Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Images savantes, précieuses, populaires

Hiéroglyphes d’un parcours : Poliphile ou l’Égypte rêvée

Claude-Françoise Brunon

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1On sait que l'Europe des Lumières a porté à l'Égypte un vif intérêt, et que l'on peut déceler, dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, les symptômes d'une véritable égyptomanie à laquelle n'échappèrent ni Mozart, ni Diderot. Ce que l'on sait moins, c'est que les hommes de la Renaissance avaient été, eux aussi, fort attentifs à tout ce qu'ils pouvaient recevoir et apprendre de l'Égypte, de ses images et de ses écritures. L'Égypte se trouve ainsi présente aux sources mêmes de notre civilisation dite moderne et de sa symbolique.

2Je voudrais étudier ici un exemple de cette influence, diffuse certes, mais réelle, à travers un des livres-clés de la Renaissance : l'Hypnerotomachia Poliphili, ou, selon la version française, Le Songe de Poliphile. Fort beau livre au demeurant, dont les premières éditions (1499, chez Alde ; 1545, revue par Lorenzo Valla ; 1546, dans la traduction française de Jean Martin) ont exercé une action directe et durable sur la pensée, l'art et la vie de toute une époque. Livre touffu, confus, mais fascinant à plus d'un titre, qui est à la fois l'évocation d'un enchevêtrement de songes et de visions et le récit d'une quête. Le narrateur, Poliphile, séparé de sa bien-aimée Polia (Poliphile = qui aime Polia…), s'endort et rêve ; il croit alors, de songe en songe, de "forêt espoventable" en "délectables plaines" parcourir d'étranges pays, peuplés de nymphes et de dieux, animés de cortèges, jalonnés d'architectures, de jardins et de stèles. Le fil narratif est ténu et plutôt lâche. Polia rencontrée, et d'abord méconnue, se révèle à son amant et l'entraîne jusqu'à Cythère, où Vénus, mère de l'Amour, reçoit les deux jeunes gens et consacre leur union. Puis chacun raconte sa propre version de leur rencontre et de leurs amours difficiles, avant que le réveil du narrateur ne le ramène au réel et à la douloureuse conscience de la séparation : "Or adieu donc ma bien-aimée Polia…"

3L'intérêt de l'ouvrage n'est pas dans l'intrigue, qui rappelle plus d'un modèle médiéval, et notamment le célèbre Roman de la Rose, mais plutôt dans les effets de contraste : à l'imprécision du cadre spatial et temporel s'oppose la netteté de l'expression descriptive. On glisse insensiblement de récit en vision, de songe en songe ; il arrive même que, dans un rêve, on se mette à rêver que l'on rêve. Mais les monuments contre lesquels vient buter Poliphile s'imposent avec la précision d'une hallucination. La description les campe dans leurs proportions mathématiquement définies, puis les cerne dans le détail de leur décoration, avec leurs frises, leurs statues et les inscriptions qui les ornent. Ajoutons que l'image vient relayer les prestiges évocateurs du texte. Il s'agit de grandes gravures sur bois, justement célèbres, dues sans doute à des artistes de l'école de Mantegna, pour l'édition italienne, et de Jean Goujon, pour l'édition française. Fort nombreuses, elles viennent tantôt compléter le récit, tantôt appuyer la description, en produisant, souvent à pleine page, en regard, la figure qu'appelait le texte.

4Le nom de l'auteur, un certain Francesco Colonna, se trouve caché dans un acrostiche : les premières lettres ornées d'arabesques de chaque chapitre forment, réunies, cette phrase, qui court ainsi, ignorée, sous le récit : Poliam Frater Franciscvs Colvmna Peramavit ce qui peut se traduire Frère Francesco Colonna a aimé passionnément Polia.

5Sur l'identité exacte de ce Francesco, les érudits discutent non moins passionnément. Selon une hypothèse vénitienne, défendue par Giovanni Pozzi et M. T. Casella, il s'agirait d'un moine dominicain (1433 ? -1527) ayant vécu au couvent San Giovanni e Paolo à Venise, et aussi à Trévise. Selon une hypothèse romaine, défendue par Maurizio Calvesi et par Emmanuela Kretzulesco-Quaranta, il s'agirait d'un prince appartenant à l'illustre famille de Colonna (1453- ?) affilié à l'Accademia Romana de Pomponius Laetus, qui s'efforçait de ranimer l'esprit et les rites du paganisme. Sur cette délicate question, nous ne prendrons pas parti. Le document majeur, auquel nous bornerons notre enquête, est ici pour nous Le Songe et lui seul…

  • 1 VALERIANO Pierio, Hieroglyphica, p. 331.

6Notons que, dans l'une comme dans l'autre hypothèse, l'Égypte est présente en quelque façon. Le moine vénitien aurait pu rencontrer dans son couvent Fra Urbano Valeriano Bolzanio (1443-1524) qui avait voyagé en Égypte1. Quant au Prince, il appartenait à une famille qui prétendait descendre à la fois de Jules César (et donc de Vénus, par Enée) et de Caïus Marius, donc, par lui, de l'Hercule libyque…

7Edité en 1499 par les soins d'Aide l'Ancien, à Venise, l'ouvrage resta peu connu d'abord : la langue employée par Colonna est un mélange assez déconcertant de toscan vernaculaire, de dialecte vénitien, de grec et de latin. Mais, en 1545, paraît une nouvelle édition où le texte est traduit dans un toscan plus accessible par Lorenzo Valla ; et c'est surtout l'édition française, imprimée par Jacques Kerver en 1546, qui assura la diffusion de l'œuvre. Il ne s'agit pas d'une véritable traduction, mais d'une adaptation, signée par le juriste Jean Martin, d'après un manuscrit (?) dû à un "gentilhomme" dont il tait le nom. De magnifiques gravures reprennent, dans le style maniériste, les illustrations de l'original italien. C'est cette dernière version du Songe de Poliphile qui, selon Albert-Marie Schmidt, eut une si durable fortune :

Rééditée par Jacques Kerver en 1553 et en 1561, légèrement corrigée et succinctement commentée par l'occultiste Béroalde de Verville (Paris, Mathieu Guillemot, 1600), l'Hypnerotomachia Poliphili française abrégée exerce sur l'art et la culture de notre pays, durant plusieurs siècles, une notable influence. Elle inspire les dessinateurs et les peintres, chargés de mettre au point les fastes décoratifs des entrées royales. Elle féconde l'imagination plastique de Poussin, de Le Sueur, de Perrault. Elle est citée et imitée par Rabelais. Elle plaît à Mirabeau, qui en transpose une scène, pour charmer les ennuis de sa captivité à Vincennes. Elle fournit à Charles Nodier l'occasion de rêveries apocryphes (Franciscus Colonna, Paris, Techener, 1844). Elle transporte enfin d'un délirant enthousiasme Gérard de Nerval.
(Introduction au Songe de Poliphile, Club des libraires de France, Paris, 1963, p. XII).

8C'est aussi sur cette traduction, plus accessible, dans tous les sens du terme, que l'original italien, que j'ai fondé mon étude.

9Dans ce nouveau mélange de quête médiévale et de souvenirs latino-hellénistiques, on peut se demander où est l'Égypte ancienne. Sa présence ne s'impose pas dans le texte. Car les Dieux qui peuplent les rivages oniriques où erre Poliphile sont ceux de l'Antiquité gréco-latine. Mais, en fait, l'influence égyptienne dans Le Songe est diffuse, et partant, profonde ; elle paraît même souvent déterminante dans l'économie et le sens de l'ensemble. Je voudrais donc dans un premier temps étudier les occurrences des termes qui se trouvent en relation avec l'Égypte, soit explicitement, soit implicitement, et les hiérarchies sémantiques que suggère leur répartition. J'essaierai de définir ensuite, après avoir étudié les motifs utilisés et leur provenance probable, sous quels traits l'Égypte ancienne se dessine au travers du récit et quelles sont les fonctions qu'elle assume dans le déroulement narratif. Je voudrais évoquer enfin l'importance de ces ancrages égyptiens dans la fortune ultérieure du Songe et dans l'imaginaire et la symbolique de la Renaissance. Vaste programme dont je me contenterai parfois d'esquisser les grandes lignes.

Occurrences

10Les termes en rapport direct ou indirect avec l'Égypte ancienne sont, répétons-le, infiniment moins nombreux que ceux qui renvoient à l'Antiquité gréco-romaine ; leur nombre n'est cependant pas négligeable. Dans l'édition française, on ne trouve pas moins de 80 occurrences, auxquelles on pourrait ajouter les images représentant des motifs d'inspiration égyptienne ou se prétendant tels (11 en tout). Sur les 157 feuillets doubles que compte l'ouvrage, 24 au moins contiennent des références à l'Égypte et à sa civilisation. Nous avons regroupé ces occurrences dans le tableau ci-après.

11On pourrait joindre à ce relevé le colosse brisé (f. 9 et 10) : entre une pyramide et un obélisque, il peut rappeler, bien qu'aucun de ses détails ne soit "égyptien" - il est d'ailleurs creux et non massif comme les statues égyptiennes - certains colosses comme ceux de Memnon…

Relevé des termes se référant à l'Égypte

12Si l'on détaille la nature de ces références et si l'on étudie leur appartenance lexicale, on peut constater certaines évidences et plus d'une absence :

  • On ne trouve que très peu de mentions de personnages historiques ou de villes. L'Égypte vécue est de ce fait absente.

  • Les références mythologiques sont peu nombreuses. Surprenant silence dans un texte où les Dieux de l'Antiquité sont partout, au creux des bosquets, traînés en cortège, et avec eux les Nymphes, les Satyres, les Ménades ; mais ce sont, nous l'avons dit, les Dieux de l'Antiquité classique, grecque ou romaine. Apis et Sérapis, seuls cités, font piètre figure : ce sont de fugitives références (f. 74, 79, 18) ou un emblème brandi dans une procession (f. 121). La grande Isis n'est pas mieux traitée. Elle n'apparaît nulle part parmi ces divinités. Or, Colonna, si féru d'antiquité, n'ignorait ni Apulée, - il cite à deux reprises les Métamorphoses -, ni Plutarque - l'édition italienne contient plusieurs allusions à l'Histoire d'Isis et d'Osiris -, mais ce sont de rapides renvois, à la faveur d'une comparaison. Il semble donc bien que les divinités égyptiennes aient été écartées du Panthéon de l'Hypnerotomachia. Est-ce par un souci de cohérence (que le reste de l'œuvre ne confirmerait guère…) ? Ou bien faut-il retrouver Isis sous les traits de cette Déesse-Mère : Vénus, adorée dans le sanctuaire de Cythère, entre les images d'un héros mort (Adonis) et d'un héros immortel (Mars) ? Nous formulons cette proposition comme une hypothèse, à coup sûr plutôt hasardeuse…

  • En revanche, les termes qui reviennent avec constance - ils correspondent d'ailleurs à de longs développements très détaillés - sont : les termes architecturaux renvoyant à des formes inventées par l'Égypte (pyramide (16), obélisque (13)) et les termes directement en rapport avec l'écriture égyptienne (hiéroglyphes, lettres égyptiennes, lettres hiéroglyphiques (21)).

13L'insistance est alors évidente. Mais ces "hiéroglyphes" ont de quoi surprendre. Voici en effet ci-contre une inscription "hiéroglyphique".

Provenances

14On voit bien qu'aucun de ces "hiéroglyphes" (du moins dans sa forme) n'est vraiment égyptien. Il s'agit de motifs empruntés à diverses frises romaines, notamment à un relief provenant de San Lorenzo in Campo et présentement conservé au Musée du Capitole, et des décorations de l'Arc de Septime-Sévère. Faut-il croire, avec M. T. Casella et G. Pozzi, dans l'hypothèse vénitienne, que Francesco Colonna, resté confiné dans ses couvents, n'en aurait eu connaissance que par des relevés à lui transmis par quelque érudit de passage, sur lesquels aurait brodé sa riche imagination ?

  • 2 ALBERTIL. B., De Re aedificatoria, VIII, 4.

15De fait, il semble bien que l'Égypte de Poliphile sorte surtout des livres ; livres antiques : Pline, Plutarque, Hérodote, Clément d'Alexandrie, Ammien Marcellin, ou livres "modernes" (du XVème siècle), comme le De Re Aedificatoria de L. B. Alberti. Colonna emprunte à ce dernier plus d'une référence égyptienne, et même ses erreurs de lecture : dans l'édition italienne de 1499, le nom de Psammétique est noté "Sannitichus" comme dans le De Re Aedificatoria, erreur corrigée par Valla ensuite. C'est aussi chez Alberti que Colonna a pu trouver l'idée de s'intéresser aux hiéroglyphes. Alberti admirait en effet, dans l'écriture égyptienne, une écriture qu'il croyait une écriture "par les choses", et qui, de ce fait, par la permanence de ses référents, échapperait, selon lui, à l'érosion du temps2. Il citait, à l'appui de sa thèse, les Hieroglyphica d'Horapollon.

16Or, précisément, on peut se demander pourquoi Colonna n'a pas utilisé, pour cette reconstitution de l'écriture égyptienne, ces fameux Hieroglyphica, dont le manuscrit, retrouvé par Cristoforo de Bondelmont en 1419 dans l'île d'Andros, figurait en bonne place dans la bibliothèque des Médicis qu'il n'a pas quittée depuis. Des copies manuscrites circulaient avant l'édition du texte par Alde en 1505. On sait qu'il s'agit d'un traité sur les hiéroglyphes composés à la fin du Vème siècle après J. C, qui véhicule un savoir largement emprunté aux savants grecs et romains, mais qui repose aussi sur des hiéroglyphes authentiques (102/189) comme l'ont prouvé F. Sbordone, A. Van de Walle et J. Vergote. Or, aucun de ces "hiéroglyphes" de Colonna ne correspond à un hieroglyphicon d'Horapollon… Méconnaissance ou silence délibéré ? J'avoue ne pas être en mesure de répondre à cette question de façon satisfaisante.

17On voit donc bien la singularité et l'hétérogénéité du message transmis par Le Songe de Poliphile. On aurait tort de s'attendre à y trouver une Égypte restituée dans sa vérité archéologique : la Renaissance n'en avait ni les moyens, ni surtout l'idée. Il s'agit en fait d'une Égypte reconstituée ou plutôt rêvée à travers une culture et des formes exclusivement hellénistiques ou romaines. D'où ces étranges monuments comme la pyramide (f. 5) qui, surmontée d'un obélisque, fait plutôt penser au mausolée d'Halicarnasse qu'aux vraies pyramides. Ou cet éléphant (f. 10), lui aussi porteur d'un obélisque, qui renvoie peut-être aux éléphants d'obsidienne que Pline a pu admirer dans le Temple de la Concorde construit par Auguste.… Ou cet "obélisque" (obélisque ou pyramide ?) (f. 44), à trois faces, reposant sur des sphinx, que la pucelle Logistique dans un long commentaire fort obscur, présente comme un symbole de l'harmonie trinitaire qui régit le monde. D'où aussi cette écriture "hiéroglyphique" entièrement réinventée, mais conforme à ce que l'on pensait alors des hiéroglyphes : une écriture sacrée et cryptée, destinée à protéger les secrets des prêtres contre la curiosité des profanes. Stéréotype qui aura, nous le verrons, une fortune considérable.

Parcours

18On aurait tort pourtant de condamner, au nom de l'anachronisme, cette hasardeuse construction. Car l'Égypte de Poliphile, tout inexacte qu'elle soit, occupe au cœur du récit une place déterminante, et les fonctions qu'elle y assume renvoient à une image mythique qui n'est pas sans grandeur et qui est encore opérante dans l'imaginaire occidental.

19On remarquera d'abord que les occurrences "égyptiennes" du Songe ne sont pas disséminées dans l'œuvre, mais au contraire groupées dans le livre I, en 4 épisodes : la découverte de la grande Pyramide (f. 4 à 12), le passage de la Porte et du Pont (f. 18 à 25), la visite du Monument Trinitaire (f. 44 et 46) et celle du Polyandrion (f. 84 à 96).

20Elles appartiennent donc, dans l'économie de la narration, aux épisodes majeurs d'un parcours parfois difficile où Poliphile découvre progressivement les aspects et les devoirs de l'amour véritable et de la suprême sagesse. Par la grande Pyramide, le héros pénètre dans le monde de l'Imaginaire ; par la Porte et par le Pont, il passe dans le domaine des Nymphes ; devant le Monument Trinitaire, il reçoit de Logistique la révélation de la céleste Harmonie ; par le Polyandrion, il effectue un voyage fictif et épigraphique dans le pays de la Mort. L'Égypte préside ainsi à l'initiation du héros-narrateur. Et chaque fois, symboles "égyptiens" et écritures "hiéroglyphiques" sont là pour marquer le passage, pour retenir aussi l'attention, pour entraîner le nécessaire effort d'un déchiffrement. Mais lorsque Poliphile, convenablement instruit, est jugé digne d'appareiller, en compagnie de Polia, pour l'île de Cythère, les monuments et les termes "égyptiens" disparaissent, et les références deviennent exclusivement hellénistiques ou romaines.

Répartition des occurrences "égyptiennes" par chapitres dans l'édition française de 1546

21Aussi bien le temps et l'espace changent-ils du même coup. Car Cythère n'est qu'un cadre commode à l'union (symbolique ?) des héros et au récit souvent familier de leurs amours. D'un passé mythique et mythologique, on en vient au passé immédiat et individuel des personnages. Certes, une dernière vision entraîne Poliphile et Polia jusqu'au Paradis, mais c'est pour rejoindre aussitôt, de réveil en réveil, le plan du vécu et de la frustration. Dans ces derniers récits, plus d'architectures. Plus d'Égypte non plus. Tout se passe comme si celle-ci avait partie liée, dans le roman comme dans la tradition, avec un passé mythique et fondateur, révéré et admiré, mais relégué au fond de la mémoire collective. L'itinéraire de Poliphile reproduirait donc, dans ses grandes lignes, l'itinéraire historique de l'Humanité occidentale : Égypte, Grèce et Rome, puis Temps Modernes, avec une occultation, parfois d'ailleurs transparente, du Moyen-Age chrétien.

Images de l'Égypte

22Ainsi s'esquisse une image de l'Égypte dont les caractères et les fonctions sont, semble-t-il, les suivants :

23Elle est d'abord un répertoire de formes architecturales ou décoratives :

La pyramide estoit composée en forme de perron, contenant mille quatre cens & dix degrez, dont les dix derniers estoient convertiz en vn merueilleux cube ou pierre quarree massive, faisant la diminution & estrécissement de la pyramide… (f. 6).

Le grand obélisque

Derriere le temple estoit eleué vn grand Obelisque de pierre rouge, soustenu de quatre boules, posees sur un quarré bien entaillé de hieroglyphes en ses quatre faces, dedans quatre ronds (f. 85).

… ie contemplay vn grand Elephant de pierre noire, estincellee de paillettes d'or & d'argent, en maniere de poudre semee par dessus. La pierre estoit si polie et si claire, qu'elle representoit tout ce qui estoit a l'entour, comme si c'eust este vn mirrer de bonne glace… (f. 10) (l'Eléphant porte sur son dos un obélisque orné d'hiéroglyphes).
…Y avoit des monstres Égyptiens, faicts d'or en forme de Sphinge gisant dessus les quatre piedz, l'vn desquelz auoit la face toute humaine, l'autre demy-humaine et demy-bestiale, la tierce toute bestiale ; et auoient toutes trois une bande à l'entour du front, auec une autre qui leur couvroit les oreilles, en façon des pendons d'vne mitre, descendans le long du col iusques sur la poictrine. Elles auoient le corps de Lyones, & estoient couchee sur le ventre (f. 45).

24On voit à la fois la fantaisie et la minutie de la description qui va jusqu'à préciser les détails de la coiffure menès du sphinx et le poli du porphyre.

25L'Égypte est aussi référence et point de comparaison. A l'Égypte reste en effet attaché le souvenir d'une maîtrise technologique exceptionnelle. L'auteur rappelle les constructeurs légendaires, Psammétique, Memnon, auxquels il ajoute un Lichas de Libye. Il admire "l'insolence des Égyptiens", c'est-à-dire la perfection et l'audace presque choquante de leurs édifices. Et l'émerveillement que Poliphile affiche devant la pyramide du Songe : "… ie demourai tout pensif & esbahy, comment, auec quelz ferrements & oultiz (sic), auec quel labeur & par queles mains d'hommes, auoit esté construict vn tel edifice, de si grande despense & consumption de temps qu'il n'estoit quasi à croire" (f. 5), n'est que l'écho de celui de tous les voyageurs, tant antiques que modernes, devant les vraies pyramides.

26Liée au passé, l'Égypte l'est aussi, nécessairement, avec la Mort. Dans le Polyandrion ("sépulcre de plusieurs", traduit librement J. Martin), Poliphile va de stèle en sarcophage et aperçoit un tombeau égyptien entr'ouvert. Il y trouve deux "corps entiers" (des momies ?) et divers objets

… plusieurs fioles & ampoules de verre & terre, avec aucunes petites statues selon la coutume ancienne & façon des Égyptiens, avec une lampe antique de bronze, ardante & allumée pendante au couvercle avec une petite chaîne. Auprès des testes des deux corps, estoient deux petites coronnes, lesquelles ie iugeay estre d'or : mais tant pour la longueur du temps, que par la fumee de la lampe, elles estoient devenues noires (f. 56).

27On remarque le mélange de merveilleux symbolique (la lampe allumée signifie la vie éternelle) et d'exactitude : la crasse et tout le matériel funéraire, y compris les "petites statues selon la coustume ancienne et façon des Égyptiens" dans lesquelles on est bien tenté de reconnaître des oushebti.

28Mais l'Égypte n'est pas pour autant puissance néfaste. Au contraire, parce qu'elle détient les clefs de l'écriture, elle détient aussi les clés des passages, donc de l'évolution et de l'avenir. Du parcours, elle est à la fois l'origine et le guide. Les motifs égyptiens servent à marquer l'étape ; en même temps, ils délivrent le message qui doit permettre de franchir l'endroit délicat. Le déchiffrement est aisé, puisque le mot de l'énigme est chaque fois donné. Mais la démarche invite à la vigilance et à la lecture approfondie et réfléchie. Même, l'absurdité apparente des inscriptions n'est alors qu'aiguillon pour l'esprit attentif. Mieux, d'inscription en inscription, se constitue un vocabulaire "hiéroglyphique", avec ses constantes : un code dont la performance n'est peut-être pas seulement interne. En effet, l'étrangeté de ces messages verbo-iconiques, dans un premier temps, alerte, puis retient ; elle engage ensuite à rechercher, par la lecture, une cohérence nouvelle au-delà des apparences, ou même malgré elles, ou contre elles. En cela consiste sans doute l'essentiel du message : obstacles pour le lecteur distrait ou superficiel, ces écritures engagent au contraire le lecteur curieux à poursuivre sa quête et se font apprentissage du regard. La lecture y est jeu des yeux et de l'esprit, mais aussi introduction à une vision problématique du monde : un monde qui se donne, au niveau des phénomènes, comme un chaos d'apparences multiples où le sage doit savoir lire l'harmonie et le dessein (le dessin…) de l'Unique. Et parce que l'écriture hiéroglyphique, plus que toute autre, se fonde sur les choses du monde, mieux que toute autre aussi, elle peut aider à déchiffrer le monde, conçu comme une gigantesque énigme dont Dieu seul a la clef. Nous retrouvons ici une de ces topoi qui alimentèrent la pensée du Moyen-Age comme celle de la Renaissance et dont on retrouve un écho tardif chez l'emblématiste anglais Quarles : "Que sont les Cieux, la Terre, assurément chaque créature, sinon des Hiéroglyphes et des Emblèmes de sa Gloire ?" (Trinitas, 1639).

29Ecrire avec des choses - res significantes, disait Alciat -c'est donc, peut-être, pour suivre cette problématique, approcher de ce langage absolu et primordial que la Renaissance a passionnément cherché. C'est du moins ce que pensaient tous ceux qui s'intéressaient aux hiéroglyphes, Valla, Ficin, Rabelais, Nostradamus, Langlois, Capaccio, Tasso, Covarrubias, et ceux qui, après André Alciat, composèrent des Emblèmes, ce genre littéraire à la fois verbal et iconique promis à un si grand avenir entre 1540 et 1650…

30Dans cette nouvelle "science", Le Songe de Poliphile fait figure de précurseur. D'ailleurs dès l'édition française de 1545 des Hieroglyphica, les faux hiéroglyphes de Poliphile se trouvent ajoutés, comme authentiques, à ceux d'Horapollon… Et ce sont eux qui, paradoxalement, auront, sur l'art de la Renaissance, l'empreinte la plus durable…

  • 3 Merrain : poutres et charpente qui soutiennent les constructions de pisé.

31Je voudrais terminer ici mon exposé par une image issue des premières pages du Songe. Poliphile y traverse, dès son entrée au pays magique, un bois de palmiers "esquelz les Égyptiens cueillent pain, vin, huille, vestement et merrain3 pour bâtir" (traduction J. Martin).

32Ces fonctions majeures, à la fois nourricières et fondatrices, que le texte assigne ainsi au palmier, ce sont aussi, à mon sens, celles de l'Égypte dans Le Songe de Poliphile et peut-être aussi dans une Renaissance qui se cherche encore. Discrètement, mais efficacement, elle y est à la fois caution, référence et modèle ; en même temps, invite, ô combien moderne, à une réflexion sur le langage et à une lecture ouverte et dynamique où le sens n'est jamais donné, mais se mérite.

Bibliographie

Bibliographie :

• AULOTTE R., "L'Égypte en France par l'Italie : Horapollon", in Mélanges Franco Simone, Genève, 1981.

• BALTRUSAITIS G., La Quête d'Isis, Paris, 1967.

• BOAS G., The Hieroglyphics of Horapollo, Bollingen series, XXIII, New York, 1950.

• BRUNON CF.,

- "Signe, figure, langage : les Hieroglyphica d'Horapollon", in L'Emblème à la Renaissance, Paris, 1982.

- "L'Égypte des Emblèmes", in Mélanges Gutbuh, Montpellier, 1985.

• CALVESI M., Il sogno di Polifilo prenestino, Roma, 1983.

• CASELLA M. T. et POZZI G., Francesco Colonna. Biografía e opere, Padoue, 1959.

• DUBOIS C. G., Mythe et langage au xvième siècle, Bordeaux, 1970.

• DIECKMANN L., Hieroglyphics, Saint-Louis, 1970.

• GIEHLOW K., Die Hieroglyphenkunde in der Allegorie der Renaissance, Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen des allerhöchsten Kaiserhauses, Band XXXII, Heft I, Vienne, 1915.

• IVERSEN D., The Myth of Ancient Egypt, Copenhague, 1961.

• KRETZULESCO-QUARANTA E., Les Jardins du Songe, Paris, 1976.

• POZZI G., "Les Hiéroglyphes de l'Hypnerotomachia" in L'Emblème à la Renaissance, Paris, 1982.

• POZZI G., CIAPPONI L.A., édition critique de l'Hypnerotomachia Poliphili, Padoue, 1980 (Medioaevo e Umanesimo, 38-39).

• SCHMIDT A. M., Introduction au Songe de Poliphile, Paris, Club des libraires, 1963.

SBORDONE F., Introduction à l'édition critique des Hieroglyphica d'Horapollon, Naples, 1940.

• VAN DE WALLE B., VERGOTE J., "Les Hiéroglyphes d'Horapollon", in Chroniques d'Égypte, n° 35-36, 1943.

Notes

1 VALERIANO Pierio, Hieroglyphica, p. 331.

2 ALBERTIL. B., De Re aedificatoria, VIII, 4.

3 Merrain : poutres et charpente qui soutiennent les constructions de pisé.

Notes de fin

1 Université Paul Valéry, Montpellier.

Table des illustrations

Légende Relevé des termes se référant à l'Égypte
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Répartition des occurrences "égyptiennes" par chapitres dans l'édition française de 1546
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende La pyramide
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/564/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Le grand obélisque
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/564/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende L'éléphant
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/564/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter