Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sa’d Zaghlûl : "Lieu de mémoire" du nationalisme égyptien

 | 
Anne Clément

II. L'évolution des représentations sous-tendant la mémoire de Sacd Zaghlûl

Introduction à la seconde partie

Texte intégral

  • 1 Hourani, Arabie thought in the Liberal Age 1798-1939, cité dans Roussillon, op. cit., p. 35.

1Au sujet de l’évolution intellectuelle du monde arabe entre les années 1870 et les années trente, Albert Hourani explique, dans sa préface à la seconde édition de son ouvrage Arabie thought in the Liberal Age : « Quand j’ai écrit ce livre, j’étais principalement soucieux de souligner les ruptures avec le passé : nouvelles manières de penser, nouveaux mots ou mots anciens utilisés d’une façon nouvelle. Dans une certaine mesure, j’ai peut-être déformé la pensée de certains des auteurs que j’étudiais, au moins pour ceux de la première et de la deuxième génération : l’élément moderne dans leur pensée est peut-être moindre que ce que je semblais suggérer, et il aurait sans doute été possible d’écrire à leur propos en soulignant la continuité plutôt que la rupture avec le passé. »1

2C’est ce constat, associé au souci d’éviter les simplifications hâtives et les anachronismes, qui a inspiré cette étude des représentations mentales et de leur évolution sur la période s’étendant de 1927 à 1952. Il semble que cette démarche peut permettre, en particulier, d’intégrer dans un contexte plus large et, par là même, de nuancer la « rupture » de 1936-1938 soulignée dans la première partie.

  • 2 Cf. première partie, « Les vertus de la jeunesse », p. 43

3Cette analyse s’appuie sur différents types de sources primaires : la presse partisane – utilisée de manière ponctuelle – dans la mesure où les changements d’orientations politiques reflètent aussi en partie l’évolution des représentations de la population à laquelle les acteurs tentent de s’adapter (c’est ainsi que s’explique l’adoption par le Wafd des valeurs de la jeunesse vers le milieu des années trente2) ; les débats publics dont la presse généraliste, à vocation moins directement politique, se fait l’écho ; enfin, et surtout, neuf biographies dont les auteurs, s’ils sont éloignés du champ politique, n’en sont pas totalement coupés.

4Le parcours de ces auteurs s’est révélé un élément très intéressant. En effet, si cinq d’entre eux se sont fait connaître par une carrière publique et l’écriture d’autres ouvrages, on ne peut les considérer, à l’exception notable d’al-cAqqâd, comme des auteurs majeurs, membres des cercles restreints dont les travaux influencent l’évolution intellectuelle et idéologique de l’Égypte. Foulad Yeghen, le neveu de cAdlî, est un journaliste, un polémiste et un poète, mais la biographie qu’il consacre à Sacd Zaghlûl est son premier ouvrage. Muhammad Ibrâhîm al-Jazîrî est, quant à lui, choisi par le grand leader comme secrétaire particulier pour l’assister dans ses fonctions de président du Wafd entre 1924 et 1927 puis, de président de la Chambre des députés sur la fin de cette période. Il dirige en outre la « Revue de droit musulman » (Majallat al-qadâal-sharcî). Il publie un second ouvrage sur Sacd Zaghlûl intitulé Sacd Zaghlûl, dhikrayât târîkhiyya tarîfa (« Sacd Zaghlûl, souvenirs historiques heureux ») au Caire à une date qui reste inconnue. Karîm Khalîl Thâbit est un journaliste un peu plus célèbre dont le père était le rédacteur en chef du journal Al-Muqattam. Lui-même dirige la revue hebdomadaire Al-cÂlam (« Le Monde »). Il devient en 1942 « conseiller de presse » du roi Fârûq et, une dizaine d’années plus tard, lorsque le souverain est déposé par les Officiers libres, il est emprisonné avant d’être assigné à résidence jusqu’à sa mort. Contrairement aux deux premiers auteurs, Thâbit est un écrivain prolixe. Il s’intéresse aux sujets historiques et politiques comme en témoignent les titres de ses œuvres : Muhammad cAlî, Al-malik Fu’âd (« Le roi Fu’âd »), cAbd al-Karîm wa-l-harb al-rîfiyya (« cAbd al-Krîm et la guerre du Rif ») ou encore Al-durûz wa-l-thawra al-sûriyya (« Les Druzes et la révolution syrienne »). Il traduit en outre un ouvrage sur Guillaume II, un autre sur le président américain Wilson ainsi que les souvenirs de Ludendorff. Quant à Yûsuf Nahhâs, il est économiste. Après avoir obtenu sa licence à Paris, il devient secrétaire du Syndicat agricole égyptien. Il publie des ouvrages, dont on peut légitimement penser que l’audience reste limitée, sur des thèmes économiques et sociaux mais aussi historiques : Al-fallâh : hâlatuh al-iqtisâdiyya wa-l-ijtimâciyya (« Le fellah égyptien : sa situation économique et sociale »), Juhûd al-niqâba al-zirâciyya al-misriyya al-câma fi thalâthîn câman (« Les efforts déployés par le syndicat agricole égyptien général en 30 ans, 50 ans [d’histoire] du coton »), Safha min târîkh misr al-siyâsî al-hadîth : mufâwadât cAdlî-Kurzun (« Une page de l’histoire politique contemporaine de l’Égypte : les négociations cAdlî-Curzon »).

5Ni écrivains, ni journalistes, les quatre derniers auteurs sont inconnus du grand public. Ahmad Fahmî Hâfiz est fonctionnaire à l’administration législative du sénat égyptien (majlis al-shuyûkh). cAbduh Hasan al-Zayyât, quant à lui, est avocat. Muhammad cAtiyya al-Ibrâshî, diplômé de l’université de Londres, occupe un poste de conseiller au ministère de l’Éducation et il est également l’auteur de manuels scolaires. Enfin, je n’ai malheureusement pu trouver aucun renseignement relatif à la vie ou la carrière de Muhammad Ismâcîl al-Buhayrî. Cet aperçu du parcours des auteurs de biographies permet d’affirmer qu’aucun d’entre eux, sauf al-cAqqâd, n’appartient aux sphères les.plus élevées de l’élite intellectuelle du pays. Ils viennent certes de milieux très favorisés, mais il semble que la diversité de leur situation et de leur origine ainsi que le quasi-anonymat de certains d’entre eux permettraient d’apporter une vision nouvelle de Sacd Zaghlûl, probablement plus proche de celle des classes moyennes de la population égyptienne, ainsi que de précieux éléments relatifs aux représentations mentales de cette dernière.

Notes

1 Hourani, Arabie thought in the Liberal Age 1798-1939, cité dans Roussillon, op. cit., p. 35.

2 Cf. première partie, « Les vertus de la jeunesse », p. 43

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable