Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Images savantes, précieuses, populaires

Iconographie et magie dans l’art égyptien contemporain*

Lilianne Karnouk

Texte intégral

  • * Traduit de l'anglais par Christine WOLFF.
  • ** Artiste-peintre, journaliste, Le Caire.

1Note portant sur l'auteur**

2C'est Georges Henein, l'écrivain polémiste et l'un des chefs de file du mouvement surréaliste en Égypte, qui a défini la magie comme une force qui réconcilie deux aspirations contradictoires coexistant dans la mentalité populaire : le besoin de mystère et la recherche de l'immédiate utilité.

3Il n'est donc pas étonnant que, à la fin des années 1940, certains peintres égyptiens, parmi les intellectuels soucieux d'encourager l'émergence d'une identité autochtone et partisans du changement par l'action révolutionnaire, se soient laissés fasciner par la notion de magie.

4Certains se sont consacrés à la formulation d'un art authentiquement égyptien, et ont traduit en oeuvres artistiques leurs méditations sur la magie. Héritiers légitimes de la génération surréaliste, ces peintres étaient en quête d'une relation entre art et magie ancrée dans les représentations d'une symbolique visuelle se manifestant dans les arts populaires. La démarche consistant à transférer leur force occulte en tableaux s'apparentait à un exorcisme, à une sublimation de la superstition qui, généralement associée au sous-développement culturel, était perçue, par le biais de la création artistique, comme un accomplissement de soi-même.

5Il n'est pas surprenant non plus que les deux principaux protagonistes de ce mouvement qui devait être intitulé "le réalisme folklorique" fussent eux-mêmes enfants de religieux musulmans. De ce fait, Al-Jazzar et Nada étaient tous deux fils de cheikhs. Nada relève ceci :

  • * En français dans le texte
  • 1 AL-SHARUNI Sobhi, Abd al-Hadi al-Jazzar, Hayat al-Kutub. 1966, p. 10.

Je vivais dans le quartier de Beghala environné d'une atmosphère religieuse puisque mon père était "cheikh". Il me parlait souvent des "dérangés"* et des "derviches", et moi, comme beaucoup d'autres, je m'inclinais devant eux et baisais leurs mains pour la grâce de Dieu et des esprits. L'âge adulte m'incita à davantage aiguiser ma curiosité d'esprit. Je commençai à m'intéresser à la psychologie et à lire des ouvrages de psychanalyse, certains travaux de Freud et Eddar sur le comportement pathologique déguisé. Je perçus le tragique conflit entre vie intérieure et extérieure dans les milieux très modestes, et me rendis compte à quel point la vie de ceux qui sont assis au café pareils à des statues de pierre était creuse et superficielle. Ces crânes chauves, ces doigts grassouillets, ces gros pieds dans des chaussons jaunes et rouges - tous me semblaient contradictoires et comiques. De nombreux aspects de la vie locale me faisaient hocher la tête en signe d'empathie1.

6Nada et Al-Jazzar connaissaient, tous deux, les conditions du sous-développement et étaient sensibles à l'urgence des aspirations révolutionnaires.

7En scrutant les ruelles des quartiers pauvres de la ville, ils espéraient entrer en contact avec un esprit du lieu, une "âme" égyptienne, une mystérieuse essence cachée prenant racine dans les traditions anciennes et encore manifestes dans les arts populaires. Cette tradition était encore chargée de signification magique, et, pour les artistes, ceci revêtait une double importance. La croyance magique révélait l'aspect régional d'une logique pré-rationnelle qu'ils apparentaient au message surréaliste. Elle exprimait aussi l'état de la condition culturelle et humaine qu'ils voulaient dévoiler en tant qu'artistes réalistes. Le parti pris d'objectivité et d'imagination est bien évoqué par ce témoin décrivant le travail d'Al-Jazzar en 1950 :

  • 2 MULLER Edmond, Loisir, numéro spécial sur l'Année égyptienne des arts et des lettres, 1950.

En maraudant dans les bas-quartiers de nos grandes villes, Jazzar capte l'événement étrange, la pose inattendue, les formes grotesques, le champ entier des superstitions héritées des âges obscurs, que les individus traînent et dont ils se servent pour se défendre contre les mauvais sorts. Comme un étudiant en folklore, il couche tout dans son carnet de croquis. De retour à l'atelier, il transposera ces scènes prises sur le vif en toiles où, plus tard, elles nous sembleront des visions issues du subconscient. Elles seront rendues par des couleurs franches, des pâtes granuleuses, et en un style visuel calligraphique proche des graffiti artistiques couvrant les murs de leurs maisons, avec toutes les outrances dont ces artistes locaux ont usé afin de libérer leurs consciences effrayées au contact des mystères de l'existence.2

ABD AL-HADI AL-JAZZAR
Mechanics of Destiny, 1953. (Ph. L. Karnouk)

HAMID NADA
Woman with cat and cock, 1979. (Ph. Sobhi al-Sharouni)

8Pour saisir l'impact de la magie sur l'iconographie populaire, on doit se souvenir qu'en Égypte la doctrine islamique a découragé l'emploi d'une imagerie expressément figurative depuis plus de douze siècles. Toutefois, des images archétypales d'origine pharaonique et copte persistèrent à travers les âges, cristallisées sous des formes abstraites dans les arts populaires, tatouages, costumes, dessin ornemental et peinture naïve. Comme images devenues supports de superstition et de magie, elles ont acquis de plus en plus de portée symbolique, et conservé intacte, à travers les temps, leur valeur d'archétype.

9Cette situation diffère de celle qui a pu être observée en Europe. Dans le courant du xxème siècle, l'Occident semblait avoir épuisé ses propres ressources en imagerie visuelle traditionnelle après des siècles d'usage, de répétitions et (dernièrement) d'abus dans la publicité. En fait, il est admis que la dégénérescence graduelle des archétypes en clichés, dans le monde occidental, a représenté un élément de soutien capital à l'élan vers la peinture abstraite, à l'outrance de Dada, et, avec le surréalisme, à la culture du délire.

10Les jeunes artistes révolutionnaires égyptiens transposèrent en tableaux l'image et son contenu magique. En l'éloignant de son contexte originel, ils démystifiaient ses symboles et récoltaient les prémices d'une nouvelle iconographie égyptienne. La porte de la caverne d'Ali Baba était ouverte : symbole paléolithique de la main sanglante, protection biblique contre le courroux de Moïse l'oeil de Fatima, protection contre le mauvais oeil…, l'oeil de Rê, le croissant de lune, la vierge Marie, la couleur bleue, la turquoise sacrée, la couleur verte… La toile d'araignée, l'ondulation du serpent, la carapace de tortue, le lézard, le rat, le poisson… Le boeuf Apis, le taureau ailé assyrien, le cheval de Troie, le cheval ailé du Prophète, l'Anubis chien de garde, le chat blanc et noir… La verticalité du palmier, la solidité du sycomore, le blé, la poussière… Le scorpion, la clé, le sabre, la pipe à hachich, les chapelets, les cartes à jouer… L'échelle humaine : les corps déformés comme les momies, les babouins, les foetus… La femme nue et son correspondant masculin, le coquillage, le linge pendu…

11Mahmud Sa'id, le peintre alexandrin, a eu aussi l'intuition que les animaux domestiques tels le chat, l'âne ou le pigeon, ou que les objets de tous les jours comme la gargoulette ou le filet de pêche, étaient des éléments jouant, en tant qu'images, un rôle ambivalent, comme dans les contes magiques médiévaux des Mille et une nuits. Mais ses prédécesseurs, les jeunes peintres de la fin des années quarante, allèrent encore plus loin. Ce qui suit est la traduction d'extraits de poèmes illustrés par Al-Jazzar :

  • 3 AL-JAZZAR Abd al-Hadi, extraits de poèmes illustrés en possession de la veuve du peintre (traducti (...)

Derrière les murs noirs, ils se tiennent
Les poumons gonflés,
Dans la forme de leurs gosiers, dans leurs oreilles rouillées
J'entends leur chant
Mugissant, mugissant
L'Hymne des scarabées avec les mouches vertes de l'amour
Le sang qui s'infiltre et abreuve le rayon jaune
Qui prend au coeur, qui dénoue la culture, qui boit
Qui compose de tout temps le langage de la soie jaune
La plaintive attente des loups, apparaissent dans l'odeur de sueur
Des processions qui s'alignent… s'alignent pour la folie…
Et la couleur du soleil est nouée à mes couronnes,
Et les bracelets d'amour, que je lègue après moi,
Et la fidèle étoile, que je porte sur mes épaules,
Et avec qui je vogue dans l'inconnu… mon pipeau
Appelle pour réclamer la création et
Tous chantent
L'Hymne des scarabées et des mouches de l'amour vert3.

12Al-Jazzar chantait souvent des poèmes comme celui-ci, en s'accompagnant de l’oud (ce qui explique pourquoi certains artistes égyptiens connaissent ces poèmes sans que ceux-ci n'aient jamais été publiés). Il est né à Alexandrie en 1925. Toutefois, il passa ses années de formation surtout à Sayyida Zaynab, un quartier du Caire où les mouleds ou offices religieux ont été célébrés depuis l'époque fatimide, et où toutes les formes de magie populaire sont encore pratiquées : bonne aventure, rites de purification, exorcismes collectifs, médecine populaire et sorcellerie.

13Le fils de religieux traditionnel, Al-Jazzar, était aussi l'élève de l'artiste Husayn Yusuf Amin, qui avait passé plusieurs années au Brésil, autre pays dont la culture populaire est très influencée par la magie. On peut imaginer comment Al-Jazzar commença à associer l'aspect intuitif de l'art, l'âme, à la composante essentielle des arts populaires, "le non-dit latent". La tentative pour fondre sa vision poétique dans la mémoire collective était esthétiquement révolutionnaire. En outre, elle exprimait une sorte de coalescence du rôle principal d'artiste révolutionnaire qu'il envisageait et de la figure métaphysique du sorcier, laquelle se manifeste explicitement dans certains de ses tableaux. De même que dans l'antique principe égyptien qui affirme l'unité de l'Acte et de la Voix, Al-Jazzar a ressenti la magie comme la libération d'un pouvoir sous une forme effective et par un acte de volonté. Le sorcier (ou le chaman des sociétés primitives) est à la fois artisan et utilisateur de cette clé du pouvoir. Il est aussi le lointain descendant de l'antique "Maître-de-la-voix", un héritier du dieu Thot, le magicien. Il est également le faiseur de révolutions, l'artiste contestataire qui suscite l'esprit de changement. Ceci est formulé par Georges Henein dans son essai précédemment mentionné : "Considérations sur la magie d'une Égypte à l'autre". En ces termes :

  • 4 HENEIN Georges, "Considérations sur la magie d'une Égypte à l'autre", La Femme nouvelle, déc. 1950 (...)

A distance égale du prêtre et du savant, le Magicien issu du premier et contribuant à l'apparition du second, n'a au fond, rien d'un médiateur et sa position se distingue de celle de ses collègues par son manque permanent de confort (…). Bien plus, il est la contestation même tant il est vrai qu'il porte en lui à la fois le sacré et la nécessité de s'en exclure4.

14Les notions de sacré et de scientifique sont illustrées dans cet autre poème de Al-Jazzar :

  • 5 Cf. note 3.


Processions vers d'infinis lointains
Leurs pipeaux, cymbales et tambourins résonnant tout bas
Ils viennent d'un printemps qui fut abreuvé de sang
Ils viennent, ô rêveur de la nuit, du jour, des ans
Ils viennent, ô maître de beauté, gloire, magie

Vous qui souhaitez la lumière, regarde : les créatures
Et voyez leur nature
Tournoyez, fléchissez et riez avec elles
Suivez-les.
Vous trouverez les sens dans les cellules, dans les mathématiques, dans l'algèbre.
Et merveille des merveilles !
Dans le bien-aimé chef-d'oeuvre des chefs-d'œuvre
Lui, à qui le mystère de l'être s'est révélé
A lui est l'être5.

15Si le double de Al-Jazzar était le symbole mâle du sorcier, la muse de Nada était personnifiée par la fabuleuse Schéhérazade et toute sa descendance féminine. En fait, comme un préalable à son oeuvre. Nada aime à se rappeler les bribes des contes populaires magiques de sa nourrice, qui imprègnent encore sa mémoire visuelle :

Je suis une tisserande, commença-t-elle : dès l'aube, je file et noue mes laines colorées et le soir venu je vends mon travail du jour dans les rues de la ville. La nuit dernière, je remarquai une pittoresque et joyeuse compagnie en avant de moi. Comme je m'approchai, je vis que c'était un fier coq et cinq poulets. Le coq chantait et ses compagnons reprenaient la chanson après lui. Cela se répétait encore et encore. A la fin je m'enhardis à demander : "Depuis quand les poulets chantent-ils comme des coqs ? ". A quoi les poulets répondirent en choeur, en se moquant : "O vraiment, et depuis quand une jolie tisserande vend-elle ses travaux à minuit passé ? ". Plus tard, je les vis disparaître dans un trou profond à terre, je les suivis ; le trou conduisait à un beau château dans l'enfer. Je les vis retirer leurs plumes et leur peau et …
L'histoire continue.

  • 6 LACOUTURE Simonne, La Revue du Caire, nov. 1954.

16Les contes égyptiens se composent de fragments entrelacés de mythes grecs et pharaoniques, de légendes africaines et de récits des Mille et une nuits. Au fil du temps, le sens et l'origine des histoires se sont perdus, et des canevas se sont dégagés, que chaque narrateur se sent libre de broder au gré de sa propre imagination. De plus, l'aspect oral des fables permettait à chaque conteur d'élaborer son propre mode d'interprétation et de s'exprimer en tant qu'artiste. Il y a un autre aspect qui a fasciné Nada. Il s'agit de l'ambivalence mythique des personnages en tant que faculté à muer leur nature de l'humain au minéral, à l'animal et au végétal, aussi bien que la totale abolition d'une notion brouillée d'espace. La traduction de cet univers métamorphique en peinture a inspiré Nada d'une certaine façon, mais elle diffère de celle de Paul Klee lequel a exprimé la volonté que ses peintures "eussent la consonance des contes de fée". Mais les peintures de Nada sont essentiellement autobiographiques. Sur ses toiles, la magie est cernée par les murs de la maison communale où il a grandi, elle est sensible dans la sérénité du linge étendu projetant une ombre sur les murs de la terrasse, dans l'énorme chat noir qui traverse une table couverte d'assiettes vides, ou dans le chat blanc qui fait la sieste pelotonné sur une chaise de paille. Elle est présente dans les cages à poules demeurées sur le toit ensoleillé, dans le hasard de l'objet familier comme la pipe à hachich, ou la gargoulette oubliée dans un coin, hantée par un génie malfaisant. Les tableaux de Nada sont aussi allégoriques, comme le l'ait remarquer Simonne Lacouture dans la Revue du Caire en 1954 : "Les symboles dont il use, s'ils sont tirés de la vie quotidienne - la chaise, la lampe, le chat - sont destinés à rendre palpable cet ‘autre chose' que le personnage lui-même ne peut pressentir, mais que le peintre appréhende"6.

17Tel un conteur. Nada improvise avec ses symboles réduits à des silhouettes fermement esquissées pour décrire des figures humaines et animales, pendules, coqs et instruments de musique, qu'il assemble en une constellation graphique où répétitions, déformations et harmonies chromatiques transposent un tableau subconscient. Ils sont la projection d'une affinité formelle avec les miniatures arabes ou les bas-reliefs pharaoniques ; il ne manque que le scénario. Le résultat est cryptographique.

18Dans l'espace pictural de Nada, les figures sont en suspens, la pesanteur est abandonnée. Comme dans les arts primitifs, la sensation de l'espace est acoustique, et non pas linéaire. En d'autres termes, l'espace se prolonge aussi loin que le son peut l'atteindre, et non à partir d'un foyer. En traduisant la magie du folklore oral en peinture, Nada a africanisé le surréalisme. Ses personnages, libérés de leur identité sociale, peuvent être entendus à vue comme le cocorico unissant le dernier mot de l'histoire de Schéhérazade à la première vision du songe du dormeur. L'art de Nada traduit la magie dans le mystère d'une allégorie. A la différence de Al-Jazzar, qui était fasciné par la puissance de la magie noire, Nada est sensible à sa marginalité, sa liberté poétique, son intarissable source d'inspiration, puisée dans l'univers de l'enfance ou de l'homme pré-lettré. Plus qu'aucun des autres artistes égyptiens contemporains, ces deux peintres ont réussi à faire vibrer "l'âme" masculine et féminine inhérente à l'imagerie orientale. C'est pourquoi leur peinture continuera à se révéler à nous dans les années à venir.

Notes

1 AL-SHARUNI Sobhi, Abd al-Hadi al-Jazzar, Hayat al-Kutub. 1966, p. 10.

2 MULLER Edmond, Loisir, numéro spécial sur l'Année égyptienne des arts et des lettres, 1950.

3 AL-JAZZAR Abd al-Hadi, extraits de poèmes illustrés en possession de la veuve du peintre (traduction de l'auteur).

4 HENEIN Georges, "Considérations sur la magie d'une Égypte à l'autre", La Femme nouvelle, déc. 1950, p. 69-70.

5 Cf. note 3.

6 LACOUTURE Simonne, La Revue du Caire, nov. 1954.

Notes de fin

* Traduit de l'anglais par Christine WOLFF.

* En français dans le texte

** Artiste-peintre, journaliste, Le Caire.

Table des illustrations

Légende ABD AL-HADI AL-JAZZARMechanics of Destiny, 1953. (Ph. L. Karnouk)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Légende HAMID NADAWoman with cat and cock, 1979. (Ph. Sobhi al-Sharouni)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 506k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter