Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre VII. Création de l’université égyptienne

Texte intégral

Fondation de l’Université. Les oppositions. Discours d’inauguration. Concours divers et donations. Projet d’Académie de Langues et d’Histoire Nationale.

1La création d’une Université Égyptienne avait hanté l’esprit de Moustapha Kamel, et, contre l’opposition britannique, j’eus besoin de toute mon audace patriotique pour faire naître le noyau initial de ce grand corps qu’elle devait devenir par la suite.

2Une foule d’obstacles économiques, religieux et politiques, inhérents au milieu et à l’époque où elle allait naître et prospérer en rendirent la préparation particulièrement laborieuse et difficile. Dès les premiers développements de l’Université, tout le monde se crut autorisé à émettre des critiques aussi sévères qu’injustes. Pour citer la moindre, on affecta de n’y voir qu’une Faculté des Lettres Orientales et non une Université. Il me fut pourtant aisé d’établir de par mon expérience propre que les plus fréquentées des Universités d’Italie, d’Allemagne, d’Angleterre et de France n’étaient à l’origine que des Écoles. Je m’étais bien gardé d’étaler mes projets et mon intention de rallier sous ce nom unique les différentes Écoles spéciales supérieures, ainsi que les Instituts et les établissements de hautes- études que les Khédives avaient fondés jusque-là en Égypte au profit de la culture égyptienne. Dans cette nouvelle institution purement laïque, et moderne selon les exigences de la vie nationale, tout en accordant une place importante aux langues étrangères et aux disciplines économiques et philosophiques, je tenais surtout à ce que l’enseignement fut donné en langue arabe et par des maîtres renommés dans le monde musulman cultivé. Cela sans préjudice des langues étrangères et des matières économiques et philosophiques.

3Pendant la période névralgique de cette gestation, les bons missionnaires protestants anglais se donnèrent la peine de catéchiser successivement et habilement leurs gens - dans mon pays et dans le leur - pour les convaincre de l’inutilité et de l’impossibilité, sinon du danger, de cette initiative. Entre janvier 1907 et fin 1908, jusqu’à la veille même de l’inauguration, à partir de son premier numéro - vol. 1, n° 1 - An Echo of Orient and Occident, en anglais et en arabe -, supplément et pamphlet évidemment publiés exprès par cette même revue sous le titre général d’Egyptian Studies Chiefly Educational, un ou plusieurs auteurs anonymes sermonnèrent pendant deux ans de suite les Égyptiens au sujet de cette future Université Nationale qui, toute petite encore, faisait déjà le cauchemar de la Grande- Bretagne.

4C’étaient des parallèles désagréables et décourageants entre les méthodes éducatives et l’assistance scolaire de l’Égypte et celle de l’Inde, de la Chine, du Japon, de l’Europe et même de l’Amérique ! Les mots Liberty-Equality-Fraternity, évoqués après ces critiques sévères paraissaient absolument ironiques.

5Rien de moins à propos que les comparaisons réitérées avec les méthodes indiennes. Les contacts de l’Inde avec l’Europe furent de tous temps bien différents. La civilisation Égyptienne au cours des siècles fut toujours le véritable appendice de celle de l’Europe méditerranéenne qu’elle fût grecque, romaine ou même arabe. Aussi l’Égypte se sent-elle portée vers cette civilisation du midi européen par les caractéristiques de sa race, de son histoire de son climat, avec de tout autres ressorts qu’envers la civilisation des pays anglo-saxons et américains.

6Cette alarme cachait la crainte de voir les fellahs, producteurs de richesse anglaise se détourner de leur activité agricole. Quel système fallait-il envisager pour une population si largement composée de fellahs ? La proportion globale en diminuerait-elle sérieusement à l’avenir ? Quelle extension ont en Égypte les industries à encourager ? Il n’est pas nécessaire de commencer par une Université. Un collège peut être établi avec un nombre limité de sections.

7Envers et contre tous, nous avons lutté. Malgré une des plus formidables crises financières qui se soient abattues sur l’Égypte et le manque d’argent qui en résulta pour notre nouvelle institution ; malgré le plaisir sadique avec lequel les Anglais relevaient, en toute mauvaise foi, la froideur des milieux turco-égyptiens vis-à-vis de cette affirmation évidente de culture et de nationalisme, l’Université égyptienne ouvrit solennellement ses portes aux Égyptiens de bonne volonté le lundi 21 décembre 1908, (27 Sildadeh, 1326 de l’ère musulmane) déjouant et démentant tout mauvais présage.

8Inauguration de l’Université Égyptienne

9Discours de S.A. le Prince Ahmed Fouad Pacha

Monseigneur,

Au nom de l’Université Égyptienne, je dépose aux pieds de votre Altesse nos hommages les plus respectueux, car c’est à vous, Monseigneur, que l’Université doit sa naissance.

Nous n’ignorons pas, certes, que cette grande œuvre subira nombre de transformations avant de prendre sa forme définitive. Mais nous n’avons épargné aucun effort pour l’asseoir sur des bases solides, afin que, reposant sur des fondations stables, l’édifice futur puisse répondre aux nécessités de l’avenir.

Le jour est venu, en effet, où la jeunesse égyptienne doit recevoir les bienfaits de l’enseignement scientifique dans la ville même du Caire, sans être obligée de s’expatrier vers ces foyers intellectuels lointains qui, grâce à la science, occupent dans l’échelle du progrès une place prépondérante.

Je forme les vœux les plus ardents pour que l’Université Égyptienne profite aux étudiants en général, et à la jeunesse égyptienne en particulier.

Si nous avons abordé la réalisation de cette œuvre qui nous a coûté tant de longues veilles, c’est dans le but d’élever le niveau de cette jeunesse.

Il ne nous suffit pas qu’elle soit intelligente, active et laborieuse ; il faut qu’elle ait cette suite dans la conduite et cette longue patience qui, seules, finissent par assurer le succès.

Elle les aura, nous n’en doutons pas, et elle voudra justifier ainsi l’espoir que placent en elle le Conseil de l’Université et le pays tout entier.

En cet instant solennel et sous les auspices de Votre Altesse, je vous prie, Monseigneur, de vouloir bien déclarer ouverte l’Université Égyptienne.

10Discours de S.A. le Khédive Abbas II

Monsieur le Président,

Messieurs les Membres,

Depuis le jour où le projet en a été conçu, l’Université Égyptienne m’a causé une satisfaction des plus vives.

Aujourd’hui, je me réjouis de saluer la réalisation de ce projet, qui arrive à son heure, car je la considère comme le couronnement du système qui a été établi pour l’instruction publique par Mon illustre aïeul Mohamed Ali et développé par Mes glorieux ancêtres.

Je vous adresse Mes remerciements ainsi qu’à tous ceux qui, par leur savoir, leur travail ou leurs offrandes, ont contribué à doter notre chère Patrie de cet important foyer scientifique auquel Je souhaite les succès les plus complets. Soyez persuadés qu’il sera, tant de Ma part que de celle de Mon Gouvernement, l’objet de Notre bienveillance et de Notre sollicitude.

J’ai le ferme espoir que les Égyptiens de cœur et fortunés lui continueront leur généraux concours afin que Mon peuple puisse en tirer tous les résultats qu’il en attend.

Je m’associe, Monsieur le Président, aux sages conseils que vous avez donnés à la jeunesse égyptienne, et Je suis sûr qu’elle agira avec persévérance pour mériter Ma confiance et celle du pays.

Au nom de Dieu, source de toute science, Je déclare ouverte l’Université, en faisant les vœux les plus ardents pour qu’elle puisse profiter à tous les étudiants sans distinction de nationalité ou de religion.

11L’Université Égyptienne vécut à partir de ce moment et elle vivra à travers les temps. C’est encore là un geste triomphant d’autorité et de volonté bienfaisante de ma part envers mon cher peuple.

12Ce qui avait exaspéré le plus l’opinion britannique était non seulement la création d’une pareille université laïque en Égypte, et précisément au Caire, mais aussi la certitude d’une subvention de la part du Gouvernement égyptien, et, encore plus, de la participation directe du Khédive à son fonctionnement et à son développement. Moi-même je présidais à travers la présidence honoraire du Prince Héritier mon fils Abd El Moneim et celle, effective, de mon oncle le Prince Ahmed Fouad Pacha.

13Ce fut pour rendre plus indépendante et plus viable la nouvelle institution que je me tins le plus possible à l’écart de son organisation ultérieure. Je confiai entièrement cette charge à mon oncle Fouad, auquel ses excellentes relations d’intimité avec la Cour Italienne en les personnes de S.M. Victor Emmanuel III et de la Grande Reine Marguerite, rendirent facile, dès le premier moment, l’établissement des chaires et de l’enseignement de la langue arabe.

14L’Agent diplomatique de l’Italie au Caire, Giacomo de Martino, avec l’autorisation de S.E. Guicciardini, alors Ministre des Affaires Étrangères d’Italie, et le Professeur Vincenzo Fago, orientaliste, envoyés en mission par le Gouvernement italien, collaborèrent activement à cet essor réconfortant de notre Université Nationale.

15Ce fut ainsi que le Professeur Ignazio Guidi, arabisant célèbre, Secrétaire de l’Académie des Lycées de Rome, donna le premier cours de littérature et de géographie arabe ; et que son jeune collègue, le professeur C.A. Nallino, lui succéda dans ces enseignements donnés en pure langue arabe. À côté d’eux, le professeur Sentillana et le professeur Meloni, italiens eux aussi, eurent des chaires d’histoire de la littérature arabe, d’histoire des doctrines philosophiques, de droit musulman et d’histoire de l’Orient ancien.

16Il me plaît de nommer ici, à côté de ces Italiens collaborant avec nos compatriotes, Hefni Nassef bey [Juge au Tribunal égyptien, grammairien et philologue] pour la littérature, le Cheikh Mohamed-el-Khodari [Professeur à l’École des Cadis, historien des peuples musulmans et de l’Égypte islamique en particulier], Soltan Effendi Mohamed [De l’École de Dar-El-Ouloum, Philosophie et morale arabe], Ismaïl Raâfat bey [Professeur à l’École de Dar-El-Ouloum, géographie et ethnographie],

17Mr. V. Fago, dont le nom est connu en Turquie et dans le Levant comme celui d’un connaisseur profond de l’Orient et d’un ami loyal du monde musulman, donna à notre œuvre de foi nationale un concours aussi précieux qu’éclairé, en collaborant à la rédaction des programmes des cours et des règlements de la Faculté des Lettres. C’est à lui aussi que nous devons le premier étaolissement d’une Bibliothèque moderne, qui vint enrichir les anciens trésors de la bibliothèque Khédiviale par l’apport d’ouvrages littéraires et scientifiques, dont lui-même et sa femme offrirent les cinq premiers volumes.

18Il réussit, par son incessante sollicitude, à obtenir de la part de tous les Corps savants des Nations européennes de nombreuses collections et de nombreux recueils qui enrichirent bientôt notre bibliothèque naissante, sans peser d’une piastre sur le budget. Nous eûmes l’envoi personnel par l’Auguste auteur S.M. le Roi Emmanuel III, du Corpus Nummorun Italicarum, ainsi que d’une rare édition des Campagnes du Prince Eugène de Savoie, avec la série d’albums de cartes géographiques et stratégiques. Cette même sollicitude nous valut depuis lors d’autres cadeaux remarquables : un fac-similé du Divan du Sultan Sélim I, imprimé à Berlin en 1904 aux frais de S.M. l’Empereur d’Allemagne Guillaume II ; l’intéressant recueil d’ouvrages publiés au Maroc, avec les premiers caractères d’imprimerie, offert par le Sultan Moulay-abd-el Hafiz.

19S.M. la Reine Alexandra d’Angleterre daigna se rappeler que le nom de l’Université Égyptienne avait été inscrit par ordre de son mari, le feu Roi Edouard VII, au nombre des institutions auxquelles était réservé un exemplaire du superbe Catalogue of Arms and Armours of Sandringham.

  • 1 Yaqub pacha Artin était un Arménien employé au gouvernement du khédive Abbas II comme sous-secrétai (...)

20En France, le Musée Guimet, la Maison Hachette, la Société de Géographie et la Bibliothèque Nationale de Paris, sur l’intervention de Mr. Gaston Maspero, directeur de notre merveilleux musée d’Antiquités Égyptiennes et de S.E. Yacoub Artin Pacha1, membre du Conseil de l’Université, augmentèrent généreusement notre patrimoine.

21Le Musée du Louvre de Paris et la R. Calcographie de Rome envoyèrent leurs superbes reproductions de chefs-d’œuvre de l’art français et italien ; l’ancienne Maison Ricordi de Milan y ajouta une collection complète des opéras et de la musique italienne de renommée mondiale.

22Mon oncle le Prince Ahmed Fouad Pacha, qui de tous temps s’était intéressé aux Lettres et aux Arts, avait des relations suivies et constantes avec les savants des Universités des grands pays d’Europe, grâce à ses fréquents voyages.

23Un hôte ancien et bien connu de l’Égypte, M. Jean Dattari, un italien sincèrement attaché à notre pays, donna son précieux médaillier à la Bibliothèque : plus de six mille pièces des époques persane, grecque, macédonienne, romaine, arabe, en Égypte ; c’est-à-dire la collection numismatique la plus complète existant chez nous au moment de l’ouverture des cours de notre Université « El Gaméah El Masria » [Voir pour les détails Rapport de S.A. le Prince Ahmed Fouad Pacha, président-recteur de l’Université Égyptienne à ses compatriotes, p. 12-13, Le Caire, 1911].

24Entre temps, une salle de lecture publique, bien fournie par l’arrivée quotidienne de journaux et de revues en langues européennes et orientales, venait d’être ouverte au public.

25Une collection de minéraux d’Italie fut encore offerte par le Gouvernement italien, et une fois de plus S.M. le Roi Victor Emmanuel III voulut bien montrer sa sympathie envers notre institution en nous fournissant un choix d’instruments d’électricité de l’ancienne Officina Galileo de Florence, qui forma le noyau initial d’un cabinet et laboratoire de Physique.

26En Italie encore on nous donna toutes sortes de facilités pour les jeunes Égyptiens que nous jugions profitable d’envoyer à l’étranger. Dans ce premier groupe de boursiers auprès du Convitto Nazionale, Vittorio Emanuelle distingua Aimas bey aujourd’hui directeur de l’Académie Égyptienne des Beaux-Arts de Rome.

27Cet exemple fut suivi sans retard par la France et l’Allemagne et, peu de temps après, par l’Angleterre. Et cette initiative a si bien réussi que c’est parmi nos anciens élèves en Europe que nous trouvons aujourd’hui les hauts dignitaires de l’État et ses jeunes organisateurs, ainsi que quelques professeurs de talent occupant des chaires magistrales dans l’Université Égyptienne devenue organisme d’État.

28Il me plaît d’ajouter ici que nous n’oubliâmes pas non plus qu’il était nécessaire de nous intéresser à l’élément féminin de notre pays, demeuré depuis des siècles à l’écart de la vie nationale, et qui se montrait pourtant déjà vivant et agissant çà et là, à l’instar de ce qui se passait ailleurs dans le monde.

29Des cours d’Histoire, de Psychologie et de Morale, de Littérature, d’Économie domestique et d’Hygiène, furent établis peu à peu, à partir de la deuxième année de vie de l’Université (1910).

30Il va sans dire que, dès le premier jour, les Cours d’Histoire de la littérature française et anglaise, obligatoires en leurs langues respectives, furent régulièrement suivis. Des Cours d’Économie Politique, d’Économie rurale Égyptienne et autres vinrent agrandir et transformer définitivement ce que l’on avait ironiquement appelé Faculté des Lettres.

31D’autre part, deux projets qui me paraissaient devoir couronner notre effort pour accélérer le progrès culturel de mon pays, occupaient en ce moment mon esprit : l’organisation d’une exposition Pan-Africaine, et la création d’une Académie de Langues et d’Histoire nationale.

32Deux projets que je ne devais pourtant pas réaliser, bien que j’eusse encore une fois remis l’exécution du premier à l’activité de mon Oncle Fouad, plus libre que moi, et qui pouvait pendant ses voyages fréquents, intéresser personnellement à l’Égypte les États ayant des possessions en Afrique. Ce qu’il fit, en obtenant leur adhésion et la promesse de leur concours effectif.

33La guerre mondiale vint briser ces desseins.

34Quant au deuxième projet, c’était la création d’une Académie de langues et d’histoire nationales qui aurait dû devenir en quelque sorte, ce que l’Académie Française est à côté de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Cette Académie de langue et d’histoire de l’Égypte aurait dû avoir pour but de rechercher les origines inconnues encore du pays depuis le viième siècle environ, et d’étudier les modifications subies par la langue et les néologismes qui y prirent place au cours des âges. Elle était tenue, surtout, de déterminer la forme que la langue arabe devrait acquérir, à cause des néologismes qu’il serait inévitable d’admettre, tout en lui conservant son caractère arabe.

  • 2 L’assemblée législative qui fut élue en 1912 comptait 83 membres dont 17 étaient nommés par le khéd (...)
  • 3 Né à Darb al-Gamamiz (le Caire) dans une famille d’origine turque de vieille souche, Abd al-Khaliq (...)

35En terminant ces brefs souvenirs sur cette Université faite par le peuple pour le service du peuple, je réserve une place d’honneur à Ma défunte et vénérée Tante, la Princesse Fatmah Hanem, fille du Khédive Ismaïl qui, par une donation généreuse, facilita à cette institution son développement, grâce à des ressources dignes de la magnificence de son Auguste Père Ismaïl le Magnifique. Elle donna un domaine de 3 300 feddans dont la partie principale des revenus était donnée l’Université. Aux premiers jours de Juillet 1913, elle convoqua en son Palais du Caire leurs Excellences : Le Docteur Mohamed Eloui Pacha2, Abdel Khalek Saroit Pacha3, Ahmed Ezzet Pacha, Ali Bahgat Bey, et Hassan Saïd Bey, membres du Conseil de l’Université, pour recevoir l’acte de donation de la plus grande partie de ce domaine avec un terrain de 6 feddans situé près de son Palais à Guizah, pour élever les bâtiments de l’Université, ainsi qu’une somme de 18 000 livres-or à cet effet.

36Son Altesse le Prince Youssef Kamal qui de ses propres deniers a doté l’Égypte d’une École des Beaux-Arts, qui a entretenu plusieurs de ses élèves pour compléter leurs études artistiques en Europe, et qui a donné au Musée arabe du Caire un nombre incalculable d’objets pour l’enrichir, a continué sa générosité légendaire en faisant à l’Université Égyptienne le don d’une propriété de 125 feddans dans la province riche de Kalioubieh, et d’une somme importante pour l’amélioration de ces terres.

37Gloire à la mémoire de ma Vénérée et bien aimée Tante, merci à mon Parent, Son Altesse le Prince Youssef Kamal et gloire à la mémoire de tous ceux, morts ou vivants, qui ont participé à cette œuvre nationale. [Cf. annexe à ce chapitre : lettre de Moustafa Kamel concernant l’Université Égyptienne]

CHAPITRE VII (ANNEXE)

38Lettre de Moustapha Kamel concernant l’Université Égyptienne.

Notes

1 Yaqub pacha Artin était un Arménien employé au gouvernement du khédive Abbas II comme sous-secrétaire d’État à l’Éducation. On lui doit la rénovation du système d’enseignement public.

2 L’assemblée législative qui fut élue en 1912 comptait 83 membres dont 17 étaient nommés par le khédive. Le système qui consistait à réserver des places à des membres nommés avait pour but d’équilibrer la composition de l’Assemblée de façon qu’elle soit représentative de l’ensemble du pays plutôt que de la seule majorité absolue. Parmi les membres nommés se trouvaient des représentants de « l’aristocratie » (a`yan), de la communauté copte, du clergé, des « Arabes » bédouins, et des professions libérales. Le docteur Muhammad Uluwi pacha était un médecin qui représentait ce dernier groupe dans l’Assemblée de 1912. Il faut souligner que le système qui consiste à réserver des sièges à l’Assemblée pour les secteurs sans représentation existe encore aujourd’hui, même si les groupes représentés ont changé.

3 Né à Darb al-Gamamiz (le Caire) dans une famille d’origine turque de vieille souche, Abd al-Khaliq pacha Sarwat (1873-1932) fait des études de droit en Égypte puis en France. Juge auprès des tribunaux égyptiens, il est ministre de la Justice en 1921, ministre des Affaires étrangères en 1926, et Premier ministre en 1922 et de 1927 à 1928.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540