Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre II. Mon règne

Texte intégral

Première entrevue avec Lord Cromer. Mon projet de remaniement ministériel, Hussein Fakhri Pacha. Le Ministère de la Guerre. Son budget et l’Intelligence Service. L’armée. Mes efforts d’union avec la Nation. Nouvelle désillusion.

1Les incidents qui avaient suivi mon premier Conseil des Ministres étaient à peine effacés que je reçus la visite du Représentant de l’Angleterre.

2Lord Cromer était un homme de taille moyenne, à la figure énergique, à l’œil perçant. On le disait cultivé, et ses intimes prétendaient même qu’il occupait ses loisirs à traduire en anglais les Odes d’Horace. Cependant, il n’y avait aucune poésie dans sa conversation ; c’était l’homme pratique par excellence. Aucune séduction naturelle ne venait corriger cet aspect de son caractère.

3Serviteur zélé de l’Angleterre, il subordonnait tous ses actes aux intérêts de la Grande-Bretagne, sans se préoccuper des atténuations que pouvait dicter sa conscience. Il avait tendance à considérer comme des droits ce qui n’était que ses aspirations.

4Notre première entrevue devait être banale. Etant donné mon jeune âge, l’Agent de l’Angleterre se crut autorisé à me donner des directives et des conseils. Je les acceptai avec quelque déplaisir mais je me rendis compte que c’était là une cérémonie de pure forme. Le noble Lord s’attardait à de vagues considérations sur des sujets secondaires.

5C’était un homme d’une réelle valeur avec lequel j’allais avoir à lutter. Le jeu était sans doute séduisant mais je dois avouer que la partie n’était pas égale. J’étais seul, sans appui. Lord Cromer était soutenu par une diplomatie éclairée, par le Cabinet de Londres qui lui faisait confiance, par le représentant de la Grande-Bretagne auprès de la Sublime Porte. Je n’avais derrière moi que le néant : ni organisation, ni homme, ni tradition, ni principe. Aucune publicité ne m’était permise, tandis que mon adversaire avait à sa disposition les câbles et la Presse. On ne connaissait point ma pensée.

6Si par hasard, quelque journal ou quelque feuille française rétablissait certains faits sous leur éclairage normal, j’étais accusé de les avoir inspirés. Cet acte « d’insoumission impardonnable » passait alors au nombre de mes prétendues incorrections vis-à-vis de l’Angleterre.

7Cependant, Lord Cromer insista particulièrement sur un point : le mouvement arabiste n’était point complètement étouffé. Il suffisait d’un incident pour le faire renaître. Je devais donc être très prudent, et surtout bien me souvenir que, si j’étais sur le trône, c’était grâce à l’Angleterre qui soutenait les droits de ma dynastie. Ce leitmotiv revenait sans cesse dans sa conversation.

8Il m’était d’autant plus odieux que, tout enfant, j’avais assisté aux événements dont il me parlait, j’avais toujours présent à l’esprit le malheur qui avait frappé l’Égypte à cause de la folie de quelques soldats indisciplinés victimes de conseils perfides. Telle était l’atmosphère pernicieuse dans laquelle vivait la masse inculte, poussée par un vague sentiment de patriotisme, mais entraînée aux pires excès par certains chefs aigris et ambitieux, souvent à la solde de personnalités qui avaient intérêt à semer le désordre et la révolution dans le Gouvernement.

9J’eus le sentiment que c’était avec les mêmes raisonnements qu’il s’était efforcé d’exercer sur mon Père une pression favorable à ses desseins. Mon Père avait eu en effet de grandes difficultés à la suite de la révolution de 1882. Cette révolution n’était pourtant pas son fait. Elle avait éclaté spontanément sous son règne, mais elle tenait à des causes profondes et anciennes dont il n’était en rien responsable.

10Tewfik avait été fort affecté des désordres qui avaient ensanglanté son règne. Sa droiture s’était émue devant une révolte encouragée par ceux-là mêmes qui s’offraient pour la réduire. Son esprit de justice avait été violemment offusqué par la façon dont les Anglais avaient dénoué la crise : un bombardement brutal et inutile.

11Les allusions constantes de Lord Cromer au rôle protecteur de l’Angleterre, lorqu’elles s’adressaient à mon Père manquaient de générosité. Exprimées en ma présence, elles étaient déplacées. Elles le devenaient davantage encore lorsqu’elles s’accompagnaient de menaces. Lord Cromer me laissait entendre, en effet, que si je persistais dans ma fierté et refusais le rôle de comparse que voulait bien me laisser l’Angleterre, il dresserait le peuple Égyptien contre moi.

12On avouera que ce langage était singulier et cadrait fort mal avec la mission de pacification des esprits confiée par l’Europe à l’Angleterre.

13Mais de pareilles menaces m’atteignaient d’autant moins que je savais leur réalisation impossible.

14J’avais succédé régulièrement à mon Père, le Khédive Tewfik, mort en pleine possession de son trône et de ses prérogatives. Je n’avais donc personnellement aucune obligation envers l’Angleterre, en admettant que mon Père en ait eue à son égard, sous prétexte qu’elle avait su éteindre l’incendie qu’elle avait allumé.

15Je n’avais qu’à travailler au relèvement du Pays, à la réorganisation de son administration, et à l’établissement sur des bases moins précaires, de son indépendance plus de cent fois garantie par l’Europe, et incessamment proclamée par les hommes d’État anglais les plus éminents.

16Je ne pensais point devoir sacrifier, à une reconnaissance à laquelle je n’étais pas personnellement tenu, les droits imprescriptibles du trône et ses devoirs.

17Je continuai à considérer Lord Cromer comme le représentant d’un pays étranger à qui l’Europe avait donné mandat d’occuper militairement mon Pays jusqu’à ce que fût rétabli l’ordre compromis par une agitation dont les dessous paraissent encore assez obscurs.

18Ce fut sans hésitation que je décidais de remanier mon Ministère. Je ne voulais pas conserver Moustapha Fahmi dont la condescendance vis-à-vis de l’Angleterre ressemblait trop à de la faiblesse.

19La présence, à la tête du Ministère, de cet homme ne me paraissait pas désirable. Il n’avait sur les Égyptiens qu’une autorité limitée. On lui reprochait son peu d’attachement aux principes musulmans, et une attitude trop empreinte de résignation vis-à-vis des occupants. Moustapha Fahmi ne manquait pas une occasion de bafouer l’Islam et de combattre la Porte.

20Son patriotisme n’avait pas de racines. Il n’était pas d’origine égyptienne. Ses ancêtres venaient de Crète. Ce qu’il y a de certain, c’est que ce personnage ondoyant se montrait, en toutes occasions, franchement hostile à une politique de collaboration avec la Turquie, et travaillait à m’éloigner du Califat, sans se douter qu’il servait ainsi les désirs des ennemis du Pays et donnait la consécration de son autorité aux entreprises anglaises.

  • 1 Husayn Fakhri pacha, né au Caire en 1843, fit ses études de droit à Paris. Nationaliste égyptien d (...)
  • 2 Tigrane pacha était l’un des nombreux Arméniens employés par l’administration égyptienne. Il était (...)

21J’avais songé, pour le remplacer, à Hussein Fakhri Pacha1. C’était un Circassien. Sa réputation d’honnêteté et de loyalisme était bien établie. Jouissant d’une belle fortune, sa situation et son caractère le mettaient à l’abri des tentations habituelles et permettaient à son indépendance de se manifester librement. Je pensais avoir en lui un collaborateur dévoué à son Pays, hostile à l’emprise de l’étranger et susceptible enfin de m’aider dans ma tâche, en partageant mes travaux et en assumant courageusement les responsabilités de ses hautes fonctions. Il m’avait été particulièrement recommandé par un de mes collaborateurs, ministre des Affaires Étrangères, Tigrane Pacha2, et par Mahmoud Choukry, récemment attaché à ma personne.

22Tigrane Pacha avait su gagner ma confiance autant par son caractère que par sa valeur. Arménien d’origine et gendre de Nubar Pacha il était profondément attaché au Pays qu’il servait, fidèle à l’idée nationale et hostile à toute emprise de l’étranger, bien que favorable aux idées modernes et vivant d’une vie tout à fait européenne.

23J’avais compté sans Lord Cromer que je n’avais pas cru devoir consulter. Le choix des Ministres me paraissait relever du Souverain seul et non des caprices d’une nation étrangère occupant provisoirement le Pays.

24Il me semblait insensé de penser que le fait d’occuper militairement l’Égypte donnât à l’Angleterre le droit de s’immiscer dans la politique intérieure du Palais. Ni mes prédécesseurs, ni moi, n’avions jamais remis nos droits entre les mains du délégué de S.M. Britannique.

  • 3 Archibald Philip, cinquième comte de Rosebery (1847-1929), Premier ministre de la Grande-Bretagne (...)

25Lord Cromer considéra pourtant ma décision comme particulièrement grave, et fort inopportune. Il avisa le Foreign-Office, avec toute la mauvaise humeur dont il était capable, dénaturant à plaisir mes intentions et me faisant passer pour un jouet entre les mains des représentants des nations hostiles à la politique impérialiste de la Grande-Bretagne. Lord Rosebery3 qui avait plus de tact et moins de haine, ne tint pas compte de ses exagérations. Il répondit que, s’il était de peu d’intérêt de s’occuper de tous les « on-dit », il n’en restait pas moins acquis que ma décision était de nature à apporter un changement radical et subit dans les relations anglo-égyptiennes.

26Le Khédive ne pouvait guère choisir son Premier Ministre sans l’approbation du Résident anglais :

27Agence britannique. Le Caire.

« Le seul changement admissible serait un changement en faveur de Moustapha Pacha Fahmi. Un tel changement serait le bienvenu.
Mais le Gouvernement de Sa Majesté, que j’ai consulté télégraphiquement selon le désir exprimé par Votre Altesse n’est pas d’avis qu’un changement accompli à l’heure actuelle servirait le bien public, et je dois vous faire connaître que le Gouvernement de Sa Majesté estime que vous devriez suivre son Conseil quant à la question de savoir si l’action que vous vous proposez de faire servirait ou non l’intérêt public.
En outre, Moustapha Pacha Fahmi a été pressenti ; et l’on a trouvé qu’il s’écoulerait quelque temps avant que sa santé soit suffisamment rétablie pour lui permettre d’entrer en fonction. Dans ces circonstances, un certain délai serait en tout cas inévitable. »

28(Traduction) [Cf. annexe à ce chapitre]

29Lorsque la crise de janvier 1893 eut pris fin à la suite de cette note verbale de « British Agency - Cairo » et de la nomination de Riad Pacha comme président du Conseil, Lord Rosebery envoya le 16 février 1893, une lettre à Lord Cromer, qui est un programme imposé. Nous en donnons ici un résumé en français et nous publions le texte intégral en fin de chapitre :

  • 4 George Leveson-Gower, deuxième comte de Granville (1815-1891), reçut le portefeuille de secrétaire (...)

« Le Khédive Abbas Hilmi, sans consulter Lord Cromer, ainsi que le faisait son Père, a remplacé quatre ministres. L’un d’entre eux est hostile à la politique des réformes poursuivies par les Anglais. La Grande- Bretagne est intervenue en Egypte parce que toutes les Puissances ont refusé de le faire. Elle s’est engagée à rétablir l’ordre et à réorganiser l’administration sur des bases stables. La circulaire de Lord Granville4, en date du 3 Janvier 1883, disait que l’Angleterre donnerait au khédive des conseils dans le but d’établir un ordre de choses possédant les éléments de stabilité et de progrès. Aucune Puissance n’a protesté. Une autre circulaire de Lord Granville a déclaré que l’Angleterre entendait qu’on se conformât à ses avis et le moindre bon sens indique que le gouvernement britannique ne saurait prendre la responsabilité d’une administration qui agirait contre son gré. Si le Khédive Abbas Hilmi ne s’était pas incliné devant notre décision, les plus graves conséquences eussent été à redouter. En se rétractant, il les évita. Rien n’est désormais à craindre. Les troupes britanniques ne quitteront pourtant pas l’Egypte. Leur retrait serait un danger pour la communauté européenne ; la confusion renaîtrait et il faudrait recourir à une nouvelle intervention dont il est inutile de discuter la forme pour l’instant. Notre politique restera donc la même que par le passé. »
[Cf. annexe à ce chapitre : lettre de Lord Rosebery à Lord Cromer, 16 février 1893]

30Le prétexte invoqué était le suivant : si je prenais la liberté de provoquer, à mon gré, des crises ministérielles, je pourrais tout aussi bien sévir contre des fonctionnaires ayant cessé de me plaire, et jeter ainsi la confusion dans l’administration.

31Fidèle à la parole que j’avais prononcée en quittant le bateau à Alexandrie pour recevoir au Caire le trône de mon Père : « Je préfère mourir plutôt que de céder le moindre de mes droits », -je protestai véhémentement auprès du Lord. En même temps, je chargeai tous les Consuls-Généraux des Puissances européennes de faire part de l’incident aux Gouvernements de leurs Pays respectifs.

32Ayant la pleine responsabilité du pouvoir aux yeux de mon peuple et de ma dynastie, il m’était, d’autre part, interdit de choisir à mon gré mes collaborateurs les plus directs.

  • 5 Husayn Fakhry pacha avait fait en France des études de droit. À retour en Égypte en 1874, il fut n (...)

33Je ne pouvais admettre une pareille thèse, mais pour éviter, une fois encore, une tension qui eût pu provoquer chez les Anglais une recrudescence d’autorité, je n’insistai pas sur la personne (afin de n’être point obligé de céder sur le principe) et, renonçant à regret à la collaboration de Fakhri Pacha5, j’appelai Riad Pacha à la Présidence du Conseil.

34Ce n’était certes pas « un aigle ». Il avait servi mon Père avec indifférence et maladresse, ayant tout juste l’étoffe d’un fonctionnaire, sensible à toutes les influences d’où qu’elles vinssent, trop pusillanime pour prendre une initiative, trop ami de sa tranquillité pour songer à lutter contre une volonté aussi ferme que celle de Lord Cromer. C’était un velléitaire ambitieux qui avait la prétention de commander à son Souverain, et n’avait même pas la force de résister à ses propres passions.

35Il est vrai qu’on me l’avait représenté jadis comme l’apôtre du nationalisme intégral. Son patriotisme, dans tous les cas, avait été fort peu agissant : il résidait dans les mots, ce qui n’empêchait point Lord Cromer de le craindre, et ses compatriotes égyptiens de lui faire confiance. Les principes platoniques sur lesquels Riad prétendait fonder son système politique ne furent jamais mis en pratique : c’est que le nationalisme de cet homme était toujours resté cérébral. Il était xénophobe, et prétendait aimer l’Egypte parce qu’il détestait tout ce qui n’était pas égyptien.

36Resté vieux-turc, il considérait le pays comme un fief exploitable et corvéable à merci au profit d’une aristocratie avide. Il avait le désir de l’autorité sans en avoir le sens. Bref, il situait le nationalisme en dehors de la liberté, et sa solidarité ne s’exerçait qu’à l’égard des siens.

37Riad n’avait ni courage, ni sentiments élevés. Il suffisait d’un avantage entrevu, d’une situation espérée ou d’une faveur promise pour s’assurer le silence de ce politicien, pourtant bavard, mais dont le patriotisme se confondait avec les intérêts de la famille. Il profita toute sa vie de son influence et de sa situation pour caser ses parents dans les postes les plus avantageux.

38L’échec de ma première combinaison et les critiques qu’elle avait suscitées de la part de Lord Cromer ne me découragèrent point. J’étais bien décidé à tout faire pour l’Égypte, à la réveiller, à lui donner le sens de sa personnalité, à l’amener enfin par tous les moyens à comprendre qu’il n’y avait de salut pour elle que dans son indépendance, mais que cette indépendance ne pouvait être un don de l’étranger. Pour être libre, il fallait être fort.

  • 6 Allusion à Francis Wallace, premier baron Grenfell (1841-1925), maréchal britannique qui commanda (...)

39C’est pour cette raison que mon attention se porta sur l’organisation de l’armée. Je jugeai que je ne pouvais rien faire sans avoir entièrement en main le seul instrument capable de garantir les libertés nationales. À mon arrivée en Egypte, j’avais été encouragé dans cette voie par la loyauté même du Sirdar, Sir Francis Grenfell.6 Celui-ci appartenait à une vieille famille britannique ; mais il avait le sentiment exact de sa situation vis-à-vis de mon Pays et du Prince qu’il servait.

  • 7 Il s’agit du cheikh Shams al-Din al-Inbabi de rite shaféite, qui administra al-Azharde 1882 à 1896

40Il ne chercha pas à soustraire à mon contrôle, ni à mon influence, les armées dont il avait le commandement, mais dont je restais le chef suprême. Mû par un sentiment de loyalisme et de correction, il fit prêter serment aux officiers égyptiens et anglais dans toutes les garnisons de l’Égypte. Au Caire, il reçut lui-même ce serment des officiers anglais détachés à l’armée égyptienne, tandis que le Cheik d’El-Azhar7, la plus haute personnalité religieuse du Pays, recevait celui des officiers égyptiens.

41Mais je ne devais pas conserver longtemps un collaborateur doué que sa franchise de soldat m’avait fait estimer et que ses qualités de correction m’auraient certainement fait aimer. Le Général Sir Francis Grenfell fut, un mois après mon arrivée, appelé à exercer le commandement en chef des troupes britanniques à Malte. Je le regrettai profondément.

42Sa succession vacante attirait naturellement les généraux anglais au service de l’armée égyptienne. Toutefois je tenais à ce que l’officier choisi ne fût pas un nouveau venu en Égypte, afin qu’il pût se consacrer à l’instruction des troupes sans avoir d’abord à songer à la sienne : mais je voulais aussi que cet officier fût jeune, en pleine possession de ses moyens intellectuels et physiques.

43L’œuvre à entreprendre était considérable ; il fallait, pour la réaliser, une volonté et une force.

44Parmi les généraux anglais détachés en Égypte, j’avais particulièrement remarqué le Général Kitchener. Vigoureux et puissant, jeune, actif, soldat dans l’âme, énergique et volontaire, il m’était apparu comme l’homme de la situation. Lord Cromer appréciait sa valeur et avait l’intention de l’appeler à la Direction Générale de la Police. Mais, voyant la sympathie que je lui témoignais, il lui était devenu subitement hostile. Je m’adressai directement à la Reine Victoria afin de la prier de favoriser la candidature du Général de mon choix. C’était la première requête que j’adressais à la Souveraine de Grande-Bretagne. La réponse ne se fit pas attendre : mes vœux étaient exaucés.

45Ayant obtenu satisfaction sur le choix de son chef, je pris immédiatement contact avec l’armée, décidé à me l’attacher par des réformes et par une sollicitude de tous les instants. Je m’efforçai d’abord d’améliorer la situation des officiers égyptiens qui ne pouvaient guère prétendre à un grade supérieur à celui de Miralai (colonel). Je nommai Gouverneur d’Alexandrie, avec le grade de Général, Mohamed Maher Bey, sous-gouverneur de la Province Frontière (c’est ainsi qu’on appelait la province d’Assouan avant la reprise du Soudan). Je tenais à montrer aux officiers égyptiens que leur carrière n’était point fermée à tout espoir et que leur valeur pouvait trouver sa récompense dans l’accès aux plus hauts postes administratifs.

46Au bout de six mois, j’avais pu organiser mon action de telle sorte que je détenais le contrôle effectif de tout ce qui se passait au Ministère de la Guerre. C’est ainsi que je fus renseigné sur l’emploi, quelquefois abusif, des fonds destinés à son budget. Des sommes importantes étaient détournées de leur destination naturelle. Par exemple, l’argent perçu au titre du rachat du service militaire (250 000 livres environ) servait à remplir les caisses de l’Intelligence Service et à entretenir les agents de la propagande anglaise, non pas seulement au Soudan - ce qui eût été justifié - mais aussi dans le Hedjaz, au Yémen, et même en Tripolitaine, d’un intérêt peut-être grand pour l’Angleterre, mais bien relatif pour l’Égypte.

47Ayant la ferme intention de réformer l’armée, il était absolument nécessaire que je connusse d’abord les conditions dans lesquelles elle évoluait. Cette institution aussi nécessaire que dangereuse venait de mettre l’Égypte à deux doigts de sa perte. Je voulais éviter pour l’avenir les révoltes de prétoriens qui, sous prétexte de patriotisme et de principes conduisent les peuples à la servitude en les démoralisant.

48J’exerçais partout mon droit de regard, et je surveillais l’esprit de mes officiers aussi bien que leurs relations. Il était aussi dangereux de les voir pencher vers l’Angleterre que de les laisser se compromettre avec les agitateurs.

49Puisqu’autour de moi tous les moyens étaient bons pour m’épier, j’estimais que, de mon côté, j’avais le droit de me servir des procédés de mes adversaires pour me soustraire à leurs entreprises : j’avais partout des « Intelligences », dans les écoles, dans les régiments et jusque dans la maison du Sirdar. J’étais admirablement servi par de petites gens, dévoués au Pays et à leur Souverain, dont le zèle et le désintéressement se nourrissaient de la conviction profonde d’accomplir un devoir religieux. À cette époque, la religion était encore capable d’enthousiasmer les hommes et de susciter leur effort. L’homme du peuple ignorait encore la Patrie, peut-être parce que ceux qui la dirigeaient ne la servaient point, et sans doute aussi parce qu’aucun apôtre ne s’était levé pour prêcher la foi nationale.

50Les Cheikhs, de leur côté, me servaient d’intermédiaires auprès des soldats. Peut-être n’étaient-ils point aussi désintéressés. La foi ne suffit pas toujours à nourrir les hommes de Dieu, et, quelle que soit leur admiration pour les joies du paradis, ils ne détestent pas de suivre, le plus confortablement possible, les chemins qui y conduisent.

51Bien entendu, la surveillance étroite exercée sur tout ce qui était militaire ne plaisait point au Sirdar, ni, surtout, à Lord Cromer. Maher Pacha était devenu Sous- Secrétaire d’État à la Guerre, et mes investigations s’avéraient de ce fait plus délicates.

  • 8 « L’incident de la frontière » du 19 janvier 1894 se passa à Wadi-Halfa en Nubie égyptienne. Abbas (...)
  • 9 Un des officiers britanniques chargés de l’instruction des soldats égyptiens.

52On me tendit un piège. Comme je visitais la Province Frontière, je me permis, après une revue à Wadi-Halfa8, [Cf. annexe à ce chapitre : liste des officiers invités par le Khédive à Assouan, au banquet du 13 janvier 1894] quelques critiques sur les mouvements exécutés et la tenue des troupes égyptiennes confiées à l’École des officiers anglais depuis plus de dix ans. Je pensais que ma situation de chef suprême de l’armée m’en donnait le droit, et je répondais à la suggestion de quelques officiers égyptiens venus se plaindre à moi de l’attitude à leur égard de certain lieutenant-colonel et de son incapacité9.

53Nos soldats étaient instruits par des francs-maçons anglais. Sortis de l’École, nos officiers étaient invités à faire partie de la franc-maçonnerie anglaise. Le Chef de l’Intelligence en Égypte était en même temps le chef de la Loge militaire anglaise. Les officiers qui n’appartenaient pas à cette Loge n’étaient jamais admis au commandement des troupes.

54Il était donc logique que ceux qui se tenaient à l’écart de la Loge, faisant bloc, fussent tout à fait opposés aux Anglais. La cause de leur mécontentement était due à un règlement par lequel le nombre des officiers sortant de l’École devait être égal à celui des officiers sortant des rangs.

55Ces officiers reconnaissaient en moi, Égyptien, leur chef naturel plus encore que leur Souverain, en même temps que le défenseur de leur dignité militaire. Ils me prièrent de créer un incident à Wadi-Halfa, où, sur quatre compagnies, il y avait trois officiers qui sortaient du rang, et un seulement de l’École.

56Lord Kitchener, envoyé en Égypte - sur ma demande personnelle à la Reine Victoria - et nommé Sirdar de l’armée égyptienne, prit tout d’abord pour lui les reproches formulés par moi, et crut que mes critiques étaient nettement dirigées contre sa personne.

57Immédiatement il présenta sa démission et celle de ses officiers. Puis nous eûmes une explication qui se termina par une poignée de main. L’avenir a montré néanmoins que Lord Kitchener était incapable d’oublier et de ramener l’incident à ses justes proportions. Succédant à la tyrannie de Lord Cromer, le trop bref passage amical de Sir Eldon Gorst allait inaugurer une politique de compréhension anglo-égyptienne. Méconnaissant cette évolution, au lieu de favoriser la maturation et la prise de conscience de Mon peuple, Lord Kitchener écouta ses préventions personnelles. Il saisit toutes les occasions d’envenimer nos rapports, créant au besoin des incidents pour maintenir entre nous une tension constante.

58En tout cas, quel ne fut pas mon étonnement, en arrivant au Fayoum de voir mon Président du Conseil, Riad, courir au devant de moi pour me faire part du mécontentement profond de Lord Cromer au sujet de cet incident avec Kitchener et présenter à ma signature un ordre du jour conçu en termes humiliants pour le Pays et pour moi !

59En vain représentai-je à Riad Pacha que je ne pouvais agir en dehors de la vérité, que je devais être au Caire, dans l’après-midi du jour même, et que je jugeais indispensable de voir Lord Cromer avant de signer. En vain fis-je remarquer à mon Premier Ministre ce qu’il y avait, dans cette déclaration, de blessant pour ma personne et pour l’Égypte. Il se refusa à entendre mes raisons. Il ne chercha pas à me comprendre. Il avait une idée fixe : obéir non point à mes ordres, bien que je fusse son Souverain, mais aux ordres de Cromer qui aurait dû n’être pour lui qu’un étranger.

60Voilà les injonctions inqualifiables que le Lord - sans même m’entendre - avait déjà faites : remerciements publics aux troupes de Wadi-Halfa, à leur commandant, à leurs officiers ; renvoi immédiat de Maher Pacha, Sous-Secrétaire au Ministère de la Guerre.

61Le dernier délai donné à Riad par le représentant de S.M. Britannique était midi. Midi sonnait déjà quand, la mort dans l’âme, je me résignai à signer l’ordre du jour suivant :

62Médinet-el-Fayoum, 26 Janvier 1894

63Communication de son Altesse le Khédive d’Egypte

64à Son Excellence le Sirdar, à Ouadi-Halfa.

« Avant de quitter la Haute-Egypte pour retourner au Caire, je désire réitérer l’expression de ma profonde sollicitude et de mes bons sentiments pour l’armée que je viens de visiter à la frontière. Je tiens également à vous confirmer mon entière satisfaction au sujet de sa tenue et de sa discipline, satisfaction que je vous ai déjà témoignée. Ce m’est un plaisir de féliciter les officiers, tant égyptiens qu’anglais qui la commandent, et je suis heureux de constater les services rendus à mon armée par les officiers anglais.
Je vous prie, Sirdar, de porter cet ordre du jour à la connaissance des officiers et de hommes. »
Abbas Hilmi (Voir Journal Officiel égyptien, 28 Janvier 1894).

65Mes remerciements, forcés d’ailleurs, étaient déjà du domaine public : seule, la démission de Maher avait été renvoyée à mon arrivée. J’avais prié Riad de mettre au courant des événements l’Agent de France au Caire, M. de Reverseaux. Ce dernier lui aurait répondu qu’il était tenu à la plus grande réserve. Tout cela était faux : comme je l’ai su de M. de Reverseaux lui-même, Riad ne l’avait pas vu ; Riad était jugé. La postérité et l’histoire ont confirmé mon jugement. Il a menti à son Souverain et il a humilié l’Égypte.

66À partir de ce jour, je fus fixé sur la valeur morale de l’homme que j’avais appelé à travailler à mes côtés, et ma décision fut prise à son égard : je le remplacerais à la première occasion. Je connaissais, certes, l’influence néfaste exercée par Kasr el-Doubara sur les décisions ministérielles, mais je n’avais pas encore soupçonné chez un homme que j’avais appelé aux suprêmes dignités, bien malgré moi du reste, tant de faiblesse, d’indifférence et de déloyauté.

67Il est vrai que, pendant mon règne, pas un Égyptien convenable ne vint à ma rencontre pour m’aider et pour me montrer la bonne route ! À cause de l’occupation et de la révolte d’Arabi qui avaient éloigné de mon Père tout élément capable et actif, personne n’osait se compromettre en se mettant ouvertement de mon côté. Mais combien de fonctionnaires qui souhaitaient un prompt changement de régime me renseignèrent de toutes parts sur l’état réel des services, sur les conditions véritables du Pays !

68Cromer et Kitchener obtenaient toute satisfaction de la lâcheté de Riad. Malgré les apparences, ce fut moi qui gagnai la partie. Peu de temps après l’incident, on fut obligé de céder, acceptant de limiter la promotion des officiers sortant du rang à trois par an, avec mon approbation, et en indiquant les raisons de leur promotion.

69Je ne pouvais plus, hélas, me faire d’illusions sur le patriotisme théâtral de Riad Pacha, et j’avais désormais quelques raisons de douter de la fidélité de Maher.

70Je dus, à la suite de ce même incident connu désormais sous le nom d’incident de la frontière, renoncer à mon action sur l’armée : elle était de ce jour complètement paralysée. J’avais en face de moi non seulement l’hostilité des Anglais, mais certaines contingences savamment exploitées par eux.

71Le recrutement des officiers était déplorable et volontairement vicié. Au lieu d’attirer vers le métier des armes les classes élevées de la nation, on ne sollicitait que les jeunes gens de basse extraction. C’est ainsi que le Sirdar ayant le droit de faire entrer à l’École sans concours dix élèves de son choix, n’y envoyait que des nègres illettrés, des domestiques, ou des fils de certains serviteurs dont il récompensait ainsi le dévouement et la servilité.

72Ces élèves, qui n’avaient aucune culture avant d’entrer à l’École militaire, ne savaient que ce qu’on leur apprenait c’est-à-dire à peu près rien. La consigne n’était- elle pas du reste, de ne donner à l’armée ni force morale par son recrutement, ni force effective par son entraînement ? La fierté que ressentaient des hommes appelés par erreur à porter des galons, en fréquentant fraternellement des officiers anglais appartenant à de brillantes familles et jouissant de la considération due à la fortune, les livrait à l’inexorable emprise d’un milieu où le mysticisme sert de couverture à de secrets desseins politiques. L’armée était ainsi envahie par une quantité de non- valeurs, qui ne pouvaient justifier le choix de l’Angleterre qu’en se montrant soumises et reconnaissantes. C’est pourquoi j’avais décidé de diminuer le nombre d’officiers sortant du rang, et d’exiger que tous provinssent des Écoles Militaires, réservant seulement trois postes par an à des officiers issus de la troupe, et encore après mon approbation.

73Mais le recrutement restait difficile. Le métier des armes n’était pas en honneur dans les classes dirigeantes. Les événements de 1882 avaient déconsidéré l’armée, et les classes élevées ne voulaient point voir leurs fils entrer dans une organisation dont les erreurs récentes avaient failli perdre le pays. L’Angleterre profitait de cet état de choses, le niveau des études ne pouvait que baisser dans les écoles étant donnée la défectuosité du recrutement et le peu d’empressement que mettaient les gens instruits à embrasser la carrière militaire.

74Ce n’est que grâce à l’expédition du Soudan que l’armée égyptienne reprit conscience de sa nationalité. Elle était éparpillée dans un pays immense, et par conséquent dans une situation défavorable à toute manifestation d’opinion ou de désir. Cependant, un sentiment unanime de réprobation devant le manque absolu d’égards et la brutalité de Kitchener fit renaître la solidarité dans les cadres de l’armée. Du reste, le recrutement s’était amélioré. Les officiers sortaient de milieux plus élevés, et leur instruction était devenue plus solide. Un accord tacite s’était fait entre eux bientôt suivi d’une organisation serrée. La révolte du 14e Bataillon noir et de la garnison de Khartoum et d’Omdurman éclata prématurément, et fit avorter le mouvement préparé dans l’ombre par les troupes égyptiennes.

75À la suite de ces incidents, six officiers égyptiens absolument innocents furent chassés de l’armée. On les avait transportés à la Citadelle, où il n’existait pas de prison, et Lord Cromer m’avait demandé de les réprimander moi-même. Je répondis qu’on voulût bien me communiquer par écrit ce que je devais leur dire. L’inspiration me manquait pour réprimander de braves gens qui avaient eu le courage et l’honneur de résister aux ordres de l’étranger. Lorsqu’on m’amena les délinquants, je sortis le texte qu’on m’avait communiqué, mais je bredouillai de telle façon pour le lire que ni les officiers ni le colonel anglais qui les avait accompagnés ne comprirent un seul mot de mon admonestation, et pour cause. Je m’inquiétai ensuite de caser les victimes de Lord Kitchener et de leur procurer des emplois civils.

76Mais l’affaire devait se compliquer. Un major (bimback) du service des chemins de fer, poursuivi devant le Conseil de guerre pour malversations, dénonça, pour se sauver, soixante-quinze officiers égyptiens appartenant à l’organisation occulte.

77Naturellement cette divulgation causa le plus grand tort aux conjurés et paralysa leur action. Quant au dénonciateur, il devait être récompensé et particulièrement distingué. Il sortit en triomphateur du conseil de discipline, et nous le vîmes plus tard Gouverneur au Fayoum. Pendant la grande guerre, l’Angleterre en fit un général. C’est ainsi qu’Ali Chawki connut la gloire pour avoir simplement dénoncé le patriotisme de ses camarades. Il n’y avait pourtant que l’estime des Anglais qu’il n’eut point volée.

78L’armée était donc perdue pour moi. Ma volonté de la dominer et d’en faire un instrument de relèvement pour le Pays avait été annihilée par les manœuvres de la nation occupante.

79L’expérience était concluante : j’avais des troupes commandées par un étranger hostile à mes desseins, et, dans mon entourage, des pantins désarticulés dont Lord Cromer tenait les ficelles.

80Décidément, l’Angleterre était bien servie. Par contre l’Egypte et son Prince ne l’étaient pas du tout.

81Je constatais chaque jour autour de moi, et jusque dans le Palais, des défections qui m’étaient pénibles. La trahison empoisonnait l’atmosphère. Les agents de l’Intelligence Service rôdaient partout. La fidélité des plus hauts fonctionnaires était à la merci des avances de l’étranger. Qu’on en juge !

82Mon plus vif désir en montant sur le trône avait été d’entrer en rapport intime avec la nation. J’avais tout fait pour me rapprocher d’elle, appelant auprès de moi tout ce qui avait un nom, une valeur, un passé. J’aimais m’entretenir avec les intellectuels du Pays, et tenir de la bouche même des fonctionnaires les observations qu’ils avaient pu faire dans l’exercice de leurs fonctions.

83Tous les jours, après le travail de la matinée, je gardais à ma table les ministres ou les serviteurs de l’Etat avec lesquels je m’étais entretenu le matin. La conversation avait un caractère plus intime. Je m’instruisais et pouvais en même temps, sur un ton familier, donner des conseils plus utiles que des ordres.

84Le soir, à dîner, je retenais ceux de mes visiteurs de l’après-midi qui m’avaient paru intéressants. Ainsi se coudoyaient à ma table de savants ulémas, des ingénieurs, des juristes consommés, des littérateurs connus, de délicats poètes. Les entretiens prenaient quelquefois un tour charmant et imprévu entre des hommes peu habitués à discuter entre eux et de formation tout à fait différente.

  • 10 Fit ses études à l’École des langues (al-Alsun), servit dans l’administration du khédive Ismaïl et (...)

85Des discussions philosophiques s’élevaient entre Mohamed Osman Bey Djélal10, charmant poète qui avait traduit en vers arabes les Fables de La Fontaine, et le Cheik d’El-Azhar qui n’entrevoyait la philosophie qu’entre les versets du Coran. Je dois dire que l’uléma était souvent réduit au silence, et que sa science divine restait sans réponse devant les attaques subtiles et plus humaines du poète.

86Je me souviens d’une mystification qu’Osman Djelal fit subir à l’homme de Dieu qui était en même temps un savant grammairien.

87À propos de la fable « Le Corbeau et le Renard », mon poète s’était amusé, sans en changer le texte, à déguiser les mots français en les parant.de racines et de désinences arabes. Le vieux Cheik en fut véritablement ébloui.

88Il discutait longuement sur l’origine de chaque mot, remontait aux plus lointains exemples pour en rechercher le sens. Pince sans rire, le poète répondait âprement à son interlocuteur, jusqu’à ce qu’un éclat de rire général vint interrompre la plaisanterie.

89J’aimais ces déjeuners où je pouvais, en reposant mon esprit et en dehors de tout protocole administratif, agiter les questions de gouvernement qui me’ préoccupaient le plus. Ils me permettaient, mieux que toutes les audiences, de me documenter sur la valeur réelle de mes interlocuteurs et la tendance de leur esprit.

  • 11 Le cheikh Muhammad Abduh, célèbre réformateur que ses croyances incitaient à travailler au renouve (...)
  • 12 Allusion à la résidence de l’Ambassade de Grande-Bretagne, située à Qasr al-Dubbara.

90Au cours de ces réceptions, j’eus l’occasion d’avoir les relations les plus agréables avec le Cheik Mohamed Abdou11, homme d’une intelligence remarquable, mais d’un caractère pusillanime. Il était à la dévotion de l’Angleterre. C’est en vain que j’essayai de l’arracher aux séductions de Kasr el-Doubara12. Je me heurtai à son opiniâtreté dans l’erreur, inattendue chez un homme que je savais ambitieux et que j’avais appelé au poste de Grand Mufti pour le rallier à la cause nationale.

91C’était un homme qui, bien que de tendances traditionalistes, connaissait la langue et la civilisation modernes.

92Il s’était laissé séduire par des idées mal assimilées et sa participation au mouvement arabiste avait laissé chez lui l’ineffaçable empreinte des erreurs glorifiées.

93Je me plaisais à ces dîners sans apparat, où je communiais avec la nation par l’intermédiaire des représentants les plus autorisés de son esprit et de sa tradition. Il me semblait que je pénétrais un peu plus chaque jour l’âme du peuple, et j’étais fier lorsque je pouvais découvrir, de temps en temps, un talent méconnu ou une force inemployée. C’était trop beau. Je m’aperçus un jour que tous les propos échangés au cours de ces réunions intimes parvenaient, singulièrement déformés, aux oreilles des agents de l’Angleterre.

94J’en fis l’observation à mes hôtes. Tous me répondirent que seuls les serviteurs du Palais étaient responsables. Pour ne plus donner à ces pauvres gens l’occasion d’exercer leurs talents de policier, et aussi pour éviter les indiscrétions possibles de mes hôtes, je mis un terme à des réunions auxquelles je prenais grand plaisir, et qui étaient à la fois pour moi un délassement et un enseignement.

95Je me rendais compte chaque jour des difficultés que j’allais éprouver à gouverner au milieu d’une élite encore imparfaitement touchée par la grâce patriotique. L’Égypte était donc un grand marché où se troquaient les consciences et s’offraient les complicités. La vieille aristocratie qui vivait de la dynastie serait-elle toujours disposée à la trahir ? Les dons du Palais et les satisfactions du devoir ne lui suffiraient-ils donc pas sans aller payer des deniers de la délation les grâces de l’Angleterre et ses sourires ?

96À côté d’une armée désorganisée, ne devais-je compter que sur une société démoralisée ? Les forces militaires de l’Égypte me faisaient défaut ; ne trouverais-je jamais pour m’appuyer une force morale dans la nation ? C’est que la révolution de 1882 avait été un coup terrible pour l’Égypte : elle avait partout jeté la confusion, tout dissocié. Chacun avait perdu sa voie au milieu de la tourmente générale. La notion du devoir avait disparu chez les serviteurs de l’État. Ils ne comprenaient plus où était le salut, et leurs instincts les portaient vers les satisfactions de l’intérêt plutôt que vers les activités désintéressées du patriotisme.

97Seul le peuple n’était pas corrompu. Il souffrait sans se plaindre des exactions de ses maîtres et de leurs trahisons. Il attendait, dans la résignation, des jours meilleurs, toujours soumis par son fatalisme traditionnel à la volonté lointaine du Maître de l’heure.

CHAPITRE II (ANNEXES)

98Lettre de Lord Rosebery à Lord Cromer.

99Suite de la correspondance touchant les affaires d’Égypte. Complément d’Égypte n° 1 (1893). Le Comte de Rosebery à Lord Cromer.

100Liste des officiers invités par le Khédive à Assouan au banquet du 13 janvier 1894 (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.)

Notes

1 Husayn Fakhri pacha, né au Caire en 1843, fit ses études de droit à Paris. Nationaliste égyptien d’origine circassienne, il fut démis de ses fonctions de ministre de la Justice pour avoir refusé d’approuver les réformes juridiques de Scott qui auraient eu pour résultat de diminuer encore plus le droit des Égyptiens à déterminer leurs propres lois. Il fut placé sur la « liste noire » des Anglais. Lorsque Abbas II le choisit pour devenir Premier ministre, ils provoquèrent une crise politique qui força le khédive à lui demander sa démission. Son mandat fut le plus court de l’histoire de l’Égypte : trois jours, du 15 au 18 Janvier 1893. Il fut remplacé par Mustafa Fahmi, un protégé de Cromer.

2 Tigrane pacha était l’un des nombreux Arméniens employés par l’administration égyptienne. Il était le gendre de Nubar pacha et comme lui ne parlait pas l’arabe. Il faisait toutes ses affaires en français ou en turc.

3 Archibald Philip, cinquième comte de Rosebery (1847-1929), Premier ministre de la Grande-Bretagne de 1894 à 1895. Champion de l’impérialisme britannique, il établit le protectorat sur l’Ouganda, prit un rôle actif à promouvoir la guerre en Afrique du Sud, et rompit avec le Parti libéral sur la question de l’autodétermination de l’Irlande.

4 George Leveson-Gower, deuxième comte de Granville (1815-1891), reçut le portefeuille de secrétaire des Affaires étrangères et fut un grand ami de William Gladstone.

5 Husayn Fakhry pacha avait fait en France des études de droit. À retour en Égypte en 1874, il fut nommé ministre de la Justice, puis chef du gouvernement pendant la crise de janvier 1893 entre Lord Cromer et Abbas II, qui cessa lorsque le khédive se vit contraint d’accepter Mustafa Fahmi, le protégé de Cromer, comme Premier ministre.

6 Allusion à Francis Wallace, premier baron Grenfell (1841-1925), maréchal britannique qui commanda l’armée égyptienne et qui participa à la victoire Anglo-égyptienne sur les Mahdistes du Soudan.

7 Il s’agit du cheikh Shams al-Din al-Inbabi de rite shaféite, qui administra al-Azharde 1882 à 1896.

8 « L’incident de la frontière » du 19 janvier 1894 se passa à Wadi-Halfa en Nubie égyptienne. Abbas Hilmi venait de monter sur le trône et se trouvait à Wadi-Halfa en voyage officiel pour passer en revue les troupes égyptiennes massées près de la frontière sud de l’Égypte. Lorsqu’il exprima son mécontentement à la vue de leur mauvaise tenue et s’en prit particulièrement à celle des officiers britanniques responsables de l’entraînement et du commandement de ces troupes, le Sirdar (commandant en chef de l’armée), le général Herbert Kitchener, donna sa démission. Le khédive réussit d’abord à l’apaiser. Mais lorsque Kitchener fit part de l’incident à Cromer, celui-ci en informa le gouvernement de Londres et exigea que le khédive fasse des excuses publiques et se rétracte. Lord Cromer demandait aussi expressément que le khédive se sépare du ministère de Mahir, avec lequel il ne s’entendait pas, sous le prétexte que le pacha était à l’origine de l’incident en question. Londres prit le parti de Lord Cromer et menaça de placer l’armée égyptienne sous le contrôle direct des Anglais. Le khédive n’eut d’autre choix que de faire des excuses et de révoquer le ministère Mahir. Cela devait lui coûter cher. À l’Égypte aussi.

9 Un des officiers britanniques chargés de l’instruction des soldats égyptiens.

10 Fit ses études à l’École des langues (al-Alsun), servit dans l’administration du khédive Ismaïl et reçut le titre de pacha des mains du khédive.

11 Le cheikh Muhammad Abduh, célèbre réformateur que ses croyances incitaient à travailler au renouveau (tajdid) de l’Islam. Dans son oeuvre, il cherche à reconsidérer la question des interprétations religieuses et à libérer la pensée intellectuelle du taqlid (la « tradition » qui consiste à accepter aveuglément toute idée et tout concept). Sur le plan politique, il prônait un gouvernement basé sur un contrat social qui équilibrerait le droit du gouvernement à imposer les lois et le droit du peuple à la justice sociale. Abduh était un mystique et un éducateur, qui fit toutes ses études à l’université d’al-Azhar. Il fut également le rédacteur du Journal Officiel (al-WaqaT al-misriyya). Il soutint quelque temps la révolution d’Urabi, ce qui lui valut trois mois de prison et l’exil en Syrie. À sa libération, il rejoignit son collègue Jamal al-din al-Afghani à Paris, où ils publièrent ensemble la revue al-Urwa al-wuthqa. Revenu en Égypte, il s’éloigna d’al-Afghani, dont l’idéologie révolutionnaire différait de la sienne. Il fut critiqué pour sa coopération avec les Anglais et Cromer, qui l’éleva au poste de Mufti d’Égypte en 1899. Il mourut en 1905.

12 Allusion à la résidence de l’Ambassade de Grande-Bretagne, située à Qasr al-Dubbara.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540