Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Première partie. Présentation des revues

Chapitre VI. La présence égyptienne dans les revues du golfe

Texte intégral

1Fortes de leurs immenses capacités matérielles et techniques, les revues enfantines publiées dans les Etats du Golfe allaient profiter du désarroi de la presse enfantine égyptienne des années 70 pour attirer la plupart des créateurs égyptiens de talent.

2Si des motivations politiques entrèrent parfois en ligne de compte, le facteur économique fut le premier responsable de cette « fuite des pinceaux » vers les revues du Golfe.

3La revue Samîr paie actuellement 8 livres égyptiennes pour la réalisation d’une page de B.D. Cette somme est dérisoire, compte tenu du travail que nécessitent la conception et le dessin de ce genre de production... La revue publiée dans l’émirat d’Abou Dhabi, Mâjid, paie, quant à elle, la somme minimale de 80 livres égyptiennes pour la réalisation de la même page !

4Quel artiste pourait résister à une telle disparité de salaire ? D’autant plus que les créateurs égyptiens travaillant dans les revues du Golfe peuvent y publier leurs dessins sans craindre de les voir défigurés par une impression déficiente...

5Le centre de gravité de la zone émettrice de revues enfantines s’est déplacé, à l’échelle du monde arabe, de l’Egypte à la région du Golfe. Les Egyptiens n’en gardent pas moins un rôle de premier plan, tant par leur créativité sans cesse renouvelée que par leur travail d’encouragement et de coordination des jeunes talents qui surgissent un peu partout dans le monde arabe.

Mâgid - 6 mars 1985

Mâjid

* Histoire et présentation :

6C’est dans l’émirat d’Abou Dhabi que la maison d’édition « al-Ittihâd » lança en janvier 1979 la revue enfantine Mâjid.

7Son tirage allait atteindre 60 000 exemplaires dès 1980.

8Largement distribuée dans l’ensemble du monde arabe, du Yemen au Maroc, Mâjid est hebdomadaire et comporte 56 pages.

9Riche en couleurs, la revue est imprimée dans de parfaites conditions techniques.

10Sa diffusion en Egypte est assurée par Mu’assasat al-Akhbâr.

* Participation égyptienne :

11Les deux tiers des productions présentées par Mâjid sont réalisées par des artistes égyptiens, la plupart d’entre eux anciens collaborateurs de Samîr.

12Higâzi y dessine des séries célèbres : « La bande des cinq » reprend, dans le cadre de la société des Emirats, le caractère des fameux « Jeunes Fainéants » dessinés dans Samir durant les années 60.

  • 1 Voir infra le chapitre « Thèmes anti-sionistes ».

13Le « stylo Hammam » distille, quant à lui, des mots acidulés sur certains travers sociaux. Quant à la jeune « Zakiyya l’intelligente », elle exprime des opinions bien tranchées sur de nombreux aspects de la vie politique internationale.1

14Higâzi est aussi l’auteur de la plupart des caricatures de Mâjid.

15Un autre ancien collaborateur de Samîr, Ihâb, a créé dans Mâjid une truculente héroïne au strabisme divergeant à l’effet comique.

16Le dessinateur ‘Alâ’ al-Din Sa’d dessine aussi de nombreuses séries de B.D. dans Mâjid.

17D’autres artistes et dessinateurs égyptiens participent à la revue : Nabîl Tâg, Mustafâ Rahma, ‘Adlî Rizq Allah, Mahmûd Fahmî, etc.

18La revue eut successivement deux rédacteurs en chef originaires d’Abou Dhabi, Khâlid Muhammad Ahmad et Ahmad Sinnân. C’est toutefois son directeur de rédaction égyptien, Ahmad ‘Umar, qui, depuis son bureau du Caire, supervise l’élaboration de Mâjid...

al-’Arabi al-Saghîr - juilet 1985

Hasan

* Histoire et présentation :

19La maison d’édition saoudienne « ‘Ukâz » lança Hasan en 1978.

20Imprimée à Jeddah, la revue disposait toutefois d’un bureau au Caire.

21Plusieurs Egyptiens y collaborèrent : Nasîm Guirguis y dessina des séries de B.D. mettant en scène de petits héros séoudiens.

22‘Ala’ al-Din Sa’d y créa également plusieurs histoires mettant en scène des animaux doués de parole. La revue se fit taxer « d’idolâtrie » et de non-respect des préceptes de l’Islam en matière de représentation des animaux !

23Les imâms du Royaume lancèrent une virulente campagne contre Hasan et la revue fut contrainte de se saborder, en 1982.

Al-’Arabi Al-Saghîr (le petit Arabe)

* Histoire et présentation :

24La revue mensuelle publiée au Koweit, al-’Arabi, offre depuis plusieurs années un supplément destiné aux enfants, al-Arabi al-Saghîr.

25Ce supplément a longtemps comporte 14 pages illustrées, proposant diverses rubriques à caractère pédagogique.

26Une nouvelle formule d’al-Arabi al-Saghîr devait paraître au début de l’année 1986.

27La maquette du no 0, réalisée au Caire par al-Labbâd, comporte 64 pages dont les différentes rubriques font appel au talent de créateurs venus des quatre coins du monde arabe : Nâsir Khamir, Fârûq Mardam Bey, Nabîl Tâg, Hasan Hakim, etc.

Notes

1 Voir infra le chapitre « Thèmes anti-sionistes ».

Table des illustrations

Légende Mâgid - 6 mars 1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende al-’Arabi al-Saghîr - juilet 1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 771k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540