Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Bande dessinée et presse enfantine

L’Égypte et l’Egyptien d’Astérix et Cléopâtre

Leïla Enan

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur. Et la vie n'est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petitbonum…

  • 1 DARGAUD S. A., éditeur.

2On aura évidemment reconnu les premières lignes qui annoncent chacune des aventures du très fameux Astérix avec leur scénario écrit par Goscinny, et dessiné par Uderzo1. On saura aussi, et cela dès la deuxième page, que "Panoramix, le druide vénérable du village, cueille le gui, et prépare des potions magiques." Sa plus grande réussite est la potion qui donne une force surhumaine au consommateur. Mais Panoramix a d'autres recettes en réserve… Il y a la potion magique, puis les autres "breuvages", assez nécessaires il est vrai mais non suffisants, comme la potion magique. Car, s'il est un fait que chaque nouvelle aventure d'Astérix met bien en relief, c'est que la potion qui donne la force surhumaine aux Gaulois de ce village est la clé de toutes ces aventures : elle en est même souvent le prétexte.

3Elle permet à Astérix et à ses compatriotes de damer le pion à Jules César en personne, sans compter ses légionnaires, écrabouillés chaque fois qu'on les rencontre ; et comme en 50 avant Jésus-Christ ils sont partout, le résultat ne se fait pas attendre : le lecteur, tout comme les Romains d'ailleurs, n'est jamais déçu : la bagarre confrontera immanquablement Astérix et Obélix aux malheureux légionnaires, qui se feront immanquablement anéantir.

4Astérix va faire son tour de Gaule, comme il fait son tour d'Europe, pour répéter, à satiété, ses prouesses de grand consommateur de potion magique, et cela, pour avoir souvent à en défendre l'inventeur en personne : si la potion magique leur attire bien des ennuis (en éveillant la cupidité de tous, aussi bien des Romains que des Goths entre autres), elle sauve aussi les "irréductibles Gaulois" de bien des déboires.

5Les albums se succèdent et présentent Astérix chez les Bretons, Astérix et les Goths… et les Normands… et les Belges… en Corse, etc. et même Astérix et Cléopâtre ; car Astérix a aussi été en Afrique, seule fois (à notre connaissance du moins) où il aurait visité ce continent : César n'y a-t-il pas été en personne, et ne fallait-il pas l'écraser aussi là-bas ? Or, peut-on dire "César", sans penser, du même coup, "Cléopâtre" ?

6Car la série des Astérix va de cliché en cliché, et quand un faux devin, par exemple, promet à un centurion débile de lui donner la place de César (tel est l'espoir de tous les officiers romains de ces albums), ce centurion rêve tout haut le glorieux destin qui l'attend, inéluctablement, et soupire : "Et Cléopâtre ? … " ! (Le Devin, p. 41). Astérix-le-Gaulois, premier en date de la série, avait d'ailleurs annoncé cette fatalité qui liait les deux noms, en présentant un César s'écriant : "Par Cléopâtre…" (p. 47), au lieu de lui faire dire : "Par Jupiter…", comme tous les autres Romains. Nous étions pourtant très loin de l'Égypte, alors.

7Comme il y a un album racontant Les lauriers de César, et aussi Le cadeau de César, il y a un album racontant Astérix et Cléopâtre : ces deux personnages historiques sont les seuls d'ailleurs à voir leur nom lié à celui d'Astérix, le héros génial du village gaulois. Du coup, ses aventures gagnent de la crédibilité dont jouit le roman historique, et le lecteur, qui ne croit qu'à demi aux prodigieuses prouesses du Gaulois Astérix, se laisse alors inconsciemment convaincre par l'univers à moitié réel de celles-ci. D'autant plus que chaque pays ne montre que ses caractéristiques les plus notoires, l'idéologie de cette série ne comportant que des idées reçues : ainsi, les Goths vont agir en guerriers barbares, par exemple, les Bretons, flegmatiques, vont boire de l'eau chaude à cinq heures, et les Flamands, énormes, s'empiffrer de victuailles gargantuesques à tout bout de champ. Nous ne citons, évidemment, que quelques exemples, tous les peuples présentés illustrant ainsi les clichés les plus sommaires et les plus répandus à leur sujet. La potion magique transformera l'eau chaude en thé, et les Goths en enragés turbulents, mais elle n'ajoutera rien à la violence de toutes ces peuplades européennes, dans leur farouche résistance aux Romains. Remarquons, en passant, que ces peuples deviendront tous plus ou moins latins, à force de coopération avec cette même Rome ici si bafouée. Et, comble de l'absurde et de la mauvaise foi, pour prix des victoires historiquement réelles des Romains, le texte de ces albums fait dire à leur malheureux général Nenpeuplus : "Ils sont tous bêtes, et je suis leur chef…" (Astérix et les Goths, p. 22). En fait, la série aurait pu s'appeler : "Astérix, ou comment corriger les défaites européennes du passé."

8Par contre, Astérix et Cléopâtre ne se déroulant pas en Europe, le scénario pour une fois est radicalement différent : il est vrai que l'Égypte, elle, n'est pas devenue latine, malgré sept siècles de domination romaine. C'est peut-être la raison pour laquelle cet album ne blanchit pas une résistance qui donna des preuves historiquement valables.

9La scène se passe donc à Alexandrie, où en dehors de "la reine légendaire", on fait connaissance aussi avec l'Égypte, et avec quelques Egyptiens. Comment est présenté tout ce nouveau monde qui n'a rien à voir avec l'univers celte du druide Panoramix, et des consommateurs européens de sa "potion magique", c'est ce que nous allons essayer de voir.

10A tout seigneur, tout honneur : Cléopâtre est là, dès la première page. Nous sommes à Alexandrie, précisent les premiers mots de cet album, pour situer l'action et expliquer le décor pharaonique où évolue César : "Alexandrie, capitale du royaume d'Égypte, dans le palais de Cléopâtre (qu'on voit de dos), la reine légendaire, celle dont il a été dit que si son nez eût été plus court, il eût changé la face du monde …"

11Le lecteur, de culture française, est tout de suite en pays de connaissance, et, par conséquent, fort à l'aise, en cette terre inconnue qu'est l'Égypte antique : en effet, pour bien prouver sa filiation française, et moderne, Cléopâtre va tout de suite arborer un très long nez, très fin d'ailleurs, qu'elle doit à la philosophie de l'histoire de Pascal.

12Ce nez tournera la tête à tous les mâles de l'album, qu'ils soient chefs, comme César ou Panoramix, ou simples domestiques, comme ceux qui lui portent des messages, et qui s'en vont, tous ravis, éblouis, conquis par ce nez, et répétant à l'envi : "Quel joli nez ! … "

13Ouvrons ici une parenthèse, pour souligner un des traits les plus caractéristiques des aventures du Gaulois, et peut-être l'une des raisons les plus évidentes de leur succès, cet art qui consiste à traiter le passé comme s'il baignait dans le présent, avec tant de clins d'œil au lecteur, que celui-ci ne peut que s'incliner de bonne grâce. L'anachronisme et le réalisme sont traités de main de maître, et font ainsi tout accepter au lecteur ravi.

14Les personnages auront, par exemple, la tête de nos contemporains, comme l'agent romain Zerozerosix de L'Odyssée d'Astérix, portrait de l'acteur Sean Connery, le fameux James Bond 007 ; la Cléopâtre d'Astérix ne se fera pas faute d'emprunter son nez à Pascal et à Elisabeth Taylor, dernière en date des modernes Cléopâtre hollywoodiennes, les chars de son film historique, et ses esclaves. Totalement conquis par le jeu, le lecteur n'en avalera que mieux ce passé revu à la mode du jour ; comme il sourira, par exemple, de ce Corse façon Tino Rossi, et qui s'appelle alors : Ocatarinetabellatchitchix (en un seul mot !) (Astérix en Corse).

15Cléopâtre révèle donc, dès les premières images, et ce nez, et son mauvais caractère de reine gâtée, comme le veut l'imaginaire populaire et les idées courantes sur les belles têtes couronnées ; comme est soulignée d'ailleurs "l'amitié" qui la lie à César et qui n'empêche pas les scènes de ménage. Ces clichés ayant tous été confirmés et ce dès la première page, la pièce peut-elle commencer ? Non, pas encore.

16Car il manque encore un cliché, qu'un Jules César plus désinvolte que jamais, jette négligemment à son amie, la reine d'Égypte : "Il faut se rendre à l'évidence, ô ma reine. Ton peuple est décadent ! Il est tout juste bon à vivre sous la dépendance de Rome, dans un demi-esclavage". La reine bondit, casse un vase et parie de lui prouver le contraire. Maintenant, la pièce peut vraiment commencer.

17Astérix et Cléopâtre aurait dû, plus justement, s'appeler "Astérix et le pari de Cléopâtre". Car ce que l'album raconte, c'est comment, "la reine légendaire" n'a pu gagner son pari que grâce à l'aide fournie par Astérix et ses amis, Panoramix, Obélix, et surtout, "last but not least" - et ce n'est pas là un jeu de mots ! - Idéfix : en effet, malgré sa taille minuscule, ce chien les sauve, et à deux reprises, d'une mort certaine.

18Comment l'Égypte est-elle présentée ? Il y a, bien sûr, Alexandrie où tout commence. Et ce n'est que justice puisque c'est là aussi que débarquent les Gaulois, accourus sauver un architecte égyptien d'une mort atroce, les crocodiles sacrés se chargeant de manger ceux qui déçoivent la reine. Or celle-ci, pour gagner son pari, a choisi de faire construire par Numérobis, "le meilleur architecte d'Alexandrie" en personne, un palais pour César. Cet Egyptien est, par un heureux hasard, l'ami de Panoramix, et il est si écrasé par sa nouvelle tâche qu'il va jusqu'au nord de la Gaule - lui qui n'a que trois mois pour achever son travail ! - pour appeler au secours le mage gaulois.

19Panoramix revient donc avec lui ayant, par hasard aussi, besoin de consulter quelques manuscrits de la fameuse bibliothèque d'Alexandrie. Sur l'étrangeté du fait, nous n'insisterons guère, le texte n'étant pas à une anomalie près, le genre - et celui de la série des Astérix en particulier - ayant ses lois, dans l'univers d'absurde et de joyeuse folie qu'il instaure avec ses anachronismes, même quand il emprunte - comme cet album - quelques règles au roman historique.

  • 2 Par DE GIETER, éditions Dupuis, Marcinelle-Charleroi-Paris-Montréal - Bruxelles-Sittard.

20Les Gaulois débarquent donc à Alexandrie (p. 11) : sans le phare (aussi légendaire que la reine) et un obélisque planté au milieu de la ville, cette Alexandrie-là ressemblerait à s'y méprendre à d'autres ports déjà vus dans d'autres albums des aventures d'Astérix, et notamment, à la ville d'Aléria en Corse (Astérix en Corse, p. 27) ; celle-ci était pourtant vue de l'intérieur, et non de la mer comme est vue Alexandrie. Mais il ne faut pas trop chicaner l'exactitude des références : nous sommes loin de la rigueur scientifique de la série des Papyrus2, où le dessin et le texte sont souvent une vraie leçon de civilisation pharaonique, et cela, malgré le merveilleux et la fantaisie onirique des aventures racontées.

21Car, de l'Égypte, nous ne verrons, dans Astérix et Cléopâtre, comme pour "le nez de la reine", que ce qui indique, sommairement, ce que tout le monde connaît : nous avions vu le phare à Alexandrie, nous verrons aussi le désert, et rien d'autre, à croire le pays inhabité en dehors de sa capitale - une rivière verte qui serait le fleuve Nil, quelques arbres de temps en temps sur une berge jaune de sable inviolé, puis, bien sûr, le sphinx et les pyramides : que faut-il de plus pour des touristes de passage ? Ces Gaulois ne manquent pas à la règle ; ils ne sauront rien de plus, ou d'autre, de l'Égypte contemporaine.

22Le lecteur non plus, d'ailleurs : ce cadre est un stéréotype, vide de sens, en dehors de quelques allusions à ce que les touristes trouvent partout, à savoir les petites boutiques - ou les tentes - offrant à l'étranger de passage de petits sphinx, de petites pyramides, et la possibilité de se faire photographier… - pardon ! : "graver" -, devant le paysage reproduit sur toutes les cartes postales modernes. Le touriste est heureux : il n'a pas quitté la sécurité réconfortante de son foyer, dans ces paysages qu'il connaît déjà, tout en voyageant ; tout comme le lecteur d'Astérix et Cléopâtre, qui rit de voir Panoramix reproduit en pierre, et en profil, comme une statue pharaonique, le temps d'une visite au sphinx - verra-t-on autre chose que cette Égypte de dépliant touristique publicitaire, mangée par le désert et le sable ?

23Si, quand même ! Il y aura aussi quelques Egyptiens. Ils sont, en dehors de ceux rattachés au palais de la reine à Alexandrie, les ouvriers du chantier, où la parole de la reine et la renommée des Egyptiens se jouent.

24Dans ce pays où les enfants sortent de l'école en un ordre parfait, sous l'œil placide d'un agent réglant la circulation, à Alexandrie, dans ce pays très moderne donc, les ouvriers ne travaillent qu'au fouet ! "Ils sont fous, ces Egyptiens ! " (p. 15), dit avec raison Obélix, le sage. Les ouvriers ne se relaient-ils pas pour le tenir, ce fouet ?! Et quand il y en a deux qui "font des heures supplémentaires", l'un tire la pierre à bâtir, alors que l'autre lui tient le fouet ! "Rien de tel qu'un petit coup de fouet pour vous mettre en train le matin ! " (p. 14), assure le pourtant gentil architecte Numérobis, l'ami des Gaulois.

  • 3 La métamorphose d'Imhotep, op. cit., p. 9-11.

25Tel n'est pas bien sûr, ce que Papyrus voit dans son Égypte à lui ; là, les travaux et la longue file d'ouvriers n'ont besoin, pour avancer, que d'entendre comme tout le monde, de joyeux quolibets3.

26Les ouvriers de Numérobis vont quand même faire une grève, réclamant "une diminution de coups de fouet", ce que le patron ne peut tolérer. Nous avions vu les Corses dormir et ne rien faire, que leur sieste ; les Egyptiens, eux, semblent travailler encore moins. Les Corses font au moins la guerre aux Romains, mais pas les Égyptiens qui n'agissent qu'avec le fouet, ou la potion magique ; ainsi présentés, ils sont vraiment mûrs pour "le demi-esclavage" dont parlait César. Il est vrai que celui-ci n'était pas alors le maître du pays, comme en Corse ou en Gaule : ce n'est pourtant pas l'impression que nous donne le texte, les Romains agissant là, en fait, comme en pays conquis ; et bombardant, à volonté, le chantier royal en plein essor ; cela, bizarrement, en l'absence de toute résistance locale et indigène. Mais nous ne sommes pas là pour faire le procès de la réalité historique, dans la série des Astérix

27Ecœuré par l'emploi du fouet, cette "façon de traiter les gens" (p. 16), Panoramix s'emporte : "Je vais vous montrer, moi, comment on fait travailler les hommes ! " - Et c'est ainsi que les ouvriers égyptiens, éblouis par la "petite démonstration" produite par Astérix et Obélix, se mettent donc à l'école fran… pardon, gauloise, et tout souriants, font "la queue (…) pour une ration de (leur) potion magique" (p. 17).

28Sur la même page, on les verra, ainsi qu'Idéfix le petit chien, devenir plus que téméraires grâce au breuvage magique (Idéfix a été lécher la marmite renversée). Inutile d'insister sur le parallélisme qui s'instaure immanquablement entre le chien et eux, du fait de la représentation picturale des deux scènes concordant, en un temps unique, sur une même planche…

29C'est ainsi que le pari de la reine sera tenu, et qu'elle prouvera, grâce à l'aide de ces "prodigieux Gaulois", que les Égyptiens ne sont pas "un peuple décadent", incapable de rien construire. Encore une fois, César a été battu par les "Gaulois irréductibles", partis secourir leur ami, Numérobis, l'architecte du palais, qui est bien la preuve vivante de la décadence du pays.

30Il est la preuve évidente que "le meilleur architecte d'Alexandrie" comme le dit Cléopâtre, eh bien !, "ce (…) n'est pas grand chose" (p. 6). Elle avait aussi dit à César : "Mon peuple a construit les pyramides ! La tour de Pharos ! Les temples ! Les obélisques !. " Et César avait répondu : "C'est vieux tout ça. Maintenant, il est tout juste bon à attendre la crue du Nil…" Or, Cléopâtre avait justement choisi Numérobis pour prouver le contraire…

31C'est un petit homme fort sympathique que cet architecte, à la mine toujours ahurie, affolée, ravie ou catastrophée. Et pour cause : "Numérobis (lui avait dit la reine qui l'avait convoqué après son altercation avec César) … tu es le meilleur architecte d'Alexandrie (mais…) tes constructions sont fragiles ! (et…) les plafonds s'écroulent" (p. 6). En effet, la maison de l'architecte tient debout par un miracle qui ne doit rien à la potion magique. Les colonnes du péristyle ont l'air d'être ivres, chaque fenêtre a un angle qui diffère de celui de la voisine, les marches du grand escalier sont, et c'est le moins qu'on puisse dire, fort irrégulières ; il suffira même au minuscule chien Idéfix de flairer une épaisse colonne en pierre, pour que celle-ci s'écroule (p. 13). Devant cette maison en pierre et à triple étage, où chaque ligne suit un vecteur fantaisiste, avec une porte qui ne s'ouvre que quand Obélix la défonce, Numérobis reconnaît : "Euh… oui… c'est moi qui l'ai construite !… " (p. 12). Mais si telle est sa propre maison, que sait donc faire cet architecte ?

32En fait, tout ce que Numérobis fera, à part se lamenter sur son sort, et plaindre les crocodiles sacrés qui le trouveront sans doute indigeste (p. 15), c'est d'appeler à l'aide son ami gaulois, et de suivre ses directives à la lettre ; il se laissera ensuite couvrir d'or pour ce que ce même ami a réalisé avec son équipe de Gaulois, potion magique et chien compris. La reine, reconnaissante, leur dira : " (…) J'offrirai à César, avec ce palais, la preuve que notre peuple n'est pas décadent ! " (p. 45). Quant à l'architecte qui, au haut de la même planche, se voyait refuser un dessin qu'il présentait humblement à Panoramix, il dira au druide, à la page suivante : "Vous m'avez sauvé la vie, et vous m'avez appris mon métier…" (p. 46). Il est vrai que les Gaulois ont tout fait partout : Obélix n'a-t-il pas même cassé le nez du sphinx ? Mais c'est qu'"ils sont prodigieux", ces Gaulois ; "ce sont (même) des mages ! Des êtres surhumains" (p. 26) ; c'est ce que tous répètent y compris leurs ennemis et jusqu'à Amonbofis, l'architecte concurrent, oublié par Cléopâtre.

33Ce dernier se présente comme un être immonde, jaloux et fourbe, qui, comme le Romain, gagnerait beaucoup à ce que la reine perde son pari. Il est en effet normal que la faveur de la reine fasse des jaloux, et Numérobis avait prévenu ses amis gaulois : "En Égypte, nous aurons à lutter contre le temps, la main-d’œuvre défaillante, contre les Romains qui voudront nous empêcher de gagner le pari de Cléopâtre et surtout, contre Amonbofis, un architecte concurrent qui veut toujours me nuire…" "Il est doué ? ", avait demandé Astérix ; "Non, il est riche", avait répondu Numérobis (p. 9). Ce rival, si riche, va se présenter à son collègue, dès son retour à Alexandrie, ce qui nous permettra de faire la connaissance d'un autre architecte égyptien : il est aussi grand que le sympathique Numérobis est petit, aussi maigre que l'autre est gros ; avec un sourire diabolique plein de dents de loup qui jure avec l'adorable bonhomie de son rival plus heureux.

Fig. 1 Astérix et Cléopâtre, Paris, Dargaud, 1965, 48 p.

Fig. 2 Le char de Cléopâtre (p. 27)

Fig. 3 La maison de Numérobis (p. 12)

Fig. 4 Le port d'Alexandrie (p. 11)

Fig. 5 Le palais de César (p. 46)

34Tout, en lui, caractérise le méchant, il a même un petit nez crochu : l'architecte de Cléopâtre, tout comme les Gaulois, a, quant à lui, un gros nez bien grand et bien rond, qui lui confère, dirait-on, ces lettres de noblesse dont manque terriblement son méchant et riche concurrent. Amonbofis vient lui proposer un marché bien particulier : il s'agirait de construire le palais de la reine avec lui et de partager ensuite l'or en cas de succès ; en cas d'échec, l'associé disparaîtrait, tout simplement, laissant Numérobis, seul, face aux crocodiles affamés. On ne peut évidemment rêver franchise plus noire ni plus infâme. L'architecture croulante de la maison de Numérobis a ceci de bon que quand il met à la porte un de ses visiteurs, les pierres, disjointes, se chargent d'écraser le dit importun. Bien malmené, Amonbofis s'en va donc, écrasé, et jurant de se venger : il fera, logiquement, tout son possible pour faire échouer son rival, et se débarrasser à jamais des Gaulois. Mais tout est bien qui finit bien, le lecteur le retrouve, vaincu, travaillant au chantier, sans l'aide de la potion magique, sous la ferme direction de Panoramix.

35Le palais est heureusement terminé, pour la gloire de la reine, et de son peuple enfin lavé de l'injure faite par César ; cela n'a été possible que grâce aux Gaulois, comme le reconnaît encore une fois Numérobis couvert d'or ; mais alors, ô surprise, nous voyons ce dernier, préparant les nouveaux projets qui suivront le départ de ses amis, déclarer : "Je me suis réconcilié avec Amonbofis …" Le lecteur, là, a bien le droit de s'étonner. Il n'en croit pas ses oreilles… et à plus forte raison ses yeux ! Quand il avait entendu parler de cet architecte, pour la première fois, c'était sur le bateau qui ramenait le malheureux Numérobis et ses amis vers Alexandrie, où les attendaient, entre autres dangers, celui de ce rival qui "a beaucoup de talents … d'or", pour reprendre le jeu de mots mis dans la bouche de l'Égyptien qui précise : "C'est la monnaie que nous utilisons" (p. 9). Et quand, une fois rentré dans sa maison croulante, Numérobis avait écouté ce rival lui proposer une association où seul le bénéfice serait partagé, le doux et paisible Numérobis s'était écrié furieux : "Je refuse ! Je n'aime pas tes méthodes de travail ! Tu utilises des esclaves que tu tues à la tâche ! Tu es cruel et fourbe ! Sors de chez moi ! " (p. 13). Cette aventure d'Astérix, en Égypte, ne fait, en fait, que raconter comment Astérix et ses amis ont échappé, grâce surtout à Idéfix, au complot de ce dangereux architecte, éconduit pour tant d'excellentes raisons. Et maintenant, il devient l'associé de Numérobis ? … On s'étonne de ce retournement radical de la situation, qui nous fait regarder son instigateur d'un œil pour le moins soupçonneux.

36Qu'est-ce à dire ? Les Gaulois eux-mêmes sont ahuris d'entendre le nouvel associé d'un Numérobis, maintenant honoré et couvert d'or (grâce à leurs conseils), affirmer : "A nous deux, nous construirons les plus belles et les plus pointues des pyramides ! " (p. 46). Rappelons que tel était, en fait, le rêve exprimé à deux reprises par Numérobis : une première fois quand Cléopâtre l'avait traité de "pas grand chose" (p. 6) ; une deuxième fois, en proposant le dessin d'un toit pointu à Panoramix, qui l'avait catégoriquement refusé (p. 45). Pourquoi Numérobis accepte-t-il, tout à coup, de s'associer à ce personnage, architecte comme lui, mais n'ayant que des talents d'or ? Serait-il bête, ou de mauvaise foi, en parlant de lui ?

37Le texte de Goscinny étant à l'origine de cette question, le dessin d'Uderzo en ayant prouvé la nécessité en montrant un Astérix ahuri par la situation nouvelle, c'est au texte, et aux dessins de Goscinny et d'Uderzo, de fournir une réponse. Or, que disent-ils ?

38Ils soulignent d'abord l'incapacité totale et absolue de celui que Cléopâtre avait choisi pour démentir César. Car, Alexandrie, telle que les Gaulois débarquant peuvent la voir, est une cité florissante, resplendissant de bâtiments parfaits ; elle n'a rien d'une ville caduque qui aurait été construite en un passé glorieux ; la rue qu'Astérix et Obélix traversent est bordée de bâtiments flambant neufs, et apparemment fort solides, aux murs rectilignes et aux fenêtres bien droites ; notamment cette école d'où sortent des enfants parfaitement disciplinés (p. 33) : pas une seule construction ne menace ruine comme la maison de Numérobis ; même pas le palais de la reine dont il est pourtant l'architecte attitré ; ni, surtout, la maison de son rival, Amonbofis, que le lecteur visite de la cave au grenier - ou peu s'en faut - à la suite d'Astérix et d'Obélix (p. 34). Dira-t-on alors que ne croulent que les constructions de l'architecte choisi par Cléopâtre et ami des Gaulois ? Mais que penser dans ce cas de ses facultés intellectuelles, de ses capacités techniques…

39Son ami, le mage qu'il appelle au secours, habitait un tronc d'arbre dans Astérix-le-Gaulois (p. 8), avant de passer dans une hutte couverte de chaume, comme le sont d'ailleurs toutes les constructions de cet irréductible village ; ce mage, qui est un druide, n'a fait, jusqu'à présent, que cueillir du gui et préparer force potions, dont la fameuse "magique". On ne l'a jamais vu prétendre être autre chose qu'un druide. Or, c'est ce même Gaulois qui va hocher la tête devant les dessins de Numérobis, l'architecte attitré de Cléopâtre, et dire : "Si je n'étais pas là pour corriger ces plans…!" (p. 27). La vérité cruelle se résume aux seuls premiers mots, il n'aurait simplement pas été là, tout croulerait, et la preuve serait faite de la décadence des Egyptiens, comme le reconnaissent et Cléopâtre, et celui qu'elle a choisi : Numérobis lui-même ; or, que dit celui-ci à Panoramix, à la fin de l'album : "Vous m'avez sauvé la vie, et vous m'avez appris mon métier" (p. 46) ; quel architecte est-ce là qui fait son apprentissage avec un druide celte habitant une hutte ?! Amonbofis qui, pour sa part, n'a pas eu l'honneur d'avoir été choisi par la reine, et que personne n'a accusé de construire des bâtiments croulants - même pas Goscinny, ou même Uderzo - aurait-il eu besoin de l'aide du druide gaulois et de celle de ses amis ?

40C'est Numérobis lui-même, et Goscinny, et Uderzo, qui semblent donner la réponse à cette question ; Numérobis surtout qui accusait son rival de n'être que riche. Or, une fois en possession, et lui seul, de l'or promis par la reine, c'est vers ce "riche" concurrent qu'il se tourne alors en vue d'une association : Astérix a raison de s'étonner, lui qui a fait tout le travail pour ce faux naïf que semble être Numérobis…

41En effet, la reine ne pourra plus l'accuser de faire des constructions fragiles, le palais de César ayant profité de la science importée des Gaulois magiciens ; et maintenant, les pyramides qu'il rêve de bâtir, profiteront, à leur tour, de la science d'Amonbofis, qui n'habite pas, lui, une ruine croulante : Numérobis semble ainsi reconnaître la vraie valeur de cet architecte honni et délaissé par tous ; à commencer par Goscinny et Uderzo.

42Il semble que, dès le point de départ, Cléopâtre se soit simplement trompée d'architecte… mais, si elle avait choisi le talentueux Amonbofis, aurions-nous eu cet album qui raconte si bien la nouvelle décadence des Egyptiens, que Numérobis et Cléopâtre, Goscinny et Uderzo, ont si pertinemment prouvée ?

43De là à traiter ce texte de discours colonialiste, il n'y a qu'un pas : il se franchit d'autant plus allègrement que la pilule est joliment dorée. En effet, quel lecteur de BD irait relire Astérix et Cléopâtre en étant sensible à la mauvaise foi manifeste de Numérobis à l'architecture croulante ? Ne cherchant qu'à se distraire, le lecteur rira de la dernière volte-face de ce petit personnage ventru, qui amuse tellement Astérix et ses amis, et il refermera l'album, après avoir ajouté à la panoplie des idées reçues sur César, Cléopâtre, son "nez" et le désert de l'Égypte, la certitude, confirmée par Numérobis, que les Egyptiens ne sont plus bons qu'à supporter le demi-esclavage du fouet. Et cela, sans même aller jusqu'à les comparer aux autres peuples, qu'Astérix visite en Europe, et qui, tous, luttent si vaillamment contre les Romains - avec ou sans potion magique.

44La BD, dernier avatar du discours colonialiste ? Avec Astérix et Cléopâtre, certainement, à condition de se donner la peine d'une lecture à deux niveaux. Or, quel lecteur de BD se donnerait cette peine ?

Notes

1 DARGAUD S. A., éditeur.

2 Par DE GIETER, éditions Dupuis, Marcinelle-Charleroi-Paris-Montréal - Bruxelles-Sittard.

3 La métamorphose d'Imhotep, op. cit., p. 9-11.

Notes de fin

1 Université du Caire, Département de Français.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Astérix et Cléopâtre, Paris, Dargaud, 1965, 48 p.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 2 Le char de Cléopâtre (p. 27)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 3 La maison de Numérobis (p. 12)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 4 Le port d'Alexandrie (p. 11)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 5 Le palais de César (p. 46)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 754k

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter