Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Caricatures et stéréotypes

Architectures de la décennie pharaonique en Égypte (1922-1932)

Mercedes Volait

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

  • 1 Ainsi que le souligne HUMBERT Jean-Marcel dans un ouvrage abondamment illustré et très complet inti (...)

1Des places ornées d'obélisques de la Rome impériale aux façades polychromes des cinémas du temps présent, les divers registres de l'art des anciens Égyptiens n'ont cessé d'inspirer à toutes époques, créateurs et amateurs, en Europe comme Outre-Atlantique, de par leur incomparable puissance d'évocation. Phénomène peut-être d'abord remarquable par sa pérennité, l'Égyptomanie mérite donc d'occuper une place tout à fait particulière dans l'histoire de l'art occidental1.

  • 2 2. Sur le Pharaonisme en Égypte, l'on se reportera surtout au chapitre que lui consacrent GERSHONI (...)

2De ce point de vue, c'est en revanche très "tardivement", pourrait-on dire, que l'on peut identifier en Égypte même, sur le territoire de ce patrimoine artistique si souvent réutilisé et diversement recréé hors de son site naturel, des manifestations locales d'une telle "tradition", si tant est que l'on puisse assimiler, de par la seule analogie formelle des productions artistiques qu'ils ont inspirées, le Pharaonisme égyptien (al-fara'uniyya) des années 19202 à l'Egyptomanie occidentale. Fait significatif, c'est cependant à Paris que le sculpteur Mahmud Mukhtar (1891-1934) conçoit et cherche à exposer, au Salon des Artistes français de 1920, une maquette de ce qui va devenir l'œuvre emblématique du Pharaonisme en Égypte : la statue du Réveil de l'Égypte.

  • 3 Déplacé dans les années 1960 pour céder la place à la colossale statue de Ramsès, le Réveil de l'Ég (...)
  • 4 De nombreux documents concernant le projet ont été rassemblés par ABU GHAZI Badr al-Din, Al-Mathal (...)

3D'expression néo-pharaonique, et mettant en scène une paysanne relevant son voile appuyée sur un sphinx redressé, la statue marquait de fait un tournant décisif dans l'œuvre de Mukhtar et fut remarquée, avant même d'être terminée, par des membres de l'Association des étudiants égyptiens en France, puis par une délégation du Wafd de passage à Paris. Quelques articles enthousiastes parurent alors dans la presse égyptienne et, dans son édition du 30 avril 1920, le journal Al-Akhbâr lançait même, à l'initiative du wafdiste Hafiz 'Afifi, l'idée d'une souscription populaire pour faire ériger la statue sur l'une des places de la capitale. Dès que l'on apprit au Caire que la statue de Mukhtar avait été retenue par le jury du Salon des Artistes français, qui admit, cette année-là, 60 œuvres parmi les 2 000 présentées, les dons ne cessèrent d'affluer. En quelques mois, 6 500 LE furent ainsi collectées et un comité fut formé pour veiller à l'exécution du monument, que l'on pensa un temps exécuter en bronze. Mukhtar, de retour au Caire en l'été de cette même année, préféra symboliquement au bronze l'emploi du granit et partit à Assouan choisir lui-même les blocs dans des carrières qui n'avaient plus été exploitées depuis des siècles. Et l'année suivante, le conseil des ministres, par une décision en date du 25 juin 1921, donnait l'autorisation d'ériger la statue sur la place de la Gare (actuelle place Ramsès3), confiait le projet, pour exécution, au Ministère des Travaux publics et affectait une somme de 3 000 LE dans le budget de 1922 pour la taille des blocs et leur transport d'Assouan au Caire. Mais ces crédits, ainsi que les fonds de la souscription populaire, étaient insuffisants pour mener à bien le projet et les travaux furent arrêtés. Ils ne purent reprendre que deux ans plus tard, lorsque Wissa Wassef présenta l'affaire au Parlement et obtint l'ouverture d'un nouveau crédit de 12 000 LE en juillet 1924. Différentes difficultés administratives retardèrent à nouveau la marche des travaux, et la statue ne fut officiellement inaugurée que le 20 mai 19284.

Un engouement tardif

4Cependant, si l'on considère la consommation effrénée de signes qui marque l'architecture du siècle passé en Égypte - architecture plus que jamais ramenée à un système de représentations -, ce soudain engouement local pour l'art des Pharaons, déclenché par l'œuvre de Mukhtar et que vint relancer la découverte de la tombe de Toutankhamon, le 25 novembre 1922, paraît bien, et curieusement, tardif.

5En matière d'architecture, les grands centres urbains égyptiens semblent en effet avoir expérimenté, depuis la seconde moitié du XIXème siècle, toutes les formes possibles de l'éclectisme alors triomphant en Europe, au point de pouvoir être perçus comme des sortes de catalogues de façades, grandeur nature, offrant les plus singuliers mélanges de toutes provenances. Les origines nationales fort diverses des architectes et entrepreneurs européens alors installés en Égypte, expliquent sans doute pour partie une telle diversité stylistique, tout comme la réelle demande d'une clientèle de plus en plus friande de références aux arts de l'Occident. Dans ce domaine, l'on se gardera néanmoins de tenter d'établir de trop strictes typologies, tant le corpus de références est vaste, et la production architecturale, par ailleurs, peu documentée, mais aussi parce que cette importation continue de styles européens n'est aucunement réductible à une logique de copie conforme des modèles d'origine. Fruit d'un double déplacement des sources d'inspiration, dans le temps (formes issues de l'Antiquité, de l'époque médiévale, de la Renaissance…, et transposées à l'époque moderne), comme dans l'espace (de l'Europe vers l'Égypte), l'architecture afrangi (à la franque) est aussi bien plus qu'une architecture importée : elle est le réceptacle d'un processus complexe de transfert, dans lequel le pôle récepteur et sa capacité d'appropriation ne joue pas un rôle mineur.

6Ainsi conjuguée à des sensibilités et à des savoir-faire locaux, la vogue de l'éclectisme européen revisité confère en effet aux villes égyptiennes, au Caire, à Helwan ou à Alexandrie, ailleurs encore, une physionomie tout à fait spécifique - éclectisme d'autant plus pittoresquement approprié que l'enracinement de ces villes dans le territoire est profond, comme on peut l'observer en Moyenne-Égypte, à Minia et Mallawi par exemple. Visiblement c'est toute la "panoplie éclectique" qu'évoque l'ornementation de ces façades du siècle passé : du néo-Renaissance italianisant ou français au néo-gothique, en passant par un néo-mauresque qui doit bien peu à l'art mamelouk ou ottoman ; genres supplantés au tournant du siècle par le décor floréal d'un Art nouveau pas très orthodoxe.

7D'où un certain étonnement face à l'absence notable des thèmes "égyptiens", encore que le promeneur avisé saura en discerner, çà et là, la modeste présence en élément rapporté sur quelque édifice cairote : sphinx ailé, traité avec une naïveté confinant au grotesque, et couronnant une porte à jambages inclinés dans une demeure du quartier Sakakini récemment démolie, sphinx couché et posé sur une extrémité de balustrade d'une villa Art nouveau à Sayyida Zaynab, scarabées ailés en pendentifs, comme retenus par deux baguettes saillantes verticales, scandant chaque travée de l'immeuble de rapport situé au Caire à l'angle de la rue Ramsès et de la rue du 26 juillet…

Portail d'entrée au quartier Sakakini

Détail de l'attique couronnant une fenêtre du Club des Princes, A. Lasciac, arch., 1897. (Archives personnelles de l'auteur)

Vestibule égyptien de l'hôtel Shepheard, réalisé vers 1893 par les frères Furino, ébénistes et décorateurs. (Ph. Lenhert et Landrock)

  • 5 L'édifice, indifféremment nommé club Lotus, club des Princes, ou club des Quarante selon les source (...)
  • 6 Cf. le dossier technique de ce projet publié in Journal des Tribunaux Mixtes, n° 147 du samedi 1er (...)

8Présence qu'indiquent encore certains documents iconographiques : telle cette vue du vestibule égyptien de l'hôtel Shepheard prise au début du siècle, que l'on distingue décoré de colonnes à chapiteau palmiforme et d'un plafond étoilé aboutissant par ailleurs à un salon "arabe", ou ce détail d'attique de fenêtre dessiné par l'architecte A. Lasciac en 1897 pour l'édifice dit du Club des Princes5, montrant une tête de sphinx ailé masquant le linteau et deux autres sphinx campés en vis-à-vis dans la frise peinte de l'attique. Mais l'allusion pouvait être plus imperceptible encore. Ainsi, en réponse au concours international pour le nouveau Palais de Justice du Caire lancé en 1923, l'équipe lauréate, composée des architectes français Azéma, Edrei et Hardy, avait proposé un projet inspiré de l'architecture romaine antique, "puisqu'il s'agit d'un monument dont le but est l'application des lois dérivées des Romains", mais prétendait cependant avoir cherché, par la silhouette générale du motif central principal, "à rendre autant que possible l'impression de masse impérissable particulière à l'architecture égyptienne"6.

La symbolique pharaonique au service du nationalisme

  • 7 GERSHONI & JANKOWSKI, op. cit., p. 164.
  • 8 A propos de l'architecture du Parlement, voir Magalla al-Handasa, janvier 1923, p. 59.

9Bien plus éloquentes sont de fait les manifestations architecturales issues du Pharaonisme égyptien des années 1922-1932 ; cet étrange mouvement d'idées, aussi dense qu'éphémère, dont l'émergence, l'apogée et le déclin sont essentiellement concentrés dans la décennie inaugurée par la découverte de Carter. Dans l'Égypte de l'après 1919, un tel événement venait à point nommé renforcer la conscience nationale et fut largement exploité à ce profit ; ainsi c'est, semble-t-il, délibérément que l'on fit coïncider la cérémonie officielle d'ouverture de la tombe de Toutankhamon, en mars 1924, avec l'inauguration du premier Parlement de l'Égypte indépendante7, dont le bâtiment avait été pourvu, en outre, d'un grand vestibule de style pharaonique8.

  • 9 COLOMBE Marcel, op. cit., p. 168.
  • 10 Sur M. H. Haykal, A. Husayn et S. Musa, voir les monographies qui leur ont été respectivement consa (...)

10Ainsi placé sous le signe du politique, ce mouvement gagna en quelques mois tous les secteurs de la vie intellectuelle et artistique du pays. "L'Égypte put alors se demander si elle resterait musulmane ou redeviendrait pharaonique", note un contemporain, Marcel Colombe9. De fait, des personnalités aussi différentes que Muhammad Husayn Haykal (1888-1956), leader des Libéraux-Constitutionnels, que le jeune Ahmad Husayn (1911-1982), futur fondateur du parti fascisant de la Jeune Égypte ou encore que le socialiste Salama Musa (1887-1958) se firent chacune - à des degrés divers et pour une période variable - les avocats des théories du Pharaonisme10. L'on pensait alors pouvoir trouver, dans le lointain passé de l'Égypte et dans sa civilisation prestigieuse, les bases de sa grandeur et de sa renaissance future, mais aussi la justification de la spécificité de son peuple. A l'instar de la démarche de Mukhtar, le retour aux sources parut un temps être la seule voie possible. La question de l'identité nationale y gagnait, de plus, le principe unificateur qui lui faisait défaut. Une telle conviction ne tarda pas cependant à susciter de violentes polémiques dans le champ intellectuel, en raison du paganisme étroitement associé à cette ancienne civilisation, ce qui précipita sans aucun doute l'abandon des théories du Pharaonisme par ceux-là mêmes qui en avaient été les plus ardents défenseurs, et notamment Muhammad Husayn Haykal.

  • 11 Voir l'inventaire dressé par GERSHONI & JANKOWSKI, op. cit., p. 177 et sv.
  • 12 Sur ce jardin, voir Al-Musawwar, n° 222 du 11 janvier 1929 et n° 539 du 8 février 1935.

11Pourtant le Pharaonisme ne saurait être réduit à sa dimension théorique ni à son éventuelle instrumentalité politique. Car ce fut aussi un état d'esprit, une sorte de romantisme, entouré d'une forte aura émotionnelle et inspirateur d'une expressive symbolique visuelle de l'Égypte renaissante. Ayant trouvé en la personne de Mukhtar un véritable précurseur et en son oeuvre la médiation la plus parlante, ce mouvement ne tarda pas à se généraliser après 1922 à tous les domaines de la création, sans en épargner aucun11 : de la littérature au théâtre (notamment certaines pièces de Tawfiq al-Hakim), de la sculpture donc à la musique (deux compositions de Sayyid Darwich en 1923 et 1924), sans oublier les arts graphiques - maquettes de couverture de revues (Al-Siyassa ou Al-Hilal, par exemple), annonces publicitaires et affiches furent saturées de symboles pharaoniques durant toute cette période - ou encore l'aménagement paysager : ainsi, après avoir réalisé le jardin japonais de Helwan entre 1917 et 1920, l'ingénieur Muhammad Dhul Fiqar, directeur des jardins de l'administration du Tanzim, entreprenait en 1928 la mise en œuvre d'un jardin pharaonique à Gezira12, qui fut terminé en 1935 et curieusement inauguré sous le nom de jardin Al-Andalus !

  • 13 Il s'agit pour l'essentiel de l'hebdomadaire Al-Musawwar, consulté pour les années 1925 à 1945. C'e (...)

12Dans le domaine de l'architecture, le Pharaonisme ne fut pas moins prolixe, si l'on en juge par ce premier inventaire, tout à fait provisoire cependant et principalement établi à partir du dépouillement de la presse illustrée de cette époque13.

  • 14 Illustration in Al-Musawwar, n° 71 du 19 février 1926.

13C'est, semble-t-il, à l'occasion de l'Exposition agricole et industrielle de 1926 que fut construit le premier édifice entièrement néo-pharaonique en Égypte. Ce pavillon provisoire, destiné à être détruit dès la fin de l'exposition, fut attribué au Ministère de l'Instruction publique, et une salle y avait été réservée pour l'exposition de la jeune Société des Amis de l'Art, créée quelques années auparavant. C'est par une longue allée de sphinx que l'on accédait à ce pavillon directement inspiré des temples égyptiens14.

Controverse pour un mausolée

14Du point de vue chronologique, la seconde construction, qui demeure par ailleurs l'expression la plus controversée du renouveau pharaonique dans l'architecture égyptienne, est le mausolée de Sa'd Zaghlul, qui ne fut de fait achevé qu'en 1931 bien que le projet en ait été conçu dans les mois qui suivirent la mort du leader survenue en août 1927.

  • 15 AL-RIFAI 'Abd al-Rahman, Fi a'qab al-thawra al-misriyya, Le Caire, 1969, T. I, p. 216.

15C'est au lendemain même de la mort du grand homme, que le conseil des ministres prenait en effet plusieurs décisions afin de commémorer comme il se devait la mémoire de Sa'd Zaghlul, au rang desquelles l'achat de sa demeure natale de Ibiana, de sa résidence du Caire connue sous le nom de Bayt al-umma et transformée plus tard en musée, ainsi que des deux maisons avoisinantes afin d'y construire à la place un mausolée où serait transporté par la suite son cercueil15 ; décisions dont l'exécution fut confiée au Ministère des Travaux publics, alors dirigé par 'Uthman Muharram, le même qui quelques années auparavant avait été chargé de superviser la mise en place de la statue du Réveil de l'Égypte. Tout en engageant les procédures nécessaires pour exproprier et faire démolir les deux maisons mentionnées, 'Uthman Muharram transmettait le dossier du mausolée à l'architecte Mustafâ Fahmi, directeur du Département des Bâtiments civils dépendant de ce même Ministère, pour que soient établis différents projets architecturaux.

Le mausolée de Sa'ad Zaghlul, Mustafâ Fahmi, arch., 1928-1931. (Ph. B. Guillot)

  • 16 Double page sur les origines de l'affaire du mausolée in Al-Musawwar, n° 171 du 20 janvier 1928.
  • 17 Dans le n° 1018 du 14 avril 1944.
  • 18 Idem.

16Car l'on avait tout d'abord songé, comme il était de tradition, à construire une mosquée portant le nom de Sa'd Zaghlul, laquelle renfermerait également son tombeau. L'idée cependant ne fit pas l'unanimité ; ses détracteurs, au nombre desquels plusieurs personnalités du Wafd, réfutèrent une telle proposition en raison de sa connotation religieuse, en objectant en premier lieu que Sa'd avait été le prophète du nationalisme (russul wataniyya) et non pas le représentant d'une confession, ni même sa propriété, et que de plus, les communautés non-musulmanes ne pourraient pas de la sorte rendre visite en toute liberté à la tombe du leader16. D'autres arguments moins avouables, en tout cas publiquement à cette époque, et ayant trait aux modes d'expression de la religiosité populaire, furent également mis en avant pour faire abandonner l'idée, si l'on en croit les propos tenus, près de 20 ans plus tard, par 'Uthman Muharram dans une interview donnée à l'hebdomadaire Al-Musawwar17. Interrogé sur les raisons motivant le choix du style pharaonique ou arabe donné à certains bâtiments publics, le ministre avait en effet déclaré que "d'une part, la construction du mausolée de Sa'd avait été une entreprise nationale dans laquelle n'avaient pas à interférer les questions religieuses, et que par ailleurs, si le monument avait été du style arabe, ce grand leader serait en peu de temps devenu le "chaykh Sa'd", et sa tombe, un véritable lieu de pèlerinage, auprès de laquelle l'on serait venu chercher la "baraka" et l'exaucement de vœux"18. Pratiques qui, aux yeux des autorités, n'auraient pas manqué de ternir la mémoire du grand homme.

17Aussitôt émise, l'idée de la mosquée fut donc abandonnée, et il fut alors décidé de construire un mausolée isolé, entouré d'un jardin. Toutefois, la question du style à donner à l'édifice n'avait toujours pas été tranchée, et le Département des Bâtiments civils prépara donc trois différents avant-projets, l'un en style néo-arabe, les deux autres en style néo-pharaonique. Après de longues délibérations, l'on opta finalement pour l'un des projets néo-pharaoniques, celui mis au point par Mustafâ Fahmi et son adjoint Muhammad Mustafâ. La chute du gouvernement wafdiste en juin 1928 retarda cependant le démarrage du chantier et en mai 1929, le cabinet de Muhammad Mahmud annonça même que les contraintes budgétaires ne permettaient pas de mener à bien un projet dont le coût se chiffrait à plus de 35 000 LE selon les premières estimations. Il fallut donc attendre le retour du Wafd au pouvoir en janvier 1930 pour que le projet soit ressorti des cartons du ministère.

  • 19 Et reproduits in Al-Musawwar, n° 281 du 28 février 1930.
  • 20 Voir l'article "Darih Sa'd" publié in Garida al-Siyassa al-Yawmiyya du 23 janvier 1930, et mentionn (...)
  • 21 D'après la réponse du Wafd publiée dans le journal Al-Balagh et citée par GERSHONI & JANKOWSKI, op.(...)

18Les dessins du projet furent alors rendus publics19, et la polémique sur son caractère pharaonique rebondit de plus belle. L'organe des Libéraux-Constitutionnels, Al-Siyassa, se fit largement l''écho des attaques menées à l'encontre d'un monument jugé beaucoup trop imposant en raison de ses 27 m de hauteur et dont les motifs pharaoniques venaient tout autant violer la tradition musulmane en matière d'inhumation des morts20. L'argument pouvait faire sourire dans un pays précisément caractérisé par la monumentalité de son architecture funéraire, dont les dimensions et l'ostentation avaient été, depuis la conquête, peu conformes à cette tradition. Al-Siyassa demanda donc à ce que les ulama soient consultés sur le paganisme affiché de ce monument - paganisme attribué à l'influence copte au sein du Wafd. Muhammad Husayn Haykal profita d'ailleurs de l'occasion pour dénoncer la prépondérance des Coptes dans le cabinet wafdiste, et accusa Makram 'Ubayd d'être à l'origine du style pharaonique du mausolée. Cette prise de position de Muhammad Husayn Haykal avait de quoi surprendre, sachant que le même homme avait été, quelque temps auparavant, l'un des plus fervents partisans du Pharaonisme. Le Wafd, qui espérait pouvoir continuer à tirer profit politiquement de ce mouvement comme cela avait été le cas lors de l'inauguration officielle de la statue du Réveil de l'Égypte, rétorqua de son côté que "les Libéraux n'étaient pas et ne méritaient en aucun cas de se poser en défenseurs de l'Islam"21.

19Après avoir été symbole d'unité et de renaissance nationale, le renouveau pharaonique devenait désormais un terrain privilégié d'affrontement entre les deux forces antagoniques dominant la vie politique agitée de l'Égypte libérale.

20Le chantier, entre-temps, était confié à l'entreprise Di Farro, sous la direction du Département des Bâtiments civils et put commencer au printemps 1930. Peu à peu le bâtiment sortait de terre et révélait une bien curieuse composition, quelque peu syncrétique. Certes, les détails de la modénature (moulures typiquement égyptiennes en arête des murs et nommées tores, disques ailés et rangées d'aspics dressés), ainsi que certains éléments architecturaux, tels que les corniches à gorge et les colonnes papyriformes, étaient bien d'inspiration "égyptienne", et leur dessin et proportions fondés sur une interprétation plutôt rigoureuse du vocabulaire antique, contrairement à bien des expressions architecturales antérieures de l'Égyptomanie occidentale, de facture plus grossière. L'Égyptologie n'en était plus alors à ses premiers balbutiements ; dessins précis et relevés savants des monuments abondaient : autant de modèles qu'il était désormais possible de reproduire fidèlement.

  • 22 Pour des vues de ces deux tombes, voir VOLAIT Mercedes, L'architecture moderne en Égypte et la revu (...)
  • 23 Même référence que la note 5.
  • 24 Et notamment les sépultures de 'Adly Yakin (1935) et de Muhammad Mahmud (1942) respectivement situé (...)

21Le plan centré du mausolée était en revanche plus inattendu. Formé d'une salle carrée flanquée de quatre avant-corps barlongs - sortes d'iwan-s atrophiés -, le tout à nouveau inscrit dans un carré de 26 m de côté, ce plan évoquait plutôt celui des grandes sépultures des sultans mamelouks auxquelles l'on aurait ajouté des saillies, que celui des temples des anciens pharaons. Suggérée par le plan ainsi que par la verticalité des embrasures, cette analogie morphologique était également perceptible en volume - n'était-ce un lanterneau carré surplombant l'ensemble. De fait, au "détail" près d'une coupole venant se substituer au lanterneau, c'est ce même type de plan qui fut par la suite repris pour différents mausolées "néo-arabes", ceux de Ahmad Mahir et de Mustafâ Kamil par exemple22. En façade, le calepinage des pierres de parement aux assises alternativement hautes et basses portait la marque d'autres influences encore, celle de l'antiquité romaine. Enfin, le caractère composite de cette architecture était également accentué par le traitement particulier de l'arête des panneaux encadrant les ouvertures allongées dans les avant-corps - ligne d'arête brisée par une entaille biseautée aux coins de chaque plaque du parement. Un dernier clin d'oeil de l'architecte sans doute, puisque l'idée n'était pas nouvelle et avait déjà été utilisée pour les légers décrochements de la façade latérale du nouveau siège du Palais de Justice du Caire, chantier auquel avait participé Mustafâ Fahmi23. Ce type d'encornure des pierres d'arête deviendra par la suite sa signature favorite : on la retrouve dans maints bâtiments qui lui sont attribués24.

  • 25 Voir Al-Musawwar, n° 370 du 13 novembre 1931.

22En matière de mise en oeuvre, il ne fut néanmoins plus question de suivre la démarche technique de Mukhtar : à défaut de granit naturel, l'on se contenta du "granit" artificiel pour le revêtement des colonnes à chapiteaux papyriformes, et pour celui des murs extérieurs, d'un mince parement de pierres tirées des carrières du Muqattam, tandis que la structure était en béton armé. Seul le sarcophage fut en pur granit… que l'on jugea préférable de faire venir d'Italie25. Bien que le mausolée ait été achevé en novembre 1931, le transfert des restes de Sa'd Zaghlul fut remis à différentes reprises par le gouvernement anti-wafdiste de Ismaïl Sidqi et n'eut donc lieu qu'en juin 1936, lorsque le Wafd revint au pouvoir.

  • 26 Bon reproduit dans Al-Musawwar, n° 171 du 20 janvier 1928.

23Un sort similaire fut réservé aux deux statues élevées à la mémoire de Sa'd Zaghlul, l'une prévue pour Le Caire et la deuxième pour Alexandrie. Pour financer l'exécution de ce projet officiel de construction du mausolée, une souscription avait été lancée en novembre 1927 par un comité présidé par Mustafa al-Nahas. En janvier 1928, le comité mettait sur le marché les bons de souscription, dont l'illustration avait été confiée aux artistes de "La Chimère", groupe fondé par Mukhtar en 1926. Le graphisme de ces bons appartenait résolument à l'imagerie pharaonisante. L'on y voyait le buste d'une déesse, les bras tendus soutenant une barque, surplombée en son centre par une photographie de Sa'd Zaghlul en lieu et place du disque solaire… le tout encadré de quelques lotus épanouis26. En 1930, le comité commandait a Mukhtar les deux statues, dont la réalisation allait à nouveau connaître d'innombrables difficultés. Les statues ne furent donc inaugurées qu'en 1937, soit trois ans après la mort du sculpteur.

Le Pharaonisme selon Ahmad Husayn

  • 27 Discours cité par 'AWAD Louis, Awraq al-'umr : sanawat al-takwin, Le Caire, Madbuli, 1989.
  • 28 'AWAD Louis, ibidem, p. 497.

24A peine achevé, le mausolée tant critiqué marquait cependant les esprits par son architecture des plus suggestives. A sa suite, l'idée d'une architecture funéraire à thème pharaonique faisait d'ailleurs son chemin : dans les cimetières de Sayyida Nafissa, de Mugawirin ou de Al-Ghafir, l'on peut ainsi recenser une dizaine de pavillons résolument néo-pharaoniques. Et déjà d'autres que les Wafdistes songeaient à leur tour, à exploiter la veine pharaonique, le jeune Ahmad Husayn notamment. Que ce dernier ait commencé sa carrière politique, à l'ombre de Muhammad Mahmud, dans les jeunesses des Libéraux-Constitutionnels - un parti devenu l'adversaire acharné du Pharaonisme - peut paraître, a posteriori, bien paradoxal. Mais le Pharaonisme était désormais chargé de nouvelles connotations, et l'usage qu'en fit Ahmad Husayn est à mettre en parallèle avec les images de la Rome antique brandies par Mussolini. Dans le discours que prononçait Ahmad Husayn lors du rassemblement de la jeunesse libérale-constitutionnelle d'août 1929, la référence mussolinienne était d'ailleurs explicite. Rendant hommage à Muhammad Mahmud, Ahmad Husayn évoquait le besoin qu'avait précisément l'Égypte "d'un leader dans les veines duquel coulerait le sang pharaonique" afin de la diriger comme "Mussolini dirigeait l'Italie"27. Et l'année suivante, le 10 mars 1930, Ahmad Husayn qui finissait tout juste sa première année d'études universitaires à la Faculté de Droit, appelait même à la constitution de "milices pharaoniques"…28

  • 29 Ibidem, p. 498 d'après l'autobiographie de Ahmad Husayn publiée en 1946.

25C'est néanmoins un projet d'un autre ordre, l'Œuvre dite de la Piastre (Machru'a al-Qirch), qui allait réellement le lancer sur la scène politique égyptienne. La crise économique mondiale battait alors son plein et n'avait pas épargné l'Égypte. L'idée d'Ahmad Husayn fut donc de former un groupe d'étudiants, chargé d'organiser une souscription nationale, dont le produit serait affecté au développement de l'industrie égyptienne ; selon Ahmad Husayn lui-même, cette idée lui aurait été suggérée par une statue du jardin des Tuileries, dont la plaque indiquait qu'elle avait pu être réalisée grâce aux centimes rassemblés par les enfants des écoles29. Point n'était besoin cependant d'aller chercher d'aussi lointains exemples ; l'Égypte venait de connaître plusieurs souscriptions nationales dans un passé tout récent qu'Ahmad Husayn semblait cependant ignorer.

Tombe anonyme au cimetière de Sayyida Nafissa. (Ph. M. Volait)

  • 30 Sur l'Oeuvre de la Piastre, voir JANKOWSKI, op. cit., p. 11 -13.

26Quoi qu'il en soit, avec pour slogan "une piastre pour l'industrie nationale", ce projet connut un succès retentissant. La première collecte fut entreprise au cours des mois de janvier et février 1932 ; organisée par des comités d'étudiants parcourant toute l'Égypte, d'Assouan à Alexandrie, elle se termina par un festival dans les jardins de l'Azbakiyya, auquel participèrent près de 85 000 personnes. Au total, 17 000 LE avaient été collectées en quelques semaines30.

L'usine du Machru'a al-Qirch à 'Abbassiyya, Muhammad 'Abd al-Halim, arch., 1932-33. (Archives Al-Ahrâm)

  • 31 D'après un article sur l'Oeuvre de la Piastre, in Al-Musawwar, n° 470 du 13 octobre 1933.
  • 32 Grossistes et détaillants étaient en effet habitués à un long crédit qui pouvait excéder 6 mois et (...)
  • 33 Vues de l'usine publiées dans un numéro spécial de Al-Musawwar consacré à l'Œuvre de la Piastre, su (...)

27Symboliquement, il fut décidé d'utiliser ces fonds comme capital initial d'une usine de tarbouches, pour laquelle l'Etat s'engagea à fournir un terrain à Abbassiyya. Portés par toute la classe professionnelle et éduquée en Égypte, les tarbouches étaient en effet importés de l'étranger, principalement d'Autriche et de Tchécoslovaquie, à raison de 500 000 unités par an31, après avoir été un temps, durant le règne de Muhammad 'Ali, fabriqués en Égypte. Il paraissait grand temps de faire renaître une telle industrie. Malgré les doutes émis par la Fédération égyptienne des Industries quant à la viabilité économique d'une telle entreprise qui se trouvait alors en concurrence avec l'usine que comptait créer en Égypte le groupe tchécoslovaque ayant le quasi-monopole de la production de tarbouches, et qui supposait d'importantes avances de trésorerie en raison de la structure même du marché de la distribution32, ce projet industriel de la Piastre allait pourtant être mené à terme. Une fois le terrain obtenu, le Comité de la Piastre prit donc contact avec Mustafa Fahmi afin que le Département des Bâtiments civils dresse les plans de l'usine et en surveille l'exécution, en raison peut-être de son expérience acquise en matière d'architecture pharaonique, puisque tel fut le style de la décoration choisie pour l'entrée principale de l'usine. Projet que Mustafa Fahmi confia à un jeune architecte de ce Département, Muhammad 'Abd al-Halim, de retour d'une mission scolaire en Angleterre. Dans ce cas précis, la référence pharaonique fut néanmoins assez discrète : tout au plus, une corniche à gorge courant tout au long du bâtiment, ainsi que quatre pilastres à chapiteau palmiforme en façade de l'entrée principale33. Aussitôt accepté, le projet fit l'objet d'un appel d'offres. Cependant le devis le plus avantageux fut tout de même de 20 000 LE, somme supérieure aux fonds d'ores et déjà collectés. Mais il en fallait plus pour décourager les membres du Comité de la Piastre. Une nouvelle campagne fut donc lancée dans les premiers mois de 1933, et permit à nouveau de rassembler 13 000 LE. Les travaux purent commencer. La pose de la première pierre de l'usine eut lieu en octobre 1932, et un an plus tard, l'usine était prête à fonctionner. A peine quelques jours après, Ahmad Husayn et ses amis décidaient alors de fonder le parti de la Jeune Égypte, et furent, à ce titre, sommés de quitter le Comité de la Piastre, dont les activités commencèrent dès lors à décliner. Au cours de l'année 1937, la collecte annuelle ne rassembla que 1 500 LE, mais entre-temps l'usine avait acquis peu à peu son autonomie financière. L'affaire s'était en effet avérée tout à fait rentable, et continua à exister jusque dans les années 1960, tout en ayant diversifié sa production. Aujourd'hui, il n'en subsiste plus que le nom, Masna' al-tarabich, conservé à la rue où était située cette usine. A son emplacement, l'on y trouve une autre usine dont l'architecture n'a cependant gardé aucune trace des constructions initiales.

La recherche d'une nouvelle expression architecturale ?

  • 34 GABR Ali Labib, "L'architecture contemporaine" in L'Art Vivant, numéro spécial 178 de novembre 1933 (...)

28Dans l'intervalle, le milieu professionnel avait été quant à lui séduit par l'expérience architecturale du mausolée. L'incongruité de l'architecture éclectique "de provenance étrangère" commençait alors à être remise en cause par une certaine avant-garde. Dans un texte écrit en 1930, l'architecte 'Ali Labib Gabr, qui enseignait alors la composition architecturale à l'École polytechnique du Caire, s'étonnait ainsi que, "malgré la richesse du pays en monuments antiques, nous ne (soyons) pas parvenus à créer un style purement égyptien, dégagé de toute influence étrangère"34. Seule l'étude approfondie de ces monuments devait permettre, selon lui, la constitution d'un nouveau vocabulaire architectural propre à l'Égypte contemporaine, dont il saluait les germes dans l'expérience d'Héliopolis, tout comme dans les réalisations arabisantes de Mahmud Fahmi et de son fils Mustafa Fahmi. D'autant, poursuit-il, "qu'il existe au Caire des centaines de mosquées anciennes d'une très grande beauté, dont l'étude nous est rendue aisée par suite de leur proximité". Il regrettait toutefois "que l'architecture inspirée de l'ancien style égyptien (n'ait) pas été l'objet de la part des architectes de l'attention qu'elle mérite" ; (pourtant), "si les architectes étudiaient ce style de façon approfondie, ils arriveraient à la création d'un nouveau style répondant aux exigences modernes, tout en conservant la simplicité, la noblesse et la dignité qui caractérise l'ancien".

  • 35 Vues de ces bureaux in Al-Musawwar du 17 février 1933.
  • 36 Même référence que la note 17.

29L'appel allait être entendu, ou du moins la consigne donnée aux services techniques de certains ministères. En 1933, l'Administration des Municipalités et Commissions locales réalisait, pour la ville de Benha, une halle aux fruits dont les bureaux étaient conçus en style "pharaonique".35 C'est le même style que choisissait également le Service de l'Irrigation pour différentes stations de pompage édifiées alors en Haute-Égypte sur les instructions, une fois de plus, de 'Uthman Muharram36.

  • 37 Article illustré sur cette demeure in Al-Musawwar, n° 391 du 8 avril 1932.

30Instrument de propagande pour les uns, le Pharaonisme pouvait aussi bien être, pour d'autres, simple affaire de goût personnel. Ce fut certainement le cas de 'Uthman Muharram, dont l'intérêt porté à l'architecture des anciens pharaons ne s'est pas démenti tout au long d'une carrière qui l'amena à assumer à dix reprises le poste de ministre des Travaux publics dans de successifs cabinets wafdistes entre 1924 et 1952. Depuis la mise en place de la statue du Réveil de l'Égypte, son nom est en effet associé à la majorité des projets pharaonisants de l'architecture officielle. Un temps mis à l'écart, de 1930 à 1936, lorsque le Wafd fut évincé du pouvoir par le gouvernement de Ismaïl Sidqi, 'Uthman Muharram n'abandonna pas pour autant son engagement pro-pharaonique. A défaut de pouvoir agir sur des réalisations publiques, c'est dans un projet privé qu'il chercha alors à concrétiser ses idées, sa propre demeure en l'occurrence. De 1930 à 1932, il se consacra donc entièrement à la conception et à la supervision du chantier de sa nouvelle demeure : seul exemple, à ma connaissance, d'architecture résidentielle manifestement néo-pharaonique37. Certes, le Pharaonisme gagnait au même moment les intérieurs, et après le "salon arabe", le "salon égyptien" apparaissait désormais de rigueur. Construite en 1931, et démolie en 1989, la villa néo-arabe de l'avocat Bahi al-Din Barakat, située à Giza dans la rue homonyme, possédait ainsi un salon d'inspiration égyptienne : avec force peintures murales à motifs lotiformes et poignées de portes en cuivre ayant la forme d'un oeil allongé… Dans la demeure traditionnelle des Demerdache adossée à la mosquée familiale de 'Arab al-Muhammadi, l'écrivain Out al-Kouloub, dont le tout jeune fils venait d'être choisi comme nazir de la confrérie des Demerdache en sa qualité de seul descendant mâle du cheikh 'Abd al-Rahim al-Demerdache, faisait peindre au même moment les plafonds du grand salon avec des scènes égyptiennes plutôt naïvement dessinées. L'ambition de 'Uthman Muharram était plus importante : il ne s'agissait plus d''un simple salon, mais d'un véritable "temple", où tout se voulait "pharaonique", dans les moindres détails, à l'intérieur comme à l'extérieur (colonnes, chapiteaux, corniches, moulures, ouvrages de serrurerie…). Tout, c'est-à-dire la décoration, car le plan de distribution demeurait, lui, tout à fait classique. Plan conçu sur trois travées, avec une salle traversante débouchant sur l'escalier d'honneur, comme dans la quasi-totalité des villas cairotes depuis la fin du XIXème siècle. Située avenue des Pyramides, cette demeure unique en son genre existe toujours, mais est devenue depuis le siège social d'une compagnie du secteur public spécialisée dans la fabrication de produits chimiques.

  • 38 Cf. COOKE R. L., "Station building design on the Egyptian State Railway" in Magalla sikak hadid, (...)

31L'appel de 'Ali Labib Gabr fut aussi entendu par l'architecte en chef des bâtiments de l'Administration des Chemins de fer, Muhammad Raafat. Ainsi trois gares furent conçues en style pharaonique, la première à Edfu (achevée en 1932), la deuxième à Kôm Ombo (achevée en 1933), et la dernière à Giza (achevée en 1935)38. Toutes trois sont bâties sur un même modèle, dont l'élément central évoque le naos des temples égyptiens, flanqué de part et d'autre par des galeries latérales de moindre hauteur ; avec quelques variantes dans le traitement de la modénature d'une gare à l'autre. Une dernière gare sera également bâtie dans ce style vers 1960 à Louxor. En 1933, le même architecte dessinait en revanche pour la ville de Tanta une gare en pur style "arabe", ce qui laissa penser qu'une ligne de partage "stylistique" avait été établie, coupant en deux le pays à la hauteur de la capitale. Selon la dite règle, c'est le style arabe qui aurait été plutôt attribué aux édifices publics du Delta et le style pharaonique à ceux de Moyenne et Haute-Égypte. Régulièrement mentionnée dans la presse architecturale, l'existence d'une telle règle n'est toutefois confirmée par aucun document officiel.

Détails d'un plafond de la maison Demerdache à 'Arab al-Muhammadi. (Ph. M. Volait)

La gare de Giza, Muhammad Raafat, arch., 1935
(Ph. Haycham Labib)

Portes de la villa de 'Uthman Muharram
(Ph. Haycham Labib)

Gare de Giza. (Ph. Haycham Labib)

Mausolée de S. Zaghlul. (Archives Volkoff)

La Faculté des Ingénieurs d'Alexandrie, Bureau d'Architecture du Ministère des Travaux publics, 1946-1951

Le pavillon de chasse du plateau des Pyramides, 1942-46. Vue générale et bas-relief du vestibule d'entrés. (Ph. Haycham Labib)

32Les locaux de la Faculté des Ingénieurs d'Alexandrie en constituent sans conteste le contre-exemple le plus frappant, mais aussi le plus imposant et vaste exemple d'architecture néo-pharaonique jamais édifié en Égypte, avec un portique central se développant sur plus de quatre niveaux. Bien que mis en oeuvre entre 1946 et 1951, le projet en était plus ancien, et une fois de plus lié au nom de 'Uthman Muharram, dont l'intention avait été d'imposer ce même style pour certains pavillons de l'Université du Caire édifiés à partir de 1927 ; ce qui n'avait pu se faire, pour cause de restrictions budgétaires - l'architecture néo-pharaonique avait pour réputation d'être fort coûteuse. Si 'Uthman Muharram put imposer à Alexandrie, faute d'avoir pu la réaliser au Caire, l'idée d'un édifice universitaire néo-pharaonique, celle-ci ne fut pourtant appliquée qu'aux locaux de la Faculté des Ingénieurs. Le Pharaonisme n'était plus guère d'actualité en cet après-guerre, et lors du concours ouvert en 1945 pour l'édification des autres pavillons de l'Université, le jury présidé par Mustafâ Fahmi, et qui comptait Ali Labib Gabr parmi ses membres, préféra se prononcer en faveur d'un projet tout à fait moderne.

  • 39 Il est probable que Mustafâ Fahmi, en sa qualité d'architecte en chef des Palais Royaux, ait été me (...)
  • 40 D'après la notice sur ce pavillon in AL-GUHARI Mahmud, Qusur wa tuhaf min Muhammad 'Ali ila Faruq, (...)

33Plus original, du moins par la composition de sa façade, est un autre édifice à peu près contemporain ; le pavillon de chasse du roi Farouk, bâti entre 1942 et 1946 sur un terrain surplombant la vallée aux pieds de la grande pyramide, où se trouvait depuis Ismaïl l'un des innombrables kiosques de la famille régnante. Farouk fit démolir ce kiosque et confia à une équipe d'architectes italiens et égyptiens39 son projet de nouveau pavillon, qu'il voulait à l'image de ce qu'il s'imaginait être la demeure d'un pharaon. Il prit d'ailleurs, à la conception de ce pavillon qui allait devenir son antre favori durant les dernières années de son règne, un intérêt tout particulier, parcourant, nous dit-on, temples et musées afin de choisir lui-même les éléments qu'il souhaitait faire reproduire40, le trône de Toutankhamon par exemple. La légende veut que, pour certains éléments, il ne se soit pas contenté de simples copies, faisant venir de Saqqara des colonnes en albâtre qui furent évidées afin de pouvoir être éclairées de l'intérieur… La reproduction n'excluait pas cependant l'interprétation, non dénuée d'humour dans certains cas - tels ces cobras à queue tirebouchonnée -, mais plus généralement mégalomane, avec le remplacement des disques solaires par le "logo" de la dynastie régnante, le croissant et les trois étoiles. Dans sa distribution, ce pavillon de 500 m2 de superficie au sol, aujourd'hui utilisé par la police touristique du plateau des pyramides, ne se singularise guère des résidences de la classe dominante. Guère non plus dans sa décoration intérieure par rapport à d'autres constructions néo-pharaoniques, si ce n'est par une certaine surenchère : colonnes en albâtre, bas-reliefs de scènes de chasse ornant les panneaux du vestibule, radio "pharaonique" de fabrication italienne, vitrail de l'escalier d'honneur commandé à un certain "Zizini", service de table "pharaonique" prétendument exécuté, en un unique exemplaire, par la Manufacture de Sèvres… Pour l'aménagement intérieur, l'on n'avait pas lésiné sur la dépense : il coûta 30 000 LE (tapis et peintures murales inclus), soit un peu moins que le gros-oeuvre et la maçonnerie, dont le coût apparaît comparativement restreint (40 000 LE), ce qui s'explique par l'emploi de matériaux économiques (construction en moellons et briques, revêtement en pierre artificielle).

  • 41 Le mosaïco désigne un mortier de ciment, de sable, d'agrégats et de poudre de granit, poli après la (...)

34L'élévation du pavillon est toutefois inhabituelle, du fait de la composition de sa façade principale qui évoque la face nue d'un "môle" (massif trapézoïdal formant, par paire, un pylône) étiré dans sa longueur, percé d'une seule baie horizontale à l'étage, et de quatre ouvertures étroites et allongées, façon meurtrières, de part et d'autre de l'entrée en rez-de-chaussée. Point de portique, donc, ni de colonnes en façade comme dans les constructions antérieures. La seule fantaisie de cette façade est son animation par la statuaire, introduite ici pour la première fois dans un édifice néo-pharaonique en Égypte. Ainsi, deux statues de Tutmosis III sur piédestal encadrent la porte d'entrée du pavillon ; le souverain est représenté debout, la jambe en avant, les poings serrés sur des rouleaux, portant la coiffe royale et la couronne symbolisant la Haute et la Basse-Égypte. Emploi de la statuaire encore pour les éléments soutenant l'entablement de la baie supérieure, constitués par une rangée d'atlantes représentant Toutankhamon, réalisés en "mosaico"41. Avec la Faculté d'Alexandrie, ce pavillon représente pourtant la dernière manifestation architecturale du Pharaonisme déclinant. Fin peut être prématurée d'un mouvement qui ne put réellement générer une nouvelle expression architecturale, celle qu'avec le temps souhaitait voir se développer 'Ali Labib Gabr, un néo-classicisme en quelque sorte, dont les prémisses, quoique timidement esquissées, sont présentes dans ce pavillon.

Vers une esthétique de bazar…

  • 42 Préface de Georges Rémond à l'ouvrage de ABU GHAZI Badr et BOCTOR Gabriel, Mouktar ou le Réveil de (...)
  • 43 CURL James Stevens, The Egyptian Revival : a recurring thème in the history of taste, Londres, 1982 (...)

35Difficile, au terme de ce premier inventaire, de suivre Colombe dans ses conclusions, lorsqu'il affirme que "ce mouvement resta superficiel et ne dépassa jamais le cadre fort restreint d'une école littéraire ou artistique". Car cette appréciation lapidaire ne rend que très faiblement compte de l'ampleur du phénomène "pharaonique" dans l'Égypte libérale, de sa charge affective tout comme de ses contradictions. Sa définition en demeure malaisée : fut-il le sursaut d'un vieil instinct plastique profondément enfoui, comme se plaisait à le dire Mukhtar en parlant de son oeuvre42, ou simplement, un instrument commode d'illustration de la conscience nationale ? L'excessive manipulation du référent antique au service de causes diverses, les querelles partisanes dont il fit l'objet, firent sans doute que le Pharaonisme, bien que destiné à se développer plus naturellement en Égypte qu'ailleurs, y fut moins durable. Et il n'acquit jamais toute l'épaisseur symbolique, voire ésotérique, dans laquelle baigna l'Egyptomanie occidentale. Car l'Egyptomanie ne fut pas seulement un "thème récurrent" dans l'histoire du goût occidental, pour reprendre la formule de James Stevens Curl43, elle est aussi à l'origine de l'exploration de la civilisation des anciens Égyptiens, dans sa dimension religieuse et philosophique comme dans sa dimension artistique. Depuis la tradition hermétique de la Renaissance européenne, l'Égyptomanie s'est exprimée aussi bien dans l'iconographie de la Franc-Maçonnerie que dans la recherche d'une expression architecturale du Sublime. Au XVIIIème siècle, les architectes visionnaires se passionnent pour les figures géométriques simples, la pyramide, l'obélisque ; et sont fascinés par la masse compacte et la symétrie de cette architecture antique, celle des pylônes notamment. Au siècle suivant, l'appréciation des historiens de l'art est sans doute plus négative, pourtant le style" Retour d'Égypte" connaît son apogée, et cette architecture, également associée à la mort, va inspirer de bien curieux monuments funéraires. Plus tard encore, le mouvement des Arts Déco va trouver dans les lignes claires de son art pictural, l'essence même de la pureté et de la modernité. Thèmes égyptiens, donc, sans cesse renouvelés et sources, encore et toujours, de renouveau.

  • 44 Même référence que la note 42

36Pour les architectes du mouvement moderne égyptien, qui commence à s'exprimer dans les années 1940, ce retour au passé apparaît comme un anachronisme ridicule et dénué de fondement. Dans un monde en mouvement, ils se sentent investis d'une toute autre mission, à caractère plus social : il y a bien d'autres tâches urgentes à accomplir que celles de la représentation. Et dans l'opinion courante, "les images comme celles que l'on voyait réapparaître, parmi les ruines et le sable, à la limite du désert, étaient toujours considérées comme des idoles maudites et maléfiques, au large desquelles il valait mieux passer"44.

37Dès lors, quittant le registre de l'art, c'est dans ces souvenirs de voyage produits en masse que le Pharaonisme, dans sa version la plus appauvrie, va connaître quelque postérité. Dans ces objets de bazar, qui font aujourd'hui la joie du touriste, et qui vont se banaliser, se multiplier. Ou encore dans ces décors d'hôtels ou de villages touristiques, qui s'entêtent à représenter, à grands ou à moindres frais, les splendeurs supposées d'un temps à jamais disparu…

38Avril 1987-Mars 1991

Notes

1 Ainsi que le souligne HUMBERT Jean-Marcel dans un ouvrage abondamment illustré et très complet intitulé L'Égyptomanie dans l'art occidental, Paris, ARC, 1989.

2 2. Sur le Pharaonisme en Égypte, l'on se reportera surtout au chapitre que lui consacrent GERSHONI I. et JANKOWSKI J. in Egypt, Islam and the Arabs ; the search for Egyptian Nationhood, 1900-1930, 1986, p. 164-210. Pour un témoignage contemporain, voir COLOMBE Marcel, L'évolution de l'Égypte, 1924-1950, Paris, 1951, p. 167 et sv.

3 Déplacé dans les années 1960 pour céder la place à la colossale statue de Ramsès, le Réveil de l'Égypte se trouve actuellement à Giza, place de l'Université.

4 De nombreux documents concernant le projet ont été rassemblés par ABU GHAZI Badr al-Din, Al-Mathal Mukhtar, Le Caire, 1964, p. 71-139.

5 L'édifice, indifféremment nommé club Lotus, club des Princes, ou club des Quarante selon les sources, avait été commandé à Lasciac par la Daïra 'Adli Galal, et existe toujours rue 'Imad al-Din. Les successives réfections de la façade n'ont cependant rien laissé subsister de l'ornementation d'origine d'inspiration Liberty.

6 Cf. le dossier technique de ce projet publié in Journal des Tribunaux Mixtes, n° 147 du samedi 1er mars 1924, p. I-XV.

7 GERSHONI & JANKOWSKI, op. cit., p. 164.

8 A propos de l'architecture du Parlement, voir Magalla al-Handasa, janvier 1923, p. 59.

9 COLOMBE Marcel, op. cit., p. 168.

10 Sur M. H. Haykal, A. Husayn et S. Musa, voir les monographies qui leur ont été respectivement consacrées par SMITH CD, Islam and the search for social order in Modem Egypt: a biography of Muhammad Husayn Haykal, New-York, 1983; EGGER V., A fabian in Egypt: Salama Musa and the rise of professionnal classes in Egypt, 1909-1939, UPA, 1986; et JANKOWSKI J., Egypt's young rebels: "Young Egypt", 1932-1952, Stanford, 1975.

11 Voir l'inventaire dressé par GERSHONI & JANKOWSKI, op. cit., p. 177 et sv.

12 Sur ce jardin, voir Al-Musawwar, n° 222 du 11 janvier 1929 et n° 539 du 8 février 1935.

13 Il s'agit pour l'essentiel de l'hebdomadaire Al-Musawwar, consulté pour les années 1925 à 1945. C'est aussi au hasard des promenades et des conversations que j'ai pu suivre les traces du Pharaonisme au Caire. Je dois à Menha al-Batrawi de m'avoir fait découvrir l'invraisemblable demeure de 'Uthman Muharram. Qu'elle en soit ici remerciée.

14 Illustration in Al-Musawwar, n° 71 du 19 février 1926.

15 AL-RIFAI 'Abd al-Rahman, Fi a'qab al-thawra al-misriyya, Le Caire, 1969, T. I, p. 216.

16 Double page sur les origines de l'affaire du mausolée in Al-Musawwar, n° 171 du 20 janvier 1928.

17 Dans le n° 1018 du 14 avril 1944.

18 Idem.

19 Et reproduits in Al-Musawwar, n° 281 du 28 février 1930.

20 Voir l'article "Darih Sa'd" publié in Garida al-Siyassa al-Yawmiyya du 23 janvier 1930, et mentionné par SMITH C, op. cit., p. 85 et sv.

21 D'après la réponse du Wafd publiée dans le journal Al-Balagh et citée par GERSHONI & JANKOWSKI, op. cit., p. 188.

22 Pour des vues de ces deux tombes, voir VOLAIT Mercedes, L'architecture moderne en Égypte et la revue Al-'lmara (1939-1959), CEDEJ, Le Caire, 1988, pl. VII.

23 Même référence que la note 5.

24 Et notamment les sépultures de 'Adly Yakin (1935) et de Muhammad Mahmud (1942) respectivement situées à Imam al-Chafi' et 'Umar Ibn al-Farad, ainsi que le Dar al-Hikma (1939).

25 Voir Al-Musawwar, n° 370 du 13 novembre 1931.

26 Bon reproduit dans Al-Musawwar, n° 171 du 20 janvier 1928.

27 Discours cité par 'AWAD Louis, Awraq al-'umr : sanawat al-takwin, Le Caire, Madbuli, 1989.

28 'AWAD Louis, ibidem, p. 497.

29 Ibidem, p. 498 d'après l'autobiographie de Ahmad Husayn publiée en 1946.

30 Sur l'Oeuvre de la Piastre, voir JANKOWSKI, op. cit., p. 11 -13.

31 D'après un article sur l'Oeuvre de la Piastre, in Al-Musawwar, n° 470 du 13 octobre 1933.

32 Grossistes et détaillants étaient en effet habitués à un long crédit qui pouvait excéder 6 mois et s'élever à plusieurs dizaines de milliers de livres, selon la Fédération, cf. L'Égypte industrielle, n° 3 du 1er février 1933.

33 Vues de l'usine publiées dans un numéro spécial de Al-Musawwar consacré à l'Œuvre de la Piastre, supplément au n° 429 du 30 décembre 1932.

34 GABR Ali Labib, "L'architecture contemporaine" in L'Art Vivant, numéro spécial 178 de novembre 1933 consacré à l'Égypte, p. 563-564.

35 Vues de ces bureaux in Al-Musawwar du 17 février 1933.

36 Même référence que la note 17.

37 Article illustré sur cette demeure in Al-Musawwar, n° 391 du 8 avril 1932.

38 Cf. COOKE R. L., "Station building design on the Egyptian State Railway" in Magalla sikak hadid, n° 2, février 1936, p. 2.

39 Il est probable que Mustafâ Fahmi, en sa qualité d'architecte en chef des Palais Royaux, ait été membre de cette équipe. Ceci m'est suggéré par le dessin de différents motifs décoratifs du pavillon des pyramides qui ont leur équivalent dans le mausolée de Sa'd.

40 D'après la notice sur ce pavillon in AL-GUHARI Mahmud, Qusur wa tuhaf min Muhammad 'Ali ila Faruq, Le Caire, 1954, p. 117-124.

41 Le mosaïco désigne un mortier de ciment, de sable, d'agrégats et de poudre de granit, poli après la prise, et utilisé pour imiter le granit naturel.

42 Préface de Georges Rémond à l'ouvrage de ABU GHAZI Badr et BOCTOR Gabriel, Mouktar ou le Réveil de l'Égypte, Le Caire, 1949.

43 CURL James Stevens, The Egyptian Revival : a recurring thème in the history of taste, Londres, 1982, ouvrage qui considère plus particulièrement les manifestations architecturales de l'Egyptomanie.

44 Même référence que la note 42

Notes de fin

1 Chercheur associé au CEDEJ, Le Caire.

Table des illustrations

Légende Portail d'entrée au quartier Sakakini
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Détail de l'attique couronnant une fenêtre du Club des Princes, A. Lasciac, arch., 1897. (Archives personnelles de l'auteur)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Vestibule égyptien de l'hôtel Shepheard, réalisé vers 1893 par les frères Furino, ébénistes et décorateurs. (Ph. Lenhert et Landrock)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Le mausolée de Sa'ad Zaghlul, Mustafâ Fahmi, arch., 1928-1931. (Ph. B. Guillot)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Tombe anonyme au cimetière de Sayyida Nafissa. (Ph. M. Volait)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende L'usine du Machru'a al-Qirch à 'Abbassiyya, Muhammad 'Abd al-Halim, arch., 1932-33. (Archives Al-Ahrâm)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Détails d'un plafond de la maison Demerdache à 'Arab al-Muhammadi. (Ph. M. Volait)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende La gare de Giza, Muhammad Raafat, arch., 1935(Ph. Haycham Labib)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Portes de la villa de 'Uthman Muharram(Ph. Haycham Labib)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Gare de Giza. (Ph. Haycham Labib)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Mausolée de S. Zaghlul. (Archives Volkoff)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende La Faculté des Ingénieurs d'Alexandrie, Bureau d'Architecture du Ministère des Travaux publics, 1946-1951
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Le pavillon de chasse du plateau des Pyramides, 1942-46. Vue générale et bas-relief du vestibule d'entrés. (Ph. Haycham Labib)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/560/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter