Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sa’d Zaghlûl : "Lieu de mémoire" du nationalisme égyptien

 | 
Anne Clément

I. Utilisation de la mémoire de Sacd Zaghlûl par ses héritiers politiques

Chapitre I. 1927-1936 – Une mémoire instrumentalisée dans le jeu des coalitions-oppositions

Entrées d'index

Texte intégral

Les enjeux politiques de la commémoration

1927-1928 – Une unanimité trompeuse

  • 1 Al-Râficî cAbd al-Rahmân, 1987, Fî acqâb al-thawra al-misriyya (thawrat 1919), Le Caire, Dâr al-Mac(...)
  • 2 Cf. Sommaire de l’ouvrage de Muhammad Ismâcîl al-Buhayrî, 1927, cAbârât al-sharq, Le Caire, Matbaca (...)
  • 3 Haykal Muhammad Husayn, « Ma’tam al-watan », Al-Balâgh al-Usbûcî, n°41, 2/09/1927, p. 26.

1Sacd Zaghlûl meurt dans la soirée du 23 août 1927 dans sa maison du Caire, Bayt al-Umma, des suites d’une maladie infectieuse. Dans une déclaration faite le jour même, le Conseil des ministres annonce la nouvelle du décès au peuple égyptien ainsi que le lieu et l’heure des obsèques prévues le lendemain, 24 août à 16h. Il est précisé que le cortège funèbre se rendra de Bayt al-Umma au cimetière de l’imâm Al-Shâficî où le défunt sera inhumé1. Le roi, alors en voyage en France, a ordonné que les honneurs militaires soient rendus au grand leader. Les funérailles de Zaghlûl donnent lieu à une « communion » de l’ensemble de la nation égyptienne dont rend compte Al-Balâgh al-Usbûcî. L’ensemble des grandes personnalités politiques, mais aussi les corporations professionnelles et les syndicats suivent la dépouille dans le cortège officiel qui compte plus de 300 000 personnes. Al-Balâgh al-Usbûcî souligne le fait que des Égyptiens « de toutes les couches de la nation » (min jamîc tabaqât al-umma) prennent part à l’événement. Surtout, l’éloge rendu à Zaghlûl est unanime. Poètes, écrivains, journalistes célèbrent, en prose ou en vers, le « Père de la nation », de même que les principaux dirigeants des partis politiques2. Les ennemis politiques d’hier, au premier rang desquels se trouvent les libéraux-constitutionnels et le Parti national, présentent leurs condoléances à la nation, au Wafd ainsi qu’à la famille du défunt. En outre, les leaders du Parti libéral-constitutionnel, issu d’une scission du Wafd en 1921 à la suite du conflit opposant cAdlî à Zaghlûl, rendent un hommage appuyé au grand homme. Tel est le cas de Muhammad Mahmûd qui reconnaît en Zaghlûl le chef incomparable, mais aussi de cAbd al-Khâliq Tharwat et surtout de Muhammad Husayn Haykal dont un article, initialement publié dans Al-Siyâsa, l’organe de presse des libéraux-constitutionnels, est reproduit dans le numéro 41 d’Al-Balâgh al-Usbûcî, daté du 2 septembre 19273.

2Dans ce texte intitulé Ma’tam al-watan (« Les funérailles de la patrie »), l’auteur décrit avec emphase la profonde tristesse qui emplit les cœurs de la nation tout entière à l’annonce de la mort de Zaghlûl.

3Cet éloge unanime autour d’un homme qui fut pourtant violemment critiqué par ses adversaires politiques au cours de sa vie s’explique en partie par le fait que la mort confère à Zaghlûl une sorte d’auréole de « sainteté », mais surtout et avant tout par la conjoncture politique des années 1927-1928. En effet, deux gouvernements de coalition entre le Wafd et les libéraux-constitutionnels se succèdent au cours de cette période, le premier dirigé par cAbd al-Khâliq Tharwat jusqu’au mois de mars 1928, le second par Mustafâ al-Nahhâs, le successeur de Sacd à la tête du Wafd, du 12 mars 1928 au 25 juin 1928.

  • 4 Al-Balâgh al-Usbûcî n°43, 16/09/1927, p. 10-11.

4La prise en compte de cet élément permet aussi de mieux comprendre l’importance des références faites aux années 1925-1926 lors de l’évocation de la vie du grand leader. Ces années sont, en effet, marquées par une réconciliation entre le Wafd, les libéraux-constitutionnels et le Parti national qui décident, lors de la Conférence nationale du 19 février 1926 présidée par Zaghlûl, d’unir leurs forces contre le gouvernement tyrannique de Zîwar Pacha. Cet événement ainsi que la constitution du gouvernement de coalition dirigé par cAdlî en juin 1926 sont traités dans les nombreux articles sur Sacd publiés entre sa mort et 1928. En outre, des photographies des rencontres entre les différents dirigeants politiques viennent illustrer le thème de la coalition (al-i’tilâf).4 Sacd Zaghlûl représente alors la figure de l’union, union sacrée de la nation autour de son chef, mais aussi union des partis pour la défense de la Constitution. Les autres périodes de la vie de Zaghlûl qui sont mises en valeur sont, d’une part, la carrière qu’il mène avant 1914 et, d’autre part, les débuts du mouvement national entre 1918 et 1921. Les journalistes d’Al-Balâgh al-Usbûcî reviennent ainsi assez fréquemment sur Sacd l’avocat, le juge, le ministre de l’Instruction publique, le ministre de la Justice, mais aussi Sacd membre de l’Assemblée législative qui le choisit en janvier 1924 comme vice-président. De même, les articles relatifs au 13 novembre 1918, à la révolution de 1919 ainsi qu’à l’action du Wafd en Europe au cours de l’année 1921 sont relativement nombreux. Là encore, des photographies permettent de mettre en valeur le sujet abordé. Il est tout à fait intéressant de noter que la période du ministère du Peuple (wizârat al-shacb), dirigé par Zaghlûl entre janvier et novembre 1924, fait l’objet d’une ellipse quasi-totale. Il est bien compréhensible en effet qu’en période de coalition, la répression féroce menée à l’époque par Sacd contre ses opposants politiques constitue un sujet douloureux dont on évite de raviver le souvenir. Mais l’unanimité autour de l’évocation de la mémoire de Sacd Zaghlûl est trompeuse car, dès la fin de l’année 1927, une sorte de compétition s’organise autour de sa commémoration.

5Après la mort de Sacd, le gouvernement de coalition dirigé par Tharwat prend plusieurs décisions afin de perpétuer le souvenir du défunt (khallada dhikra al-marhûm). Sont ainsi prévus :

  • 5 Al-Râficî cAbd al-Rahmân, Fî acqâb al-thawra al-misriyya (thawrat 1919), op. cit., p. 345.

« l’érection de deux statues du disparu, l’une dans la capitale, l’autre à Alexandrie ; l’achat de sa demeure, Bayt al-Umma, et son intégration au domaine de l’État dans un but d’utilité publique (...) ; la construction d’un hôpital ou d’un asile dans la capitale auquel le nom de Sacd Zaghlûl sera donné ; l’achat de la maison dans laquelle le défunt est né dans le village d’Ibiyâna et son intégration au domaine public ; la construction d’un mausolée pour le défunt aux frais du gouvernement »5.

  • 6 « Takhlîd dhikra al-maghfûr lahu Sacd bâshâ », Al-Musawwar, n°171, 20/01/1928, p. 2-3.

6Mais la récupération du projet gouvernemental par le parti Wafd est presque immédiate. Ainsi, l’organisation parlementaire wafdiste crée une « commission de commémoration de Sacd Zaghlûl » (lajnat takhlîd dhikra faqîd al-watan Sacd Zaghlûl bâshâ) dont le but est de gérer la souscription populaire ouverte pour financer la construction du mausolée et de veiller à la réalisation de ce dernier6. Il est intéressant de noter que le président de cette commission est Mustafâ al-Nahhâs, qui vient de succéder à Zaghlûl à la tête du Wafd, tandis que son secrétaire est Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî. En outre, le neveu de Sacd, Fathallah Barakât, se distingue en versant mille livres égyptiennes au titre de la souscription. Ces informations prennent tout leur sens si l’on précise que Mustafâ al-Nahhâs est un chef de parti en quête de légitimité. En effet, la succession de Zaghlûl à la tête du Wafd n’a pas été simple car de nombreux prétendants étaient en lice. Parmi eux se trouvaient Fathallah Barakât et, dans une moindre mesure, Makram cUbayd, Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî et Ahmad Mâhir. C’est finalement la prise de position de Safiyya Zaghlûl, la femme de Sacd, et le soutien des trois derniers prétendants cités qui permettent à al-Nahhâs de l’emporter sur Barakât. Ainsi, la compétition autour de la mémoire de Zaghlûl se développe dès la fin de l’année 1927 entre le Wafd et les libéraux mais aussi, et surtout, au sein même du parti créé par Zaghlûl.

  • 7 Al-Musawwar, n°180, 23/03/1928, p. 1.

7Pour al-Nahhâs, l’évocation du souvenir de Sacd est clairement un moyen de renforcer sa légitimité. Il se pose comme le continuateur de sa mission, l’héritier de son combat et le défenseur de sa mémoire. Dès la fin du mois de septembre 1927, des photographies montrant al-Nahhâs aux côtés de Sacd apparaissent dans Al-Balâgh al-Usbûcî. De plus, le nouveau chef du Wafd multiplie les visites au tombeau de son illustre prédécesseur. Le numéro 44 dAl-Balâgh al-Usbûcî daté du 23 septembre 1927 le montre ainsi prononçant un éloge funèbre devant la sépulture de Zaghlûl. De même, à la suite de sa nomination au poste de premier ministre, le 12 mars 1928, al-Nahhâs vient se recueillir, accompagné par l’ensemble des ministres du nouveau gouvernement, sur la tombe du grand leader7 comme s’il venait y chercher une sorte de bénédiction.

  • 8 Al-Musawwar, n°171, 20/01/1928, p. 2-3.

8Enfin, l’unanimité évoquée plus haut disparaît lorsque l’on se penche sur les débats liés à la construction du mausolée. En effet, dès septembre 1927, des avis divergents quant à l’architecture à choisir s’expriment dans la presse. cUthmân Muharram Pacha, ministre des Travaux publics en charge du projet, rend compte de ces différences d’opinions dans un entretien accordé à Al-Musawwar et publié le 20 janvier 19288. Le ministre y précise que l’idée initiale était de construire le mausolée à l’intérieur d’une mosquée portant le nom de Sacd Zaghlûl. Mais il explique que ce premier projet suscita de nombreuses critiques, les opposants estimant que « sa réalisation conférerait au mausolée une teinte religieuse qui ne faciliterait pas l’accès au tombeau du défunt pour les communautés non musulmanes ». Ces derniers arguaient également du fait que

« Sacd n’était pas le souverain d’une religion parmi les autres, ou le symbole d’une communauté parmi les autres, mais il était le prophète du patriotisme et le symbole de la renaissance nationale à laquelle tous les fils de l’Égypte participèrent, quelles qu’aient été leurs appartenances religieuses, idéologiques ou communautaires ».

  • 9 Coury Ralph M., 1992, “The Politics of the Funeral : the Tomb of Saad Zaghlûl”, Journal of the Amer (...)
  • 10 Coury R. M., op. cit., p. 191-192.

9Le choix final se porte donc en janvier 1928 sur le style pharaonique qui avait d’ailleurs été suggéré par le journal Al-Musawwar lui-même et auquel Safiyya Zaghlûl donne sa préférence. Dans son article intitulé « The Politics of the Funeral : The Tomb of Saad Zaghlul »9, Ralph M. Coury fait état des différentes suggestions architecturales discutées dans la presse de l’époque, Al-Musawwar, mais aussi, et surtout, Al-Ahrâm10.

1928-1930 – Polémiques autour du mausolée

  • 11 Ibid., p. 192.

10La question du style architectural du mausolée débattue dans la presse dès septembre 1927 se transforme en véritable enjeu de politique partisane à partir de juin 1928. Dès le mois de mai, un sénateur égyptien, Mûsâ Fu’âd Pacha, a dénoncé à la chambre « le coût [du projet] dans un pays dans lequel de pauvres paysans vivent de façon misérable » tandis qu’« un autre sénateur, Mahmûd Abu Nasr, s’est plaint [du fait] que les dispositions constitutionnelles n’aient pas été suivies dans l’allocation des fonds »11. Mais, c’est bien à partir de juin 1928 et de la chute du gouvernement d’al-Nahhâs à la suite de l’affaire Sayf al-Dîn que le débat devient polémique. Le 27 juin 1928, Muhammad Mahmûd prend la tête d’un gouvernement de coalition entre le parti de l’Ittihâd (« parti de l’Union »), proche du roi, et les libéraux-constitutionnels, rejetant ainsi le Wafd dans l’opposition. Dès sa prise de fonction, le nouveau premier ministre décide le gel de la construction pour un an puis, en mai 1929, annonce que la situation financière du pays rend impossible la poursuite du projet.

  • 12 Ibid., p. 193.
  • 13 Gershoni et Jankowski, 1986, Egypt, Islam and the Arabs......, op. cit., p. 189.
  • 14 Coury R. M., op. cit., p. 192.
  • 15 Colombe Marcel, 1951, L’évolution de l’Égypte (1924-1950), Paris, Maisonneuve, p. 71.
  • 16 Al-Islâm cAlî, « Darîh Sacd : munâfiqûn hattâ fî-l-dîn », Al-Balâgh, n°2078, 6/02/1930, p. 1.

11Al-Nahhâs, à nouveau au pouvoir du 1er janvier 1930 au 17 juin 1930, relance la construction, tandis que les libéraux-constitutionnels ainsi que d’autres opposants au Wafd entament une violente campagne de presse contre le mausolée. Les arguments invoqués sont d’ordre financier mais aussi religieux. Outre le coût du projet, les libéraux-constitutionnels dénoncent dans leur organe de presse Al-Siyâsa « la nature païenne du mausolée qui viole l’identité de Sacd en tant que musulman »12. Ils menacent même le gouvernement de demander une fatwâ des culamâ’ sur le sujet13. Par ailleurs, le choix du style pharaonique est imputé à l’influence de Makram cUbayd et d’autres coptes éminents au sein du Wafd14. Il faut préciser ici que ces attaques contre les coptes ne sont pas nouvelles. Comme le souligne Marcel Colombe dans son ouvrage sur l’histoire de l’Égypte, « dès 1929, les libéraux-constitutionnels avaient qualifié le Wafd de “délégation de coptes fanatiques” soucieux d’établir leur “suprématie sur les Musulmans” »15. Un certain Alî al-Islâm répond à ces critiques dans un article publié en couverture d’Al-Balâgh du 6 février 1930 en indiquant aux libéraux qu’ils « ne sont pas et ne méritent pas d’être les défenseurs de l’Islam » et en les accusant d’être « hypocrites jusque dans le domaine de la religion »16.

  • 17 Smith Charles D., 1983, Islam and the Search for Social Order in Modem Egypt : A Biography of Muham (...)
  • 18 Je me réfère ici à la note critique de cet ouvrage faite par Israël Gershoni, 1985, “Egyptian intel (...)

12Afin de pouvoir en comprendre toute la signification, cette polémique doit être replacée dans le contexte politique et social propre aux années 1929-1930. Il apparaît alors que les libéraux-constitutionnels invoquent des arguments de type religieux, en partie parce qu’ils savent que ces derniers seront « payants » politiquement. L’analyse de la situation du parti à cette époque faite par Charles D. Smith dans son ouvrage intitulé Islam and the Searchfor Social Order in Modern Egypt : A Biography of Muhammad Husayn Haykal17, se révèle très éclairante sur ce point18. L’auteur explique en effet que

« les défaites électorales chroniques des libéraux-constitutionnels, contrastant avec les triomphes répétés de leur rival, le populiste Wafd, avec toute la frustration que cela pouvait susciter chez les libéraux en tant que minorité politique ; l’exploitation politique de l’islam très largement répandue parmi les rivaux des libéraux, en particulier Al-Azhar et le roi Fu’âd, qui en les qualifiant d’athées et de destructeurs de l’islam cherchait à les discréditer politiquement – tout cela démontrait à Haykal et à ses associés qu’ils ne pouvaient ignorer plus longtemps ni la force de l’Islam dans la société et la politique, ni le rôle central que les masses jouaient de façon croissante dans la formation de l’opinion publique ».

13Smith conclut ainsi :

  • 19 Gershoni I., 1985, “Egyptian intellectual history....”, art. cit., p. 350-351.

« Les libéraux se rendirent compte du fait que s’ils voulaient survivre dans l’arène politique, ils devaient utiliser l’islam comme une arme politique, pour répondre aux attaques de leurs rivaux en termes religieux, pour faire appel aux sentiments religieux populaires et pour apparaître comme les “véritables défenseurs” de l’Islam »19.

14Toutefois, il semble essentiel de ne pas voir uniquement dans les critiques émises par les libéraux-constitutionnels à l’encontre du mausolée une argumentation politique dénuée de tout fondement et invoquée dans une perspective purement utilitariste. En effet, il ne faut pas sous-estimer la culture religieuse parfois très forte de certains membres du parti libéral pour lesquels le respect de l’identité musulmane de Zaghlûl faisait sens. Tel était d’ailleurs le cas pour une partie de la population égyptienne dès 1927 comme en témoignent les débats relatifs à l’architecture du mausolée, évoqués plus haut, dont la presse se fait l’écho à l’époque.

1930-1936 – Sacd Zaghlûl, symbole de la lutte contre la tyrannie

15Le contexte politique de la première moitié des années trente est marqué par l’arrivée au pouvoir d’Ismâcîl Sidqî le 20 juin 1930. Le nouveau gouvernement qui, dès le 12 juillet 1930, suspend la vie parlementaire, bénéficie tout d’abord d’un soutien sans participation des libéraux-constitutionnels. Ces derniers considèrent, en effet, que la source des dysfonctionnements du système parlementaire réside dans la « tyrannie de la majorité ». Ils estiment toutefois que les principes de la Constitution doivent être sauvegardés. La promulgation de la « Constitution Sidqî », qui remet en cause ces principes, entraîne alors le retrait immédiat du soutien libéral le 22 octobre 1930. Le Wafd et les libéraux-constitutionnels unissent alors leurs forces dans une opposition commune au pouvoir tyrannique de Sidqî et du parti qu’il vient de créer, hizb al-shacb (le parti du Peuple). Dès le 31 mars 1931, la coalition est officialisée par la conclusion du pacte patriotique (al-mithâq al-qawmî) qui définit l’ambition des deux partis : œuvrer pour le retour à la Constitution de 1923. Le gouvernement Sidqî tombe le 21 septembre 1933 mais le tyran est remplacé par cAbd al-Fattâh Yahya, tout dévoué à la cause du Palais et auquel succède bientôt Tawfîq Nasîm à la tête d’un cabinet plus neutre. Le 10 décembre 1935, l’ensemble des partis politiques doit encore s’allier dans un Front national (al-jabha al-wataniyya) pour obtenir enfin, deux jours plus tard, le retour à la Constitution de 1923.

  • 20 Al-Balâgh, n°3291, 13/11/1933, p. 4.
  • 21 Al-Musawwar, n°422,11/11/1932, p. 7.
  • 22 Al-Musawwar, n°422,11/11/1932, p. 7 ; Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 10.
  • 23 Al-Balâgh, n°32o8, 23/08/1933, p. 8.

16Dans ce contexte, Sacd Zaghlûl est érigé en modèle de la lutte contre la tyrannie et de la défense de la Constitution et du régime parlementaire. Cette orientation était déjà apparue en 1928-1929 à l’époque du gouvernement autoritaire de Muhammad Mahmûd, comme en témoignent les caricatures d’Al-Balâgh al-Usbûcî. Toutefois, c’est bien avec l’arrivée au pouvoir de Sidqî que l’utilisation de la mémoire de Zaghlûl dans ce sens se systématise. En particulier, la visite au tombeau de Sacd devient l’occasion pour le leader du Wafd de dénoncer l’oppression des gouvernements qui se succèdent sur la période. Tel est le cas, par exemple, le 13 novembre 1933 alors même que la célébration du Jour de la Lutte, en souvenir du 13 novembre 1918 a été interdite et que des cordons de soldats armés cernent la sépulture20. Dans son discours, al-Nahhâs rappelle les grands principes pour lesquels son prédécesseur s’est battu : l’indépendance totale mais aussi la liberté et la souveraineté du peuple grâce à la Constitution de 1923. Sacd doit alors être pris comme un exemple de patience, de fermeté, de sacrifice et de dévouement dans la lutte pour le retour à cette Constitution. Par ailleurs, les premiers éléments relatifs à la période du « Gouvernement du peuple », dirigé par Zaghlûl en 1924, apparaissent. On souligne les principales lignes de son programme (liberté, réforme, indépendance totale) et le fait qu’il s’agissait du premier gouvernement constitutionnel de l’Égypte21. En outre, le parallèle entre la lutte de Zaghlûl contre le gouvernement tyrannique de Zîwar Pacha et celle d’al-Nahhâs contre celui de Sidqî est mis en évidence. Plus encore qu’en 1927-1928, la coalition de 1926 devient le modèle à imiter22, Sacd symbolisant alors le rassembleur de la nation dans la lutte contre l’oppression. Enfin, à l’occasion de la commémoration de la mort de Zaghlûl en 1933, Nahhâs rappelle l’union sacrée des coptes et des musulmans que le grand leader avait réussi à réaliser et qui a fait le succès de la révolution de 1919 au cours de laquelle « le sang de l’Égyptien s’est mélangé au sang de l’Égyptien, et le sang du musulman au sang de son frère le copte, morts en martyrs ensemble pour la croyance en la patrie, religion de tous »23. En soulignant la continuité avec Zaghlûl, al-Nahhâs veut renforcer sa légitimité ainsi que la place du parti au sein de la coalition mais aussi mettre en avant l’importance de l’union, élément essentiel dans le combat pour le retour à la Constitution de 1923 et l’obtention de l’indépendance.

  • 24 Terry Janice, 1982, The Wafd 1919-1952, Cornerstone of Egyptian Political Power, London, Third Worl (...)
  • 25 Al-Balâgh, n°32o8, 23/08/1933, p. 8.
  • 26 Al-Musawwar, n°422, 11/11/1932, p. 2-3.

17C’est également au cours de ces années que Safiyya, la femme de Sacd, apparaît comme la gardienne de la mémoire de son défunt mari. En outre, elle devient à son tour un symbole de résistance à la tyrannie. Ainsi, une fois la construction du mausolée achevée au cours de l’hiver 1931, elle refuse la proposition de Sidqî de transformer le tombeau en panthéon des grands hommes de la nation. En guise de « représailles », ce dernier procède au déplacement de momies du Musée égyptien au mausolée afin de rendre impossible le transfert de la dépouille de Sacd qui risquerait de se transformer en une manifestation de soutien au Wafd. De même, lorsque Sidqî interdit à la fin de l’année 1932 toute utilisation politique de Bayt al-Umma, Safiyya réagit immédiatement en publiant une lettre indignée qui accroît sa popularité et renforce l’unité bien malmenée du parti autour de sa personne24. La femme de Sacd Zaghlûl exerce alors une influence politique importante au sein du Wafd, notamment à travers le soutien qu’elle accorde à l’époque à al-Nahhâs. Ce dernier apparaît de plus en plus souvent aux côtés de Safiyya, en particulier lors des commémorations de la mort de Sacd25. Pour al-Nahhâs, Safiyya joue le rôle de caution de sa légitimité à se présenter comme l’héritier de Zaghlûl. De la même façon, le fait d’installer son bureau à Bayt al-Umma, qui est aussi devenu un symbole de la lutte contre l’oppression et pour l’indépendance26, est un moyen supplémentaire pour le chef du Wafd de souligner la continuité avec Sacd.

  • 27 Pour de plus amples détails sur la scission de 1932, voir Deeb Marius, 1979, Party Politics in Egyp (...)
  • 28 Deeb Marius, Party Politics..., op. cit., p. 247.
  • 29 Colombe Marcel, L’évolution de l’Égypte..., op. cit., p.15.
  • 30 Al-Musawwar, n°422, 11/11/1932, p. 9.
  • 31 Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 8.

18Ce soutien de Safiyya à al-Nahhâs prend toute son importance dans les années 1931-1932. En effet, le parti se divise, dès juin 1931, entre « radicaux » et « modérés » sur la question de l’opportunité d’une campagne contre la Grande-Bretagne. Au premier groupe appartiennent, entre autres, Mustafâ al-Nahhâs, Makram cUbayd, Ahmad Mâhir et Mahmûd Fahmî al-Nuqrâshî ; au second, un grand nombre de leaders du parti dont Fathallah Barakât, Hamd al-Bâsil ou encore Fakhrî cAbd al-Nûr. Les tensions atteignent leur apogée à la fin de l’année 1932 et la scission devient inévitable27. En novembre, al-Nahhâs, appuyé par Safiyya, exclut Muhammad Najîb al-Gharâblî, cAlî Shamsî ainsi que huit autres membres modérés du parti dont Hamd al-Bâsil et Fathallah Barakât. Ces exclus de 1932, qui forment bientôt le Wafd sacdiste (al-wafd al-sac28) ou Parti sacdiste (al-hizb al-sac29), ne jouent qu’un rôle politique marginal. Cependant, la manière dont ils utilisent la mémoire de Sacd Zaghlûl se révèle intéressante à analyser. Les leaders du Wafd sacdiste se réclament, en effet, de Zaghlûl dont ils estiment être les véritables héritiers. En quête de légitimité, ils tentent alors de mettre en valeur la relation personnelle qu’ils ont entretenue avec Sacd au cours des années vingt30. De plus, ils se font un devoir de commémorer sa mort au cours d’une visite au tombeau distincte de celle des membres du Wafd « officiel ». Le numéro 3208 d’Al-Balâgh daté du 23 août 1933 rend ainsi compte de ces visites successives31. Les exclus de 1932, sous la conduite d’Al-Bâsil et Al-Gharâblî, déposent des fleurs, récitent la première sourate du Coran, la fâti-ha, et prononcent deux discours très courts, implorant Dieu d’accorder sa miséricorde à l’âme de Sacd, mais aussi de leur donner la victoire sur les ennemis du pays, en les aidant à rester fidèles à leurs principes et en les guidant sur le droit chemin, « al-sirât al-mustaqîm ». Ces paroles semblent suggérer le début d’une utilisation de la mémoire de Zaghlûl dans un sens un peu plus religieux. Toutefois, le manque d’éléments relatifs à ces exclus de 1932, dont le parti très peu organisé ne disposait pas, à ma connaissance, d’organe de presse, incite à la plus grande prudence dans l’analyse.

La domination d’une image

Un homme remarquable

19Ses qualités personnelles font de Sacd un être d’exception. C’est en tout cas en ces termes que le décrivent les journalistes d’Al-Balâgh qui lui consacrent de nombreux articles entre 1927 et 1936.

20Ces derniers insistent tout d’abord sur les aspects de sa personnalité qui relèvent de la moralité. Sont ainsi vantées sa loyauté, son intégrité (wafâ’), son honnêteté, sa franchise (sarâha) et sa droiture (istiqâma). La période de la vie de Zaghlûl antérieure à 1914 permet alors d’illustrer abondamment ces traits de caractère. Les auteurs des articles reviennent ainsi sur ses carrières d’avocat et de juge au cours desquelles ces qualités ont d’abord été remarquées. Ils soulignent également le fait qu’elles en faisaient un ministre à part, refusant à la fois la corruption et la soumission au conseiller britannique. À ce propos, l’hommage public rendu par Lord Cromer à la compétence, la sincérité, la droiture et au courage de Sacd dans son discours d’adieux est fréquemment cité.

21En outre, ses capacités intellectuelles sont mises en avant. En évoquant ses années de formation à l’école coranique puis à Al-Azhar auprès de Muhammad cAbduh et Gamâl al-Dîn al-Afghânî, les journalistes font référence à la précocité du génie de Sa’d (cabqariyya). Par ailleurs, ils ne cessent de louer ses qualités d’écrivain et d’orateur. Ses discours sont toujours très largement cités. Une rubrique intitulée « Kalimât Sacd » est même consacrée par Al-Balâgh al-Usbûcî aux citations les plus brillantes du grand leader. De plus, les longues descriptions de sa vie quotidienne au cours des deux exils successifs sont l’occasion de rappeler que Sacd prenait des cours d’anglais auprès de Makram cUbayd. Il s’agit alors de souligner son intérêt pour les langues étrangères mais aussi sa facilité à les apprendre malgré son âge avancé. Il est ainsi précisé que, bien qu’ayant étudié le français vers 40 ans, Sacd en a acquis une maîtrise parfaite et qu’il parlait également l’allemand.

22D’autre part, l’homme est décrit comme travailleur, persévérant, patient (sâbir), en particulier dans la lutte qu’il mène sans relâche pour l’indépendance à partir du 13 novembre 1918. Il fait également preuve de fermeté, de résolution (cazm) lors des négociations avec les autorités britanniques. Sa volonté de fer fait l’admiration de tous. Il est fier et conserve toujours sa dignité (karâmà). Mais il a aussi un sentiment de responsabilité exacerbé (mas’uliyya) et ne tombe jamais dans l’extrémisme. Il incarne en fait la figure du « vieux sage » (hakîrri), ainsi que celle déjà évoquée de l’union (itti-hâd). C’est l’exemple à suivre par excellence.

  • 32 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°42,9/09/1927, p. 4-5 ; n°43, 16/09/1927, p. 14-16 ; n° 44, 23/09/1927, p. 6- (...)

23Par ailleurs, il est fidèle à l’engagement patriotique qu’il prend dès 1882 en participant à la révolution de cUrâbî. Tous les auteurs soulignent ainsi la continuité de cette « vocation nationale ». En outre, Zaghlûl se fait le champion de la lutte pour l’indépendance totale, principe sur lequel il ne transige pas. Il est aussi présenté comme le défenseur acharné de la démocratie, de la Constitution et de la vie parlementaire. Afin de mieux illustrer cet aspect, Al-Balâgh al-Usbûcî décide de reproduire dans les numéros qui sortent immédiatement après la mort de Zaghlûl une série d’articles de sa main, intitulée « La révolution du gouvernement contre la Constitution » (thawrat al-wizâra calâ al-dustûr)32 et qui avait déjà été publiée dans Al-Balâgh al-Yawmî à la fin de l’année 1925. Sacd s’illustre ainsi également par sa lutte pour la liberté et contre la tyrannie du gouvernement Zîwar.

  • 33 Entre autres : cAbd al-Qâdir Hamza, « Al-zacîm al-akbar fi hayâtihi al-khâssa », Al-Balâgh al-Usbûc(...)

24Enfin, quelques auteurs évoquent également la personnalité de Sacd Zaghlûl dans sa vie privée33. C’est encore une fois l’occasion pour eux de souligner le caractère exceptionnel du personnage jusque dans les activités de la vie quotidienne. Le programme de la journée de Sacd est ainsi détaillé presque heure par heure, ce qui permet encore d’illustrer l’ensemble des vertus décrites ci-dessus.

Le sacrifice pour la patrie

25Cependant, peut-être plus encore que le caractère exceptionnel du personnage, ce sont les souffrances (al-âlârri) endurées par Sacd au cours de sa longue lutte, ainsi que l’épuisement qui en résulte et qui le conduit à la mort, que la presse des années 1927-1936 met en avant.

  • 34 Al-Balâgh al-Usbûcî n°41, 2/09/1927, p. 8, 9, 11.
  • 35 Al-Balâgh al-Usbûcî n°45, 30/09/1927, p. 9.
  • 36 Al-Balâgh al-Usbûcî n°41, 2/09/1927, p. 26.
  • 37 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°43, 16/09/1927, p. 3-9.
  • 38 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°45, 30/09/1927, p. 4-5.

26Les deux exils successifs auxquels il a été condamné constituent ainsi l’un des sujets le plus fréquemment traités. Sur les quatre numéros de septembre 1927 d’Al-Balâgh al-Usbûcî, on dénombre six longs articles de plusieurs pages qui y sont consacrés. L’exil est décrit par Zaghlûl lui-même dans des lettres34envoyées à ses proches des Seychelles ou de Gibraltar et sont non seulement publiées par le journal mais aussi reprises dans des discours eux-mêmes reproduits dans l’hebdomadaire35. Mais d’autres témoins exposent aux lecteurs ces mêmes événements auxquels ils ont, d’une manière ou d’une autre, pris part. Ainsi, Safiyya36 et cAbd al-Qâdir Hamza37 livrent deux récits distincts de l’arrestation de Sacd puis de son transfert aux Seychelles, tandis que Makram cUbayd, qui accompagne alors Zaghlûl, retrace son déplacement des Seychelles à Gibraltar38. Le thème de l’exil est également traité de manière indirecte par la description de l’accueil que les Égyptiens réservent à Sacd à chacun de ses retours au pays. De nombreuses photographies de Zaghlûl et de ses compagnons d’exil permettent en outre d’illustrer ces deux épisodes majeurs.

  • 39 Al-Balâgh al-Usbûcî, n° 41, 2/09/1927, p. 28.
  • 40 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°45, 30/09/1927, p. 19.

27Outre les exils, l’attentat dont Zaghlûl a été victime le 12 juillet 1924 à la gare du Caire, alors qu’il s’apprêtait à partir pour négocier en Grande-Bretagne, est aussi fréquemment évoqué. Il s’agit là de louer le sang-froid (thabât ja’sh), assimilé par l’ensemble des journalistes à la notion de courage (al-shajâ’a), dont Sacd a fait preuve lors de cet événement39. Mais c’est aussi l’occasion de souligner les peines endurées par Sacd qui, blessé, est admis à l’hôpital du docteur cAlî Bey Ibrahim Râmiz pour y être soigné. De nombreuses photographies le montrant convalescent témoignent ainsi du fait que « Sacd Zaghlûl souffre le martyre pour la patrie » (Sacd yatahammal al-âlâm fi sabîl al-watan)40.

  • 41 Al-Balâgh aI-Usbûcî, n°42, 9/09/1927, p. 18.
  • 42 Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 1.
  • 43 Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 14.

28D’autre part, les journalistes font également de nombreuses allusions à l’âge avancé d’un homme qui commence véritablement sa carrière politique en 1918 alors qu’il a déjà une soixantaine d’années, ainsi qu’à son état de santé précaire41 qui, entre autres, rend l’exil d’autant plus intolérable42. Enfin, la maladie des derniers jours suivie de sa mort43 fait l’objet de longues descriptions qui permettent de montrer comment l’épuisement dû à la lutte conduit à l’issue fatale.

Sacd, leader de l’Orient

  • 44 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°46, 7/10/1927, p. 14.
  • 45 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°92, 24/08/1928, p. 30-33.

29Quant à la référence à Sacd Zaghlûl considéré non pas uniquement comme le leader de l’Égypte, mais comme celui de tout l’Orient, elle évolue légèrement au cours de la période. Vers 1927-1928, elle relève plutôt de l’ordre de l’anecdote. Al-Balâgh al-Usbûcî publie, dans son numéro du 7 octobre 1927, un éloge funèbre composé par un poète irakien à l’occasion de ses funérailles44et qui se révèle intéressant à analyser. En effet, si l’auteur décrit bien la profonde tristesse ressentie par le peuple irakien à l’annonce de la mort de Zaghlûl, il n’utilise jamais le terme de « leader de l’Orient » (zacîm al-sharq) pour qualifier le défunt. Même si sa popularité avait traversé les frontières, Sacd est, pour le poète, « [lié] à l’Égypte et l’Égypte à Sacd, comme deux frères dans l’amour et l’intimité ». La seule référence explicite faite à Sacd, « leader de l’Orient » dans Al-Balâgh al-Usbûcî, l’année qui suit la mort de Zaghlûl, se trouve dans le numéro du 24 août 1928. Sous le titre « Sacd zacîm al-sharq », sont présentées les opinions de différents dirigeants de Singapour au sujet de Zaghlûl45.

  • 46 « Kayfa nukhallid dhikra Sacd », Al-Musawwar, n°411, 26/08/1932, p. 3.

30En 1932, dans un article consacré par Al-Musawwar à l’analyse de la commémoration de Sacd jugée insuffisante pour un dirigeant de cette envergure, apparaît l’expression « leader de l’Égypte et de l’Orient » (zacîm misr wa-l-sharq)46. L’auteur ne développe cependant pas cette idée qui ne constitue pas le thème central de son texte.

  • 47 « Khutbat Al-Nahhâs bâshâ calâ al-darih », Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 8.

31De même, dans le discours qu’il prononce à l’occasion du sixième anniversaire de la mort de Zaghlûl47, Mustafâ al-Nahhâs souligne le fait que le souvenir de Sacd n’est pas mort. Au contraire, il s’élève non seulement dans le cœur des Égyptiens mais aussi dans celui des Orientaux (al-sharqiyyîn). Là non plus, l’allusion n’est pas développée, le chef du Wafd préférant s’étendre plus longuement sur le thème de l’union sacrée entre coptes et musulmans.

  • 48 Gershoni et Jankowski, 1995, Redefining..., op. cit., p. 147-148.

32Même s’il ne s’agit pas encore d’un élément essentiel, la dimension « orientale » de l’image de Zaghlûl évoquée par al-Nahhâs semble correspondre à un intérêt nouveau du Wafd pour le monde arabe. En effet, dès 1931, certains membres du parti commencent à publier des articles dans des journaux de tendance nationaliste arabe comme Filastîn ou encore Mir’ât al-sharq. Parmi eux se trouve Makram cUbayd. Dans un discours prononcé au Liban et publié dans Filastîn le 3 août 1931, ce dernier rappelle les liens du sang, de la langue, de l’histoire et de la religion qui unissent les Arabes et met aussi en évidence « le lien de la souffrance »48 qui lie les peuples arabes victimes de la colonisation. Dans ce contexte, l’évocation de Sacd en tant que « leader de l’Orient » permet de donner une certaine légitimité à cette nouvelle orientation qui se fait jour en l’inscrivant dans une continuité.

Notes de fin

1 Al-Râficî cAbd al-Rahmân, 1987, Fî acqâb al-thawra al-misriyya (thawrat 1919), Le Caire, Dâr al-Macârif, 4e éd., vol. 1, p. 344-345.

2 Cf. Sommaire de l’ouvrage de Muhammad Ismâcîl al-Buhayrî, 1927, cAbârât al-sharq, Le Caire, Matbacat al-Sacâda, p. 392-398.

3 Haykal Muhammad Husayn, « Ma’tam al-watan », Al-Balâgh al-Usbûcî, n°41, 2/09/1927, p. 26.

4 Al-Balâgh al-Usbûcî n°43, 16/09/1927, p. 10-11.

5 Al-Râficî cAbd al-Rahmân, Fî acqâb al-thawra al-misriyya (thawrat 1919), op. cit., p. 345.

6 « Takhlîd dhikra al-maghfûr lahu Sacd bâshâ », Al-Musawwar, n°171, 20/01/1928, p. 2-3.

7 Al-Musawwar, n°180, 23/03/1928, p. 1.

8 Al-Musawwar, n°171, 20/01/1928, p. 2-3.

9 Coury Ralph M., 1992, “The Politics of the Funeral : the Tomb of Saad Zaghlûl”, Journal of the American Research Center in Egypt, n°39, p. 191-200.

10 Coury R. M., op. cit., p. 191-192.

11 Ibid., p. 192.

12 Ibid., p. 193.

13 Gershoni et Jankowski, 1986, Egypt, Islam and the Arabs......, op. cit., p. 189.

14 Coury R. M., op. cit., p. 192.

15 Colombe Marcel, 1951, L’évolution de l’Égypte (1924-1950), Paris, Maisonneuve, p. 71.

16 Al-Islâm cAlî, « Darîh Sacd : munâfiqûn hattâ fî-l-dîn », Al-Balâgh, n°2078, 6/02/1930, p. 1.

17 Smith Charles D., 1983, Islam and the Search for Social Order in Modem Egypt : A Biography of Muhammad Husayn Haykal, Albany New York, Suny Press.

18 Je me réfère ici à la note critique de cet ouvrage faite par Israël Gershoni, 1985, “Egyptian intellectual history and Egyptian intellectuals in the interwar period”, Asian and African Studies, 19, p. 333-364.

19 Gershoni I., 1985, “Egyptian intellectual history....”, art. cit., p. 350-351.

20 Al-Balâgh, n°3291, 13/11/1933, p. 4.

21 Al-Musawwar, n°422,11/11/1932, p. 7.

22 Al-Musawwar, n°422,11/11/1932, p. 7 ; Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 10.

23 Al-Balâgh, n°32o8, 23/08/1933, p. 8.

24 Terry Janice, 1982, The Wafd 1919-1952, Cornerstone of Egyptian Political Power, London, Third World Centre for Research an Publishing Ltd, p. 226 ; Al-Musawwar, n°422, 11/11/1932, p. 6.

25 Al-Balâgh, n°32o8, 23/08/1933, p. 8.

26 Al-Musawwar, n°422, 11/11/1932, p. 2-3.

27 Pour de plus amples détails sur la scission de 1932, voir Deeb Marius, 1979, Party Politics in Egypt : The Wafd and its Rivals 1919-1939, Londres, Ithaca Press, p. 243-248 ; Al-Musawwar, n°421, 4/11/1932, p. 2, 4.

28 Deeb Marius, Party Politics..., op. cit., p. 247.

29 Colombe Marcel, L’évolution de l’Égypte..., op. cit., p.15.

30 Al-Musawwar, n°422, 11/11/1932, p. 9.

31 Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 8.

32 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°42,9/09/1927, p. 4-5 ; n°43, 16/09/1927, p. 14-16 ; n° 44, 23/09/1927, p. 6-7 ; n°45, 30/09/1927, p. 6-7 ; n°46, 7/10/1927, p. 6-9 ; n°47, 14/10/1927, p. 6-7.

33 Entre autres : cAbd al-Qâdir Hamza, « Al-zacîm al-akbar fi hayâtihi al-khâssa », Al-Balâgh al-Usbûcî n°41, 2/09/1927, p. 3-5 ; « Sacd fî hayâtihi al-khusûsiyya », Al-Musawwar, n°202, 24/08/1928, p. 5 ; cAbd al-Qâdir Hamza, « Kayfa kâna Sacd fi baytihi », Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 1.

34 Al-Balâgh al-Usbûcî n°41, 2/09/1927, p. 8, 9, 11.

35 Al-Balâgh al-Usbûcî n°45, 30/09/1927, p. 9.

36 Al-Balâgh al-Usbûcî n°41, 2/09/1927, p. 26.

37 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°43, 16/09/1927, p. 3-9.

38 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°45, 30/09/1927, p. 4-5.

39 Al-Balâgh al-Usbûcî, n° 41, 2/09/1927, p. 28.

40 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°45, 30/09/1927, p. 19.

41 Al-Balâgh aI-Usbûcî, n°42, 9/09/1927, p. 18.

42 Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 1.

43 Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 14.

44 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°46, 7/10/1927, p. 14.

45 Al-Balâgh al-Usbûcî, n°92, 24/08/1928, p. 30-33.

46 « Kayfa nukhallid dhikra Sacd », Al-Musawwar, n°411, 26/08/1932, p. 3.

47 « Khutbat Al-Nahhâs bâshâ calâ al-darih », Al-Balâgh, n°3208, 23/08/1933, p. 8.

48 Gershoni et Jankowski, 1995, Redefining..., op. cit., p. 147-148.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable