, Directeur du Mosyade montre que Lord Cromer n’hésitait pas à s’immiscer dans les affaires religieuses du pays. Ce compte rendu du 27 mars 1905 qu’Ali Youssef tenait de Mahmoud Bey Mahmoud Soliman, ami intime du Cheikh Mohamed Abdou, résume une entrevue entre Lord Cromer et le Mufti, la plus éminente autorité théologique du pays. Il s’agissait pour Lord Cromer d’obtenir du Mufti qu’il me remette sa démission, probablement pour me créer de nouveaux embarras. Lord Cromer attachait une grande importance à la chose, puisque quelques jours après la mort du Mufti, par une lettre du 19 juillet 1905, envoyée de sa résidence d’été en Angleterre, il me priait « d’exercer le plus grand soin dans le choix d’un successeur » et d’attendre notre rencontre pour en discuter avec moi.

26Ne pouvant le heurter de front, je lui repondis de ma résidence en France : « Qu’il n’y avait en effet aucune urgence pour s’en occuper maintenant. » J’espérais que le temps nous viendrait en aide.

  • Lettre de Lord Cromer au sujet de la succession ouverte du Mufti. 19 juillet 1905 (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).
  • Réponse du Khédive à cette lettre (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

Notes

1 Le cheikh Muhammad Abduh.

2 Son cousin.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540