Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Conclusion

Full text

1Le centre de gravité de la zone émettrice de revues enfantines s’est déplacé, à l’échelle du monde arabe, de l’Egypte à la région du Golfe.

2Les Egyptiens n’en gardent pas moins un rôle de premier plan. Al-Labbâd ou Higâzi restent des « maîtres » admirés et influents chez les nouvelles générations d’artistes surgies un peu partout dans le monde arabe.

3En Egypte même un effort de réflexion sans précédent est actuellement en cours pour diagnostiquer les faiblesses et tenter d’y remédier.

4Ces faiblesses ont été clairement énumérées par al-Labbâd au colloque organisé en 1985 à Tunis sur l’illustration des livres et revues pour enfants dans le monde arabe. Nous reproduisons ici un large extrait de son intervention :

5« La production gouvernementale se caractérise par ces traits négatifs :

  1. Absence de projet culturel et manque d’imagination professionnelle.

  2. Excès de l’aspect propagandiste : absence de tout ce qui pourrait, dans les publications, susciter la moindre discussion politique, morale ou religieuse.

  3. Penchant à l’exhortation et aux directives autoritaires, sans qu’il ne soit tenu compte des besoins ludiques et imaginaires de l’enfant.

  4. Mélange des besoins et exigences propres aux différentes classes d’âge.

  5. En dépit des slogans anti-impérialistes, les orientations dominantes en Occident servent de critère et de référence.

6Admiration non déclarée pour les valeurs de consommation.

  1. Absence de modèles référentiels appartenant aux secteurs défavorisés de la société : tous sont choisis parmi les classes moyennes.

7Au niveau mondial, absence de référence au Tiers-Monde.

  1. Dépréciation de l’apport imaginaire populaire local.

8Présentation superficielle de l’apport des civilisations anciennes locales.

  1. Absence de tentatives expérimentales et d’initiative.

  2. Bas niveau linguistique des textes.

  3. Sous-estimation du rôle visuel des livres et des revues : les dessins ne sont considérés que comme éléments complémentaires à fonction décorative. »

9Le « Centre National de la Culture de l’Enfant » réalisa en 1985, le numéro expérimental d’une revue inspirée par des considérations pédagogiques et psychologiques liées aux besoins de la petite enfance en matière de presse...

10Dénommée Yâsîn et Yâsmîn, cette revue ne vit jamais le jour, mais son unique numéro expérimental donne un regain de créativité et de compétence à une presse enfantine locale depuis si longtemps sclérosée.

11Toutes les rubriques et B.D. de la revue ont été minutieusement conçues et élaborées en fonction d’objectifs pédagogiques clairement définis...

12Les plus grands noms de la B.D. égyptienne y ont collaboré : al-Labbâd, Ihâb Châkir, Nabîl Tâg, Mahmûd Fahmi, ‘Adli Rizq Allah.

13Husayn Bikâr lui-même, vétéran de la presse enfantine égyptienne depuis les jours fastes de Sindibâd, a également participé à la réalisation de Yâsîn et Yâsmîn.

14D’autres tentatives sont également en cours pour tenter de sortir les revues enfantines du cadre sclérosant des maisons d’édition étatiques.

15Une équipe de jeunes dessinateurs regroupés autour d’Aladin Saad a réalisé, sous le patronage de Bikâr, le no 0 d’une revue qui n’a pas encore pu voir le jour : al-Bulbul.

  • 1 Aladin Saad a réalisé pour cette revue une magistrale série de B.D. illustrant, dans un cadre égypt (...)

16Notons enfin la tentative originale de lancer une revue de B.D. pour adultes, al-Abyad w al-Aswad. Cette tentative n’a pu encore se concrétiser.1

17La presse enfantine égyptienne connait ainsi un regain de créativité étonnant, en dépit des circonstances difficiles qu’elle traverse.

Notes

1 Aladin Saad a réalisé pour cette revue une magistrale série de B.D. illustrant, dans un cadre égyptien, un conte philosophique de Beckett.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Terms of use: http://www.openedition.org/6540