Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Deuxième partie. Acculturation et création

Chapitre II. La création locale

Texte intégral

1L’imprégnation de la presse enfantine par les productions étrangères a freiné, sans pour autant l’entraver, l’éclosion en Egypte de dessinateurs autochtones de talent.

2La personnalité et le style de ces différents créateurs ont considérablement évolué depuis le début du siècle.

3Avant l’apparition de la presse, les illustrateurs de livres ou d’imprimés appartenaient traditionnellement en Egypte, aux minorités confessionnelles. La corporation des graveurs arméniens s’est ainsi rendue célèbre par ses illustrations des héros de la geste médiévale ou des faits illustres de la vie du Prophète et des Saints...

  • 1 Proche de Gamâl al-Dîn al-Afghâni, Sannû’ lança au Caire, en 1877, le numéro 1 de sa fameuse revue (...)

4C’est un Israëlite, Ya’qûb Sannû’, qui, le premier, introduisit les dessins et caricatures dans la presse égyptienne.1

5Jusqu’au milieu du xxe siècle, les dessinateurs travaillant dans la presse enfantine appartiendront aussi aux minorités confessionnelles du pays, lorsqu’ils ne seront pas des résidents étrangers établis en Egypte.

6Le Russe Igor réalisa toutes les couvertures de Bâbâ Châro. L’artiste Micha créa les personnages d’al-Bulbul. Le dessinateur égyptien de confession bahaï, Hussein Bikâr, fut l’auteur des premières couvertures de la revue Sindibâd. Il avait auparavant illustré de nombreux livres pour enfants publies par Dâr al-Ma’ârif.

7L’Italien Morelli créa, dans Sindibâd, le personnage de Zûzû. Il fut l’un des premiers à introduire la véritable bande-dessinée en Egypte en adoptant l’emploi de la « bulle » dans les histoires en images. C’est également à lui que revient le mérite d’avoir colorié avec grand talent l’ensemble des planches et dessins parus dans Sindibâd.

8Quant au Français Berny, caricaturiste au journal al-Musawwar, il travailla dans Bâbâ Châro avant de créer, en 1956, le personnage de Sâmir dans la revue du même nom. Berny fut contraint de quitter l’Egypte à la suite des évènements de Suez. Ses dessins illustrent avec talent et humour de nombreux traits de la quotidienneté égyptienne des années 50.

9Les dessinateurs arméniens Harûn et Bahija travaillèrent dans Samîr jusqu’au début des années 60.

10Quant à Roger Camille, dessinateur égyptien d’origine libanaise, il créa dans Samîr, en 1962, « ‘Isâm et l’homme aux deux visages », série brillamment réalisée dans le plus pur style de la B.D. franco-belge.

  • 2 Camille dessina dans Spirou, de 1965 à 1979, de nombreuses histoires mettant en scène, dans un cadr (...)

11Roger Camille est la plus grande fierté de la revue Samîr : l’artiste égyptien émigra en Europe ou, inversant le sens des échanges en matière de B.D., il dessina dans Spirou sous le pseudonyme de « Kiko ».2

12Une nouvelle génération de dessinateurs est apparue à la fin des années 60.

13Egyptiens de souche, ils sont sensibilisés aux thèmes révolutionnaires et vivent de l’intérieur les réalités sociales du pays. Ils donneront un soufle nouveau aux productions égyptiennes de la presse enfantine.

14El Labbad et Higâzi sont sans conteste les deux grands représentants de cette génération.

15El Labbad a révolutionné le graphisme académique de ses prédécesseurs. Sa création, en 1964, du personnage de « Karawân » est audacieuse de modernité. Elle fut malheureusement desservie par les déplorables conditions d’impression de la revue.

16Depuis la maison d’édition qu’il a créée au Caire, El Labbad supervise actuellement les grands projets de rénovation de la presse et de l’édition pour l’enfance à travers le monde arabe.

17Higâzi est, quant à lui, plus révolutionnaire par le contenu souvent corrosif de ses B.D. que par leur graphisme touchant mais peu renouvellé. Une sensibilisation extrême aux injustices sociales et politiques de toutes sortes donne à son œuvre un caractère de contestation particulièrement audacieux.

18D’autres grands talents appartiennent à cette génération : Nabîl Tâg, ‘Adli Rizq Allah, Ihâb Châkir, Bahgat... Tous participent, parallèlement à leur contribution à la presse enfantine, à l’illustration de livres pour enfants.

19Ajoutons enfin qu’une nouvelle génération de jeunes artistes est en train de s’imposer : Aladin Saad, successivement dessinateur dans Samîr, al-Ahrâm et Mâgid apporte à la B.D. égyptienne contemporaine une sensibilité nouvelle et prometteuse.

Série policière de Mahmud Sâlim dessinée par Roger Camille. Samîr 21/8/1960

Dessins de Kiko (Roger Camille) Spirou no 1413 - 13 mai 1965.

Notes

1 Proche de Gamâl al-Dîn al-Afghâni, Sannû’ lança au Caire, en 1877, le numéro 1 de sa fameuse revue satirique pour adultes : Abu Naddâra (le porteur de lunettes).

2 Camille dessina dans Spirou, de 1965 à 1979, de nombreuses histoires mettant en scène, dans un cadre oriental, le héros comique « Fûfî ». (Le coffret magique, Fûfî et les ronces d’Arabie, déconfiture de dattes...).

Table des illustrations

Légende Série policière de Mahmud Sâlim dessinée par Roger Camille. Samîr 21/8/1960
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Dessins de Kiko (Roger Camille) Spirou no 1413 - 13 mai 1965.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/520/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540