Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Caricatures et stéréotypes

L’image de l’Égyptien dans la presse française d’Égypte (1882-1898)

Farida Gad al-Haqq

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1Quelle image de l'Égyptien la presse française d'Égypte présente-t-elle à la fin du XIXème siècle ?

2Commençons par préciser que mon intervention diffère un peu des autres présentées au cours de ces journées d'études : celles-ci s'intéressent essentiellement à l'iconographie et à l'image visuelle ; or, il s'agit ici d'une image textuelle. Dans la presse étudiée, le dessin est certes absent, mais nous pourrions trouver des textes qui transmettent des images tellement vivantes que nous aurions l'impression de les voir. Par ailleurs, il est indispensable de lier les images visuelles, produits de la pensée de l'émetteur, à un domaine plus général, celui de l'idéologie de cet émetteur. Nous pourrions ainsi établir des comparaisons entre l'image de l'Égypte et des Égyptiens dans l'iconographie, et celle présentée dans la presse française d'Égypte.

  • * Les journaux sur lesquels porte cette étude sont les suivants :
    - Le Bosphore égyptien (1882-1894),
    - (...)

3Après cette mise au point, passons au sujet proprement dit : si nous considérons l'Égypte de la seconde moitié du XVIIIème siècle, nous découvrons qu'une communauté française s'y était établie. Le milieu dans lequel elle se mouvait n'était pas le sien. Elle en avait une certaine vision, portant essentiellement sur deux éléments : un milieu humain et un milieu géographique. Comment les Français voyaient-ils l'Égyptien ? C'est la question à laquelle nous essayerons de répondre à travers l'analyse du discours de la presse française d'Égypte.*

4Dans son premier numéro, chaque journal s'empresse de préciser deux points :

  1. En tant que porte-parole de la communauté française, le journal se voue à la défense des intérêts de celle-ci. Il est donc engagé. Il est important de souligner ici que ces intérêts se trouvent fortement menacés durant la période étudiée (1882 : occupation anglaise).

  2. Le journal affirme qu'il présente à ses lecteurs la vérité sur l'Égypte, qu'il leur transmet une image réelle et impartiale de ce qui se passe dans ce pays.

5L'analyse des articles de presse révèle que la représentation de l'Égyptien y est intimement liée à celle de l'Européen ; le premier est défini par rapport au second, lequel se constitue comme point de référence. L'Égyptien et l'Européen, voilà les deux protagonistes du discours. Comment sont-ils présentés… ou plutôt représentés ? Tout d'abord, il s'avère que la représentation de l'Européen occupe une place très importante ; l'accent est mis sur ses traits caractéristiques, ainsi que sur ses actes, et tout particulièrement ceux ayant pour cadre l'Égypte. Il est indispensable de souligner que lorsque la presse étudiée parle de l'Européen, elle exclut l'Anglais du camp européen. En effet, l'un des buts principaux de cette presse est de lutter contre l'occupation anglaise du pays. Parallèlement au conflit anglo-français de cette époque, s'instaure une opposition "Anglais / Français" dans le discours de la presse française d'Égypte. L'Anglais sera l'exemple même de l'anti-héros, tandis que le Français sera le héros européen par excellence.

6La représentation de l'Européen est tout à fait positive : il est instruit, civilisé, intelligent, puissant, laborieux, compétent, bienveillant, désintéressé, dévoué, honnête. L'accent est mis sur son altruisme. L'Europe ne pense qu'au bien de l'Égypte. Ce caractère altruiste relève de la tradition : la France, en particulier, est connue pour sa "générosité" ; elle a de tout temps soutenu les faibles et les déshérités. Elle est l'exemple parfait de "l'esprit de solidarité humaine". (EO-15/9/1896).

7Tout comme l'ETRE de l'Européen est positif, son FAIRE l'est également ; ainsi l'Européen remplit diverses fonctions : il est l'ami, le guide, le conseiller, le justicier, le juge, le père, le tuteur, le sauveur. Pour mieux saisir cette image, prenons par exemple cet article où l'accent est mis sur l'importance des colonies en Égypte :

Il ne faut pas qu'on s'y trompe, les colonies en Égypte y jouissent d'une telle influence, leurs intérêts y sont si grands, les services rendus par elles sont de telle nature que l'on peut affirmer cette vérité que sans ces colonies, l'Égypte n'existe plus.
A l'heure actuelle, la vie du peuple égyptien proprement dit est intimement liée à la vie des colonies (…)
(…) C'est par ces dernières que la dynastie actuelle a pu tirer le pays du chaos (…), c'est par elles que la civilisation a pu pénétrer chez les gens autrefois aussi ignorants que fanatiques, c'est par elles que l'Égypte renaissante a appris à comprendre les bienfaits de la science, c'est par elles qu'elle apprendra demain l'économie (…) (BE
-11/1883).

8A travers ce discours, une idée est mise en relief : tout comme la vie du peuple égyptien est liée à celle des Européens établis dans le pays, leurs intérêts sont étroitement liés : c'est pourquoi, conclut l'article, les intérêts des colonies (…)"doivent être l'objet des attentions toutes spéciales des grandes puissances européennes qui, en faisant le bien des colonies, feront fatalement le bien de l'Égypte".

9Un autre aspect important de l'image de l'Européen est celui du CIVILISATEUR. En effet, la notion de civilisation est hautement mise en valeur par la presse française d'Égypte. Les Européens sont présentés comme porteurs de progrès et de civilisation. Ils s'en vont de par le monde accomplir leur devoir : les colonies établies en Égypte ont une mission à remplir, et elles y resteront tant que cela sera nécessaire, affirment les journaux.

10Face à l'image positive de l'Européen, apparaît une certaine image de l'Égyptien. Celle-ci est formée de deux pôles contraires : en effet, l'Égyptien est à la fois fanatique et tolérant, barbare et civilisé, ignorant et instruit, compétent et incompétent sur le plan politique, impénétrable et malléable. Mais l'image dominante est négative. L'émetteur du discours pose les deux contraires qui rappellent le même référent.

11Regardons de plus près ce discours antithétique, avant d'essayer de l'expliciter :

1. L'Égyptien fanatique…

12Exemple 1 : " (…) Le peuple égyptien ne reconnaîtra jamais pour chef qu'un musulman comme lui, à celui-là seul, il obéira".

13"Tout étranger qui essayera de lui imposer sa domination sera considéré par lui comme un ennemi, dont il cherchera à renverser les desseins, dont il complotera la perte. Son Histoire le prouve" (BE -13/3/1883).

14Exemple 2 : " (L'Égyptien) partage les hommes en deux camps : les croyants, ses frères, et… les autres" (BE-27/8/1887).

… l'Égyptien tolérant :

15Exemple 1 : "La population égyptienne est bonne, sage, tolérante (…)" (BE-15/12/1889).

16Exemple 2 : Article affirmant que les journaux égyptiens ne sont pas fanatiques, comme le prétendent les Anglais (EO-14/9/1895).

2. L'Égyptien impénétrable…

17Exemple 1 : L'émetteur critique ici les Anglais, qui estiment qu'ils ont rendu les fellahs "vertueux". Pour réfuter ce dire, il met l'accent sur le principal trait caractéristique de la "race des fellahs" (EO-23/4/1895) : celle-ci est "impénétrable".

18Exemple 2 : "Aucun des conquérants (…) n'a laissé dans l'antique terre des Pharaons une trace appréciable ; aucun effort n'a pu modifier la race autochtone, restée impénétrable" (EO-23/4/1895).

… l'Égyptien malléable :

19" (…) Race périssable au gré des vainqueurs, elle a subi les Mamelouks, le grand Mehemet Ali, comme elle subit aujourd'hui les Anglais, avec passivité" (BE -4 et 5/1/1892).

3. Compétence politique de l'Égyptien…

20Les Anglais avaient pris comme prétexte à leur occupation de l'Égypte l'idée que les Égyptiens étaient incapables de se gouverner.

21Exemple 1 : "On assure que les Égyptiens ne sont pas en état de se gouverner eux-mêmes. Cette audacieuse affirmation est démentie par les hauts faits qui ont marqué l'histoire" (£0-16/5/1895).

22Exemple 2 : " (…) Lorsque le pays sera abandonné à lui-même, lorsque l'Égypte sera vraiment gouvernée par les Égyptiens, en peu de temps la confiance renaîtra, le commerce se relèvera de ses ruines, et nous pourrons voir bientôt revenir une ère nouvelle de paix et de tranquillité" (BE-23/6/1884).

…incompétence politique de l'Égyptien :

23Le Bosphore égyptien établit un lien entre l'ignorance de l'Égyptien et son "non-droit" à diriger le pays. L'éditorial des 4 et 5 janvier 1892 est intitulé : "A qui sera l'Égypte ? ", ce à quoi répond le journal : "Au plus instruit". Or, il s'avère que les colonies européennes le sont, alors que la population "autochtone" est ignorante. Il est vrai que les colonies se sont jurées de prendre en charge l'éducation de cette population.

24"Mais celle-ci (…) ne s'instruira pas assez - avant longtemps du moins - pour devenir directrice ou même pour être un instrument utile de domination".

4. L'attitude de l'Égyptien face à l'occupant :

25Le nationalisme égyptien concrétisé par la révolution orabienne est représenté négativement. Le Bosphore égyptien du 27 mai 1886 émet le jugement suivant sur les chefs du mouvement orabien :

La dictature de ces misérables fut de courte durée : elle suffit cependant à couvrir l'Égypte de ruines et à épouvanter le monde civilisé par les sanglantes horreurs dont ils donnèrent souvent le signal. Alexandrie fut livrée au pillage, puis à l'incendie ; dans les principales gares, le sang des Européens coula à flots ; à Tantah, à Mahalla El-Kébir, d'abominables scènes de cannibalisme provoquèrent la colère et le dégoût des honnêtes gens.

26La presse française d'Égypte présente de manière moins négative un autre mouvement nationaliste, celui dirigé par Mustafa Kamil. Certes les journaux soutiennent la politique menée par ce dernier, pour l'évacuation du pays ; mais voilà que Kamil va un peu loin, selon ces journaux : il veut une Égypte tout à fait indépendante, et non simplement libérée du joug anglais. Or, ceci va à rencontre de l'internationalisme, régime prôné par la presse française d'Égypte.

27Quelle est l'attitude du peuple égyptien face à la révolution orabienne ? L'article suivant s'empresse d'affirmer que :

L'Égyptien n'est pas révolutionnaire de sa nature, encore moins est-il féroce et sanguinaire ; (…) s'il a paru suivre le mouvement d'Orabi et de ses complices, c'est que ceux-ci avaient accaparé le pouvoir, remplacé dans toutes les branches de l'administration les fonctionnaires qui hésitaient à les suivre ; c'est que l'insurrection militaire était un coup de force qui avait porté momentanément une faction au pouvoir, et lui avait mis en main tous les moyens dont un gouvernement dispose pour agir (…).

28Et le journal d'émettre cet énoncé auquel nous sommes obligés de nous arrêter : "L'Égyptien a fait la révolution militaire, comme il a construit les Pyramides : en dormant" (BE-15/11/1883).

29Ainsi, l'Égyptien apparaît comme n'étant pas maître de ses actes. Son FAIRE est en fait un NON FAIRE, puisque les verbes d'action "faire" et "construire" se trouvent balayés par le verbe "dormir". L'Égyptien est représenté comme un être passif, incapable d'entreprendre de grandes œuvres. Il est amputé de l'honneur d'avoir construit les pyramides, oeuvre historiquement (et donc réellement) liée à son nom. Nous assistons à une falsification de l'Histoire : certes l'émetteur ne nie pas que l'Égyptien ait construit ces pyramides, par l'emploi de la forme négative ; il recourt à un moyen plus subtil : il lui accorde ce fait, mais l'adjonction de "en dormant" efface d'un trait celui-ci.

30Présentant l'attitude de l'Égyptien face à l'occupant, la presse française d'Égypte oscille entre deux jugements contradictoires :

  • Le peuple égyptien s'oppose à l'étranger par fanatisme religieux (BE-13/3/1883).

  • Il est soumis à toute occupation étrangère, par fatalisme oriental : "L'Égyptien (…) subit aisément toutes les dominations ; il accepte avec résignation les lois que le plus fort impose (…)". Cette attitude s'explique, selon l'émetteur du discours, par la nature même de l'Égyptien : "C'est un vieil esclave qui, se sentant désarmé, répugne à la révolte, à la lutte où il est fatalement le vaincu (…) ; il saura taire ses répugnances et s'incliner même sous la main détestée des infidèles, s'il y trouve quelques compensations, s'il peut espérer un allégement à ses maux" (BE -27/8/1887).

31Un dernier exemple illustre clairement cette représentation négative : "Le peuple égyptien, de même que tous ceux qui durant une longue suite de siècles ont dû se coucher sous la main d'un maître, respecte toutes les manifestations de la force brutale. Sous l'effort lent et patient de l'Anglais, il est devenu plus craintif, plus humble, plus caressant, c'est-à-dire moins homme" (EO - 6/5/1895).

Les véritables enjeux du discours sur l'Égyptien

32Le discours de la presse française d'Égypte sur l'Égyptien fonctionne d'une manière très intéressante : les qualificatifs attribués à l'Égyptien forment des couples de contraires.

33Pour expliquer ce discours antithétique, nous devons observer son fonctionnement. La presse étudiée se présente comme engagée. Elle défend les intérêts des Français/Européens : elle doit donc combattre les obstacles qui s'opposent aux Européens, dont elle est le porte-parole. Le combat se déroule sur deux fronts : d'une part, cette presse mène une lutte acharnée contre l'occupation anglaise à laquelle elle veut mettre fin. Pour arriver à ce but, elle utilise deux moyens : premièrement, elle esquisse une image absolument positive de l'Égyptien, face à laquelle se dresse une image absolument négative de l'Anglais. Elle tourne en dérision le discours anglais sur l'Égyptien, et met en relief son caractère impérialiste : ce discours présente une image négative du "fils du pays", afin de justifier l'occupation de l'Égypte.

34Le second moyen consiste à mettre en relief l'illégitimité de cette occupation : l'Angleterre n'a aucun DROIT de "ravir" l'Égypte ; face à ce NON-DROIT, s'élève tout un arsenal de droits européens. La presse française d'Égypte est soutenue dans cette lutte par les Français et les Européens vivant dans le pays, de même que par l'Europe dont elle défend les intérêts. Outre l'illégitimité de l'accaparement anglais, les innombrables méfaits de l'Angleterre en Égypte démontrent son échec total. Elle doit donc laisser la place à celui qui est compétent, à celui qui possède des droits, c'est-à-dire à l'Europe. L'internationalisation, qui a été présentée comme le seul régime convenant à l'Égypte, doit remplacer l'occupation anglaise… pour le bien du pays, s'empresse d'affirmer le discours, afin d'éloigner l'accusation suivante : l'internationalisation ne diffère aucunement, en fait, de l'occupation anglaise ; au lieu d'être occupée par une seule puissance européenne, l'Égypte le sera par toutes.

35Nous avons parlé de deux fronts de combat : après avoir supprimé, par le discours, le spectre de l'Angleterre, la presse française se retourne contre l'Égypte ; alors qu'elle avait, dans un premier temps, pris son parti : en effet, cet Égyptien est un obstacle qu'il faut surmonter, afin d'instaurer l'internationalisation. La libre existence du "fils du pays" menace les "intérêts" (AVOIR), les "droits" (DROIT) des Européens en Égypte. Si le pays est rendu totalement à lui-même, l'Égyptien gouvernera en maître ; il ne restera aux Européens qu'à "boucler leurs valises" (EO-26/9/1895). La presse cite l'exemple de la révolution orabienne afin de démontrer que l'Égyptien n'a pas le droit de gouverner. Cette révolution n'établit pas le DROIT ; au contraire, elle est le symbole de l'injustice… Mais n'oublions pas la position que l'Européen occupe quand il émet ce jugement : étant égocentrique, le droit signifiera pour lui son droit "tel qu'il le comprend" : le mouvement d'Orabi n'établit pas le DROIT, puisqu'il met au premier plan le droit de l'Égypte et des Égyptiens. Ce mouvement est injuste, puisqu'il ne concède pas aux Européens les privilèges qu'ils réclament. Cet exemple est révélateur de l'écart qui existe entre le vocabulaire des deux camps égyptien et français/européen : ce qui est pour l'Égyptien "juste", est "injuste" pour l'Européen. Pour ce dernier, les principes de DROIT, de JUSTICE, etc., sont valables tant qu'ils respectent ce qu'il appelle "ses droits". Et puisque le droit de l'Égyptien s'oppose au sien, cet Égyptien constituera pour lui un problème. Une lutte s'instaure ; cette lutte s'avère d'autant plus facile que le combat se déroule sur le plan du discours : l'arme fondamentale est composée par les mots qui forgent l'image de l'Égyptien. Aucune résistance n'est opposée au noircissement de cette image : l'émetteur du discours, fort de son arme, frappe à sa guise. Les stéréotypes se forment, se fixent, emprisonnant l'Égyptien dans des syntagmes qualificatifs. L'obstacle est minimisé : en effet, par le discours, l'Égyptien tend vers le niveau "zéro" : il n'a aucun poids, il ne serait rien, il n'est pas capable, il n'est pas civilisé, etc. ; sans les colonies européennes, il ne peut exister : l'émetteur en arrive jusque-là, afin de soutenir l'idée du peu de valeur de l'Égyptien, face auquel surgit l'Européen qui tend, lui, vers le niveau "tout".

36Un des moyens de combattre l'ennemi est de le tuer par le discours, sur le papier : l'émetteur nie l'existence même de l'Égyptien : "A proprement parler, il n'existe pas d'Égyptien indigène, (…)" (BE-23/2/1884). L'obstacle est tout simplement effacé.

37Le salut de l'Égyptien, au pôle négatif, réside dans deux points : il doit suivre le modèle européen positif ; l'Égypte doit être internationalisée.

38L'européanisation et l'internationalisation s'avèrent être deux formes de colonisation : la première "colonise" l'HOMME, la seconde la TERRE. Ainsi, le discours de la presse française d'Égypte offre un exemple représentatif de la colonisation par le discours.

Notes de fin

1 Maître de conférences adjoint au Département de langue et de littérature française, Faculté des Lettres, Université du Caire.

* Les journaux sur lesquels porte cette étude sont les suivants :
- Le Bosphore égyptien (1882-1894),
- L'Echo d'Orient (1895-1897),
- et Le Courrier d'Orient ( 1898).
Ils sont respectivement désignés par : BE, EO et CO.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter