Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sa’d Zaghlûl : "Lieu de mémoire" du nationalisme égyptien

 | 
Anne Clément

II. L'évolution des représentations sous-tendant la mémoire de Sacd Zaghlûl

Chapitre III. Réflexions sur la commémoration

Texte intégral

Le devoir de mémoire : débats autour du modèle occidental

Mausolée, musée, statues et photographies

  • 1 Dupont, « Le grand homme... », dans Mayeur-Jaouen (dir.), Saints et héros..., op. cit., p. 47-49.

1L’intérêt des élites égyptiennes pour la commémoration naît de la réflexion sur les grands hommes qui se fait jour dans l’Orient arabe entre la fin du xixe et le début du xxe siècle. Les initiatives prises par les Occidentaux, de façon générale, et plus particulièrement par les Européens, afin de rendre à leurs hommes illustres le culte qui leur est dû, font alors figures d’exemples à suivre. Anne-Laure Dupont, dans l’article intitulé « Le grand homme, figure de la “Renaissance” arabe », décrit ainsi parfaitement l’admiration que ressent le journaliste et écrivain Jurjî Zaydân lorsqu’il visite l’Abbaye de Westminster, le Panthéon, les Invalides, la maison natale de quelque grand écrivain transformée en musée ou encore lorsqu’il aperçoit, au détour d’un carrefour ou d’une place publique, la statue de tel ou tel personnage célèbre resté dans l’histoire1.

  • 2 Al-Rafici cAbd al-Rahmân, Fî acqâb al-thawra al-misriyya (thawrat 1919), op. cit., p. 345.

2Cette influence du modèle occidental que l’on tente alors d’imiter reste très prégnante lorsqu’en 1927, le gouvernement de coalition dirigé par Tharwat prend une série de mesures destinées à perpétuer le souvenir de Sacd Zaghlûl récemment disparu. Il est ainsi prévu de lui ériger deux statues, l’une dans la capitale, l’autre à Alexandrie ; d’intégrer sa demeure du Caire (Bayt al-Umma) ainsi que sa maison natale d’Ibiyâna au patrimoine national, dans un but d’utilité publique ; d’édifier un hôpital ou un asile dans la capitale auquel son nom serait donné ; et, enfin, de lui construire un mausolée aux frais du gouvernement2. Différentes formes de commémoration, d’inspiration occidentale, sont ainsi réunies afin de rendre au grand leader l’hommage qu’il mérite : l’imposant tombeau, la maison-musée, les statues.

  • 3 Mayeur-Jaouen (dir.), Saints et héros du Moyen-Orient contemporain, op. cit., p. 16.
  • 4 Voir « Polémiques autour d’un mausolée », p. 26.
  • 5 Coury, op. cit., p. 192.
  • 6 Al-cAqqâd, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 620.

3En ce qui concerne le mausolée, si le terme généralement utilisé pour le désigner en arabe (al-darîh) fait référence à la sépulture d’un saint musulman, l’origine même du projet est clairement influencée par les pratiques européennes de l’époque en matière de célébration du souvenir des dirigeants politiques. Comme le souligne Catherine Mayeur-Jaouen, « bien des traits du culte de la personnalité venaient d’Europe, y compris les mausolées colossaux aux allures de temples antiques qui ensevelirent les leaders ; effet d’époque, ces mausolées, construits entre la fin des années vingt et les années cinquante, affectent un style monumental qui oscille entre le style mussolinien et celui de la période stalinienne.3 » Si la presse publie les suggestions de partisans d’une imitation pure et simple du style occidental, l’architecture du mausolée de Zaghlûl n’en est pas moins l’objet de nombreux débats4. En définitive, le choix final se porte sur le mausolée de style pharaonique dessiné par le célèbre architecte Mustafâ Fahmî5. Il est intéressant de noter qu’en 1936, cAbbâs Mahmûd al-cAqqâd revient sur cette polémique et précise, dans la biographie qu’il consacre à Zaghlûl, que « le mausolée (...) est une construction appropriée à l’immortalisation du souvenir [de Sacd] parce que c’est une structure égyptienne pleine de simplicité et de splendeur et qui s’inspire du style égyptien ancien, ce qui n’est pas en contradiction avec les principes fondamentaux de l’Islam.6 » Si le modèle occidental de commémoration sert de référence et de source d’inspiration, il suscite aussi dès 1927 des débats au sein de la population égyptienne.

  • 7 Thâbit, op. cit., p. 27-32.
  • 8 Al-cAqqâd, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 530, 541, 542.
  • 9 Schulze Reinhard, 1995, « Sacd Zaghlûl », article de l’Encyclopédie de l’Islam, vol. VIII, Leiden, (...)
  • 10 Al-Musawwar, n° 1402, 24/08/1951.

4Transformer la demeure du grand homme en musée afin de conserver précieusement ses « œuvres » (âthâr), ses souvenirs, est également une idée « empruntée » à l’Europe. Anne-Laure Dupont cite ainsi les « maisons-musées » de Georges de Buffon, d’Auguste Comte, d’Honoré de Balzac, de Victor Hugo ou encore de Voltaire que Zaydân ne manque pas de visiter à l’été 1912 alors qu’il passe ses vacances en Europe. Bayt al-Umma devient musée dès 1929, non pas dans la réalité, mais sous la plume de Karîm Khalîl Thâbit. Ce dernier consacre en effet six pages de sa biographie à une longue description de la demeure7. Il détaille chacune des photographies, chacun des tableaux qui ornent les murs. Il donne la longueur et la largeur des pièces. Il spécifie l’emplacement des vêtements d’été de Sacd, de ses habits officiels, des toilettes de sa femme, Safiyya. Il décrit chaque objet des différentes pièces de la maison, un fauteuil, un buste, une horloge... Il précise que Sacd s’asseyait sur telle chaise et met en lumière le grand bureau, cette « salle historique » qu’il aimait tant. Surtout, il indique la pièce où Zaghlûl est décédé et souligne le fait que « la mère des Égyptiens n’a cessé de dormir dans cette chambre jusqu’à aujourd’hui ». Le lecteur a l’impression que la vie de Bayt al-Umma s’est arrêtée avec la mort de Sacd et que Safiyya a conservé les choses exactement en l’état. L’entreprise de Thâbit semble ainsi relever d’une sorte de « muséification ». De même, dans l’hommage qu’il consacre au grand leader, cAbbâs Mahmûd al-cAqqâd8 met en évidence l’importance de Bayt al-Umma, ce « havre de paix » dont il avait besoin pour protéger son cœur, son esprit et sa réputation et il précise également que, depuis la mort de Sacd, rien n’a changé dans la maison, « chaque photographie est à sa place et chaque chaise est à sa place ». Safiyya est fidèle à la mémoire de son défunt mari et préserve son souvenir comme « un culte religieux ». Chaque matin, elle se rend au mausolée et continue, à la maison, la même vie qu’avant sa mort. Maîtresse de Bayt al-Umma, elle est la gardienne de l’héritage de Sacd. La maison natale de Zaghlûl à Ibiyâna n’a pas eu la même postérité que sa demeure du Caire. Si elle apparaît sur des clichés régulièrement publiés dans la presse et les biographies, elle n’est presque jamais mise en valeur dans les textes, probablement parce qu’elle ne constitue pas un symbole de son parcours et de sa lutte, contrairement à Bayt al-Umma. Zaghlûl lui-même semble avoir coupé très tôt les liens qui l’attachaient à son village et à sa famille. Ainsi, il ne retourne à Ibiyâna qu’une seule fois en quarante ans9. Seul le journal Al-Musawwar, dans un souci de renouvellement de la commémoration, consacre en 1951 un article au village natal de Zaghlûl, à sa famille et à la maison qui l’a vu naître10.

  • 11 Mayeur-Jaouen (dir), Saints et héros..., op. cit., p. 13.
  • 12 Dupont, dans Mayeur-Jaouen, op. cit., p. 48.
  • 13 Zaydan, cité dans Dupont, op. cit., p. 48-49.
  • 14 Gershoni et Jankowski, Egypt, Islam..., op. cit., p. 189.
  • 15 Al-Balâgh, n°4965, 22/08/1938, p. 1, 8.
  • 16 Gershoni et Jankowski, Egypt, Islam..., op. cit., p. 189.
  • 17 Al-cAqqâd, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 620-621.

5Quant à l’idée des statues, elle s’inspire elle aussi de l’Occident. La statuaire commémorative a fait son apparition en Égypte dès le xixe siècle afin « de transformer (...) [les] khédives en héros nationaux11 ». Comme le souligne Catherine Mayeur-Jaouen, elle n’obtient d’abord qu’un succès limité dans un pays où la tradition religieuse interdit toute représentation figurée. Mais, au tournant du siècle, lorsque Zaydân découvre la « statuomanie12 » française, il en perçoit d’emblée la vertu pédagogique. Il écrit dans le récit qu’il fait de son voyage : « Les statues emplissent les cœurs de zèle et donnent envie d’imiter ces grandes figures. Elles sont un bon moyen de réveiller les ardeurs et d’aiguillonner les talents, d’une manière qui ne se rencontre que rarement chez nous.13 » Le projet, confié au célèbre sculpteur Mahmûd Mukhtâr, est très vite victime de querelles partisanes et s’enlise, en particulier sous le gouvernement Sidqî au début des années trente. Mukhtâr meurt en 1934 sans avoir été recompensé de ses efforts14. Les deux statues sont finalement érigées sur des places publiques du Caire et d’Alexandrie et dévoilées le 22 août 193815. Elles sont toutes deux de style pharaonique. Celle du Caire représente Sacd le bras droit tendu vers le ciel dans un geste de protection ou de bénédiction ; celle d’Alexandrie le montre « marchant résolument vers l’avant, [tandis] que sa base est décorée de reliefs célébrant la vie rurale égyptienne, l’héritage pharaonique et le mouvement nationaliste mené par Zaghlûl16 ». Accueillies avec peu d’enthousiasme, les œuvres de Mukhtâr sont l’objet de critiques. Ainsi, dès 1936, al-cAqqâd déplore le fait que « les deux statues ne révèlent rien des qualités humaines, ni de la force spirituelle, ni de la générosité morale qui rendaient Sacd grand et par lesquelles il méritait d’être immortalisé ». Pour l’écrivain, « Mahmûd Mukhtâr a échoué17 ». De même, il estime que le buste de Sacd malade, créé par le sculpteur russe Yourevitch (yûrifitsh), qui se trouve à l’étage supérieur de Bayt al-Umma, ne présente qu’ « une ressemblance matérielle » avec son modèle et non « spirituelle ». Une fois encore, le modèle occidental de commémoration se trouve contesté.

  • 18 Mayeur-Jaouen, op. cit., p. 13.
  • 19 Terry, op. cit., p. 105-106.
  • 20 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°43,16/09/1927, p. 16.
  • 21 Al-Balâgh al-Usbûcî n°42, 9/09/1927, p. 26.
  • 22 En particulier, Al-Musawwar, mais aussi Al-Balâgh.

6Enfin, les images jouent également un rôle essentiel dans la préservation du souvenir. Comme la statuaire, l’iconographie officielle, « importée » d’Occident, qui se développe avec les portraits des khédives au xixe siècle suscite de nombreux débats18. L’image s’impose toutefois plus facilement que la statue. Au cours des années vingt, c’est le règne de la photographie à laquelle Sacd Zaghlûl semble avoir recours très tôt19 et régulièrement. Il fait appel aux services d’un certain Hitzelman (hitzilmân), vraisemblablement un Allemand, dont le nom est souvent cité dans la presse20. Mais une publicité publiée dans Al-Balâgh al-Usbûcî informe que « les dernières et les meilleures photographies du regretté Sacd Zaghlûl [se trouvent] chez le photographe Charles (shârl) rue cAbd al-cAzîz, en face de cUmar Effendî21 ». Les clichés pris entre les débuts de sa carrière d’avocat et ses derniers jours forment un corpus relativement limité dont les éléments sont reproduits de façon récurrente après sa mort dans les journaux22 et dans les biographies qui lui sont consacrées. Vêtu très élégamment, le grand leader porte presque toujours le tarbouche. Il garde une attitude digne qui souligne sa prestance. Mais les clichés soulignent également ses qualités intellectuelles et morales. De nombreuses photographies le présentent prononçant un discours ou écrivant à son bureau, tandis que sur d’autres, plus rares, on le voit souriant. Quelques-unes, enfin, mettent en évidence sa grande popularité en le montrant au milieu d’une foule qui l’acclame, notamment lors de ses deux retours d’exil.

La biographie

  • 23 Dupont, op. cit., p. 69.
  • 24 Le terme siyar, pluriel de sîra, vient de la racine sâra qui signifie aller, marcher, se conduire. (...)
  • 25 Dupont, op. cit., p. 50.
  • 26 Al-cAzm, cité dans Dupont, op. cit., p. 70.
  • 27 Tarjama est souvent utilisé pour qualifier ces biographies. Selon le dictionnaire Kazimirski, ce te (...)

7La domination du modèle occidental de commémoration apparaît également à travers l’évolution du genre biographique en Égypte. Comme le souligne Anne-Laure Dupont, la biographie est « un genre ancien dans les lettres arabes23 ». Il s’agit d’abord des « vies » (siyar) de célèbres musulmans des premiers temps de l’islam qui sont composées sur le modèle de la sîra du Prophète dont Ibn Hishâm établit la vulgate au ixe siècle24. Le modèle de la biographie dans le monde arabo-musulman est donc l’hagiographie dans tous les sens du terme, c’est-à-dire la vie et les actions des saints, mais aussi des récits élogieux devant tenir lieu de leçon d’éthique et de morale. Mais au tournant du xxe siècle, le genre se renouvelle sous l’influence des biographies occidentales. Le style se fait plus simple et les auteurs affichent leur prétention à réaliser un travail scientifique répondant, notamment, au critère d’objectivité. Ainsi, dans la biograpbie qu’il consacre à Mustafâ Kâmil, Jurjî Zaydân souligne la grandeur du leader du Parti national, sa constance, son dévouement, son désintéressement, ses sacrifices tout en critiquant le radicalisme de son discours25. De même, Rafîq Al-cAzm estime que « les grands hommes ne [peuvent] être imités que si leurs faits et gestes [sont] rapportés avec exactitude et la vérité strictement respectée.26 » De telles biographies fleurissent alors dans la presse arabe des années 1880-1914. Les revues Al-Jinân, Al-Hilâl, Al-Muqtataf, Al-cIrfân ou encore Al-Muqtabas consacrent ainsi une rubrique aux vies des grands hommes, qu’ils soient orientaux ou occidentaux. Les textes sont généralement composés de deux parties, la première relatant la vie du personnage, la seconde mettant en lumière ses qualités et ses mœurs que le lecteur est invité à imiter27.

8Cette évolution de l’hagiographie à la biographie à prétention scientifique transparaît dans l’étude des ouvrages consacrés à Sacd Zaghlûl entre 1927 et 1952. Toutefois, cette analyse révèle également un autre changement dans la conception même du devoir de mémoire. En effet, si certains auteurs estiment encore, à la fin des années vingt, que le plus bel hommage que l’on puisse rendre à Zaghlûl est de constituer des recueils de ses discours ou des éloges funèbres composés à l’occasion de ses funérailles, les biographes des années quarante souhaitent orienter leurs travaux vers des recherches, considérées comme plus « productives », susceptibles de mettre en lumière des aspects jusque-là ignorés de la vie ou de la personnalité de Sacd.

  • 28 Hâfiz, Sacd Zaghlûl bâshâ..., op. cit., p.2.

9Ahmad Fahmî Hâfiz réunit ainsi en 192728 l’ensemble des discours prononcés par Zaghlûl à l’Assemblée législative. Comme il l’explique dans l’introduction, « de nombreuses personnes ont pensé après la mort du plus grand leader, Sacd Zaghlûl Pacha, à rassembler ses paroles dans des livres dont les gens discuteraient et qu’ils liraient ». Le but de cette démarche était double. Il s’agissait « d’une part, de perpétuer le souvenir du leader disparu, et d’autre part, de suivre ses traces, de l’imiter. » Dans cette perspective, Hâfiz considère alors qu’en tant que fonctionnaire de l’organisation parlementaire, il peut « accomplir son devoir » en entreprenant la réalisation de ce recueil de discours susceptible de servir de modèle, d’exemple à suivre pour « les membres du Parlement et tous ceux qui ambitionnent d’y accéder. »

  • 29 Al-Jazîrî, Athâr al-zacîm..., op. cit., p. 11.

10De même, Muhammad Ibrâhîm al-Jazîrî estime que le meilleur moyen de rendre compte de « la grandeur éternelle » de Zaghlûl est de faire connaître sa vie par le biais de ce qu’il a dit et écrit29. Pour lui, « le grand chef (...) était son propre historien, celui qui a diffusé sa gloire et sa droiture par sa langue ». Ainsi, le secrétaire de Sacd considère qu’ « il n’est nul besoin de connaître sa vie et les événements [qui ont marqué] ses jours, il suffit de lire ses paroles ». L’ambition d’al-Jazîrî est de rassembler et de publier « les traces des dires [de Zaghlûl] », « ses bons mots, ses paroles de sagesse, ses discours admirables » à travers lesquels se dessinent « sa vie parfumée, sa personnalité magique et irrésistible, sa grandeur éternelle, son génie raisonnable, sa sagesse mûre [et] sa politique victorieuse ». Son projet concerne l’ensemble des articles écrits par Sacd et publiés dans Al-Waqâ’ic al-Misriyya (« Le Journal officiel »), Majallat al-Qadâ’ al-Sharcî (« La revue de droit musulman »), Kawkab al-Sharq (« L’étoile de l’Orient ») ou encore Al-Balâgh, mais aussi les discours prononcés « à l’Assemblée générale, au Conseil consultatif des Lois, à l’Assemblée législative, à l’Université égyptienne, à la Chambre des députés, au Sénat... ». Pour la publication du premier volume, en 1927, l’auteur souhaite cependant se concentrer sur les textes de la période du Gouvernement du Peuple afin d’« aider les membres de la coalition [d’alors] à se diriger vers le droit chemin ». Il s’agit ainsi pour al-Jazîrî de présenter Sacd Zaghlûl comme un modèle, un exemple à suivre et de perpétuer son souvenir, comme il se doit de le faire.

  • 30 Al-Buhayrî, Abarâf al-sharq, op. cit., p. 6-7.

11Quant à Muhammad Ismâll al-Buhayrî qui publie, au cours de cette même année 1927, Les larmes de l’Orient, il affiche déjà quelques prétentions scientifiques. Le sous-titre de son ouvrage indique d’ailleurs sa double ambition : « Chronique des étapes de la vie [du leader défunt Sacd Zaghlûl Pacha] et paroles des écrivains et des poètes lors de ses funérailles ». Ainsi, au recueil d’éloges funèbres, al-Buhayrî souhaite ajouter une véritable biographie30 de Sacd. Il donne le détail des sources qu’il a utilisées afin de rédiger son livre : la presse égyptienne (journaux et revues), les dossiers professionnels de Zaghlûl, les dires des personnes qui, parmi ses contemporains, sont dignes de confiance, les rapports et les archives du Wafd, les Hawliyyât misr al-siyâsiyya (« Chroniques politiques de l’Égypte ») d’Ahmad Shafîq Pacha, Târîkh al-thawra al-curâbiyya (« L’histoire de la révolution de cUrâbî ») et Târîkh misr al-siyâsî (« L’histoire politique de l’Égypte ») du Docteur Abu Tâ’ila et des souvenirs qui étaient restés secrets. Il précise enfin : « La vérité est que nous avons rencontré beaucoup de difficultés dans la recherche et l’exploration et que ce n’est pas chose facile ». Cette biographie de Sacd, établie à partir de sources multiples et variées, n’est toutefois qu’un résumé (mûjaz) de sa vie qui n’est développé que dans les quarante-huit premières pages du livre. La majeure partie de l’ouvrage (339 pages) est consacrée aux oraisons funèbres (al-marâthî). Ces éloges sont organisés en cinq sections : les textes en prose (al-nathr), l’analyse de la personnalité de Zaghlûl (tahlîl shakhsiyyat al-zacîm), les souvenirs (al-dhikrayât), les discours (al-khutab) et les appels (al-nidâ’ât) et sont essentiellement l’œuvre d’écrivains, de journalistes, d’hommes politiques, d’avocats, pour la plupart égyptiens mais aussi parfois étrangers. Aucune des oraisons funèbres écrites en hommage à Sacd par les plus grands poètes de l’époque – Ahmad Shawqî, Hâfiz Ibrâhîm ou encore Khalîl Mutrân – n’y figure. Composé de ces deux parties, l’ouvrage doit devenir « un flambeau qui guide [les parents et les petits-enfants], un but vers lequel se dirigent les esprits et les cœurs, une source littéraire à laquelle les hommes de lettres puisent, une science de la bonne conduite pour les fils dévoués de la patrie. »

  • 31 Yeghen, Saad Zaghloul..., op. cit.
  • 32 « Qu’était au juste Saad Zaghloul pour la nation égyptienne ? Il était tout.... », ibid., p. 76-77.
  • 33 « Et, chaque fois qu’un parti accède au pouvoir, ses adversaires, qui ont retardé son triomphe, son (...)

12Foulad Yeghen31, quant à lui, abandonne toute idée de recueil de discours ou d’éloges funèbres. Il souhaite rendre hommage à Zaghlûl, perpétuer son souvenir, en portant sur lui « un jugement équilibré et équitable. Selon V. de Saint-Point, le préfacier de l’ouvrage, l’auteur a fait preuve de « qualités d’historien notables » et « a mis tout son jeune talent, son intelligence, à construire, avec des matériaux sûrs, solides, le piédestal historique sur lequel, avec son cœur et son esprit, il a sculpté la figure de Saad Pacha Zaghloul, le Père du peuple égyptien ». Tout au long du livre, Yeghen s’attache ainsi à discuter les « insinuations » et les « critiques » portées contre Sacd Zaghlûl afin d’en dresser un portrait juste. Non, Zaghlûl n’a pas profité de la question de l’indépendance du pays pour se bâtir une renommée ; oui, il s’est montré trop impatient et trop autoritaire avec ‘Adlî et se trouve ainsi en partie responsable de cette « discorde qui fut si préjudiciable à la nation ». Toutefois, si l’auteur affiche une ambition d’objectivité, l’impression que garde le lecteur est toute différente. L’emphase du style32 et une certaine « complaisance » à l’égard de Zaghlûl33 donnent à la biographie de Foulad Yeghen une teinte hagiographique.

  • 34 Thâbit, Sacd fî hayâtihi al-khâssa, op. cit.

13La démarche de Karîm Khalîl Thâbit, auteur de Sacd fî hayâtihi al-khâssa (« La vie_privée de Sacd »), est plus proche de l’enquête journalistique. Son travail se fonde sur une série d’entretiens qu’il a eus avec Zaghlûl lui-même mais aussi, et surtout, avec ses proches. Parmi eux se trouvent Safiyya, Fathallah Barakât, Hamd al-Bâsil, Makram cUbayd ou encore Muhammad Sabrî Abu cAlam. Thâbit a déjà publié la plupart de ces informations dans différents articles de presse avant de les rassembler dans cet ouvrage, en 1929, afin que le souvenir de Sacd se perpétue34. Il ne considère pas son livre comme une biographie mais plutôt comme « des pages dispersées qui contiennent en résumé une des facettes de sa vie pleine de travaux admirables ». Cependant, par l’abondance des détails qu’il livre, notamment sur l’organisation de la vie quotidienne du grand leader et le programme de ses journées, ainsi que par le style simple qu’il emploie, Karîm Khalîl Thâbit réalise un ouvrage proche des biographies occidentales de l’époque.

  • 35 Voir p. 44 et sq.

14Dans sa biographie, al-cAqqâd35 assure qu’il a fait preuve d’objectivité et d’équité (insâf) et que son amitié avec Zaghlûl n’a nullement constitué un obstacle à la recherche de la vérité. « La biographie est compréhension d’une vie et la compréhension de la vie ne se conçoit pas sans affection ni le concours des sentiments. » Il indique dès la préface : « Voilà une limite [du livre] : l’ombre se trouve là où elle doit se trouver et là où la lumière ne se trouve pas. [Sacd] devient ainsi plus proche du modèle et contribue davantage à la beauté ». Pour al-cAqqâd, « l’ami et l’historien sont égaux ou proches dans l’écriture sur un sujet comme Sacd Zaghlûl parce que l’ami ne dira pas ce que nie l’historien et l’historien ne dira pas ce que nie l’ami ». Toutefois, si al-cAqqâd étaye son propos de documents historiques et de souvenirs des différents acteurs de l’époque, son ouvrage n’en reste pas moins très proche du panégyrique.

  • 36 Al-Zayyat, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 8-14.

15En 1942, cAbduh Hasan al-Zayyât s’interroge à son tour sur la meilleure manière de célébrer la mémoire de Zaghlûl. Estimant, d’une part, qu’il faut cesser de répéter toujours les mêmes choses sur Sacd36 et, d’autre part, que la grandeur de la commémoration ne réside pas dans le nombre de personnes qui se recueillent au tombeau ou qui visitent Bayt al-Umma, Al-Zayyât pense qu’il est de son devoir d’agir. Il émet d’abord l’idée de rassembler dans un seul ouvrage tout ce qui a été dit sur le grand leader précisant, à ce propos, que les Irakiens ont déjà, par le passé, réuni dans un même livre l’ensemble des éloges funèbres irakiens composés pour Sacd. Cependant, il estime que « [ces] paroles reprises » sont « de l’ordre de la consommation, non de la production ». Il se propose alors de présenter un nouveau côté de Sacd et affirme que « la grandeur vraie est éternelle et que tel le phoenix, le grand homme renaît toujours de ses cendres ». L’ambition de l’auteur est d’étudier la personnalité de Sacd Zaghlûl à travers les jugements qu’il a rendus. Al-Zayyât affiche d’emblée des prétentions scientifiques très claires. Insistant sur les difficultés liées au travail de recherche, il souligne l’objectivité de son point de vue sur Sacd qui résulte de la prise en compte de « sa force » et de « sa faiblesse », « des louanges de ses supporters » et « des attaques de ses opposants », de « sa victoire » et de « son échec ». Outre la présentation des sources exploitées, il explique la méthode d’analyse qu’il a employée et remercie les juges qui l’ont aidé à éclaircir certains points délicats. Conscient des limites de son approche, il répond aux critiques éventuelles qui pourraient lui être faites : « Ma conscience scientifique est tranquille quant aux résultats présentés ». Enfin, il évoque les apports de son travail. L’ouvrage d’al-Zayyât représente ainsi l’exemple même de la biographie qui repose sur une véritable recherche répondant aux critères de scientificité.

  • 37 Al-Ibrâshî, Abtâl al-sharq..., op. cit.

16Le manuel scolaire rédigé par Muhammad cAtiyya al-Ibrâshî en 194737 constitue un cas un peu à part. Toutefois, il est intéressant de le mentionner. Tout d’abord, l’auteur ne parle pas de biographies, mais de « récits héroïques et patriotiques » susceptibles de « propager l’esprit de vertu, corriger les mœurs déviantes, diffuser la culture et nourrir le patriotisme » des enfants et jeunes gens de l’Orient arabe. L’ambition d’al-Ibrâshî est de faire « un exposé attrayant sans sophistication, ni embellissement », « dans un style simple ». Après avoir présenté « la vie éternelle » de Sacd que les lecteurs sont invités à prendre comme modèle, l’auteur reproduit quelques-unes de ses parole, suivies de deux de ses discours. Son hommage à Zaghlûl se termine par la reproduction de trois éloges funèbres composés par Ahmad Shawqî, Hâfiz Ibrâhîm et cAlî Al-Jârim.

  • 38 Al-Musawwar, n°411, 26/08/1932.
  • 39 L’auteur cite l’ouvrage d’Ibrahim al-Jazîrî, celui d’Ahmad Fahmî Hâfiz et celui de Karîm Kahlîl Thâ (...)
  • 40 Al-Musawwar, n°411, 26/08/1932.
  • 41 Al-Musawwar, n°631, 13/11/1936.
  • 42 Al-Musawwar, n°1361, 10/11/195.
  • 43 Nahhas Yûsuf, 1952, Dhikrayât (Sacd ; cAbd al-cAzîz ; Mâhir wa rifâquh fî thawrat 1919 ; tasarrufât (...)

17Enfin, la presse participe également au débat lancé au début des années trente sur les moyens de la commémoration. Ainsi, dès 1932, Al-Musawwar publie un article intitulé « Comment nous perpétuons le souvenir de Sacd », adressé « aux ténors du Wafd égyptien et à ses hommes38 ». L’auteur y déplore le fait que trois ouvrages seulement39 ont été consacrés au grand homme depuis sa mort « alors qu’un leader exceptionnel comme Sacd mérite des dizaines de livres ». Le journaliste compare cette situation à la manière dont les Européens commémorent leurs dirigeants et il évoque en particulier la floraison d’ouvrages majeurs parus sur Clemenceau, notamment le livre écrit par son secrétaire particulier. Afin de pallier cette insuffisance inacceptable, il suggère aux leaders du Wafd de publier leurs souvenirs de Sacd Zaghlûl. Il estime, en effet, que « ces mémoires, si elles sont rassemblées avant d’être oubliées, constitueraient la source la plus importante pour les historiens futurs qui voudraient entreprendre l’écriture de la vie du grand leader de l’Égypte ». Le devoir de mémoire commande donc de sauvegarder l’héritage de Sacd pour les générations futures afin que « sa lutte, ses sacrifices et l’excellence de son exemple soient utiles40 ». À partir de 1936, les principaux hommes politiques de l’époque commencent alors à publier leurs mémoires qui sont le plus souvent reprises sous forme de séries d’articles dans la presse. Tel est le cas de Fathallah Barakât41, d’Ahmad Lutfî al-Sayyid ou encore de cAbd al-cAzîz Fahmî42. De même, en 1952, Yûsuf Nahhâs livre les souvenirs qu’il garde de Sacd, de cAbd al-cAzîz (Fahmî), d’(Ahmad) Mâhir et de ses amis43.

18Ainsi, si le modèle occidental de commémoration suscite débats et réflexions au sein de la société égyptienne, il reste toutefois largement dominant parmi les intellectuels et notamment les auteurs des biographies consacrées à Sacd Zaghlûl. Examinons maintenant la façon dont le pouvoir politique et le peuple célèbrent le souvenir du grand homme.

Le héros : entre culte officiel et célébration populaire

  • 44 Voisenat Claudie, « Avant-propos », dans Pierre Centlivres (dir.), La fabrique des héros, op. cit., (...)

19Comme le souligne Claudie Voisenat, « [le] héros national (...) semble pris dans une tension entre des formes populaires de célébration (...) et l’imposition par le haut (...) d’un culte sans soubassement populaire44. » Ce constat souligne l’importance d’une étude des politiques de commémoration et de l’écho que ces initiatives rencontrent au sein de la population.

Splendeurs du culte officiel

  • 45 Cette dernière rappelle le jour de 1918 où une délégation présidée par Zaghlûl s’était présentée au (...)

20Avant 1936, l’hommage rendu à Sacd Zaghlûl se résume à un discours politique prononcé en quelques occasions devant son tombeau, au cimetière de Yimâm Al-Shâficî. Avec le transfert de sa dépouille au mausolée, il prend une toute autre dimension. La commémoration s’organise désormais officiellement autour de deux célébrations majeures, l’anniversaire de la mort de Sacd, le 23 août, et la Fête de la Lutte nationale (cîd al-jihâd al-watanî), le 13 novembre45.

  • 46 Sivan Emmanuel, Mythes politiques arabes, op. cit., p. 119.
  • 47 « Sacd wa dhikrâ 13 nufambir », Al-Musawwar, n°422,11/11/1932.

21Dans Mythes politiques arabes, Emmanuel Sivan donne une définition intéressante de la fête : « Pour l’anthropologie, la fête est une activité sociale chargée de symboles, renouvelée à intervalles réguliers et dont l’objectif est de définir et de maintenir l’identité collective.46 » Il ajoute : « L’enjeu est (...) la transformation d’un État simplement territorial (...) en une “communauté de mémoire”, c’est-à-dire en État-nation. » Comme le rappelle Al-Musawwar, la célébration du Jour de la Lutte a été instaurée par les leaders wafdistes dès 1919. Dans un article intitulé « Comment la nation égyptienne a célébré la fête du 13 novembre de l’année 1919 à cette année [1928] », le journal revient sur l’historique des commémorations du Jour de la Lutte et souligne le fait que, de tout temps, les peuples du monde entier ont célébré les « jours historiques » qui ont marqué la vie de leur nation. Ainsi, les Grecs mais aussi les Arabes de l’ère pré-islamique sont cités en exemple, tandis que pour la période contemporaine, l’auteur mentionne les Américains et les Européens, notamment les Français et les Anglais. Quelques années plus tard, un autre article d’Al-Musawwar rappelle que Zaghlûl lui-même attachait une importance toute particulière à cette commémoration, comme en témoignent les cérémonies organisées à cette occasion en 1924 alors qu’il est au pouvoir47.

  • 48 Entre autres, Al-Balâgh, n°4277, 23/08/1936 ; n°4966, 23/08/1938 ; n°6383, 23/08/1942.
  • 49 Soulignons ici le fait que la commémoration de la mort de Zaghlûl est organisée sur le modèle class (...)

22Cependant, c’est surtout l’anniversaire de la mort de Sacd qui constitue l’élément essentiel du culte officiel à partir de 1936. La cérémonie annuelle est organisée selon un « rite » très élaboré48. La journée commence par un rassemblement au siège du parti : le Club sacdiste (al-nâdî al-sac). Puis le cortège, composé non seulement des leaders mais aussi des membres et des sympathisants de l’organisation, se dirige vers le mausolée. Des fleurs sont déposées sur la tombe de Zaghlûl où les dirigeants se recueillent et disent la fâtiha, la première sourate du Coran. Ensuite, l’assemblée pénètre sous la gigantesque tente de cérémonie (surâdiq al-ihtifâl) dressée à proximité de Bayt al-Umma. Un shaykh y lit le Coran49. La récitation du livre saint est suivie d’une minute de silence (al-lahza al-rahîba ou, lahzat al-samt ou encore lahzat al-khushûc). Puis, les ténors (al-aqtâb) du parti prononcent leurs discours devant un auditoire constitué de ministres, députés, sénateurs, chefs et membres des différentes commissions, en particulier ceux de la commission de cérémonie (lajnat al-ihtifâl) qui veillent au bon déroulement de la commémoration. Les journaux énumèrent souvent la longue liste des personnalités présentes. Les adhérents ordinaires ainsi que les sympathisants assistent également à cette célébration sous la tente. C’est notamment le cas pour de nombreux jeunes. Par ailleurs, un emplacement séparé est réservé aux femmes.

  • 50 Entre autres, Al-Balâgh, n°4339, 13/11/1936 ; n°5044, 13/11/1938.
  • 51 Al-Balâgh, n°4339, 13/11/1936.

23La Fête de la Lutte est organisée exactement sur le même modèle50 : le rassemblement au club puis le cortège qui se rend au mausolée ; les fleurs, le recueillement et la fâtiha au tombeau ; la lecture du Coran, le respect de la minute de silence et les discours politiques prononcés sous la grande tente de cérémonie. Il arrive parfois que des écoliers soient associés à la commémoration comme ce fut le cas en 1936 : après le discours d’al-Nahhâs, les élèves des écoles primaires furent invités à présenter des chants et des morceaux de musique appris spécialement pour l’occasion51.

  • 52 Al-Balâgh, n°4966, 23/08/1938 ; Al-Dustûr, n°171, 24/08/1938.
  • 53 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942.
  • 54 Al-Kutla, n°563, 23/08/1946.
  • 55 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946.

24Ce « rite » de commémoration est instauré par les leaders wafdistes à partir de 1936. Mais dans les années suivantes, il est imité trait pour trait par les dirigeants de l’Organisation sacdiste, d’une part, et du Bloc wafdiste, d’autre part. Ainsi, dès le 23 août 1938, Ahmad Mâhir et Mahmûd Fahmî Al-Nuqrâshî marchent en tête du cortège qui part du Club de Sacd Zaghlûl (nâdî Sacd Zaghlûl) pour rejoindre le tombeau du grand leader où ils se recueillent quelques instants. Puis, après s’être brièvement entretenus avec Safiyya à Bayt al-Umma, ils prononcent leurs discours sous la tente de cérémonie située non loin de là52. Makram cUbayd, quant à lui, vient se recueillir seul sur la tombe de Sacd dès le 23 août 194253, mais il faut attendre quelques années pour apercevoir ses sympathisants partir du Club du Bloc (nâdî al-kutla54) pour se rendre au mausolée et assister à « la cérémonie la plus grandiose dans la tente la plus grandiose »55.

  • 56 Al-Balâgh, n°6691, 22/08/1943.
  • 57 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943.
  • 58 Al-Balâgh, n°7004, 24/08/1944.
  • 59 Al-Balâgh, n°7593, 24/08/1946.
  • 60 Al-Balâgh, n°8207, 21/08/1948, p. 5 ; n°82o8, 22/08/1948.
  • 61 Al-Balâgh, n°8209, 23/08/1948, p. 2 ; n°8210, 24/08/1948.
  • 62 Al-Balâgh, n°8856, 22/08/1950, p. 2 ; n°8857, 23/08/1950 ; n°9168, 23/08/1951.
  • 63 Al-Dustûr, n°507, 24/08/1939, p. 7 ; n°1155, 23/08/1941.
  • 64 Al-Kutla, n°1462, 24/08/1949.

25La localisation des tentes de cérémonie à proximité du mausolée et de Bayt al-Umma révèle l’importance de l’ancrage spatial de la commémoration. Ainsi, si le temps joue un rôle primordial, notamment à travers le calendrier des célébrations, le lieu apparaît également comme un élément essentiel à la structuration du culte du héros. En ce qui concerne Sacd Zaghlûl, la cérémonie s’organise d’abord, de façon privilégiée, autour de sa sépulture. Puis, à partir de 1943, le Wafd prend l’initiative d’étendre progressivement la célébration à l’ensemble du pays. Un article d’Al-Balâgh, rendant compte des cérémonies organisées le 22 août 1943, précise que plusieurs tentes ont été dressées par le Wafd en divers endroits de la capitale et de la banlieue, ainsi qu’en province. Le journaliste consacre d’ailleurs une ou deux lignes à chacune des célébrations qui ont lieu dans ces différentes localités : « fî hayy al-nâsiriyya, fî bâb al-shacriyya, fî bûr sacîd, fî abû tîj, fî dashnâ, fî al-minufiyya, fî misr al-qadîma, fî al-qanâtir al-khayriyya, fî al-suwîs, fî shubrâ, fî tantâ.56 » En outre, pour la première fois, le disours que Mustafâ al-Nahhâs prononce alors au tombeau est enregistré et radiodiffusé dans tout le pays57. Le 23 août 1944, bien que le premier ministre al-Nahhâs ait dû « impérativement » se rendre en Europe afin de se reposer, le secrétaire général du Wafd, Muhammad Sabrî Abû cAlam, se fait son porte-parole et veille également à ce que l’anniversaire de la mort de Sacd soit célébré dans toutes les régions d’Égypte58. Deux ans plus tard, les principaux leaders du parti sont répartis dans différentes villes de province afin d’animer les cérémonies. Ainsi, Musatafâ al-Nahhâs et cAbd al-Fattâh al-Tawîl se trouvent à Alexandrie, tandis que Fu’âd Sirâg al-Dîn est au Caire et Muhammad Sabrî Abû cAlam à Damiette. Par ailleurs, al-Nahhâs insiste dans son discours sur le fait que « Sacd Zaghlûl, le premier leader égyptien, est célébré dans toutes les villes et tous les villages du pays.59 » De même, en 1948, Al-Balâgh fait état des différentes commémorations organisées en province60. Une fois encore, Mustafâ al-Nahhâs préside la cérémonie d’Alexandrie, tandis que les membres du Wafd, avec à leur tête le nouveau secrétaire général du parti, Fu’âd Sirâg al-Dîn, participent à la célébration dans la capitale61. Cette extension géographique de la commémoration à toutes les régions du pays progresse encore en 1950 et 1951 comme en témoignent les articles d’Al-Balâgh62. Enfin, il faut souligner que le Wafd n’est pas le seul à célébrer la mémoire de Sacd Zaghlûl dans différentes villes égyptiennes. Dès 1939, en effet, l’Organisation sacdiste organise plusieurs cérémonies au Caire et en province63. Quant au Bloc wafdiste indépendant, il semble que ses dirigeants préfèrent n’organiser de célébration qu’au Caire où des délégations régionales sont toutefois invitées64.

La célébration populaire des combattants contemporains

  • 65 Par exemple : Al-Kutla, n°1176, 21/08/1948 ; n°1178, 24/08/1948.
  • 66 Al-Balâgh, n°7593, 24/08/1946.
  • 67 Al-Balâgh, n°8209, 23/08/1948.
  • 68 Ibid.
  • 69 Ibid.
  • 70 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946 ; n°1462, 24/08/1949.

26Il est très difficile de mesurer l’écho qu’ont pu avoir ces commémorations officielles au sein de la population. Les articles insistent généralement sur la présence d’Égyptiens de toutes les classes sociales, et en particulier d’ouvriers65, à ces célébrations. En outre, il est toujours précisé que de nombreux jeunes y assistent chaque année. Toutefois, les journalistes donnent rarement des estimations chiffrées du nombre de participants. Al-Balâgh indique que « des milliers de personnes » sont présentes lors de la commémoration organisée à Alexandrie par Mustafâ al-Nahhâs le 23 août 1946. L’auteur de l’article précise que la foule enthousiaste scande des slogans : « Vive al-Nahhâs, le successeur de Sacd » ou encore « Un seul Nil, un seul peuple66 ». Il est légitime de s’interroger d’abord sur la fiabilité des chiffres donnés par la presse wafdiste. Mais, au-delà, il paraît très difficile de déterminer dans quelle mesure la participation populaire à ces cérémonies traduit un attachement réel au souvenir de Sacd Zaghlûl et à sa perpétuation. Ne s’agit-il pas plutôt de véritables plébiscites pour les leaders du Wafd de l’époque et en particulier pour Mustafâ al-Nahhâs lui-même ? C’est, en tout cas, ce que laisse supposer un article d’Al-Balâgh qui rend compte de la célébration du 23 août 1948. Le journaliste indique que des « délégations importantes du peuple d’Alexandrie se sont rendues à la maison d’al-Nahhâs pour lui rendre hommage à l’occasion de la commémoration de la mort de Sacd Zaghlûl et pour lui renouveler leur confiance (...) et lui exprimer leur dévouement ainsi qu’au Wafd et à ses principes.67 » Par ailleurs, des poèmes patriotiques composés par des écrivains alexandrins lui sont remis68. Le même jour au Caire, Fu’âd Sirâg al-Dîn est accueilli au mausolée de Zaghlûl par « une forte tempête d’acclamations69 », de slogans et d’applaudissements. Enfin, il semble aussi difficile d’analyser la présence de « dizaines de milliers de personnes » aux célébrations organisées par le parti de Makram cUbayd, dont fait état Al-Kutla70.

  • 71 Cf. première partie, « Nahhas, le nouveau leader », p. 38.
  • 72 « Sacd bayna abnâ’ih.....al-mutanâbidhîn », Al-Musawwar, n°776, 25/08/1939.

27Un autre indicateur de l’importance que la population égyptienne accorde à la célébration du souvenir de Sacd Zaghlûl réside dans la manière dont la presse généraliste, moins politisée, couvre ces cérémonies. L’essoufflement de la commémoration apparaît dans Al-Musawwar dès août 1936, au lendemain du transfert de la dépouille du grand leader au nouveau mausolée71. Dès lors, le journal ne rend plus compte des cérémonies officielles organisées par les partis que pour dénoncer les rivalités qui divisent les héritiers de Sacd72. D’autre part, le nombre d’articles consacrés à Zaghlûl dans les numéros qui sont publiés à l’occasion de l’anniversaire de sa mort se trouve considérablement réduit, même si les journalistes tentent de donner un nouvel élan à la commémoration en livrant des informations inédites sur Sacd Zaghlûl, comme en témoigne le numéro 619 daté du 2 août 1936. Dans le numéro du 23 août 1946, un seul article traite de Zaghlûl : il s’agit de souvenirs recueillis par al-cAqqâd auprès des habitants de Masgid Wâsif, le village dans lequel se trouvait la résidence secondaire de Sacd. L’étude du numéro du 24 août 1951 se révèle également très significative. Seuls deux articles lui sont consacrés. Le premier est écrit par deux journalistes qui ont rendu visite aux descendants de la famille de Zaghlûl à Ibiyâna. C’est l’occasion de souligner à nouveau les origines « paysannes » de Sacd et de mettre en avant le sentiment de piété filiale qui l’animait. Les auteurs de l’article retrouvent sa maison natale, son école coranique et même l’exemplaire du Coran dans lequel il a appris à lire, soigneusement conservé par les descendants. Des photographies privées appartenant à la famille de Zaghlûl et jamais publiées jusqu’alors permettent d’illustrer le propos. Le second article est un éloge funèbre composé par le roi cAbd Allah de Jordanie à l’occasion de la mort de Sacd et « déniché » (cuthira) par un correspondant d’Al-Musawwar dans la bibliothèque du souverain à cAmmân. La pauvreté du numéro ainsi que le côté « anecdotique » des deux articles suggèrent donc bien un désintérêt pour la mémoire de Zaghlûl. Toutefois, là aussi, des réserves doivent être formulées, la presse, même généraliste, ne reflètant pas toujours l’état de l’opinion.

  • 73 Al-Musawwar, n°944, 13/11/1942.
  • 74 Al-Musawwar, n°945, 20/11/1942.
  • 75 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943.

28Les années quarante, quant à elles, voient les premières remises en cause de l’image de Sacd Zaghlûl. Dès 1942, un entretien accordé à Al-Musawwar par cAbd al-cAzîz Fahmî contribue, en mettant en lumière l’action d’autres personnages comme Husayn Rushdî, cAdlî, Tharwat ou encore Muhammad Mahmûd, à relativiser le rôle joué par Zaghlûl le 13 novembre 191873. Dans le numéro suivant, un journaliste souhaite rétablir la vérité historique en comparant « ce que dit Sacd dans ses mémoires » au sujet du 13 novembre et « ce qu’[en] dit le Prince cUmar Tûsûn ». Il montre ainsi qu’il existait une deuxième équipe de treize personnes derrière les trois personnages principaux de cette journée, Sacd Zaghlûl, cAlî Shacrâwî et cAbd al-cAzîz Fahmî74. À la page 4 de ce même numéro, l’auteur d’un article intitulé « Sacd Zaghlûl Pacha et le ministère populaire » pose à différents hommes politiques de l’époque la question suivante : « Est-il dans l’intérêt du pays que le leader de la nation et le chef de la majorité prenne la direction du gouvernement ou pas ? ». Par ailleurs, en 1943, à l’occasion de la commémoration de la mort de Sacd, « le critique parlementaire du journal Al-Balâgh » revient sur les modalités de l’élection de Zaghlûl à la vice-présidence de l’Assemblée législative75. L’auteur souligne « l’aspiration au leadership » de Sacd, les étapes par lesquelles il a dû passer pour parvenir à ses fins ainsi que « la tactique » employée, utilisant des termes somme toute assez péjoratifs pour décrire le grand homme.

29Enfin, vers la fin des années quarante, apparaissent également les premières utilisations commerciales de l’image de Zaghlûl. Ainsi, une publicité pour un savon Sacd Zaghlûl est publiée par Al-Musawwar dans son numéro du 9 septembre 1949. De même, dans le numéro du 18 novembre 1950, son portrait sert à vanter les mérites d’« Helvétia », une compagnie d’assurance sur la vie, probablement d’origine étrangère. Zaghlûl mis à part, la campagne de publicité de cette société met aussi en scène Mustafâ Kâmil. Là encore, l’interprétation de ce phénomène se révèle délicate. Faut-il conclure à une dévalorisation de la figure du grand leader qui est désormais utilisée pour vendre du savon ou, au contraire, s’agit-il d’une appropriation de l’image de Zaghlûl par la culture populaire ?

  • 76 Al-Zayyat, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 9.
  • 77 Al-cAqqâd, Zacîm al-thawra..., op. cit., p. 5-7.
  • 78 Al-Balâgh, n°9237,13/11/1951.
  • 79 Al-Balâgh, n°8928,13/11/1950 ; n°8929, 14/11/1950 ; n09237,13/11/1951.
  • 80 Al-Musawwar, n°1414, 16/11/1951.
  • 81 Al-Musawwar, n°1418, 14/12/1951.
  • 82 Ibid.

30Ce désintérêt progressif pour Zaghlûl s’explique vraisemblablement, à la fois, par le discrédit croissant du Wafd mais aussi, et surtout, par une évolution des mentalités. C’est en tout cas ce que suggère l’analyse des biographies consacrées à Zaghlûl publiées après 1936. À la lecture de ces textes, il apparaît que les tentatives initiées pour adapter l’image de Sacd aux nouvelles valeurs de la société afin qu’il conserve son statut de héros se soldent par un échec. D’une part, la figure de Zaghlûl, même si elle se prête à de nombreuses manipulations, ne répond que difficilement aux critères de définition du héros-prophète et du héros-combattant qui prévalent à l’époque. D’autre part, Sacd Zaghlûl semble être victime du phénomène plus général de « destruction » des grands hommes du passé dénoncé à la fois par al-Zayyât76et al-cAqqâd77. Les appels à un retour aux valeurs morales et à une réhabilitation des héros de la période précédente, lancés notamment par les biographes de Zaghlûl, ne sont pas entendus. En 1947, Muhammad cAtiyya al-Ibrâshî tente encore, à travers le manuel scolaire qu’il publie, d’utiliser la vertu pédagogique des grands hommes afin d’édifier les écoliers du monde arabe, mais il est déjà trop tard. À la commémoration du grand homme disparu des années auparavant s’est substituée la célébration populaire du héros-combattant contemporain qui lutte ou vient de tomber sur le champ de bataille. La société égyptienne rend hommage à ses nouveaux héros à l’occasion de grandes manifestations spontanées qui se développent au début des années cinquante78 mais également lors de leurs funérailles. Le pouvoir tente alors de « récupérer » l’initiative populaire en l’intégrant à la commémoration officielle du Jour de la Lutte qui connaît un renouveau tout à fait significatif à partir de 1950 et le retour au pouvoir du Wafd79. C’est l’occasion de célébrer le combat (al-qitâl) mais aussi le sacrifice absolu (al-Jïdâ’) et d’honorer la mémoire des victimes (al-dahâyâ) et des martyrs (al-shuhadâ)80. Le souvenir de la Révolution de 1919, décrite comme une véritable guerre dont les héros sont les combattants qui ont fait le sacrifice de leur vie pour la patrie81, est rappelé. En outre, un parallèle est établi entre la révolution de 1919 et « la révolution » de 195182. Mais le culte populaire des héros-combattants dépasse bien vite toute commémoration officielle. Les troubles se multiplient, tout comme les affrontements entre Égyptiens et troupes britanniques, notamment dans la zone du canal de Suez. La situation intérieure se dégrade de façon dramatique dans les derniers mois de l’année 1951. Le 26 janvier 1952, le gigantesque incendie du Caire dévaste une partie de la ville. Le gouvernement de Mustafâ al-Nahhâs, puis celui de cAlî Mâhir qui lui succède le 1er février, se révèlent impuissants à faire face à la situation. La voie est libre pour ceux qui deviennent bientôt les nouveaux héros du peuple égyptien : les Officiers libres.

Notes de fin

1 Dupont, « Le grand homme... », dans Mayeur-Jaouen (dir.), Saints et héros..., op. cit., p. 47-49.

2 Al-Rafici cAbd al-Rahmân, Fî acqâb al-thawra al-misriyya (thawrat 1919), op. cit., p. 345.

3 Mayeur-Jaouen (dir.), Saints et héros du Moyen-Orient contemporain, op. cit., p. 16.

4 Voir « Polémiques autour d’un mausolée », p. 26.

5 Coury, op. cit., p. 192.

6 Al-cAqqâd, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 620.

7 Thâbit, op. cit., p. 27-32.

8 Al-cAqqâd, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 530, 541, 542.

9 Schulze Reinhard, 1995, « Sacd Zaghlûl », article de l’Encyclopédie de l’Islam, vol. VIII, Leiden, E. J. Brill, p. 718.

10 Al-Musawwar, n° 1402, 24/08/1951.

11 Mayeur-Jaouen (dir), Saints et héros..., op. cit., p. 13.

12 Dupont, dans Mayeur-Jaouen, op. cit., p. 48.

13 Zaydan, cité dans Dupont, op. cit., p. 48-49.

14 Gershoni et Jankowski, Egypt, Islam..., op. cit., p. 189.

15 Al-Balâgh, n°4965, 22/08/1938, p. 1, 8.

16 Gershoni et Jankowski, Egypt, Islam..., op. cit., p. 189.

17 Al-cAqqâd, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 620-621.

18 Mayeur-Jaouen, op. cit., p. 13.

19 Terry, op. cit., p. 105-106.

20 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°43,16/09/1927, p. 16.

21 Al-Balâgh al-Usbûcî n°42, 9/09/1927, p. 26.

22 En particulier, Al-Musawwar, mais aussi Al-Balâgh.

23 Dupont, op. cit., p. 69.

24 Le terme siyar, pluriel de sîra, vient de la racine sâra qui signifie aller, marcher, se conduire. Il suggère des vies irréprochables (husn al-sîra), exemplaires, héroïques.

25 Dupont, op. cit., p. 50.

26 Al-cAzm, cité dans Dupont, op. cit., p. 70.

27 Tarjama est souvent utilisé pour qualifier ces biographies. Selon le dictionnaire Kazimirski, ce terme signifie traduction, biographie et article ou paragraphe et vient de l’hébreu targum.

28 Hâfiz, Sacd Zaghlûl bâshâ..., op. cit., p.2.

29 Al-Jazîrî, Athâr al-zacîm..., op. cit., p. 11.

30 Al-Buhayrî, Abarâf al-sharq, op. cit., p. 6-7.

31 Yeghen, Saad Zaghloul..., op. cit.

32 « Qu’était au juste Saad Zaghloul pour la nation égyptienne ? Il était tout.... », ibid., p. 76-77.

33 « Et, chaque fois qu’un parti accède au pouvoir, ses adversaires, qui ont retardé son triomphe, sont plus ou moins brimés. L’on ne peut pas demander à la politique de ne pas être la politique. », ibid., p. 78.

34 Thâbit, Sacd fî hayâtihi al-khâssa, op. cit.

35 Voir p. 44 et sq.

36 Al-Zayyat, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 8-14.

37 Al-Ibrâshî, Abtâl al-sharq..., op. cit.

38 Al-Musawwar, n°411, 26/08/1932.

39 L’auteur cite l’ouvrage d’Ibrahim al-Jazîrî, celui d’Ahmad Fahmî Hâfiz et celui de Karîm Kahlîl Thâbit. Il omet la biographie de Foulad Yeghen, publiée à Paris, ainsi que celle d’al-Buhayrî.

40 Al-Musawwar, n°411, 26/08/1932.

41 Al-Musawwar, n°631, 13/11/1936.

42 Al-Musawwar, n°1361, 10/11/195.

43 Nahhas Yûsuf, 1952, Dhikrayât (Sacd ; cAbd al-cAzîz ; Mâhir wa rifâquh fî thawrat 1919 ; tasarrufât hukûmiyya), Le Caire, Dâr al-Nîl lil-Tibâca.

44 Voisenat Claudie, « Avant-propos », dans Pierre Centlivres (dir.), La fabrique des héros, op. cit., p. X.

45 Cette dernière rappelle le jour de 1918 où une délégation présidée par Zaghlûl s’était présentée au Haut Commissaire britannique afin de solliciter l’autorisation de se rendre à la Conférence de la Paix à Paris et d’y exposer les revendications d’autodétermination de l’Égypte.

46 Sivan Emmanuel, Mythes politiques arabes, op. cit., p. 119.

47 « Sacd wa dhikrâ 13 nufambir », Al-Musawwar, n°422,11/11/1932.

48 Entre autres, Al-Balâgh, n°4277, 23/08/1936 ; n°4966, 23/08/1938 ; n°6383, 23/08/1942.

49 Soulignons ici le fait que la commémoration de la mort de Zaghlûl est organisée sur le modèle classique des funérailles telles qu’elles se déroulent en Égypte : les proches viennent se recueillir sous de semblables tentes installées près de la mosquée où se tient la cérémonie tandis qu’un religieux psalmodie le Coran. Comme le souligne Emmanuel Sivan, « les cérémonies commémoratives manifestent le caractère laïque des régimes en place en même temps que leur relation à l’islam entendu comme élément de l’identité nationale ». Il précise : « Elles ont lieu sur une place publique, et non dans une mosquée ou un cimetière, et s’accompagnent d’une minute de silence, substitut laïque de la prière, d’une sonnerie de trompettes ou d’une sirène, mais aussi de la lecture du premier chapitre du Coran, en guise de prière des morts ». Sivan E., Mythes politiques arabes, op. cit., p. 132.

50 Entre autres, Al-Balâgh, n°4339, 13/11/1936 ; n°5044, 13/11/1938.

51 Al-Balâgh, n°4339, 13/11/1936.

52 Al-Balâgh, n°4966, 23/08/1938 ; Al-Dustûr, n°171, 24/08/1938.

53 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942.

54 Al-Kutla, n°563, 23/08/1946.

55 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946.

56 Al-Balâgh, n°6691, 22/08/1943.

57 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943.

58 Al-Balâgh, n°7004, 24/08/1944.

59 Al-Balâgh, n°7593, 24/08/1946.

60 Al-Balâgh, n°8207, 21/08/1948, p. 5 ; n°82o8, 22/08/1948.

61 Al-Balâgh, n°8209, 23/08/1948, p. 2 ; n°8210, 24/08/1948.

62 Al-Balâgh, n°8856, 22/08/1950, p. 2 ; n°8857, 23/08/1950 ; n°9168, 23/08/1951.

63 Al-Dustûr, n°507, 24/08/1939, p. 7 ; n°1155, 23/08/1941.

64 Al-Kutla, n°1462, 24/08/1949.

65 Par exemple : Al-Kutla, n°1176, 21/08/1948 ; n°1178, 24/08/1948.

66 Al-Balâgh, n°7593, 24/08/1946.

67 Al-Balâgh, n°8209, 23/08/1948.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946 ; n°1462, 24/08/1949.

71 Cf. première partie, « Nahhas, le nouveau leader », p. 38.

72 « Sacd bayna abnâ’ih.....al-mutanâbidhîn », Al-Musawwar, n°776, 25/08/1939.

73 Al-Musawwar, n°944, 13/11/1942.

74 Al-Musawwar, n°945, 20/11/1942.

75 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943.

76 Al-Zayyat, Sacd Zaghlûl..., op. cit., p. 9.

77 Al-cAqqâd, Zacîm al-thawra..., op. cit., p. 5-7.

78 Al-Balâgh, n°9237,13/11/1951.

79 Al-Balâgh, n°8928,13/11/1950 ; n°8929, 14/11/1950 ; n09237,13/11/1951.

80 Al-Musawwar, n°1414, 16/11/1951.

81 Al-Musawwar, n°1418, 14/12/1951.

82 Ibid.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable