Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Âge libéral et néo-libéralisme

Les politiques de l’État et la natalité en Égypte, du socialisme au libéralisme

Philippe Fargues

Texte intégral

1Parmi les raisons qui incitèrent les Nations unies à choisir le Caire pour accueillir la Conférence internationale sur la population (5-13 septembre 1994), puis à persister dans ce choix malgré la menace terroriste qui planait alors sur l'Égypte, figurait sans doute en bonne place le désir de saluer une politique ferme de maîtrise de la natalité, ainsi que les résultats dont cette politique semblait pouvoir se prévaloir. Depuis quelques années en effet, le pays enregistrait une baisse prononcée de son taux de croissance démographique, qui paraissait récompenser plusieurs décennies d'efforts en ce sens. La conférence fut presque unaniment considérée comme un succès. Succès pour l'Organisation internationale qui adoptait pour la première fois des résolutions touchant à l'éthique dans ce qu'elle a de plus privé : les rapports entre les sexes et les générations dans le cadre de la famille et en dehors de lui. Succès également pour le gouvernement d'Égypte qui prouvait aux yeux du monde, non seulement sa maîtrise de la sécurité du pays dans une situation tendue, mais aussi la justesse d'une politique démographique toujours menée dans un souci d'équilibre délicat entre des sensibilités religieuses, des impératifs économiques et sociaux et une vision moderniste du monde. Le violent débat engagé dans les médias du Caire par des faiseurs d'opinion réprouvant la tenue d'assises sur la diversité des morales sexuelles dans la capitale d'al-Azhar ne pénétra à aucun moment dans l'enceinte extra-territorialisée de la Conférence (Farag, 1994). A contrario, la légitimité du gouvernement et l'approbation de sa politique de population en sortirent renforcées.

2Point d'orgue d'une action continue de l'État sur la population, aussi bien pour en infléchir la natalité que pour en observer les comportements reproducteurs, la conférence fut vite oubliée dans le débat politique en Égypte. Cependant, ni avant ni après cette manifestation, l'évaluation de la politique de l'État ne fut conduite en termes critiques. Cette contribution posera quelques jalons pour un tel bilan. Seront d'abord énumérés les motifs pour lesquels, en Égypte comme dans tous les pays du monde, une politique démographique ne ressortit pas tout à fait au politique. On montrera ensuite qu'entre l'action directe de l'État égyptien pour réduire la natalité et la réduction effective de celle-ci, désormais incontestable, la relation de cause à effet n'a nullement été établie sur des bases scientifiques, et que divers indices tendent à prouver au contraire que la baisse de la natalité n'est pas à porter au crédit de la diffusion systématique du planning familial. On évoquera enfin la manière dont une politique de contrôle des naissances ouvre à l'État libéral, au moment où il se dégage de la planification de l'économie et de la production matérielle, une voie pour s'engager dans la planification de la famille et de la production de la population, lui offrant ainsi un terrain alternatif d'intervention au cœur de la plus privée des institutions sociales. En conclusion, on suggérera que la rationalité de l'action de l'État sur la natalité ne réside pas tant dans l'adéquation d'un résultat enregistré à un objectif énoncé que dans l'adaptation de l'État à l'air du temps, international et national, qui lui conteste l'omnipotence à laquelle il a prétendu dans un passé récent.

L'espace-temps du politique débordé par la maîtrise de la natalité

3En raison de l'objet même auquel elle s'applique – la reproduction de la population –, une politique de contrôle des naissances déborde le champ usuel de l'action politique : d'abord par l'espace où elle est définie et où elle prend son sens, qui est à plus d'un titre celui de la planète entière, ensuite par le temps inhabituellement long qui sépare l'action et son énoncé des résultats auxquels on peut juger de son bien-fondé, et enfin par son interdépendance avec d'autres aspects de la politique générale du gouvernement et avec les mutations de la société. Mondialité, temps long et globalité sont en effet trois caractéristiques qui limitent singulièrement la marge de liberté du politique dans son action sur la natalité.

Mondialité

4La croissance rapide est aujourd'hui le fait de la population du monde prise dans son ensemble. Elle est également une réalité partagée par de nombreux pays dits « en développement », après l'avoir été au siècle dernier par les pays aujourd'hui « développés ». C'est ainsi que pour répondre au défi, réel ou supposé, d'une croissance démographique rapide, un pays particulier puise ses solutions dans la palette de celles, toutes faites, que préconisent les grandes institutions internationales et les agences de développement nord-américaines ou européennes. Cette palette est peu variée, si bien qu'à quelques modalités près d'aménagement local, tous les pays du monde à croissance démographique rapide adoptent les mêmes mesures concrètes. Le principe qui sous-tend cette duplication d'une politique-type n'est qu'un remède qui aurait prouvé son efficacité dans différents contextes serait universellement transférable, quitte à en adapter la posologie. Les États nationaux tendent ainsi à former le cadre d'application relativement uniforme d'une politique mondiale. La mondialisation de la question démographique est d'ailleurs parfaitement claire depuis que sont associées dans une même crainte de l'avenir, sur des bases scientifiques incertaines que l'on ne discutera pas ici (Le Bras, 1993), croissance démographique et détérioration de l'environnement de notre planète. La montée du souci écologique, sans frontières dès que l'on s'intéresse à la biosphère, a sans conteste contribué à mondialiser la gestion de la démographie. De ce que la croissance démographique et les programmes proposés pour la maîtriser sont un lot largement partagé à la surface de la terre, il découle que les gouvernements adoptent une politique de contrôle des naissances plutôt qu'ils ne la conçoivent : ils ne peuvent donc pas porter totalement au crédit de leur imagination politique les succès que celle-ci pourrait remporter.

Temps long

  • 1 On désigne notamment par ce mot emprunté à la physique le fait qu'à un moment donné du temps, la n (...)
  • 2 C'est l'argument que développait notamment l'éditorialiste du journal d'opposition islamiste al-Ch (...)

5Si la croissance démographique est désignée comme un défi, c'est pour les effets néfastes qui lui sont attribués dans le maintien de quelques grands équilibres. On craint en général une détérioration des équilibres économiques, en particulier sur les marchés du travail ou du logement, submergés par l'arrivée de générations toujours plus nombreuses. Mais on pense également aux équilibres politiques, ébranlés par les moyens d'expression des jeunes qu'amplifie leur masse. La croissance démographique, cependant, ne se fait pas par ces groupes « à risque », ceux qui sont âgés de 15 à 30 ans, mais par le bas de la pyramide d'âges, par les nouveaux-nés. Par nature, toute politique de contrôle des naissances ne peut donc produire que des effets différés, disons de 15 à 30 ans, sur la plupart des menaces qu'elle est censée apaiser. En outre, l'inertie1 de la reproduction démographique ajoute à ce délai la lenteur des réactions de la natalité. Une politique de contrôle des naissances vise un terme relativement éloigné dans le temps. L'usage politique des projections de population, dont les résultats à l'horizon moyen (l'an 2025, en général) sont invoqués pour justifier l'urgence des mesures de réduction de la natalité, montre bien qu'en réalité, c'est le futur et sa mise en scène quantifiée qui font peur, mais non le présent. Peur d'ailleurs mêlée de fierté, car l'appréciation par un gouvernement de la population totale qu'il contrôle est ambivalente : le nombre des sujets de la nation est considéré comme un attribut, sinon comme un facteur de la puissance, par la plupart des États arabes contemporains (Fargues, 1992). Limiter la natalité, c'est donc en dernier ressort limiter la puissance de la nation2. Grâce à l'inertie du taux de croissance démographique, ce résultat est cependant repoussé loin dans l'avenir, trop loin pour qu'il en soit fait reproche à l'État. De ce temps long de la démographie, il résulte en tout cas qu'un gouvernement ne peut se prévaloir des résultats directs de sa politique, mais qu'il en lègue à ses successeurs les effets bénéfiques ou pervers.

Globalité

  • 3 Sur les relations entre la fécondité et la mortalité, infantile et maternelle, un très abondant co (...)
  • 4 On sait par exemple qu'un recul de l'âge des femmes au mariage occasionne une baisse de la fécondi (...)

6Le contrôle de la natalité n'est qu'une facette d'une politique de population globale, qui porte également sur le mariage, sur la mortalité, sur les migrations et la répartition spatiale du peuplement. Les phénomènes démographiques formant système3, tout changement constaté sur l'un d'entre eux peut être en partie induit par des changements survenus dans les autres phénomènes4. Par ailleurs, la politique explicite de contrôle des naissances n'est que l'une des voies par lesquelles la politique de l'État joue sur la natalité. Elle agit en synergie ou en concurrence avec d'autres politiques : politique de scolarisation, des jeunes filles en particulier, politique d'emploi, féminin notamment, politique fiscale, politique de subventionnement des ménages en matière de santé, d'alimentation, etc. C'est ainsi qu'une rupture de tendance sur la courbe de la natalité peut provenir de toutes sortes de causes en interaction. C'est ainsi également qu'une politique de contrôle des naissances se trouve infléchie ou renforcée, selon les cas, par d'autres politiques menées simultanément. Contenir l'exode rural dans un pays où les villes sont beaucoup moins fécondes que les campagnes pourrait fort bien, à terme, ralentir la baisse de la natalité ; de même que désengager l'État des instances par lesquelles il a longtemps soutenu l'économie domestique pourrait fort bien limiter l'accès à l'école et à la santé, dont les effets sur la baisse de la fécondité paraissent bien établis. De cette globalité des phénomènes et des politiques, il découle qu'une baisse de la natalité ne saurait être imputée aux mesures prises par l'État pour que la natalité baisse, sans que l'on examine les autres facteurs susceptibles d'avoir exercé une influence.

Du socialisme au néo-libéralisme : continuité de la politique familiale

7La politique est généralement plus versatile que la démographie : les régimes changent mais la population reste. Fort curieusement, l'Égypte des dernières décennies semblerait offrir l'image inverse : une constante préoccupation malthusienne de l'État, mais une natalité capricieuse. Après avoir rappelé les étapes de l'installation progressive d'un appareil destiné à maîtriser la natalité, on examinera donc les variations du phénomène qu'il était censé réguler, pour conclure que les efforts publics de diffusion du planning familial n'ont pas exercé d'influence notable sur les changements de comportement au terme desquels la famille égyptienne planifie désormais ses naissances.

  • 5 Le concept sera popularisé un demi-siècle plus tard par la FAO sous le nom de « Carrying Capacity  (...)

8Des intellectuels, statisticiens de l'État, professeurs d'université et médecins, furent les premiers à percevoir une menace démographique sur l'Égypte. Leur inquiétude fut précoce, puisqu'elle remonte au premier quart de ce siècle. L'inextensibilité des terres arables dans cette société essentiellement agricole avait introduit en Égypte plus tôt qu'ailleurs la peur malthusienne. Dès 1922, le contrôleur du Département de la Statistique et du Recensement, le Dr Lévi, portait un diagnostic de surpeuplement. Analysant les résultats du recensement de 1917, il notait : « Il y a saturation. En l'état de son organisation économique, la densité de la population a atteint un niveau qui n'est dépassé peut-être que par la Chine et certaines parties des Indes […] Cette limite ne saurait, nous semble-t-il, être dépassée de beaucoup sans donner lieu à des manifestations fâcheuses dans le domaine économique et social, à moins d'une extension du sol cultivé ou d'une intensification plus grande de l'agriculture et de la production industrielle, de manière à permettre l'emploi utile du surplus de la population et lui assurer le minimum nécessaire de bien-être » (Lévi, 1922). L'inquiétude du Dr Lévi fut reprise en 1937 par un professeur de l'Université américaine de Maadi, Wendell Cleland, dans un livre qui se proposait d'étudier les « conditions qui se sont développées ces dernières années et qui entraînent de sérieuses menaces pour le bien-être futur des habitants » (Cleland, 1936). Posant la capacité de la terre5 comme un paramètre quasi-fixe, il aboutissait à une population maximale de 19,2 millions d'habitants, qui serait atteinte, selon ses calculs, en 1955. « Dans le trépied que forment pour l'agriculture la terre, le travail et l'organisation, seule la terre apparaît efficace, si bien que l'on s'intéresse toujours à la production par feddan, mais non à la production par tête. En Égypte, le travail ne jouit pas de beaucoup de considération et toute l'attention se concentre sur la terre, un état de fait qui est le produit naturel de la surpopulation. » Considérant que « le principe de Malthus, croissance géométrique de la population et arithmétique des ressources, trouvait son application en Égypte », Wendell Cleland recommanda les solutions du pasteur britannique : « accroître les ressources du pays et limiter sa population. » En passant, il notait que promouvoir l'emploi féminin, pour l'effet de retard qu'il exerce sur le mariage, serait une bonne solution théorique, mais malheureusement irréaliste, car « l'opinion réprouve l'activité féminine rémunérée ». Les associations professionnelles donnèrent rapidement une certaine résonance à l'inquiétude des intellectuels et, en 1937, l'Association médicale d'Égypte tint une conférence pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur la menace démographique, ce qui inspira une première fatwa en faveur du contrôle des naissances, prononcée par le Grand Mufti, Cheikh Abdel Meguid Salim.

9Les arguments développés à cette époque par des intellectuels – l'économie globale, la santé des familles et l'équité sociale – ont traversé le temps pour figurer, presque inchangés, dans le discours officiel contemporain. C'est ainsi que le président Moubarak, dans la conférence qu'il prononça lors de sa réélection en 1993, déclarait : « le qualificatif “trop haut” résume bien le problème : analphabétisme, fécondité, mortalité, maladie, exode rural et taux de croissance démographique, tous trop élevés, minent le développement social et économique. En réponse, le gouvernement souligne le besoin d'investir plus dans les programmes sanitaires, sociaux et économiques, en portant une attention toute particulière au renforcement du planning familial […]. Le programme national se concentre sur le statut des femmes et de la jeunesse, […] notamment sur la participation des femmes à la force de travail et sur l'élévation de leur niveau d'éducation, qui ont prouvé leur influence sur la réduction de la croissance démographique. »

  • 6 Cette section s'appuie abondamment sur NPC, 1993 a.
  • 7 A l'exception du bref épisode de Ben Salah, qui ne modifia pas l'engagement néomalthusien de la Tu (...)
  • 8 « Notre pilule, c'est le développement » fut le mot d'ordre de l'Algérie à la première Conférence (...)

10La fondation institutionnelle6 de la politique démographique fut plus tardive, puisqu'elle remonte aux Officiers Libres qui créèrent, en 1953, une Commission nationale pour les Affaires de la population. En écho au débat qui opposait alors dans des tribunes internationales, politiques ou scientifiques, les développementalistes aux néo-malthusiens, les politiques et les intellectuels égyptiens se partagèrent au début entre partisans d'une action exclusivement économique, la maîtrise de la démographie devant être induite par l'élévation du niveau de vie et l'instauration de l'équité sociale, et promoteurs d'une action directe sur la démographie. Ne trouvant pas de consensus large, le gouvernement adopta finalement une position neutre vis-à-vis de la croissance démographique. La Charte nationale de 1961 fut le premier document officiel à désigner celle-ci comme un obstacle à l'élévation du niveau de vie : « une croissance démographique élevée représente l'obstacle le plus dangereux qui entrave les efforts pour accroître le niveau de vie du peuple égyptien. » La formulation explicite d'un objectif de contrôle des naissances coïncida ainsi avec le passage au socialisme. En cela, l'Égypte se démarquait d'avance des pays arabes qui allaient s'engager dans une expérience socialiste, et dont aucun ne suivrait une politique de limitation des naissances7. On sait par exemple avec quelle vigueur le président algérien Houari Boumediene dénonça sans relâche l'inspiration impérialiste du néo-mathusianisme8 : tout juste sortie d'une ère de colonisation de peuplement qui s'était conclue par le départ en masse vers la France d'un million de Pieds-Noirs, l'Algérie ne pouvait pas porter sur sa croissance démographique le même regard que l'Égypte.

11A partir des années 1960, l'institutionalisation du contrôle des naissances ne cessa de se renforcer. En 1965, fut fondé un Conseil national suprême du planning familial, présidé par le premier ministre et composé des ministres de la Santé, de l'Enseignement supérieur, de l'Information, des Waqf, du Plan, des Administrations locales, de l'Agriculture et des Affaires sociales ainsi que du président de la Statistique (CAPMAS). En 1985, lui succéda une cellule opérationnelle, le Conseil national de la population chargé par décret présidentiel d'établir la politique dans quatre domaines : planning familial, alphabétisation, statut des femmes, mortalité infantile et maternelle. En 1988, des conseils locaux de la population furent mis en place afin de relayer, sur chaque terrain spécifique, la ligne générale du Conseil national. En octobre 1993, enfin, alors que l'Égypte se préparait à accueillir la Conférence du Caire, un ministère d'État pour la Population et le bien-être familial était créé.

  • 9 Les indices donnés ici, sont les taux d'utilisation « actuelle » de la contraception : proportion (...)

12A la continuité de la fondation institutionnelle, répondit celle de la diffusion des pratiques contraceptives dans la population. En 1955, huit cliniques expérimentales avaient été ouvertes pour délivrer des services contraceptifs. L'accès en était strictement conditionné à la présentation par la femme d'un accord écrit de son mari, à l'existence d'une famille de taille déjà suffisante et à la justification des difficultés sanitaires ou financières qu'occasionnerait la naissance d'un enfant supplémentaire. Dès les années 60, les cliniques se multiplièrent et les restrictions d'accès s'assouplirent. Dans les années 70, en application d'une stratégie définie par l'UNESCO, 15 000 enseignants du cycle préparatoire et 6 000 du cycle secondaire furent formés à l' « éducation en matière de population ». Les grandes enquêtes menées depuis le fin des années 1970 montrent une progression remarquable de la contraception moderne. Les femmes mariées utilisant une méthode contraceptive étaient 22,8 % en 1980, 28,7 % en 1984, 35,4 % en 1988, 44,3 % en 1991 et 44,8 % en 1992 (NPC, 1993 b)9. Les effectifs absolus correspondants ont ainsi presque triplé en douze ans : moins d'un million et demi d'utilisatrices en 1980, quatre millions en 1992.

La périodisation politique et économique de la natalité

  • 10 On utilise ici le taux brut de natalité tel qu'il ressort des données brutes de l'état civil. Ces (...)

13Par contraste avec la continuité de l'installation institutionnelle et de la diffusion dans la population du planning familial, la natalité dessine une courbe très erratique (Bucht & El-Badry, 1986)10.

  • 11 En fait, le taux réel était sans doute supérieur à 50 p. 1000, mais la couverture des naissances p (...)

14Haute sous la monarchie, de l'ordre de 45 naissances annuelles pour 1 000 habitants jusqu'au début des années 1950 d'après l'état civil11, elle connut une première baisse au cours de la période socialiste du président Nasser, entre 1961 et 1970, années durant lesquelles la natalité perdit 8,6 points (passant de 43,8 à 35,2 p. 1 000). Elle en récupéra 6 dans la décennie suivante, l'arrivée au pouvoir du président Sadate ayant coïncidé avec une remontée de la natalité, particulièrement sensible à partir de 1973. Les premières années du président Moubarak s'inscrivaient encore sous le signe d'une haute natalité, mais, à partir de 1985, commença une baisse plus prononcée encore que sous Nasser : descendu à 28,2 p. 1 000 en 1993, le taux de natalité avait perdu 11,6 points en huit ans. A la continuité de la mise en place institutionnelle du planning familial et de la diffusion de ses services dans la population, fit donc écho une évolution discontinue de la natalité, tantôt en baisse, tantôt en hausse. C'est un premier signe que la politique ne produisit pas de manière univoque les résultats qu'elle visait.

  • 12 L'enquête d'Ibrahim indique que la question démographique est imparfaitement prise en charge par l (...)
  • 13 L'auteur n'hésite d'ailleurs pas à estimer à 25 % le taux d'efficacité de la politique en comparan (...)

15Certains observateurs ont tenté d'expliquer ces hésitations de la natalité par celles des gouvernements successifs. L'un d'entre eux, distinguant l'énoncé d'objectifs quantifiés (par exemple : réduire la natalité de 1 p. 1 000 par an) de celui d'une ligne politique (formulation et hiérarchisation de grandes options), caractérise ainsi les trois périodes présidentielles : « sous Nasser, des objectifs sans politique ; sous Sadate, une politique sans objectifs ; sous Moubarak, une politique claire avec des objectifs clairs » (Ibrahim, 1995)12. Ce faisant, il postule implicitement que l'évolution de la natalité dépend fortement de la cohérence des politiques censées agir sur elle13. L'analyse, pourtant, révèle que la fécondité pourrait bien relever de déterminants d'un tout autre ordre, bien qu'ils soient également liés, de manière indirecte, aux politiques publiques.

16Sur la période nassérienne, on ne possède pas d'étude approfondie des évolutions de la fécondité. L'heure n'était pas encore aux grandes enquêtes. Un regard minutieux sur les seules données disponibles, celles de l'état civil, révèle toutefois que la stabilité de la fécondité moyenne totale jusqu'au début des années 1960 (une fois gommées ses variations erratiques) provenait en fait du télescopage de deux mouvements de sens opposé, qui s'annulaient dans le calcul de la fécondité du moment : les femmes dans la maturité procréaient plus d'enfants qu'autrefois, mais les plus jeunes en procréaient moins, le résultat étant la constance de l'indicateur moyen. Des générations nées vers 1910 jusqu'à la génération 1930, la fécondité avait en effet plutôt augmenté à chaque âge, vraisemblablement sous l'effet combiné d'une amélioration de l'état sanitaire et d'une stabilisation progressive du lien conjugal : le divorce, très élevé durant la première moitié du siècle (près d'un mariage sur trois était rompu par divorce dans les années 1930), devenait plus rare. Dès la génération 1930, la fécondité commença au contraire à décliner de manière sensible, à tous les âges. Cette génération avait inauguré la scolarisation des filles et les premiers retards de leur âge au mariage. Elle avait commencé sa vie féconde dès la fin de la seconde guerre mondiale, vingt ans, donc, avant l'acte de naissance du programme officiel de planning familial. C'est ainsi que pour réduire sa natalité, elle n'avait pas attendu que l'État popularise les moyens de le faire. Comme auparavant celle d'Europe, une petite fraction de la population d'Égypte avait inventé seule les moyens de le faire (Fargues, 1986 et 1994 a).

  • 14 Notamment parce que les grandes enquêtes sur la fécondité, seul matériau abondamment analysé, recu (...)

17La remontée de la natalité enregistrée durant la période Sadate, entre 1973 et 1980, n'a pas fait l'objet de plus d'analyses que la baisse qui l'avait précédée14. Elle révéla en tout cas la fragilité des bases sur lesquelles un début de contrôle s'était amorcé dans les années 60 : la progression de l'éducation des femmes était restée lente, insuffisante pour contrer l'action des transformations qui allaient survenir en Égypte et favoriser le regain de la natalité. Sur ce regain, on peut avancer quelques hypothèses, en constatant qu'il coïncida avec trois tournants touchant à la politique, à l'économie et à la société : la fin de la guerre avec Israël, la libéralisation de l'économie et, pour la première fois dans l'histoire du pays, une émigration en masse.

  • 15 Voici les variations du taux de nuptialité : 1970 : 10,0 p. 1000 ; 1971 : 10, 5 ; 1972 : 10,7 ; 19 (...)

18Comme toutes les guerres, celle de l'Égypte avec Israël avait mobilisé des hommes. Ce faisant, elle avait retardé des mariages et séparé des couples. La démobilisation qui suivit rapidement la guerre d'Octobre 1973 produisit sans doute l'effet de toutes les paix, parce qu'elles permettent aux couples de se former ou de se retrouver : un surcroît de natalité. Cependant, cet effet dut avoir une amplitude et une durée limitées. La courbe des mariages n'accusa en effet qu'une légère hausse, en 1974 et en 1975 seulement15, et la démobilisation militaire ne put être qu'à la hauteur de ce qu'avait été la mobilisation, c'est-à-dire jamais de très longue durée pour un même soldat.

  • 16 C'est ce que montrent la comparaison des enquêtes budget-consommation des ménages de 1973-74 et 19 (...)
  • 17 La corrélation très positive qui a existé entre revenu national et fécondité dans les pays arabes (...)

19Tout autre fut sans doute l'influence de l'infitâh, l'ouverture économique du pays. Les années 1970 et le début des années 1980 furent une période d'élévation sensible du niveau de vie moyen des ménages, bien que celle-ci s'accompagnât de disparités sociales plus tranchées (Hansen & Radwan, 1982, Abdel Khalek & Tignor, 1982, Waterbury, 1983, Hansen, 1991)16. L'origine de cette embellie économique était de type rentier ou quasi-rentier : elle provenait de ressources produites en bonne partie à l'extérieur du pays, mais attirées vers l'Égypte à la fois par l'État et par les personnes (Richards & Waterbury, 1990, El-Beblawi & Luciani, 1987). L'afflux d'aide étrangère (Handoussa, 1990), américaine en particulier, la réouverture du canal de Suez, la récupération du pétrole du Sinaï et la reprise du tourisme international accrurent directement les ressources de l'État. Par divers canaux de subventionnement de la consommation, celui-ci en redistribua une partie aux ménages (Harik, 1992 ; Waterbury, 1983). L'élévation la plus sensible du niveau de vie en Égypte eut cependant pour cause l'épargne rapatriée par les émigrés égyptiens dans les pays du Golfe, dont le montant se chiffra à 90 % des exportations du pays au début des années 1980 (Al-Sayyid, 1992 ; Korayem, 1986 ; Lesh, 1990). S'agissant de ressources circulant à l'intérieur des familles, la politique de l'État joua de manière seulement indirecte, par le biais de la libération successive de l'émigration, auparavant contenue par le président Nasser, puis du taux de change de la livre égyptienne, condition nécessaire pour recueillir la confiance des épargnants. L'amélioration des conditions matérielles de la vie des familles ne s'accompagna cependant pas de grands changements dans les rôles familiaux. La condition des femmes ne se transforma pas beaucoup. En particulier, le mariage demeura pour elles, comme par le passé, une contre-indication forte à l'exercice d'une profession rémunérée hors du foyer : leur participation aux activités économiques ne s'éleva pratiquement pas entre les deux recensements de 1976 et 1986 (Fergany, 1994), notamment parmi les femmes mariées. C'est ainsi que des ressources matérielles plus abondantes eurent vraisemblablement pour effet de lever certaines des contraintes qui avaient contribué à abaisser la natalité durant les années de Nasser. Plus riches, les familles purent satisfaire plus aisément un désir inchangé de procréer de nombreux enfants17.

  • 18 Il pourrait théoriquement refléter aussi l'interaction causale entre la dimension du logement et c (...)

20Le rôle des facteurs économiques pour expliquer les fluctuations de la natalité semble confirmé par la remarquable corrélation positive des séries temporelles de la natalité et de certains indicateurs du niveau de vie des ménages, sur l'ensemble de la période 1970-1993. C'est ainsi que la remontée de la natalité sous le président Sadate coïncida presque parfaitement avec une élévation sensible du salaire moyen en termes réels, avec l'apparition puis l'accroissement continu des remises d'épargne des travailleurs émigrés, et avec l'essor du secteur de la construction. Aucun de ces facteurs ne rend compte à lui seul de l'évolution des conditions de vie de l'ensemble des personnes du pays. La hausse des salaires moyens ne concerne que les salariés, dont la proportion dans la population active occupée n'a pas varié durant les années du président Sadate (65,3 % aux deux recensements de 1976 et 1986 : CAPMAS). Cependant, comme les revenus non salariés connurent durant la même période une croissance en termes réels plus ferme encore que celle des salaires – attestée par la diminution continue de la part des salaires dans le revenu national (49,5 % en 1970, 35,9 % en 1980, 33,6 % en 1986 : CAPMAS) –, on peut penser que la population non salariée connut elle aussi une hausse de son pouvoir d'achat. Les remises d'épargne, quant à elles, ne concernent directement que les familles qui ont un parent émigré, soit environ 5 % des Égyptiens à la fin des années 70 (Fergany, 1988, CAPMAS, 1991 & 1993). Cependant, leurs effets d'entraînement sur d'autres secteurs de l'économie, en particulier sur le commerce et sur la construction (Choukri, 1978, Birks & Sinclair, 1980), permirent un enrichissement qui ne se limita pas aux familles d'émigrés. Le boom du secteur de la construction en fut un signe parmi d'autres. Le fait que sa chronologie épouse parfaitement celle de la natalité reflète probablement une causalité commune : l'élévation des ressources d'une fraction importante des ménages18.

  • 19 Le émigrés maghrébins en Europe rencontrèrent le modèle opposé. C'est peut-être l'une des raisons (...)

21L'émigration n'exerça pas seulement un effet économique, en apportant aux ménages l'argent qui permettait d'élever des enfants en plus grand nombre. Elle exerça probablement aussi un effet sociologique, en renforçant le modèle de la famille nombreuse. Elle revêtit en effet deux caractéristiques susceptibles de conduire à ce résultat : d'une part elle se destina en priorité aux pays du Golfe et, d'autre part, les hommes firent souvent seuls le voyage. Tout émigré offre une certaine perméabilité aux us et coutumes de la société qui l'accueille, aussi fermée soit-elle. Les émigrés égyptiens ne s'intégrèrent généralement pas bien dans le Golfe, où ils formèrent des communautés repliées sur elles-mêmes parce qu'exclues des réseaux de sociabilité autochtone (Saad, 1994). En Arabie, en Irak et dans les principautés pétrolières, ils furent néanmoins confrontés à des sociétés plus conservatrices que la leur en matière familiale, où une rente surabondante offrait tous les moyens matériels pour l'entretien de familles très nombreuses. S'ils ramenèrent un modèle de leur séjour loin des leurs, ce ne fut certainement pas celui de la famille restreinte19. Par ailleurs, les hommes avaient fréquemment laissé leurs épouses en Égypte. Protégées par la famille de l'homme absent, les femmes d'émigrés se retrouvèrent confinées dans un rôle de mère et d'épouse souvent plus strict qu'il ne l'aurait été si leur mari n'avait pas émigré et si des rigueurs matérielles plus dures les avaient amenées sur le marché du travail (Hoodfar, 1993 ; Brink, 1991 ; Taylor, 1984 ; Khafagy, 1983 ; Khattab and El-Daeif, 1982).

22C'est ainsi que par le biais d'une élévation des ressources des familles sans transformation de la distribution des rôles en leur sein, que le passage de l'Égypte au libéralisme favorisa dans ses débuts un regain de natalité, nonobstant une politique affermie de contrôle des naissances.

  • 20 Une masse considérable de données ont été collectées dans les pays à haute fécondité, désignant to (...)
  • 21 Quinze ans séparent en effet l'âge moyen des femmes à la procréation (30 ans) de l'âge moyen à la (...)

23Commencée en 1985, la seconde baisse de la natalité paraît cette fois répondre à des changements de structure. Aux âges de la procréation, arrivent désormais des générations féminines sorties de l'analphabétisme dans leur grande majorité et, de plus en plus fréquemment, passées par les enseignements préparatoire, secondaire et universitaire. Or, de tous les facteurs de la baisse de la fécondité, l'élévation du niveau d'instruction des femmes est le plus explicatif, en termes statistiques20. La transformation rapide de la répartition des femmes d'âge fécond selon le niveau d'éducation est un mouvement de fond qui n'est pas près de s'arrêter : on sait déjà que durant les quinze prochaines années21, se présenteront à ces âges des générations toujours plus instruites que celles qui en sortiront.

  • 22 Cela ressort bien de la dernière enquête sur la consommation des ménages (1992).

24A côté de cet effet de structure, la conjoncture économique a cependant pu jouer un rôle. Depuis le milieu des années 1980, en effet, le niveau de vie des familles a cessé de s'améliorer. Probablement s'est-il même détérioré dans une large fraction de la population, la plus démunie (World Bank, 1988, Al-Laithy et Kheir Al-Din, 1993). La même coïncidence temporelle presque parfaite qui liait la natalité aux salaires, aux remises d'épargne et à la construction durant les années 1970, caractérisées par l'élévation de la natalité, se poursuivit tout au long des années 1980, et au début des années 1990, période d'abord marquée par une fluctuation de la natalité (1980-1985) puis par une vigoureuse baisse après 1986. La réduction du nombre d'enfants procréés par les familles paraît ainsi avoir accompagné l'érosion du salaire moyen en termes réels, celle des remises d'épargne corrigées de l'inflation et le déclin des activités de construction. Dans une économie où la monétarisation gagne tous les secteurs de l'activité domestique, y compris dans les campagnes22, le coût de l'entretien des enfants peut en dissuader la procréation. La dissuasion est d'autant plus forte qu'avec la libéralisation de l'économie, l'État abandonne l'un après l'autre les canaux par lesquels il soutenait la consommation. Les subventions qu'il distribuait auparavant portaient entre autres sur les consommations spécifiques de l'enfance : santé et école. Sans doute le fait que la baisse de natalité en Égypte ait été beaucoup plus rapide que le changement structurel évoqué plus haut – la hausse régulière du niveau d'éducation des femmes d'âge fécond – s'explique-t-il ainsi par les charges nouvelles qui pèsent sur les familles, subitement alourdies par la réforme économique.

25C'est ainsi que la baisse récente et prononcée de la natalité ne doit vraisemblablement pas être portée au crédit d' « une politique claire avec des objectifs clairs » menée depuis quelques années en matière de contrôle des naissances, mais à la rencontre opportune d'une politique de scolarisation des filles poursuivie avec continuité par les trois régimes qui se sont succédé depuis la fin de la monarchie, et d'une transformation rapide des conditions économiques des ménages sous l'effet du libéralisme.

L'offre de planning familial à la rencontre d'une demande

  • 23 Le taux de réception de ces messages télévisés atteignait en 1992 : 87,6 % dans les gouvernorats u (...)

26Le programme d'action de la Conférence internationale du Caire sur la population et sur le développement soulignait le rôle revenant aux programmes de planification de la famille, c'est-à-dire aux politiques démographiques des États, dans la maîtrise de la natalité : « Les programmes de planification de la famille ont contribué considérablement à la baisse des taux moyens de fécondité dans les pays en développement, lesquels ont été ramenés de six ou sept enfants par famille pendant les années 60 à environ trois ou quatre actuellement » (Nations unies, 1994 : article 7.11). Le passage de la famille nombreuse à la famille restreinte correspondant à l'abandon de normes immémoriales, enracinées dans les comportements privés et dans toutes sortes de représentations collectives, nul n'imagine évidemment que de telles normes soient révisées à la seule invitation de l'État, si la situation qui les avait produites n'est pas elle-même modifiée et si les personnes n'ont pas conscience de sa modification. Cependant, dans leur inlassable répétition, les messages télévisés pour la promotion de la famille à deux ou trois enfants, qui font partie intégrante de la politique de l'État pour réduire la natalité, créent progressivement une ambiance : en 1992, plus des trois quarts des femmes mariées en Égypte déclaraient avoir suivi au moins l'un de ces messages au cours du mois écoulé (NPC, 1993 b)23. L'adoption de comportements nouveaux suppose que cette ambiance rencontre des aspirations elles-mêmes nouvelles. Dès lors, se pose la question de savoir ce qui est premier de l'ambiance ou des aspirations, de l'offre (par l'État) ou de la demande (par les personnes) de contrôle des naissances.

  • 24 Approche inspirée de celle de Becker, pour qui l'amélioration des méthodes de contrôle des naissan (...)
  • 25 Recourant ici aux données publiées, agrégées en un trop petit nombre de catégories pour se prêter (...)

27Quelques mois avant la conférence du Caire, Population and Development Review publiait un article discutant l'efficacité des programmes de planning familial dans les pays à fécondité élevée (Pritchett, 1994), qui ouvrit un débat dans la revue (Knowles & al., 1994). Son auteur opposait à la vision dominante des politiques de population – qui postule que la haute fécondité résulte de l'inaccessibilité des services contraceptifs et s'attache donc à répondre aux besoins non satisfaits (unmet needs)une approche économiste, selon laquelle une haute fécondité reflète d'abord le désir d'enfants24. Se fondant sur les grandes enquêtes de fécondité menées depuis les années 70 dans soixante-et-onze pays en développement, il traitait par l'économétrie quelques données systématiquement recueillies : nombre d'enfants procréés, nombre d'enfants supplémentaires désirés, nombre d'enfants involontairement procréés. Son résultat semblait éloquent : la variation du nombre d'enfants désirés explique 90 pour cent de la variation du nombre d'enfants effectivement procréés. Quel que soit le niveau considéré, la fécondité dépasse cependant la fécondité désirée d'un enfant en moyenne. Il ne s'agit ni d'une rationalisation ex-post (selon laquelle les femmes auraient du mal à admettre qu'un enfant déjà né n'était pas désiré), ni d'une influence éventuelle de l'offre et des coûts de la contraception sur le nombre d'enfants désirés. Bien que la pratique de la contraception soit fortement liée au niveau de la fécondité, elle n'aurait aucun effet significatif sur la fécondité involontaire et un effet seulement très faible sur la fécondité totale, lorsque celle-ci est contrôlée par la fécondité désirée. Pour un niveau donné de fécondité désirée, les efforts nationaux en matière de planning familial n'exerceraient ainsi aucune influence sur la fécondité effective : moins de 2 % des variations observées. Tandis qu'une diminution du nombre d'enfants désirés s'accompagne d'une élévation proportionnelle de la contraception, une élévation de la pratique contraceptive, pour un niveau donné de fécondité désirée, n'occasionne pas de baisse de fécondité. En outre, l'accessibilité de la contraception ne joue pratiquement pas sur la fécondité, qui est au contraire inélastique au coût des contraceptifs, le coût d'une naissance évitée étant de toute façon négligeable devant celui d'une naissance supplémentaire. Si l'accroissement de l'offre de services en matière de planning familial était un moteur du déclin de la fécondité, elle s'accompagnerait d'une réduction des naissances involontaires. Ce n'est pas ce qu'il est donné d'observer. L'auteur en conclut que, pour réduire la fécondité, il ne s'agit pas d'améliorer les services contraceptifs, mais plutôt de changer les aspirations des femmes. Les données recueillies en Égypte paraissent appeler les mêmes conclusions25.

28Trois enquêtes fournissent par grandes unités géographiques le nombre moyen d'enfants désirés par les femmes et l'indice synthétique de fécondité, c'est-à-dire le nombre final d'enfants qu'aurait effectivement une femme si elle était soumise à chaque âge à la fécondité observée durant les cinq années précédant l'enquête (CAPMAS, 1983 et NPC, 1989 et 1993 b). Ces données permettent de croiser les désirs exprimés et la réalité, à trois dates successives et dans six grandes régions. Le bon alignement des dix-huit points ainsi obtenus et la pente de la droite d'ajustement (égale à 1) montrent que l'étagement des niveaux de fécondité répond parfaitement à celui des désirs en la matière : un enfant supplémentaire procréé correspond exactement, en moyenne, à un enfant supplémentaire désiré. Les femmes égyptiennes conforment donc leurs actes à leurs dires, ou inversement. Cependant, la droite d'ajustement est décalée vers le haut de 0,9 point par rapport à celle que l'on obtiendrait si le nombre total d'enfants mis au monde était égal au nombre total d'enfants désirés : les Égyptiennes procréent 0,9 enfant de plus que ce qu'elles déclarent désirer. Cela provient à la fois de l'existence d'une fécondité « involontaire » et d'un décalage dans le temps entre les moments auxquels se réfèrent ces deux indices : la date de l'enquête pour la fécondité désirée et les cinq années précédentes pour la fécondité effective. Mais le fait que l'écart entre les deux indices ne varie significativement, ni avec le temps ni avec la région, indique qu'il est indépendant aussi bien du niveau de la fécondité que de l'offre de services en matière de planning familial. De fait, en assimilant la différence entre réalité et désir à la fécondité involontaire et en croisant celle-ci avec la pratique de la contraception, on observe des variations erratiques mais aucune tendance. Dans le temps et dans l'espace, le taux d'utilisation de la contraception accuse de fortes variations (entre 5,6 % en 1980 dans les régions rurales de Haute-Égypte et 59,1 % au Caire et à Alexandrie en 1992), de même que la fécondité involontaire (entre 0,3 et 2,0 enfants). Mais les variations du premier indice n'expliquent nullement celles du second. L'excès des naissances procréées sur les naissances initialement désirées, relativement faible en Égypte, est ainsi indépendant du recours à la contraception, c'est-à-dire, en dernier ressort, des efforts déployés par l'État pour diffuser le planning familial. En bref, l'utilisation croissante de la contraception est le résultat de la réduction du nombre d'enfants désirés par les Égyptiennes, et non la cause de la baisse de leur natalité.

Le planning familial renouvelle la dépendance mutuelle de la famille et de l'État

29La politique de contrôle des naissances, que l'on ne peut raisonnablement pas créditer du contrôle que la population exerce de fait sur le nombre d'enfants qu'elle met au monde, produit cependant d'autres résultats : elle renouvelle les liens de l'État libéral avec l'institution privée par excellence qu'est la famille.

La famille cliente de l'État

  • 26 « Les organisations non gouvernementales jouent un rôle important dans l'action éducative du gouve (...)
  • 27 Le stérilet représentait 16 % des méthodes utilisées en 1988, et 28 % en 1992 (NPC, 1993).
  • 28 Cités par Khalifa, 1994.

30Si la diffusion des services contraceptifs n'est pas la cause du contrôle des naissances elle n'en est pas moins l'un des moyens. Ces services sont fournis, en concertation plutôt qu'en concurrence26, par les secteurs publics (ministère de la Santé) et privé (Association égyptienne de planning familial, médecins et pharmaciens). Le secteur privé domine, mais après s'être affirmé dans les années 80, son rôle s'est récemment réduit devant celui de l'État, paradoxalement au moment précis où celui-ci renforçait ses options libérales : en 1980, le privé assurait 44 % des services de contraception, en 1984, 69 %, en 1988, 74 %, mais en 1992, il était retombé à 63 %. L'explication immédiate est technique : les établissements de l'État pratiquent surtout les méthodes cliniques (pose de stérilet), plus en vogue aujourd'hui qu'hier27, tandis que les pharmacies et les médecins privés assurent les méthodes non cliniques (Khalifa, 1994, Hassan & Fathalla, 1995). La sociologie du planning familial, toutefois, accentue ce retour de l'État. Une étude des caractéristiques sociales des utilisatrices de la contraception révèle deux profils bien distincts : le secteur public s'adresse à des femmes plus jeunes, moins éduquées, moins fréquemment impliquées dans une activité économique, et appartenant à des milieux plus modestes (Nawar & Mahmoud, 1992 )28. En bref, l'État a mieux répondu que les entreprises privés à l'explosion de la demande et à son passage dans les classes défavorisées : sur le marché de la contraception, il a su capter une demande spécifique. Par le biais du contrôle des naissances, il a ainsi renforcé sa clientèle populaire, au moment où l'abandon des subventions à la consommation rétrécissait par ailleurs son assise. La géographie de la pratique contraceptive et celle de la part occupée par les services de l'État dessinent à peu de choses près les mêmes contrastes : l'État est d'autant plus présent (Le Caire, Alexandrie, Delta central et occidental) que la demande est forte. Le planning familial lui offre donc bien un nouveau terrain d'action sur la société.

  • 29 Egypt National Report…, op. cit.
  • 30 Cette carte est d'ailleurs voisine de celle de la violence politique.

31Ce terrain est plus ou moins ouvert à l'État selon les régions, en vertu probablement de caractéristiques relativement stables des systèmes familiaux locaux. Dans une société où le mariage est une condition stricte de la procréation, le contrôle des naissances commence par le contrôle du mariage. L'âge légal de celui-ci est fixé par la Loi de 1923 : 16 ans pour les jeunes filles, 18 ans pour les garçons. Soixante ans plus tard, cependant, la loi continue d'être contournée à très grande échelle. « Dans le gouvernorat de Fayoum et dans certaines régions de Haute-Égypte, indique le rapport officiel présenté par l'Égypte à la Conférence du Caire, la proportion de femmes se mariant avant l'âge légal est alarmante et dépasse 30 % ; dans d'autres parties de la Haute-Égypte et dans le gouvernorat de Damiette, elle atteint encore 20 à 25 %. En 1980-1984, 21 % des premiers mariages féminins étaient conclus avant 16 ans. Bien que ce chiffre fût élevé, il représentait un progrès sensible par rapport aux années 1960-1964, où il atteignait 48,3 %. »29 Cette statistique révélée par le ministère pour la Population et le bien-être familial ne donne pas d'autre précision. Quant à eux, les services de l'état civil publient une statistique des mariages selon l'âge, mais, probablement dans le but de donner l'image d'un respect unanime de la loi, la première classe qu'ils distinguent est 16-19 ans pour les filles et 18-19 ans pour les garçons. Les mariages contractés en dessous de l'âge légal sont de toute évidence inclus dans cette classe, si bien que leur répartition géographique donne vraisemblablement une bonne idée du contournement de la loi. La carte des mariages féminins précoces que l'on obtient est presque le négatif des deux précédentes. Cette coïncidence reflète bien sûr la cohérence des comportements des personnes : là où l'on désire une famille nombreuse et où l'on pratique peu la contraception, on commence par se marier jeune. Cependant, point n'est besoin pour cela de se marier en dessous de l'âge légal, qui correspond à deux ou trois ans près à l'âge biologique minimal de la fertilité. Le mariage très précoce est plutôt une affirmation des lois de la famille face à celles de l'État, des normes statistiques face aux normes juridiques. Sa répartition géographique est celle de l'écran que la famille oppose à l'emprise de l'État30.

Le contrôle statistique de la famille

  • 31 Font exception les recherches en profondeur de certains organismes privés : Population Council ou (...)
  • 32 Sans entrer dans une argumentation de méthode dont l'exposé serait ici fastidieux, on signalera si (...)

32Le déploiement institutionnel du planning familial fut suivi de celui d'un vaste appareil d'observation statistique de la famille, destiné à mesurer les évolutions des niveaux et des déterminants de la fécondité afin de faciliter le pilotage de la politique de contrôle des naissances. L'Égypte rallia les grands programmes internationaux d'enquêtes sur la famille. Elle participa à chacun d'eux. Le premier, l'Enquête mondiale sur la fécondité, était coordonné à partir de Londres (World Fertility Survey) et personnalisé, dans chaque pays, par un sigle national : ce fut l'Egyptian Fertility Survey de 1980 (CAPMAS, 1983). Vint ensuite, avec l'assistance des Nations unies, l'Egyptian Contraceptive Prevalence Survey de 1984, puis les deux opérations de la Demographic and Health Survey en 1988 et 1992 (NPC, 1989 et 1993b), coordonnées de nouveau à l'échelle mondiale, mais cette fois par la fondation privée américaine Westinghouse – DHS Macro International, et, entre les deux, l'Egypt Maternal and Child Health Survey de 1991, conduite sous l'égide de la Ligue des États arabes, dans le cadre du Pan Arab Project for Child Development financé par une fondation saoudienne (Abdel-Azeem & al., 1993). À ces grands programmes, s'ajoutèrent les multiples enquêtes régionales ou locales du Family Planning Board et une grande activité des bureaux d'études privés, généralement commandités par l'État. Toutes ces opérations poursuivent un but scientifique déclaré : réalisées par échantillon, respectueuses de l'anonymat des personnes interrogées, elles ne se prêtent à aucun contrôle nominal des familles individuelles, mais uniquement au contrôle statistique de leurs comportements. À l'image des sondages électoraux, chaque enquête est cependant une duplication simple de la précédente, elle-même fidèle reproduction du standard élaboré à Londres ou à Washington31. Laissant peu de place à l'imagination du chercheur, elles ne trouvent un usage scientifique novateur que dans les possibilités comparatives ouvertes par leur très grande duplication, c'est-à-dire lorsqu'elles sont rapprochées des enquêtes semblables menées à la surface du monde, pour être analysées par des outils statistiques qui gomment les spécificités nationales au profit des régularités planétaires. Comme les sondages électoraux, donc, elles sont un baromètre32 moderne des opinions ou des comportements privés, c'est-à-dire un instrument d'observation de ceux-ci.

La planification des naissances au service de la rente

33Renouvelant à l'intérieur les relations de l'État et de la famille, la politique de planification des naissances renouvelle également, à l'extérieur, les relations de l'Égypte avec son environnement international. Plus précisément, elle lui permet de diversifier et de consolider ses sources de rentes. La famille fait en effet recette. Le coût du programme de limitation des naissances est d'environ 20 millions de dollars par an (1993), dont 40 % payés par le gouvernement égyptien et 50 % par les agences internationales, les 10 % restants étant à la charge des utilisateurs. Le ministère pour la Population et le bien-être familial estime que ce coût s'élèvera à 25 millions de dollars en 1998, 30 millions en 2003 et 47 millions en 2013. L'USAID est le principal donateur : entre 1977 et 1993, l'agence américaine a contribué pour 185 millions de dollars aux programmes de santé maternelle et infantile et de planning familial. Le Fonds des Nations unies pour les activités de population vient en second, avec une aide de 65 millions de dollars entre 1971 et 1997. Le bon emploi de ces fonds est d'ailleurs souligné le ministère qui les reçoit : « Le succès de la politique égyptienne est évident. Le déclin du taux de croissance démographique est dû aux efforts de l'État et à son engagement dans le domaine de la population. Ces résultats positifs n'auraient pas été obtenus sans le succès des projets installés à l'initiative de différents ministères, avec l'aide à la fois technique et financière d'agences comme le FNUAP et l'USAID. L'on souhaite maintenant que l'aide en provenance de l'Union européenne, du Japon et des pays européens s'accroisse » (NPC, 1993 a). Des ressources sont également attirées de l'extérieur par l'environnement statistique du programme de planning familial, en particulier pour la conduite des grandes enquêtes sur la famille, toutes financées par des fondations étrangères ou des institutions internationales. Cependant, c'est vraisemblablement de manière indirecte que la politique de contrôle des naissances contribue le plus à consolider les ressources extérieures de l'État. La victoire sur la haute natalité dont il peut se prévaloir propage une image rassurante du pays et de sa politique. Elle est un gage de bonne conduite. À côté des critères de « correction politique » auxquels les États-Unis conditionnent leur aide internationale, la conduite d'une politique de maîtrise de la croissance démographique par des voies elles-mêmes « correctes » constitue probablement un critère non dit de leur appréciation. C'est ainsi que l'État égyptien est peut-être un peu redevable aux familles égyptiennes d'être restées, avec Israël, le premier destinataire de l'aide publique américaine.

34À l'heure où la transition de la natalité paraît gagner progressivement toutes les populations du monde, y compris celles de l'Orient arabo-musulman et de l'Afrique sub-saharienne qui étaient demeurées plus longtemps que les autres en marge de ce processus, la question des facteurs de la transition se pose en termes nouveaux. Puisque le phénomène est désormais universel, certains de ses facteurs sont peut-être eux-mêmes universels. En particulier, trois évolutions contemporaines, encouragées par les organisations internationales et largement partagées par de nombreux pays où la natalité était restée élevée jusqu'à une époque récente, sont susceptibles d'avoir tenu un rôle dans l'abaissement de celle-ci au cours des dernières années. Le premier facteur relève directement de la politique des États en matière de natalité : c'est, avec l'appui de l'Organisation des Nations unies et du FNUAP, l'adoption d'orientations néo-malthusiennes, ralliant maintenant beaucoup des États qui manifestaient encore de vives réticences il y a une ou deux décennies. Le second facteur relève d'une grande mutation culturelle de la seconde moitié de ce siècle, accomplie par les administrations publiques à l'incitation de mouvements internes aux sociétés qui furent amplement relayés par l'UNESCO : c'est l'extension de l'appareil scolaire, puis son ouverture large aux jeunes filles, dont les résultats se font aujourd'hui sentir dans les générations féminines qui atteignent les âges de la maternité. Le troisième facteur relève des changements qui affectent l'ordre économique du monde, dont l'avènement du néo-libéralisme économique comme doctrine d'État, sous l'égide notamment de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, est l'une des manifestations tangibles : c'est la modification rapide des conditions matérielles de la vie des familles.

35L'Égypte offre un cadre expérimental original pour examiner comment ces trois facteurs généraux, qui possèdent tous une dimension politique, se combinent dans une société particulière. Au cours du demi-siècle écoulé, la transition de la natalité égyptienne fut en effet marquée par de fortes discontinuités, dont la périodisation correspondit à peu près à celle des trois régimes politiques qui se sont succédé depuis l'instauration de la République. Une première baisse de la natalité, précoce par comparaison avec l'expérience des autres pays arabes, survint dès le milieu des années 1950 sous un régime fermement stato-centré. Après quelques variations erratiques, la natalité enregistra une remontée vigoureuse sous le régime suivant, qui instaurait un libéralisme tempéré, conservant à l'État un rôle redistributif important. Depuis le milieu des années 1980, une baisse profonde et vraisemblablement irréversible à moyen terme s'est amorcée sous un troisième régime, qui confirme les options libérales du précédent tout en étendant au domaine social le champ du désengagement de l'État.

36La succession des régimes se caractérisa à la fois par des ruptures et par des héritages. C'est ainsi dans la continuité que fut définie, puis affirmée, une politique de limitation des naissances. Le fait que cette politique, bien que continue, se soit accompagnée tantôt du résultat escompté, tantôt du résultat inverse, montre cependant les limites des efforts directs de l'État pour infléchir la natalité. C'est également avec continuité que l'État égyptien développa l'institution scolaire et en étendit le bénéfice aux filles. La dernière baisse de fécondité coïncide ainsi parfaitement avec l'accélération de l'élévation du niveau scolaire des femmes d'âge fécond, qui résulte lui-même de leur scolarisation sous le régime précédent, quinze ans auparavant. Toutefois, la régularité de la progression de l'instruction scolaire des femmes contraste avec l'irrégularité des variations de la natalité, ce qui montre que, durant la période où les progrès du niveau d'instruction des femmes sont demeurés lents et n'ont pas entraîné de modification sensible de leur statut dans la famille et dans la société, d'autres facteurs en surdéterminaient les effets sur la natalité. Parmi ces autres facteurs, une place de premier ordre revient certainement à l'économie. Dans ses variations d'apparence erratique, la chronologie de la natalité épouse en effet remarquablement bien celle de quelques indicateurs qui rendent compte du niveau de vie des familles. Toute élévation sensible de celui-ci s'accompagne d'une remontée de la natalité ; inversement, c'est durant les périodes de récession économique que la natalité retrouve sa pente descendante. L'extrême sensibilité de la natalité aux variations des ressources disponibles dans la famille, semble indiquer que l'on est en présence d'une transition démographique impulsée non par le développement économique, mais par ses blocages. Les succès engrangés dans le domaine démographique par le régime actuel reviendraient ainsi aux effets sociaux de sa politique économique libérale, beaucoup plus qu'à sa politique démographique elle-même.

37Si la politique démographique de l'Égypte n'est pas nouvelle dans son énoncé, puisque celui-ci remonte au régime socialiste qui s'était lui-même inspiré d'idées en vogue parmi les intellectuels du premier épisode libéral des années 1930, elle l'est peut-être par la fonction qu'elle remplit dans le contexte du néo-libéralisme. Pour le régime socialiste qui l'avait formulée pour la première fois, la planification des naissances était une application parmi d'autres de la planification centralisée de l'économie et de la société. Pour le régime néo-libéral qui prône le libre jeu des forces économiques et sociales, elle est au contraire une exception, grâce à laquelle l'État compense son désengagement de la sphère privée. Entrée dans les habitudes de la population, la contraception crée en effet une relation de dépendance réciproque entre la famille et l'État. La démographie est en outre devenue une ressource de la politique internationale de l'Égypte. La suppression du ministère d'État pour la Population et le bien-être familial dans le gouvernement formé en janvier 1996, moins d'un an et demi après la Conférence internationale du Caire, semble signifier que la création de ce ministère était un enjeu de politique internationale plus encore que de politique intérieure.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abdel-azeem f. farid s. Khalifa A.M., Egypt Maternal and Child Health Survey, 1991, League of Arab Sates & CAPMAS, Cairo, 1993.

Abdel Khalek G. and Tignor R. (eds). The Political Economy of Income Distribution in Egypt, Holmes & Meier, New York, 1982.

Al-Laithy H. et Kheir al-din H. « Évaluation de la pauvreté en Égypte en fonction des données sur les ménages », Égypte/Monde Arabe n° 12-13, Le Caire, 1993, p. 109-144.

Becker G., « A Treatise on the Family », Harvard University Press, 1991.

Birks J.S. and Sinclair C.A. International Migration and Development in the Arab Region. ILO, Geneva, 1980.

Brink, J. H., « The Effect of Emigration of Husbands on the Status of their Wives : an Egyptian Case », International Journal of Middle East Studies 23, 1991, p. 201-211.

Bucht B. El-Badry M., « Reflections on Recent Levels and Trends of Fertility and Mortality in Egypt », Population Studies, (40) 1, 1986, p. 101-114.

Central Agency for Public Mobilization and Statistics (CAPMAS), Statistical Yearbook (various years, until 1995), Cairo.

– 1991. A Survey of Emigration in the Arab Republic of Egypt, vol. 1 Methodology, vol. 2 Final Results, (in Arabic) Cairo.

– 1993. Emigration, Manpower Mobility and Return Migration, a Study of the Situation in Arab Republic of Egypt, 2 vol. (in Arabic), Cairo.

– 1989. 1986 Population and Housing Census, Cairo, 1989.

– 1983. The Egyptian Fertlity Survey, 1980, vol. II, Fertility and Family Planning, Le Caire.

Choukri N., (ed). Migration and Employment in the Construction Sector : Critical Factors in Egyptian Development, Cairo, 1978.

Cleland W. The Population Problem in Egypt. A Study of Population Trends and Conditions in Modern Egypt, Cairo, 1936.

Coale A. J., « A Reassessment of Fertility Trends in Egypt, Taking Account of the Egyptian Fertility Survey », in Hallouda A. M., Farid S., Cochrane S. H., (ed), 1988, p. 21-43.

Committee on Population and Demography, « The Estimation of Recent Trends in fertility and Mortality in Egypt », Report n° 9, Washington DC, National Academy Press, 1982.

El-Beblawi H., Luciani G. (ed), The Rentier State, Croom Helm, London, 1987.

El-Sayyed H., « The Impact of Workers' Remittances on Socio-Economic Groups in Egypt », (in arabic), L'Égypte Contemporaine, vol. LXXXIII, 1992, n° 429-430, p. 59-93.

Farag I., Identité, natalité, ou les avatars d'une conférence internationale, Égypte/Monde Arabe, n° 20, Le Caire, 1994, p. 43-65.

Fargues P., « Note sur la diffusion de l'instruction scolaire d'après les recensements égyptiens », Égypte/Monde Arabe, n°18-19, CEDEJ, le Caire, 1994 a, p. 115-134.

– 1994 b, « Demographic explosion or social upheaval ? », in Democracy without Democrats ?, edited by Ghassan Salamé, I.B. Tauris, London, p. 155-181.

– 1992, « Démographie et politique dans le monde arabe », Population, INED, Paris, (47) 2, p. 305-326.

– 1986, « Un siècle de transition démographique en Afrique Méditerranéenne, 1885-1985 », Population, INED, Paris, (41) 2, p. 205-232.

Fergany N., « On the Age Pattern of the Participation of Women in Economie Activity in Egypt », Al-Mishkat Research Notes, 4, Le Caire, 1994.

– 1993, « Profils de la pauvreté et du chômage en Égypte au niveau des unités administratives », Égypte / Monde Arabe n° 12-13, Le Caire, p. 197-212.

– 1988, « In Search of the Fortune. A Survey of Egyptian Work Migration to the Arab Countries », Centre for the Study of Arab Unity, Beirut (in Arabic).

– 1975, « A Reconstruction of Some Aspects of the Demographic History of Egypt in the Twentieth Century », Technical Papers R/31, The American University in Cairo, Cairo.

Food and Agriculture Organization (FAO), Potential Population Supporting Capacities of Land in the Developing World, Rome, 1982.

Hansen B., The Political Economy of Poverty, Equity and Growth. Egypt and Turkey, World Bank Comparative Study, Oxford University Press, Oxford, 1991.

Hansen B. and Radwan S., Employment Opportunities and Equity in Egypt, ILO, Geneva, 1982.

Hallouda A. M., Farid S., Cochrane S. H. (ed.), Demographic Response to Modernization, CAPMAS, le Caire, 1988.

Handoussa H., « Fifteen Years of Foreign Aid in Egypt – A Critical Review », in Oweiss (ed.), 1990, p. 109-124.

Harik I., « Subsidization policies in Egypt », International Journal of Middle East Studies 24, 1992, p. 481-499.

Hassan E. O., Fathalla M. F. « Broadening Contraceptive Choice, Lessons from Egypt », in Makhlouf Obermeyer, C. (ed.), 1995, p. 216-231.

Hoodfar H., « The Impact of Egyptian Male Migration on urban families left behind : ‘Feminization of the Egyptian Family' or a re-affirmation of traditional gender roles », Sociological Bulletin (India), (42) 1-2, 1993, p. 115-135.

Ibrahim S., « State, Women and Civil Society : an Evaluation of Egypt's Population Policy », in Makhlouf Obermeyer, C. (ed.), Family, Gender and Population., op. cit., le Caire, 1995, p. 56-79.

Khafagy F., « Socio-Economic Impact of Emigration from a Giza Village », in Richards, A. and Martin, P. (eds), Migration, Mechanization and Agriculture Labor Markets in Egypt, Boulder, Oxford, Westview Press, 1983, p. 135-158.

Khalifa M., « Determinants of the choice of source for family planning services in Egypt », 23rd Annual Seminar on Population and Development Issues in the Middle East, Africa and Asia, Cairo Demographic Centre Research Monograph Serie, 1994, p. 860-894.

Khattab H. and El-Daeif S.G., Impact of Male Labor Migration on the Structure of the Family and the Roles of Women, The Population Council, Le Caire, 1982.

Knowles J., Akin J. S., Guilkey K., Bongaarts J., Pritchett L. H., « The Impact of Population Policies : An Exchange », Population and Development Review, (20) 3, 1994, p. 611-630.

Korayem K., « The Economie Impact of the Emigration of Manpower on the Rural Sector in Egypt », (in arabic), L'Égypte contemporaine, vol. LXXVII, n° 404, 1986, p. 181-198.

Le Bras H., Les limites de la Planète. Mythes de la nature et de la population, Flammarion, Paris, 1993.

Lesh A., Egyptian Labor Migration, in Oweiss (ed.), 1990, p. 90-108.

Lévi I., « Le recensement de la population de l'Égypte de 1917 », L'Égypte Contemporaine, Vol. XIII, Le Caire, 1922.

Makhlouf Obermeyer C, « Islam, Women, and Politics : the Demography of Arab Countries », Population and Development Review, (18) 1, 1992, p. 33-57.

– Family, Gender and Population in the Middle East. Policies in Context, American University in Cairo Press, Le Caire, (ed.), 1995.

National NGO Committee,The Egyptian NGO Platform Document to the ICPD, Cairo, 1994.

NPC (National Population Council), 1993 (a), Egypt National Report on Population, submitted to the ICPD 1994, Le Caire.

– 1993 (b), Egypt – Demographic and Health Survey 1992, Le Caire.

– 1989, Egypt – Demographic and Health Survey, 1988, Le Caire. Nations unies, 1994. Projet de programme d'action de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement. A/CONF. 171/L.1. New York.

Oweiss I. M. (ed.), The Political Economy of Contemporary Egypt, Georgetown University, Washington, 1990.

Pritchett L. H., « Desired Family and the Impact of Population Policies », Population and Development Review, (20) 1, 1994, p. 1-55.

Ricahrds A., and Waterbury J., A Political Economy of the Middle East : State, Class and Economic Development, Boulder, Oxford, Westview Press, 1990.

Saad R., 1994, « Le paysan hors du village : guerre et migration dans la mémoire du paysan égyptien », Conférence au CEDEJ, le Caire, 1995.

Taylor E., « Égyptian Migration and Peasant Wives », MERIP Reports. June 1984, p. 3-10.

Waterbury J., « Patterns of Urban Growth and Income Distribution in Egypt », in Abdel Khalek, and Tignor (ed.), 1982, p. 307-350.

– 1983, « The Egypt of Naser and Sadat : the Political Economy of Two Regimes », Princeton, Princeton University Press.

World Bank, Egypt, Alleviating Poverty during Structural Adjusment, Washington, 1988.

Notes

1 On désigne notamment par ce mot emprunté à la physique le fait qu'à un moment donné du temps, la natalité conserve en mémoire celle du passé : elle est en effet le produit de la fécondité présente par les effectifs d'âge fécond, eux-mêmes déterminés par la natalité du passé.

2 C'est l'argument que développait notamment l'éditorialiste du journal d'opposition islamiste al-Cha‘b, Adel Hussayn, lorsqu'il dénonçait dans la Conférence internationale sur la population et le développement de 1994, une conspiration de l'Occident contre l'Islam, visant à endiguer le poids démographique de l'Islam en propageant le contrôle de la natalité dans le monde musulman.

3 Sur les relations entre la fécondité et la mortalité, infantile et maternelle, un très abondant corpus scientifique a été réuni. Ces relations sont largement exploitées par les gouvernements, lorsqu'ils abritent des objectifs de maîtrise de la natalité derrière une politique de santé maternelle et infantile.

4 On sait par exemple qu'un recul de l'âge des femmes au mariage occasionne une baisse de la fécondité. L'âge au mariage lui-même, comme la fécondité dans le mariage, peuvent évoluer à la faveur des migrations, notamment des campagnes vers les villes, etc.

5 Le concept sera popularisé un demi-siècle plus tard par la FAO sous le nom de « Carrying Capacity » (FAO, 1982).

6 Cette section s'appuie abondamment sur NPC, 1993 a.

7 A l'exception du bref épisode de Ben Salah, qui ne modifia pas l'engagement néomalthusien de la Tunisie.

8 « Notre pilule, c'est le développement » fut le mot d'ordre de l'Algérie à la première Conférence internationale sur la population, réunie à Bucarest en 1974.

9 Les indices donnés ici, sont les taux d'utilisation « actuelle » de la contraception : proportion des femmes mariées qui étaient sous contraception au moment de l'enquête. Cette proportion est inférieure à celle des femmes qui, à un moment au moins de leur existence, ont pratiqué la contraception (40 % en 1980, 65 % en 1992).

10 On utilise ici le taux brut de natalité tel qu'il ressort des données brutes de l'état civil. Ces données sont sans doute imparfaites, notamment au début de la période considérée. Pour les deux raisons suivantes, elles sont mieux adaptées que les données d'enquêtes à propos de cet article. 1) L'application des taux de fécondité générale fournis par les enquêtes aux effectifs de population féminine donne, à chaque date au-delà de 1978, un nombre de naissances inférieur à celui enregistré par l'état civil ; l'état civil n'étant pas susceptible de sur enregistrement, ce sont donc les enquêtes qui ont sous-estimé la fécondité. 2) Les données d'enquêtes masquent les fluctuations de court terme, qui sont importantes pour l'analyse proposée ici.

11 En fait, le taux réel était sans doute supérieur à 50 p. 1000, mais la couverture des naissances par l'état civil demeurait incomplète (Fergany, 1975).

12 L'enquête d'Ibrahim indique que la question démographique est imparfaitement prise en charge par les autorités publiques. Elle ne devrait son succès qu'à l'engagement de ceux qui sont au plus près du terrain, le réseau associatif. Voici la proportion des personnes interrogés (1993) sur les problèmes prioritaires du pays qui mentionnent spontanément la démographie : 18 % des hauts responsables, 25 % des responsables de niveau intermédiaire, 58 % des leaders locaux civils, mais 11 % des religieux, 25 % des médecins pratiquant le planning familial et 72 % des travailleurs sociaux (Ibrahim, 1994).

13 L'auteur n'hésite d'ailleurs pas à estimer à 25 % le taux d'efficacité de la politique en comparant l'effectif de population atteint en 1993 (60 millions) à ce qu'il aurait été si l'objectif fixé en 1960 avait été réalisé (maintien du taux de croissance annuelle à 1,9 %, soit 45 millions en 1993), et à ce qu'il aurait été sans politique de baisse de natalité (65 millions), ce qui revient à attribuer toute la baisse enregistrée (– 5 millions) à la seule politique démographique de l'Etat !

14 Notamment parce que les grandes enquêtes sur la fécondité, seul matériau abondamment analysé, recueillent des données qui gomment les fluctuations de court terme : taux de fécondité par périodes quinquennales ou décennales passées (voir cependant Hallouda & al., 1988).

15 Voici les variations du taux de nuptialité : 1970 : 10,0 p. 1000 ; 1971 : 10, 5 ; 1972 : 10,7 ; 1973 : 9,8 ; 1974 : 10,5 ; 1975 : 10,7 ; 1976 : 10,7 ; 1977 : 9,8 (CAPMAS, Statistical Yearbook).

16 C'est ce que montrent la comparaison des enquêtes budget-consommation des ménages de 1973-74 et 1981-82 (Al-Laithy et Kheir Al-Din, 1993).

17 La corrélation très positive qui a existé entre revenu national et fécondité dans les pays arabes d'Orient au cours des deux décennies 1970 et 1980 révélait un véritable modèle « rentier » de la transition démographique, dans lequel l'abondance de la rente pétrolière et des ressources indirectement générées par celle-ci, redistribuées sous diverses formes aux ménages, a pu maintenir une hausse de fécondité en limitant l'effet de deux autres facteurs ; éducation des femmes et urbanisation (Fargues, 1994 b).

18 Il pourrait théoriquement refléter aussi l'interaction causale entre la dimension du logement et celle de la famille : des enfants plus nombreux supposent un logement plus grand et, réciproquement, un logement plus grand autorise des enfants en plus grand nombre.

19 Le émigrés maghrébins en Europe rencontrèrent le modèle opposé. C'est peut-être l'une des raisons qui aura contribué à l'accélération de la baisse de la fécondité en Tunisie, au Maroc et en Algérie.

20 Une masse considérable de données ont été collectées dans les pays à haute fécondité, désignant toutes, l'importance de ce facteur.

21 Quinze ans séparent en effet l'âge moyen des femmes à la procréation (30 ans) de l'âge moyen à la scolarisation (15 ans).

22 Cela ressort bien de la dernière enquête sur la consommation des ménages (1992).

23 Le taux de réception de ces messages télévisés atteignait en 1992 : 87,6 % dans les gouvernorats urbains, 86,4 % et 73,1 % dans les villes et les campagnes de Basse-Égypte, 77,1 % et 53,1 % dans les villes et les campagnes de Haute-Égypte. 0,5 % des femmes seulement n'avaient jamais entendu parler du planning familial (NPC, 1993 b)

24 Approche inspirée de celle de Becker, pour qui l'amélioration des méthodes de contrôle des naissances est avant tout une réponse induite, parmi d'autres, à une demande décroissante d'enfants plutôt qu'elle n'en serait la cause (Becker, 1991).

25 Recourant ici aux données publiées, agrégées en un trop petit nombre de catégories pour se prêter aux calculs de régression, on ne pourra toutefois pas livrer des conclusions aussi fermes que celles de Pritchett.

26 « Les organisations non gouvernementales jouent un rôle important dans l'action éducative du gouvernement en matière de planning familial » : est une formule paradoxale que l'on peut lire dans le rapport officiel de l'Égypte à la Conférence du Caire (National NGO Committee, 1994).

27 Le stérilet représentait 16 % des méthodes utilisées en 1988, et 28 % en 1992 (NPC, 1993).

28 Cités par Khalifa, 1994.

29 Egypt National Report…, op. cit.

30 Cette carte est d'ailleurs voisine de celle de la violence politique.

31 Font exception les recherches en profondeur de certains organismes privés : Population Council ou Al-Mishkat, par exemple.

32 Sans entrer dans une argumentation de méthode dont l'exposé serait ici fastidieux, on signalera simplement que sur un résultat essentiel, le niveau et l'évolution de la fécondité, ce baromètre est imprécis et mal étalonné (Coale, 1988). Rapprochées les unes des autres, les enquêtes donnent en effet pour le passé une fécondité plus élevée que celle calculée d'après l'état civil, mais plus basse pour le présent. Il s'ensuit qu'elles apportent l'illusion d'une baisse beaucoup plus franche qu'elle ne le fut en réalité : de 3,5 enfants par femme entre 1965 et 1990 au lieu de 2. L'image complaisante qu'elles donnent des progrès accomplis dans la maîtrise de la natalité est aisément portée par l'État à son crédit.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable