Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Âge libéral et néo-libéralisme

Les partis de tendance islamiste, leurs doctrines et le processus de démocratisation

Étude comparative du Front du Travail islamique en Jordanie et du Parti démocratique socialiste du Travail en Égypte

Ola Abdel-Aziz Abou-Zeid

Entrées d'index

Texte intégral

1La troisième vague de démocratisation a déferlé sur le monde au milieu des années 70. Elle s'est étendue à l'Union soviétique et aux pays de l'Europe de l'Est en 1989-1990. Puis, au cours des années 90 notamment, les institutions financières internationales ont adopté une politique liant leur aide économique aux efforts de démocratisation et de libéralisation économique consentis par les gouvernements. Ces développements ont eu des effets importants sur les gouvernements de nombreux pays arabes. Parallèlement à la diffusion des valeurs démocratiques, les régimes de ces pays ont vu s'accroître des interrogations sur leur légitimité. La question de la légitimité se pose de manière encore plus aiguë dans les pays arabes pauvres, à cause de l'échec des politiques économiques poursuivies par leurs gouvernements. Avec le but de renouveler leur légitimité, tout en se pliant aux exigences des réalités politique et économique, tant intérieures qu'internationales, les gouvernements de ces pays se sont lancés dans une nouvelle voie, en accordant davantage de libertés politiques aux forces de l'opposition.

2L'Égypte fut l'un des premiers pays arabes à adopter cette voie. Le signal fut donné par les décisions de novembre 1976 qui signalait le retour au multipartisme, après 23 ans d'hégémonie du parti unique. La Jordanie suivit la même évolution, à la fin des années 80, en réintroduisant le multipartisme et la tenue d'élections législatives, après près de trente ans d'interruption.

  • 1 Voir par exemple certains aspects de cette question dans : Huntington S., La troisième vague de la (...)

3Les mouvements islamistes ont été à la tête des forces qui ont profité de l'assouplissement survenu dans les deux pays. Ils ont investi la scène politique, ont participé aux processus électoraux, et ont tenté l'expérience parlementaire. Leur respect pour les règles démocratiques issues de l'expérience occidentale, a soulevé une interrogation persistante dans les milieux de la recherche1, à savoir à quel point Islam et démocratie peuvent cohabiter. Souvent on met en avant que les préceptes de l'Islam font de la sharî‘a (législation islamique révélée) une partie intégrante de la Constitution de l'État, et exigent que les gouvernants soient des « Musulmans » appliquant les règles islamiques. Ces conditions signifient qu'il n'y a pas de séparation entre le politique et le religieux. Ce dernier devient une source de légitimité politique et gouvernementale, ce qui entre en contradiction avec les fondements logiques de l'idée et de la pratique démocratiques.

4Mais si cette conception du politique, dans l'Islam, contredisait globalement l'idée démocratique, dans ses principes mêmes, comment expliquer alors qu'une partie non négligeable de penseurs et de mouvements islamistes acceptent et pratiquent les valeurs démocratiques ? Il se pourrait, bien sûr, que cette attitude en soi ne signifie rien, et qu'elle découle simplement d'une tactique adoptée par les islamistes tant qu'ils sont dans l'opposition. Une fois arrivés au pouvoir, ils changeraient de discours, et abandonneraient leurs références à la démocratie. Mais leur attitude actuelle pourrait aussi prouver qu'il existe, dans les préceptes de l'Islam, des principes et des concepts en accord avec le message démocratique. C'est en s'attachant à cette partie de l'enseignement religieux, et en la développant, que l'on empêcherait les éléments antidémocratiques de prendre le dessus. La démocratisation serait alors du domaine du possible.

5Notre étude tentera de démêler ces interrogations, en examinant dans quelle mesure le Front du Travail islamique, en Jordanie, et du Parti du Travail, en Égypte sont guidés par leur propre doctrine. L'Islam est en effet le référant commun à ces deux formations, qui ont aussi accepté toutes les deux de participer à l'activité politique basée sur les règles démocratiques importées d'Occident.

Le Front du Travail islamique

La relation entre le Front et les Frères musulmans : les bases doctrinales du parti

  • 2 Al-Hawarni H. et autres, Al-ahzab al-siyassiyya al-ordonniyya, Amman, Markaz al-Urdun al-jadîd li- (...)

6Le Front du Travail islamique est un parti récent. Sa demande de création a été déposée au ministère jordanien de l'Intérieur le 18 octobre 1992, et l'autorisation officielle délivrée le 18 décembre de la même année2. La naissance de ce parti est l'évolution la plus significative qu'ait connu le mouvement des Frères musulmans en Jordanie, depuis son enregistrement en tant qu'association caritative en 1946. Les observateurs estiment en effet que la création de ce parti est une manœuvre astucieuse, visant à adapter la structure organisationnelle de la confrérie à la nouvelle donne politique du pays.

  • 3 Al-Hawarni H. (éditeur), Dalil al-hayat al-hizbiyya fi-l-Urdon : hizb jabhet al-‘amal al-islamî (A (...)
  • 4 Al-Ufoq, n° 2, 6 mai 1992.

7L'ouverture démocratique en Jordanie, amorcée en 1989, imposait de nouvelles règles au jeu politique. Les forces sur la scène politique désormais pluraliste devaient se plier à la Charte nationale et aux règles constitutionnelles et juridiques. Dans ce contexte, les Frères musulmans se trouvaient confrontés au choix suivant : soit continuer à œuvrer comme groupe religieux, lié à un mouvement pus large de prosélytisme islamique sans activités explicitement politiques ; soit se constituer en parti pour pouvoir participer à la vie politique jordanienne. La confrérie choisit de poursuivre son travail d'association caritative, tout en créant un parti parallèle. Celui-ci est l'instrument politique qui respecte à la fois la fonction religieuse de l'association et les règles du jeu démocratique naissant en Jordanie3. Ishaq Al-Farhan, secrétaire général du Front, déclare que celui-ci « est une formation politique jordanienne, créée en respect de la loi jordanienne sur les partis, de la Constitution et de la Charte nationales jordaniennes. Il ne faut donc pas le relier directement aux Frères musulmans… "La confrérie" n'est en effet pas un parti politique. Son rôle est d'appeler à l'application globale de l'Islam, dans les divers aspects de la vie. Quant au parti, il représente une tentative politique contemporaine pour trouver un cadre de travail souple, destiné à tous les citoyens qui adhèrent à la pensée et à la culture islamiques, pour résoudre les problèmes et relever les défis qui se présentent à notre nation… »4. Cette déclaration prouve que, du point de vue de l'organisation, le parti ne constitue pas une copie conforme de l'association des Frères musulmans. Mais sur le plan religieux, il est la prolongation de l'expérience des Frères. Ce lien entre les deux se reflète forcément dans la doctrine du parti. Le facteur religieux est ainsi un élément fondamental dans la formation de la doctrine politique du Front, et dans son application sur le terrain.

La doctrine du Front du Travail islamique : fondements et pratiques

  • 5 Voir l'organisation de base du parti dans : al-Hawarni, « Al-ahzab al-siyassiyya al-ordonniyya », (...)

8Le discours public du Front affirme que son objectif est l'instauration de l'État et de ses organismes sur des bases issues de la religion musulmane. Une des constantes de ce discours est le la référence au devoir de prêcher la soumission à Dieu. L'objectif déclaré est d'appliquer l'Islam à tous les aspects de la vie, et de garantir une pratique politique obéissant aux valeurs de l'Islam5.

  • 6 Voir, Al-Farhan I., « Hizb jabhet al-‘amal al-islamî » : al-mubarirât wa-l-sawâbit, Conférence don (...)
  • 7 Le programme du parti a été présenté dans le quotidien al-Hayât, 19/01/1993, et intégralement publ (...)

9Ce discours se distingue par une conscience aiguë des données temporelles. L'époque dans laquelle il s'insère est caractérisée par une montée de l'idéal démocratique, tant sur le plan local qu'international. Le secrétaire général du parti souligne que la démocratisation en Jordanie compte parmi les raisons justifiant la création du Front. Il ajoute que la communauté internationale, acquise aux valeurs de la démocratie, doit se familiariser avec l'aspect positif et modéré de l'activité politique islamique6. Le parti se montre d'ailleurs vigilant à réconcilier sa doctrine et ses méthodes avec les impératifs du discours démocratique dominant. Son programme officiel réitère son respect des valeurs démocratiques qui seraient en harmonie avec la confession islamique, et des moyens pacifiques dans l'action politique visant à réaliser son objectif7.

  • 8 Idem, p. 19-20.

10Le programme du Front fait une distinction entre des objectifs stratégiques, qui concernent la totalité de la umma islamique, et des objectifs spécifiques à la société jordanienne. Mais sur les deux plans, le parti s'attache à développer une pensée et une action adaptées aux valeurs et aux pratiques démocratiques. En tête des objectifs stratégiques prônés dans son programme, vient la volonté de réinstaller les enseignements de l'Islam dans tous les domaines de la vie, d'aboutir à une union de la umma islamique, et de résister aux forces du colonialisme. Le Front se propose de préparer la umma à lutter contre le sionisme. En effet, la cause palestinienne occupe une place essentielle dans l'activité et dans les croyances du parti. Parmi les autres objectifs généraux, on trouve des clauses relatives à la défense de la dignité humaine, ainsi qu'aux droits et libertés individuelles, à la souveraineté de la loi, au développement global selon les enseignements de l'Islam, et à la consolidation du système consultatif démocratique8.

  • 9 Idem, p. 20-21. al-Farhan : « Hizb al-jabha : al-mubarirât wa-l-sawâbit », op. cit., p. 120.

11Les objectifs spécifiquement destinés à la société jordanienne reprennent les valeurs de liberté, de consultation, de démocratie et de pluralisme. Ils insistent sur les Droits de l'homme, la liberté d'opinion et d'expression pour tous les citoyens, le respect des divergences d'opinion dans le cadre d'un dialogue rationnel. Le programme du Front condamne par ailleurs la violence et le terrorisme intellectuel. Il appelle à la liberté de la pratique religieuse pour tous, au respect des droits de la femme, à la réalisation de l'unité nationale, au respect de la propriété privée, et à la garantie des droits sociaux et économiques. Toutes ces réclamations sont en fait caractéristiques de la troisième vague de démocratisation. Mais le Front ne manque pas d'affirmer inlassablement qu'elles trouvent également leur source dans les principes de la religion musulmane9.

  • 10 Al-Hawarni, « Hizb jabhat al-‘amal al-islamî », op. cit., p. 16-17.
  • 11 Voir, al-Sharq al-Awsat, 14/01/1995.

12En ce qui concerne la définition des méthodes nécessaires à l'application de ces objectifs stratégiques et spécifiques, le parti fait preuve du même attachement aux principes démocratiques. Les moyens qu'il emploie pour mener à bien sa mission politique peuvent être classifiés en trois catégories, toutes « légales ». Il a d'abord recours aux activités sociales, économiques, culturelles ou éducatives, qui délivrent directement son message doctrinal à la population. La deuxième voie suivie est celle de l'action parlementaire. Enfin, le troisième moyen prôné par le Front concerne le travail politique, à travers la participation au pouvoir exécutif10, avant même que le parti n'accède au sommet de ce pouvoir11.

  • 12 Voir, la rencontre d'ishaq Al-Farhan, secrétaire général du parti, avec les chercheurs du Markaz U (...)

13Ainsi, même s'il annonce que son objectif est de changer la réalité actuelle pour créer une société islamique, le Front n'hésite pas à participer de façon active à tous les domaines de la vie publique. Dans ce contexte, il s'est engagé dans des élections locales, législatives et syndicales. Il lutte pour faire modifier les législations existantes « par voie démocratique », en tant que parti d'opposition ou dans la perspective d'une participation au gouvernement. Il accorde également une grande importance à sa mission d'éducation politique, et cela à travers des clubs de jeunesse, des centres culturels, d'associations sportives, des syndicats et des fédérations. Il est conscient de la nécessité d'un contact direct avec la population, par le biais des canaux culturels ou médiatiques. Les dirigeants du parti vont dans ce sens, en encourageant la tenue de conférences, de congrès et de festivals, ainsi que la publication de livres, de bulletins, de revues et de journaux. Ils affirment également qu'un des instruments indispensables à l'accomplissement de leur mission doctrinale est la création de centres de recherche spécialisés, aptes à fournir les études nécessaires à l'orientation du parti dans son travail12.

  • 13 Rencontre d'Al-Farhan avec les chercheurs du Centre d'études de la nouvelle Jordanie, op. cit., p. (...)

14Selon le secrétaire général du Front, le centre d'informations, d'études et de recherches islamiques, rattaché au parti, doit aider celui-ci à mettre en place des solutions pratiques aux problèmes qu'affronte la umma. Dans ce but, il effectue des études, pouvant se transformer en programmes d'action, en appliquant à la situation actuelle les enseignements des versets du Coran et des hadith13. Cela confirme la volonté du parti de combiner harmonieusement les exigences de la réalité et les constantes de sa doctrine.

  • 14 Al-Cha‘b, 03/09/1993.
  • 15 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994. Archives du journal cairote d'al-Ahrâm, 19/10/1994.

15Quant à la pratique politique du Front, elle est également empreinte de cette adaptation entre les fondements doctrinaux du parti et la référence aux principales valeurs engendrées par la pensée démocratique occidentale. Une telle attitude se manifeste dans l'action concrète du parti par rapport au premier dossier qui l'a occupé depuis sa création, à savoir les négociations israélo-jordaniennes et palestino-jordaniennes. Partant de ses fondements doctrinaux, le Front a annoncé son refus de tout règlement entraînant la reconnaissance de l'État d'Israël, et s'est opposé à la moindre concession territoriale14. Il base sa position sur le principe doctrinal qui exige que des lieux sacrés, comme ceux de la Palestine, ne soient gouvernés – d'abord, du point de vue religieux, puis sur le plan politique – que par des Arabes et des Musulmans. S'engager dans la voie du processus de paix constitue donc, selon le Front du Travail islamique, une faute grave et un péché. Le parti a estimé que le recours à un référendum sur ce sujet devait être prohibé, la question des lieux saints étant comparable au mariage entre frère et sœur, c'est-à-dire soumise à une obligation religieuse15.

  • 16 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994 et 14/01/1995, al-Hayât, 22/08/1994, 14/04/1994 et 13/09/1994.

16Dans le cadre de l'exacerbation de ce débat entre l'opposition et le gouvernement jordaniens, le Front a largement fait référence, dans son discours et dans son activité politique, aux notions de démocratie et de droits de l'homme. Il a qualifié la démocratisation survenue depuis 1989 de façade artificielle, et a accusé le gouvernement d'intervenir dans les travaux du Parlement, et d'empêcher l'opposition d'avoir accès aux médias pour exprimer son point de vue. Il a également mentionné une recrudescence des arrestations politiques arbitraires, et a affirmé que les détenus étaient soumis à une torture sauvage. Les partis seraient lésés de leurs moyens d'action, tels que les sit-in ou les marches pacifiques. Les autorités auraient d'autre part muselé les syndicats professionnels, en brandissant la menace de promulguer une loi limitant leurs activités politiques. Au cours des sessions parlementaires, le gouvernement aurait purement et simplement annulé le débat sur les dossiers qu'il ne désirait pas aborder16.

  • 17 Al-Sharq al-Awsat, 03/08/1994.

17En effet, même dans son opposition farouche au processus de négociations avec l'État hébreu, le Front ne dépasse pas les limites constitutionnelles légales. Il a exprimé son opposition par des moyens pacifiques et démocratiques, en accord avec ce qu'il proclame dans son discours politique. Ses dirigeants ont rappelé, à ce propos, que le Front est un mouvement d'opposition active, visant à servir les intérêts de la umma, dans le respect de la Constitution, et par le biais de moyens démocratiques17.

  • 18 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994, al-Hayât, 22/08/1994.
  • 19 Al-Hayât, 14/04/1994.
  • 20 Al-Sharq al-Awsat, 03/08/1994 et 14/01/1995. al-Hayât, 14/04/1994.
  • 21 Al-Hayât, 02/08/1994 et 03/08/1994.
  • 22 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994, al-Hayât, 07/03/1994.
  • 23 Al-Farhan : « Hizb al-jabha : al-mubarirât wa-l-sawâbit », op. cit. p. 125.

18La position du Front par rapport aux négociations israélo-jordaniennes s'est effectivement exprimée dans des déclarations à la presse18, dans des communiqués politiques19, et dans diverses réunions avec les responsables. Les dirigeants du parti ont adressé des mémorandums aux autorités pour expliciter leur point de vue20. Ils ont également eu recours aux prêches prononcés dans les mosquées pour transmettre leur opinion à la population21. La coordination avec d'autres formations d'opposition a atteint, à cette occasion, un degré très élevé. Le Front islamique s'est en effet allié avec le Front national, malgré leurs divergences doctrinales. Le dernier, composé de sept partis nationalistes et de gauche, y inclut les baathistes, s'était en fait essentiellement formé en réaction à la création du Front du Travail islamique. Mais l'alliance entre les deux s'est effectuée autour d'un programme de résistance à la normalisation des relations avec Israël et au « complot sioniste »22. Cette mesure est une application concrète du principe prôné par le Front islamique, selon lequel le parti est disposé à coopérer dans l'intérêt de la umma avec toute formation, quelles que soient les divergences qui les opposent par ailleurs23.

  • 24 Idem, p. 121-125.

19Confirmant cette direction, le secrétaire général du Front juge que les défaites subies par la nation islamique, au cours de la deuxième moitié du vingtième siècle, sont dues à l'absence de démocratie, à la confiscation des libertés, au système de parti unique et de pouvoir absolu. Il affirme que si la nation islamique désire retrouver sa place, il faudrait que l'idée démocratique fasse partie de l'éducation sociale générale, qu'elle intègre le comportement quotidien, au lieu de demeurer un slogan politique forgé à des fins purement électorales. En conclusion, il déclare que son parti a choisi de se poser en école pour la promotion de la pensée et des pratiques démocratique et consultative24.

Le Parti démocratique socialiste du Travail

La relation entre le Parti et les Frères musulmans : les bases doctrinales du parti

20La nécessité de s'adapter à la montée locale et internationale de l'idéal démocratique ne s'est pas uniquement imposé aux Frères musulmans jordaniens. Les Frères égyptiens ont été confrontés au même dilemme. Dans des circonstances analogues à celles qui ont prévalu en Jordanie, ils ont choisi de dépasser leur cadre d'action traditionnel, et de s'allier à d'autres forces pour avoir la possibilité de participer à la vie politique. En 1984, ils contractent une première alliance avec le parti d'Al-Wafd, puis se tournent vers le parti des Libéraux (Al-Ahrâr) et enfin le parti du Travail en 1987. Cette dernière alliance a permis aux Frères de prendre part aux élections législatives de 1987, une des manifestations du processus de démocratisation à la manière occidentale. L'alliance islamique (al-tahâluf al-islamî) avait alors obtenu trente-deux sièges à l'Assemblée du peuple (parlement).

  • 25 Voir les numéros hebdomadaires d'al-Cha‘b de mars 1987.

21Le Parti du Travail a nié que son alliance avec les Frères musulmans soit une mesure purement tactique et électorale. Il l'a au contraire justifiée par l'existence d'un objectif stratégique commun, à savoir la volonté d'instaurer un État islamique25. Le Parti avait, au moment de sa création, une dizaine d'années auparavant, compté sur le soutien du courant socialiste égyptien. Mais désormais, il annonçait publiquement qu'il défendait les mêmes idées que les Frères musulmans, et que le temps était venu de concrétiser cet état des choses par une coordination au niveau de la pratique.

  • 26 Pour plus de détails, Voir, Wahid Abdel-Méguid, Al-dîmûqrâtîya al-dakhiliyya fi-l-ahzâb al-siyassi (...)

22Le début de la transformation doctrinale du Parti du Travail, passant d'une tendance socialiste à une tendance islamiste, remonte à 1984. Ses conférences, débattant des problèmes politiques, économiques et sociaux, commençaient alors à être fortement marquées par un discours islamiste. Le parti affirmait que les solutions islamiques offraient les réponses les mieux adaptées à ces problèmes. Il adopta le slogan de « L'Islam est la solution », et se mit réclamer l'application de la sharî‘a islamique26.

  • 27 Voir, le rapport politique du parti dans al-Cha‘b, 27/01/1987.
  • 28 Al-Cha‘b, 06/04/1987.

23En fait, cette nouvelle dynamique coïncidait avec l'accroissement du nombre d'adhérents issus des rangs de la confrérie. Ceux-ci ont réussi à insérer dans le rapport politique du IVe Congrès du parti, qui s'est tenu au début de l'année 1987, une référence claire à la sharî‘a, et à la nécessité de son application27. A la fin de la même année, cette évolution fut concrétisée dans l'alliance contractée par les deux formations durant la campagne électorale des législatives. Le programme électoral du Parti du Travail brandissait le slogan « Allah Akbar » (Dieu est Grand), en remplacement de son slogan précédent « Allah wa-l-Cha‘b » (Dieu et le Peuple). Le secrétaire général du parti allait plus loin, en déclarant que son parti ne s'était jamais considéré comme un parti social-démocrate selon la conception européenne, son socialisme ayant toujours été fondé sur des valeurs spirituelles et morales28.

  • 29 En ce qui concerne la scission, voir Imane Noureddine : Assar al-inchiqaq ‘ala-l-ada' al-siyassî l (...)

24Un conflit interne éclata alors entre le courant islamiste montant et le courant socialiste du parti. Les tenants de cette dernière tendance, condamnant la mainmise des islamistes, finirent par faire scission, au lendemain du Ve Congrès, en 1989. L'identité islamiste du parti était désormais acquise, et le facteur religieux constitua dès lors la composante fondamentale de sa doctrine politique29.

La doctrine du Parti du Travail : ses constantes et ses moyens

25Le programme électoral du parti en 1987 traduit clairement, dans sa formulation doctrinale, les effets de l'alliance avec les Frères musulmans. Ainsi, dans son exposé sur la crise égyptienne, ce texte affirme qu'il s'agit d'une crise de valeurs. Bien plus, il souligne qu'en dernière analyse, tous les maux dont souffre la nation islamique sont dus à l'absence de valeurs tirées de l'enseignement religieux. La voie du salut qu'il prône est donc celle de la croyance religieuse et de l'attachement aux valeurs morales.

  • 30 Voir, le programme de l'alliance islamique pour les législatives de 1987 dans : al-Cha‘b, 17/03/19 (...)

26L'objectif suprême fixé pour le parti est l'instauration d'un État islamique, grâce à l'application de la sharî‘a en tant que mode de vie global. Contraire aux lois actuelles la sharî‘a garantirait des solutions à tous les problèmes économiques, sociaux ou politiques30.

  • 31 Voir, le programme du Parti du Travail pour 1987 dans al-Cha‘b, 06/04/1987.

27Le parti affirme que l'application immédiate de la législation islamique est une obligation constitutionnelle. Elle est en effet énoncée dans les articles de la Constitution égyptienne. Mais bien plus, c'est une obligation religieuse, donc ne pouvant pas être soumise à référendum. Malgré cette conviction, le parti reconnaît la nécessité de recourir à une évolution graduelle, par étapes. Il exige néanmoins qu'une première mesure dans ce sens soit prise, avec l'abrogation des lois qui entrent en contradiction avec les dispositions de la sharî‘a31.

  • 32 Noureddine I., Assar al-inchiqaq, op. cit., p. 368.
  • 33 Le texte du communiqué du comité supérieur du Parti du Travail au sujet de la nomination du présid (...)

28Au cours des élections municipales de 1992, le parti s'appliqua à inclure dans son programme des solutions précises, issues de la sharî‘a, pour répondre aux besoins des localités. Il tentait ainsi de prouver dans les faits que son objectif suprême était réaliste et réalisable32. Parallèlement, un communiqué du comité supérieur du parti s'opposait à la réélection du président de la République pour un troisième mandat. La première raison invoquée pour justifier cette attitude était le refus du président de faire appliquer la sharî‘a dans les affaires courantes de la vie33 .

29Le programme du Parti du Travail en 1987 ouvrait tous les dossiers qui ont depuis caractérisé ses convictions et ses orientations doctrinales. Mais dans le même temps, le parti s'est employé à combiner son adhésion à l'idée et à la pratique démocratiques, héritées de l'expérience occidentale, et son attachement à sa propre fonction et à sa doctrine. Parmi les dossiers abordés dans le programme de 1987 figuraient en bonne place les questions du gouvernement démocratique, de l'unité nationale, et des droits de l'homme. Le texte se penchait également sur les problèmes de la croissance économique. Il cherchait par ailleurs à définir les relations à adopter envers les États-Unis en particulier et l'Occident en général, et la position du parti par rapport au sionisme et à la question palestinienne.

  • 34 Idem.
  • 35 Programme électoral de 1987, op. cit., al-Cha‘b, 17/03/1987 ; Programme du Parti en opposition aux (...)

30La volonté de mettre en place un régime démocratique occupe une place de choix, dans la pensée du Parti du Travail. Ce régime est considéré comme la base nécessaire à la stabilité et à la sécurité intérieure. Le parti estime que l'autoritarisme est la cause fondamentale de l'explosion de la violence politique. Pour lui, la réforme politique est synonyme de réforme démocratique, et elle est le préliminaire indispensable à tout autre réforme34. La voie qu'il préconise pour atteindre ce but s'inscrit dans le cadre du jeu démocratique : le parti milite pour la modification de la Constitution actuelle, et la mise en place d'une nouvelle Constitution qui respecterait les droits de l'homme, garantirait la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la justice. Parmi les facteurs propices à favoriser cette modification, le parti demande le renforcement des structures démocratiques, grâce à l'instauration d'un réel multipartisme où la liberté d'expression serait garantie à la totalité des partis. Pour cela, il faudrait mettre un terme au monopole exercé par le parti gouvernemental sur les organismes culturels et sur les médias, et à la marginalisation du parlement. Le Parti du Travail œuvre également pour la levée de l'état d'urgence35.

  • 36 Programme du parti pour 1987, op. cit., dans : al-Cha‘b, 17/03/1987, Programme en opposition du pa (...)
  • 37 Rapport de la session n° 8 du 15/12/1989.
  • 38 Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha ‘b, 07/05/1993.

31En ce qui concerne l'unité nationale, le parti fait aussi référence aux droits de l'homme, notamment en matière de libertés religieuses et du droit des minorités confessionnelles à participer à la vie politique. Il affirme que la sharî‘a islamique constitue un héritage civilisationnel commun à tous les Égyptiens, qu'ils soient Musulmans ou Coptes. Ces derniers auraient, dans le futur État islamique recherché, les mêmes droits et les mêmes devoirs politiques et civils que leurs concitoyens musulmans36. Un des membres du parti a déclaré, à cet effet, que les associations chargées de l'éducation religieuse, musulmane ou chrétienne, seraient la bienvenue, puisque toutes les religions appellent à l'amour, à la tolérance, et aux valeurs morales37. Le parti s'intéresse également à la situation de la femme, rappelant que la sharî‘a autorise une participation active des femmes dans les affaires publiques, même si les responsabilités familiales doivent demeurer la priorité. Si toutefois la femme prend part à la vie publique, sa participation doit être conditionnée par les « Mœurs légales »38.

  • 39 Programme du parti pour 1987, op. cit. dans : al-Cha‘b, 17/03/1987, Questions de Salah Abou Ismail(...)
  • 40 Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha‘b, 07/05/1993.
  • 41 Idem. Communiqué sur la nomination du président de la République, op. cit. dans al-Cha‘b du 01/10/ (...)
  • 42 Publié dans al-Cha‘b, 02/12/1994.
  • 43 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, 06/04/1987 ; Bayân al-amâna al-markaziyya li-l-‘ummal b (...)

32Critiquant les méthodes répressives employées par les autorités à l'encontre de l'opposition, le parti adopte pour sa part un discours en faveur de la dignité individuelle, de la liberté de circulation et du droit de regard sur les activités du gouvernement39. Dans le cadre de son appel à l'instauration d'une nouvelle Constitution, il affiche la conviction selon laquelle les droits de l'homme garantissent pour le moins l'intégrité corporelle, financière et morale du citoyen. Ils doivent évoluer pour inclure les droits au travail, à la sécurité sociale, à la participation politique, à la liberté d'expression, de manifestation, d'association et du droit de grève. Ils supposent enfin le droit du citoyen à bénéficier des richesses nationales40. La notion de droits de l'homme s'étend, selon le parti, au droit au logement, à un environnement sain et équilibré, à des conditions de vie minimales, et à l'éducation41. Dans sa lutte contre la loi unifiée du travail et la nouvelle loi sur l'activité des syndicats, le parti a intensifié également son discours en faveur des indemnités de chômage, des congés payés et d'autres droits des travailleurs42. Mais, dans toutes ses références aux droits de l'homme, le parti a toujours tenu à souligner que ceux-ci, avant d'être cités par les chartes internationales ou par la Constitution égyptienne, sont partie intégrante des principes de la religion musulmane43.

  • 44 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, 06/04/1987.
  • 45 Communiqué sur la nomination du président de la République, op. cit. dans al-Cha‘b, du 01/10/1993.

33L'analyse que le parti propose de la situation économique révèle clairement l'importance que sa doctrine attribue à la religion. Ainsi le refus du gouvernement d'appliquer les préceptes de l'Islam à l'économie serait l'une des deux causes principales de la crise économique. Les conspirations de l'étranger visant à prendre les rênes de l'économie égyptienne seraient la deuxième cause44. En effet, le parti est fermement persuadé qu'il existe un complot, dirigé par les États-Unis et les forces du sionisme international. L'objectif recherché serait le contrôle de l'économie égyptienne, dans un premier temps, pour passer ultérieurement au contrôle économique, politique et militaire de tous les États arabes et musulmans45.

  • 46 Idem. Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha‘b, 07/05/1993.
  • 47 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, 06/04/1987.

34Pour faire barrage à ces plans, le parti réclame une consolidation de l'indépendance économique, grâce à un programme de développement basé sur les ressources locales et la complémentarité avec les autres pays arabes et musulmans. On aboutirait ainsi à la création d'un marché islamique, apte à rivaliser avec les projets d'un marché moyen-oriental. Ce marché islamique devrait, bien entendu, obéir aux lois de la sharî‘a , et prohiber l'usure et les transactions financières46. Le discours du Parti du Travail à ce sujet, bien que spécifiquement destiné à la relance de l'économie égyptienne, s'inscrit en fait dans le débat international sur le droit au développement, un des éléments essentiels des droits collectifs de l'humanité. Cette question occupe d'ailleurs une place primordiale dans la troisième vague de démocratisation en général. Le refus de la subordination économique aux grandes puissances, et la réclamation d'un programme de développement indépendant, brandis par le Parti du Travail en des termes islamiques, sont débattus dans tous les pays en voie de développement, et caractéristiques de l'interprétation actuelle des droits de l'homme. Quant à l'adhésion du parti à la théorie du complot américano-sioniste, elle le pousse à condamner toute relation avec les États-Unis ou Israël. Il appelle ainsi au gel des accords de Camp David, et à la reprise du soutien de la lutte palestinienne, en vue de récupérer le territoire de la Palestine47.

  • 48 Pour plus de détail, voir Nora Abdallah Hassan, Hizb al-‘amal al-ichtirakî fi-l-hayât al-siyassiyy (...)

35Dans le choix de ses moyens d'action, le Parti du Travail se plie encore une fois aux règles du jeu démocratique. Les moyens prônés pour la réalisation de ses buts font en effet tous partie de l'activité politique légale. Le parti opte en priorité pour les moyens de communication directe avec la population, à travers des conférences publiques, des congrès, de son journal (al-Cha‘b), de sa revue (al-Manâr) et de ses bulletins centraux ou locaux48.

  • 49 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, du 17/03/1987.
  • 50 Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha‘b, 07/05/1993.
  • 51 al-Cha‘b, 1-2-1994. Communiqué final de la réunion du comité supérieur du parti du 20/08/1994, pub (...)

36Le parti accorde en outre une importance primordiale aux secteurs de l'information et de l'éducation, instruments vitaux pour la renaissance culturelle des valeurs islamiques qu'il appelle de ses vœux49. A ce propos, il réclame l'accès des islamistes aux médias officiels. Dans le domaine de l'enseignement, il propose l'introduction de programmes inspirés de la religion dans les différentes disciplines, comme la philosophie ou la biologie. Cette mission devrait, selon lui, être confiée à des scientifiques dont la foi islamique est prouvée50. Mais les médias officiels et l'enseignement public étant encore des chasses gardées du régime, le parti se contente de ses propres organes de presse, ainsi que de son centre d'études et de sa bibliothèque gratuite, pour diffuser ses messages culturels et éducatifs. Il a également recours à l'organisation de cours gratuits de soutien scolaire. Enfin, la transformation de son journal en quotidien, plus propice à affronter les moyens d'information officiels, est à l'étude51.

  • 52 Voir, Noureddine I., Assar al-inchiqaq, op. cit., p. 362-369.

37Un autre instrument employé pour optimiser les chances de la transformation est l'action parlementaire. Le Parti du Travail a participé aux élections législatives de 1984 et de 1987. Réalisant les dangers du boycott qu'il avait observé dans de précédentes consultations locales, il participa également aux élections locales de 199252.

  • 53 Communiqué du secrétariat central des ouvriers, op. cit. dans : al-Cha‘b, 23/12/1994.

38Malgré l'intensification récente de ses critiques à l'encontre du gouvernement, le parti n'a en fait pas dépassé les règles juridiques et constitutionnelles imposées à l'action de l'opposition dans un régime démocratique. L'expression de son opposition s'effectue dans le cadre de communiqués, de bulletins, d'articles divers, et dans des réunions publiques préalablement annoncées. Le Secrétariat central des ouvriers membres du parti avait publié un communiqué virulent, exprimant son rejet des politiques économiques gouvernementales, et annonçant sans détours son objectif de révocation du gouvernement. Le moyen préconisé pour cela résidait dans la formation de « Comités de défense du secteur public et des droits de la nation », chargés de contrer l'action gouvernementale sur trois axes, relatifs au secteur public, à la loi du travail et à la nouvelle loi sur les syndicats53.

39Il faut effectivement se rappeler que les programmes du parti ont toujours annoncé que le changement souhaité ne se réalisera qu'à travers la mise en place d'une nouvelle Constitution, en suivant les voies habituelles des démocraties modernes.

40Dans leur forme actuelle, le Parti démocratique socialiste du Travail en Égypte et le Front du Travail islamique en Jordanie reflètent les mêmes intérêts et partagent le même univers référentiel qui est celui des Frères musulmans. Ces points communs ont engendré des similitudes importantes au niveau de leurs doctrines et de leurs méthodes d'action. Les deux formations fondent leur pensée sur une même hypothèse de départ, qui affirme que la umma est encerclée, et que sa civilisation est aujourd'hui menacée comme elle l'avait toujours été par le passé. Les partis de tendance islamiste se proposent donc de relever le défi, et d'instaurer à terme un État islamique. Mais le Parti égyptien du Travail s'attache plus que son confrère jordanien à la notion de confrontation culturelle avec l'Occident. Il a recours, pour cela, à la théorie du complot. Le Front du Travail islamique, lui, traite cette question plus calmement. Il l'aborde sous son aspect général, et n'exclut pas totalement l'idée de coopération avec l'Occident, tout en imposant certaines conditions à cette relation.

41A partir de leur base doctrinale commune, les deux partis œuvrent pour le même objectif, à savoir l'application de la sharî‘a islamique. Ils s'accordent pour soutenir que le travail nécessaire à la réalisation de cet objectif doit être immédiatement entrepris, même si l'un comme l'autre reconnaissent que l'application totale de la sharî‘a ne peut qu'être progressive.

42Pour l'un comme pour l'autre, leur mission doctrinale est liée au slogan de « l'Islam est la solution ». Tous deux insistent sur des questions chères à la communauté internationale, dans le cadre de la troisième vague de la démocratisation, et s'emploient à démontrer qu'elles n'entrent pas en contradiction avec les préceptes de l'Islam. Sous l'influence de facteurs locaux et en partie régionaux le Front jordanien s'investit de façon intense dans la question palestinienne, tandis que le Parti du Travail égyptien ne s'y intéresse que dans la mesure que ses choix doctrinaux le demandent. Par contre, le Parti du Travail multiplie les discours relatifs aux droits économiques. Cet intérêt est moins marqué chez le Front du Travail islamique. Ce phénomène peut s'expliquer par l'aggravation des effets de la crise et de la libéralisation sur la société égyptienne. L'Égypte ayant entamé sa réforme économique une dizaine d'années avant la Jordanie, dans un contexte initial fortement marqué par la planification et la domination du secteur public, les effets y sont effectivement beaucoup plus visibles qu'en Jordanie.

43Les deux partis manifestent toutefois une même attention aux questions relatives à la démocratie et aux droits de l'homme en général. Ils affirment œuvrer pour aboutir à la souveraineté des valeurs et des pratiques démocratiques, dans un respect total des règles constitutionnelles, législatives et pluralistes. Ils condamnent les violations des droits de l'homme, et réclament que ceux-ci soient considérés comme partie intégrante du projet démocratique. Ils sont tous les deux conscients de l'importance des droits individuels et collectifs, et appellent notamment au respect du droit à l'autodétermination et du droit au développement. Le Parti du Travail s'est récemment orienté vers la défense des droits environnementaux, une évolution qui n'a pas encore touché le Front du Travail islamique. Il faut noter que le Parti du Travail est plus enclin que son confrère jordanien à adapter son discours relatif à la démocratie et aux droits de l'homme aux conditions spécifiques de la société au sein de laquelle il œuvre.

44Les deux partis manifestent également un intérêt spécial pour les questions des femmes et des Chrétiens. Cette attitude dénote une conscience aiguë des dossiers les plus brûlants de l'époque. Leur position par rapport à ces questions se caractérise par un degré élevé de tolérance, qu'ils rattachent aux enseignements de l'Islam. Ainsi la femme devrait jouir du droit de participation à la vie publique, à condition de respecter les mœurs légales. Quant aux Chrétiens, ils sont, selon les deux partis, culturellement affiliés à la nation islamique. Le Parti du Travail s'est employé à définir leur statut juridique dans l'État islamique recherché. Il leur reconnaît, dans ce cadre, tous les droits politiques et civils que suppose la citoyenneté. Si le discours du Front jordanien se contente de mettre l'accent sur l'appartenance culturelle des Chrétiens à l'Islam, c'est sans doute par ce qu'il s'intéresse à leur situation de manière plutôt générale. Le Parti du Travail, lui, ne peut esquiver la question très concrète de la situation des Coptes en Égypte.

45La similitude des deux partis se retrouve aussi au niveau du choix des moyens d'action politique. Ils se prononce tous les deux pour une opposition pacifique, excluant la violence physique et le terrorisme intellectuel. Le changement qu'ils préconisent, pour aboutir à l'État islamique, est un changement constitutionnel et législatif, qui doit s'effectuer à travers les voies légales connues dans les démocraties occidentales. Dans leur performance politique quotidienne, en tant que partis d'opposition, ils ont donc uniquement recours aux instruments démocratiques d'action légale. Ce faisant, ils affirment régulièrement que les valeurs et les pratiques de la démocratie ne contredisent pas les préceptes de l'Islam. Bien plus, elles y puisent des justifications.

46Cette étude nous ramène à notre point de départ : les exemples du Parti démocratique socialiste du Travail et du Front du Travail islamique signifient-ils que l'Islam porte en lui des principes en accord avec les éléments de l'idée démocratique ? Et suffirait-il de les renforcer pour que le processus de démocratisation réussisse, dans un milieu culturel islamique ? Ou bien l'Islam contient-il d'autres principes, tout aussi fondamentaux, qui contrediraient l'idée démocratique, et entraveraient son enracinement dans un tel milieu ?

47En fait, malgré l'étude des pensées et des pratiques de ces deux formations de tendance islamiste, aucune réponse catégorique à ces interrogations ne se profile. En apparence, ces partis manifestent un attachement indéniable à la démocratie, et leurs méthodes d'action sont dans la lignée de ce que celle-ci suppose. Mais certains indices incitent à la prudence. La réponse définitive ne pourrait s'imposer que dans l'éventualité d'un exercice effectif du pouvoir par un de ces partis. Il révélerait ainsi sa méthode de mise en application des idées prônées.

48Il ne s'agit pas ici de porter un jugement sur les pensées des partis de tendance islamiste, mais simplement d'étudier leur position par rapport aux fondements de la démocratie développés dans les expériences occidentales. Face à une série de principes islamiques en harmonie avec les valeurs démocratiques, il y en a au moins un qui s'y oppose totalement, et que ces partis ne peuvent pas détourner, parce qu'il constitue le cœur de leur doctrine, et toute leur raison d'être. C'est le principe de non-séparation de la religion et de la politique. Ces partis s'accordent tous pour dire que la consultation est une valeur essentielle du gouvernement islamique, mais ils restent convaincus qu'il y a un point où s'arrête la volonté humaine et commence la volonté divine. En d'autres termes, la volonté divine prime sur la souveraineté populaire, pourtant considérée comme la volonté suprême dans les démocraties occidentales. Il suffit de rappeler ici qu'aussi bien le Parti du Travail que le Front du Travail islamique, comme tous les mouvements de la même tendance, rejettent le recours au référendum autour des règles islamiques. L'adoption de la sharî‘a révélée pour Constitution nationale n'est pas, selon eux, sujette à l'accord ou à l'opposition de chacun ; c'est un ordre divin. En conséquence, tout Musulman doit s'y plier. Ce qui revient à dire que la source de législation est la volonté divine et non la volonté populaire.

49Cette confusion entre le politique et le religieux serait propice à jeter les partis de tendance islamiste dans un vrai dilemme, en cas d'accession au pouvoir. A ce moment, apparaîtrait probablement l'impossibilité de concilier les éléments doctrinaux, qui exigent l'instauration d'un État islamique fondé sur la sharî‘a révélée, et gouverné par de « vrais Musulmans », et les éléments de la démocratie, qui supposent un respect de la notion d'alternance du pouvoir et autorisent un pluralisme intellectuel et politique total.

50De nombreux spécialistes estiment que, pour prouver la sincérité de leurs propos démocratiques, les partis de tendance islamiste n'ont que deux alternatives. La première serait qu'ils démêlent le religieux du politique. Dans ce but, ils devraient séparer leur organisation de celle des groupes religieux qui, généralement, les infiltrent et façonnent leurs orientations doctrinales. Ils deviendraient ainsi des partis politiques proposant des programmes souples, et par suite, susceptibles d'être modifiés ou négociés. En effet la séparation organisationnelle existe déjà entre le Front du Travail islamique et les Frères Musulmans jordaniens, ce qui ne les empêche pas d'adopter les mêmes choix en matière de doctrine. Cette alternative pourrait donc être interprétée comme un appel aux partis de dépasser leurs orientations islamistes. S'ils s'y pliaient, ils se trouveraient de facto débarrassés de leur dilemme !

51La deuxième alternative qui leur est proposée ne met pas en cause leur fonction doctrinale, mais réclame un développement de la notion de fiqh qui est adaptée à la réalité. Cette nouvelle notion de fiqh prendrait une importance accrue dans leur univers référentiel et favoriserait l'assimilation des valeurs de la démocratie moderne. Certaines de ces valeurs, comme le droit des minorités quelles qu'elles soient à l'expression, à la représentation ou à l'accession au pouvoir, sont en effet incompatibles avec les principes islamiques tels qu'on les connaît. Les règles de la sharî‘a devraient donc s'adapter aux données temporelles et géographiques. Le succès d'une telle entreprise ne pourrait toutefois être vérifié que lors de son application en dimensions réelles, dans l'éventualité de l'accession d'un parti de tendance islamiste au pouvoir. En attendant, toutes les interrogations demeurent…

Notes

1 Voir par exemple certains aspects de cette question dans : Huntington S., La troisième vague de la démocratie dans Al-Dîmûqrâtîya, volume 2 (Le Caire, Centre Ibn Khaldoun, février 1992), p. 30-50. Esposito J.-L. and Piscatori J.-P, Democratization and Islam, Middle East Journal, vol. 45 n° 3, Summer 1991, p. 407-426.

2 Al-Hawarni H. et autres, Al-ahzab al-siyassiyya al-ordonniyya, Amman, Markaz al-Urdun al-jadîd li-l-dirâsa (Centre d'études de la nouvelle Jordanie), 1993, p. 45.

3 Al-Hawarni H. (éditeur), Dalil al-hayat al-hizbiyya fi-l-Urdon : hizb jabhet al-‘amal al-islamî (Amman, Markaz Urdun al-jadîd li-l-dirâsa (Centre d'études de la nouvelle Jordanie, février 1993), p. 66-71.

4 Al-Ufoq, n° 2, 6 mai 1992.

5 Voir l'organisation de base du parti dans : al-Hawarni, « Al-ahzab al-siyassiyya al-ordonniyya », op. cit., p. 46-47.

6 Voir, Al-Farhan I., « Hizb jabhet al-‘amal al-islamî » : al-mubarirât wa-l-sawâbit, Conférence donnée à Mu’assasat Shuman (Fondation Shuman) le 17/01/1993, publiée dans al-Hawarni, « Hizb Jabhet al-amal al-islamî » op. cit., p. 115-116.

7 Le programme du parti a été présenté dans le quotidien al-Hayât, 19/01/1993, et intégralement publié dans al-Hawarni, « Hizb jabhat al-‘amal al-islamî », op. cit., p. 19-20.

8 Idem, p. 19-20.

9 Idem, p. 20-21. al-Farhan : « Hizb al-jabha : al-mubarirât wa-l-sawâbit », op. cit., p. 120.

10 Al-Hawarni, « Hizb jabhat al-‘amal al-islamî », op. cit., p. 16-17.

11 Voir, al-Sharq al-Awsat, 14/01/1995.

12 Voir, la rencontre d'ishaq Al-Farhan, secrétaire général du parti, avec les chercheurs du Markaz Urdun al-jadîd li-l-dirâsa (Centre d'études de la nouvelle Jordanie), le 13/01/1993. Publié dans : al-Hawarni, « Hizb jabhat al-‘amal al-islamî », op. cit., p. 62 et suivantes. Al-Farhan I.,« 'ard li-l-machru‘ât al-muntazara li hizb jabhat al-‘amal al-islamî », dans al-Hawarni, « Hizb jabhat al-‘amal al-islamî », op. cit., p. 105-106.

13 Rencontre d'Al-Farhan avec les chercheurs du Centre d'études de la nouvelle Jordanie, op. cit., p. 62-63.

14 Al-Cha‘b, 03/09/1993.

15 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994. Archives du journal cairote d'al-Ahrâm, 19/10/1994.

16 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994 et 14/01/1995, al-Hayât, 22/08/1994, 14/04/1994 et 13/09/1994.

17 Al-Sharq al-Awsat, 03/08/1994.

18 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994, al-Hayât, 22/08/1994.

19 Al-Hayât, 14/04/1994.

20 Al-Sharq al-Awsat, 03/08/1994 et 14/01/1995. al-Hayât, 14/04/1994.

21 Al-Hayât, 02/08/1994 et 03/08/1994.

22 Al-Sharq al-Awsat, 11/08/1994, al-Hayât, 07/03/1994.

23 Al-Farhan : « Hizb al-jabha : al-mubarirât wa-l-sawâbit », op. cit. p. 125.

24 Idem, p. 121-125.

25 Voir les numéros hebdomadaires d'al-Cha‘b de mars 1987.

26 Pour plus de détails, Voir, Wahid Abdel-Méguid, Al-dîmûqrâtîya al-dakhiliyya fi-l-ahzâb al-siyassiyya al-misriyya : dirâssa muqârana 1976-1987 (thèse de doctorat non publiée). Faculté d'économie et de sciences politiques, université du Caire, 1993, p. 541 et suivantes.

27 Voir, le rapport politique du parti dans al-Cha‘b, 27/01/1987.

28 Al-Cha‘b, 06/04/1987.

29 En ce qui concerne la scission, voir Imane Noureddine : Assar al-inchiqaq ‘ala-l-ada' al-siyassî li hizb al-‘amal, dans Mohamad Safieddine (éditeur), Al-tawatur al-siyassîfi Misr, 1982-1992, Le Caire, Markaz al-buhûth wa-l-dirasât al-siyasiyya (Centre de recherches et d'études politiques, 1994), p. 343 et suivantes.

30 Voir, le programme de l'alliance islamique pour les législatives de 1987 dans : al-Cha‘b, 17/03/1987 et 06/04/1987.

31 Voir, le programme du Parti du Travail pour 1987 dans al-Cha‘b, 06/04/1987.

32 Noureddine I., Assar al-inchiqaq, op. cit., p. 368.

33 Le texte du communiqué du comité supérieur du Parti du Travail au sujet de la nomination du président de la République pour un troisième mandat a été publié dans al-Cha‘b, 01/10/1993.

34 Idem.

35 Programme électoral de 1987, op. cit., al-Cha‘b, 17/03/1987 ; Programme du Parti en opposition aux politiques actuelles du parti gouvernemental : Rapport du VIe Congrès général du Parti du Travail du 06/05/1993, publié dans al-Cha‘b du 07/05/1993.

36 Programme du parti pour 1987, op. cit., dans : al-Cha‘b, 17/03/1987, Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit., dans al-Cha‘b, 07/05/1993.

37 Rapport de la session n° 8 du 15/12/1989.

38 Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha ‘b, 07/05/1993.

39 Programme du parti pour 1987, op. cit. dans : al-Cha‘b, 17/03/1987, Questions de Salah Abou Ismail et de Maamoun Al-Hodeibi sur les actions du ministre de l'Intérieur, dans : Madâbit Majlis al-cha‘b (procès-verbaux de l'Assemblée du Peuple) n° 76 du 19/03/1988 et n° 23 du 19/02/1989.

40 Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha‘b, 07/05/1993.

41 Idem. Communiqué sur la nomination du président de la République, op. cit. dans al-Cha‘b du 01/10/1993.

42 Publié dans al-Cha‘b, 02/12/1994.

43 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, 06/04/1987 ; Bayân al-amâna al-markaziyya li-l-‘ummal bi hizb al-‘amal ‘an al-wa'qi' rahin wa mahmah al-‘amm al-qadim (Communiqué du secrétariat central des ouvriers du Parti du Travail sur la réalité actuelle et les missions de l'année prochaine), dans : al-Cha‘b, 02/12/1994.

44 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, 06/04/1987.

45 Communiqué sur la nomination du président de la République, op. cit. dans al-Cha‘b, du 01/10/1993.

46 Idem. Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha‘b, 07/05/1993.

47 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, 06/04/1987.

48 Pour plus de détail, voir Nora Abdallah Hassan, Hizb al-‘amal al-ichtirakî fi-l-hayât al-siyassiyya al-misriyya 1978-1989, Mémoire de magistère non publié, Faculté d'économie et de sciences politiques, université du Caire, 1992, p. 134-144.

49 Programme de 1987, op. cit. dans al-Cha‘b, du 17/03/1987.

50 Programme en opposition du parti gouvernemental, op. cit. dans al-Cha‘b, 07/05/1993.

51 al-Cha‘b, 1-2-1994. Communiqué final de la réunion du comité supérieur du parti du 20/08/1994, publié dans al-Cha‘b.

52 Voir, Noureddine I., Assar al-inchiqaq, op. cit., p. 362-369.

53 Communiqué du secrétariat central des ouvriers, op. cit. dans : al-Cha‘b, 23/12/1994.

Auteur

Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable