Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Âge libéral et néo-libéralisme

Les syndicats professionnels et le processus de libéralisation économique : le cas des commerciaux et des techniciens

Elisabeth Longuenesse

Texte intégral

1Dans cette communication, je me propose de m'intéresser à deux syndicats dont on parle peu habituellement, mais qui me semblent représenter des catégories aujourd'hui au cœur des changements en cours. Créés dans les années 70, dans les premières années de la politique d'ouverture d'Anouar el-Sadate, ils étaient déjà le produit d'une évolution du système socio-politique, dont je cherche à comprendre les ressorts.

  • 1 Pour une présentation générale des syndicats professionnels en Égypte, voir Longuenesse (à paraîtr (...)

2En effet, les années 70 ont vu la création de plusieurs nouveaux « syndicats professionnels » (niqâbât mihaniyya) regroupant une population de salariés dont l'identité sociale et professionnelle apparaît assez différente des groupes professionnels qui s'étaient dotés d'organisations similaires dans les années 40 et 501.

3Les premiers « syndicats professionnels » regroupaient principalement des professions libérales (professions médicales, avocats, journalistes, experts-comptables) ou des professions d'experts liés à la haute fonction publique et à la mise en place de l'État moderne (ingénieurs et agronomes), et leur fonction première est celle d'un ordre professionnel, c'est à dire le contrôle des conditions d'exercice et la définition de règles déontologiques.

4Les années 50 voient l'organisation des professions du théâtre, du cinéma et de la musique sur ce même modèle (bien que dans leur cas il s'agisse plus de gérer les problèmes spécifiques au marché de l'emploi des artistes, que de définir une déontologie) et déjà, la naissance d'un premier syndicat de diplômés, celui des scientifiques, qui pour la première fois, regroupe une catégorie de la population active qualifiée définie non pas par l'exercice d'une profession ou d'un métier clairement défini, ou par un type d'emploi, mais par un type de qualification, indépendamment de l'emploi ou de la pratique professionnelle.

  • 2 Cf. BIANCHI, 1989.
  • 3 Cf. REID (1974), MOORE (1974), BIANCHI (1989).

5Les années 60 sont des années de transformation profonde de l'ensemble des structures socio-économiques du pays, et de bouleversement des institutions. Les organisations syndicales se voient assigner des missions nouvelles, et passent sous l'emprise du parti et de l'État2. La définition des relations entre les syndicats professionnels (et les groupes qu'ils représentent) et l'État d'une part, les autres groupes sociaux d'autre part, font l'objet de rudes batailles3. Cela se traduit par la promulgation de nouvelles législations (en 1969, médecins et professions de santé, scientifiques, enseignants, etc.).

  • 4 Cf. BIANCHI (op. cit.), WATERBURY (1983), etc.

6On peut sans doute considérer les créations syndicales des années 70 à la fois comme se situant dans le droit fil des évolutions en cours depuis les années 60 et représentant l'indice de nouveaux développements liés aux réorientations politiques amorcées par Sadate, tant dans le domaine économique que dans le domaine politique et institutionnel. La politique d'ouverture économique s'accompagne en effet d'une brève tentative de libéralisation politique qui tourne vite court et fait place à une volonté renforcée de contrôle politique, et à un recours accru aux logiques d'allégeance personnelle4.

7Un responsable du syndicat des ingénieurs analyse la période de Sadate en ces termes (il parle en 1995) : « on peut appeler l'époque de Sadate époque de l'ouverture économique (infitâh) ou époque de l'utilitarisme (intifâ‘), au sens ou les dirigeants politiques ont eu soin de récompenser les syndicats qui faisaient allégeance au pouvoir. » (Mhd Ali Bisr, au congrès des syndicats professionnels, 08/04/1995).

  • 5 On peut ajouter le syndicat des artistes peintres créé la même année, en 1976, mais celui-ci rentr (...)

8Sont alors créés successivement le syndicat des « commerciaux » (diplômés des facultés et instituts de commerce) en 1972, le syndicat des professions sociales en 1973, le syndicat des techniciens (professions techniques appliquées) en 1974, puis le syndicat des diplômés des instituts d'arts appliqués en 1976 et le syndicat des professions infirmières en 19765.

9Dans ce qui suivent, je procéderai successivement à une présentation de l'identité de ces deux syndicats, puis à une brève analyse des points forts de l'action syndicale, enfin je proposerai quelques réflexions sur les enjeux des réformes en cours et de la manière dont ils se traduisent dans leur cas.

De l'ordre des comptables au syndicat des « commerciaux » : un avatar de la modernisation de l'appareil économique de l'État ?

10En 1955 avait été créé un ordre/syndicat des « experts-comptables et contrôleurs des comptes » (muhâsibîn wa murâgi‘în). Leur ministère de tutelle est jusqu'en 1958, le ministère du Commerce et de l'Industrie, et à partir de cette date, le ministère de l'Économie.

11Les années 50 et 60 voient un élargissement progressif de la liste des professions de la fonction publique qui leur sont assimilées, signalant vraisemblablement déjà une fonctionnarisation croissante de ce type d'activité, et dont on peut suggérer qu'il contribue à préparer la mutation de l'organisation professionnelle.

  • 6 Traduction un peu barbare de l'arabe « tugâriyîn » , qui désigne en fait les diplômés des facultés (...)
  • 7 Sont intégrés ultérieurement, par une loi de 1980 (n° 155, Journal officiel n° 28 du 15/07/1980), (...)

12C'est en 1972, qu'est créé le syndicat des « commerciaux »6, grâce à Abd al-Aziz Higazi, alors ministre des Finances : le nouveau syndicat regroupe l'ensemble des « diplômés de commerce » ce qui, dans un premier temps, revient à associer principalement aux professions de comptable celle de percepteur, c'est-à-dire le gros noyau des fonctionnaires des services des impôts (majoritairement diplômés de la faculté de commerce, plus quelques juristes auxquels, dans les premières années, est accordé le droit d'intégrer les rangs du nouveau syndicat)7.

  • 8 BIANCHI, op. cit., p. 119 et suivantes.

13La création de ce syndicat apparaît comme une étape du processus d'encadrement de la société. Il peut sembler que se soit reproduit à cette occasion, tardivement, le scénario d'élargissement du syndicat des agronomes aux techniciens agricoles : c'est la thèse qui est développée par certains au sein même du syndicat. Cependant l'enjeu n'est pas du tout le même : si pour les agronomes il s'agit d'une « démocratisation » forcée, par admission de diplômes moins élevés, on reste dans le cas de l'emploi salarié, en outre majoritairement public. Au contraire, dans le cas des « commerciaux », la mutation première est celle de l'englobement d'une profession à prédominance libérale dans un ensemble de salariés du secteur public, en même temps que l'étatisation partielle de cette profession. Et le moment où cela se produit n'est pas anodin : il s'agit du début de la politique d'ouverture – Bianchi qualifie ce syndicat de « syndicat de l'ouverture économique ». Cependant, analysant les relations mouvementées des dirigeants du syndicat avec le pouvoir et sa politique économique, il suggère que « ce qui aurait pu être une base de soutien pour le gouvernement plus fiable encore que le syndicat des ingénieurs s'est avéré être une gêne pour le régime et bientôt un haut lieu de critique de sa stratégie de développement »8 (ibid.).

  • 9 Chiffres fournis par le syndicat pour fin 1994.
  • 10 Ibidem. Voir aussi les comptes rendus dans le Rapport sratégique annuel d'al-Ahrâm, et dans la pre (...)

14Avec 480 000 membres en 19949 (dont la moitié au Caire), le syndicat des commerciaux est le troisième par les effectifs après ceux des enseignants et des professions techniques appliquées. Durant les années 80, il est le lieu de dures rivalités de leadership10. Aujourd'hui, dans un contexte d'affrontement entre le pouvoir et les syndicats professionnels, il fait figure de modéré, sans pour autant être totalement sous l'emprise du pouvoir. Le courant islamique, majoritaire chez les médecins, ingénieurs, pharmaciens, avocats, scientifiques, est encore minoritaire chez les commerciaux sauf – exception remarquable et significative – dans la branche comptabilité, noyau historique du syndicat, et qui, avec 290 000 membres, représente 60 % des effectifs.

15Bien qu'il n'existe aucune statistique sur l'emploi des diplômés de commerce – ce qui est révélateur de la manière bien particulière de concevoir la défense de leurs intérêts, et de l'impasse totale concernant les conditions d'emploi et de travail – on peut estimer qu'ils sont recrutés d'abord dans les ministères et organismes publics, en particulier l'administration des impôts et les grands ministères économiques (économie et plan, finances, industrie, commerce…), mais aussi dans le secteur des banques et assurances. En tant que salariés, ils relèvent d'ailleurs dans leur majorité du syndicat des banques et assurances, et non du syndicat des travailleurs du commerce. Ils sont donc vraisemblablement de plus en plus nombreux dans le secteur privé. Si la politique de libéralisation leur est sans doute globalement favorable, en développant le secteur des affaires, ils n'en sont pas moins comme les autres diplômés, touchés par le chômage.

16Le discours public du syndicat, celui du naqîb ou de divers dirigeants, tel qu'il apparaît dans les colonnes de la revue « Magallat al-Tugâriyîn », dans les éditoriaux ou à l'occasion de rencontres et colloques, s'affirme comme un discours d'expert en questions économiques, globalement favorable aux réformes en cours, tout en émettant des recommandations pour en réduire les éventuelles retombées négatives. Ce faisant, le syndicat s'affirme comme un acteur ayant son mot à dire, sinon un rôle à jouer, dans les changements économiques en cours. Cependant, compte tenu de l'hétérogénéité croissante de ses membres, il n'exprime que le point de vue d'une catégorie socialement et politiquement hégémonique au sein du syndicat, dont on doit se demander ce qu'elle représente exactement, quels intérêts elle défend, mais aussi comment elle impose son hégémonie.

17Mon hypothèse est que l'on ne peut comprendre l'évolution de ce syndicat en dehors d'une analyse des transformations que connaît l'économie égyptienne depuis la fin de l'époque nassérienne, de l'évolution du rôle de l'État, de l'apparition et du développement de nouveaux acteurs économiques (entreprises privées, banques, etc.) et des relations qui s'instaurent entre ces acteurs et l'État. C'est dans ce contexte que croissent certains types d'emplois, tandis que d'autres changent de contenu, constituant la base renouvelée du syndicat.

Le syndicat des techniciens, entre l'exigence de considération et l'opération de division

  • 11 Cette loi vient d'être supprimée (voir la revue al-‘Amal, n° 285, juin 1995, p. 24 et suivantes), (...)

18Le cas du syndicat des techniciens (al-tatbîqiyyîn, ou al-mihan al-fanniyya al-tatbîqiyya : littéralement « professions techniques appliquées ») est très différent de celui des commerciaux. Sa création, par la loi n° 67 de juillet 1974, coïncide avec la promulgation d'une loi limitant à 20 % la représentation des « professionnels » dans les comités syndicaux de la fédération ouvrière11.

  • 12 Voir les analyses de C. H. MOORE, 1974 et 1980.
  • 13 Voir par exemple Magallat al-Tatbîqiyîn, mai 1991, « Tempête suscitée par un ingénieur à Assiout à (...)

19Sa création est le produit d'un double mouvement de distinction-séparation : elle affirme la revendication d'une reconnaissance professionnelle les distinguant de la masse ouvrière non qualifiée, et les rapprochant des professions nobles, en particulier celle des ingénieurs. Mais elle marque l'échec du projet de les fondre dans une organisation commune avec ces derniers12. Jusqu'à aujourd'hui, les relations sont parfois difficiles avec les ingénieurs, qui à diverses occasions se plaignent des prétentions des techniciens à occuper certains postes13. Au contraire, les militants de gauche dénoncent l'opération de division des rangs ouvriers, la création de ce syndicat aboutissant à distinguer – et donc à isoler – la fraction qualifiée de la classe ouvrière. Les techniciens, comme tous les salariés des grandes entreprises, continuent à être membres d'office du syndicat ouvrier et peuvent y militer. Selon un militant de gauche interviewé, les plus actifs continuent de fait à se mobiliser avec les ouvriers (malgré les restrictions apportées à leur participation aux instances syndicales). Certains indices laissent penser que nombre d'entre eux ne se reconnaissent pas comme des « ouvriers », et considèrent que ce qui se passe au syndicat ouvrier ne les concerne donc pas ; la création d'un syndicat professionnel les aurait confortés dans ce sentiment, ou en aurait été l'expression. Le fait que le syndicat ouvrier, comme les syndicats professionnels, ait perdu toute capacité revendicative, et se soit transformé en prestataire de services et d'aides sociales diverses contribue sans doute à cristalliser ces distinctions.

20Le syndicat des techniciens (tatbîqiyyîn) regroupe essentiellement les diplômés des écoles secondaires industrielles (niveau bac ou diplôme supérieur en 5 ans, soit bac plus deux), ainsi que ceux des instituts techniques industriels (2 ans après le bac) ; deux registres distinguent les « assistants techniciens » (stagiaires), et les « techniciens » (après 7 ou 10 ans de métier, selon le niveau du diplôme initial). D'autre part, la loi crée et protège un titre de « spécialiste d'application » (ahissâ'î tatbîqî). Son ministère de tutelle est le ministère de l'Industrie.

  • 14 Entretien avec Ahmad Abd al-Aziz, secrétaire général du syndicat, le 09/03/1995.

21De 17 911 en 1978, les effectifs du syndicat passent à 345 270 en 1991 (chiffres du CAPMAS) et ils continuent à croître : le syndicat annonce aujourd'hui (début 1995) un demi-million de membres14. Dans la même période (1978-1991), le nombre de diplômés issus annuellement du secondaire industriel passe de 30 000 à 150 000, et ceux des instituts techniques de 3 000 à 15 000. Par comparaison, la confédération ouvrière comptait 2 millions d'adhérents en 1991, dont respectivement, pour les trois plus grosses fédérations, 540 000 dans les industries de transformation, 490 000 dans le bâtiment et 424 000 dans les services.

22Bien qu'il soit, là encore, impossible d'obtenir une information sur la répartition de l'emploi selon les types d'activités, d'entreprises, de branches, on peut supposer que ces diplômés d'écoles et instituts techniques sont massivement employés dans l'industrie : ce qu'indique indirectement le fait que l'on trouve des syndicats locaux non seulement, dans chaque province comme pour les autres syndicats professionnels, mais aussi dans les pôles de concentration ouvrière et industrielle que sont Mahalla al-Kubra, Kafr al-Dawwâr, Nag‘ Hammâdî et tout récemment (au printemps 1995) à Hélouan. Il semble néanmoins que les diplômés d'écoles et instituts industriels, comme les autres diplômés, et nonobstant la nature spécialisée de leur diplôme, aspirent à des emplois administratifs et rêvent de fuir l'industrie. Comme si le passage par l'école et la possession d'un diplôme faisait naître des aspirations en décalage trop grand avec les emplois industriels offerts. La pénurie de main d'œuvre qualifiée, souvent déplorée, alors même que les diplômés du technique connaissent un chômage encore plus grand que les autres, en serait l'expression.

23Tout se passe comme si la volonté manifeste de valorisation des métiers techniques que traduisait la création de ce syndicat, dans l'espoir de les mobiliser au service de l'effort d'industrialisation du pays, avait été pervertie par l'impossibilité d'échapper aux représentations dominantes dévalorisant le travail industriel, aboutissant du même coup à l'inverse de l'effet recherché : une valorisation non pas des métiers techniques, mais des diplômés du technique poussant ceux-ci à revendiquer le droit, comme les autres diplômés, à des positions socialement plus prestigieuses.

24Si l'on accepte d'identifier la voix du syndicat à celle de ses dirigeants et de sa revue, son discours est un mélange pittoresque de langue de bois nationaliste, de glorification de l'époque de Sadate, de paternalisme et d'ultra-libéralisme.

L'action syndicale

25Comme pour les autres syndicats professionnels, la « défense des intérêts matériels des membres » passe principalement par le développement de ces fonctions d'assistance, amélioration des pensions de retraite, de l'aide en matière de santé et de logement, la création de caisses de solidarité, etc. et l'action sociale est devenue leur principale raison d'être, et le centre de leur activité.

26Ce qui distingue ces syndicats les uns des autres, c'est donc l'importance de leur budget, qui dépend de la masse des ressources dont ils disposent : le plus riche est certainement le syndicat des ingénieurs, tandis que commerciaux et techniciens, malgré leurs efforts (surtout si l'on rapporte leur budget à leur nombre d'adhérents, dont figure de syndicats relativement pauvres.

  • 15 Voir dans Magallat al-Tugâriyîn, n° 35, mai 1995, l'interview de Hilmi Nammar sur ce sujet.
  • 16 Ces pensions viennent compléter ce qui est versé par l'État, qui peut être évidemment très variabl (...)
  • 17 Un document du CAPMAS donne pour 1991 un effectif de retraités (touchant la pension) de 11 760 che (...)

27La plus grosse part de ce budget est consacrée aux caisses de retraite. De ce point de vue, les commerciaux sont loin derrière la plupart des autres syndicats : avec un budget de 18 millions de LE15, dont 7,5 millions réservés aux retraites, ils ne versent que des pensions dérisoires, de 50 LE par mois pour les comptables, 40 LE pour les autres (pour un total en 1993 de 20 000 bénéficiaires). Les techniciens, avec un budget de 40 millions (pour un nombre d'adhérents comparable) ont deux fois plus de moyens : cela leur a permis de faire passer les retraites récemment à 80 LE par mois, et d'envisager de les faire passer prochainement à 100 LE16 (pour un nombre équivalent de bénéficiaires)17.

  • 18 En 1990, sur 16 millions de livres de revenus du syndicat des techniciens, 13 millions étaient pro (...)

28Les ressources des syndicats sont de quatre sortes : les cotisations, l'aide directe de l'État, les taxes prélevées sur certaines activités économiques mettant en jeu des compétences relevant du syndicat, et enfin les revenus des investissements. Les taxes, ou « timbres » représentent la ressource la plus importante, et le retard des commerciaux vient de ce que pendant longtemps, ils n'ont pas disposé de cette ressource. Les investissements, n'étant possibles qu'à partir d'un certain niveau d'accumulation de revenus, viennent donc enrichir les syndicats déjà les plus riches18.

  • 19 Dans le n° 65, de juillet 94 de la revue des techniciens, Magallat al-Tatbîqiyîn, le compte rendu (...)

29D'un autre côté, si rares sont les revendications en matière de salaires19 ou de conditions de travail, les actions en matière d'emploi relèvent aussi de l'assistance plutôt que de l'action revendicative. Les syndicats s'attachent à des degrés divers, plus ou moins activement, à créer, ou à chercher, des emplois pour les jeunes chômeurs, non à proposer une politique économique alternative, ou un plan de lutte global contre le chômage. Sur ce plan encore, alors que le syndicat des techniciens s'efforce de proposer quelques projets concrets, celui des commerciaux semble totalement impuissant.

  • 20 Magallat al-Tatbîqiyîn, n° 55, mai 1991.
  • 21 Magallat al-Tatbîqiyîn, op. cit.
  • 22 Ce type d'action de soutien à la création d'entreprise a été initié par le syndicat des ingénieurs (...)

30Lors d'une réunion du conseil du syndicat des techniciens de décembre 1990 et janvier 1991, une question est posée à propos des modifications du code du travail (qânûn al- ‘ummal), la réponse du président est claire : « Nous ne pouvons intervenir sur les questions ouvrières, car nous ne permettons pas aux ouvriers d'intervenir sur les questions nous concernant »20 : ce qui est une manière de dire qu'il ne faut pas les confondre avec les ouvriers. C'est donc par son rôle de soutien dans la création d'emploi, soit directement par la création d'entreprises dirigées par le syndicat, soit par l'aide à la mise en œuvre de projets de petites industries21, en apportant une aide financière aux techniciens qui voudraient se transformer en petits entrepreneurs22, que le syndicat entend contribuer à la lutte contre le chômage et non par des actions revendicatives, qu'il n'estime pas être de son ressort.

  • 23 Voir par exemple Magallat al-Tugariyîn n° 32, août 1994, ou n° 33 octobre 1994.

31Quant au syndicat des commerciaux, il brille par son absence sur le terrain de l'emploi. Alors que les chômeurs sont sans doute aussi nombreux parmi eux que dans l'ensemble de la population des diplômés, il n'a guère de solution à proposer, si ce n'est quelques actions en matières de formation (cours d'informatique, stages ou nouvelles filières dans les facultés de commerce, susceptibles d'améliorer les conditions d'arrivée des jeunes sur le marché du travail), ou des suggestions vagues et générales, concernant les possibilités qu'offrent tel ou tel secteur économique susceptible de se développer dans le cadre de la nouvelle politique économique tel le tourisme ou… l'agriculture23.

  • 24 « Le rôle absent du syndicat et l'absence des commerciaux », in al-Tugârî, revue du syndicat du Ca (...)

32Des voix s'élèvent, au sein du syndicat, pour se plaindre de son absence sur le terrain des luttes sociales et politiques, réclament qu'il se préoccupe des effets des privatisations et joue un rôle dans la négociation des contrats de travail, et demandent une véritable définition des métiers ; ils réclament des mesures d'aide aux jeunes chômeurs, une législation favorisant leur recrutement, le soutien à des projets coopératifs, etc.24

Les syndicats professionnels et les enjeux des réformes en cours : le cas des commerciaux et des techniciens

33Les réformes en cours, le retour à une logique de marché, les privatisations, la réforme du code du travail, bouleversent considérablement les conditions d'emploi, pour toutes les catégories de travailleurs, mais particulièrement pour les diplômés, qui pendant des années ont tout attendu de l'État. Ils n'ont plus l'assurance d'être recruté automatiquement, et quand ils le sont, le pouvoir d'achat de leurs salaires est de plus en plus faible. En revanche, pour certains d'entre eux, le secteur privé offre des situations extrêmement avantageuses. Le résultat est, globalement, une différenciation sociale accrue. Cependant, toutes les qualifications, toutes les professions, ne se trouvent pas exactement dans la même position.

34Sur le plan politique, la situation est plus complexe à analyser : à un relatif pluralisme d'expression politique de fait, répond toujours – les événements de ce printemps l'ont amplement démontré – un verrouillage des organisations dès que certaines limites sont franchies, verrouillage facilité par le maintien du monolithisme syndical, et dont le pouvoir n'est peut-être pas le seul responsable. Dans ce contexte, parler d'un réveil de la « société civile » est peut-être un peu rapide.

35Lors du 6ème « congrès des syndicats professionnels » réuni le 7 avril dernier, trois axes de réflexion étaient proposés à l'ordre du jour : l'unification des services proposés par les syndicats, les problèmes juridiques et la loi n° 100, le projet de fédération des syndicats professionnels.

36La première séance, consacrée à la question des services, a abordé trois domaines, la santé, le logement, l'aide financière. Il s'agissait de faire passer à un stade supérieur le développement des différentes formes d'aide que les syndicats apportent à leurs adhérents, en mettant en commun efforts et compétences. Cette action apparaît ainsi comme la réponse des syndicats à la crise que connaissent les jeunes diplômés, alors même qu'aucune revendication précise n'était adressée au gouvernement dans ces différents domaines. Ce faisant, les syndicats (y compris et en particulier l'opposition islamique en leur sein) posent leur action comme complémentaire de celle de l'État, sans remettre en question la division des tâches qui en découle. Dans les années 60, les syndicats professionnels apparaissaient prioritairement comme un lieu d'encadrement et de mobilisation des professionnels pour la construction d'une société et d'une économie moderne, ses fonctions plus strictement sociales (gestion des retraites ou des services) étant secondaires, aujourd'hui, la première fonction a disparu, et les syndicats se sont transformés pour un certain nombre d'entre eux en tremplin de l'opposition, mais la mobilisation politique se fait sur des thèmes strictement idéologiques, sans qu'il y ait de véritable contreprojet de société. En guise de contreprojet, on assiste à la prise en charge par les syndicats de fonctions qui étaient dévolues précédemment à l'État ; or cette prise en charge ne semble pas envisagée comme transitoire, mais bien comme centrale, puisqu'aussi bien elle sert d'argument à l'opposition pour légitimer ses revendications politiques. Tout se passe donc comme si, d'un côté, l'État déléguait aux organisations de la société civile des fonctions qu'il n'est plus à même d'assumer, tandis que de l'autre, les syndicats, non seulement, acceptaient de jouer ce rôle, mais se saisissaient de l'occasion offerte pour se donner une légitimité fondée non sur la contestation, mais sur la participation au système économique.

37Cependant, ce rôle ne peut être joué que du fait de l'importance des ressources financières dont disposent ces syndicats : ressources financières dont on a vu qu'elles ont quatre origines : les cotisations des adhérents, les subventions de l'État, les taxes prélevées sur les activités économiques relevant de la spécialité professionnelle du syndicat (sorte de taxe professionnelle), et les bénéfices sur les entreprises et les investissements. Or ces deux derniers types de ressources prennent de plus en plus d'importance. Elles ne sont pas de même nature : la seconde correspond à une délégation de ressources de l'État vers les syndicats, tandis que les troisièmes représentent une sorte de capitalisme social. Le désengagement de l'État et le retour à une économie de marché tendent de diverses manières à favoriser le développement de ces deux sources de revenus.

38Dans les évolutions en cours, techniciens et commerciaux font assez peu parler d'eux. Aucun des deux n'était représenté au 6ème – congrès des syndicats professionnels. Ils sont tous deux, différemment, peu présents dans la bataille politique qui oppose les syndicats professionnels – plus précisément le courant islamique en leur sein, dominant dans un certain nombre d'entre eux – au pouvoir. Ils connaissent cependant des situations assez différentes, tant sur le plan politique, que social, et face au marché du travail. Il n'en reste pas moins que, comme pour les autres syndicats, leur légitimité vis-à-vis de leurs membres est avant tout fondée sur le développement des services, et qu'ils connaissent la même tentation, la même dérive, vers un affairisme justifié par la nécessité d'augmenter leurs ressources pour financer retraites et aides sociales diverses.

39Dans ce qui suit, j'essaierai donc de préciser la manière dont, concrètement, étant données les informations (limitées) dont je dispose pour l'instant, ces deux catégories se situent dans les changements en cours, et en quoi leur cas peut contribuer à éclairer la réflexion sur l'articulation (ou plutôt, l'absence d'articulation ? !) entre réforme économique et libéralisation politique.

Désengagement de l'État, crise de l'emploi et modèle de développement

40Une loi de 1964 avait institué le principe du recrutement automatique par l'État de tous les diplômés. Des bureaux du ministère du Travail « ministère de la Main-d'œuvre » centralisaient d'un côté les besoins des différents organismes et entreprises publics ; les jeunes diplômés demandeurs d'emploi s'y inscrivaient et attendaient qu'on leur propose un emploi. Aujourd'hui, ils peuvent attendre de nombreuses années avant d'être recrutés, et il leur est vivement conseillé de chercher par eux-mêmes un emploi, si possible dans le secteur privé. La rareté des emplois disponibles fait qu'une concurrence sauvage s'instaure, et que la condition pour être recruté, où que ce soit, devient de plus en plus souvent d'avoir une relation bien placée dans l'entreprise ou l'organisme considéré. Du coup, une qualification appropriée au poste n'est même plus une condition nécessaire : par exemple un diplômé de lettres pourra occuper un poste de gestionnaire dans une entreprise, à la place d'un diplômé de commerce. Inversement, étant donné le niveau attractif des salaires du privé, même pour des postes peu qualifiés, nombreux sont ceux qui préfèrent, s'ils en ont la possibilité, se faire embaucher dans le privé en dessous de leur qualification.

41Quant aux conditions de rémunération, pour un diplômé de commerce elles peuvent aller de 110 LE pour un emploi public à $250 (environ 850 LE) pour un emploi dans une banque privée internationale (salaire de débutant). De tels écarts sont évidemment un obstacle à l'émergence de véritables solidarités professionnelles (au contraire de ce qui peut se passer dans d'autres professions ou métiers, tels les enseignants, ou par exemple les guides touristiques).

42Les diplômés des écoles ou instituts industriels bénéficiaient eux aussi du recrutement par l'État. Aujourd'hui, comme la masse des ouvriers, ils sont confrontés aux effets des privatisations, à la réforme du code du travail : les réductions d'emploi dans le secteur public, les risques de licenciement, les menacent autant que les ouvriers non qualifiés et les nouveaux diplômés, de plus en plus nombreux, ne trouvent plus de travail. C'est parmi eux que l'on trouve, selon certains témoignages, le taux de chômage le plus élevé. Ce sont sans doute les premiers à se réfugier dans des emplois plus traditionnels, de type artisanal, dans le commerce, les services, les transports.

  • 25 Voir par exemple le long article éditorial de Hilmi NAMMAR publié en deux fois dans les numéros 32 (...)
  • 26 D'aucuns font remarquer que la mission des facultés de commerce étant de former des gestionnaires (...)
  • 27 Entretien avec Ahmad Abd al-Aziz, secrétaire général du syndicat, 15/02/95.

43J'ai souligné, dans la première partie de ce texte, que le discours des deux syndicats, à quelques nuances près, était un discours de soutien aux orientations économiques du pouvoir : c'est normal, c'est ce qui est attendu d'eux. Ce soutien est toutefois (paradoxalement ?) un soutien critique de la part des dirigeants du syndicat des commerciaux25, qui se posent en experts en matière économique et expriment donc des avis argumentes ès-qualité26, tandis que les techniciens acceptent sans réserve la politique mise en œuvre par les dirigeants actuels. Interrogé sur la politique de privatisation et de réforme économique, le secrétaire général, Ahmad Abd al-Aziz, réagit en affirmant que « le syndicat soutient toutes les mesures du gouvernement en faveur du peuple » (sic). Il a ajouté que le syndicat des techniciens y avait contribué par la création d'une entreprise, la « société des techniciens pour le bois », qui avait fourni un nombre important d'emplois.27 Ce faisant, le syndicat des techniciens participe au processus de libéralisation économique en se transformant en entrepreneur ou en investisseur, en participant au conseil d'administration de sociétés diverses.

  • 28 Malgré leur opposition virulente au régime, il n'est cependant pas sûr que les syndicats dirigés p (...)

44Ainsi, les uns théorisent les bienfaits du GATT (malgré quelques réserves de détail), les autres multiplient les « coups », mais dans les deux cas, le développement de l'entreprise privée et des échanges sont considérés comme la solution aux maux de l'Égypte28.

Indépendance ou pluralisme, la question de la nature de l'organisation professionnelle

45En ce printemps 95, une confrontation sans merci oppose les syndicats professionnels et le pouvoir autour du mode d'organisation des élections professionnelles et, de fait, du contrôle des directions syndicales. Cette confrontation prend la forme de batailles juridiques, le gouvernement impose des modalités d'organisation et de validation des élections plus contraignantes, souvent irréalistes, tandis que l'opposition – essentiellement islamique – dénonce les blocages provoqués par ces nouvelles juridictions. Cette bataille est essentiellement politique, son enjeu est celui de la démocratie dans le fonctionnement des syndicats. Mais elle n'est jamais l'occasion pour les syndicats d'exprimer des positions vis-à-vis des réformes économiques en cours.

46Traditionnellement – c'est particulièrement vrai des syndicats les plus importants, économiquement et démographiquement, le président du syndicat est un homme étroitement lié au pouvoir, souvent ministre ou ancien ministre. Cette pratique n'a pas été remise en cause par le courant islamique.

47La relation que ces deux syndicats entretiennent avec le pouvoir s'explique par leur histoire et leur identité. Le syndicat des professions techniques est dirigé par des hommes qui se vantent de leur participation à la révolution, de leurs amitiés chez les officiers libres, et avec Sadate. Politiquement un peu marginaux, ils ont sans doute plus de notables au niveau local qu'au niveau national. Les commerciaux sont dans une position inverse : ils se vantent de compter de nombreux responsables politiques dans leurs rangs, ainsi que plusieurs dizaines de députés.

  • 29 Seules se sont tenues celles des journalistes, des enseignants, et des guides touristiques.
  • 30 Le syndicat des techniciens aurait officieusement déposé un projet de loi, visant à organiser un v (...)

48Les dernières élections syndicales se sont tenues en 1993. De nouvelles élections auraient dû se tenir ce printemps, comme pour tous les autres syndicats29. Il est intéressant de relever que bien qu'ils ne soient pas le lieu d'une bataille politique importante, syndicats des commerciaux et techniciens sont tout autant embarrassés pour l'organisation de ces élections que les autres. Ayant chacun un demi-million d'adhérents, ils sont dans l'impossibilité d'organiser une assemblée générale qui réunirait 250 000 personnes au minimum ; pour parer à cette difficulté, il est prévu de mettre en place des bureaux de vote sur les lieux de travail : mais il devient alors nécessaire de recenser les adhérents en fonction de leur lieu de travail, chose qui n'avait jamais été faite, et qui demande beaucoup de temps30.

49Reste que, dans cette bataille, deux questions au moins restent taboues : celle du pluralisme syndical et de la liberté d'adhésion. Il est remarquable, alors que libéralisme et société civile sont aujourd'hui les mots clés du discours politique, qui prend pour modèle plus ou moins explicitement, les démocraties libérales occidentales, que ces deux principes ne soient pas en débat, et l'obligation d'adhésion comme le monolithisme syndical jamais remis en cause.

  • 31 Al-Ahrâm, 11 avril 1995.

50La question du pluralisme syndical commence à émerger ici ou là – mais il est parfois compris dans le sens de l'éclatement et du morcellement des syndicats existants, plus que comme possibilité de pluralité d'organisation pour une même profession : al-Ahrâm publiait récemment un encart appelant à l'éclatement du syndicat des commerciaux en trois syndicats, pour les comptables, les commerciaux au sens strict, et les « métiers annexes »31. Lors d'un entretien avec Sayyid Abd al-Sattâr, secrétaire général (islamiste), du syndicat des scientifiques, celui-ci exprimait de fortes réserves sur ce point : selon lui, le pluralisme syndical interdirait une représentation unifiée de la profession dans les instances internationales, ce qui serait extrêmement dommageable.

51Cette difficulté à concevoir une forme pluraliste d'organisation syndicale, partagée par le parti au pouvoir et par le courant islamique, me semble significative d'un consensus plus profond qu'il n'y paraît sur le fonctionnement du système, et sur la fonction première du syndicat, de médiation entre le pouvoir et la société : médiation conçue dans un sens, par le pouvoir, comme délégation de certaines fonctions économiques et sociales, de l'autre, par la base, comme intercession des responsables syndicaux auprès du pouvoir pour protéger ou défendre leurs mandants.

52Le résultat des élections parlementaires de l'automne augure mal de l'avenir en ce qui concerne les syndicats professionnels. Les mesures de répression massives contre les islamistes, l'arrestation de dizaines de dirigeants des syndicats professionnels laissent penser que le pouvoir cherche à les écarter totalement de la scène politique. Les prochaines élections professionnelles risquent fort d'être marquées par une reprise en main des syndicats.

53L'évolution en cours est peut-être en train d'apporter une confirmation de la thèse selon laquelle libéralisme économique et social rime avec autoritarisme plus souvent qu'avec pluralisme politique. Ce serait en fin de compte la pratique discrète des syndicats des techniciens et commerciaux, plus que l'agitation des ingénieurs ou des avocats, qui donnerait le ton de ce qui se prépare.

Bibliographie

Références bibliographiques

BIANCHI R., Unruly corporatism, Egyptian associational life in the 20th century, New York, Oxford, Oxford University Press, 1989, 267 pages.

LONGUENESSE E., « Pour une étude du "syndicalisme professionnel" en Égypte, entre identités socio-professionnelles floues et emprise corporatiste », à paraître dans Égypte/Monde arabe, CEDEJ, 1996.

MOORE C.-H., « Les syndicats professionnels dans l'Égypte contemporaine : l'encadrement de la nouvelle classe moyenne », Maghreb-Machrek, n° 64, 1974, p. 24-34.

MOORE C.–.H, Images of Development, Egyptian Engineers in search of Industry, Cambridge, Mass., MIT Press, 1980, 252 pages, (première édition).

REID D., « The Rise of Professions and Professional Organization in Modem Egypt », Comparative Studies in History and Society, XVI/1, 1974, p. 24-57.

SPRINGBORG R., « Professional Syndicates in Egyptian Politics, 1952-1970 », IJMES, IX/3, 1978, p. 275-295.

WATERBURY J., The Egypt of Nasser and Sadat, The Political Economy of two Regimes, Princeton University Press, 1983, 475 pages.

Notes

1 Pour une présentation générale des syndicats professionnels en Égypte, voir Longuenesse (à paraître).

2 Cf. BIANCHI, 1989.

3 Cf. REID (1974), MOORE (1974), BIANCHI (1989).

4 Cf. BIANCHI (op. cit.), WATERBURY (1983), etc.

5 On peut ajouter le syndicat des artistes peintres créé la même année, en 1976, mais celui-ci rentre dans la catégorie des métiers artistiques, au côté des comédiens et musiciens.

6 Traduction un peu barbare de l'arabe « tugâriyîn » , qui désigne en fait les diplômés des facultés dites de commerce, lesquelles, dans la tradition française, correspondraient plus ou moins aux formations des écoles de commerce et des filières gestion des universités, plus les formations de comptabilité. Il faudrait peut-être chercher dans la tradition anglo-saxonne l'origine de l'importance des facultés de commerce dans le système universitaire égyptien.

7 Sont intégrés ultérieurement, par une loi de 1980 (n° 155, Journal officiel n° 28 du 15/07/1980), les diplômés des instituts moyens de commerce. En 1993, ces derniers représentent un peu moins de 20 % des effectifs.

8 BIANCHI, op. cit., p. 119 et suivantes.

9 Chiffres fournis par le syndicat pour fin 1994.

10 Ibidem. Voir aussi les comptes rendus dans le Rapport sratégique annuel d'al-Ahrâm, et dans la presse.

11 Cette loi vient d'être supprimée (voir la revue al-‘Amal, n° 285, juin 1995, p. 24 et suivantes), ce qui n'est bien sûr pas anodin et demanderait d'être analysé du point de vue de ce qui se passe dans les entreprises. Voir aussi ce que dit Springborg (1978) des efforts pour intégrer les professionnels dans les syndicats ouvriers dans les années 60.

12 Voir les analyses de C. H. MOORE, 1974 et 1980.

13 Voir par exemple Magallat al-Tatbîqiyîn, mai 1991, « Tempête suscitée par un ingénieur à Assiout à propos des responsabilités prises par les techniciens » (p. 20-22).

14 Entretien avec Ahmad Abd al-Aziz, secrétaire général du syndicat, le 09/03/1995.

15 Voir dans Magallat al-Tugâriyîn, n° 35, mai 1995, l'interview de Hilmi Nammar sur ce sujet.

16 Ces pensions viennent compléter ce qui est versé par l'État, qui peut être évidemment très variable selon le type d'emploi occupé.

17 Un document du CAPMAS donne pour 1991 un effectif de retraités (touchant la pension) de 11 760 chez les techniciens, et 17 600 chez les commerciaux : le fait que les premiers tendent à rattraper les seconds est lié à la croissance plus rapide des effectifs chez les uns que chez les autres.

18 En 1990, sur 16 millions de livres de revenus du syndicat des techniciens, 13 millions étaient procurés par les recettes du timbre ; la même année, le budget des retraites ne dépassait pas 3 millions de LE, et 9 800 000 de LE étaient placés en réserves bancaires (voir Magallat al-Tatbîqiyîn, n° 55, mai 1991)

19 Dans le n° 65, de juillet 94 de la revue des techniciens, Magallat al-Tatbîqiyîn, le compte rendu de l'assemblée générale mentionne des « recommandations » en matière de salaires, de primes et de promotion pour les techniciens employés dans les administrations et les entreprises publiques.

20 Magallat al-Tatbîqiyîn, n° 55, mai 1991.

21 Magallat al-Tatbîqiyîn, op. cit.

22 Ce type d'action de soutien à la création d'entreprise a été initié par le syndicat des ingénieurs – à direction islamiste ; le syndicat des scientifiques (islamiste) la promeut à son tour, ainsi que les techniciens (gouvernementaux).

23 Voir par exemple Magallat al-Tugariyîn n° 32, août 1994, ou n° 33 octobre 1994.

24 « Le rôle absent du syndicat et l'absence des commerciaux », in al-Tugârî, revue du syndicat du Caire, février 1994.

25 Voir par exemple le long article éditorial de Hilmi NAMMAR publié en deux fois dans les numéros 32 et 33 de la revue du syndicat.

26 D'aucuns font remarquer que la mission des facultés de commerce étant de former des gestionnaires de l'économie, inculque nécessairement les modèles économiques dominants du moment, interdisant toute réflexion critique en économie. Les réserves exprimées par certains dirigeants (en particulier concernant un démantèlement trop rapide du secteur public, et un désengagement trop grand de l'État) pourraient alors être comprises comme l'indice d'une résistance d'une génération formée au modèle d'une économie étatisée ?

27 Entretien avec Ahmad Abd al-Aziz, secrétaire général du syndicat, 15/02/95.

28 Malgré leur opposition virulente au régime, il n'est cependant pas sûr que les syndicats dirigés par la tendance islamique aient des positions radicalement différentes.

29 Seules se sont tenues celles des journalistes, des enseignants, et des guides touristiques.

30 Le syndicat des techniciens aurait officieusement déposé un projet de loi, visant à organiser un vote à deux degrés, les participants à l'assemblée générale étant délégués par la base (information donnée par le syndicat). Cependant, la nécessité de recenser les adhérents sur leurs lieux de travail demeure.

31 Al-Ahrâm, 11 avril 1995.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable