Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Introduction

Texte intégral

1Le premier journal arabe adresse aux enfants est né au Caire en 1870. Depuis lors, plus de quarante titres destines au public enfantin ont vu le jour en Egypte.

2La diffusion de cette presse d’un type particulier a suivi, en Egypte, les progrès de la scolarisation : d’abord destinée aux enfants de l’élite cultivée, elle a peu à peu élargi son audience jusqu’à atteindre, au début des années soixante, les enfants des milieux défavorisés des grandes villes. Ayant largement recours à l’image, cette presse est accessible aux jeunes lecteurs imparfaitement alphabétisés. Son impact est aujourd’hui considérable en Egypte. Il est difficile d’en déterminer l’audience avec certitude car chaque numéro, surtout en milieu populaire, passe entre les mains de nombreux lecteurs.

3Cette presse a connu également une large diffusion en dehors de l’Egypte. Durant les années cinquante et soixante, plusieurs générations d’enfants arabes, de Beyrouth à Koweït, ont suivi avec passion les aventures des héros de Sindibâd et de Samîr...

  • 1 cf. le texte de Nagîb Mahfûz, en annexe.

4La fonction première de la presse enfantine est d’ordre récréatif. Le jeune lecteur parcourt son magazine quand bon lui semble et en dehors de tout contrôle des adultes. Les bandes dessinées répondent à son besoin d’évasion et lui permettent de s’identifier à des héros sur lesquels il projette intensément ses aspirations et ses fantasmes. Le romancier Nagîb Mahfûz, qui fut lui-même, durant les années vingt, un lecteur assidu de la revue al-Awlâd a noté comment l’émergence de cette presse supplanta dans l’imaginaire des enfants de sa génération la place jusque-là occupée par les contes1.

  • 2 Samîr signifie en arabe "le confident des veillées".

5Le journal satisfait également le besoin qu’a l’enfant de communiquer et d’appartenir à un groupe en l’insérant dans la communauté des lecteurs. Les éditeurs savent exploiter ce besoin en ouvrant leurs colonnes aux enfants et en publiant leurs lettres ou leurs photos. Le ton affectueux des « billets » ou des éditoriaux entretient souvent une atmosphère de chaude familiarité. (Déjà, dans la France des années vingt, la rédactrice de Lisette prenait le nom de « Marraine » et voyait en ses lectrices ses « chères petites filleules ». Tout au long des années soixante-dix et quatre-vingt, Nutayla Râchid signera du pseudonyme de « Mâmâ Lubna » les éditoriaux de Samîr adresses aux « enfants chéris de son cœur »...)2.

6La presse enfantine exerce, enfin, une fonction formatrice. Si le jeune lecteur entend échapper à l’emprise du milieu familial et scolaire en parcourant les pages de sa revue, les modèles qu’il y trouve - créés par des adultes - sont tout aussi directifs que ceux auxquels il essaie de se soustraire. Comme toute autre forme de communication de loisir, la presse enfantine recèle des schémas idéologiques sous-jacents. Elle propose des modèles d’identification à ses lecteurs et est amenée à faire admettre comme naturelles certaines catégories de comportement au détriment d’autres.

7Un champ de messages très divers se développe ainsi en marge du système éducatif. Transmis de façon percutante, ces messages contribuent, plus peut-être que les messages institutionnels, à la socialisation et a l’éducation de l’enfant.

8La prise en compte de ce champ revêt une importance particulière. L’enjeu d’une telle démarche est à la fois politique, social et culturel.

Enjeu politique

9Les bandes dessinées d’aventure se prêtent aisément à une utilisation politique. Le héros auquel l’enfant est amené à s’identifier est, en effet, le support monovalent de la vérité et de la morale face au mensonge et au mal. Redresseur de torts, il pourfend l’injustice et combat les fauteurs de troubles.

10Le dessin accentue la répartition manichéenne des personnages : alors que le héros est doté d’un physique avenant, les « méchants » sont affubles de mines patibulaires.

11Or, un échange profond se réalise entre le lecteur et le héros, ils ne font plus qu’un : lecteur-héros et héros-lecteur... Récupérée par les adultes, cette projection peut être un puissant outil idéologique.

  • 3 Antoine ROUX, "Les bandes rouges du président Mao", Communication et Langage, no 12, décembre 1971, (...)

12Ainsi, la bande dessinée chinoise a largement tire parti de la schématisation inhérente au genre. Antoine Roux y a noté une caricature sélective où la laideur des « méchants » dépend de leur degré de culpabilité politique : les Japonais sont les plus laids, puis viennent les « renégats chinois » passes dans le camp nippon, ensuite les « ennemis de classe » (bourgeois ou propriétaires fonciers), enfin les Chinois momentanément dans l’erreur mais « récupérables »...3.

  • 4 Pascal ORY, Le petit Nazi illustré : "Le Téméraire" (1934-1944), Editions Albatros, Paris, 1979.

13Pascal Ory a analysé, quant à lui, l’entreprise de pénétration idéologique de l’enfance française par le journal d’obédience nazie Le Téméraire4.

14L’image du héros idéal, personnification de la positivité y est sans variante : grand, blond, à la carrure d’athlète, il est champion de boxe, policier, aviateur ou soldat... Les bandes dessinées du Téméraire mettent en scène une société toute de hiérarchie virile, ou l’image du chef est prépondérante.

15Ory note que le discours politique véhiculé par Le Téméraire est plus loquace encore dans la dénonciation que dans la positivité. La haine du lecteur est appelée à s’investir sur trois boucs-émissaires principaux : l’Anglais, le communiste et le Juif. Ainsi, un épisode de la série « Vers les mondes inconnus » présente la lutte sans merci du héros contre un ramassis de sous-êtres verdâtres, intermédiaires entre l’homme et le crapaud et tous marqués de l’étoile de David...

  • 5 Maurice C. HORN, in Bande dessinée et figuration narrative, Musée des Arts Décoratifs/Palais du Lou (...)

16Maurice C. Horn a montré, pour sa part, comment les héros de la bande dessinée américaine participèrent à la campagne idéologique contre l’Allemagne hitlérienne et le Japon : « C’est ainsi - écrit Horn - que nous trouvons Jungle Jim en Birmanie s’appliquant à enrayer l’avance nippone, Captain Easy occupe à déjouer les intrigues ennemies dans toutes les parties du globe, Scorchy Smith combattant aux cotes des Russes sur le Front de l’Est (...). Il n’est pas jusqu’à Tarzan lui-même qui ne prenne part à la lutte : il écrase en 1942 un commando nazi qui était sur le point d’établir une base secrète en Afrique. La même année, Superman démantèle le Mur de l’Atlantique, en préparation à l’invasion alliée. Cet exploit poussera Goebels, écumant, à s’écrier en pleine séance du Reichstag : Superman est un juif ! »5.

  • 6 Froylan C. MANJARREZ, "Comics : l’école de la violence", in Revolution, no 13, décembre 1964 - janv (...)

17Les mêmes héros serviront, durant les années cinquante et soixante, a propagé un discours violemment anti-communiste en Amérique Latine. Froylan C. Manjarrez a répertorié les thèmes politiques de bandes dessinées diffusées à grand tirage au Mexique par plusieurs maisons d’éditions nord-américaines6. La trame de ces récits est invariable : un reporter américain, beau et audacieux, débarque dans une île d’Amérique Latine gouvernée par de cruels barbus ressemblant aux révolutionnaires cubains. Il faut toute l’énergie et la bravoure du héros pour secouer l’apathie des habitants et les faire réagir contre l’odieuse dictature qu’ils subissent.

  • 7 cf. Gilles PLAS, Vaillant, thèmes et images d’un journal illustré de gauche", in Le collectionneur (...)

18Au lendemain de la IIe Guerre Mondiale, la France fut le théâtre d’une lutte acharnée entre le journal proche du parti communiste, Vaillant, et les journaux catholiques ou traditionnels, Cœurs Vaillants, Tintin et Spirou. Alors que les bandes dessinées de Vaillant reflétaient une éthique de gauche (justice sociale, laïcité...) les héros des trois dernières revues mettaient en garde leurs lecteurs contre de terribles dangers venus de l’Est7.

  • 8 HERGE utilise une langue où s’entrecroisent des consonances à la fois germaniques et slaves. Le dic (...)

19Michel Pierre a analysé deux séries datant de cette époque : « Le rayon super Gamma » avec sa suite « La machine à conquérir le monde », de E. Paape et J.M. Charbier (parues dans Spirou de septembre 1952 à mai 1954) et « L’affaire Tournesol » de Hergé, parue dans l’hebdomadaire Tintin de Décembre 1954 à février 1956. Les deux scénarios sont quasiment identiques : dans les deux cas, un savant occidental, inventeur d’une arme « effroyable » est enlevé par une puissance étrangère désireuse de lui arracher son secret. A la suite de maintes péripéties, le savant est finalement délivré. Dans les deux séries, l’identification des lieux et des « méchants » est fortement suggérée sans être explicitée : il s’agit de démocraties populaires dont le régime est assimile au nazisme8.

  • 9 Ariette LAPLAZE et Huguette SIMON, "Une vision politique engagée : la patrouille des Castors", in C (...)

20A. Laplaze et H. Simon ont recherche, quant à eux, les idées politiques sous-jacentes à « La patrouille des Castors », célèbre série de Mitacq parue dans Spirou. Ces deux chercheurs en ont dégagé plusieurs thèmes dominants : le nationalisme, une critique des régimes totalitaires et l’apologie d’une certaine forme de gouvernement conservateur9.

21Ces derniers exemples sont particulièrement intéressants à noter ici. Les héros de Spirou et de Tintin sont, en effet, largement présents dans la presse enfantine égyptienne. Certains y sont directement reproduits et traduits alors que d’autres, comme « La patrouille des Castors », servent de source d’inspiration a de très populaires séries redessinées localement...

22Quant à la production de bandes dessinées proprement égyptienne, elle aussi comporte, on le verra, une dimension politique clairement explicitée. Les « méchants » y sont souvent incarnes par les soldats britanniques, français ou américains, les éléments autochtones « antirévolutionnaires » et, bien sûr, les Israéliens... Durant plus de deux décennies, les héros de Samîr se sont employés à combattre les « bandits sionistes » et à débusquer leurs espions.

23La presse enfantine égyptienne abonde, par ailleurs, en rubriques politiques transposant le discours idéologique officiel en langage enfantin. Le présent dossier fournira de nombreux exemples de ces rubriques : leur objectif est de renforcer la légitimité du pouvoir en place dans l’imaginaire des enfants.

  • 10 cf. Luis GASCA, Tebeo y culturas de masas, Editorial Prensa Espanola, Madrid, 1966, p. 114.
  • 11 cf. Jean-Paul GOUREVITCH, L’imagerie politique, Flammarion, Paris, 1980.

24La presse enfantine égyptienne véhicule également une abondante imagerie politique. Cette dimension est peu courante dans la presse enfantine occidentale. Seuls certains contextes exceptionnels ont, en effet, suscite en Europe l’éclosion d’une telle imagerie. Ainsi, dans l’Espagne en proie à la guerre civile, la couverture de la revue d’obédience carliste Pelayos présentait un jeune garçon en uniforme carliste invectivant de la sorte des monstres animaux à tête humaine : « Sus à la vermine franc-maçonne ! »10. L’abondante imagerie politique véhiculée depuis le début des années soixante par la revue Samîr s’inspire, quant à elle, de l’imagerie soviétique et cubaine : à la fois épique et allégorique, elle reprend les canons du « réalisme socialiste »11.

25A travers les images de Samîr, toute une rhétorique de l’implication invite le jeune lecteur à participer à l’action. La célébration des différentes victoires et fêtes nationales, cérémonies rituelles de tous les régimes, y revêt une importance particulière. Par leurs thèmes mobilisateurs, de telles célébrations sont prétextes et support de rassemblement. Elles interpellent l’enfant et l’invitent à se joindre à l’élan collectif.

26L’imagerie égyptienne illustre également l’archétype d’une société révolutionnaire, avec ses longues théories d’enfants en marche : travestis en petits soldats, ouvriers, paysans ou infirmières, ces enfants indiquent la voie à suivre de leur pas cadence et de leurs gestes résolus... L’image rassurante du Ra’îs préside habituellement à de telles démonstrations de civisme.

27L’imagerie politique destinée aux enfants d’Egypte peut prendre aussi l’aspect de la dénonciation. Celle-ci revêt deux visages : montrer la victime pour dénoncer le crime (enfant palestinien, par exemple) et exalter l’arme défensive braquée contre le criminel (ennemi sioniste, forces de l’Impérialisme...).

28Cette imagerie véhicule ainsi une double rhétorique politique : appropriation du « oui » (rhétorique de l’adhésion) et appropriation du « non » (rhétorique du refus).

Enjeu social et culturel :

29L’impact formateur de la presse enfantine ne se limite pas à la seule diffusion d’un message politique. Cette presse véhicule des modèles de comportement et inculque des normes socio-culturelles.

30La presse enfantine égyptienne abonde en injonctions moralisatrices de tout ordre. Un numéro de Samîr paru en juin 1973 comporte ainsi les consignes suivantes : « Ne mange pas trop de glaces, sois toujours prêt à combattre Israël, obéis à tes parents, recouds toi-même tes boutons de chemise, prends le temps d’écouter et de lire le Saint Coran, n’oublie pas de retirer tes chaussettes avant d’aller au lit, veille à la propreté de ta cour d’école... ».

31Le plus souvent, toutefois, les modèles de comportement sont véhiculés de façon implicite à travers la morale qui se dégage des aventures mises en scène dans les bandes dessinées.

32Les séries égyptiennes prônent ainsi la défense de la propriété, la lutte contre les comportements déviants, l’exaltation de l’hygiène et de la science, le respect de l’autorité parentale...

33On constate, cependant, que dans de nombreuses séries humoristiques les rapports réels d’autorité sont inverses : les grandes personnes y commettent les fautes qui sont habituellement reprochées aux enfants, alors que ces derniers assument le rôle des adultes. Une couverture de Samîr est particulièrement éloquente : le sextuagénaire « Giddu », personnage grincheux et colérique, se voit contraint à avaler ses médicaments sous le regard vigilant de jeunes enfants ravis de jouer les adultes...

  • 12 Edgar MORIN, Tintin, le héros d’une génération in La Nef, Paris, no 13, janv. 1958.

34Edgar Morin a noté, que les compagnons adultes de Tintin sont tous ridicules ou maladroits : le capitaine Haddock se livre à de bouffonnes colères, Tournesol est distrait et toujours dans la lune, les Dupont-Dupond sont de perpétuels gaffeurs et ratent toutes leurs entreprises. « Ainsi, note Morin, les adultes (...) sont dévalorisées par rapport à l’enfant héros. La science (Tournesol), la police (les Dupont), l’aventure (Haddock) sont moqués à leur niveau adulte et ne triomphent que grâce à l’enfant-Tintin omniscient, super-détective et super-aventurier »12.

35Ces bandes dessinées exercent une fonction puissamment compensatoire. Elles sont loin, toutefois, de remettre en cause les normes des adultes. En inversant les rôles, elles invitent, au contraire, l’enfant à incarner ces normes et à les défendre.

36De façon générale, toute bande dessinée reflète les codes dominants de la société dans laquelle elle est produite.

37Après avoir effectué l’analyse de contenu de 107 numéros du Journal de Mickey, Bernard Pourprix a pu établir que l’univers de Walt Disney reflète les grands principes qui sous-tendent l’ordre américain. Trois thèmes centraux s’y retrouvent en effet : la propriété, l’autorité, la sécurité.

38« ... 56 % des événements décrits peuvent être caractérisés comme des défenses actives d’une propriété (...) : dans un premier temps, la propriété est lésée (vol, escroquerie) ; la suite de l’aventure consiste en le récit des actes nécessaires à la réinstallation du propriétaire dans sa situation première... Dans 37,3 % des histoires, l’évènement décrit n’est pas la réintégration d’une propriété, mais cette fois l’augmentation d’une propriété non lésée. Il est intéressant de relever les procédés utilisés par les personnages pour cette augmentation. Par ordre décroissant de fréquence, on trouve ainsi : enrichissement exceptionnel (découverte d’un trésor, gain au jeu), enrichissement spéculatif, enrichissement héréditaire (héritage), enrichissement impérialiste (exploitation des pays du Tiers-Monde) ... Aucune de ces quatre catégories possibles d’enrichissement n’appartient au cycle économique le plus fréquent : travail-salaire. »

39Pourprix de poursuivre :

  • 13 Bernard P0URPRIX, "Lecture politique de Mickey", in Economie et Humanisme", no 199, mai/juin 1971 p (...)

40« La société décrite par Walt Disney apparaît donc comme avant tout préoccupée par le maintien d’un certain système économique. Il est naturel dans cette optique que le second pilier de cette société soit celui de l’autorité (...). Les personnages de Mickey vont chercher la sécurité à laquelle ils aspirent dans le respect et la perpétuation de la tradition. Chaque fois qu’un individu veut transformer les modes de vie ou l’organisation sociale, sa tentative se solde par un échec cuisant. Ces réformateurs sont d’ailleurs, comme tous les perturbateurs, assimiles a des bandits... »13.

41Umberto Eco est arrivé à des conclusions similaires après avoir analysé le contenu idéologique de plusieurs aventures de Superman. Constatant, tout d’abord, que la capacité opérationnelle du héros s’étend sur une échelle cosmique, Eco note que « de la part d’un homme qui peut produire du travail et de la richesse en dimensions astronomiques et en quelques secondes, on pourrait s’attendre aux bouleversements les plus étonnants de l’ordre politique, économique, technologique du monde. De la solution aux problèmes de la famine, au défrichement des zones inhabitables et à la destruction des systèmes inhumains. »

  • 14 Umberto ECO, "Le mythe de Superman", in Communications, no 24, 1976, pp. 24-40.

42Or, poursuit Eco, il n’en est rien : L’unique mal contre lequel se bat Superman apparaît sous les traits des adhérents de l’« under-world », le monde souterrain du milieu, occupe à cambrioler les banques et les voitures postales, mais non à faire la contrebande des stupéfiants ni - bien sur - à corrompre les administrateurs et les hommes politiques. En d’autres termes, l’unique forme visible que le mal assume est l’atteinte à la propriété privée... »14.

43Il est clair que le jeune lecteur n’a pas conscience, le plus souvent, du système idéologique sous-jacent aux séries de bandes dessinées. Il en retire, néanmoins, ce que B. Pourprix appelle un « climat idéologique », une idée générale à propos du mode de vie et de l’organisation sociale qui ne peut qu’influer sur ses attitudes futures...

Bande dessinée et stéréotypes :

44La bande dessinée répond aux attentes de base des lecteurs et exprime un consensus sur certaines représentations collectives.

45Ainsi, une approche de l’image de la femme dans la bande dessinée permet de dégager quelques stéréotypes dominants.

  • 15 C. GEERTS et E. WATRIN, Vingt-cinq ans d’évolution de la presse enfantine, Institut de Sociologie, (...)

46Une analyse de l’hebdomadaire Spirou de 1938 à 1963 a montré qu’on y rencontre 43 personnages féminins sur 1548, et ce sont surtout des fillettes. Il n’y a pas une seule héroïne de 1948 à 1955 ! Dans Tintin, la proportion (de 1946 à 1963) est de 143 héroïnes pour 998 personnages masculins : « Si les fillettes n’ont jamais un aspect ridicule, les adultes, par contre, sont le plus souvent grotesques : ou bien sèches et acariâtres... ou bien grasses, lourdes, bourrées de petits gâteaux et bavardes, femmes à craindre comme la Castafiore de Tintin... »15.

  • 16 Simy BENATAR, Mazaltob EMERGUI et Dominique LIATCHEIN, "L’image de la femme dans Spirou", in Charle (...)

47Une étude plus récente sur Spirou montre que le nombre de femmes représentées est plus élevé en 1971 qu’en 1963. Il y a moins de figurantes, plus d’héroïnes et ces dernières sont souvent de jeunes femmes célibataires, jolies et attirantes16.

48En dépit de cette évolution féministe, l’image de la femme reste toujours liée, dans la bande dessinée franco-belge, à des activités professionnelles faiblement ou moyennement qualifiées (vendeuse, secrétaire, hôtesse de l’air).

  • 17 Ariel DORFMAN et Armand MATTELART, Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants, Editio (...)

49Dorfman et Mattelart ont montré, quant à eux, que l’image de la star d’Hollywood fournit l’archétype de la femme idéale dans la production de Walt Disney : soumise à l’homme, son seul pouvoir réside dans la séduction. Les personnages féminins de Walt Disney, notent Dorfman et Mattelart, ont droit à une seule alternative : « Etre Blanche-Neige ou la sorcière, la gentille petite maîtresse de maison ou la vilaine marâtre. Elles ont le choix entre deux types d’ustensiles : la casserole ou l’alambic »17.

50La bande dessinée égyptienne a longtemps véhiculé, quant à elle, le stéréotype de la femme obèse et tyrannique, affublée d’un mari malingre et pitoyable...

  • 18 Wilbur LEGUEBE, La société des bulles, Editions Vie Ouvrière, Bruxelles, 1977.

51L’étude des stéréotypes peut également être réalisée à partir du statut social des personnages. Wilbur Leguebe a ainsi effectue le répertoire des classes sociales présentes dans la bande dessinée franco-belge : l’on n’y trouve aucun ouvrier, peu de paysans, mais des journalistes, des archéologues, des aviateurs...18.

52Quant aux bandes dessinées égyptiennes, elles tendent à mettre en scène des représentants des classes moyennes. La plupart des héros (Samîr, Tahtah, Dandach, Giddu, al-Bawâsil...) appartiennent à cette couche sociale qui semble servir de référence.

53Depuis les années vingt, cette bande dessinée est friande d’un stéréotype social repris dans de très nombreuses séries : le « châwîch ». Policier sans grade, il se caractérise par sa bonhomie et sa naïveté sans borne...

  • 19 Michel PIERRE, "Un certain rêve africain", Les cahiers de la Bande Dessinée, no 56, fév/mars 1984, (...)

54Les stéréotypes se rencontrent aussi dans l’évocation des différentes races. Michel Pierre a recensé ceux véhiculés par la bande dessinée occidentale sur l’Afrique noire19.

55« Globalement, écrit M. Pierre, la production occidentale (de B.D.) concernant l’Afrique depuis presque un siècle oscille entre deux visages, deux thématiques, deux galaxies centrées l’une sur Banania, l’autre sur Bokassa. La première a pour axe l’image du Noir naïf, bon enfant et serviteur du Blanc. L’autre fonctionne autour du Nègre sauvage, déchaîné, peu maître de ses pulsions carnassières ou libidinales. »

  • 20 Il y aurait quelque mauvaise foi à faire porter sur HERGE seul la responsabilité des manifestations (...)

56C’est ainsi qu’Hergé a largement reproduit les préjuges raciaux de son époque dans les aventures de Tin-tin. La typologie de ses personnages (les Noirs, les Japonais, les Arabes, les Juifs) est conforme aux préjugés ethniques en vigueur durant les années quarante et cinquante20.

57Pierre note, par ailleurs, que « la B.D. a développé le mythe du Blanc retourne à l’état de nature et qui surajoute à ses (évidentes) capacités intellectuelles la musculature et les réflexes des indigènes. Ainsi naquirent Tarzan, Akim et autres vigilants gardiens de l’ordre jungloïde. On y retrouve le souvenir d’une époque où l’Occident régentait l’Afrique, obligeant les animaux à devenir descentes de lit et les natifs bronzés à obéir en souriant... ».

58De façon générale, une typologie des personnages de bandes dessinées permet d’établir les caractéristiques physiques et morales des héros et des « méchants ». Les stéréotypes qui s’en dégagent sont révélateurs.

  • 21 Michel PIERRE, La bande dessinée, op. cit., p. 149.

59Ainsi, Michel Pierre a tenté de recenser les chevelures blondes ou brunes et les traits psychologiques afférents. Il note que le héros Rip Kirby (créé par Alex Raymond en 1946) est accompagné de deux femmes : « Pagan Lee (brune et sensuelle) et Honey Dorian (blonde et toute de tendresse) »21. Les noms donnés aux deux héroïnes sont eux-mêmes significatifs...

  • 22 Un autre caractère des B.D. peut fausser les enquêtes tendant à les mettre en rapport avec la réali (...)

60Les représentations figurant dans la bande dessinée sont donc loin de refléter la réalité d’une société. Ces représentations sont conventionnelles et stéréotypées22.

61La lecture idéologique d’une bande dessinée passe par le relevé de ces stéréotypes et des représentations mentales qu’ils connotent dans l’esprit du lecteur.

Presse enfantine et contrôle institutionnel :

  • 23 cf. Olivier CARRE, La légitimation islamique des socialismes arabes : analyse combinatoire des manu (...)

62Alors que le manuel scolaire relève en Egypte du domaine officiel et est produit par des pédagogues qui obéissent aux contraintes idéologiques dictées par l’Etat23, la presse enfantine, de par sa vocation commerciale, est rétive au contrôle institutionnel. Même étatisée - c’est le cas depuis 1962 - cette presse reste tributaire des contraintes technico-commerciales qui sous-tendent sa production. Elle a tendance à intégrer du matériel étranger et ses sources sont hétéroclites.

63Les revues enfantines parues au Caire ont toujours diffusé une abondante production de bandes dessinées occidentales. Moins coûteuses que la production locale (pourtant largement sous-payée !), ces séries répondent à l’engouement des jeunes lecteurs et permettent de faire monter les courbes de vente. Les Egyptiens ont ainsi découvert Mickey dès 1936 et se sont par la suite familiarises avec la plupart des héros de bandes dessinées occidentales, de Tarzan à Tintin...

64Dans des circonstances similaires, certains Etats ont engagé des politiques protectionnistes.

65Ainsi, durant la IIe Guerre Mondiale, les autorités allemandes d’occupation interdirent l’entrée des bandes dessinées américaines en Europe. Les hommes politiques français de l’après-guerre s’efforcèrent de reconduire cette interdiction. Les communistes voyaient dans ces bandes dessinées une arme idéologique du capitalisme américain. Quant aux démocrates-chrétiens, ils déploraient le climat de violence régnant dans ces séries. C’est à une très large majorité que les députés français votèrent, le 16 juillet 1949, la « Loi no 49 956 sur les publications destinées à la jeunesse ». Ses dispositions légales eurent pour conséquence de fait le blocus de la bande américaine. La plupart des journaux qui diffusaient la production d’Outre atlantique et qui avaient cessé de paraître sous l’occupation ne reparurent pas : tel fut le cas d’Hurrah, Robinson, L’aventureux, Hop-là, L’as... Seul Le journal de Mickey put reparaître sans encombres en 1952, alors que la revue Tarzan, elle aussi republiée, dut se saborder après avoir été harcelée par la commission de censure instaurée par la loi...

66Ce protectionnisme créa des conditions favorables à l’essor de la bande dessinée franco-belge.

  • 24 Life, 8/2/1975 (cité par Michel PIERRE, op. cit., p. 149).

67En 1975, le conseil municipal de la ville de Kemi, dans le nord de la Finlande, décida de proscrire de la commune Donald Duck et Tarzan. Le porte-parole de la municipalité justifia un tel bannissement en déclarant que ces héros exerçaient une influence idéologique néfaste sur les jeunes esprits...24.

68Rien de comparable ne se produisit en Egypte.

69Toutes nationalisées en 1962, les maisons éditant des revues enfantines continuèrent à fonctionner sur un mode commercial. Cherchant avant tout la rentabilité, elles firent souvent passer leurs intérêts commerciaux avant les impératifs de l’idéologie.

70Ainsi, tout au long des années soixante, « Dâr al-Hilâl » diffusa à grand tirage la revue Mickey. Publiée par la même maison d’édition, la revue Samîr se livrait pourtant, à l’époque, à de vigoureuses dénonciations de l’impérialisme américain !

71En 1964, une équipe de dessinateurs proches de l’aile gauche du mouvement nassérien lança la revue Karawân qui se voulait porteuse de valeurs exclusivement nationales. Or, Karawân ne put résister que quelques mois à la concurrence de Superman, revue diffusée au même moment sur le marché égyptien par la très officielle maison d’édition d’al-Ahrâm...

72L’approche de la presse enfantine nassérienne révèle ainsi un décalage significatif entre l’idéologie nationaliste alors affichée et son application réelle.

73Par ailleurs, aucun cadre législatif ne permet, en Egypte, de contrôler le contenu de la presse enfantine ni de lui assigner des buts précis.

74Tel n’est pas le cas dans la plupart des pays occidentaux.

  • 25 Un extrait du livre de WERTHMAN a été publié dans Les Temps Modernes, no 118, octobre 1955, sous le (...)

75Aux Etats-Unis la publication, en 1953, du livre du Dr. Werthman, The séduction of the innocent25, dénonçant l’apologie de la violence dans les bandes dessinées, servit de catalyseur. C’est après une campagne de presse sans précédent que les éditeurs eux-mêmes élaborèrent - avec les autorités - le « Comics Code » du 26 octobre 1954.

76Ce code stipule notamment : « Il est interdit de montrer des policiers, juges et fonctionnaires de l’Etat ou membres de toute autre organisation honnête sous un jour irrespectueux et préjudiciable à l’autorité établie ; il est interdit de représenter des criminels faisant preuve d’héroïsme ou susceptibles de provoquer un désir d’imitation ; le Bien doit toujours triompher du Mal et le criminel être puni pour ses méfaits... ».

  • 26 Avec la libération des mœurs, ce système de contrôle a perdu de sa rigueur initiale : la proportion (...)

77En 1955, première année complète d’application du code, 50 % des comics contrôlés durent être amendés26.

78Le retentissement de ce code amena certains pays européens à prendre des mesures. En 1954, la Chambre des Communes s’éleva contre les comics violents. En Italie, à la suite d’une enquête de l’Osservatore Romano (le quotidien du Vatican) qui montrait que 42 % des écoliers lisaient de 1 à 30 comics par semaine, des mesures furent également prises par le parlement.

79La France, quant à elle, avait précédé en ce domaine les U.S.A., en adoptant en 1949 la loi sur les « publications destinées à la jeunesse ».

80La loi prescrit que ces publications ne doivent comporter aucun élément « présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés de crimes ou délits ou de nature à démoraliser la jeunesse et à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques. »

81En 1966, un magistrat français rédigea un code moral pour le compte de l’association « Euro-press junior ». Ce code donne aux éditeurs adhérents des consignes précises : « Les publications destinées à l’enfance doivent mettre en honneur les valeurs morales, respecter l’ordre social et sauvegarder la dignité de la personne humaine ; elles respecteront la loi, ainsi que les institutions qui assurent l’instruction et l’éducation de la jeunesse ; elles se garderont d’entretenir des préjugés ethniques et écarteront les polémiques tendant à une propagande politique... ».

82En Egypte, aucun cadre législatif n’assigne de mission particulière à la presse enfantine. Aucune structure institutionnelle ne permet d’en contrôler le contenu ni de la censurer. Le contrôle officiel s’y exerce par le seul canal du rédacteur en chef. Celui-ci se manifeste au niveau des messages explicites : aucune critique de l’idéologie officielle ne peut être énoncée ouvertement. Il n’en reste pas moins que plusieurs dessinateurs ou scénaristes égyptiens ont su exploiter les possibilités offertes par ce vide juridique pour exprimer, de façon à peine voilée des bandes dessinées, des opinions an-ti-conformistes, voir contestataires. (Ce dossier en fournira de nombreux exemples).

83Ainsi, la presse enfantine égyptienne assume le rôle inattendu de véritable « espace de liberté » permettant l’expression d’opinions déviantes ou contradictoires au discours officiel.

84L’approche de la presse enfantine égyptienne revêt, on le voit, un intérêt particulier.

85La société égyptienne traditionnelle connaissait une cohérence des messages adressés aux enfants, qu’ils soient émis par les parents, les contes, les chansons ou l’école. L’intrusion de la presse enfantine est venue battre en brèche une telle cohérence.

86Un décalage constant est enregistré entre l’idéologie officielle formalisée et la valeur éducative de cette production extra-scolaire où s’entrecroisent les idéologies, implicites ou explicites, les références culturelles autochtones ou d’importation, les impératifs économiques, les carcans politiques, mais aussi les révoltes et les refus...

87La lecture d’une telle hétérogénéité est précieuse : elle permet d’appréhender l’éventail des sollicitations politiques et culturelles reçues par l’enfance égyptienne.

Notes

1 cf. le texte de Nagîb Mahfûz, en annexe.

2 Samîr signifie en arabe "le confident des veillées".

3 Antoine ROUX, "Les bandes rouges du président Mao", Communication et Langage, no 12, décembre 1971, pp. 101-117.

4 Pascal ORY, Le petit Nazi illustré : "Le Téméraire" (1934-1944), Editions Albatros, Paris, 1979.

5 Maurice C. HORN, in Bande dessinée et figuration narrative, Musée des Arts Décoratifs/Palais du Louvre, Paris, 1967, p. 95.

6 Froylan C. MANJARREZ, "Comics : l’école de la violence", in Revolution, no 13, décembre 1964 - janvier 1965, pp. 42-56.

7 cf. Gilles PLAS, Vaillant, thèmes et images d’un journal illustré de gauche", in Le collectionneur de bandes dessinées, no 52, hiver 1986 - 1987, pp. 20-24.

8 HERGE utilise une langue où s’entrecroisent des consonances à la fois germaniques et slaves. Le dictateur est doté de mustaches qui l’assimilent aisément à Staline. Le salut officiel est "Amaïh", terme emprunté au patois d’un quartier bruxellois mais évoquant inéluctablement le "Heil" hitlérien... (cf. Michel PIERRE, La bande dessinée, Larousse, coll. "Idéologies et Sociétées", Paris 1976, pp. 36-41).

9 Ariette LAPLAZE et Huguette SIMON, "Une vision politique engagée : la patrouille des Castors", in Charles-Olivier CARBONNEL, Le message politique et social de la B.D., Institut d’Etudes Politiques de Toulouse/Editions Privat, Toulouse, 1975, pp. 102-117.

10 cf. Luis GASCA, Tebeo y culturas de masas, Editorial Prensa Espanola, Madrid, 1966, p. 114.

11 cf. Jean-Paul GOUREVITCH, L’imagerie politique, Flammarion, Paris, 1980.

12 Edgar MORIN, Tintin, le héros d’une génération in La Nef, Paris, no 13, janv. 1958.

13 Bernard P0URPRIX, "Lecture politique de Mickey", in Economie et Humanisme", no 199, mai/juin 1971 pp. 68-78.

14 Umberto ECO, "Le mythe de Superman", in Communications, no 24, 1976, pp. 24-40.

15 C. GEERTS et E. WATRIN, Vingt-cinq ans d’évolution de la presse enfantine, Institut de Sociologie, Bruxelles, 1963, p. 150.

16 Simy BENATAR, Mazaltob EMERGUI et Dominique LIATCHEIN, "L’image de la femme dans Spirou", in Charles-Olivier CARBONNEL, op. cit., pp. 149-181.

17 Ariel DORFMAN et Armand MATTELART, Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants, Editions Alain Moreau, Paris, 1976.

18 Wilbur LEGUEBE, La société des bulles, Editions Vie Ouvrière, Bruxelles, 1977.

19 Michel PIERRE, "Un certain rêve africain", Les cahiers de la Bande Dessinée, no 56, fév/mars 1984, pp. 83-86.

20 Il y aurait quelque mauvaise foi à faire porter sur HERGE seul la responsabilité des manifestations d’une idéologie dominante.

21 Michel PIERRE, La bande dessinée, op. cit., p. 149.

22 Un autre caractère des B.D. peut fausser les enquêtes tendant à les mettre en rapport avec la réalité. Toute bande dessinée crée, en effet, son propre univers et ses propres mythes et les maintient parfois de façon immuable. Ainsi en est-il du célèbre pantalon de golfe de Tintin : typique des années 30, il était encore dessiné par HERGE au début des années 60...

23 cf. Olivier CARRE, La légitimation islamique des socialismes arabes : analyse combinatoire des manuels scolaires égyptiens, syriens et irakiens, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris, 1979.

24 Life, 8/2/1975 (cité par Michel PIERRE, op. cit., p. 149).

25 Un extrait du livre de WERTHMAN a été publié dans Les Temps Modernes, no 118, octobre 1955, sous le titre "Les crime comics books et la jeunesse américaine".

26 Avec la libération des mœurs, ce système de contrôle a perdu de sa rigueur initiale : la proportion de comics amendés était tombée à 5 % seulement en 1975.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540