Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Âge libéral et néo-libéralisme

Les partis politiques arabes et le passage à l’économie de marché

Baher Atlam

Texte intégral

1La décennie des années 60 s'est caractérisée par l'accès à l'indépendance de nombreux pays, et par leur libération du joug colonial. Sur les plans de l'idéologie et des partis, ce sont les tendances socialistes qui dominaient. En effet, beaucoup de pays nouvellement indépendants ont vu dans la croissance rapide réalisée par l'Union soviétique un exemple à suivre. Mais il s'est rapidement avéré que ce modèle avait un coût élevé, en ce qui concerne la maturité économique et la bonne allocation des ressources. Quand cette vérité s'est imposée en URSS même, ainsi que dans d'autres pays, le modèle socialiste commença à être abandonné, en faveur d'une orientation vers l'économie et les mécanismes du marché.

2La présente étude se propose de répertorier la position des partis du monde arabe par rapport au passage de la planification centralisée à l'économie du marché. Nous nous y limiterons aux principaux types de partis dans la région. On peut, en cette matière, distinguer trois tendances : libérale, socialiste et nationaliste, et enfin islamiste. Avant d'entrer dans le vif du sujet, il est nécessaire de revenir sur les programmes généraux de chacune de ces catégories. Ces programmes déterminent en effet eux-mêmes la position des divers partis par rapport à notre question.

3La conception économique du libéralisme a été définie par le célèbre penseur et fondateur des sciences économiques, Adam Smith, dans son ouvrage sur la nature et l'origine de la richesse des nations, publié en 1776. Sa théorie met en avant le rôle de l'individu, et affirme que la recherche individuelle d'intérêts personnels aboutit à la réalisation de l'intérêt général. Le rôle de l'État doit donc se limiter à des activités dont lui seul peut accomplir. En fait, Adam Smith laissait de larges domaines d'intervention possible à l'État, pour réaliser le bien-être général, mais les intérêts capitalistes naissants de l'époque ont provoqué l'interprétation de ses textes dans le sens d'une limitation extrême du rôle de l'État dans l'activité économique. Après la récession des années 1920-1930, Keynes certes appelait à l'intervention de l'État pour empêcher la répétition de telles crises, mais dans le but de sauver le système capitaliste libéral.

4Les programmes de nombreux partis politiques arabes sont inspirés par le libéralisme économique. Ils remontent à la période de l'entre-deux guerres. Les plus représentatifs, parmi eux, sont le parti égyptien d'Al-Wafd, le parti soudanais d'Al-Umma (qui est devenu récemment à islamiste), et le parti marocain Al-Istiqlal. Au cours de la dernière décennie, de nouveaux partis libéraux se sont formés, parallèlement au passage effectif des méthodes de la planification centralisée à l'économie du marché. Parmi ceux-là, citons le Rassemblement constitutionnel en Tunisie (qui a remplacé le Parti socialiste constitutionnel), et en Égypte le Parti national démocrate en Égypte, ainsi que la Néo-Wafd qui s'exprime à travers la Gam‘iyya al-nida' al-jadîd ou New Civic Forum et le Parti des Libéraux (Al-Ahrâr).

5La deuxième catégorie de partis dont nous allons étudier les propositions concernant l'allocation des ressources est celle du courant socialiste ou communiste. Celui-ci prône l'intervention de l'État sur une large échelle dans l'organisation de l'activité économique. La plupart des partis communistes arabes se sont transformés en partis socialistes, depuis le début des années 60, pour se rapprocher des partis socialistes existants. Ils sont illustrés, entre autres, par le parti socialiste yéménite, les partis communistes marocain, tunisien et jordanien, ainsi que le parti égyptien d'Al-Tagammu‘ (le Rassemblement), le parti progressiste socialiste du Liban, le Front de libération nationale algérien, et l'Union socialiste des forces populaires au Maroc. Dans le cadre de notre étude, cette catégorie regroupera également les partis nationalistes, qui visent à créer une unité arabe globale. Cette tendance a été influencée par les mouvements nationalistes européens, mais aussi par les orientations socialistes et communistes. Les Baathistes en Syrie et en Irak ainsi que par exemple, les divers partis nassériens en Égypte, en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen. La dernière catégorie est celle des partis de tendance islamiste, qui cherchent à instaurer une société islamique, et qui brandissent le slogan de « l'Islam est la solution ». Leur programme économique et social se distingue parfois par des aspects socialistes, et d'autres fois par des aspects libéraux, mais leurs partisans considèrent que l'Islam n'est ni socialiste, ni libéral, et qu'il suit sa propre voie. Les principaux partis soutenant cette thèse sont le Front islamique du Salut en Algérie (al-jabha al-islamiyya li-l-inqâdh), le parti égyptien du Travail (Hizb al-‘amal, allié aux Frères musulmans), et le Front islamique du Travail (jabha al-‘amal al-islamî) en Jordanie.

6Nous allons donc répertorier les positions respectives des partis présentés par rapport au rôle qu'ils préconisent pour l'État dans la vie économique et dans les services de base (éducation, santé, logement…), ainsi que leurs propositions au secteur public. Ces points permettront de mettre en lumière les divergences qui existent autour du sujet de la libéralisation économique, et qui agitent quotidiennement le monde arabe, depuis la fin des années 80.

7Avant de clore cette introduction, il faudra définir la notion de transfert vers le secteur privé ou de privatisation, qui se trouve au centre de la transition vers une économie de marché. La notion de privatisation comprend des processus sur plusieurs niveaux : le transfert de la propriété d'entreprises publiques de l'État vers le secteur privé ; le transfert de la gestion d'autres entreprises vers le secteur privé, tout en maintenant leur propriété aux mains de l'État ; et enfin la libération en général de l'économie et l'élimination des obstacles qui entravent le développement du secteur privé. La privatisation ne signifie donc pas nécessairement la liquidation ou la vente du secteur public. Les différentes unités de ce secteur ne sont d'ailleurs pas équivalentes en termes de spécialisation, de bénéfices ou de l'importance qu'elles représentent pour l'État. Leur classification est donc indispensable pour toute analyse de la politique de privatisation. On distingue en cette matière quatre catégories :

  1. des unités d'activités importantes, réalisant des bénéfices, et qui restent, en principe, entre les mains de l'État.
  2. des unités importantes mais non bénéficiaires, qui doivent être restructurées pour rester entre les mains de l'État.
  3. des unités sans importance, ne réalisant pas de bénéfices, et non sujettes à la réforme, qui doivent être liquidées.
  4. des unités sans importance, mais bénéficiaires ou susceptibles de la devenir, et qui doivent être transférées vers le secteur privé.

8A la lumière de ces quelques précisions, nous allons diviser notre étude en trois parties, qui analyseront à tour de rôle les positions des partis libéraux, socialistes/nationalistes, et islamistes, par rapport à la question de la libéralisation économique.

Les partis libéraux

9Ces partis estiment que la réforme économique globale nécessite une révision du système dominé par l'État et par le secteur public, et le passage à un système où les individus joueraient le rôle moteur dans l'allocation et la gestion des ressources, à travers le secteur privé. En d'autres termes, ils préconisent la réduction du rôle de l'État, et le transfert des ressources que celui-ci contrôle vers le secteur privé grâce à un processus de privatisation. La gestion de l'économie par le biais de résolutions administratives et bureaucratiques doit être remplacée par des stimulants individuels et par les mécanismes du marché.

10Cette orientation est prônée par le PND, le Parti des Libéraux (Al-Ahrâr) et le Néo-Wafd en Égypte, et par le Rassemblement démocratique constitutionnel en Tunisie. Le New Civic Forum est le représentant intellectuel de cette tendance en Égypte. Nous allons maintenant expliciter la position spécifique de chacun de ces partis.

Le Parti national démocrate (PND) en Égypte

  • 1 Le Dialogue national (al-hiwâr al-watanî) était un tentative de définir le dénominateur commun et (...)

11Le PND au pouvoir en Égypte a précisé sa position par rapport au passage à l'économie du marché dans un document présenté au Congrès général du Dialogue national en juin 19941. Il y approuvait les mesures prises pour passer d'un régime totalitaire, basée sur la planification centralisée impérative, à un régime d'économie de marché et de planification indicative, donc de nature facultative. Le PND déclarait également son soutien pour le réaménagement du secteur public en un secteur public des affaires, limité aux industries stratégiques. Les autres devraient être transférées au secteur privé, qui serait encouragé à devenir l'axe principal de la vie économique et le principal moteur de la croissance.

12Cependant, la position ainsi définie par le PND ne l'empêche pas de prendre en compte les dimensions sociales de cette politique. Le parti estime notamment qu'on ne peut négliger des conséquences telles que le chômage. A cet effet, il a proposé que le Congrès du dialogue national approfondisse la question sociale dans ses débats sur l'évolution de la réforme économique, et qu'il détermine le rôle de l'État dans ce processus. Il a également insisté sur la nécessité d'éliminer les obstacles qui entravent la croissance et l'investissement, et de préparer l'Égypte pour affronter les changements internationaux, comme la création de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) aux termes du nouvel accord du GATT.

  • 2 Al-Hizb al-watanî al-dîmûqrâtî, al-amana al-‘âmma, « ru'iyya al-hizb fi-l-qadâya alâtî tutruh li-l (...)

13Par ailleurs, il a mis en relief l'importance d'accroître les exportations, et de lever les restrictions qui les entravent. En ce qui concerne les aspects humains, le PND a appelé à la résolution du problème du chômage qu'il considère comme une cause principale de la violence politique ; à améliorer le niveau de l'enseignement et à combattre l'analphabétisme ; à se pencher sur les questions de santé, de développement rural, d'urbanisation, de planning familial et des droits de la femme ; et à élargir le champ d'action de la sécurité sociale2.

  • 3 Al-Hizb al-watanî al-dîmûqrâtî, al-mu'tamar al-‘âmm al-watanî, al-lajna al-iqtisadiyya, « Taqrir a (...)

14La nouvelle orientation en faveur de l'économie du marché, prônée par le parti au pouvoir, a bien évidemment marqué le rapport de la Commission économique du Congrès du dialogue national. On y lit que « l'idée de base du système économique auquel nous aspirons est de laisser libre cours à l'initiative et à la créativité, et de motiver une saine concurrence entre les individus et les entreprises de la sphère économique, afin de réaliser la croissance. L'État doit employer ses organes centraux pour créer les conditions culturelles, sociales, politiques et économiques adaptées à cet objectif. Tout ce que l'État entreprend doit entraîner, sur le plan économique, l'avancée organisée du secteur privé vers la création d'entreprises, et l'augmentation des taux de la croissance »3.

  • 4 Idem.

15Mais le Parti national démocrate, en digne successeur de l'Union socialiste, ancien parti unique, n'a pas réussi à se débarrasser totalement de l'idée de domination de l'État sur l'activité économique. Le rapport cité donne un certain nombre de prérogatives à l'État : justice, sécurité, défense, enseignement de base, santé, installation des infrastructures et mise en place du contexte favorable pour l'encouragement des investissements privés et coopératifs. Selon le rapport, ces activités sont en principe réservées à l'État, mais le secteur privé peut y participer pour des considérations que détermineraient les institutions démocratiques4. De plus, ce texte attribue à l'État le choix des politiques aptes à réaliser la stabilité des variables macro-économiques, y inclus la balance des paiements, le taux de change, le rapport entre les salaires et les prix, et l'équilibre entre l'épargne et l'investissement. Pour accomplir ces objectifs, l'État dispose des outils de sa politique monétaire, ainsi que de ses politiques de crédit, d'investissement et de commerce extérieur.

  • 5 Idem.

16D'autre part, le rapport de la Commission économique a rappelé que l'État avait une fonction de contrôle sur l'activité économique, dans le but « d'éliminer les effets négatifs de l'interaction libre et sans restrictions des forces du marché ». Cela signifie, par exemple, l'intervention de l'État pour empêcher la création de monopoles, pour prévenir les opérations de dumping ou les affaires de contrebande. En règle générale, cet interventionnisme est destiné à protéger le consommateur et le producteur local, dans des limites de légalité reconnue. Le rapport a également insisté sur le rôle de répartition sociale qu'assume l'État – indirectement, en encourageant les institutions de la société civile à contribuer à la justice sociale ; ou directement, par l'intermédiaire de ses politiques monétaire et de crédit, et notamment grâce au prélèvement d'impôts5.

  • 6 Idem, p. 7.

17L'ambiguïté de la position du parti par rapport à la politique libérale déclarée est également illustrée par ce passage du rapport : « L'État est responsable de la définition d'une stratégie économique dans le cadre de son projet stratégique global. Il détermine les objectifs généraux de la croissance économique, et les politiques propices à la réaliser. Les objectifs stratégiques (pour 15 à 20 ans) découlent d'un accord entre les forces politiques et les institutions concernées. L'État adopte, à la lumière de sa conception stratégique, des plans indicatifs pour le moyen terme, destinés à aider le secteur privé à prendre des résolutions de crédit qui soient correctes6 ». Le rapport suppose ainsi que les investisseurs ont besoin de recommandations, et il en charge l'État !

18En ce qui concerne l'investissement direct, le rapport affirme que l'État doit y jouer un rôle, pour consolider le secteur privé national et étranger, et contribuer à l'amélioration des taux de la croissance. Les domaines de cet investissement sont déterminés en fonction du degré de l'évolution économique et du stade du développement, dans le cadre de la philosophie du marché. Ces différents textes prouvent que les auteurs du rapport n'avaient pas de vision claire, quant au choix entre l'économie du marché et la domination de l'État.

  • 7 Idem, p. 8.

19Cela est d'autant plus visible dans le passage du texte concernant les entreprises publiques (al-qitâ‘ al ‘âmm) ou celles du secteur public des affaires (qitâ‘al-a ‘mal al-‘âmm). Le rapport insiste sur la nécessité d'un programme clair autour du transfert de la propriété de ces entreprises au secteur privé. Il se base, pour cela, sur plusieurs principes. D'abord, la garantie que les clés de l'économie nationale ne passeront pas aux mains des étrangers, ce qui revient à imposer une réglementation sur la participation des étrangers dans le processus de privatisation. Ensuite, la vente à des prix justes, et essentiellement par l'intermédiaire du marché du capital. Enfin, le respect des droits des employés de ces entreprises. Un programme fondé sur ces principes exige un délai plus long dans l'opération de transfert de la propriété, et donc un effort supplémentaire dans l'amélioration de la productivité des entreprises concernées. Le rapport conclut en affirmant que le respect des lois du marché n'empêche pas qu'il y ait divers moyens possibles pour atteindre les objectifs fixés7.

20En ce qui concerne la prochaine étape de la réforme économique, le rapport souligne que les politiques financière et monétaire doivent s'orienter vers l'accroissement de l'épargne, et en finir avec la stagnation et la frilosité économique. Sur la fiscalité, il préconise par ailleurs l'inutilité de l'introduction de nouveaux impôts, et l'annulation des impôts sur les biens d'équipement et sur les matières premières. L'accroissement des revenus fiscaux doit donc provenir d'une amélioration du système de collection et de la prévention de l'évasion fiscale. Le déficit budgétaire ne devrait pas être financé par des bons de trésor, de par nature des instruments à court terme, donc inadéquats pour le financement du déficit structurel. Les obligations à moyen ou long terme seraient plus appropriés dans ce domaine. Il s'ensuit que les revenus de ces obligations ne devraient être utilisés que pour le financement des investissements publics. Leur emploi pour des besoins courants de consommation publique aurait pour conséquence l'aggravation de l'inflation. Les financements publics, affirme le rapport, doivent également servir à une meilleure répartition des revenus, et à la rationalisation des divers aspects des dépenses publiques.

  • 8 Idem, p. 8-9.

21Dans le domaine monétaire, le rapport souligne l'importance de l'équilibre monétaire et la stabilisation du taux de change de la livre égyptienne. Il propose également d'inciter les banques à jouer un rôle plus important dans le financement des investissements. Ainsi, les banques contribueraient également à renforcer les marchés des capitaux et au succès du programme de privatisation complet ou partiel8.

Le Parti Néo-Wafd en Égypte

  • 9 Al-Wafd, « al-qita‘ al-‘âmm taht rahma al-damj wa-l-khaskhasa marra ukhra », 04/03/1993.

22Ce parti part du point de vue selon lequel « la transformation du secteur public en secteur privé est devenue inévitable et irréversible. Cette politique est maintenant adoptée par presque tous les pays du monde, aussi bien ceux qui prônent le capitalisme que ceux qui prônent encore le communisme ou le socialisme »9.

23Il semble donc que le Néo-Wafd soit plus attaché que le gouvernement du PND à la liquidation du secteur public. Cette position l'a poussé à entrer en opposition avec la politique gouvernementale de transfert vers le secteur privé. L'action du gouvernement en cette matière est jugée trop lente et hésitante. D'autre part, le Néo-Wafd lui reproche un manque d'efficacité économique.

24Ce parti s'est violemment opposé à la loi n° 203 de 1991 sur la création du secteur des affaires. Il l'a considérée comme un énorme pas en arrière. Le président de la commission financière du parti estimait qu'elle signait l'arrêt de mort de l'activité économique égyptienne. Selon lui, ce texte ne manquerait pas de provoquer de nouvelles pertes, et amènerait des complications supplémentaires dans le fonctionnement des entreprises. Quant au ministre en charge de ce secteur, il représenterait une charge dont on aurait pu se passer. Le responsable du Néo-Wafd affirmait alors qu'un an ne passerait pas avant que le gouvernement ne s'aperçoive de la nécessiter de réévaluer cette loi).

  • 10 « Qanûn tatwuir al-qita‘ al-‘âmm khutwa kabîra ila al-wara' », al-Wafd, 30/05/1991.

25Le Néo-Wafd a de tout temps préconisé que le secteur public devait se débarrasser de quatre de ses domaines d'activité : l'hôtellerie et le tourisme, le cinéma et le théâtre, la distribution commerciale (les chaînes de grands magasins Cicurel, Omar Effendi, Salon Vert, etc. Des entreprises qui ne proposent plus des prix concurrentiels par rapport au secteur privé, mais où la qualité des produits reste médiocre), et enfin les entreprises spécialisées dans la sous-traitance qui ne possèdent pas d'équipements. Les dix-huit entreprises de sous-traitance dans le pays obtiennent des projets par la voie directe et les allouent par la suite à d'autres entreprises. Ces opérations sont hautement bénéficiaires, et seul le malheureux citoyen en paie le prix, malgré les promesses de « changements » faites par le gouvernement10.

26Le Néo-Wafd critiqua sévèrement les trois décrets publiés par l'ancien premier ministre et ministre du Secteur public des affaires Atef Sidqi qui réorganisaient les sociétés-holdings caractérisant ce secteur. Aux termes de ces décrets dix sociétés-holdings furent absorbées par d'autres tandis que dix-huit furent maintenues dans leur état initial ; la propriété de 91 entreprises fut transférée à de nouveaux holdings. Le journal du Néo-Wafd opposa plusieurs critiques à ces décisions :

  1. La fusion d'entreprises déficitaires et d'entreprises bénéficiaires peut engendrer d'énormes pertes pour les deux. Selon le Néo-Wafd, cette stratégie, combinée à un processus de vente extrêmement limité, prouve que l'État tient à conserver le statu quo dans le secteur public.
  2. La vente d'entreprises saines est incompréhensible. Par exemple, l'hôtel Sheraton du Caire, propriété d'une société du secteur public, a été proposé à la vente au prix dérisoire de 250 millions de livres, alors qu'il réalise un revenu annuel de 110 millions de livres ! Ce qui signifie que son prix serait amorti dans un délai d'environ deux ans. De même, l'État se propose de vendre l'hôtel Marriott, qui lui rapporte 150 millions de livres par an. Le journal al-Wafd ne manque pas de s'interroger sur ce phénomène, aggravé par le fait que l'État refuse de se séparer d'autres hôtels et entreprises largement déficitaires. Il souligne par ailleurs que la vente simultanée de deux hôtels bénéficiaires provoquerait la baisse sur le marché de prix de toutes les entreprises du secteur du tourisme.
  3. Le journal s'interroge aussi sur le manque de transparence dans la vente de certaines entreprises. Cette question a été provoquée par l'annonce du ministre de l'Agriculture, Youssef Wali, de la vente de 17 entreprises agricoles, pour le prix de 450 millions de livres, parmi 38 entreprises vendues pour le total d'un milliard de livres. Cela s'effectuait dans le cadre du programme de la privatisation globale du secteur de l'agriculture dans un délai de deux ans. Mais il fut décidé que la vente se ferait en dehors d'enchères publiques, et aux acheteurs disposés à payer le prix.
  4. Les sociétés-holdings et les entreprises qui leur sont affiliées restent gérées par les mêmes dirigeants qu'auparavant. L'engagement politique en faveur de la privatisation n'est donc pas visible, d'autant plus que le calendrier de cette opération n'est pas précisé. Selon le Néo-Wafd, il faut écarter ceux qui s'opposent ou entravent le processus de privatisation. En effet, celle-ci ne peut pas être appliquée par des responsables qui ont auparavant appelé au socialisme et chanté les louanges du secteur public. Ceux-là sont connus pour leur méfiance à l'égard du secteur privé. La création de sociétés-holdings ne serait donc qu'un maillon de la chaîne visant à prolonger l'étape antérieure à la privatisation effective. Les postes de responsabilité sont aujourd'hui occupés par les mêmes figures de l'ancienne nomenklatura du secteur public. Parmi elles, beaucoup ont dépassé la soixantaine, et n'auraient pu occuper les mêmes postes dans le privé. Ces responsables voudraient à tout prix éloigner le spectre de la privatisation qui annulerait leur contrôle sur les entreprises, les moyens de production et les services11.

27Les points qui viennent d'être mentionnés explicitent la conviction profonde du Néo-Wafd sur la supériorité des lois du marché. Dans son soutien inconditionnel à la libéralisation économique, il reproche au gouvernement égyptien l'ambiguïté et les hésitations qui l'empêchent de prendre des mesures propices à accélérer la transformation souhaitée.

Le parti des Libéraux (Al-Ahrâr) en Égypte

  • 12 « Lajna al-i‘dâd li-l-mu'tamar al-‘âmm li-l-hiwar al-watanî fi Masr, al-ijtima‘ al-thâlith » (Comm (...)

28La position de ce parti est également assez franche en ce qui concerne la libéralisation économique que celle du PND au pouvoir. Dans le rapport qu'il a présenté au Congrès du dialogue national, il souligne « la nécessité de se pencher sur l'application du système du marché, de se plier aux exigences des mécanismes du marché, comme l'offre et la demande et le mécanisme des prix, et d'empêcher la constitution de monopoles dans les domaines de l'agriculture, de l'industrie, du commerce et des services, de sorte à libéraliser le commerce pour qu'il suive l'évolution économique mondiale, et réalise le principe de la concurrence ». Le parti appelle à ce que le système économique égyptien s'adapte au marché et favorise le capital privé. Il souhaite que l'intervention de l'État dans l'activité économique se limite aux domaines d'intérêt stratégique12.

Le Rassemblement constitutionnel démocratique (al-Tajammu‘ al-dustûrî al-dîmûqrâtî) en Tunisie

29Selon le Pacte national (al-mithaq al-watani) de la Tunisie promulguée en 1988, le développement global et équitable est l'objectif nominal de la lutte du peuple et de la politique de l'État. Le succès de ce développement dépend de deux conditions : la participation populaire dans la détermination des objectifs et des moyens du développement, et la répartition équitable des fruits de la production.

  • 13 Ministère de l'Information, Pacte national, Tunis, 1988, p. 23-26.

30Le Pacte national précise également que les principes de justice supposent que toutes les parties de la société tunisienne assument les sacrifices, notamment en ce qui concerne le respect du paiement des impôts. Il lie l'accroissement de la production à l'importance accrue qu'il faut accorder à l'agriculture et au développement rural. Le texte précise qu'il faut atteindre une relation équilibrée entre les secteurs public et privé. Le premier doit jouer le rôle fondamental dans le domaine des grandes industries et des services vitaux. Parallèlement, la nation (al-majmu ‘a al-wataniyya) doit pouvoir compter sur les capitaux privés locaux et sur les initiatives privées. Le Pacte affirme enfin la nécessité pour l'État de définir une stratégie de développement à long terme. Celle-ci serait propice à mobiliser les énergies et les ressources du peuple tunisien. Un esprit de bonne volonté et d'enthousiasme doit remplacer l'esprit de subordination, réalisant ainsi un bond qualitatif en direction du progrès13.

31Dans le cadre de ce texte, on observe que le parti au pouvoir en Tunisie est confronté aux mêmes hésitations que son confrère égyptien. Dans les deux cas, l'État appréhende la perte des outils d'influence et de contrôle qu'il a sur l'activité économique. Il tente donc de se réserver le premier rôle, pour conserver une part de son pouvoir d'intervention dans ce domaine, avec ce qui l'accompagne d'avantages.

  • 14 Le Rassemblement constitutionnel démocratique, Congrès de la Perséverance, 29-31/07/1993.
  • 15 Idem, p.47.

32Un autre document, celui publié par le Congrès de la Persévérance que le Rassemblement constitutionnel démocratique a tenu du 29 au 31 juillet 1993, exprime de façon plus claire l'orientation vers la consolidation du secteur privé14. Il affirme que le succès réalisé dans le cadre du dernier plan quinquennal « n'aurait pas eu lieu, n'eussent été les réformes fondamentales introduites depuis la transformation, dans une ambiance caractérisée par la confiance, la consolidation du dialogue et le recours à la consultation à tous les niveaux et en toutes circonstances, sur la base d'une série de principes visant à réhabiliter la valeur civilisationnelle du travail, la liberté d'initiative, la faisabilité et l'efficacité, et l'institution en tant que cellule fondamentale de la croissance économique et de la répartition équitable de ses fruits ». Le texte affirme en outre que les changements survenus sur la scène internationale, au cours des dernières années, ont prouvé la justesse des choix nationaux, initiés par le Rassemblement15.

  • 16 Idem, p.76-77.

33« Partant des recommandations émises par le Congrès du Salut qui appelaient à la libéralisation économique, pour conférer davantage d'efficacité à l'activité des structures économiques et de mobiliser toutes les énergies permettant d'intégrer notre économie au cycle mondial ; convaincu de la nécessité de poursuivre la réforme structurelle pour confirmer les résultats positifs qui en ont découlé ; et persuadé de la nécessité d'aider l'institution et les structures économiques à affronter ces défis et à consolider leur aptitude à la concurrence ; le Congrès recommande un encouragement accru des institutions économiques, afin de les rendre plus efficaces, et mieux préparées à l'investissement et au développement de leurs technologies, et de les inciter à améliorer la structuration et les mécanismes de financement et à dépendre davantage sur l'autofinancement, la participation et le marché du capital » poursuit le texte du document16.

  • 17 Idem.

34Celui-ci a jugé primordiale la détermination des rôles respectifs des secteurs public et privé. L'État pourrait ainsi se consacrer à des fonctions d'arbitrage, de réévaluation, de rationalisation, de réactivation, et de prise en charge des secteurs stratégiques et des services d'intérêt public. Il se contenterait d'intervenir dans les domaines qui restent hors de portée du secteur privé, pour différentes raisons : des investissements trop lourds, des risques trop élevés, une rentabilité trop restreinte ou ne pouvant intervenir qu'à long terme, ou enfin dans le cas de projets publics d'utilité commune17.

  • 18 Idem, p.77-79.

35Le Congrès s'est également penché sur les moyens de réaliser la justice sociale – un objectif central, dans la pensée du Rassemblement constitutionnel démocratique. Les recommandations émises à ce sujet mettent en avant la place essentielle qu'occupe l'impôt direct sur les revenus de l'État. Le Congrès appelait à améliorer les systèmes d'impôts locaux, dans le but de renforcer la décentralisation et d'en faire un outil de base pour la croissance régionale. Il encourageait d'autre part les participations bénévoles à la caisse de solidarité nationale, et recommandait la réforme du système de prise en charge, en gardant à l'esprit la nécessité de préserver l'équilibre des caisses de la sécurité sociale. Il conviait enfin à la rationalisation du système d'indemnités sociales, pour garantir leur utilisation optimale18.

  • 19 Idem, p. 80.

36Toujours pour améliorer la performance de la décentralisation, le Congrès souhaitait la mise en place d'une formule permettant aux autorités locales d'évaluer les projets et de créer des programmes locaux de partenariat et de développement des investissements. Il s'agit de donner par ce moyen la priorité aux secteurs ayant des répercussions directes sur la croissance locale. Les localités devraient se préparer à suivre les grandes évolutions qui surviennent dans les villes. La généralisation des Conseils de villages fut mise à l'étude. Ces structures ont en effet l'avantage de familiariser le villageois avec la participation effective dans le développement de sa région, avec le meilleur emploi des moyens existants19.

  • 20 Agence tunisienne de communications extérieures, Stratégie de développement 1992-1996, Tunis, 1994 (...)

37Suivant cette orientation, la stratégie quinquennale de soutien au développement pour la période 1992-1996 exprime bien l'engagement à encourager le secteur privé, et à poursuivre les réformes. Son objectif déclaré est en effet d'intégrer davantage l'économie tunisienne au cycle mondial, afin de préparer le pays à affronter le xxie siècle avec le maximum de chances à ses côtés20.

  • 21 Idem, p. 3.

38En ce qui concerne le processus de réformes, le Congrès soulignait que la stratégie du développement devrait être axée sur la libéralisation économique, sur l'approfondissement de la réforme du secteur financier, et sur la rationalisation des avantages et des stimulants consacrés à l'investissement, afin de mener à bien la déréglementation des paiements et des transactions courantes, dans le cadre du libre-échange21.

  • 22 Idem, p. 15-17.

39Dans le domaine de la complémentarité requise entre le secteur privé et l'État, le Congrès a rappelé que le secteur privé se chargeait de 52 % de la totalité des investissements répertoriés par le huitième plan (1992-1996). Une situation qui suppose l'accroissement de la participation des capitaux étrangers, soit sous forme d'investissements directs, soit dans le cadre de projets de partenariat. L'État s'engageait alors à créer une ambiance favorable à l'application de ce programme, par le biais de l'encadrement du secteur privé, du développement de l'infrastructure, de la rationalisation des dépenses et des transferts de subventions, et d'un meilleur contrôle du déficit budgétaire22.

Les partis socialistes/nationalistes

40L'exemple le plus illustratif d'un parti socialiste est celui du Rassemblement national progressiste unioniste (Hizb al-Tagammu‘ al-watanî al-taqaddumî al-wahdawî) en Égypte. Quant aux partis nationalistes, ils sont bien illustrés par les partis Baath, le plus révélateur parmi ceux-ci étant le Baath iraqien.

Le Rassemblement national progressiste unioniste (al-Tagammu‘) en Égypte

  • 23 Hizb al-tajammu‘ al-watanî al-taqaddumî al-wahdawî (Parti du Rassemblement national progressiste u (...)

41Le programme du parti précise que celui-ci « a œuvré et continue d'œuvrer pour la libération de l'homme de toutes les formes d'exploitation, y compris l'exploitation capitaliste et l'oppression exercée par la bureaucratie étatique », ajoutant qu'il « ne se plie à aucun modèle préconçu pour l'édification du socialisme. Il a constamment défendu la propriété publique et le rôle fondamental que joue le secteur public dans la direction de la croissance. Il s'est, dans le même temps, prononcé pour un rôle parallèle du secteur privé et de la propriété privée et coopérative23 ».

42Dans la lignée de cette position de principe, le parti a exprimé son refus de la politique de réformes économiques. Celle-ci avait été adoptée dès 1991 par le gouvernement égyptien, sous les injonctions du Fonds monétaire international (FMI).

  • 24 Idem, p. 34-36.

43En alternative, le Rassemblement prône une politique basée sur l'annulation des exonérations d'impôts accordées aux entreprises, l'interdiction de l'importation de produits de luxe, et l'interruption des emprunts extérieurs. Il propose l'application d'une politique intégrale visant à réformer et à accroître la productivité du secteur public, au lieu de la liquider au profit du secteur privé. Une telle solution suppose la réorganisation des unités du secteur public sur des bases économiques, le traitement des défaillances de leurs structures financières, la détermination des prix de leurs produits selon des critères économiques, et la garantie de la liberté de leur gestion. En outre, des règles strictes devraient être imposées pour lutter contre la corruption. Le Rassemblement exige également l'introduction de lois garantissant le respect des droits des travailleurs, dans le cadre de la lutte contre l'inflation, la réglementation de l'appareil bancaire et la prévention des transactions parallèles (extra-bancaires)24.

44Néanmoins, malgré son hostilité vis-à-vis de l'économie de marché, le Rassemblement réserve, dans son programme, un rôle important au secteur et à la propriété privés. Des textes analogues figuraient dans le programme de l'Union socialiste, le parti unique en Égypte avant le passage au multipartisme. En fait, la propriété privée ne jouait alors aucun rôle significatif, en dehors de petites propriétés agricoles, complètement soumises à l'interventionnisme étatique, tant au niveau des équipements que de l'écoulement de la production. L'État déterminait lui-même les parts qu'il achetait aux agriculteurs, à des prix fixes, insuffisants, dans certains cas, pour couvrir les coûts de la production. C'était notamment vrai en ce qui concerne un produit aussi important que le coton. Cette situation n'a été modifiée, au bénéfice de l'agriculteur, que dans le cadre de la politique de réforme économique.

Le Parti Baath arabe socialiste (Hizb al-ba‘th al-'arabî al-ishtirâkî) en Irak

  • 25 Hizb al-ba‘th al-‘arabî al-ishtirakî, al-qutr al-‘iraqî (Parti baath arabe socialiste, région de l (...)

45Le Parti Baath se définissait, dans l'un de ses rapports, comme parti socialiste révolutionnaire, et estimait que le socialisme était une nécessité absolue pour libérer la nation arabe, et réaliser son unité et sa renaissance moderne. Il affirme proposer une vision originale du socialisme, imitant ni le marxisme ni les autres modèles socialistes, mais qui lui est propre, et adaptée aux conditions spécifiques de la nation arabe25.

46Dans ce même rapport, le parti énonçait en quelques points les bases du processus du développement en Irak :

  1. Le développement doit s'intégrer dans une politique nationale indépendante, contrairement aux tendances observées dans les autres pays producteurs de pétrole. Les politiques adoptées par ceux-ci les subordonnent aux pays avancés, et handicapent donc leur volonté et leur indépendance.
  2. Le plan de développement, conçu pour le bien-être du peuple, doit être orienté vers l'élargissement du secteur socialiste dans les domaines de l'industrie, de l'agriculture, de la culture et des services publics. Le développement doit être global et socialiste. Concrètement, il doit conférer au secteur socialiste un rôle dirigeant dans les affaires courantes et dans les principales activités économiques nationales. Un pourcentage déterminé de projets peut cependant être effectué en collaboration avec le secteur privé.
  3. Le développement doit éviter les effets négatifs qui pourraient en résulter, telle que l'inflation qui affecte durement de nombreuses couches de la population.
  • 26 Idem, p. 106.

47Par ailleurs, le parti exige l'exclusivité du commerce extérieur pour l'État, et préconise une domination centralisée du secteur public sur le commerce intérieur. Les services publics doivent être subordonnés aux objectifs et aux besoins du développement et de la transformation socialiste26.

48Lors de son congrès de 1982, le Baath a toutefois reconnu qu'un certain nombre d'erreurs avaient entaché l'application de ce programme. Il déplorait qu'avec l'extension et la consolidation du secteur socialiste dans les domaines de l'industrie, de l'agriculture, du commerce et des services, le secteur privé ait été écrasé ( ! !)

  • 27 Idem, p. 9-10.

49Le parti avait effectivement autorisé la propriété et l'activité privées, dans les limites exigées par le progrès du socialisme et l'intérêt supérieur de l'État et de la société. Mais le reproche, adressé aux organismes spécialisés dans les différentes branches de l'économie et des services, est de ne pas déterminer avec précision les frontières entre les attributions respectives de chacun. Selon le Baath, ce flou a créé un chevauchement néfaste aux deux secteurs, et a miné la confiance entre eux27. Par exemple, l'État avait mis en place des usines, dont le secteur privé aurait pu se charger plus efficacement. Cela aurait permis d'économiser les efforts et les dépenses de l'État. De même, celui-ci est intervenu dans le domaine agricole, jusqu'à y imposer une hégémonie totale. Cette situation a tué l'initiative privée, et a entraîné une baisse considérable dans la production agricole et animalière. Les mêmes erreurs se sont manifestées dans le domaine du commerce.

  • 28 Idem, p. 11.

50Le rapport souligne que cette confusion empêche les organismes étatiques de faire correctement la distinction entre les branches essentielles et secondaires de l'économie. Il en résulte une confusion entre les besoins essentiels et secondaires de la consommation et de la croissance. Le processus irrationnel d'extension de l'économie socialiste aurait ainsi provoqué des erreurs, qui n'ont pas manqué d'affecter l'élargissement horizontal du secteur socialiste. Les conséquences pour le développement général du pays ont été désastreuses : insuffisance de la production, mauvaise qualité des produits, et asphyxie du commerce28.

51A la lumière de cette observation, le rapport conclut que le principe d'autorisation des activités privées, dans les limites imposées par l'application socialiste, et le principe de refus de l'exploitation, ne peuvent se conjuguer que si une réévaluation des champs d'action du secteur privé était régulièrement entreprise. Les limites et les orientations de ce secteur devraient donc être révisées conformément aux étapes successives de l'évolution nationale. Une opération qui impose de nouvelles tâches aux organismes de la « Révolution ». Ceux-ci auraient donc pour mission de trouver les formules adaptées pour garantir un équilibre constant et renouvelé entre les nécessités du changement socialiste et le besoin de délimiter le champ d'action du secteur privé.

52L'évolution du discours du Baath indique un recul par rapport à l'extrémisme socialiste initialement prôné. En effet, le parti reconnaît dorénavant que l'application a engendré des erreurs, et que l'activité privée aurait été plus compétente que celle de l'État dans de nombreux domaines. Cette évolution représente, certes, un changement radical dans la position du Baath iraqien, mais son impact effectif sur la réalité reste à vérifier.

Les partis de tendance islamiste

53Les partis islamistes affirment que l'Islam offre une vision globale d'organisation de la vie sous tous ses aspects, et notamment dans les domaines politique, économique et social. Les principaux tenants de cette ligne sont le Parti du Travail (Hizb al-‘Amal) en Égypte, le Front islamique du Salut (FIS ; al-Jabha al-islamiyya li-l-inqadh) en Algérie, et la Parti de la Nation (Hizb al-Umma) au Soudan. Nous allons ici détailler leurs positions respectives par rapport à la libéralisation économique.

Le Parti égyptien du Travail (Hizb al-‘Amal) en Égypte

  • 29 Hizb al-‘Amal (Parti du Travail), Le Caire, 1994.
  • 30 Idem, p. 18-22.

54Ce parti a présenté son programme économique au Congrès du dialogue national, sous le titre de « La vision générale du Parti du Travail : la réforme totale d'un point de vue islamique »29. Il s'y éloigne de l'orientation socialiste qui avait caractérisé ses débuts. Il continue néanmoins à réserver des attributions significatives à l'État dans l'activité économique générale. Il estime en effet que le rôle central de l'État dans la direction de l'économie et de la croissance ne doit pas être éliminé. « L'approche islamique, dans la sphère économique, appelle à la libération de toutes les énergies créatives et productives, et à l'élargissement du champ de participation dans la prise de décision économique, tant au niveau de la production que de la consommation. L'approche islamique adhère en cela au point de vue des mécanismes du marché, mais elle fait intervenir l'État dans une mesure suffisante pour régler ce processus complexe ». Cet interventionnisme doit s'effectuer « à travers des instruments indirects, et dans des limites organisant la concurrence, sans l'étouffer ». Le Parti du Travail considère que l'État est responsable des équilibres globaux, au-delà même des équilibres financiers et monétaires, ou de l'équilibre entre l'offre et la demande. Pour accomplir cela, l'État devra avoir recours à une gestion souple de l'économie30.

  • 31 Idem.

55D'autre part, si le rôle de l'État doit effectivement être réduit dans l'investissement direct, il a par contre l'obligation d'investir dans les domaines et dans les circonstances qui le nécessiteraient. « Mais la charge de l'investissement dans la production et dans les services reste en premier lieu de la responsabilité du secteur privé, afin de réaliser les taux de croissance économique les plus élevés. L'État doit dispenser l'ambiance nécessaire pour les favoriser31 ».

56Le parti reconnaît que l'économie égyptienne a besoin d'une réforme radicale pour libérer les prix de l'emprise du centralisme, et pour laisser libre cours à la concurrence. Cependant, il maintient que l'économie du marché peut revêtir plusieurs aspects et s'effectuer par des méthodes différentes. C'est à la pensée nationale de mettre en place une formule pouvant concurrencer la « réforme » exigée par les institutions internationales. Le Parti du Travail reproche au gouvernement de ne pas avoir rempli son devoir sur ce plan : il se contente de retarder l'application de ces « réformes ». Cette attitude prouve que le gouvernement est lui-même conscient des dangers et des défauts des programmes échafaudés à l'extérieur. Mais elle ne s'est pas traduite par une alternative nationale de réforme effective de l'économie.

57Le Parti du Travail appelle donc à la mise en place immédiate d'une stratégie économique nationale, dans le cadre de la stratégie supérieure de l'État. Les politiques et les étapes nécessaires à la réalisation des objectifs stratégiques pourraient ainsi être définies, selon les priorités fixées pour le développement. Le rôle fondamental de l'État, selon le Parti du Travail, se résume à encadrer et à développer l'activité économique, tout en respectant l'indépendance de la décision économique. Une intervention exagérée d'instances extérieures à la sphère économique serait contraire aux intérêts du pays.

  • 32 Idem, p. 18-22.

58Néanmoins, le Parti du Travail précise que la réforme et le développement ne peuvent aboutir sans la réalisation de la justice sociale. Cela suppose la réduction du nombre de citoyens vivant au-dessous du seuil de la pauvreté. L'État y contribue grâce au prélèvement d'impôts et aux services de base qu'il offre, mais les institutions de la société civile ont également un rôle à accomplir, par l'intermédiaire de l'impôt islamique (zakat) et d'œuvres de bienfaisance, qui consolident la solidarité familiale et sociale32.

59Par ailleurs, le Parti du Travail réclame l'exclusion des étrangers du processus de privatisation. La vente doit, selon lui, s'effectuer à des prix équitables et en dehors des transactions privées. Elle doit s'accompagner d'une amélioration de la gestion et d'une hausse de la productivité. Les droits des travailleurs doivent être préservés, au cours de ce processus, et les recettes des ventes réinvesties dans de nouveaux projets.

  • 33 Idem.

60La privatisation est une affaire de longue haleine, estime le parti. L'État gardera donc pour longtemps encore la propriété des grandes entreprises. Dans ce contexte, « il faudra concentrer les efforts dans le sens de l'emploi optimal des avoirs, tout en offrant les stimulants propices à encourager le secteur privé à créer de nouvelles entreprises. Et lorsque se présentera l'occasion de vendre des unités du secteur public, en accord avec les principes posés, il faudra la saisir sans hésiter »33.

Le Front islamique du Salut (al-Jabha al-islamiyya li-l-inqadh) en Algérie

  • 34 Al-Jabha al-islamiyya li-l-inqadh, Al-barnamij al-siyasi, p. 6.

61Le texte du programme politique du Front déclare que celui-ci propose une alternative globale à tous les problèmes idéologiques, politiques, économiques, sociaux et écologiques, dans toutes leurs dimensions psychologiques ou civilisationnelles34.

  • 35 Idem, p. 14.

62Ainsi, il prône une politique économique partant d'un point de vue islamique, et visant à sauver à la fois l'individu et la civilisation. L'économie, tant sur le plan de la production que de la consommation, n'est qu'un des facteurs destinés à servir et à élever l'individu au niveau de ses aspirations. C'est en se basant sur cette approche confessionnelle et idéologique que le FIS traite les différents aspects d'un modèle économique islamique. Celui-ci se penche sur tous les domaines, de l'agriculture à l'industrie, en passant par le commerce, les finances ou le Plan de développement global35.

  • 36 Idem, p. 20.

63En ce qui concerne l'industrie, le FIS estime que la politique de propriété publique doit être révisée, pour qu'elle ne succombe pas aux mains des étrangers. Il faut protéger les initiatives du secteur privé, tout en l'empêchant de créer des monopoles, ou de dépasser les limites de l'intérêt général. Car il se transformerait alors en parasite économique, politique et social36.

  • 37 Idem, p. 21-22.

64Dans son programme le FIS s'est d'autre part prononcé pour une réforme des règles régissant la vie commerciale. Il préconise l'élimination du monopole, du système d'usure (ribâ), des médiateurs et de toutes sortes d'éléments parasitaires. La politique de distribution doit s'orienter vers la décentralisation, et encourager l'apparition d'entreprises commerciales libres aptes à réactiver l'économie et à assurer la disponibilité des produits. Le programme du FIS réclame également une révision des rapports existant avec le Fonds monétaire international et les autres institutions financières et commerciales impliquées dans la crise du pays. Il propose des alternatives politiques, économiques et sociales propices à rouvrir le dossier de la dette extérieure37.

65En matière de politique financière, le programme exige la révision de la valeur monétaire (le pouvoir d'achat de la monnaie), de sorte à lui conférer une valeur réelle et unique. Le taux de change doit, lui aussi, être revu pour assurer une protection du pouvoir d'achat du citoyen, y compris des expatriés algériens. Des moyens de stimulation doivent être mis en place pour récompenser les efforts de production, et les valeurs économiques doivent être préservées au cours de ce processus.

  • 38 Idem, p. 20.

66Le FIS propose par ailleurs la création de banques et de fonds islamiques ne pratiquant pas l'usure (ribâ), qui nuirait à l'intérêt général. Il insiste sur l'importance de l'esprit de solidarité et de coopération, et sur des valeurs telles que le progrès social et la croissance économique. Il appelle à une modification du système fiscal, estimant que les impôts sont exagérés par rapport aux moyens des citoyens, et qu'ils sont ainsi devenus un des facteurs de la hausse effroyable des prix, de l'inflation et des politiques qui destituent le citoyen au nom de la loi et de l'intérêt général38.

Le Parti de la Nation (Hizb al-Umma) au Soudan

  • 39 Hizb al-Umma (Parti de la Nation), Barnamij nahj al-sahwa, al-barnamij al-intikhabi li-l-hizb al-U (...)

67Dans son programme électoral, intitulé « Programme de la voie du réveil », le Parti de la Nation explicite sa raison d'être. « L'Islam est la base de notre existence et de notre vision indépendante, dans le conflit intellectuel et culturel. Nous nous attachons donc à l'Islam en tant que confession et méthode, et nous en tirons les règles qui régissent la vie, selon une interprétation qui réponde au besoin de l'État et de la société modernes. Les préceptes de l'Islam garantissent aux non musulmans leurs droits civils, humains et religieux. Dans la sharî‘a coïncident les valeurs de la réflexion et des intérêts, avec les valeurs de la révélation39 ».

  • 40 Idem, p. 20.

68Le Parti de la Nation s'est opposé à la politique gouvernementale qui a entraîné la libéralisation du système bancaire en 1975. Selon ce parti, cette mesure a accéléré l'apparition de banques spécialisées dans le financement d'activités commerciales réalisant des bénéfices à court terme, sous le slogan du partenariat. Par conséquent, l'État aurait failli à son devoir de générer et utiliser les devises pour le bien commun. Cette situation, au lieu de favoriser une relance des investissements, a augmenté la part des bénéfices parasitaires et les taux d'inflation. Elle a contribué à la chute de la valeur monétaire, poussant ainsi à la fuite des capitaux soudanais vers l'étranger, au lieu d'aider au financement du développement intérieur. De plus, les banques nouvellement créées sont souvent étrangères et auraient donc, elles aussi, participé à la fuite des capitaux. Elles sont également accusées par le Parti de la Nation de transférer les bénéfices réalisés sur les dépôts soudanais vers leur pays d'origine40.

  • 41 La dévalorisation n'entraîne pas de hausse des exportations, dans les pays en voie de développemen (...)
  • 42 Barnamij nahj… (Programme de la voie du réveil), op.cit., p. 21.

69Le Parti s'est également opposé aux politiques de stabilisation imposées par le FMI, et appliquées par le gouvernement. En effet, la dévalorisation de la monnaie aurait provoqué une méfiance vis-à-vis de la livre soudanaise et aurait ainsi renforcé l'orientation vers l'achat d'immobiliers et de devises étrangères, considérés comme réserve de valeur. Le commerce de devises se serait répandu, alors que les exportations auraient continué à stagner41. D'autre part, la dévalorisation ne se serait pas accompagnée de baisse dans les dépenses gouvernementales dans les domaines culturels, politiques et sécuritaires. Par contre, elle aurait eu pour conséquence la fin des subventions pour les produits alimentaires, et aurait ainsi resserré l'étau autour des classes démunies. La production en aurait de même été affectée, et les services fondamentaux, tels que la santé ou l'éducation, se seraient effondrés à cause du manque de financement42.

70Selon le Parti de la Nation, des mesures urgentes doivent donc être prises pour arrêter la détérioration de la situation. Le parti propose ainsi l'unification de la gestion économique entre les mains d'une direction scientifiquement qualifiée et expérimentée, qui serait chargée de la finance et de la planification. La priorité devrait être donnée au sauvetage des entreprises agricoles et industrielles, auxquelles il faudrait assurer équipements, matières premières, et financement, et dont la direction devrait être réformée.

71Pour remédier au déficit intérieur, le parti préconise une réforme fiscale globale, parallèlement à une baisse des dépenses en devises, effectuées à des fins de prestige, de politique et de propagande. Quant au déficit extérieur, il peut être réglé grâce à l'importation de pétrole saoudien, koweïtien ou libyen par voie de troc, et au regain de la confiance des expatriés soudanais. Dans ce but, il faudrait également réclamer le gel du service de la dette, et interdire l'importation de produits de luxe.

  • 43 Idem, p. 22-23.

72Au niveau social, le parti réclame que l'aide soit prise en charge par un organisme étatique supérieur. Dans le domaine bancaire, il souhaite rétablir l'autorité de la banque centrale et réglementer l'emprunt public. Son objectif est de rendre le secteur public responsable du crédit commercial, et de réserver les crédits d'investissement au secteur privé43.

73Il apparaît donc que le Parti de la Nation attribue une part d'activité non négligeable à l'État. Bien plus, son programme réserve une place de choix à la question du Plan économique, insistant sur le fait que l'économie soudanaise est une économie mixte. Le secteur public, qui sous-tend ce système, est chargé de la direction du Plan. Son existence se justifie par la propriété essentiellement publique, et par le fait que la garantie des conditions de vie des citoyens est une responsabilité publique. Ce secteur est donc en charge des activités économiques stratégiques, des infrastructures, des services de base et des grands projets lucratifs. La loi doit déterminer ses domaines d'action, à la lumière de son rôle dirigeant et des intérêts de la croissance.

  • 44 Idem, p. 24.

74Vient ensuite le secteur privé, fondé sur la propriété privée acquise grâce à l'effort intellectuel, technique ou physique, ou par la voie de l'héritage légal. La loi préciserait ses prérogatives, tout en l'empêchant de dévier vers l'exploitation ou le parasitisme. La troisième catégorie, dans l'économie soudanaise, est celle du secteur coopératif, qui permet à de larges ensembles de la population de grouper leur épargne pour les investir dans des activités communes. Celles-ci seraient limitées aux domaines où les risques sont moindres, et qui ne nécessitent pas de gestion complexe. Il y a aussi le secteur des investissements étrangers, qui vise à attirer les capitaux et les expériences non disponibles au niveau local. Enfin, un secteur « mixte » comprend des entreprises dont les propriétaires peuvent appartenir aux quatre catégories précédentes à la fois44.

75Le Parti de la Nation réserve donc la première place à l'État, mais accorde parallèlement un rôle limité au secteur privé. Selon lui, c'est à la loi, donc en fait à l'État, de déterminer ce rôle. Quant au secteur étranger, le parti lui donne la possibilité d'offrir capitaux et expérience – quand celle-ci n'est pas disponible sur la scène nationale – mais il lui dénie le droit de transférer ses bénéfices vers l'étranger.

  • 45 Idem, p. 24-25.

76En fin de son programme, le parti appelle à la mise en place d'un plan quinquennal pour le développement économique, qui serait discuté sur une large échelle, dans le cadre d'un congrès qui regrouperait les différents secteurs et forces productives du pays. Leurs recommandations seraient transmises à l'organisme législatif pour approbation. Le parti estime que l'État doit créer un puissant organe de planification, qualifié pour la préparation d'un projet pouvant être soumis au congrès. Il reviendrait, par la suite, à cet organe de transmettre (par l'intermédiaire de son président exécutif) ce projet à l'organisme législatif, puis de veiller à son application et de publier des rapports périodiques sur son évolution45.

77L'exposé précédent montre qu'il n'y a pas, dans le monde arabe, un seul parti libéral digne de ce nom. Ils évoluent tous dans le cadre d'un héritage lourd d'un prétendu socialisme et d'un interventionnisme d'État sur une large échelle. Certains, parmi les partis libéraux présentés, sont au pouvoir. Ils sont passés de la planification au libéralisme sous la pression, en réaction à l'échec de la direction socialiste de l'économie. L'abandon des méthodes gouvernementales de gestion était devenu inévitable. Par conséquent, les programmes des partis gouvernementaux libéraux ont continué à refléter des aspects partiellement dépassés. Ils reflètent surtout la volonté de conserver la mainmise de l'État sur les ressources économiques, de façon à le contrôler sur les revenus des individus et des entreprises. Pour ces partis, un recul du rôle de l'État équivaudrait à leur propre recul, et donc à la perte d'avantages et de privilèges autrement indisponibles. En revanche, les partis libéraux d'opposition s'engagent plus fermement sur la voie du libéralisme, comme cela s'est avéré par l'étude des positions respectives du Néo-Wafd et du Parti des Libéraux en Égypte. En effet, ceux-ci n'ont rien à perdre, en cas de réduction du rôle économique de l'État. Bien plus, ils espèrent qu'une telle réduction affaiblirait la position du parti gouvernemental, d'abord sur le plan économique, puis en affectant également son poids politique. Ce qui accroîtrait leurs chances d'accession au pouvoir, ou du moins – ce qui est plus probable – leurs chances de participation au pouvoir.

78En revanche, les positions des partis socialistes et nationalistes n'ont pas beaucoup varié. Prônant un rôle dirigeant pour l'État dans la sphère économique, ils affichent catégoriquement leur opposition à la libéralisation. Leurs discours sur une participation du secteur privé ne sont que des coquilles vides de contenu. En fait, rien dans leur programme ne laisse présager un changement à plus ou moins long terme en faveur de l'économie de marché, et donc d'une réduction du poids de l'État. Ces partis critiquent violemment les programmes de réforme économique, appliqués dans de nombreux pays, les accusant de nuire aux intérêts de larges couches de la société, et de paver la voie à la toute-puissance des capitaux étrangers.

79Quant aux partis de tendance islamiste, ils ne présentent pas de position commune sur notre question. Certains, comme le Parti du Travail en Égypte et le Front islamique du Salut en Algérie, attribuent à l'État une part importante de l'activité économique. D'autres, comme le Parti soudanais de la Nation, souhaitent accorder une liberté relativement plus grande au secteur privé. Au total, ces partis adoptent donc une position centriste entre les libéraux et les socialistes ou nationalistes.

Notes

1 Le Dialogue national (al-hiwâr al-watanî) était un tentative de définir le dénominateur commun et ainsi les bases d'une coopération politique entre le régime et l'opposition afin d'endiguer la violence politique qui dans certaines parties du pays était sur le point de dégénérer en guerre civile entre forces de police et forces islamistes.

2 Al-Hizb al-watanî al-dîmûqrâtî, al-amana al-‘âmma, « ru'iyya al-hizb fi-l-qadâya alâtî tutruh li-l-hiwar bi al-mu'tamar al-‘âmm », Le Caire, 1994, p. 3-5.

3 Al-Hizb al-watanî al-dîmûqrâtî, al-mu'tamar al-‘âmm al-watanî, al-lajna al-iqtisadiyya, « Taqrir al-lajna al-iqtisadiyya li-l-mu'tamar al-hiwar al-watanî » (25/06-04/07/1994), p. 6.

4 Idem.

5 Idem.

6 Idem, p. 7.

7 Idem, p. 8.

8 Idem, p. 8-9.

9 Al-Wafd, « al-qita‘ al-‘âmm taht rahma al-damj wa-l-khaskhasa marra ukhra », 04/03/1993.

10 « Qanûn tatwuir al-qita‘ al-‘âmm khutwa kabîra ila al-wara' », al-Wafd, 30/05/1991.

11 Al-Wafd, 04/03/1993.

12 « Lajna al-i‘dâd li-l-mu'tamar al-‘âmm li-l-hiwar al-watanî fi Masr, al-ijtima‘ al-thâlith » (Commission préparatoire au Congrès général du dialogue national en Égypte, troisième réunion), Le Caire, 1994, p. 8.

13 Ministère de l'Information, Pacte national, Tunis, 1988, p. 23-26.

14 Le Rassemblement constitutionnel démocratique, Congrès de la Perséverance, 29-31/07/1993.

15 Idem, p.47.

16 Idem, p.76-77.

17 Idem.

18 Idem, p.77-79.

19 Idem, p. 80.

20 Agence tunisienne de communications extérieures, Stratégie de développement 1992-1996, Tunis, 1994, p. 11.

21 Idem, p. 3.

22 Idem, p. 15-17.

23 Hizb al-tajammu‘ al-watanî al-taqaddumî al-wahdawî (Parti du Rassemblement national progressiste unioniste), « Barnamijuna li-l-taghîr », Le Caire, 1993, Kitâb al-ahâli, p. 14.

24 Idem, p. 34-36.

25 Hizb al-ba‘th al-‘arabî al-ishtirakî, al-qutr al-‘iraqî (Parti baath arabe socialiste, région de l'Irak), « al-Taqrir al-markazi li-l-mu'tamar al-ta'si' »(Rappport central du XIXe congrès), Baghdad, Dar Al-Hurriya li-l-Taba‘â, 1983, p. 89.

26 Idem, p. 106.

27 Idem, p. 9-10.

28 Idem, p. 11.

29 Hizb al-‘Amal (Parti du Travail), Le Caire, 1994.

30 Idem, p. 18-22.

31 Idem.

32 Idem, p. 18-22.

33 Idem.

34 Al-Jabha al-islamiyya li-l-inqadh, Al-barnamij al-siyasi, p. 6.

35 Idem, p. 14.

36 Idem, p. 20.

37 Idem, p. 21-22.

38 Idem, p. 20.

39 Hizb al-Umma (Parti de la Nation), Barnamij nahj al-sahwa, al-barnamij al-intikhabi li-l-hizb al-Umma (Programme de la voie du réveil, programme électoral du Parti de la Nation), p. 14.

40 Idem, p. 20.

41 La dévalorisation n'entraîne pas de hausse des exportations, dans les pays en voie de développement, contrairement aux pays développés. Cela est dû au manque de souplesse qui caractérise les économies des pays en voie de développement (PVD), et à leur exportation d'un nombre limité de produits (essentiellement des matières premières), dont la demande est préalablement fixée par les pays développés.

42 Barnamij nahj… (Programme de la voie du réveil), op.cit., p. 21.

43 Idem, p. 22-23.

44 Idem, p. 24.

45 Idem, p. 24-25.

Auteur

Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable