Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Âge libéral et néo-libéralisme

Les forces libérales non partisanes dans le monde arabe. L’exemple du New Civic Forum en Égypte

Ossama Ghazali Harb

Entrées d'index

Mots clés :

associations, libéralisme

Texte intégral

1Un des divorces les plus visibles qui caractérisent actuellement la scène égyptienne est celui qui sépare la réalité sociale et économique d'une part, et la nature des idées et valeurs dominantes d'autre part. Cette situation remonte au milieu des années 70, ou même un peu plus tôt. C'est à ce moment que l'Égypte commençait à se débarrasser, sous la houlette du président Sadate, des manifestations de l'ancien système. Elle amorçait son passage vers un nouveau système, qui tente encore aujourd'hui de parachever son implantation.

2En termes économiques l'ancien système était fondé sur la domination de l'État à travers la planification centralisée, un large secteur public, et une gestion « administrative » de l'activité économique tout entière. Politiquement, l'ancien système se distinguait par le pouvoir quasi absolu d'un chef unique, dans le cadre d'une formation politique unique. Les différents pouvoirs étaient amalgamés, ou au moins regroupés entre des mêmes mains. La priorité était accordée aux libertés dites « sociales », au détriment des libertés politiques. Dans le domaine culturel le rôle central revenait également à l'État qui était en charge de l'orientation générale de la vie artistique et intellectuelle.

3Cet ancien système commença à se fissurer vers le milieu des années 70, ou plus précisément, au lendemain de la guerre d'Octobre 1973. Les éléments les plus distinctifs du nouveau système qui s'installait alors étaient l'ouverture (infitâh) économique, et la démocratie sur le plan politique. L'ouverture signifiait que l'Égypte ouvrait grandes ses portes à l'investissement privé, qu'il soit égyptien, arabe ou international. Il en a résulté une réduction de la domination qu'exerçait l'État sur l'économie, ainsi qu'une orientation vers la privatisation et l'économie du marché. La démocratie, elle, supposait le multipartisme et l'accroissement des libertés d'expression. Cette évolution pavait la voie à d'autres revendications, concernant la Constitution et l'alternance du pouvoir. Sur le plan culturel, la fonction de mobilisation idéologique jusque-là entreprise par l'État a été fortement réduite. La Charte nationale, ainsi que tous les autres documents, perdaient leur caractère obligatoire.

4En fait, de nombreuses forces ont tenté de prendre la relève, en mettant en avant leurs idées et leurs valeurs. La société égyptienne s'est trouvée ainsi plongée dans un kaléidoscope culturel, s'étendant de l'extrémité de l'ouverture et de l'émancipation, à l'extrémité de la stagnation et du renfermement. De manière générale, la société égyptienne s'est orientée, sous une série d'influences internes et externes, vers une plus grande émancipation et diversification. Cette orientation est en parfait accord avec la dynamique mondiale de cette dernière décennie du vingtième siècle, où l'on observe partout une tendance vers l'émancipation et le « libéralisme ». Les événements de Russie et d'Europe de l'Est sont les exemples qui illustrent le mieux cette évolution, mais ils n'en constituent pas les seules manifestations.

5La question primordiale que soulève cette nouvelle orientation est de savoir si les changements intellectuels et idéologiques survenus en Égypte vont de pair avec les transformations sociales et économiques, à l'intérieur du pays, et avec l'évolution globale qui touche le reste du monde. La réponse est catégoriquement négative. Au moment même où l'on assiste au renforcement des tendances libérales dans le monde entier, celles-ci semblent incapables de prendre forme en Égypte. Elles demeurent encerclées par des tendances islamistes, des courants de gauche et les réminiscences du nassérisme. La nécessité de se débarrasser de la domination étatique sur l'économie et de donner un maximum de chances au secteur privé se fait de jour en jour plus évidente. Mais malgré cela, les idées les plus répandues parmi les intellectuels égyptiens, celles diffusées par les médias, et donc les plus familières à l'homme de la rue, restent empreintes de socialisme ou de nassérisme. A l'heure où de nombreux intellectuels et écrivains clament haut et fort leur soutien à la démocratie et aux droits de l'homme, l'authenticité de ces valeurs est entachée de doutes. Leur importance chez la population, bien plus concernée par les problèmes immédiats de la vie quotidienne, reste à prouver. En outre, les valeurs sociales les mieux ancrées dans la société égyptienne sont très éloignées du concept de « liberté », et des notions de respect des libertés et des droits individuels, dans le sens moderne de ces termes. Les idées et les valeurs courantes se réclament de la tradition, mais évoluent en fait dans le cadre étroit d'une compréhension réactionnaire et inflexible. Un énorme fossé sépare donc les besoins de développement et de modernisation, véhiculés par le libéralisme, et le degré de pénétration de cette idée dans l'élite et dans la population égyptiennes.

6Il est cependant important de souligner que l'idée libérale n'est pas étrangère à l'Égypte. Les politologues ont l'habitude de qualifier l'époque s'étendant de 1923 à 1952 d'ère du libéralisme, mais l'idée libérale en Égypte est bien antérieure à cette période. Elle a été formulée par de grands penseurs, et s'est exprimée dans plusieurs partis ou formations politiques.

7Pourtant, la révolution de juillet 1952 lui donna le coup de grâce. En fait, cette révolution résultait elle-même de la faillite de l'expérience libérale. Elle s'est ensuite employée à liquider les aspects du libéralisme politique et économique, en abolissant la Constitution de 1923, le multipartisme et le système parlementaire. Elle opta pour une économie dirigée, basée sur la planification centralisée, et favorisa la création du secteur public, aux dépends du secteur privé. Les symboles et les slogans de l'expérience libérale furent remplacés par ceux de la non-appartenance aux partis et de la justice sociale.

8La transformation du système politique égyptien, amorcée depuis l'accession au pouvoir du président Sadate, constituait au fond une tentative de retour vers certains aspects du libéralisme, à travers l'instauration du multipartisme politique et de l'ouverture économique. Cependant l'expression la plus flagrante de cette nouvelle orientation s'est concrétisée dans la résurrection du Parti Al-Wafd, sous le nom de « Néo-Wafd ». Celui-ci se réfère à l'important héritage libéral de son prédécesseur. Cela n'exclut toutefois pas l'existence d'autres courants libéraux indépendants de ce parti.

9Il n'en demeure pas moins que le libéralisme, tant au sein du Néo-Wafd qu'en dehors, continue à pâtir du déphasage déjà évoqué, à savoir le fossé entre les besoins de développement et de modernisation d'une part et sa propre capacité de répondre à ces besoins. En d'autres termes, aucune pensée libérale, égyptienne ou arabe, ne peut aujourd'hui se prévaloir d'un caractère intégral et précis. Le tissu intellectuel, qui engloberait les valeurs libérales sur les plans politique, économique et culturel, est inexistant. Rien ne rattache les notions de démocratie politique, de multipartisme et de séparation des pouvoirs, à la libéralisation économique et à la consolidation du secteur privé, d'une part, ou aux valeurs d'ouverture culturelle et de laïcité, d'autre part.

10Cristalliser une pensée libérale, consacrée au développement, capable de répondre aux défis contemporains, et susceptibles de mobiliser tous les éléments de l'élite publique, quelle que soit leur appartenance partisane : tel était le pari d'un groupe d'intellectuels égyptiens de différentes générations, qui créa l'association de la « Gam‘iyyat al-nida' al-gadîd » ou New Civic Forum. Cette association culturelle se veut la tribune de la pensée libérale en formation au cours de la dernière décennie du vingtième siècle. Il est évident que la présence à sa tête d'un économiste libéral égyptien de premier ordre, Sayyd Al-Naggar, lui a conféré une forte impulsion. Le New Civic Forum a été enregistré selon la loi relative aux associations égyptiennes en août 1991. Ses fondateurs se sont depuis employés à lui assurer un local et un financement adaptés, et à accroître l'adhésion d'intellectuels, d'universitaires, de professionnels de la communication et d'hommes d'affaires.

11La première brochure de l'association a été éditée en juin 1992, sous le titre de « Gam‘iyyat al-nida' al-gadîd : al-mabade' wa-l-rakâ‘iz al-fikriyya » (Association du New Civic Forum : principes et fondements intellectuels). Elle indique que cette association culturelle est fondée « dans le but d'atteindre une libéralisation totale du système économique, politique et social en Égypte, de manière à garantir une vie correcte à la population laborieuse, à réaliser la justice sociale, et à ancrer les règles de la vraie démocratie ». L'association « est basée sur un principe fondamental, selon lequel l'individu est la source du progrès véritable dans la société. Par conséquent, elle œuvre pour ouvrir la voie aux stimulants et aux initiatives individuelles, qui doivent être rodées de manière à harmoniser l'intérêt privé et l'intérêt public ».

12Le New Civic Forum estime que la défense des droits de l'homme est une condition indispensable au développement total. Il adhère à la conviction qui fait de la liberté individuelle la base de la créativité civilisationnelle et la source des vertus. Selon l'association, la libération de l'individu est un processus global. Une libéralisation économique n'est donc pas envisageable sans libéralisation politique, chacune favorisant l'implantation de l'autre. Quant à la libéralisation sociale, elle constitue le contexte propice au progrès dans tous les domaines.

13L'association a formulé les idées de base du modèle de développement qu'elle propose en cinq principes :

  1. La liberté économique. Le New Civic Forum soutient que le système économique basé sur l'entreprise privée, l'initiative individuelle et la liberté économique, est le plus performant.
  2. La justice sociale. L'association prône une relation solide entre compétences, dans le cadre du libéralisme économique, et justice sociale. La compétence est la condition sine qua non pour l'accomplissement de la justice, mais celle-ci est une condition à long terme pour la survie des compétences. Toutefois, la justice sociale ne peut pas s'instaurer automatiquement. Des politiques destinées à distribuer les fruits de la croissance sont donc nécessaires.
  3. La solidarité entre les générations. Le processus de développement ne doit pas miner l'énergie productive globale de la société, et mettre ainsi en danger la capacité des générations futures à poursuivre ce développement. Cette question est posée suivant deux axes. D'abord, sur le plan démographique, l'accroissement de la population pouvant alourdir le fardeau des générations futures. Ensuite, dans le domaine des ressources naturelles, dont la surexploitation diminuerait les possibilités de développement dans l'avenir. Le même problème est soulevé en ce qui concerne la pollution écologique, et ses effets sur les générations futures.
  4. La démocratie et les droits de l'homme. Un développement global ne se limite pas à une augmentation quantitative de produits et de services. Il nécessite également un cadre démocratique et un respect des droits de l'homme.
  5. La rationalité. Selon le New Civic Forum, toutes les institutions sociales devraient refléter les acquis rationnels des sciences sociales. D'où l'importance de la participation des femmes à la vie politique, économique et sociale. Dans le même contexte, l'association affirme que le développement intégral en Égypte exige la préservation de l'unité et des solidarités nationales. Pour cela, il faudrait faire en sorte que l'appartenance nationale, au-delà de la religion, la race ou les croyances, soit la source de tous les droits et de tous les devoirs. C'est là un principe fondamental pour l'État moderne, mais aussi une condition nécessaire pour le développement humain intégral.

14On peut ainsi dire que la pensée libérale a désormais sa tribune en Égypte. Grâce à ses caractères culturels et intellectuels, cette association n'est pas coupée de la réalité ; bien au contraire, elle s'y insère en œuvrant pour concrétiser la pensée libérale dans des politiques précises de développement.

Auteur

Revue Politique internationale

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable