Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Âge libéral et néo-libéralisme

La crise du pouvoir et de l’opposition dans un régime pluraliste limité. Le cas de l’Égypte

Wahid Abdel-Méguid

Entrées d'index

Texte intégral

1Le système politique égyptien s'est dirigé, depuis le milieu des années 70 vers un pluralisme limité qui reste pourtant dans le prolongement de l'ancien modèle autoritaire. Le passage de l'un à l'autre s'effectue à un moment où le régime autoritaire est confronté à une crise accrue qui l'oblige à procéder à une ouverture politique partielle. Le pluralisme limité apparaît donc, du moins dans sa première phase, comme un système de gestion d'une crise complexe de légitimité, de la participation, et de la distribution, parfois de complémentarité nationale. Quand le régime autoritaire devient incapable de conserver ou de renouveler sa légitimité, quand il ne peut plus continuer à museler le pluralisme et à confisquer l'indépendance de systèmes annexes, il opte pour une ouverture politique partielle, généralement accompagnée d'une ouverture économique également partielle.

2Les caractéristiques des régimes à pluralisme limité dépendent de leur degré d'ouverture politique. Ils varient selon que cette ouverture tend vers un élargissement progressif ou vers la stagnation, et par suite ils varient selon le degré d'indépendance qu'ils accordent aux systèmes parallèles au pouvoir. Plus le champ de l'ouverture politique est large, ou susceptible de s'élargir, plus les chances d'une évolution progressive du régime pluraliste limité vers un régime démocratique sont grandes. Mais l'expérience a jusqu'à présent a montré qu'à l'exception de quelques cas isolés en Amérique latine, le régime du pluralisme limité est encore loin d'engendrer la dynamique nécessaire à un passage vers la démocratie.

3L'exemple algérien a été le seul dans le monde arabe à « effleurer » cette transformation, au début des années 90. Mais l'absence d'un consensus général autour des règles du jeu a mis en conflit deux projets opposés à cause d'une profonde division culturelle, provoquant une récession qui n'a pas manqué d'avoir des répercussions sur d'autres expériences en crises différenciées de pluralisme limité dans le monde arabe. Parmi celles-ci, le cas de l'Égypte. Mais la crise du pluralisme limité égyptien est antérieure à la récession algérienne. La présence étude tentera d'expliquer la crise de ce régime en Égypte, en commençant par un exposé rapide sur sa nature générale.

La nature du régime à pluralisme limité

4Nous avons évoqué que ce type de régime est né de l'exacerbation de la crise du régime autoritaire, de sorte que le pluralisme limité peut être défini comme un système de gestion de la crise. Cela ne signifie toutefois pas qu'il peut être considéré comme un simple système de transition, ou une autre forme de régime autoritaire. Une telle interprétation ne peut être faite que dans le cadre de la classification conventionnelle qui réduit les systèmes politiques contemporains à deux catégories : démocratiques et non démocratiques. Il est cependant communément admis qu'il existe une chaîne continue de systèmes politiques, allant de la démocratie au totalitarisme. Le régime autoritaire serait ainsi classifié en tant que système indépendant. Cependant, l'orientation dominante dans le champ de la politique comparée ne le considère pas comme tel, mais comme mode de transition entre le totalitarisme et la démocratie. C'est la position soutenue par de nombreux politologues, comme Eugène Meehan (Meehan, 1966) dans son étude sur les dynamiques du gouvernement moderne et Michael Roskin (Roskin, 1988) dans son introduction aux sciences politiques. Cette même opinion est émise par Coleman dans son étude sur les systèmes politiques dans les pays en voie de développement, dans un livre co-rédigé avec Almond (1966).

5Il semblerait que la classification conventionnelle en deux catégories ait été significativement influencée par la guerre froide, sur l'échelle mondiale, et par le conflit entre le camp démocratique et le camp totalitaire. C'est dans ce contexte que le régime autoritaire, largement prédominant dans les pays du Tiers-Monde, a rarement été considéré comme un système indépendant au même titre que les régimes démocratiques et totalitaires. Ce régime a toutefois montré qu'il était plus viable que le régime totalitaire. En effet, il fait preuve de plus de souplesse, se prêtant mieux à des évolutions internes pour affronter ses crises, alors que le régime totalitaire ne peut que s'effondrer sous le poids des crises.

6Sans entrer dans les détails, on peut dire que le régime autoritaire offre un degré limité d'indépendance aux systèmes complémentaires au pouvoir, une caractéristique qui permet d'élargir cette indépendance dans certains domaines lorsque la crise du régime s'exacerbe. Le régime totalitaire ne possède pas cette caractéristique, ce qui provoque son effondrement en cas de crise, et son remplacement soit par un régime démocratique à stabilité variable, soit par une anarchie générale. Le régime autoritaire, lui, a généralement la faculté de se réformer de l'intérieur, en s'orientant vers un pluralisme limité portant des chances variables d'évolution progressive vers un régime démocratique. Cela peut s'expliquer par le fait que le régime autoritaire n'impose généralement pas de contrôle strict sur tous les aspects de l'activité humaine. Il laisse certains domaines de la vie sociale, économique ou culturelle à l'initiative des individus, bien que ce soit dans le cadre d'une organisation hiérarchique, dirigée par un ensemble peu nombreux, et généralement présidée par un chef unique, sous la toute-puissance des valeurs d'ordre, d'obéissance et de discipline. Ainsi, la règle qui est à la base de la classification des systèmes politiques en démocratie, totalitarisme, autoritarisme, et pluralisme limité se résume au degré d'indépendance ou de subordination des systèmes parallèles (partis politiques, médias, administrations, législation, etc.). Le régime démocratique est celui qui offre le plus haut degré d'indépendance à ces systèmes, alors que dans le régime totalitaire, il n'y a quasiment aucune indépendance, les différents systèmes parallèles étant subordonnés au pouvoir de l'État/Central. Le régime autoritaire accorde un degré minimal d'indépendance à certains systèmes parallèles, degré qui s'élargit de façon inégale dans le régime à pluralisme limité.

7Selon cette règle, les régimes autoritaires et à pluralisme limité peuvent être considérés comme deux types de systèmes indépendants, puisque dans le régime autoritaire, il y a un degré limité d'indépendance accordé aux systèmes parallèles, dans le cadre d'une organisation hiérarchique plus ou moins stricte. Le considérant comme type à part, différent du régime totalitaire, il devient possible de considérer aussi le régime à pluralisme limité comme indépendant et différent du modèle autoritaire, bien qu'il constitue son prolongement et résulte de son orientation vers une ouverture politique partielle.

8Dans le pluralisme limité, l'indépendance de certains systèmes parallèles s'accroît, une évolution partielle touche la dynamique des réactions politiques, et un respect relatif des droits de l'homme s'installe.

9On peut faire une distinction entre les régimes autoritaires et les régimes à pluralisme limité selon les critères suivants :

10Ainsi, les aspects essentiels qui distinguent le pluralisme limité du régime autoritaire sont :

  • Un multipartisme dirigé par le haut
  • Une concurrence sous restriction
  • Une liberté certaine pour la presse écrite
  • Une revitalisation limitée du pouvoir législatif
  • Une indépendance substantielle des tribunaux ordinaires

11Ces différences vont de pair avec un changement relatif du mode de gouvernement. Dans les deux régimes étudiés, le gouvernement demeure la clef de voûte du système politique, mais le rôle orientation de la société vers des buts et des valeurs déterminés qu'il a dans le régime autoritaire est réduit dans le pluralisme limité. Les deux modèles restent toutefois semblables en ce qui concerne le monopole du pouvoir, qui dans le cadre du pluralisme limité, reste soustrait à toute alternance. Lorsqu'il y a alternance du pouvoir, c'est que le pluralisme limité est en passe de se transformer en démocratie. Ainsi, dans le modèle du pluralisme limité, le gouvernement reste le facteur dominant, et la société le facteur subordonné, tout comme dans les régimes autoritaire et totalitaire, et contrairement au régime démocratique. Cette classification a été exposée par David Apter (Apter, 1973), dans son étude sur le changement politique. Seul dans un régime démocratique, le gouvernement est le facteur subordonné, et le corps électoral est la source du pouvoir. Voilà la base du raisonnement d'Apter qui considère que les demandes, les pressions et les signaux émis par la société sont les « entrées » que reçoit le gouvernement démocratique et auxquelles il doit répondre par des « sorties » sous forme de résolutions et de politiques. Dans les régimes autoritaire et totalitaire, c'est le gouvernement qui émet lui-même les « entrées » à travers le monopole qu'il exerce sur le choix des objectifs. Les « sorties » sont dans ce cas, le changement ordonné que provoque le gouvernement dans le sens qu'il a fixé. Dans le pluralisme limité, le gouvernement continue à monopoliser le pouvoir, mais son rôle d'orientation de la société se cantonne à certains objectifs limités. Le gouvernement devient alors plus pragmatique, et relativement plus ouvert aux signaux émis par la société, donc plus accessible aux pressions, auxquelles il réagit parfois de manière démocratique, et parfois de manière autoritaire. C'est pour cela que si un tel régime ne procède pas à un élargissement de l'ouverture politique, il finit par être rattrapé par la crise, qui se cristallise alors autour du déphasage entre le régime de gouvernement et le régime politique. Dans le régime autoritaire, les deux sont forcément en harmonie, grâce à l'interdiction du pluralisme, à l'oppression de l'opposition et à la subordination des pouvoirs législatif et judiciaire au pouvoir exécutif. La crise du régime autoritaire apparaît et s'exacerbe lorsqu'il n'est plus possible de garantir l'harmonisation forcée entre la gouvernance et le système politique. Une ouverture politique partielle s'impose alors pour gérer la crise, et le passage à un pluralisme limité est enclenché. Mais la conservation, à des degrés divers, de l'aspect autoritaire du gouvernement dans ce régime reste en contradiction avec un système politique véritablement pluraliste. Celui-ci donne naissance à des partis qui œuvrent pour réduire l'autoritarisme par l'intermédiaire de la marge de liberté dont ils bénéficient, mais qui se heurtent sans cesse aux limites de cette liberté. Le gouvernement se trouve ainsi soumis à des pressions provenant de l'intérieur même du système politique. Il est donc indispensable de différencier le régime du gouvernement du système politique pour bien comprendre la crise qui mine le régime pluraliste limité. C'est une crise qui résulte du déphasage entre un régime de gouvernement monolithique, et qui tient à conserver cet aspect, et d'un système politique caractérisé par le pluralisme, malgré les restrictions qui lui sont imposées. La tension est donc inévitable entre le gouvernement et l'opposition qui se situe à la marge du système politique, et dont certains secteurs sont encore exclus du jeu politique. Il pourrait sembler, à première vue, que la crise du régime du pluralisme limité se confond avec la crise du groupe dirigeant, mais en fait l'opposition souffre généralement d'une crise tout aussi profonde, comme cela est clair dans l'exemple égyptien.

12La crise du pluralisme limité est d'autant plus importante quand le groupe dirigeant et l'opposition ne sont pas culturellement unis, ou quand ils sont divisés sur le choix d'une conception de civilisation. Dans ce cas, le conflit autour de ce choix renforce le conflit qui oppose, d'une part, le gouvernement qui tente de préserver le statu quo, et d'autre part, l'opposition qui tente de le modifier dans le sens de la démocratie. La seule solution à cette situation réside dans l'aboutissement à un consensus ou dans un compromis entre la classe politique, qu'elle soit au gouvernement ou dans l'opposition, pour dépasser les divisions culturelles et trouver une formule permettant de passer progressivement à la démocratie.

13Cela a été soutenu par plusieurs théories qui se sont penchées sur le rôle de la classe politique dans les processus de démocratisation. Parmi les théories fondatrices dans ce domaine, celle de Robert Dahl (Dahl, 1971), et celles de Dankwart Rustow.

14La première a été notamment développée par Dahl dans son ouvrage sur la « polyarchie » (1971). L'auteur y donne la priorité à la capacité de la classe politique à dépasser les divisions centrales qui menacent la stabilité des régimes démocratiques. Cette capacité garantit aux membres de la classe politique une sorte de « sécurité réciproque », et ouvre la voie à la mise en place de traditions d'adaptation, de coopération, de compromis et de confiance. On ne peut aspirer à cela, au début du processus de démocratisation, que si les domaines d'accords sont plus étendus que les domaines de conflit. Le passage à la démocratie est en effet difficilement réalisable si les objectifs, les intérêts et les valeurs sont diamétralement opposés. Le point central de la théorie de Rustow se résume en la mise en lumière de l'importance de la prise de conscience par la classe politique des dangers engendrés par la division. Quand la classe politique en est consciente, le choix d'un consensus autour des règles du jeu s'impose. En effet, chaque partie est à ce moment consciente que le coût nécessaire pour soumettre l'adversaire est supérieur au coût de la coordination et de la coopération afin d'organiser la concurrence dans un cadre constitutionnel. La question de l'accord sur les bases de l'organisation de la concurrence est considérée comme l'aboutissement d'un processus de négociation, au sens strict du terme, avec ce que cela suppose de marchandage et de concessions réciproques pour réduire le champ conflictuel et optimiser les chances de consensus. C'est aussi un processus d'adaptation réciproque résultant de la reconnaissance des dangers inhérents à l'absence de consensus.

15L'apport de ces deux théories va dans le sens de l'idée présentée par Almond et Virba (Almond et Virba, 1963), dans leur étude sur la culture civique, basée sur l'expérience historique de la Grande-Bretagne. Cet ouvrage révèle un exemple d'adaptation réciproque d'une part entre les forces aristocratiques et royales, avec leur culture traditionnelle, et, d'autre part, les catégories montantes de commerçants et d'industriels, avec leur culture la laïque. Les auteurs mettent en avant que cette adaptation mutuelle a donné naissance à une troisième culture, pas tout à fait traditionnelle et pas tout à fait moderne, mais commune aux deux : une culture pluraliste fondée sur l'échange d'idées et sur la persuasion, une culture faite à la fois d'unanimité et de diversification.

16Mais l'apport des deux théories fondatrices citées est illustré dans la définition de mécanismes pour la réalisation de l'adaptation dans le cadre des interactions plus complexes du monde actuel, et notamment dans des pays en proie à de profondes divisions culturelles (l'islamisme face à la laïcité ou pseudo-laïcité), comme c'est le cas de l'Égypte. D'après ce nouvel apport théorique, il n'est pas nécessaire que l'adaptation réciproque aboutisse à la création d'une troisième culture. Il suffirait qu'il y ait un accord autour des éléments essentiels du régime démocratique et des règles du jeu, afin de lancer les dynamiques du changement. Cela permettrait de transformer le conflit de confrontation entre deux projets idéologiques intégraux et s'excluant mutuellement, en une concurrence autour de politiques et de programmes précis. Mais cela suppose l'existence d'un niveau raisonnable de maturité, de sagesse et de discipline démocratique chez les différentes parties de la classe politique. Cela a été analysé par Juan Linz (Linz, 1978), sur la question de l'effondrement des régimes démocratiques, et par John Higley et Michael Berton (Higley et Berton, 1987) autour des questions des règlements de l'élite, et du rôle de l'élite dans la transformation démocratique.

17A travers ces apports apparaît l'importance que revêt l'aptitude de la classe politique à s'élever à un niveau lui permettant d'affronter le danger créé par ses divisions, et de le dépasser par le truchement de règlements négociés.

18On peut admettre qu'il existe trois types de classes politiques : une classe divisée, une classe idéologiquement unie, ou une classe unie grâce à un consensus. Seul le dernier de ces cas est capable de poser les fondements nécessaires pour la construction d'un régime démocratique susceptible de stabilité, grâce au règlement négocié. Celui-ci aboutit au consensus démocratique basé sur des engagements réciproques et des mesures destinées à consolider la confiance dans le cadre de l'adaptation réciproque. L'incapacité de la classe politique égyptienne, tant au niveau du pouvoir que de l'opposition, à atteindre le stade nécessaire pour affronter le danger résultant de ses divisions centrales, est le principal obstacle empêchant la résolution de la crise du pluralisme limité. Nous nous y pencherons après avoir discuté des crises respectives de la classe au pouvoir et de l'opposition en Égypte.

La crise de la classe du pouvoir en Égypte

19La crise du régime de pluralisme limité réside dans la contradiction entre la manière de gouverner, qui conserve une part non négligeable de son aspect autoritaire, et le système politique, à aspects pluralistes. Cette situation provoque une contradiction entre les tentatives du pouvoir de maintenir le statu quo, et les tentatives de l'opposition d'aboutir à un changement, par l'intermédiaire de réformes démocratiques.

20En ce qui concerne la classe au pouvoir, la seule issue qu'elle peut proposer à cette crise est l'acceptation d'un changement progressif par l'intermédiaire d'élargissements progressifs dans l'ouverture politique. Si elle s'entête dans le refus de tout changement, elle s'enfonce dans le renfermement et accroît ainsi la crise du pluralisme limité. La faiblesse de sa base politique vient en début de liste des facteurs qui peuvent la pousser dans la voie de cette intransigeance. En effet, elle appréhenderait alors les résultats d'un changement qui la mettrait en concurrence avec l'opposition. La corruption, si elle est répandue, représente une cause supplémentaire d'appréhension des conséquences d'un élargissement de l'ouverture politique.

21Ces deux facteurs s'imbriquent dans le cas de l'Égypte. La faiblesse de la structure du parti au pouvoir l'empêche de procéder à des changements progressifs contrôlables. Ce facteur s'exacerbe lorsque certains éléments de l'opposition sont en position de démontrer leur supériorité. Selon une thèse répandue, le principal mouvement islamiste en Égypte (celui des Frères musulmans) est dans cette position grâce à ses moyens d'organisation et de mobilisation, et à son discours qui va droit au cœur d'une partie non négligeable de l'électorat. Mais, plus important, ce mouvement propose une alternative encore jamais testée, et il la présente sous un aspect fort général et enrobé de mystère. Ce discours peut avoir un grand écho, en tant que moyen de protestation contre la performance du gouvernement.

22La force qui est prêtée à l'opposition islamiste n'est pas tant inhérente à son programme qu'une conséquence des mauvaises performances du gouvernement, de la faiblesse de son assise politique, ainsi que de la faiblesse de l'opposition laïque ou pseudo-laïque, incapable d'agir en tant que facteur d'équilibre entre le gouvernement et l'opposition islamiste.

23Mais la faiblesse du parti dirigeant demeure la source principale de la crise du pouvoir, et un des premiers facteurs de la crise du pluralisme limité en Égypte. L'existence d'un parti dirigeant puissant, et capable d'affronter la concurrence, en s'appuyant sur son organisation, ses cadres et sa propre politique, plutôt que sur l'appareil administratif de l'État, est une condition primordiale pour remédier à la stagnation politique qui caractérise le pluralisme limité égyptien. Depuis près de deux décennies, le parti dirigeant ne représente que le prolongement du parti unique antérieur au pluralisme limité. La tentative entreprise par Anouar Al-Sadate pour créer un parti efficace et dynamique au pouvoir a échoué. En effet, dès 1978, l'ancien président s'était déclaré insatisfait de la performance du Parti arabe socialiste d'Égypte (le premier parti au pouvoir dans la période de pluralisme limité). En appelant à « descendre dans la rue politique », Sadate montrait qu'il était conscient des défaillances structurelles de ce parti. Celui-ci, paralysé par son caractère administratif, était incapable d'agir, d'avoir une réelle influence ou d'assumer la concurrence. Il était totalement dépendant de l'appareil d'État. Sadate avait donc recours, pour former le Parti national démocrate, à de nouveaux éléments, extérieurs aux cercles du pouvoir et de l'administration qui s'étaient créés sous le régime autoritaire et restaient marqués par les méthodes de l'organisation unique. Mais la tentative échoua plus tôt que prévu. Les « anciens » éléments n'eurent aucun mal à reprendre le contrôle dans le « nouveau » parti, qui n'avait en fait de nouveau que son nom.

24Une deuxième tentative de moindre envergure fut entreprise lorsque Fouad Mohieddine fut nommé secrétaire général du PND, au début de la présidence de Hosni Moubarak (janvier 1982 – juin 1984). C'était une tentative partielle et limitée, qui n'envisageait pas de réforme structurelle, et elle prit fin avec le décès de son initiateur, laissant le parti tel qu'il était auparavant, voire dans un état pire. Il fut alors conquis par une direction ne possédant aucune vision politique, et caractérisée par la stagnation et la crainte de tout changement. Elle est composée d'éléments de la bureaucratie étatique et d'adeptes du parti unique antérieur à l'expérience du pluralisme limité. Le parti s'est donc vu plongé dans la stagnation, et sa structure organisationnelle s'est détériorée, le rendant ainsi plus dépendant que jamais de l'appareil administratif de l'État.

25Or, la réforme du parti au pouvoir et sa revitalisation sont des conditions essentielles pour sortir le pluralisme limité de la crise qu'il connaît en Égypte. Ceci surtout si on prend en compte la crise de l'opposition, sa division et son inefficacité, que nous allons détailler par la suite. D'autre part, sans compter l'importance d'avoir un parti de pouvoir intrinsèquement fort et indépendant de l'appareil d'État, l'indépendance même de la classe dirigeante par rapport au corps administratif est une des conditions nécessaires à la transformation démocratique.

26C'est à ce prix qu'on peut envisager la séparation entre le parti du pouvoir et l'appareil administratif de l'État. Cela permettrait de réaliser une ouverture de ce parti vers la totalité de la classe politique et culturelle, qui à présent comprend d'innombrables éléments indépendants de tout parti. Seule cette évolution du parti du pouvoir rendrait plausible l'appel de l'opposition à la séparation des postes de présidence du parti et de présidence de la République. Une autre justification pour cet appel serait le dépassement par l'opposition elle-même de sa propre crise, au prix de l'abandon de la « guerre des références » dans laquelle elle s'enlise. L'opposition devrait, pour cela, tenter de bâtir un consensus autour des règles du jeu, par l'intermédiaire d'un règlement historique de la division culturelle entre islamisme et laïcité ou pseudo-laïcité.

27En dehors de ces deux éventualités, une séparation entre les présidents du parti du pouvoir et de la République ne conduirait qu'à un affaiblissement supplémentaire de ce parti. Et cela à un moment où le consensus autour des règles du jeu à même de préparer l'alternance du pouvoir dans un cadre démocratique est inexistant. Les deux évolutions évoquées sont par ailleurs largement liées. En effet, il faudrait que la classe au pouvoir soit confrontée à un défi de taille pour qu'elle prenne conscience de la nécessité de réformer le PND. Ce défi serait représenté par l'aptitude des forces de l'opposition à atteindre un consensus autour des règles du jeu. Mais le préalable à une telle évolution est un dépassement de la division culturelle qui scinde l'opposition en deux groupes irréconciliables, et qui la rend incapable de former un bloc de pression démocratique sur la classe dirigeante.

28Il apparaît donc que la crise de l'opposition nourrit en fait la crise du pouvoir, et intensifie ainsi la crise globale du pluralisme limité en Égypte. La classe dirigeante peut cohabiter avec cette crise, en manipulant, comme elle le fait, l'incompétence et la division de l'opposition. Elle bénéficie en outre de la polarisation culturelle croissante, qui conduit une partie de l'opposition laïque à s'allier au gouvernement dans un front uni contre le terrorisme. Cette situation encourage la tendance du pouvoir au renfermement, et son refus de tout changement ou rénovation. Cette tendance facilite par ailleurs l'accès de certains responsables gouvernementaux ou administratifs à des niveaux considérables d'autorité, chacun dans son domaine, les liant ainsi dans un réseau inextricable d'intérêts à légitimité variable.

29Quand le changement paraît aussi peu envisageable, l'aspiration à réformer et à rénover les structures du parti gouvernemental devient irréalisable. Or, sans cette réforme et cette rénovation, la classe au pouvoir ne montrera aucune disposition à entreprendre le moindre projet de démocratisation progressive, aussi lente soit-elle. Cela signifie que la stagnation politique se poursuivra, avec son cortège de tensions susceptibles de s'exacerber dans le temps. La seule alternative qui se présente alors au pouvoir est de manœuvrer pour gagner du temps, sans pour autant avoir une vision claire pour l'avenir. Ce qui revient à gérer la crise au jour le jour, sans jamais l'attaquer de front.

30Pour régler la crise du pouvoir, en Égypte, et celle du pluralisme limité en général, deux voies existent : la première consisterait en une réforme démocratique progressive, lente, mais continue, qui commencerait par une restructuration du pouvoir et de son parti. La deuxième voie serait l'abandon du régime du pluralisme démocratique, ou l'imposition de restrictions supplémentaires, suivant en cela le modèle tunisien. En Égypte, cela se traduirait par une liquidation globale de l'opposition islamiste, et par une mise au pas de l'opposition laïque ou pseudo-laïque. La classe dirigeante égyptienne ne semble pas disposée à recourir à la première solution, d'autant plus que les performances de l'opposition ne l'y incitent pas. Mais elle n'a apparemment pas non plus la possibilité de recourir à la deuxième solution, car la scène politique égyptienne est plus complexe qu'elle ne l'est en Tunisie. De plus, le pouvoir égyptien ne peut pas se permettre de déformer l'image qu'il cultive au niveau international, d'autant plus qu'il n'est pas encore confronté à une menace imminente qui rendrait indispensable l'imposition de restrictions supplémentaires au pluralisme limité.

31Il est donc plus probable que le pouvoir continue à opter pour une gestion quotidienne et partielle de la crise, tout en manœuvrant tour à tour pour l'affronter ou la contenir, et garder ainsi le statu quo. Ses alliés, dans cette politique, sont, d'une part la faiblesse et la division culturelle de l'opposition, et d'autre part, la mise en avant de son rôle de barrage au terrorisme. Dans ces circonstances, il est prévisible que les cercles les plus influents du pouvoir appuient la poursuite du modèle du pluralisme limité dans sa forme actuelle, sans élargissement ni restrictions, à l'exception de ce qui est exigé par les tactiques du moment.

32Dans ce but, le pouvoir est amené à maintenir sa domination sur le processus législatif afin de promulguer et de réformer les lois au service de ces tactiques. Il continuera également à recourir à l'appareil administratif, pour s'assurer l'obtention d'une majorité des deux tiers des suffrages aux élections législatives. Enfin, il poursuivra son monopole sur le processus de définition des règles du jeu, s'accordant ainsi le privilège de les modifier quand le besoin s'en présente. Il est par ailleurs probable qu'il intensifiera sa coopération avec les services de sécurité pour affronter l'opposition islamiste, politique ou armée, quoique cette confrontation soit susceptible de se faire de façon partielle et différenciée.

La crise de l'opposition en Égypte

33La crise du pouvoir est allégée par l'intensification de la crise de l'opposition, qui a atteint son apogée au cours de ces dernières années en raison de l'élargissement du gouffre existant entre islamistes d'une part, et laïques et pseudo-laïques d'autre part. L'occasion d'aboutir à un règlement historique entre eux, qui s'était profilé au moment de la coordination créée entre le parti d'Al-Wafd et les Frères musulmans lors des élections de 1984, s'est depuis évanouie.

34La crise de l'opposition égyptienne n'est pas uniquement due à la nature du pluralisme limité, même si l'opposition en Égypte, ainsi que dans d'autres pays soumis à ce régime, justifie généralement la faiblesse de sa situation et son manque d'influence sur le cours des événements politiques par le poids des restrictions qui lui sont imposées.

35La crise de l'opposition s'explique en fait en premier lieu par la faiblesse historique de la structuration de la classe politique en Égypte. Bien que cette classe ait une histoire plus longue que celles d'autres pays, elle n'a pas eu l'occasion de suivre une évolution normale. La structure de cette classe a commencé à se mettre en place dès la première moitié du dix-neuvième siècle, mais son développement a été confisqué jusqu'aux années soixante de ce même siècle. Puis, à peine eut-elle commencé à connaître un épanouissement relatif, en réunissant à imposer le premier régime quasi-démocratique, qu'est arrivée l'occupation britannique. Celle-ci a d'une part mis un terme à l'évolution de cette classe, et elle l'a d'autre part déformée. En effet, l'occupation a entraîné une dévaluation de la question de la démocratie, dans l'agenda de la classe politique égyptienne, qui s'est alors prioritairement penchée sur l'objectif de la libération nationale. Ce repositionnement a contribué à la déformation de la deuxième expérience pseudo-démocratique, allant de 1923 à 1952, et a ouvert la voie à un régime autoritaire qui n'a pas manqué de décimer et de déformer la classe politique du début des années cinquante. Le monopole du pouvoir et la confiscation des libertés ont empêché la naissance d'une nouvelle classe politique, puisque le régime autoritaire s'appuyait sur des fonctionnaires politiques. Au moment du passage au pluralisme limité, ceux-ci étaient devenus le noyau du parti dirigeant miné par la crise. Quant aux partis de l'opposition, ils étaient caractérisés par une telle fragilité, qu'ils s'apparentaient davantage à des forums qu'à de véritables partis politiques. L'opposition politique islamiste, jouissant de plus d'efficacité et d'une certaine assise populaire, n'échappait pas elle-même à ce défaut, qui est à la base de la crise de l'opposition entière. Dans le même temps, la puissance relative de ce courant islamiste a engendré des appréhensions plus ou moins prononcées chez les partis laïcs ou pseudo-laïcs de l'opposition, incapable d'instaurer un dialogue en vue d'un règlement historique de la division culturelle.

36Bien que la crise de l'opposition égyptienne ait de nombreux aspects, nous avons choisi de n'en traiter ici que deux parmi les principaux : d'abord, la manière dont les formations d'opposition s'accomplissent de leur rôle de partis ; ensuite, les relations tumultueuses entre l'opposition laïque et pseudo-laïque d'une part et l'opposition islamiste d'autre part.

Le rôle du parti

37Le comportement des partis d'opposition illustre l'incompréhension de la part de leur dirigeant, de la nature du rôle des partis dans un régime de pluralisme limité. Ainsi, les critiques qui leur sont généralement adressées, et qui concernent la faiblesse de leurs structures, ne touchent en fait pas le nœud du problème. La crise est avant tout celle d'une conception inadaptée du travail partisan dans le cadre du pluralisme limité.

38Dans un régime démocratique, les partis ont pour rôle de représenter des intérêts, et de les exprimer librement. Mais les restrictions qui caractérisent le pluralisme limité ne permettent qu'un accomplissement partiel de cette mission, dans des limites qui sont censées être progressivement levées, au rythme de l'avancée vers la démocratie. Aussi, le travail visant à accélérer cette avancée devrait-il représenter la priorité des partis dans ce régime politique. Ce rôle, qui n'est pas fondamental pour les partis œuvrant dans des régimes démocratiques, voit son importance décuplée, dans le cadre du pluralisme limité. Dans ce régime, les partis sont supposés œuvrer pour créer et consolider une ambiance générale propice à la poursuite de la transition démocratique. Ce rôle doit être rempli grâce au développement de règles et de bases pour le processus politique, et l'établissement de traditions de dialogues, de cohabitations, d'interactions positives, de négociations et de compromis face aux divergences majeures. La transformation démocratique est difficilement imaginable, en l'absence de ces moyens.

39Mais les partis d'opposition en Égypte n'assument pas ce rôle, parce que leurs dirigeants s'imaginent que le passage à la démocratie peut se faire à force de réclamations, d'insistances, et d'accusations contre le gouvernement qui l'entrave. Elles ne réalisent pas qu'il faut plutôt mettre en place des traditions démocratiques dans le processus politique. Cette attitude entraîne une multiplication des discours appelant à des réformes démocratiques et à des changements, mais sans actes conscients du rôle des partis dans ce domaine. Ce discours renferme des défaillances structurelles, qui se manifestent dans son aspect réducteur, idéaliste et volontariste. Son contenu est ainsi marqué par une extrême pauvreté, ce qui met en doute la crédibilité de ses objectifs politiques. D'autre part, ce discours reflète une précipitation et une impatience, résultant de l'incapacité à proposer un calendrier pour la transition démocratique, s'appuyant sur des mécanismes précis pour se rapprocher du consensus général absent dans le contexte de la division culturelle accrue, sur laquelle nous reviendrons.

40Ignorant l'importance primordiale de ce consensus général, les partis d'opposition n'ont d'autre recours que de réclamer inlassablement une réforme démocratique globale. Ces réclamations se font individuellement ou collectivement, à de nombreuses occasions, sous forme de communiqués et de documents divers, diffusés par les leaders et les représentants de ces partis.

41Les craintes suscitées par l'opposition islamiste, qui se sont exacerbées au cours de ces dernières années, notamment du côté du parti de gauche Al-Tagammu‘ (le Rassemblement), n'ont pas abouti à une évolution du discours sur la réforme démocratique. Le rassemblement, dont certains leaders se sont investis dans une bataille « sacrée » contre les islamistes, n'a par exemple jamais précisé sous quelles conditions une telle réforme serait possible dans l'état de conflit interne que vit l'Égypte. Tout aussi étonnant est le fait que le Parti du Rassemblement co-signe des communiqués appelant à la réforme démocratique, avec le Parti du Travail (Al-‘Amal) et les Frères musulmans, alors même que la guerre entre eux ne cesse de s'intensifier. Cela ne peut que démontrer l'inutilité de ces documents, dont les signataires se détournent aussitôt pour reprendre leur conflit, au lieu d'instaurer un dialogue.

La relation entre laïcs et islamistes

42La division culturelle est devenue un phénomène marquant de la crise de l'opposition égyptienne, et une source supplémentaire de la crise du pluralisme limité. Une des premières conditions de l'évolution de ce régime vers la démocratie est en effet la capacité des différentes parties qui le composent, à se mettre d'accord sur les fondements de cette démocratie et sur les règles du jeu qui la régiront.

43Si la classe au pouvoir n'est pas, elle, prête pour ce consensus, c'est à l'opposition de le créer, pour former un bloc démocratique susceptible d'exercer une pression et de prouver sa crédibilité. Quand l'opposition est incapable d'assumer ce rôle, et qu'elle se limite à une « guerre de références », la transition démocratique devient irréalisable. Il est vrai que la division autour du choix culturel et du concept de civilisation constitue un problème de taille. Il est vrai aussi que son règlement historique n'est pas chose facile. Mais la crise n'est pas tant liée à la profondeur du problème et à la difficulté de son règlement : elle se cristallise surtout autour des moyens adoptés pour le gérer. Elle est ainsi révélée par deux attitudes des parties concernées qui, tour à tour, s'affrontent ou alors ignorent totalement le problème, au lieu de recourir à un dialogue constructif et de tenter de régler les différences.

44Le choix de la confrontation, adopté par une partie de la gauche et des libéraux, d'une part, et par les islamistes, d'autre part, empoisonne la vie politique au quotidien. Parmi ses illustrations les plus crues, l'accrochage, en février 1995, entre les secrétaires généraux des partis du Rassemblement et du Travail, qui a failli finir par une bagarre entre certains de leurs partisans. Leur discours avait alors présenté tous les symptômes de la relation conflictuelle entre laïcs et islamistes : le renfermement, l'exclusion de l'autre, la déformation des positions et des idées de l'adversaire, l'échange d'accusations, l'intolérance, et l'incapacité de dialoguer. Pour le secrétaire général du Rassemblement, les islamistes (ou les « islamisés », comme il les qualifie) sont des terroristes par instinct, et tout progrès suppose leur liquidation. Il n'y aurait pas de possibilité de réforme, et donc de pluralisme, en dehors du cadre islamique qu'il préconise.

45Mais malgré la confrontation et la contradiction entre les projets respectifs de chacune de ces tendances, celles-ci ont en commun leur conception de la connaissance de soi et de l'autre. Chacune part du principe selon lequel elle détient la vérité absolue et personnifie le bien, alors que l'autre représente le mal et la perdition. Cette conception les met donc forcément dans une situation de conflit, qui ne peut être réglé que par une victoire ou une défaite totales, puisque tout compromis est exclu. Il n'y a même pas moyen de se mettre d'accord sur une gestion du différend. Dans ces circonstances, il est normal que certains partisans de l'un ou l'autre camp soient prédisposés à l'affrontement et à la confrontation, avant même d'avoir écouté les discours. Discours qui, d'ailleurs ne font qu'enflammer cette prédisposition et pousser à la surenchère.

46Quant au deuxième choix, qui consiste à contourner le problème de la division culturelle ou à l'ignorer totalement, il est en fait propice à la consolider, et à briser tous les efforts visant à atteindre un consensus autour des règles de l'évolution démocratique. Le « Congrès des libertés », organisé en octobre 1994 par la commission de coordination des syndicats professionnels, pour mettre au point un projet d'union nationale sur des bases démocratiques, a été l'une des meilleures illustrations de ce choix. La commission nommée par le Congrès était composée de personnalités affiliées aux principaux partis et forces politiques, ainsi que de quelques indépendants. Au début de l'année 1995, elle appela les principaux partis à désigner leurs représentants, mais au lieu d'évoluer pour devenir la tribune d'un dialogue constructif visant à affronter les obstacles qui s'opposent à la transformation démocratique, et en premier lieu, la division culturelle, elle choisit d'ignorer cette question. Les adeptes de cette tendance se penchèrent sur la forme du régime démocratique recherché, sans effleurer le problème de la division culturelle. Aussi il est peu probable que cette commission, qui poursuit toujours ses travaux, puisse apporter des résultats dignes d'attention. En effet, ses discussions se sont cantonnées à des principes démocratiques généraux, ce qui l'apparente davantage à une commission de législation constitutionnelle, ou à une commission chargée de reproduire et de réactualiser les divers communiqués publiés par les partis et les forces de l'opposition, au cours des dernières années.

47Cette expérience prouve que la classe politique égyptienne est encore loin de se rendre compte des dangers qui découlent de son incapacité à régler sa division culturelle. Or, tant que cette situation persiste, il sera difficile d'aboutir à un consensus sur les composantes d'un régime démocratique. Pour l'heure, les appréhensions réciproques continuent, notamment chez de nombreux laïcs, qui craignent un coup d'état islamiste contre une éventuelle démocratie. Mais en fait, cette démocratie restera impossible, tant qu'un règlement de la division culturelle n'est pas entrepris, de sorte à transformer le conflit entre des idéologies et des projets intégraux en une concurrence entre des politiques et des programmes précis. Quand le conflit intégral avance, les chances de la démocratie reculent, et le pouvoir politique devient une proie que chaque partie tente de s'approprier pour s'en servir contre la partie adverse. Cela nous amène à nous pencher rapidement sur les dangers qu'engendrent l'incapacité de régler la question de la division culturelle.

Les horizons fermés de la transformation démocratique

48Le choix de la confrontation sur des divisions culturelles conduit à l'empoisonnement de la vie politique, et à l'exacerbation de la polarisation. Ce qui présage la croissance de la violence de part et d'autre à l'avenir, et qui met en danger la marge de liberté dans le cadre du pluralisme limité. Parallèlement à l'exacerbation de la crise de l'opposition, le choix de la confrontation incite le pouvoir à intensifier le bras de fer avec le courant islamiste. La conséquence de cette politique est l'affaiblissement des éléments les plus modérés et les plus disposés à conclure un accord autour des composantes de la démocratie et des règles du jeu politique.

49Mais l'approche qui ignore le fond du problème de la division culturelle n'est pas moins dangereuse. La récession de l'expérience démocratique algérienne a résulté, dans une large mesure, de cet aveuglement, dont les bases se sont écroulées au moment de vérité, lors des premières élections législatives libres, en décembre 1991. Cette récession a joué un rôle dans l'intensification du problème de la division culturelle en Égypte. Les inquiétudes suscitées par le courant islamiste, aussi bien modéré qu'extrémiste, se sont accrues, tant chez le pouvoir que chez une partie de l'opposition laïque. L'ambiguïté relative de l'attitude des Frères musulmans comme principal mouvement islamiste modéré par rapport à certains aspects de la question démocratique, a consolidé les appréhensions existant au sein de l'opposition laïque. Parallèlement, l'explosion de la violence, dans la période allant du début de l'année 1992 au début 1994, a renforcé les inquiétudes de la classe dirigeante. Cela ne signifie pas que le mouvement des Frères n'ait pas effectué un progrès certain dans son attitude vis-à-vis de la démocratie. Mais son évolution reste insuffisante pour dissiper les inquiétudes. Indiquons notamment dans ce contexte le document publié en février 1994 par les Frères musulmans, sous le titre « Abrégé sur la question de la consultation (shûrâ) et du multipartisme dans la société islamique ».

50Mais le mouvement des Frères doit encore confirmer son engagement catégorique en faveur de la démocratie. Quant à l'opposition laïque et pseudo-laïque, elle doit reconnaître la nécessité d'un accord autour d'une version moderne et éclairée de l'Islam, en tant que système juridique et mode de vie, dans le cadre d'un État démocratique civil. Ces objectifs sont cependant difficilement envisageables sans l'instauration d'un dialogue constructif visant à mettre un terme à la division culturelle.

51C'est là la leçon qu'il faut retenir de l'expérience algérienne. Mais il semble clairement que ce n'est pas cela ce qu'en ont tiré le pouvoir et une partie de l'opposition laïque en Égypte. Ils en ont au contraire conclu que l'acceptation et la cohabitation avec un mouvement politique islamiste sont les vraies sources de la catastrophe. Une partie de l'opposition laïque a alors déclenché une guerre contre les Frères, dépassant les limites de la question du choix culturel et civilisationnel, pour incriminer le courant islamiste et l'assimiler au phénomène de la violence, dans le but de l'exclure de la scène politique.

52Une autre partie de cette opposition soutient la participation et l'intégration des Frères à la vie politique. Mais ce courant tout comme le courant islamiste lui-même, n'a pas non plus assimilé la leçon essentielle de la récession algérienne : l'impossibilité d'une transformation démocratique stable sans consensus autour des composantes de cette démocratie, et de la position qu'y aurait l'Islam.

53L'importance de cet aspect est due à la nature même de la démocratie, mélange de concurrence et de consensus. La règle à ce sujet est que les mécanismes de la démocratie fonctionnent, perdurent et se stabilisent, lorsque la concurrence est axée sur des politiques et des programmes, et non pas sur des projets intégraux. Cela suppose que la classe politique soit capable d'atteindre des consensus autour de certaines questions, surtout si le conflit autour de celles-ci représente une menace essentielle pour les chances de démocratisation, ou pour le régime démocratique lui-même après la transformation. Si cet objectif est atteint, les traditions nécessaires à l'exercice de la démocratie peuvent alors être mises en place, pour commencer à s'étendre de la classe politique à la société entière.

54Mais la classe politique égyptienne a jusqu'à présent prouvé son incapacité, non seulement à s'entendre sur la position de l'Islam dans un régime démocratique, mais même sur la nécessité d'un tel consensus et sur les dangers que soulève son absence. C'est pour cette raison que la « Commission du contrat national » n'a contribué à aucun progrès, puisqu'elle laissait cette question de côté. Dans ce contexte, le mouvement des Frères musulmans est susceptible de continuer à promouvoir une version mystérieuse et non explicitée de la législation islamique (sharî‘a). Or, rien ne garantit qu'une telle proposition ne s'opposerait pas à la nature démocratique et civile du régime politique que nous appelons de nos vœux, à supposer que sa réalisation soit possible. Et, à supposer que des élections libres soient organisées et remportées par le courant islamiste, cette opposition révélée prendrait alors de court les autres parties. Celles-ci ne font pourtant rien pour éviter une telle situation, puisqu'elles n'œuvrent pas pour atteindre un consensus autour d'une version claire et moderne de l'Islam, assortie de mesures garantissant son respect par tous, dans le cadre d'un régime démocratique civil.

55Cet aveuglement est également susceptible de maintenir les laïques les plus intransigeants dans leur position visant à éliminer toute trace de l'Islam dans le système politique. Une position dictée par leur conception exagérée de la notion de séparation entre l'État et la religion. Dans les deux cas, le résultat serait l'étouffement dans l'œuf du régime démocratique, ou plus probablement, l'impossibilité même de son instauration. Ainsi, le passage vers la démocratie et la consolidation de cette dernière nécessitent un trait commun, à savoir un espace de consensus et l'unanimité, ainsi que l'engagement de ne pas le quitter.

Bibliographie

Références bibliographiques

APTER E. D., Political Change, London, Frank Cass, 1973.

ALMOND G. & COLEMAN J., (eds.), The Politics of Developing Areas, Princeton, Princeton University Press, 1966.

MEEHAN J. E., The Dynamics of Modem Government, New York, Mc Graw-Hill, Inc., 1966.

ROSKIN M., Political Science An Introduction, New Jersey, Prentice Hall, 1988.

DAHL A. R., Polyarchy, New Haven, Yale University Press, 1971.

ALMOND G. & VIRBA S., Civic Culture, 1963.

LINZ J., The Collapse of Democratic regimes, 1978.

HIGLEY J. & BERTON M., The Elite Settlements, 1987.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 687k

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable