Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Première partie. Présentation des revues

Chapitre II. Seconde étape : 1923-1951

Texte intégral

1Les bouleversements engendrés par la Révolution de 1919 eurent des répercussions sur le développement de la presse enfantine en Egypte : rendu obligatoire, l’enseignement prit un essor important dès la venue du Wafd au pouvoir, en 1924.

2Un réservoir nouveau de jeunes lecteurs allait apparaître au moment même où les maisons d’édition, longtemps artisanales, commençaient à s’industrialiser.

3Les conditions étaient réunies pour que naisse une presse enfantine commerciale.

4Les motivations de cette presse seront désormais bien différentes des aspirations pédagogiques et culturelles d’antan.

5Il faudra avant tout, vendre du papier. Le contenu et le ton de la presse enfantine seront considérablement modifies. L’humour et la couleur arriveront en force et les productions étrangères seront introduites dans l’espoir d’allécher les acheteurs potentiels assis depuis peu sur les bancs de l’école...

Al-Awlâd (les garçons)

* Histoire et présentation :

6C’est le 15 février 1923 qu’Iskandar Makâriûs, propriétaire de la maison d’édition Dâr al-Latâ’if al-Musawwara, publia au Caire le premier numéro de la revue.

  • 1 Dâr al-Latâ’if avait déjà fait preuve de sa capacité novatrice en publiant, en 1915, la première re (...)

7La parution d’al-Awlâd est un évènement dans l’histoire de la presse en Egypte : pour la première fois, une revue enfantine naissait dans le cadre d’une maison d’édition à caractère commercial et non plus sous le patronage d’une institution à vocation pédagogique.1

ai-Awlâd - 1er Janvier 1925

8Dans l’éditorial du numéro 1 d’al-Awlâd, Makâriûs exprimait sans ambiguïté l’esprit nouveau qu’il allait y insuffler : « La revue al-Awlâd est la première revue arabe spécialement publiée en hommage à nos chers et bien-aimés enfants de six a treize ans. Elle est littéraire, humoristique, distrayante, joyeuse et comique..."

9Humour et distraction, telle était la recette commerciale destinée à faire vendre la revue...

10Al-Awlâd paraissait tous les jeudis.

11La revue enregistra des pertes importantes à partir de 1929. Son succès initial avait en effet poussé d’autres maisons d’édition à se lancer à leur tour dans la création de revues enfantines.

12Imprimée sans couleur, sur un papier de médiocre qualité, al-Awlâd ne put résister longtemps à la concurrence.

13La revue disparut en 1932.

  • 2 Voir infra le document en annexe : « Témoignage de Nagîb Mahfûz sur la presse enfantine ».

14Al-Awlâd eut un impact important sur l’enfance égyptienne des années 20. Elle compta parmi ses nombreux lecteurs celui qui allait devenir plus tard le maître du roman égyptien : Naguîb Mahfûz...2

* Contenu :

15Les huit pages de la revue étaient presque exclusivement consacrées à des histoires en image : les aventures de « Dan et Dura dans tous les pays », les aventures en mer d’Abd al-Fattâh, jeune garçon étourdi ou encore celles d’Amîn et Ma’mûn, deux garnements auteurs de multiples farces.

16Des concours promettaient, par ailleurs, d’alléchantes récompenses aux heureux gagnants !

17Pour mieux s’attacher la motivation de ses acheteurs, la revue proposa, à partir du no 21, la publication gratuite des photos de ses « jeunes amis », pratique qui sera reprise plus tard par l’ensemble de la presse enfantine égyptienne.

18La publicité vint occuper une part importante de la surface rédactionnelle à partir de la deuxième année de parution : publicité pour certains produits de consommation courante ; publicité surtout pour les autres publications de Dâr al-Latâ’if. L’ambition commerciale à long terme était claire. Il s’agissait de familiariser les jeunes lecteurs aux publications pour adultes de la même maison d’édition, afin de s’assurer une clientèle future.

ai-Awlâd - 16 Février 1928

al-Awlâd - 30 Janvier 1930

Al-Nûnû (le bébé)

19La revue fut publiée le 19 octobre 1924 par Dâr garîdat Kawkab al-Charq qui fut la première des maisons d’édition à suivre l’exemple d’al-Awlâd. Son rédacteur en chef, Gamâl al-Dîn ‘Awad sut toutefois tirer les leçons des faiblesses d’al-Awlâd : il fit d’al-Nûnû, la première revue enfantine égyptienne en couleur.

20Six des huits pages de la revue présentaient des histoires en images : « le singe malicieux », « le renard et le chien », « le garçon paresseux » ...

21La septième page était réservée à un concours et la huitième arborait une publicité pour la maison éditrice de la revue.

22Al-Nûnû vécut jusqu’en 1925.

Magalla Al-Atfâl Al-Musawwara (l’illustré pour enfants)

23La revue sortit en décembre 1925, publiée par Ya’qûb Lizkowitch. Elle contenait quelques histoires tirées du folklore égyptien mais se bornait pour l’essentiel à reproduire des aventures illustrées européennes ou américaines.

Musâmarât Al-Atfâl Al-Musawwara (les causeries illustrées des enfants)

24Créée le 1er octobre 1927, par Muhammad Kâmil, la revue vécut jusqu’en 1930.

25Ses vingt pages comportaient de nombreuses photos, mais pas de dessins ni de couleur.

26La revue publiait des contes et histoires en arabe classique ou dialectal, des rubriques moralisatrices et religieuses, une page de « nukat », histoires drôles en dialectal, regroupées dans la rubrique « Eh ra’yak ? » (Qu’en penses-tu ?), des photos d’artistes et de chanteurs...

27La revue joua un rôle novateur en publiant une page réservée aux filles : bien qu’encore limitée, la scolarisation des filles commençait à se développer...

Samîr Al-Tilmîz (Samîr l’élève)

28Editée en septembre 1933 par l’Institut de pédagogie d’Egypte, cette revue mensuelle fut la dernière grande revue nationale à caractère pédagogique. Ses 28 pages, entièrement vocalisées, présentaient des textes de lecture, des reportages de géographie, des contes et une page pour les scouts.

29Pour tenter de faire face à la concurrence des revues enfantines à caractère commercial, Samîr al-Tilmîz publia des photos et quelques dessins à partir de 1935.

  • 3 La couverture du numéro de mars 34, ici reproduite, présente la photo du roi Fouad deux ans avant s (...)

30La revue fit fréquemment le panégyrique des rois Fu’âd, puis Fârûq.3

31Elle vécut jusqu’en 1937.

32La presse scolaire n’allait désormais survivre que sous la forme artisanale de journaux d’écoles, créés dans chaque établissement avec la collaboration des élèves et des maîtres.

  • 4 Cf. Muhammad Nasr, Sahâfat al-Malâyîn, Le Caire, 1965.

33C’est dans l’un de ces journaux qu’un article intitule « Voltaire, l’homme de la liberté » fut signé en 1934 par un jeune élève dénommé Gamal Abdel Nasser...4

Al-Atfâl (les enfants)

* Histoire et présentation :

34Ahmad ‘Atiyya Allah lança la revue le 16 avril 1936.

Samîr al-Tilmîz - mars 1934

35Elle ne vécut que deux mois.

36Hebdomadaire, elle comportait douze pages. Les planches et dessins des quatre premiers numéros présentaient des couleurs aux tonalités extrêmement vives. Dès le no 5, la couleur disparut totalement.

37Le no 8, sorti le 4 juin de la même année, fut le dernier.

* Contenu :

38Al-Atfâl introduisit Mickey en Egypte. Les aventures du jeune souriceau y occupaient une place importante, a cote d’autres héros étrangers, souvent redessinées sur place : Laurel et Hardy, Alice au pays des merveilles, etc.

39D’autres aventures mettaient en scène des animaux (Kuâk, Lûlî et Bûbî) ou certains héros locaux : « Le Kha-wâga Chalom », « Abu Chaddâd le Pêcheur » ...

40La revue comportait également une page de caricatures comiques et une autre de concours.

  • 5 « ‘Abla Zûzû » était l’animatrice de programmes pour enfants diffusés par la Radio. Des son apparit (...)

41Des publicités vantaient les qualités de certaines marques de postes de radio, « les seules à faire entendre la vraie voix de ‘Abla Zûzû » !5

Waladî (mon garçon)

42Quelques mois après la disparition d’al-Atfâl, Ahmad ‘Atiyya Allah entreprit de lancer une autre revue enfantine d’un style différent.

43Le premier numéro de Waladî sortit en février 1937. La revue publiait surtout des récits historiques ("le héros du Kordofan") et des informations générales. Elle ne survécut qu’un mois.

Bâbâ Sâdiq (Papa Sâdiq)

* Histoire et présentation :

  • 6 Il réalisa aussi, à partir de 1936, la page pour enfants de la revue officielle de la Radio « al-Râ (...)

44Muhammad Sâdiq ‘Abd al-Rahmân lança la revue en 19346

Bâbâ Sâdiq - 3 septembre 1936

45S’assignant des objectifs pédagogiques, la revue était presque entièrement écrite en arabe classique.

46Hebdomadaire, elle avait 20 pages comportant des photos, mais peu de dessins et pas de couleurs.

47Bâbâ Sâdiq monopolisa le marché de la presse enfantine de 1937 jusqu’à sa disparition, en 1945.

* Contenu :

48Plusieurs pages de la revue mettaient en scène chaque semaine des récits d’animaux voyageurs : le lapin Chûchû fit ainsi découvrir à ses lecteurs une grande partie des pays du monde...

49La revue contenait également des rubriques moralisatrices, une page de poésie, des concours ainsi qu’une page à l’attention des filles.

50Des photos-portraits de jeunes lecteurs ornaient souvent la couverture de la revue, la dernière page étant consacrée à des photos d’acteurs de cinéma ou de chanteurs (‘Abd al-Wahâb, dans le premier numéro de 1936...)

51La revue présentait aussi des publicités pour certains livres ou pour des magasins du Caire et d’Alexandrie.

  • 7 Voir infra le chapitre « Image du Pouvoir ».

52La mort du roi Fouad et l’intronisation du jeune Fârûq donnèrent lieu à de nombreuses manifestations de fidélité à la Couronne dans les pages de Bâbâ Sâdiq.7

53Durant sa dernière année d’existence (1944-45), la revue réduisit son nombre de pages à 18. Celles-ci étaient d’un format beaucoup plus petit et ne comportaient plus aucune photo. Les restrictions consécutives à la Guerre Mondiale poussèrent ainsi Bâbâ Sâdiq à terminer sa carrière sous la forme austère de recueil de textes de lecture...

Al-Sindibâd

* Histoire et présentation :

54Iglâl Hâfiz lança al-Sindibâd le 14 décembre 1945. En ce lendemain de Guerre Mondiale, aucune revue enfantine n’était encore apparue sur le marché, après la disparition de Bâbâ Sâdiq. Dans l’éditorial du no 1 de sa revue, Iglâl Hâfiz décrit ainsi la situation :

55« Tous les matins, tu entends les cris des vendeurs de journaux - al-Ahrâm, al-Misrî, al-Musawwar ! Tu vois ton père et tes grands frères parcourir ces journaux avec intérêt, mais toi tu ne trouves aucun journal qui te soit réservé ! (...) Mon cher petit, tu es pourtant l’être qui compte le plus dans la Nation car tu deviendras l’homme ou la femme de demain (...) C’est pourquoi je te présente aujourd’hui le premier numéro de cette revue... »

56Hebdomadaire, la revue vécut jusqu’en août 1946.

* Contenu :

57Al-Sindibâd présentait de nombreux reportages sur les peuples du monde. (Le numéro 1 débuta la série par une découverte du Japon.)

  • 8 Le dénommé Sâsu Sa’d al-Dîn présenta ainsi cette requête : « Pourquoi ne pas publier un exemplaire (...)

58L’importante rubrique intitulée « le courrier d’al-Sindibâd » permettait aux lecteurs d’exprimer des suggestions ou d’exposer leurs problèmes.8

59La revue comportait aussi des récits imaginaires, des concours et des rubriques comiques.

Al-Bulbul (le rossignol)

* Histoire et présentation :

60Un mois après la disparition d’al-Sindibâd, Iglâl Hâfiz se décida à lancer une autre revue : le no 1 d’al-Bulbul sortit le 12 septembre 1946.

61Hebdomadaire, la revue comportait 16 pages.

62A partir de décembre 1950, le nombre de pages se limita à 12.

63La revue disparut en juin 1951.

* Contenu :

  • 9 Voir infra le chapitre sur la femme, dans la section « thèmes sociaux ».

64La revue présentait les aventures en images de « Sikoko » et d’ « al-Bulbul », ses deux héros. A partir du no 8, une nouvelle héroïne fit son apparition : Zannûba. Drapée dans sa « milâya » noire, Zannûba déjouait les tentatives de séduction de ses nombreux admirateurs au moyen d’un arsenal inépuisable de ruses !9

al-Bulbul - 19 septembre 1946

  • 10 Le « châwîch » est l’agent de police situé au plus bas de la hiérarchie. Il est traditionnellement (...)

65A partir du no 17, le « châwîch"10 Abû al-Sa’dân étala, quant à lui, une balourdise incorrigible tout au long des nombreux épisodes de ses aventures !

66Al-Bulbul publiait aussi deux pages de « nokta-s » et organisait des concours.

67La vie politique nationale n’en était pas absente : le no 1 publia en couverture la photo des deux princesses Firyâl et Fawziyya, proposées en exemple aux enfants d’Egypte.

68Le no 246 date du mai 1951 présenta en couverture une photo extraite d’une revue américaine et censée illustrer « l’unité de l’Egypte et du Soudan » : l’on y voyait un jeune garçon blond, torse nu, scruter l’horizon d’un regard décide alors qu’un enfant noir, l’air timoré, se tenait en retrait !

69Durant sa dernière année d’existence, al-Bulbul ne comporta plus que des productions étrangères traduites ou adaptées.

Al-Katkût (le poussin)

* Histoire et présentation :

70C’est en 1946 que Durriyya Chafîq lança al-Katkût, d’abord comme supplément pour enfants à sa revue Bint al-Nîl (la fille du Nil), puis en tant que revue indépendante.

71Cette entreprise illustrait bien, de nouveau, le souci des éditeurs de s’assurer une clientèle future en familiarisant les enfants à leurs publications.

72La revue était mensuelle.

73Elle vécut jusqu’en octobre 1949.

* Contenu :

  • 11 Voir infra le chapitre « Acculturation et création ».

74Les 12 pages d’al-Katkût présentaient de nombreuses productions étrangères traduites. La revue introduisit ainsi Tintin et Tarzan en Egypte.11

75Elle comportait aussi une page de « noktah-s », une autre de jeux et devinettes ainsi qu’un abondant courrier des lecteurs.

76Jusqu’en mars 1948, un animateur des programmes enfantins de la Radio, Bâbâ Châru, présenta une page de chronique moralisatrice intitulée « Mes chers petits ».

Bâbâ Châro (Papa Châro)

* Histoire et présentation :

77Le premier numéro de la revue sortit le 21 octobre 1948.

78Son propriétaire, Qâsim Amîn, eut l’heureuse initiative d’en confier la rédaction à Muhammad Mahmûd Cha’bân, animateur de programmes diffusés par la Radio a destination de l’enfance. Sous le pseudonyme de Bâbâ

79Châro, Cha’bân s’était acquis une immense popularité chez les jeunes auditeurs.

80Utiliser le nom et la popularité de Bâbâ Châro était une habile opération publicitaire pour le lancement de la nouvelle revue.

81Hebdomadaire, Bâbâ Châro comportait 8 pages de grand format, riches en couleurs et en dessins. La revue disparut en 1950.

* Contenu :

  • 12 Voir infra les chapitres « Image du Pouvoir » et « Thèmes antisionistes ».

82Paraissant en pleine guerre de Palestine, Bâbâ Châro véhicula un contenu axe sur l’exaltation de la Patrie et la légitimation du Souverain.12

83Plusieurs histoires en images mirent en scène des soldats au combat. Les chroniques de Muhammad Mahmûd Cha’bân invitaient les enfants à serrer les rangs autour du roi Fâruq, chef suprême des armées et symbole de l’unité de la Nation, en cette période difficile.

Bâbâ Châro - 9 décembre 1948

84A partir du no 2, la revue présenta chaque semaine un reportage sur les pays arabes. La rubrique « connais ton pays » apportait par ailleurs des informations d’ordre géographique et historique sur les différentes provinces de l’Egypte.

  • 13 Voir infra le chapitre consacre au thème de la police.

85Bâbâ Châro comportait aussi un côté humoristique : on y trouvait des caricatures comiques, des devinettes, ainsi que des histoires en images mettant en scène les déboires du Châwîch Ali al-Lôz face aux insolences d’une fourmi facétieuse !13

86Une page était par ailleurs réservée aux scouts.

‘Ali Bâbâ

* Histoire et présentation :

87Le 9 novembre 1951, l’entreprise de fabrication d’accessoires scolaires « al-Chamarlî » lança le no 1 de cette revue, dans l’espoir d’assurer la promotion commerciale de ses produits.

88Muhammad ‘Abd al-Qâdir al-Mâzini en fut nommé rédacteur en chef. Dans sa « lettre aux lecteurs » du no 1, il précisait en ces termes l’esprit de la revue : « Nous dédions cette revue à la nouvelle génération (...) Elle mêlera le sérieux à un humour aimable et innocent, afin d’atteindre facilement le cœur des lecteurs, quels que soient leur âge ou leur niveau culturel. Au lieu de leur présenter des conseils sous forme de pilules amères, nous les leur glisserons dans des morceaux de friandise…"

89La revue comportait 16 pages abondamment illustrées.

90Elle disparut en 1953, un an après la destitution de Fârûq et l’arrivée au pouvoir des « Officiers Libres ».

* Contenu :

  • 14 Voir infra le chapitre « Thèmes anti-impérialites ».

91Dès ses premiers numéros, la revue publia des chroniques politiques dénonçant l’occupation britannique de la zone du Canal, en des termes particulièrement vifs.14

  • 15 La couverture du numéro 60 (décembre 1952) présente un de ces profiteurs de la guerre de Palestine. (...)

92Dans les mois qui suivirent la Révolution, des caricatures stigmatisèrent l’impéritie du Palais durant la Guerre de Palestine et les scandaleux profits réalisés à cette époque sur des fournitures militaires inutilisables.15

‘Ali Bâbâ 1951

93La revue publiait aussi des rubriques religieuses à l’occasion des fêtes musulmanes.

94Une page était consacrée aux filles.

95Le rire et l’humour étaient largement présents dans ‘Ali Bâbâ : la revue comportait une page de « nokta-s » ainsi que des histoires en images empruntées à des revues étrangères.

  • 16 Celle du numéro 1 débutait ainsi : « La Revue d’al-Arâgôz est fourrée aux amandes ; qu’elle paraiss (...)

96La revue mit en scène le populaire héros du théâtre d’ombre : al-Arâgûz. Ecrite sur deux pages, en arabe dialectal, la Revue d’al-Arâgûz débordait d’humour et de drôlerie bouffonne.16

97‘Ali Bâbâ présentait aussi des jeux, des concours et deux pages complètes de publicité, la plupart ventant les « qualités inégalables » des cahiers, carnets, enveloppes et papiers à lettre de la maison al-Chamarlî, éditrice de la revue...

Notes

1 Dâr al-Latâ’if avait déjà fait preuve de sa capacité novatrice en publiant, en 1915, la première revue égyptienne pour adultes abondamment illustrée de photos, al-Latâ’if al-Musawwara (les plaisanteries illustrées). La tentative avait été couronnée de succès en dépit du danger que la pénurie de papier faisait courir aux éditeurs en ces années de Guerre Mondiale. Dâr al-Latâ’if allait publier par la suite de nombreux autres périodiques pour adultes : al-Magalla al-Chahriyya (la revue mensuelle), al-’Arûsa (la poupée), ‘Ala Kî-fak (comme tu veux) ...

2 Voir infra le document en annexe : « Témoignage de Nagîb Mahfûz sur la presse enfantine ».

3 La couverture du numéro de mars 34, ici reproduite, présente la photo du roi Fouad deux ans avant sa mort. Le titre de l’article est : « Vive le Roi ! ». Voir aussi infra le chapitre « Image du Pouvoir ».

4 Cf. Muhammad Nasr, Sahâfat al-Malâyîn, Le Caire, 1965.

5 « ‘Abla Zûzû » était l’animatrice de programmes pour enfants diffusés par la Radio. Des son apparition en Egypte, en 1934, la Radio présenta ce genre de programmes très populaires. (Cf. sur ce sujet Literatura Infantil en Egipto, Nadra Abdel Halim Wahdân, Instituto Hispano-Arabe de Cultura, Madrid, 1972).

6 Il réalisa aussi, à partir de 1936, la page pour enfants de la revue officielle de la Radio « al-Râdyu al-Misrî » (la radio égyptienne). Cette page comportait un concours.

7 Voir infra le chapitre « Image du Pouvoir ».

8 Le dénommé Sâsu Sa’d al-Dîn présenta ainsi cette requête : « Pourquoi ne pas publier un exemplaire en anglais d’al-Sindibâd ? J’étudie au Collège Victoria et mon arabe est maladroit ("mukassar") ». Réponse de la revue : « N’as-tu pas honte, Mister Sâsu ? La meilleure chose à faire est de t’envoyer al-Sindibâd avec un cheikh qui t’apprenne à bien la lire ! »

9 Voir infra le chapitre sur la femme, dans la section « thèmes sociaux ».

10 Le « châwîch » est l’agent de police situé au plus bas de la hiérarchie. Il est traditionnellement l’objet de railleries souriantes.

11 Voir infra le chapitre « Acculturation et création ».

12 Voir infra les chapitres « Image du Pouvoir » et « Thèmes antisionistes ».

13 Voir infra le chapitre consacre au thème de la police.

14 Voir infra le chapitre « Thèmes anti-impérialites ».

15 La couverture du numéro 60 (décembre 1952) présente un de ces profiteurs de la guerre de Palestine. La légende lui fait dire : « J’ai acheté un paon ! Il ne convient pas aux riches comme moi d’acheter une dinde pour le Nouvel-An !"

16 Celle du numéro 1 débutait ainsi : « La Revue d’al-Arâgôz est fourrée aux amandes ; qu’elle paraisse ou ne paraisse pas, ça ne te regarde pas ; la Rédaction était là hier mais elle est sortie faire un tour... »

Table des illustrations

Légende ai-Awlâd - 1er Janvier 1925
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende ai-Awlâd - 16 Février 1928
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende al-Awlâd - 30 Janvier 1930
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Samîr al-Tilmîz - mars 1934
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Bâbâ Sâdiq - 3 septembre 1936
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende al-Bulbul - 19 septembre 1946
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende al-Katkût 1949
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Bâbâ Châro - 9 décembre 1948
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende ‘Ali Bâbâ 1951
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/513/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 450k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540