Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sa’d Zaghlûl : "Lieu de mémoire" du nationalisme égyptien

 | 
Anne Clément

I. Utilisation de la mémoire de Sacd Zaghlûl par ses héritiers politiques

Chapitre III. 1938-1952 – Un héritage disputé

Texte intégral

La figure de Sacd Zaghlûl au service du Wafd

1938-1941 – le champion de la lutte contre la Grande-Bretagne

1À la charnière des années trente et quarante, le Wafd présente Sacd Zaghlûl comme le leader de l’Orient arabe (zacîm al-sharq al-carabî). Cette dimension, clairement affirmée par les dirigeants du parti dès 1936, se renforce très nettement à la fin de la décennie jusqu’à devenir l’aspect primordial de l’image de Zaghlûl promue par le Wafd. Ceci s’explique par l’importance croissante que prend la question palestinienne dans la vie publique égyptienne vers 1938, alors que la Grande Révolte se poursuit et se fait de plus en plus violente. Les différents partis politiques, organisations, institutions et associations diverses se livrent à une « concurrence » sévère, chacun cherchant à se présenter comme le véritable défenseur des droits des Arabes palestiniens. En 1938-1939, les dirigeants du Wafd, alors dans l’opposition, se plaisent à rappeler les efforts déployés en faveur de la Palestine arabe lorsqu’ils étaient au pouvoir et, parallèlement, à minimiser les initiatives du gouvernement de l’époque en la matière. Dans cette compétition, l’utilisation de la mémoire de Zaghlûl se révèle intéressante pour le Wafd.

  • 1 Gershoni et Jankowski, 1995, Redefining..., op. cit., p. 182.
  • 2 Discours publié dans Al-Muqattam, 6/01/1939, p. 7-9 et cité dans Gershoni et Jankowski, Redefining. (...)
  • 3 Gershoni et Jankowski, op. cit., p. 182.

2Ainsi, Mustafâ al-Nahhâs utilise la commémoration du Jour de la Lutte (yawm al-jihâd), le 13 novembre 1938, pour appeler à la cessation de l’immigration juive en Palestine et à la création d’un État palestinien indépendant1. De la même façon, lorsqu’en janvier 1939, les dirigeants arabes palestiniens exilés passent par Le Caire pour se rendre à la conférence de Saint-James en Grande-Bretagne, le chef du Wafd, qui a organisé une réception en leur honneur, prononce un discours dans lequel il compare les exilés palestiniens à Sacd Zaghlûl pendant la révolution de 1919 et promet que l’Égypte, « son peuple et son Wafd travailleront pour le bien, la gloire et le profit de la Palestine-sœur »2. Enfin, al-Nahhâs qui, en juillet 1938, a lancé une campagne de collecte de fonds afin de venir en aide aux populations arabes palestiniennes en difficulté, aime rappeler la solidarité avec ses voisins arabes dont Zaghlûl lui-même a fait preuve en 1925 en condamnant publiquement le bombardement de Damas par l’aviation française et en offrant une contribution financière personnelle pour le soulagement des victimes3.

  • 4 « Misr al-khâlida tahtafil bi dhikrâ zacîmihâ al-khâlid », Al-Musawwar, n°881, 29/08/1941, p. 1,10, (...)
  • 5 Ibid., p. 1.

3Au cours de l’année 1941, la situation économique se dégrade dans le pays. La guerre aux portes de l’Égypte entraîne pénuries, hausse des prix et restrictions de tous ordres. Le Wafd cherche alors à tirer parti du sentiment antibritannique qui se renforce au sein de la population. Parallèlement, un rapprochement entre le parti et le Palais s’opère et aboutit à une rencontre entre Fârûq et al-Nahhâs au mois d’août 1941. Quelques jours plus tard, le chef du Wafd choisit l’occasion de la commémoration de la mort de Zaghlûl pour prononcer, devant son mausolée, un discours dans lequel il attaque violemment la Grande-Bretagne4. Sacd est alors décrit comme le « champion » de la lutte contre la puissance colonisatrice. Le peuple égyptien est appelé à s’inspirer de lui, à prendre exemple sur sa patience, son endurance et la « lutte dévouée [qu’il a menée] pour l’amour de Dieu et la patrie » (al-jihâd al-khâlis li-wajh allah wa-l-watan)5. Puis, al-Nahhâs fait un second discours à Alexandrie, tout aussi virulent et sur le même thème.

  • 6 Colombe, op. cit., p. 99-101.
  • 7 Terry, op. cit., p. 250.

4En fait, depuis 1938, le Wafd cherche à retrouver une popularité perdue au profit du jeune roi Fârûq. Dans un premier temps, les déclarations publiques anti-britanniques des dirigeants du parti se multiplient. Toutefois, dès le début de la guerre en Europe, les attaques wafdistes contre la Grande-Bretagne se font de plus en plus discrètes avant de disparaître presque totalement. Al-Nahhâs tente alors d’exploiter la situation difficile des autorités britanniques, inquiètes de la poussée d’un sentiment d’hostilité des populations arabes à leur égard, afin de leur soutirer des concessions relatives au retrait de leurs forces du territoire égyptien et aux droits de l’Égypte sur le Soudan. Puis, la réaction du gouvernement britannique à cette initiative ayant été très ferme, le Wafd renonce à ses revendications et se déclare attaché à la cause des démocraties et partisan d’un soutien à l’« allié » anglais6. Dans ce contexte, il ne faut donc pas se méprendre sur les intentions réelles des dirigeants du Wafd. L’utilisation de l’image de Zaghlûl en août 1941 pour illustrer des discours violemment anti-britanniques ne sert alors que de « paravent » à la politique pragmatique de compromis et de négociations avec les Britanniques que le Wafd mène parallèlement en coulisses7. Par cette double attitude, al-Nahhâs tente de regagner son prestige auprès de la population égyptienne qui souffre des difficiles conditions de vie imposées par la guerre, tout en ménageant ses chances d’accéder au pouvoir avec l’appui des Britanniques. Le chef du Wafd atteint ce dernier but le 4 février 1942, ruinant par là même sa crédibilité et celle de son parti.

1942-1944 – Al-Nahhâs en quête de légitimité

5L’avancée des troupes de Rommel vers l’Égypte, la détérioration dramatique de la situation intérieure du pays ainsi que l’indocilité du roi Fârûq achèvent de convaincre les Britanniques de la nécessité de faire nommer al-Nahhâs premier ministre. Mais l’opposition du roi à ce projet rend sa réalisation difficile. Dans l’après-midi du 4 février 1942, le Haut Commissaire britannique Lampson présente un ultimatum au souverain égyptien exigeant de ce dernier qu’il appelle al-Nahhâs à former un gouvernement avant 18 heures le soir même. Le texte précise que si le roi refuse, il devra en subir les conséquences. Vers 21 heures, Fârûq ayant refusé d’obtempérer, Lampson fait encercler le Palais par les tanks et les auto-mitrailleuses de l’armée britannique. Le roi cède et charge finalement le chef du Wafd de constituer le nouveau gouvernement.

  • 8 Al-Musawwar, n°905,13/02/1942, p. 6.
  • 9 Cf. Al-Musawwar, n°927, 17/07/1942, p. 5 ; n°932, 21/08/1942, p. 5 ; n°933, 28/08/1942, p. 8-9.
  • 10 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943, p. 2.
  • 11 Al-Balâgh, n°6761, 13/u/1943, P. 1. 2, 3.
  • 12 Al-Balâgh, n°6762, 14/11/1943, p. 1, 2, 3. ; Al-Balâgh, n°7004, 24/08/1944, p. 3.

6Dès lors, al-Nahhâs est considéré comme un traître aux idéaux nationalistes, qui a passé une alliance avec la Grande-Bretagne afin de satisfaire son ambition politique personnelle. Il perd ainsi tout crédit aux yeux des Égyptiens et ruine presque totalement le prestige dont le Wafd disposait encore auprès de la population. À la recherche d’une nouvelle légitimité, Mustafâ al-Nahhâs tente alors de faire oublier le coup de force qui l’a mené au pouvoir en soulignant la continuité historique qui le lie à Sacd Zaghlûl. Ainsi, en page 6 d’Al-Musawwar daté du 13 février 1942, un montage photographique présente Sacd au ciel étendant la main droite sur l’épaule d’al-Nahhâs en signe de « bénédiction », tandis qu’il brandit en l’air sa main gauche à l’index pointé vers des éclairs menaçants. Sacd Zaghlûl lui-même soutient son successeur dans la situation difficile qui est alors la sienne : « Un héritage lourd, un présent délicat et un futur dans le monde de l’obscurité... Que Dieu te vienne en aide. » (tirka muthqala, wa hâdir daqîq, wa mustaqbal fî câlam al-zalâm... kâna allahfi cawnik)8. L’utilisation de la mémoire de Zaghlûl revêt une importance d’autant plus grande pour al-Nahhâs que la « compétition » autour de l’héritage du grand leader se fait de plus en plus vive au cours de l’année 1942. Les dirigeants de l’Organisation sacdiste, créée en 1938, mais aussi Makram cUbayd, exclu du parti le 6 juillet 1942, revendiquent leur filiation avec Sacd et entendent bien ne pas laisser le chef du Wafd exploiter de façon exclusive le souvenir de son illustre prédécesseur9. Al-Nahhâs prend le parti de présenter son action comme l’aboutissement du mouvement national initié par Zaghlûl. Ainsi, dans le discours qu’il prononce devant le mausolée du grand homme à l’occasion du seizième anniversaire de sa mort, Mustafâ al-Nahhâs explique que c’est en suivant les traces de Sacd qu’il a pu faire de l’indépendance de l’Égypte une réalité, achevant par là même la mission que Zaghlûl s’était fixée10. De même, la célébration du Jour de la Lutte, le 13 novembre 1943, est l’occasion pour le journaliste wafdiste cAbd al-Qâdir Hamza de retracer les vingt-cinq ans de combats et de sacrifices du parti, mettant ainsi en évidence à la fois la continuité incontestable qui lie Sacd Zaghlûl à Mustafâ al-Nahhâs, « son vicaire » (khalîfatuh), et les accomplissements de ce dernier par rapport au projet initial de son prédécesseur. Là encore, le traité de 1936 permet d’illustrer le fait qu’al-Nahhâs est bien le continuateur de la mission de Sacd, celui qui a su la mener jusqu’à son terme11. Le lendemain, Mustafâ al-Nahhâs lui-même utilise ce même procédé dans le discours qu’il prononce à l’occasion de l’ouverture de la Conférence nationale (al-mu’tamar al-watanî). En intégrant son action dans la continuité de l’histoire du Wafd, il cherche à renforcer sa légitimité12. On voit ainsi apparaître à la dernière page d’Al-Balâgh du 14 novembre 1943, traditionnellement consacrée à des photographies de Zaghlûl, deux clichés nouveaux, le premier montrant le Wafd d’alors avec, à sa tête, al-Nahhâs, le second rappelant la signature du traité égypto-britannique de 1936.

  • 13 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942, p. 1.
  • 14 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942, p. 1.
  • 15 Al-Balâgh, n°6462, 14/11/1942, p. 3-4 ; n°6762, 14/11/1943, p. 9 ; n°7004, 24/08/1944, p. 3.

7La question nationale étant considérée comme résolue, al-Nahhâs souhaite orienter son programme politique vers les réformes intérieures. Le thème est évoqué de façon récurrente dans la plupart des discours prononcés par le premier ministre entre 1942 et 1944 à l’occasion, soit de la commémoration de la mort de Zaghlûl, soit de celle du Jour de la Lutte. Al-Nahhâs y met en lumière l’action réformatrice menée par Sacd lorsqu’il occupa, avant 1914, les fonctions de ministre de l’Instruction publique, puis de la Justice13. L’utilisation de l’image de Zaghlûl donne une certaine légitimité à son action et permet de mobiliser les esprits derrière une figure symbole. Le chef du Wafd se place ainsi encore une fois dans la continuité avec Sacd Zaghlûl mais cherche également à marquer sa différence en soulignant le fait que ses ambitions en la matière sont bien plus importantes que ne l’étaient celles de son prédécesseur. Le temps de la révolution est bien révolu, voici venu celui de la réforme (al-islâh)14 et le programme en est longuement détaillé : réforme sociale, économique (industrielle et agricole), juridique, scientifique et religieuse15.

  • 16 Al-Musawwar, n°932, 21/08/1942, p. 1.
  • 17 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943, p. 2.
  • 18 Al-Balâgh, « Hayât Sacd fî al-’azhar », n°7003, 23/08/1944, p. 3-4.

8Cette dernière dimension mérite d’être relevée. En effet, à partir du début des années quarante, le Wafd tente de mobiliser à son profit les ressources de légitimation liées à la religion. Mustafâ al-Nahhâs cherche par ce biais à regagner une partie de son prestige perdu au profit de Fârûq, le « roi pieux ». C’est ainsi que l’on voit le chef du Wafd assister à la prière du vendredi, à la mosquée de l’imâm al-Shâfi’î, aux côtés du souverain16. Dans ce contexte, il est intéressant de noter que les références à la religion augmentent de manière sensible dans les discours d’al-Nahhâs qui rappellent le souvenir de Zaghlûl. Ainsi, dans son allocution du 23 août 1943, prononcée à l’occasion de l’anniversaire de la mort du grand leader, le premier ministre précise que s’il a pu achever l’œuvre entreprise par Sacd, c’est parce que « Dieu a écrit pour [lui] le succès après la lutte »17. Puis, à la fin de son texte, il lance un appel à la force de la foi des Égyptiens afin que Dieu écarte du pays le danger des armées étrangères qui se profilent à ses frontières. L’année suivante, un article publié dans Al-Balâgh en date du 23 août, revient très longuement sur « la vie de Sacd à Al-Azhar »18, sur son amitié avec le shaykh Muhammad cAbduh, ses collègues, sa formation et son influence sur la suite de sa carrière. Enfin, le discours d’al-Nahhâs, reproduit dans le numéro suivant, multiplie les références religieuses. Sacd est y présenté comme se tenant au ciel « entre les grands hommes éternels, près des martyrs et des saints » car il a su emplir le cœur des Égyptiens de la foi dans la victoire et dans le succès « pour les combattants patients, persévérants et les croyants ». Le chef du Wafd explique encore : « [c’est] parce que nous avons été conscients, patients et croyants, que Dieu nous a donné la force » et conduits au succès. En outre, il invite le peuple égyptien à remercier Dieu de les avoir guidés sur le droit chemin ([...] hadânâ ilâ al-sirât al-mustaqîm).

  • 19 Al-Balâgh, n°6462, 14/11/1942, p. 3-4.
  • 20 Al-Balâgh, n°6762, 14/11/1943, p. 1, 2, 3.
  • 21 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943, p. 2, 4, 5.

9Enfin, au cours des années 1942-1943, al-Nahhâs donne une nouvelle impulsion à sa politique arabe. Cherchant à réhabiliter quelque peu son image, il prend l’initiative de renforcer la coopération culturelle mais aussi politique entre les différents pays de la région. Il utilise alors les commémorations du Jour de la Lutte et de la mort de Zaghlûl pour donner plus de force à sa démarche et la mettre en valeur en la faisant bénéficier de l’écho que ces célébrations suscitent. Ainsi, dans son discours du 13 novembre 1942, le premier ministre annonce son intention d’aider les peuples de la région à réaliser leurs aspirations nationales et souligne le besoin pour « les pays arabes et orientaux » de se liguer afin de former « un bloc fort et cohérent » dans le monde de l’après-guerre19. En 1943, des contacts sont pris avec les différents gouvernements des pays voisins afin de faire progresser « l’unité arabe ». Le 13 novembre, à l’occasion de la commémoration du Jour de la Lutte et alors que s’ouvre la Conférence nationale, Mustafâ al-Nahhâs utilise la tribune qui lui est offerte pour affirmer : « L’Égypte ne connaîtra pas la tranquillité et ne prendra aucune décision avant que ne revienne le droit sur le territoire libanais »20. Il souligne les efforts déployés par son gouvernement afin de tenter d’institutionnaliser la coopération politique entre les pays arabes. Le désir d’œuvrer à la réalisation de ce but transparaît encore dans le discours qu’il prononce le 23 août 1943 lors de l’anniversaire de la mort de Zaghlûl21.

  • 22 Gershoni et Jankowski, Redefining..., op. cit., p. 201.

10Au cours des mois de septembre et d’octobre 1944, les négociations interarabes aboutissent à la rédaction du Protocole d’Alexandrie qui constitue la charte préliminaire de la « Ligue des États arabes », officiellement créée le 22 mars 1945. Al-Nahhâs lui-même devient dès lors « le seul leader de l’Orient »22.

1945-1952 – Sacd, le promoteur de l’indépendance totale

  • 23 Colombe, op. cit, p. 259.
  • 24 Ibid., p. 260.
  • 25 Colombe, op. cit., p. 261.

11À partir du vote du plan de partage par l’Organisation des Nations unies, le 29 novembre 1947, le problème palestinien prend soudain une ampleur nouvelle, en Égypte comme dans l’ensemble du monde arabe. Cet événement, suivi le 14 mai 1948 de la déclaration d’indépendance de l’État juif, exige une rapide prise de décision. C’est alors que les rivalités opposant les « États frères »23 entre eux se font jour. Aucun accord ne peut être trouvé entre les membres de la Ligue arabe sur les modalités d’une intervention militaire. Dès lors, chacune des armées qui pénètrent sur le sol palestinien le 15 mai 1948 combat « pour son propre compte »24. Le différend relatif au statut du futur État palestinien est encore plus grave de conséquences. Dans ce contexte de dissensions, les troupes israéliennes engagent, le 22 décembre 1948, une offensive dans le Neguev, avancent de 20 kilomètres en territoire égyptien et ne cessent le combat que le 6 janvier 1949, après l’intervention des forces aériennes britanniques. « L’“arabisme” était vaincu. »25.

  • 26 Al-Balâgh, n°8209, 23/08/1948, p. 2.
  • 27 Al-Balâgh, n°9237, 13/11/1951, p. 1-6.

12En Égypte, un climat d’indignation et de colère s’élève au sein de la population dès la fin de l’année 1947 et se traduit par d’impressionnantes manifestations, parfois violentes, dans les rues du Caire. Al-Nahhâs, alors dans l’opposition, ne perd pas une occasion d’exprimer son soutien à la cause palestinienne. Tel est le cas dans le discours qu’il prononce à Alexandrie, le 23 août 1948, pour célébrer l’anniversaire de la mort de Sacd Zaghlûl26. L’image de Sacd « zacîm al-sharq » est alors à nouveau évoquée afin de souligner la continuité de l’engagement du Wafd en faveur de l’arabisme. Une photographie le représentant aux côtés de l’émir Faysal al-Sacûd au balcon de Bayt al-Umma est republiée par Al-Balâgh à cette occasion, accompagnée d’une légende précisant que l’arabisme n’a pas été la moindre des préoccupations de Zaghlûl. Après la défaite, Mustafâ al-Nahhâs conserve l’ambition de renforcer l’action de la Ligue arabe et, plus largement, la coopération entre les nations musulmanes, ambition qu’il réaffirme lors de la célébration du Jour de la Lutte, même s’il ne se fait plus d’illusions sur la valeur des promesses et paroles données par les grands leaders arabes27.

  • 28 Al-Balâgh, n° 7592, 22/08/1946, p. 2 ; n°7593, 24/08/1946, p. 1-6 ; n°8209, 23/08/1948, p. 2-3 ; n° (...)
  • 29 Al-Balâgh, n° 9169, 25/08/1951, p. 5.
  • 30 Al-Balâgh, n° 8209, 23/08/1948, p. 3.

13Malgré cet intérêt pour la région, le mot d’ordre essentiel du chef du Wafd, à partir de 1946, est d’abord l’indépendance totale de l’Égypte (al-istiqlâl al-tâmrn). La commémoration de la mort de Zaghlûl ainsi que celle du Jour de la Lutte donnent alors lieu, chaque année, à de longs discours politiques et de nombreux articles qui mettent en lumière les deux revendications majeures du parti : l’évacuation des troupes britanniques de la zone du canal de Suez et la réalisation de l’unité de la vallée du Nil28. Sacd joue ici le rôle d’inspirateur, al-Nahhâs soulignant sa fermeté dans les négociations, son intransigeance sur des principes considérés comme vitaux pour le pays, sa persévérance dans la lutte. Le grand leader est encore une fois l’exemple à suivre par son dévouement à la cause de la patrie et les sacrifices endurés pour elle. Il est le combattant, fort et viril29, mort sur le champ de la bataille pour l’indépendance30, bataille qu’il s’agit alors de poursuivre.

  • 31 Al-Balâgh, n° 8640, 13/01/1950, p. 4.
  • 32 Al-Balâgh, n° 8856, 22/08/1950, p. 2-5 ; n°8858, 24/08/1950, p. 5, 7.
  • 33 Al-Balâgh, n° 9169, 25/08/1951, p. 5.

14Dès son retour au pouvoir, en janvier 1950, le chef du Wafd, qui est allé se recueillir sur la tombe de Sacd le jour de la formation de son gouvernement31, prend des initiatives dans ce sens. Ainsi, il ne peut assister personnellement à la cérémonie de commémoration de la mort de Zaghlûl, le 23 août, car il discute à Paris « la question égyptienne »32. Puis, l’année suivante, à la même occasion, il met en cause le traité de 1936 qu’il a lui-même signé avec la Grande-Bretagne avant de l’abroger unilatéralement, se montrant ainsi digne de l’héritage qu’il a reçu de Sacd et fidèle à sa mémoire33.

  • 34 Al-Balâgh, n° 9237, 13/11/1951, p. 6.
  • 35 Al-Musawwar, n°l414, 16/11/1951, p. 2.
  • 36 Al-Musawwar, n°1418, 14/12/1951, p. 2, 3, 5, 6, 9, 12, 13.
  • 37 Al-Musawwar, n°1418, 14/12/1951, p. 9, 12, 13.

15Vers la fin de l’année 1951, la situation intérieure se dégrade de façon dramatique. L’agitation populaire se fait plus violente et les actes terroristes plus nombreux. Le malaise social croissant se traduit par des manifestations impressionnantes qui dégénèrent le plus souvent en émeutes et se terminent dans le sang, comme à Alexandrie au mois de novembre. En outre, les affrontements entre Égyptiens et troupes britanniques se multiplient, notamment dans la région de Port-Saïd34. Dans les mois qui suivent, la ville d’Ismâcaliyya est occupée puis bombardée par l’aviation britannique. La célébration du Jour de la Lutte permet alors au Wafd de raviver le souvenir des événements de 1919. La lutte et le sacrifice y sont exaltés, tandis que l’on rend hommage aux martyrs35. La révolution de 1919 est « revisitée ». Elle est décrite comme une véritable guerre dont les héros sont les combattants qui ont fait le sacrifice de leur vie pour la patrie (al-fidâ’iyyîrï). En outre, les troubles d’alors sont mis en parallèle avec ceux de jadis, dans un jeu de comparaisons entre 1919 et 195136. La continuité historique entre ces deux moments de lutte est ainsi soulignée mais le rapprochement tourne en faveur de la « révolution » de 1951, en particulier parce que, tandis qu’en 1919, « le peuple, [poursuivi par le pouvoir,] portait seul l’étendard de la révolution », en 1951, « le gouvernement [wafdiste de l’époque] se joint au peuple dans une manifestation silencieuse menée par Mustafâ al-Nahhâs ». Enfin, le recours à la lettre imaginaire du défunt à son successeur permet à Sacd Zaghlûl de remercier et de complimenter le chef du Wafd pour ses prises de position de l’époque37. Il s’agit en fait de cacher qu’en réalité, le premier ministre ne parvient pas à résoudre la crise. À la suite au gigantesque incendie du Caire, le 26 janvier 1952, al-Nahhâs déclare la loi martiale mais il est déjà trop tard. Il est démis de ses fonctions par le roi dès le lendemain. cAlî Mâhir lui succède le 1er février à la tête d’un ministère qui ne dure que quelques mois. Le 23 juillet 1952, la révolution des Officiers libres emporte le gouvernement, avant d’abolir le régime le 18 juin 1953. Le Wafd est dissous, à l’instar des autres partis, dès janvier 1953, avant que ses dirigeants ne soient jugés pour « corruption et crimes contre l’État ». Dès lors, tout rappel du souvenir de Zaghlûl est banni et celui-ci tombe peu à peu dans l’oubli.

Les héritiers sacdistes

  • 38 Voir chapitre I
  • 39 Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî fut l’un des disciples favoris de Zaghlûl. Pendant la période du Gouvernem (...)
  • 40 Deeb, op. cit., p. 335.

16Comme évoqué précédemment38, le Wafd n’est pas le seul parti à exploiter la mémoire de Sacd Zaghlûl à son profit. À partir de 1938, s’engageant dans la voie ouverte par cAbbâs Mahmûd al-cAqqâd, un nouveau groupe de dissidents du Wafd commence à revendiquer l’héritage de Sacd. Une différence de point de vue sur l’électrification du barrage d’Aswân entre, d’un côté, Mustafâ al-Nahhâs et Makram cUbayd et, de l’autre, Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî39, sert de prétexte à l’exclusion de ce dernier du parti le 13 septembre 193740. En réalité, les premières dissensions entre les deux dirigeants et al-Nuqrâshî remontent au début de l’année 1935 et, dès août 1937, ce dernier avait été écarté du gouvernement dirigé par al-Nahhâs à la faveur d’un remaniement ministériel. En janvier 1938, Ahmad Mâhir, qui a soutenu al-Nuqrâshî, est exclu à son tour. Les deux hommes constituent ensuite, avec l’aide de quelques partisans, l’Organisation sacdiste (al-hay’a al-sacdiyya).

1938-1944 – Les vrais fils de Sacd et de Safiyya

  • 41 Al-Balâgh, n°4967, 24/08/1938, p. 1.
  • 42 Al-Dustûr, n°506, 23/08/1939, p. 8.
  • 43 « Sacd bayna abnâ’ih….al-mutanâbidhîn », Al-Musawwar, n°776, 25/08/1939, p. 18-20.

17En juin 1938, grâce à un succès relatif remporté aux élections législatives, cinq membres de l’Organisation participent à un gouvernement de coalition dirigé par Muhammad Mahmûd. Ahmad Mâhir détient le portefeuille des Finances et al-Nuqrâshî celui de l’Intérieur. Les dirigeants du parti cherchent alors à asseoir leur légitimité, en particulier face au Wafd. Ainsi, dès août 1938, la commémoration de la mort de Zaghlûl devient l’occasion de dénoncer l’utilisation « frauduleuse » de son image par al-Nahhâs41. L’année suivante, les attaques contre le Wafd se font plus violentes, Al-Dustûr, l’organe de presse des sacdistes, soulignant en particulier le fait que Mustafâ al-Nahhâs n’est pas digne d’être le successeur de Sacd42. Une caricature d’Al-Balâgh, également publiée en août 1939 pour l’anniversaire de la mort de Zaghlûl, permet encore d’illustrer avec force cette opinion. Le dessin, intitulé « L’âme de Sacd ne demeure pas en paix », montre la main de Sacd empoignant vigoureusement Mustafâ al-Nahhâs et Makram cUbayd afin de les jeter hors du mausolée. Al-Musawwar, pour sa part, se demande ce que dirait le grand leader en voyant « ses fils se rejeter les uns les autres » et se prend à rêver à une alliance sur le modèle de la coalition de 192643.

  • 44 Al-Musawwar, n°881, 29/08/1941, p. 10-11 ; n°933, 28/08/1942, p. 8-9.
  • 45 Al-Musawwar, n°899, 2/01/1942, p. 3.
  • 46 Cf. Al-Dustûr : n°1155, 23/08/1941 ; n°169, 22/08/1938 ; n°1462, 23/08/1942 ; n°506, 23/08/1939 ; n (...)
  • 47 Deeb, op. cit., p. 366.

18Par ailleurs, les dirigeants de l’Organisation sacdiste multiplient les visites au mausolée, imitant en cela le chef du Wafd44. Ils se recueillent sur le tombeau lors de la commémoration de la mort de Zaghlûl mais aussi à d’autres occasions particulières comme celle de le cîd al-kabîr, la fête du sacrifice45. Le cortège part du Club de Sacd Zaghlûl (nâdî Sacd Zaghlûl), le bureau politique de l’Organisation créé dès 1938 afin de concurrencer le Club sacdiste du Wafd (al-nâdî al-sac), avant d’atteindre le mausolée, où des tentes sont élevées pour l’occasion, puis Bayt al-Umma. La procession se termine ainsi inévitablement par une visite à Safiyya Zaghlûl. Mahmûd Fahmî Al-Nuqrâshî, qui appartient à la famille de la veuve de Sacd depuis son mariage en 1934, a bénéficié du soutien de Safiyya dès son exclusion du Wafd en 1937. La popularité de « la Mère des Égyptiens » ainsi que son influence politique sont telles que cet appui revêt pour les dirigeants de l’Organisation une importance considérable. Safiyya Zaghlûl est l’objet de « mises en scène », ses apparitions, notamment aux côtés de Mâhir et d’al-Nuqrâshî, donnant plus de poids à leur prétention à se présenter comme « les fils de Sacd ». En effet, les leaders sacdistes cherchent, dès 1938, à apparaître comme les véritables héritiers de Zaghlûl. Chacun d’entre eux souligne ainsi les liens personnels qui l’attachaient à Sacd. Des photographies viennent appuyer leurs propos. Entre 1938 et 1944, c’est en particulier « le docteur Mâhir » qui est décrit comme le digne successeur de Sacd Zaghlûl, celui qui a réussi à accomplir sa mission. Il faut souligner enfin la présence remarquable de troupes britanniques lors des cérémonies organisées en souvenir du grand homme par l’Organisation sacdiste46. Ceci s’explique par l’orientation politique choisie par les dirigeants du parti en ce qui concerne les relations entre l’Égypte et la Grande-Bretagne. Ces représentants de la bourgeoisie urbaine, pour la plupart marchands, industriels ou membres de professions libérales, souhaitent, d’une part, coopérer avec les commerçants étrangers qui travaillent en Égypte afin de promouvoir leurs intérêts financiers communs et, d’autre part, « renforcer les liens d’alliance et d’amitié » avec la Grande-Bretagne47.

Le combat pour l’Orient

  • 48 Al-Balâgh, n°5322, 23/08/1939.
  • 49 Gershoni et Jankowski, Redefining..., op. cit., p. 184.
  • 50 Ibid., p. 205.

19Outre sa fonction de légitimation, l’utilisation de la mémoire de Sacd Zaghlûl permet aux leaders de l’Organisation sacdiste d’illustrer et de renforcer leurs choix politiques et idéologiques. La promotion de l’image de Sacd leader de l’Orient48 vient ainsi appuyer, de manière ponctuelle, un engagement certain, toutefois bien moins développé que celui du Wafd, en faveur d’une coopération plus importante entre les pays arabes. En octobre 1938, les députés sacdistes organisent, avec les libéraux-constitutionnels, des membres de Jeune Égypte et des Frères musulmans, « le Congrès parlementaire mondial des pays arabes et musulmans pour la défense de la Palestine »49. De même, les dirigeants du parti tentent, dans le cadre de leur participation au gouvernement de cAlî Mâhir en 1939, d’encourager une politique régionale plus active sur la question de la Palestine. Enfin, en juillet 1943, Ahmad Mâhir se joint à un groupe de partisans de l’arabisme pour appeler, dans une déclaration publique, à l’organisation d’une conférence inter-arabe50.

  • 51 Al-Dustûr, n°1462, 23/08/1942 ; n°170, 23/08/1938 ; n°506, 23/08/1939 ; n°1155, 23/08/1941.

20Les sacdistes mettent également en valeur l’aspect combattant du personnage de Zaghlûl ainsi que sa jeunesse, notamment autour des années 1941 et 1942, lorsque les troupes de l’Axe font entrer la guerre en Égypte. Sacd est ainsi dépeint sous les traits d’al-mujâhid dont la vie, tant publique que privée, ne fut qu’une succession de luttes, pour l’indépendance, pour la liberté mais aussi contre la maladie. Par ailleurs, ses années de formation sont mises en valeur afin qu’il puisse aussi servir d’exemple aux plus jeunes51. À l’instar de la plupart des partis de l’époque, les dirigeants de l’Organisation sacdiste souhaitent, par ce biais, séduire la jeunesse égyptienne et utiliser à leur profit la force politique extraordinaire qu’elle représente. Des comités de jeunes sacdistes sont d’ailleurs très tôt créés dans ce but.

Prophète, religieux et patriote

  • 52 Al-Dustûr, n°170, 23/08/1938, p. 9 et 13.
  • 53 Ibid., p. 13.
  • 54 Al-Dustûr, n°5o6, 23/08/1939.
  • 55 Ibid.

21Cependant, le trait essentiel de l’image de Zaghlûl développée par l’Organisation sacdiste est, sans conteste, la dimension religieuse. Les journalistes d’Al-Dustûr soulignent ainsi sa sainteté (qadâsatuh) et précisent qu’ « il était écrit » que l’Égypte accueillerait « la personnalité la plus noble de tous les temps », Sacd Zaghlûl, « ce prophète, prophète du patriotisme ». De très nombreux articles reviennent également sur sa formation à al-Azhar et l’influence de cet enseignement sur sa carrière ultérieure de juriste52. Des étudiants de la prestigieuse université lui rendent hommage dans la rubrique religieuse d’Al-Dustûr53, dirigée par un certain cAlî Ahmad Mâhir. En outre, sa relation avec Gamâl al-Dîn al-Afghânî est évoquée à de nombreuses reprises.54 Enfin, le shaykh cAbd al-Majîd al-Labbân, doyen de la faculté de théologie, livre au journal les souvenirs qu’il garde de la personnalité de Sacd Zaghlûl et de l’intérêt de ce dernier pour les questions de religion55.

  • 56 Voir p. 44, « Une figure concurrente »

22La mise en valeur de cet aspect de la vie de Zaghlûl s’explique en partie par la présence de cAbbâs Mahmûd al-cAqqâd au sein de l’Organisation. L’écrivain, qui a quitté le Wafd en 193556, rejoint le parti d’al-Nuqrâshî et Mâhir peu après sa création. En outre, il rédige de nombreux articles pour Al-Dustûr. Mais, peut-être peut-on également avancer une explication plus sociologique qui, au-delà de l’instrumentalisation du référent identitaire religieux dans la compétition politique déjà évoquée, soulignerait la réapparition des valeurs islamiques promues par des catégories de population nouvelles dans la sphère publique au cours de la seconde moitié des années trente. Le désir des dirigeants de l’Organisation d’attirer ces électeurs potentiels, peut-être mêlé à un conservatisme réel des membres du parti, semble aussi devoir être pris en considération.

1944-1952 – Le grand leader, symbole de l’union... et de la discorde

  • 57 Le gouvernement Muhammad Mahmûd (juin 1938-août 1939) compte cinq ministres sacdistes.
  • 58 Le gouvernement cAlî Mâhir (août 1939-juin 1940) compte également cinq ministres sacdistes.

23Après avoir participé à différents gouvernements de coalition, notamment en 193857 et 193958, l’Organisation sacdiste accède pour la première fois au pouvoir après la chute du gouvernement d’al-Nahhâs, le 8 octobre 1944. Ahmad Mâhir dirige alors une équipe largement composée d’anciens membres du Wafd, sacdistes mais aussi partisans de Makram cUbayd, exclu du parti le 6 juillet 1942, qui occupe la fonction de ministre des Finances. La lutte contre le Wafd s’intensifie. En janvier 1945, les élections législatives, boycottées par le parti d’al-Nahhâs, voient la victoire des sacdistes qui obtiennent la majorité à la Chambre. Le 24 février 1945, le premier ministre lance un débat au Parlement sur la question de l’intérêt pour l’Égypte de déclarer la guerre aux puissances de l’Axe. Ahmad Mâhir réussit à faire aboutir son projet et la déclaration de guerre est votée par les Chambres, mais il le paie de sa vie : il est assassiné le jour même. Al-Nuqrâshî lui succède à la fois à la tête du gouvernement et du parti. L’Égypte entre officiellement en conflit avec l’Axe quelques jours plus tard.

  • 59 Al-Dustûr, n°2386, 24/08/1945.
  • 60 « Safha wataniyya jalîla », Al-Dustûr, n°2386, 24/08/1945.

24Dès lors, l’utilisation de la mémoire de Sacd Zaghlûl par l’Organisation sacdiste connaît un renouveau tout à fait remarquable, en particulier le 23 août 1945 à l’occasion de l’anniversaire de sa mort. Les « fidèles fils de Sacd » lui rendent un hommage appuyé. Ils soulignent sa « grandeur » et son « génie » qu’ils illustrent par quelques citations de Zaghlûl lui-même et lui dédient des poèmes59. Ce regain d’activité autour de la figure du grand homme s’explique par le fait qu’al-Nuqrâshî cherche à renforcer sa position politique et sa légitimité mises à mal par l’assassinat d’Ahmad Mâhir. C’est ce qu’illustre un dessin publié par Al-Dustûr le 24 août 1945. On y voit Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî se tenant debout face aux ombres impressionnantes de Sacd Zaghlûl et d’Ahmad Mâhir. Sacd tend sa main droite en direction d’al-Nuqrâshî dans un geste de bénédiction et de protection, semblant vouloir dire « que Dieu soit avec toi ». En outre, chacun des nouveaux chefs de l’Organisation promus après la mort de Mâhir prend soin de mettre en valeur le rapport personnel qui le liait au grand leader. Al-Nuqrâshî retrace ainsi, dans un entretien avec le journal du parti, l’ensemble de sa relation avec Zaghlûl depuis leur première rencontre, lorsque Sacd, alors ministre de l’Instruction publique, visita l’école du petit Mahmûd60. De la même manière, Ibrâhîm cAbd al-Hâdî, mais aussi Hâmid Jawda, président de la Chambre des députés, et le ministre des Affaires sociales, racontent comment ils ont connu Saed Zaghlûl au début du siècle, alors qu’ils n’étaient encore que des écoliers ou des étudiants. Enfin, le soutien de Safiyya à al-Nuqrâshî est également mis en lumière. Celle qui fut « la compagne de Sacd dans la lutte et dans la gloire », accueille avec plus de chaleur que jamais les « fils » de son défunt mari à Bayt al-Umma.

25L’image de Sacd qui domine, lors de la commémoration du 23 août 1945, est celle du rassembleur. Al-Nuqrâshî souligne l’importance de la collaboration entre les chefs politiques de l’époque (Zaghlûl mais aussi cAdlî, Tharwat, Rushdî, ainsi que le roi Fu’âd) qui prévalait aux débuts du mouvement national. De même, il est fait allusion au modèle de la coalition de 1926, une photographie de Sacd, cAdlî Yeghen et Muhammad Mahmûd illustrant le propos. La mise en valeur de cette dimension s’explique par le fait que le gouvernement dirigé par al-Nuqrâshî, entre le 25 février 1945 et sa chute le 14 février 1946, rassemble sacdistes, membres du Parti national (al-hizb al-watanî) et du Bloc wafdiste indépendant de Makram cUbayd (al-kutla al-wafdiyya al-mustaqilla). L’union invoquée est celle de ces dissidents du Wafd dont al-Nuqrâshî doit préserver la cohésion s’il veut rester au pouvoir. On comprend ainsi mieux pourquoi Al-Dustûr consacre toute une colonne de son numéro du 24 août 1945 à la célébration du souvenir de Sacd organisée par le parti de Makram cUbayd. Toutefois, les manifestations nationalistes des étudiants de l’Université Fu’âd, réprimées dans le sang le 9 février 1946, ont raison de la solidarité gouvernementale. Le 14 février, les ministres du Bloc wafdiste indépendant, qui avaient déjà menacé al-Nuqrâshî de se retirer un mois auparavant, démissionnent. Privé de leur soutien, le gouvernement ne peut se maintenir. Le roi Fârûq appelle alors Sidqî au poste de premier ministre.

  • 61 Al-Balâgh, n°8210, 24/08/1948.
  • 62 « cîd al-shatâ’im, lâ cîd al-jihâd... ! », Al-Musawwar, n°1362, 17/11/1950.

26Dès lors, le Bloc wafdiste s’éloigne de l’Organisation sacdiste pour se rapprocher quelque peu du Wafd, comme en témoignent les échanges qui ont lieu entre ces deux partis à l’occasion de la commémoration de la mort de Zaghlûl61. Les partisans de Makram cUbayd et ceux d’al-Nahhâs se retrouvent en particulier dans une opposition commune au second gouvernement al-Nuqrâshî (8 décembre 1946-28 décembre 1948). Ils critiquent en particulier la façon dont le premier ministre gère la question de l’unité de la vallée du Nil et dénoncent son incapacité à éviter la perte définitive du Soudan en juin 1948. Au cours de l’automne, de nombreuses manifestations sont organisées au cours desquelles la population exprime son hostilité envers la Grande-Bretagne mais aussi envers l’État juif nouvellement créé. Elles se transforment souvent en émeutes suivies de pillages. D’autre part, les actes terroristes se multiplient. Afin de tenter de mettre fin à cette violence, Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî décide, le 8 décembre, de dissoudre l’organisation des Frères musulmans. Cette prise de position courageuse lui est fatale. Il est assassiné le 28 décembre 1948. Ibrâhîm cAbd al-Hâdî lui succède. Mais ce dernier ne parvient pas à faire face aux difficultés à la fois intérieures et extérieures et il doit céder la place, en janvier 1950, à Mustafâ al-Nahhâs. La mort du second grand chef de l’Organisation sacdiste puis le passage de cette dernière dans l’opposition portent un coup presque fatal au parti. Toutefois, les dirigeants ne cessent pas de revendiquer l’héritage de Sacd Zaghlûl, espérant peut-être par ce biais regagner quelque popularité. Mais leurs prétentions à utiliser l’image du grand homme se heurtent, d’une part, à celles du Wafd, et, d’autre part, à celles du Bloc wafdiste qui, depuis l’arrivée au pouvoir d’al-Nahhâs, se veut plus indépendant. Les cérémonies évoquant le souvenir de Zaghlûl tournent alors à l’affrontement ouvert entre ses « fils » qui vont jusqu’à s’injurier afin de défendre leur part de l’héritage62.

Héritiers et dépositaires : le bloc wafdiste

1942-1946 – Makram, « le fils de Sacd »

  • 63 Voir p. 57, « Al-Nahhâs en quête de légitimité ».
  • 64 Terry, op. cit., p. 254.
  • 65 Ibid., p. 255.
  • 66 « Acdâ’ al-wafd al-misrî : al-ladhîna infasalû minhu wa-l-ladhîn indammû ilayhi », Al-Musawwar, n°9 (...)

27Les dissensions entre Mustafâ al-Nahhâs et son plus proche conseiller se font jour à la suite des événements du 4 février 194263. Makram cUbayd, plus troublé par le coup de force des Britanniques que le chef du Wafd, cherche alors, en vain, à obtenir des garanties de la part du Haut Commissaire Lampson pour qu’une telle intervention des autorités britanniques ne se reproduise plus64. En outre, il se montre de plus en plus critique face aux tendances despotiques d’al-Nahhâs qui se révèle incapable de gérer les différences d’opinion à l’intérieur du parti. Enfin, Makram cUbayd condamne le népotisme du chef du Wafd qui place les membres de la famille de sa femme à des positions très élevées, quelle que soit leur compétence. Dans l’intention de se débarrasser d’un allié devenu gênant, Mustafâ al-Nahhâs écarte Makram cUbayd du gouvernement le 26 mai à la faveur d’un remaniement ministériel65. Puis, le 6 juillet 1942, il annonce la décision prise par les instances dirigeantes du Wafd de l’exclure du parti66. Peu après, Makram forme le Bloc wafdiste indépendant (al-kutla al-wafdiyya al-mustaqilla) qui rassemble l’ensemble de ses partisans.

  • 67 Terry, op. cit., p. 256.
  • 68 Ibid., p. 257 ; Colombe, op. cit., p. 110-114.
  • 69 Terry, op. cit., p. 260.

28Mais sa vengeance ne s’arrête pas là. En février 1943, il publie Le livre noir (al-kitâb al-aswad) qui décrit dans le détail le système de corruption mis en place par al-Nahhâs. Comme le souligne Janice Terry, « le livre (...) devient bientôt le point de ralliement pour tous les opposants au Wafd »67. Ainsi, à partir de novembre 1943, un Front uni se crée, regroupant des libéraux-constitutionnels, des membres du Parti national, des sacdistes et des wafdistes indépendants autour de l’opposition à al-Nahhâs et de la réaffirmation des revendications nationales de l’Égypte relatives, notamment, aux statuts du canal de Suez et du Soudan68. La suite du Livre noir, publiée en février 1944, contribue à renforcer la cohésion du Front. Au début du mois de mai, Makram cUbayd prononce un discours dans lequel il attaque violemment le gouvernement d’al-Nahhâs. Le texte de son allocution, accompagné d’un pamphlet, est distribué dans tout le pays69. Le 9 mai 1944, Makram est arrêté sur ordre du premier ministre, ce qui provoque de gigantesques manifestations. Quelques mois plus tard, le roi renvoie Mustafâ al-Nahhâs qui, entretemps, a perdu le soutien des Britanniques. Ahmad Mâhir est nommé premier ministre le 8 octobre 1944 et Makram cUbayd quitte sa résidence surveillée du Caire pour occuper le poste de ministre des Finances.

  • 70 « Adhkuru can Sacd (li Makram cUbayd bâshâ) », Al-Musawwar, n°1350, 25/08/1950.
  • 71 Ibid.

29Entre son exclusion du Wafd, le 6 juillet 1942, et son retrait du gouvernement d’al-Nuqrâshî, le 14 février 1946, Makram cUbayd cherche à la fois à discréditer Mustafâ al-Nahhâs et à asseoir sa propre position politique. Pour ce faire, il exploite lui aussi le souvenir de Saed Zaghlûl. Dès cette période, il développe la rhétorique qu’il utilisera jusqu’en 1952 : il est « le fils de Sacd ». Il faut souligner ici que Makram est peut-être, parmi les héritiers de Zaghlûl, celui qui peut le plus légitimement se présenter comme son fils spirituel, le grand leader lui-même le traitant, semble-t-il, comme tel. Le chef du Bloc wafdiste indépendant met en avant cet argument de poids, précisant qu’il ne s’est pas attribué lui-même ce titre mais que c’est bien Sacd qui, peu avant sa mort, aurait demandé à Safiyya, sa femme, de considérer Makram comme son propre fils, ainsi qu’il le faisait déjà lui-même70. Makram cUbayd souligne également la relation toute particulière qui le liait à Sacd Zaghlûl du fait de leur exil commun à Aden puis aux Seychelles où le jeune wafdiste d’alors est, dans un premier temps, le seul parmi les exilés à pouvoir accompagner le vieil homme. Au cours de cette période, Sacd confie à Makram ses réflexions sur des sujets aussi divers que la philosophie, la sociologie, la littérature et la politique. Il partage également avec lui ses souvenirs personnels, notamment ceux de la révolution de cUrâbî. Surtout, c’est à cette époque que Makram commence à lui enseigner l’anglais71.

  • 72 « Azamat al-dhikrâ », Al-Musawwar, n°932, 21/08/1942.
  • 73 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942.

30Malgré la mise en évidence de ses liens personnels avec Sacd Zaghlûl, Makram cUbayd ne développe pas encore, entre 1942 et 1946, une image très précise du grand homme. Il se contente de souligner l’importance de la commémoration de sa mort à laquelle il participe chaque année en tant que chef du Bloc wafdiste indépendant. Comme il l’explique dans un article publié par Al-Musawwar le 21 août 194272, la grandeur d’un individu au cours de sa vie se mesure à l’ampleur du souvenir qu’il laisse après sa mort. Or, la célébration de la mémoire de Zaghlûl ne faiblit pas avec le passage du temps. Au contraire, elle se renouvelle chaque année, s’adaptant aux circonstances. Makram précise également que c’est Sacd lui-même qui s’exprime par sa bouche lors de ces cérémonies du souvenir. Il lui souffle ses paroles et lui inspire, comme à tous les Égyptiens, l’espoir, la sagesse et l’esprit de sacrifice. Enfin, il affirme que c’est en Zaghlûl que le peuple doit puiser, lors de ces manifestations, la force et le courage73.

1946-1952 – Sacd le combattant

31À partir de son passage dans l’opposition en février 1946, Makram cUbayd enrichit l’image de Sacd Zaghlûl. Elle vient servir d’illustration aux orientations politiques du Bloc mais aussi de modèle à suivre et de figure symbole capable de mobiliser le peuple égyptien en vue de nouvelles luttes : la lutte pour l’indépendance totale et l’unité de la vallée du Nil mais aussi, à partir de 1948, la lutte pour le succès de la « révolte arabe ».

  • 74 Al-Kutla, n°563, 23/08/1946 ; n°564, 24/08/1946 ; n°1178, 24/08/1948.

32Plus que jamais, Makram se présente comme le fils de Sacd, son successeur, celui qui suit son exemple, continue le combat pour l’indépendance qu’il avait initié. Un dessin publié en couverture d’Al-Kutla, l’organe de presse du parti, le 24 août 1948, le montre ainsi debout, un flambeau à la main, se tenant face à Sacd Zaghlûl qui, du ciel, le désigne du doigt. La légende précise : « Le fils dévoué de Sacd portant la flamme du dévouement et du patriotisme du vivant du leader et après sa mort » (ibn Sacd al-bârr al-ladhî hamala shuclat al-ikhlâs wa-l-wataniyya fi hayât al-zacîm wa fi mamâtih)74.

  • 75 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948.
  • 76 Terry, op. cit., p. 294.
  • 77 Al-Kutla, n°1461, 23/08/1949.
  • 78 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948.
  • 79 Al-Balâgh al-Usbûcî, 14/10/1927.

33Par ailleurs, le chef du Bloc wafdiste indépendant insiste sur le fait que Sacd Zaghlûl était le guide du peuple égyptien et qu’il détenait son pouvoir de ce dernier. Lui, « le pur paysan » (al-fallâh al-samîm), était d’abord « le fils du peuple ». Puis, en tant que dirigeant, il était également « le père du peuple »75. Ces quelques allusions à Zaghlûl « al-fallâh » font écho à l’intérêt porté par Makram cUbayd, dès les années vingt, aux problèmes économiques et sociaux. À cette époque, il se fait l’avocat de réformes qu’il juge nécessaires, en particulier pour améliorer le niveau de vie des fellahs. Par la suite, cet objectif reste essentiel pour lui, comme en témoigne le programme du Bloc wafdiste indépendant qui propose une exemption d’impôts pour les plus défavorisés et l’élimination du système de classes76. La préoccupation de Makram cUbayd pour ces questions se traduit également par de longs développements sur la situation économique et sociale du pays dans les discours qu’il prononce lors des cérémonies de commémoration de la mort de Zaghlûl77. Enfin, le chef du Bloc wafdiste indépendant défend l’idée que c’est bien le peuple égyptien, et non Sacd, qui a constitué la source de la révolution de 1919, ce peuple glorieux qui s’est battu et qui est mort en martyr78. Dans le même sens, Makram cUbayd affirmait déjà en 1927, dans un éloge funèbre composé à l’occasion des funérailles du grand leader, que la grandeur de Sacd était en partie issue de la grandeur de la nation79.

  • 80 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946 et n°1178, 24/08/1948.

34Au-delà de ces remarques préliminaires, l’image principale de Zaghlûl développée par Makram cUbayd à partir de 1946 est celle du combattant (al-mujâhid). Il souligne ainsi la virilité (al-rujûla) de Sacd, son courage (al-sha-jâca), son enthousiasme dans la lutte (al-hamâsa), la violence de ses déclarations (canîf al-bayân). De surcroît, il évoque avec insistance la guerre (al-harb) que Zaghlûl menait contre ses ennemis avec toutes les armes qu’il avait à sa disposition. À ce propos, le chef du Bloc wafdiste indépendant qui, à partir de 1948, se fait appeler al-mujâhid al-kabîr (« le grand combattant »), considère que « l’amour de la patrie fait de la guerre barbare quelque chose de noble ». Pour Makram, Sacd fut ainsi le combattant (al-munâdil) qui n’abandonna le champ de bataille que pour mourir80.

  • 81 Ibid., et n°1462, 24/08/1949.
  • 82 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948 et n°1462, 24/08/1949.

35La figure de Zaghlûl le combattant doit servir de modèle aux Égyptiens qui luttent afin d’obtenir enfin leur indépendance totale, comme le rappelle chaque année Makram cUbayd lors de la commémoration de sa mort81. Les revendications égyptiennes dont le Bloc wafdiste indépendant se fait l’écho concernent l’évacuation des troupes britanniques de la zone du canal de Suez, ainsi que la révision du traité de 1936 et la restauration de l’unité de la vallée du Nil. Il est d’ailleurs intéressant de noter la présence de Soudanais lors des célébrations du souvenir de Sacd organisées par le parti82.

36Cette image du combattant doit également inspirer les soldats arabes qui se battent en Palestine de mai 1948 à janvier 1949. C’est, en tout cas, ce que suggère la mise en page des articles consacrés à Sacd Zaghlûl par Al-Kutla au cours de cette période. Ainsi, la « une » du 24 août 1948 présente deux gros titres l’un au-dessus de l’autre. Le premier évoque la cérémonie grandiose organisée par le parti à l’occasion de la commémoration annuelle, tandis que le second annonce : « La mort en martyr du chef des fedâ’iyyîn égyptiens en Palestine ». Cette mise en parallèle se poursuit aux pages 2 et 3 où deux portraits sont placés en vis-à-vis : l’un (page 2) représente Sacd, l’autre (page 3), le responsable des combattants égyptiens en Palestine tombé « au champ d’honneur » (maydân al-sharaf). Des articles accompagnent ces photographies et il faut souligner que les mêmes termes y sont utilisés s’appliquant, dans un cas, à Zaghlûl et, dans l’autre, au chef militaire décédé. Les deux hommes sont ainsi des guides (qâda) et tous deux sont aussi des combattants (mujâhidîn) qui ont lutté jusqu’à la mort sur le champ de bataille (maydân al-harb). En outre, dans un autre article également publié en page 3 de ce même numéro, un journaliste d’Al-Kutla imagine un dialogue avec Sacd où celui-ci donne son opinion sur les situations du Soudan et de la Palestine. Il y dénonce ainsi « la politique désastreuse de la Grande-Bretagne qui a pour but la poursuite de ses ambitions purement colonisatrices (...) et le maintien de sa domination et de son pouvoir. ». Dans ces circonstances, il préconise « l’union... et rien que l’union ! ».

  • 83 Filastîn, 24/09/1931, cité dans Gershoni et Jankowski, Redefining..., op. cit., p. 122.
  • 84 Gershoni et Jankowski, op. cit., p. 147.

37Cet intérêt que Makram cUbayd porte à la Palestine, et plus généralement à la coopération entre les différents pays arabes, et qui transparaît à travers son utilisation de l’image de Zaghlûl, date du début des années trente. Dans un article publié par la revue Filastîn en septembre 1931, il défend ainsi l’idée selon laquelle la révolution égyptienne de 1919 peut être considérée comme un exemple à suivre par les autres Arabes dans leur lutte contre l’impérialisme83. La même année, il se rend plusieurs fois dans la région du Croissant fertile. Au cours de ces visites très médiatisées, « il souligne les origines communes aux Égyptiens et aux autres peuples arabes et insiste sur l’arabité de la minorité copte à laquelle il appartient ». Par ailleurs, il promet une résistance de l’ensemble des pays de la région au projet d’établissement d’un État juif en Palestine. Dans un discours prononcé au Liban au mois d’août 1931, il met en évidence le lien de la souffrance qui unit tous les peuples arabes subissant l’impérialisme occidental et se fait l’avocat d’une plus grande collaboration, à la fois politique et économique, entre les États de la région afin que chacun puisse acquérir son indépendance84. Enfin, en 1936, lorsque le Wafd revient au pouvoir et que débute la « Grande Révolte », Makram cUbayd encourage Mustafâ al-Nahhâs à s’engager plus avant dans les affaires régionales et à prendre des initiatives afin d’apporter un soutien plus efficace aux Arabes de Palestine en lutte.

  • 85 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948.

38Par ailleurs, Makram cUbayd exploite également la figure de Sacd le rassembleur. Il tente ainsi de promouvoir une tactique politique d’union entre les héritiers de Zaghlûl. En 1948, le Bloc wafdiste indépendant effectue un rapprochement avec le Wafd. Al-Kutla, l’organe de presse du parti, rend alors compte des échanges de visites entre membres du Wafd et membres du Bloc85. Il est intéressant de noter, toutefois, que ces échanges sont plutôt le fait de jeunes militants des deux partis et que, si quelques « hommes du Wafd » assistent à la célébration du souvenir de Sacd organisée par le Bloc, il ne s’agit bien sûr ni de Mustafâ al-Nahhâs, ni de Fu’âd Sirâg al-Dîn, le secrétaire du parti, mais de membres qui n’appartiennent pas, semble-t-il, à l’équipe dirigeante.

  • 86 Delanoue, op. cit., p. 144-145.
  • 87 La nuit du Destin est la 26e nuit du mois de Ramadan.
  • 88 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946.
  • 89 Al-Kutla, n°1462, 24/08/1949.
  • 90 Al-Kutla, n°1461, 23/08/1949.

39L’union invoquée est aussi, et peut-être avant tout, l’union entre les religions, l’alliance de la Croix et du Croissant, prônée par Sacd Zaghlûl dès 1919 et dont Makram cUbayd fait également son mot d’ordre. Toutefois, les temps ont changé et si Sacd considérait qu’ « il n’y a plus de coptes et de musulmans, il n’y a que des Égyptiens »86, Makram, quant à lui, ne peut faire abstraction de l’importance prise par le référent identitaire musulman. Ainsi, lorsqu’en 1946, la commémoration de la mort de Zaghlûl survient le même soir que la nuit du Destin (laylat al-qadr)87, le chef du Bloc wafdiste se doit de donner à son discours une connotation plus religieuse88. Il explique que cette simultanéité entre les deux événements ne peut être le fruit du hasard puisque « celui qui croit en Dieu ne croit pas aux hasards » et que tout ce qui existe au monde a été créé par Dieu. Plus significative encore est la participation du général Muhammad Sâlih Harb Pacha, le président général des associations des Jeunes Musulmans, à la célébration du souvenir de Sacd organisée par le Bloc le 23 août 1949. Cet ancien ministre de la Défense nationale, invité par Makram cUbayd, est décrit comme « le combattant patriotique » (al-mujâhid al-watanî), « symbole de la lutte, de l’union et de la solidarité » (ramz al-jihâd wa al-ittihâd wa-l-tadâmun). Son accueil par le chef du parti semble illustrer quant à lui « un pacte de rassemblement entre les combattants dans un seul Livre » (mîthâq jamc bayna al-mukâjïhîn fi kitâb wâhid)89. Enfin, dans un article intitulé « Dans le mihrab du mausolée » (fi mihrâb al-darîh) publié par Al-Kutla à cette même occasion, le journaliste Hannâ Yûsuf rend hommage à celui qui a su regrouper autour de lui tous les partis comme toutes les religions90. Il évoque les jours heureux où

« tu entendais le muezzin du haut de son minaret et le diacre sur le clocher de son temple s’exclamer ensemble d’une même voix “que vive la patrie !” puis faire du Ciel le témoin de leur unité, tandis que s’élevaient la voix et les cris de “vivent le Croissant et la Croix ! !” » ;

40ces jours où

« Al-Azhar était une tribune pour le patriotisme et qu’y entraient le musulman et le prêtre et où nous entendions la voix du shaykh qui se répandait dans les tribunes de la fidélité envers la patrie ».

41Ainsi, entre 1919 et 1949, entre Sacd Zaghlûl et Makram cUbayd, la devise est la même. Il s’agit toujours de prôner l’alliance de la Croix et du Croissant. Mais, tandis que le premier pensait atteindre ce but par la promotion de l’idée selon laquelle la foi relève de la vie privée, le second choisit de privilégier l’affirmation de l’identité religieuse.

Notes de fin

1 Gershoni et Jankowski, 1995, Redefining..., op. cit., p. 182.

2 Discours publié dans Al-Muqattam, 6/01/1939, p. 7-9 et cité dans Gershoni et Jankowski, Redefining..., op. cit., p. 182.

3 Gershoni et Jankowski, op. cit., p. 182.

4 « Misr al-khâlida tahtafil bi dhikrâ zacîmihâ al-khâlid », Al-Musawwar, n°881, 29/08/1941, p. 1,10,11.

5 Ibid., p. 1.

6 Colombe, op. cit., p. 99-101.

7 Terry, op. cit., p. 250.

8 Al-Musawwar, n°905,13/02/1942, p. 6.

9 Cf. Al-Musawwar, n°927, 17/07/1942, p. 5 ; n°932, 21/08/1942, p. 5 ; n°933, 28/08/1942, p. 8-9.

10 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943, p. 2.

11 Al-Balâgh, n°6761, 13/u/1943, P. 1. 2, 3.

12 Al-Balâgh, n°6762, 14/11/1943, p. 1, 2, 3. ; Al-Balâgh, n°7004, 24/08/1944, p. 3.

13 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942, p. 1.

14 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942, p. 1.

15 Al-Balâgh, n°6462, 14/11/1942, p. 3-4 ; n°6762, 14/11/1943, p. 9 ; n°7004, 24/08/1944, p. 3.

16 Al-Musawwar, n°932, 21/08/1942, p. 1.

17 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943, p. 2.

18 Al-Balâgh, « Hayât Sacd fî al-’azhar », n°7003, 23/08/1944, p. 3-4.

19 Al-Balâgh, n°6462, 14/11/1942, p. 3-4.

20 Al-Balâgh, n°6762, 14/11/1943, p. 1, 2, 3.

21 Al-Balâgh, n°6692, 23/08/1943, p. 2, 4, 5.

22 Gershoni et Jankowski, Redefining..., op. cit., p. 201.

23 Colombe, op. cit, p. 259.

24 Ibid., p. 260.

25 Colombe, op. cit., p. 261.

26 Al-Balâgh, n°8209, 23/08/1948, p. 2.

27 Al-Balâgh, n°9237, 13/11/1951, p. 1-6.

28 Al-Balâgh, n° 7592, 22/08/1946, p. 2 ; n°7593, 24/08/1946, p. 1-6 ; n°8209, 23/08/1948, p. 2-3 ; n°8278, 13/11/1948, p. 1, 2, 5 ; n°8858, 24/08/1950, p. 5, 7 ; n°9169, 25/08/1951, p. 5 ; n°9237, 13/11/1951, P. 1.

29 Al-Balâgh, n° 9169, 25/08/1951, p. 5.

30 Al-Balâgh, n° 8209, 23/08/1948, p. 3.

31 Al-Balâgh, n° 8640, 13/01/1950, p. 4.

32 Al-Balâgh, n° 8856, 22/08/1950, p. 2-5 ; n°8858, 24/08/1950, p. 5, 7.

33 Al-Balâgh, n° 9169, 25/08/1951, p. 5.

34 Al-Balâgh, n° 9237, 13/11/1951, p. 6.

35 Al-Musawwar, n°l414, 16/11/1951, p. 2.

36 Al-Musawwar, n°1418, 14/12/1951, p. 2, 3, 5, 6, 9, 12, 13.

37 Al-Musawwar, n°1418, 14/12/1951, p. 9, 12, 13.

38 Voir chapitre I

39 Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî fut l’un des disciples favoris de Zaghlûl. Pendant la période du Gouvernement du Peuple, il était sous-secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur, tandis qu’Ahmad Mâhir occupait le poste de ministre de l’Instruction publique. Parce qu’ils étaient tous deux des membres influents du parti et de proches collaborateurs de Zaghlûl, ils furent accusés d’avoir participé à l’assassinat du Sirdâr en novembre 1924. Le chef du Wafd suivit alors avec beaucoup d’attention le cours du procès qui se termina par l’acquittement des deux accusés.

40 Deeb, op. cit., p. 335.

41 Al-Balâgh, n°4967, 24/08/1938, p. 1.

42 Al-Dustûr, n°506, 23/08/1939, p. 8.

43 « Sacd bayna abnâ’ih….al-mutanâbidhîn », Al-Musawwar, n°776, 25/08/1939, p. 18-20.

44 Al-Musawwar, n°881, 29/08/1941, p. 10-11 ; n°933, 28/08/1942, p. 8-9.

45 Al-Musawwar, n°899, 2/01/1942, p. 3.

46 Cf. Al-Dustûr : n°1155, 23/08/1941 ; n°169, 22/08/1938 ; n°1462, 23/08/1942 ; n°506, 23/08/1939 ; n°170, 23/08/1938 – Al-Balâgh : n°4966, 23/08/1938 ; Al-Musawwar, n°881, 29/08/1941 ; n°933, 28/08/1942.

47 Deeb, op. cit., p. 366.

48 Al-Balâgh, n°5322, 23/08/1939.

49 Gershoni et Jankowski, Redefining..., op. cit., p. 184.

50 Ibid., p. 205.

51 Al-Dustûr, n°1462, 23/08/1942 ; n°170, 23/08/1938 ; n°506, 23/08/1939 ; n°1155, 23/08/1941.

52 Al-Dustûr, n°170, 23/08/1938, p. 9 et 13.

53 Ibid., p. 13.

54 Al-Dustûr, n°5o6, 23/08/1939.

55 Ibid.

56 Voir p. 44, « Une figure concurrente »

57 Le gouvernement Muhammad Mahmûd (juin 1938-août 1939) compte cinq ministres sacdistes.

58 Le gouvernement cAlî Mâhir (août 1939-juin 1940) compte également cinq ministres sacdistes.

59 Al-Dustûr, n°2386, 24/08/1945.

60 « Safha wataniyya jalîla », Al-Dustûr, n°2386, 24/08/1945.

61 Al-Balâgh, n°8210, 24/08/1948.

62 « cîd al-shatâ’im, lâ cîd al-jihâd... ! », Al-Musawwar, n°1362, 17/11/1950.

63 Voir p. 57, « Al-Nahhâs en quête de légitimité ».

64 Terry, op. cit., p. 254.

65 Ibid., p. 255.

66 « Acdâ’ al-wafd al-misrî : al-ladhîna infasalû minhu wa-l-ladhîn indammû ilayhi », Al-Musawwar, n°927, 17/07/1942.

67 Terry, op. cit., p. 256.

68 Ibid., p. 257 ; Colombe, op. cit., p. 110-114.

69 Terry, op. cit., p. 260.

70 « Adhkuru can Sacd (li Makram cUbayd bâshâ) », Al-Musawwar, n°1350, 25/08/1950.

71 Ibid.

72 « Azamat al-dhikrâ », Al-Musawwar, n°932, 21/08/1942.

73 Al-Balâgh, n°6383, 23/08/1942.

74 Al-Kutla, n°563, 23/08/1946 ; n°564, 24/08/1946 ; n°1178, 24/08/1948.

75 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948.

76 Terry, op. cit., p. 294.

77 Al-Kutla, n°1461, 23/08/1949.

78 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948.

79 Al-Balâgh al-Usbûcî, 14/10/1927.

80 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946 et n°1178, 24/08/1948.

81 Ibid., et n°1462, 24/08/1949.

82 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948 et n°1462, 24/08/1949.

83 Filastîn, 24/09/1931, cité dans Gershoni et Jankowski, Redefining..., op. cit., p. 122.

84 Gershoni et Jankowski, op. cit., p. 147.

85 Al-Kutla, n°1178, 24/08/1948.

86 Delanoue, op. cit., p. 144-145.

87 La nuit du Destin est la 26e nuit du mois de Ramadan.

88 Al-Kutla, n°564, 24/08/1946.

89 Al-Kutla, n°1462, 24/08/1949.

90 Al-Kutla, n°1461, 23/08/1949.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable