Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre X. Le fellah, la corvée et le courbash

Texte intégral

1Le Fellah et les Ibis, symboles séculaires de la terre égyptienne, incarnations vivantes de son âme !

2Silhouettes immuables sous le ciel bleu, sur l’horizon jaunâtre, au bord du Nil divinisé où les palmiers dressent leur panache, à l’ombre des voiles blanches des dahabyehs !

3Le Fellah offre le complément vivant de ce paysage enseveli que les archéologues venus de tous les points du globe, dans leur fouille impatiente des opulentes cités de la civilisation pharaonique, dévoilent jour après jour. Patient et silencieux, le fellah, dont les mouvements gardent une lenteur presque solennelle, tissée de mystère, et d’infini, s’accorde avec la pesanteur transparente de l’air, communie au calme profond d’un passé majestueux qu’il fait pressentir de façon saisissante.

4À ce calme, richesse du fellah, legs d’une civilisation immémoriale, la soif de l’or et les aspirations à l’indépendance ont substitué une inimaginable puissance de révolte.

5Pendant des siècles et des siècles, le fellah avait vécu une vie sévère accomplissant ses devoirs familiers. Son âme semblait comme endormie et son désir limité. Agriculteur de race et par nécessité, il avait peiné pour apporter du pain à l’Égypte. Le blé, don inappréciable du Nil, avait déjà nourri les Romains et demeurait à travers les millénaires la richesse naturelle du Pays.

6Transposent avec son esprit cynique les trois c traditionnels d’un vieux dicton italien : café - clair - chaud, Lord Cromer écrit que les trois c les plus durs à vaincre en Égypte furent : la corvée, le courbash, la corruption. Je ne me donnerai pas la peine de récuser le dernier c ; tare d’une époque et qui ronge tous les pays démocratiques, libéraux ou marxistes.

7Quant à la corvée (traduction impropre du mot correspondant arabe de aouna, aide prêtée à la suite de moyen coercitifs), son emploi remonte au Roi des Hébreux, Salomon dont la sagesse est encore en exemple. Aussi ancienne que l’Égypte et que les Pharaons, elle fut indispensable et inévitable aux époques où, la loi n’était applicable que par la force. Les hommes n’avaient pas encore la notion d’une vie dirigée par des principes et des devoirs de réciprocité, et par des rapports entre la monnaie et le travail. La suppression de cette espèce d’esclavage fut la préoccupation constante de mon Père, qui avait suivi l’exemple du sien, Ismaïl, dans la lutte contre le trafic des esclaves et la recherche de moyens efficaces et prudents pour éliminer graduellement cette forme de coercition que le progrès universel et le développement du pays rendaient déplorable.

8Sans la corvée, il eût été évidemment impossible aux Pharaons de dresser leurs architectures cyclopéennes, de faire tracer et creuser avec un soin méticuleux leur réseau de canalisations. L’Egypte n’aurait eu ni les pyramides, ni les villes, ni les temples, ni les obélisques et les lignes d’eau fertilisant le désert pendant des milliers d’années, qui remplissent d’admiration les voyageurs, les savants et les touristes du monde entier. La corvée a rendu possibles les explorations pharaoniques qui révélèrent les terres éthiopiennes. Sans la corvée l’agriculture égyptienne serait restée rudimentaire : l’Angleterre elle-même dût l’imposer pendant la guerre mondiale. Jusqu’à nos jours, la corvée s’était montrée un système sans égal pour obtenir une sorte de travail qui n’eut point été exécuté sans cette forme de contrainte. L’Egypte vit du Nil. Tout le monde sait cela, mais le Nil n’est pas tout et le Nil diffère des autres fleuves. Les inondations des grands fleuves sont occasionnelles et destructrices, les siennes sont périodiques et providentielles. La régularisation des eaux permet l’alimentation rationnelle des terrains environnants. Mais pendant les semaines où le sol s’enrichit de leur apport fertilisant, les eaux ne dépassent pas le terrain qui borde le Nil. Le restant du territoire, des centaines de kilomètres carrés, ne tire aucun bénéfice du Nil. L’Egypte ne jouit pas du privilège précieux des pluies saisonnières de même que la plupart des régions de l’Abyssinie limitrophe. Aucune culture, aucune vie ne seraient possibles pour notre pays si les Pharaons ne nous eussent appris - à nous comme à tous les anciens conquérants se succédant en Égypte, Grecs, Romains, ou Arabes, jusqu’aux Khédives - à créer des canaux vivifiants, à en excaver sans cesse de nouveaux, à les purger, à les délivrer des eaux mortes et de la boue que le Nil y dépose chaque année.

9Comment Lord Cromer peut-il s’attribuer à lui seul le mérite d’avoir supprimé le courbash et la corvée, alors qu’il suffit d’analyser le règne de tous les Khédives d’Égypte pour constater que l’abolition de ces moyens millénaires de coercition fut leur souci constant et paternel ? Il n’y a qu’à lire le discours prononcé par Ismaïl en présence du Corps Consulaire, à la Citadelle du Caire, le jour où il revêtit sa charge de Vice-Roi, le 20 janvier 1863 : « ... Je pourrai ainsi abolir le système de corvée, l’obstacle, l’obstacle unique, pourrais-je dire, qui a empêché le pays d’atteindre tout le développement dont il est capable ». Les Anglais se vantent d’avoir réalisé les réformes qu’Arabi avait promises aux Fellahs et d’avoir contraint les Cheikhs oppresseurs à respecter la loi. Ces réformes qu’Ismaïl avait ébauchées avec un souci tout paternel, que mon Père Tewfik s’efforça de réaliser pendant son règne, et qui trouvèrent leur aboutissement sous mon règne sur mon intervention personnelle, ne préoccupèrent l’Angleterre que dans la mesure où elle s’efforçait de faire du Fellah l’instrument de son dessein particulier : la culture du coton. Ismaïl avait voulu et avait entamé cette œuvre de relèvement du fellah pour la grandeur future du pays. Il la mena malgré tous les obstacles et les désillusions par un travail assidu, au cours d’une succession ininterrompue de projets et d’expériences fructueuses. Pourtant, si l’Egypte a fait de grands progrès, la condition des Fellahs, non point des petits propriétaires, mais des simples laboureurs de la terre n’a guère changé.

10La question du courbash ne fut qu’un argument de comédie pour Lord Cromer qui a voulu faire croire aux vieilles misses anglaises, aux clergymen protestants, qu’il sauvait ainsi la pauvre humanité égyptienne. Le courbash avait cessé en Egypte déjà avant que Lord Cromer en parle ; c’était son intérêt d’en parler. Il oubliait seulement que les Anglais l’administraient encore dans leur armée et leurs écoles.

11Kitchener bluffa de la même manière quand il dressa sans jamais le réaliser le plan de morcellement des six cents feddans pour y construire un village modèle à l’usage des fellahs. Mais cela lui était bien égal ; il avait seulement voulu étonner ses compatriotes et, espérait-il, l’univers. Du reste malgré le temps et les progrès acquis, le fellah continue, en majorité, à vivre dans de simples habitations, d’une manière primitive, gardant les habitudes et l’état de choses léguées par le passé. La mortalité infantile, terrible autrefois, dépasse encore de loin celle des autres pays civilisés.

12L’emploi du courbash, cet instrument barbare subsiste encore en plusieurs parties du monde, particulièrement en Asie et aux Colonies et n’a donc jamais été une exclusivité égyptienne.

  • 1 Il était le chef de la police au Soudan vers 1870.
  • 2 Haut-fonctionnaire britannique en Égypte - et l’un de ceux qui, d’après Abbas II, ont contribué à (...)

13C’est du règne de mon Père que date la première initiative quelque peu pratique visant à supprimer le courbash. Il eut pour collaborateur le Ministre Égyptien Ismaïl Pacha Eyoub1. En vérité, ni l’un, ni l’autre, ne donnèrent un coup décisif au système de la fustigation, bien que le paiement des impôts fut allégé. Des résultats pratiques furent atteints graduellement sous mon règne à la suite de la suppression progressive de la corvée, de l’application du drainage et de l’achèvement du barrage d’Assouan. La difficulté et le danger extrême de supprimer et même d’atténuer le système de la corvée et de son inévitable corollaire, le courbash, paraissent évidents d’après ce qu’en janvier 1885 écrivait au Ministre égyptien des Travaux publics, le 1er Sous-Secrétaire Britannique, Scott-Moncrieff2, trouvant que le système de la corvée n’est plus applicable sous un régime modéré : « Le paysan refuse de se rendre au travail à l’invitation du Moudir et on ne peut l’obliger. Il en résulte que le nettoyage des canaux est exécuté imparfaitement ».

14Il manquait non pas la volonté de supprimer à la fois corvée et courbash, mais les moyens indispensables à la réalisation de ce projet au point de vue légal et économique ; l’Égypte en pleine crise financière ne disposait ni d’or ni de milice organisée pour une surveillance effective et pour la répression de révoltes éventuelles ; ni d’une organisation pour le choix, l’acquisition et le fonctionnement des moyens mécaniques nécessaires et le paiement des techniciens. Il eût fallu des millions de livres égyptiennes et des dizaines d’années de travail pour créer le système hydraulique de l’Égypte tout entière.

15La preuve que sous le règne de mon Père une réalisation pratique fut essayée, se trouve dans les deux pièces suivantes ; « L’adhésion de certaines Puissances au projet de Décret sur la Corvée ayant été subordonnée à des modifications considérées comme inadmissibles, le Gouvernement de Son Altesse considérant la suppression de la corvée comme une mesure à laquelle sont attachés le bien-être et la prospérité du pays, a consulté le Gouvernement Britannique qui partage entièrement l’opinion du Gouvernement Égyptien à ce sujet. À la suite de cet échange de vues, des arrangements ont été pris qui permettent l’emploi du travail ‘"rémunéré". La décision du conseil des Ministres (contenue dans "l’Officiel" du 5 de ce mois) a été par conséquent rapportée et le Ministre des Travaux Publics a été invité à sanctionner les contrats d’entreprises qui avaient été suspendus. »

16Si l’on peut soupçonner que cette déclaration en français fut d’origine anglaise, la lettre de Nubar Pacha permettra de mieux préciser la situation, compte-tenu de la prudence et des nuances du style diplomatique.

17« L’abolition (sic !) de la corvée, vous le savez Monsieur le Ministre, a été un but que le Gouvernement de Son altesse le Khédive a visé depuis longtemps et vers lequel ont constamment tendu tous nos vœux. Aussi me fais-je un devoir de vous prier de transmettre au Gouvernement Anglais l’expression de la reconnaissance de toute l’Egypte pour le concours qu’elle a trouvé auprès du Gouvernement Britannique, dans la réalisation partielle d’une mesure à laquelle sont attachés le bien- être et la prospérité du pays. »

18Ce n’est pas mon rôle de détailler ici les vicissitudes que rencontra l’application de cette déclaration. À huit ans de là, et malgré ma proclamation de 1907, lorsque le Lord [Cromer] me quitta, la corvée existait encore sporadiquement en Égypte. D’ailleurs, quand la corvée et le courbash semblèrent avoir disparu des coutumes du pays, ils le furent exclusivement au profit de l’industrie et de l’armée anglaise. La culture du coton, absorbant la presque totalité des terrains arrosés, n’a-t- elle pas menacé plusieurs fois de la disette une population qui, à la manière du roi Midas, aurait dû se rassasier d’or ? Assurément les Consuls de la Grande-Bretagne ne pressentaient pas les dangers qui allaient résulter de leur propagande. La corvée et le courbash ne furent ni un crime ni un besoin sadique, ni l’exclusivité de l’Egypte. Elles existent même en Angleterre à des époques moins avancées que la nôtre. Macaulay l’écrit bien clairement dans son ouvrage. Cromer lui-même admet que la nécessité et l’intérêt général peuvent contraindre le gouvernement à faire payer des contributions à l’État sous forme de travaux manuels (prestations en nature). D’ailleurs, en temps de guerre comme en temps de paix, en Égypte, les fellahs, ainsi que le restant de la population, ont été malheureusement traités sans égards. Lord Cromer et Lord Kitchener se sont glorifiés d’avoir réalisé le wellfare du fellah, mais il est prouvé que pendant la guerre, corvée et courbash ressuscitèrent sans bruit – et sans récrimination - puisqu’il s’agissait des besoins pressants de ces mêmes autorités qui s’étaient tant vantées de les avoir supprimés. Les généraux anglais ne se soucièrent point des moyens par lesquels leur seraient fournis les hommes, les ânes et les chameaux nécessaires à leur lutte et à leur victoire. Les impositions draconiennes de la loi martiale n’admettaient point de discussion, ni de récrimination. Le nombre des fonctionnaires de police ne suffisant pas à satisfaire avec la rapidité voulue l’ampleur des réquisitions, les Moudirs et les Omdehs se trouvèrent être temporairement revêtus de leurs anciennes attributions et amenés à rétablir bon gré, mal gré, leur ancienne méthode de contrainte. Obéissance plus difficile et plus dure à obtenir encore après des années de relâchement et de prospérité économique. Si des excès furent commis de part et d’autre, si des vengeances purent s’accomplir impunément et si toutes sortes de misères incitèrent au crime, la faute doit en être attribuée à ceux qui avaient mis les masses dans cette condition équivoque de liberté enchaînée.

19Il est juste de remarquer que le relâchement de la discipline de la part des gouvernements de tous pays, l’affaiblissement des traditions matérielles et morales de la population et l’influence délétère d’une propagande dissolvante parviennent toujours et partout aux mêmes conséquences. Lord Cromer osa affirmer en des paroles aussi injustes que cruelles, dont la blessure demeure inguérissable à jamais dans mon coeur, que seule la mort du Khédive Tewfik a permis la réalisation de ses propres vœux.

20Pour l’histoire, je tiens à préciser que ce fut moi qui signai le décret définitif de suppression de la corvée et du courbash, le jour même où je pris possession du trône égyptien. Je ne fis, par cet acte solennel, que suivre la volonté de mon Père.

Notes

1 Il était le chef de la police au Soudan vers 1870.

2 Haut-fonctionnaire britannique en Égypte - et l’un de ceux qui, d’après Abbas II, ont contribué à la modernisation de l’Égypte -, Sir John Scott-Moncrieff est un ingénieur qui avait fait carrière aux Indes avant de venir au Caire pour améliorer le système d’irrigation. Lorsque Moncrieff fut soudain rappelé en Angleterre sans que le khédive en soit averti, ce dernier considéra cette lacune comme un affront personnel, non seulement parce qu’il avait de l’estime pour Moncrieff, mais aussi parce que cette omission était représentative du manque de communication latent qui existait entre l’Ambassade de Grande-Bretagne et le palais.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540