Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Âge libéral et néo-libéralisme

Le néo-libéralisme : Mythe ou réalité ?

Sayyid Yassin

Texte intégral

1Le globalisme politique est désormais marqué par les slogans de la démocratie et des droits de l'homme, desquels les régimes politiques partout dans le monde doivent puiser leur légitimité. Le globalisme économique repose, lui, sur les intérêts communs, l'unité des marchés dans le domaine du commerce et du développement, et aussi sur son influence décisive sur les institutions internationales comme le Fonds monétaire international (FMI). Il n'est en réalité qu'un outil de pression sur les régimes autoritaires, les poussant à adopter le choix démocratique par le biais du pluralisme politique.

2Alors que les régimes totalitaires sont déchus à jamais, les régimes autoritaires sont durement endigués, politiquement, économiquement et culturellement, en attendant que leurs élites politiques se plient aux réalités du monde moderne.

3Il est vrai que le passage de l'autoritarisme au pluralisme est une évolution historique qui touche tous les peuples. Cependant, en ce qui concerne le monde arabe, il faut noter que cette transformation prend deux formes différentes, selon les conditions de départ. Il y a d'un côté, l'évolution de quelques régimes politiques arabes – royalistes comme le Maroc et la Jordanie, ou républicains comme l'Égypte et la Tunisie – de l'autoritarisme vers le pluralisme limité. D'un autre côté, quelques régimes traditionnels arabes, comme l'Arabie Saoudite et le sultanat d'Oman, se sont ouverts à des formes innovées de shûrâ (consultation), en vue d'élargir la participation politique. Il est intéressant de relever un point commun à ces deux types d'expériences. Dans le premier cas, le pluralisme politique, dans le cadre de l'évolution vers un régime démocratique, reste limité et dirigé. L'élargissement du principe de la shûrâ ne va pas, lui non plus, bien loin. En effet, les représentants du Maglis al-shûrâ (Conseil consultatif) en Arabie Saoudite sont désignés. Le sultanat d'Oman est allé plus loin en introduisant le principe d'élections.

4En fait, parler de néo-libéralisme suscite une certaine confusion. Ce concept désigne, dans un premier cas, le passage des régimes politiques arabes de l'autoritarisme au pluralisme politique limité. Par ce processus, ces pays ne font souvent que ressusciter d'anciennes traditions libérales disparues. Certaines avaient succombé à une simple décision politique, comme c'est le cas pour la Jordanie, où le pouvoir avait gelé l'activité des partis. D'autres avaient disparu dans la foulée d'un coup d'État ou d'une révolution : ce fut le cas de l'Égypte en 1952. L'interdiction des partis en 1953 a en effet mis fin à un libéralisme qui avait évolué de 1923, date de l'adoption de la Constitution, jusqu'au moment de la révolution de juillet 1952.

5Partant de là, la notion de néo-libéralisme dans des pays tels que la Jordanie ou l'Égypte renvoie tout d'abord à la levée de l'embargo qui pesait sur l'activité des partis (pour le cas de la Jordanie) ou la création de nouveaux partis (pour le cas de l'Égypte). Dans un deuxième temps, la notion de néo-libéralisme désigne cependant la tentative de dépasser – à travers une réévaluation créative – les limites du libéralisme classique. Ce dernier reposait de façon exagérée sur l'individualisme, alors que le rôle de l'État était réduit aux proportions minimales, afin d'éviter ses interventions dans le domaine économique.

6Mais de quel néo-libéralisme parlons-nous donc ?

7Nous allons, en fait, nous pencher sur le néo-libéralisme dans le sens plus étroit du terme qui est la version dominante dans le monde arabe, et qui notamment caractérise l'Égypte. Sans entrer dans des questions plutôt philosophiques on notera pourtant les ombres d'un néo-libéralisme dans le sens plus large qui se dessinent à l'horizon. En effet, certaines forces libérales montantes empruntent, ouvertement ou implicitement, quelques concepts au néo-libéralisme occidental. Parfois ils essaient en même temps de surmonter l'amalgame intellectuel, répandu dans le monde arabe, entre libéralisme et néo-libéralisme, et entre courant conservateur et socialisme démocratique. Il est essentiellement dû au manque de maturité de l'esprit théorique capable de distinguer les différents courants. Wahid Abdel-Méguid le démontre très bien dans son étude sur le néo-libéralisme et les courants conservateurs (parue dans Rassa'il al-Nida' al-gadîd n° 62, 1995).

8Notre étude est fondée sur la prémisse qu'il y a des contraintes qui entravent l'adhésion totale au libéralisme dans le monde arabe, faisant ainsi apparaître le libéralisme comme un mythe complètement détaché de la réalité.

9Les contraintes en question se manifestent dans l'alternance au pouvoir, dans la mainmise de l'État totalitaire arabe sur l'économie, et enfin dans l'exclusion par les gouvernements de certains courants politiques de l'arène politique, notamment le courant de l'Islam politique.

La problématique de l'alternance au pouvoir

10En ce qui concerne le sommet de l'État dans les monarchies, l'alternance au pouvoir semble réglée par les constitutions et d'autres règles bien établies. En général, ces régimes codifient à des degrés différents la succession au pouvoir entre les membres de la famille régnante. Le fait que les règles coutumières, juridiques ou constitutionnelles, peuvent être modifiées au profit d'une branche ou d'une autre de la famille, engendre parfois une lutte acharnée pour le pouvoir.

11Cependant, l'alternance entre les courants et partis politiques au niveau des gouvernements est fort différente d'une monarchie à l'autre. Après l'instauration d'un degré de pluralisme politique en Jordanie, l'alternance entre les représentants des différents partis politiques dépendait toujours de la volonté du roi, et de son appréciation des conjonctures que vit le pays. Le souverain devait également prendre en considération l'équilibre entre la dynamique des relations interarabes et les alliances avec les grandes puissances. Néanmoins, il n'a pas toujours été tout à fait libre d'action, car il fallait également tenir compte du poids relatif des divers courants politiques et des pressions de l'opinion publique. Celle-ci allait parfois dans le sens de choix politiques que la volonté du roi ne pouvait par suite qu'entériner. Cela est très bien illustré par l'accession au pouvoir, durant les années 1950 et 1960, de politiciens nationalistes, portés par la vague de panarabisme déclenchée par l'Égypte sous la direction de Nasser

12Par le choix minutieux et judicieux du chef du gouvernement adapté au moment, le régime jordanien gère avec une rare aisance l'opération de l'alternance au pouvoir. La qualité des chefs de gouvernements qui ont exercé le pouvoir depuis la conférence de Madrid et jusqu'à présent met en lumière la très grande diplomatie avec laquelle le régime jordanien gère la scène politique, répondant avec précision aux évolutions et aux développements qui découlent du processus de paix.

13Il n'en est pas de même pour l'Arabie Saoudite où au niveau du souverain l'alternance a connu des crises notables, avant d'être plus récemment mieux institutionnalisée. D'autre part, l'inexistence de partis politiques exclut l'alternance « visible » au niveau ministériel.

14Cette alternance semble plus complexe en ce qui concerne les régimes républicains de la région. La légitimité de la plupart d'entre eux émane d'un coup d'État militaire qui, selon les rites politiques arabes, revêt rapidement l'aspect d'une révolution. Les choses se compliquent davantage quand les instigateurs du coup d'État appartiennent à un parti politique ; ce dernier devient alors automatiquement l'unique formation présente sur la scène. Dans ce genre de régimes, l'alternance ne s'est jamais produite de façon pacifique. L'exception à cette règle est le régime égyptien, qui a puisé sa légitimité dans la révolution de 1952, et où le pouvoir est passé de Nasser à Anouar al-Sadate, puis à Hosni Moubarak, selon les dispositions de la Constitution. Il n'en demeure pas moins que ce cas, à lui seul, ne peut constituer une référence. Dans tous les autres régimes arabes basés sur un coup d'État-révolution, les putschs se sont succédé, jusqu'à ce que le dernier parmi eux réussisse à museler les voix de l'opposition, sous l'hégémonie totale du parti unique.

15Cela revient à dire que l'alternance au pouvoir est impossible tant que les coups-révolutions et à leur suite les forces armées jouissent d'une légitimité actuelle. Cet état des choses ne peut être dépassé qu'à l'aide d'un multipartisme véritable, reposant sur un pluralisme politique réel et non sur une parodie de pluralisme comme le mettent en scène les régimes autoritaires (sultawi) en créant artificiellement des partis politiques ou en les réactivant sous haute surveillance. Ces partis ne deviennent au bout du compte que de tristes pantins dans un théâtre de l'absurde. Dans ce contexte, le parti au pouvoir est maître du jeu durant les consultations législatives. Utilisant sa mainmise sur le politique, le sécuritaire, et l'économique, il peut même éluder tout soupçon de fraude à son égard. Le pluralisme politique devient ainsi un très bon moyen pour redorer le blason du pouvoir sur le plan intérieur, régional et international.

16Dans le cas où le pluralisme politique échappe au joug de l'autoritarisme et aux contraintes intérieures et internationales, le multipartisme naissant doit fournir des efforts colossaux pour asseoir sa crédibilité. D'autant plus qu'avant l'époque des putschs-révolutions, il a fait preuve de stérilité, car il était incapable de régler les problèmes de la société et de combler les écarts de classes. A l'inverse, les régimes putschistes ont, eux, plus au moins réussi dans le domaine du développement économique à améliorer le niveau de vie des citoyens.

17En fait, les partis politiques ne peuvent asseoir leur crédibilité et prouver leurs compétences dans l'alternance au pouvoir qu'à travers un discours politique concret et flexible, sachant s'adapter aux changements locaux, régionaux et internationaux. Leur discours politique doit se distinguer par sa clarté et sa spécificité par rapport à celui du pouvoir. Si ces partis adoptent, dans leurs campagnes électorales, un discours vague du genre de « l'Islam est la solution » la vie démocratique ne connaîtra aucune évolution. Celle-ci pourrait être déclenchée seulement par la compétition autour de politiques bien définies, avant d'être soumises à l'opinion publique.

18Après cela, et même peut-être bien avant, demeurera la barrière des forces armées qui entrave l'application totale du principe de l'alternance au pouvoir. En effet, ces forces ont été le support de la légitimité et de la continuité des régimes politiques républicains arabes, en tant que principale ligne de défense garantissant la stabilité politique.

19Cet aspect sensible, épineux et souvent esquissé de la question sera au centre de notre étude. Nous prendrons donc l'exemple de l'Égypte – qui est un cas typique en cette matière, puisque le coup d'État militaire de 1952 a vite pris les formes d'une révolution après que les officiers libres « Al-dubbât al-ahrâr » ont repris à leur compte le projet échafaudé par le mouvement nationaliste de 1945 à 1952. Cette étude de cas nous permettra d'identifier les différents rôles jouées par les forces armées dans les systèmes politiques arabes en général et dans celui de l'Égypte en particulier.

20De 1952 à 1963 : Durant cette période, l'armée était le réel soutien de la révolution. Cependant la direction politique, et notamment Gamal Abdel-Nasser lui-même, a pris soin de l'écarter des batailles politiques. Les directives étaient claires : ceux parmi les officiers libres qui voulaient se mêler de politique devaient quitter les forces armées immédiatement. Symboliquement, les officiers qui ont occupé des postes politiques ont quitté leur tenue militaire, réaffirmant ainsi le caractère civil du régime. Aucun effort n'a été ménagé pour contrecarrer les velléités putschistes au sein de l'armée égyptienne. Les jugements ininterrompus d'officiers tentés par cette aventure témoignent de la volonté du régime d'isoler les forces armées de la scène politique.

21De 1963 à 1968 : L'année 1963 représente un point de rupture dans le rôle politique de l'armée. Cette année fut le théâtre de ce qu'on appelle le coup d'État silencieux. Les forces armées, avec à leur tête le maréchal Abdel-Hakim Amer, avaient pris le devant de la scène politique, en tant qu'institution indépendante de la direction politique. Les faits relatifs au conflit qui a opposé à cette époque le président Gamal Abdel-Nasser et le maréchal Abdel-Hakim Amer sont suffisamment bien connus pour ne pas être détaillés ici. Ce conflit n'a pris fin qu'avec la défaite de 1967 et le déclin de l'institution militaire jusque-là montante. Le maréchal s'est suicidé et tous ses alliés ont été liquidés.

22Veillant toujours à imposer la règle de l'autorité du politique sur le militaire, le président Abdel-Nasser a œuvré sérieusement par la suite pour la mise en place d'une armée professionnelle, régie par les règles du professionnalisme et non par celles de l'allégeance qui l'emportaient auparavant.

23Entre 1968 et 1981 : Cette tendance vers la professionnalisation de l'armée s'est consolidée à l'époque du président Anouar al-Sadate, qui a su tirer tous les enseignements du conflit ravageur qui avait opposé son prédécesseur au maréchal. Il s'est donc attaché à un changement cyclique et parfois soudain, aux allures de mini-putsch, de ses ministres de la Défense.

24Avec l'avènement du président Hosni Moubarak, la règle s'est ancrée, surtout après la victoire de 1973. La non-ingérence du militaire dans le politique a été codifiée. Le rôle de l'armée se cantonne désormais dans la protection de la sécurité nationale et la défense de la légitimité constitutionnelle.

25La première mission de l'armée est certes claire. La deuxième requiert davantage de méditation. Car, en fait, quelles sont les limites de la défense de la légitimité constitutionnelle ?

26Avant de répondre à cette question, il faut avouer que toute évocation du rôle des forces armées dans le système politique de l'Égypte relève du tabou, qu'on ne peut aborder qu'avec maintes précautions. Ce sujet est néanmoins aujourd'hui débattu dans les conférences académiques organisées par les centres de recherche politique, et même dans les colonnes des journaux. Cela est certes un changement d'attitude considérable, d'autant plus que cette question est intimement liée à l'avenir du processus démocratique.

27Parmi les principaux titres parus à ce sujet, le livre dirigé par Ahmad Abdallah « Al-gaych wa-l dîmûqrâtîyya fi Misr » (L'armée et la démocratie en Égypte, Le Caire, Sinâ li-l-nashr, 1990). Le livre comprend plusieurs études effectuées par un groupe de politologues célèbres : Magdi Hamad, Gihad Auda, et une étude traduite du chercheur Robert Springborg sur le président et le maréchal. Cet ouvrage de référence expose de manière globale le rôle des forces armées dans le système politique égyptien, dans le passé et dans le présent, et il comporte des visions sur l'avenir. Il est d'autant plus important qu'il comprend une annexe où sont publiés les articles journalistiques abordant les divers aspects de ce sujet : les dépenses militaires, le rôle politique de l'armée, ses thèses sur la sécurité nationale et ses relations avec les puissances mondiales à travers les différents projets militaires.

28Ces études académiques nous permettent encore une fois de constater que le rôle des forces armées dans la défense de la légitimité constitutionnelle n'a été ni suffisamment ni assez profondément débattu.

29Cependant il faut avouer que l'éminent politologue qu'est Ahmad Abdallah a su lever le voile sur la question, dans un article publié dans le journal al-‘Arab daté du 01/08/1986 et intitulé « Une nouvelle question sur la scène politique égyptienne : le cavalier va-t-il descendre de sa monture ? ». Il écrit que la polémique dans laquelle s'est lancée la presse égyptienne autour des questions des dépenses militaires, des privilèges des officiers et de leur ingérence dans l'activité économique, relève d'une question encore plus vaste que le rôle des militaires dans la vie politique égyptienne et le degré de menace qu'ils constituent pour le cadre relatif de la démocratie. Ainsi l'auteur avance que l'heure est venue pour les élites civile et militaire du régime de s'engager ensemble avec l'opposition dans un dialogue franc à ce sujet. Ce dialogue doit porter sur trois niveaux :

30« 1) Les militaires doivent être représentés dans le dialogue national, qui n'a que trop tardé et qui devrait réunir les différentes forces politiques, au pouvoir et dans l'opposition, sur un pied d'égalité, afin de discuter une question cruciale : comment sortir l'Égypte de sa crise économique et développer son système politique pluraliste, avant que ne s'impose l'alternative de réaliser les mêmes objectifs sans passer par la voie du dialogue »

312) Les militaires doivent exposer le rôle qu'ils entendent jouer en cas d'anarchie civile intérieure et les craintes qui les poussent à garder leur mainmise sur le pouvoir. Les civils à leur tour devront poser leurs conditions pour limiter l'action militaire à la défense de la légitimité constitutionnelle. Ils devront proposer des voies politiques qui évitent l'anarchie sociale et ainsi garantissent la non-ingérence de l'armée. En un mot, les deux parties devront discuter de questions détaillées comme la passation de pouvoir entre les partis, la création de nouveaux partis et l'élargissement du champ de la liberté d'expression.

323) Militaires et civils doivent discuter des moyens nécessaires pour maintenir le niveau de la performance militaire et pour porter la performance civile au même niveau. Mais ces moyens doivent, dans le même temps, écarter toute implication directe de l'administration militaire dans le domaine des activités économiques. En effet, il est inconcevable que l'armée demeure la seule institution jouissant d'une bonne organisation, alors que l'anarchie sévit dans les institutions civiles. En d'autres termes, on pourrait transférer quelques expériences militaires au civil, sans pour autant militariser l'économie. Parallèlement, les deux parties devront œuvrer pour diminuer les écarts entre les privilèges réservés aux militaires et ceux qu'obtiennent les civils ».

33Du côté des journalistes, ‘Adel Hussein, l'ex-rédacteur en chef du journal al-Cha‘b, est celui qui a le plus débattu la relation des forces armées avec le régime politique égyptien. Il a consacré à ce sujet deux articles. Le premier intitulé « L'armée et l'avenir de la démocratie (al-gaysh wa-l-mustaqbal al-dîmûqrâtîyya) » (dans al-Cha‘b du 07/01/1986) et le deuxième « A propos de l'armée, encore une fois ('an al-gaysh marratan ukhra) ».

34Il écrit dans le premier qu'il faut trouver une formule solide et saine à la relation entre les deux ailes civile et militaire de l'État. Et c'est là un avis qui n'a rien à voir avec nos positions personnelles envers la révolution de 1952. Débattre de cette question ne veut pas dire qu'il y a un problème immédiat et direct. Cela est cependant nécessaire pour la mise en place d'un processus démocratique permanent.

35« Définir la relation entre les ailes civile et militaire, et la complémentarité des responsabilités entre les deux, requiert des modifications constitutionnelles. Néanmoins, la définition de cette relation peut prendre, dans un premier temps, la forme d'institutions spéciales, aux compétences bien définies (des commissions de sécurité nationale par exemple), qui constitueraient en elles-mêmes des traditions plus fortes dans leur effet et leur implantation que n'importe quel amendement constitutionnel… C'est d'ailleurs le cas dans des pays possédant un corps politique stable.

36La démocratie est un système complexe qui revêt dans une même société des formes diverses. Les élections et les partis sont celles qui conviennent aux civils pour l'alternance au pouvoir. Cependant, ces formes ne peuvent évidemment pas convenir aux militaires ; car l'armée est une institution nationale permanente qui accompagne l'État tant qu'il existe. C'est pour cela que les États créent des formules adéquates afin de trouver un terrain d'entente entre l'armée permanente et les gouvernements changeants.

37Je ne crois pas détenir une formule précise… Plus encore, je ne crois pas qu'il soit judicieux d'avancer des avis précipités sur une telle question… Il suffit que toutes les parties nationales réalisent que j'ouvre là un dossier dangereux que ni le gouvernement, ni l'opposition n'ont le droit d'ignorer s'ils ne se contentent pas d'œuvrer au jour le jour et regardent vers l'avenir. Ignorer cette question, c'est adopter la politique de l'autruche.

38Plusieurs problèmes subsidiaires relatifs à la démocratie sont difficiles à comprendre ou à résoudre, si nous ne commençons pas par cette question de base… Le président Moubarak est-il arrivé au poste de vice-président de la République, et par suite à la présidence de la République, à travers le Parti national démocrate (PND) ? Il a en fait accédé au poste de vice-président avant la constitution du PND, ou même celle du Parti Misr. Il était soutenu par la nation entière en tant que symbole de l'armée victorieuse d'Octobre.

39Pourquoi donc brouiller les cartes et attribuer le mérite à un parti défini, pour l'ériger à son tour en symbole de stabilité, donc en espèce différente des autres partis ? Cet amalgame complique davantage la question de la démocratie et des réformes démocratiques.

40La séparation entre la personne du président et le PND doit être envisagée à partir de la vision élargie que nous venons d'aborder… Mais la démocratie a besoin, malgré cela, de bien plus ».

41Dans son deuxième article, Adel Hussein revient à la charge : « Reste une autre question : les principes essentiels de la stratégie militaire concernent-t-ils seulement les militaires ? Nous répondons que cet état de choses ne peut durer. Les principes généraux dans ce cadre sont liés à d'autres principes qui, eux, concernent l'activité civile. Ainsi, il est demandé aux industriels par exemple de se tourner vers la production locale et la technologie nationale pour diminuer leur dépendance sur les importations. Je considère que ce principe est tout aussi valable pour les militaires. Ceux-ci doivent, eux aussi, agir sous le contrôle de la société et de l'État.

42Ce n'est là qu'un simple exemple, mais qui illustre bien notre question. La discussion de ces principes concerne-t-elle uniquement les militaires ?

43La troisième question est de savoir si la définition des objectifs d'une éventuelle opération militaire ou l'établissement de la liste des ennemis potentiels sont l'apanage exclusif des militaires. La décision de déterminer l'ennemi numéro 1 entre la Libye ou Israël relève-t-elle exclusivement des militaires ? Je crois que la réponse à cette question ne susciterait aucune divergence d'opinion.

44Outre la nécessité de la participation des civils aux questions militaires, il est du droit, voire du devoir, de l'armée d'interférer à un certain degré dans les domaines civils. En d'autres termes, l'interaction et la coopération entre l'armée et les ministères ou autres institutions civiles est indispensable.

45L'armée ne doit pas seulement focaliser son attention sur sa part du budget national, mais l'étendre à l'ensemble des revenus du budget, de manière à exploiter les ressources humaines, par exemple, selon les priorités de la défense nationale. Ce qui revient à dire que la direction militaire a le droit de s'assurer que l'enseignement et la formation, ainsi que l'orientation économique, peuvent lui être profitables.

46Enfin, comment envisager que les militaires ne puissent suivre l'évolution des relations arabes et mondiales, qui sont intimement liées, positivement ou négativement, à la capacité défensive ? Les militaires ne peuvent pas se contenter de garantir l'approvisionnement en armes sans se soucier des conditions politiques inhérentes à l'achat d'armes ».

Le rôle économique de l'État

47Il est tout aussi/également impossible d'instaurer un régime véritablement libéral tant que dure l'hégémonie de l'État sur la totalité des activités économiques. Une hégémonie qui s'exerce soit par l'intermédiaire de la planification centralisée, soit par la mainmise indirecte sur le marché par le biais des sociétés du secteur public. L'État a également à son service un réseau de réglementations et de lois contraignantes pour la liberté de l'activité économique. La fin de cet état de choses est d'autant plus nécessaire que force politique et force économique sont indissociables. D'ailleurs, dès le départ l'État autoritaire a saisi l'essentiel de cette règle générale. C'est ainsi qu'il a renforcé son autorité politique par une hégémonie totale sur la direction économique du pays. Par exemple, les lois d'égyptianisation des intérêts étrangers, appliquées dès 1958, ont rapidement cédé la place à celles de la nationalisation en 1963. Elles conféraient dès lors un pouvoir total à l'État dans le champ des activités économiques.

48Le paysage a depuis considérablement changé. L'autoritarisme politique lâche graduellement du lest, laissant place au pluralisme politique limité. La planification centralisée prend du recul au profit de l'économie du marché et aux privatisations. Ces slogans sont certes en vogue. Mais il n'en demeure pas moins que les organismes étatiques résistent farouchement à la privatisation des entreprises publiques, parce que celles-ci représentent tout simplement l'un des meilleurs atouts de la force politique. Que deviendrait l'État sans entreprises gérées sans aucun contrôle, et dont les bénéfices sont gracieusement distribués à ses alliés politiques ? A partir de là, il est aisé de comprendre le comportement de l'État, qui se résume en fait en deux mots : un pas en avant, deux pas en arrière ! Cela ne veut aucunement dire que nous sommes adeptes d'une liquidation du secteur public à n'importe quel prix, et donc à une dilapidation du capital du peuple égyptien. Nous sommes pour une rationalisation de l'activité de ce secteur. Cela lui éviterait de se transformer en petites féodalités économiques, sur lesquelles le peuple n'aurait aucun contrôle. Les entreprises du secteur public dont l'activité serait rationalisée sont à même de constituer un solide pilier pour un projet national visant, à l'aube du xxie siècle, à moderniser le pays et à développer qualitativement l'économie égyptienne en vue de faire face à la compétitivité mondiale. En résumé, la persistance de l'hégémonie étatique sur l'économie est une entrave à l'adhésion complète au choix libéral.

49Mais, partant d'une analyse comparative, il s'avère que la question du rôle économique de l'État est très complexe. Elle suscite des interrogations, même dans les pays industrialisés. Ceux-ci ont très tôt pris l'habitude de promulguer des législations relatives à la sécurité sociale et à la prise en charge médicale, pour pallier tout conflit de classe risquant de détruire l'avancée du capitalisme. Bismarck était en cela le précurseur pour tous les pays européens industrialisés, qui ont par la suite essayé de devancer sa vision futuriste. L'expérience historique a toutefois prouvé, surtout durant les dernières décennies, que la prospérité de ces pays, qui prennent socialement en charge leurs citoyens, décline considérablement en raison du poids financier qu'une telle politique suppose. D'où la férocité de la polémique déclenchée ces dernières années sur le rôle de l'État dans des pays comme la France ou les États-Unis. L'auteur d'un article publié dans Le Monde diplomatique, est allé jusqu'à proposer l'abrogation de toutes les lois relatives à la sécurité sociale. Le citoyen serait alors libre d'agir comme il lui plaira ! Au même moment, les États-Unis sont le théâtre d'une virulente controverse entre Démocrates et Républicains autour de la même question. La principale problématique concerne donc la politique sociale de l'État : la sécurité sociale, la prise en charge médicale et les subventions économiques.

50Une autre question est celle de l'administration et de la gestion de l'économie. Jusqu'où et comment l'État peut-il intervenir dans la sphère économique ? Ce sujet est controversé par les systèmes politiques et les idéologies oppositionnelles. Il y a là, la conception libérale classique, qui a voulu écarter l'État de l'économie, en proposant la formule de l'État gardien de la sécurité intérieure et extérieure. Mais la pratique effective a démontré que l'État doit parfois intervenir, notamment en période de crise. Cela est magistralement illustré par la politique du New Deal, appliquée par Roosevelt pour faire face à la récession. Les pressions exercées par les États-Unis sur le Japon pour que ce dernier ouvre ses marchés aux produits américains sont également très représentatives de cette tendance.

51Un autre exemple est donnée par la France : celui des plans d'orientation permettant une intervention calculée de l'État dans la sphère économique. C'est là une tentative visant à maintenir le développement économique à travers le contrôle des politiques. Elle permet d'aiguillonner les investissements vers des domaines jugés comme stratégiques par l'État.

52Il y a enfin, dans les économies socialistes, la conception de la planification centralisée, qui assure l'hégémonie totale de l'État sur l'économie. L'histoire a démontré l'échec de ce système, qui a laissé la place à l'économie de marché, parfois dans une anarchie totale.

53L'État égyptien, dans sa phase transitoire de l'autoritarisme vers le pluralisme politique, n'a pour sa part pas encore tranché quelle politique il adoptera dans ce domaine. Cela se traduit par ses hésitations concernant les privatisations et par l'absence d'une stratégie claire qui puisse définir le rôle économique de l'État en général. Celui-ci semble parfois se soumettre aux pressions mondiales de libéralisation du marché, en sacrifiant les classes moyennes et défavorisées. A d'autres moments, il résiste avec entêtement à ces pressions, prenant en considération le niveau de vie de ces classes, et les risques de déstabilisation politique que pourrait engendrer leur appauvrissement.

54Nous estimons qu'il est temps de trancher. L'État égyptien doit adopter un modèle qui définisse les domaines et les mécanismes de son intervention. Car cela est à même de consolider le développement, de permettre aux investisseurs de prévoir les politiques de l'État et de favoriser le choix libéral.

La représentation des divers courants politiques

55Le choix démocratique, s'il est adopté globalement, suppose la liberté pour tous les courants politiques de constituer des partis politiques et de participer à la vie politique sans restrictions ni limites. Mais nous savons que, même dans les pays traditionnellement démocratiques, des restrictions sont imposées aux courant politiques anarchiques, qui tendent par leur idéologie à détruire l'autorité de l'État. C'est également le cas pour les partis nazis, fascistes et pour les mouvements terroristes.

56L'analyse de la phase transitoire que vit le monde arabe révèle que l'une des restrictions majeures au pluralisme est l'interdiction pour les partis religieux et régionaux de se constituer en partis et de participer au processus politique. Ce qui entrave évidemment l'adhésion totale au modèle libéral. La responsabilité en incombe au courant de l'Islam politique, dont l'idéologie est opposée à la légitimité actuelle de l'État laïc arabe. Le projet de ce courant est de changer la nature de l'État, pour le transformer en État théocratique, c'est-à-dire remplacer les mécanismes législatifs par ceux des fatwas (avis religieux). Ce qui a cependant aggravé la situation, c'est l'apparition des mouvements terroristes qui usent de terreur et d'assassinats pour instaurer ce qu'ils appellent l'État islamique. On peut ainsi avancer que les idéologies du courant de l'Islam politique en général et le parcours des groupes terroristes constituent en soi l'une des entraves à l'évolution politique dans le monde arabe.

57En réalité, le courant de l'Islam politique suscite trois genres de problèmes, car il est composé de trois ailes :

58– l'aile épistémologique, qui tend à formuler une théorie de la connaissance islamique, en rupture avec la connaissance occidentale. Cette tendante est illustrée dans l'Institut d'études islamiques à Washington, qui a initié, depuis des années, un projet intitulé « Islamiser la connaissance ». Ces travaux ont attiré un grand nombre de sociologues arabes et musulmans, qui y ont contribué avec des recherches et des interprétations diverses. Le projet s'attelle aussi à publier des livres qui expriment sa tendance, à organiser des conférences et des rencontres et à ouvrir des représentations dans différents pays du monde arabe, dont l'Égypte. Le projet de l'islamisation de la connaissance ne résiste pas à une étude critique, car il ne repose sur aucun fondement théorique valable. Dans son essence même, il porte une vision non scientifique et non historique de l'évolution de la connaissance humaine. Au nom de la préservation de l'identité religieuse islamique, il ignore complètement la notion d'universalité de la science. Il serait faux de croire que cette tendance du courant de l'Islam politique serait secondaire et pourrait être négligée. Selon les conclusions auxquelles elle aboutit, des politiques culturelles prohibitives, qui empêcherait l'accès à la connaissance taxée d'étrangère, d'apostasie ou d'athéisme, sont possibles.

59Ainsi, la « mentalité prohibitive », selon le terme du philosophe syrien Sadeq Galal Al-Azam dans son livre du même nom, irait en se consolidant. Si les représentants de ce courant ont l'opportunité de prendre le pouvoir comme cela a été le cas au Soudan et en Iran, on doit s'attendre à une politique culturelle rétrograde, basée sur la notion de prohibition, et non sur celle de la libre circulation de la connaissance quelle que soit son origine.

60– L'aile de l'économie islamique, qui a été, au cours de ces dernières décennies, l'objet de nombreuses théories. Dans la foulée, on a vu naître des entreprises économiques de type islamique, par exemple les banques islamiques. Ce mouvement d'islamisation de l'économie s'est encore accru avec la création de sociétés financières dont les activités sont entachées d'usurpation et de fraudes.

61– L'aile politique, qui consiste à fonder l'État islamique, par définition un État théocratique, même si les adeptes de l'Islam politique le nient. En dépit des dernières déclarations de l'organisation des Frères musulmans en Égypte, cet État ne peut pas reconnaître le pluralisme politique. C'est en fait un État théocratique totalitaire, qui étoufferait les voix de l'opposition. Il justifierait les violations des droits de l'homme sur la base de fatwas et d'autres arguments religieux.

62Comment donc affronter la question de la représentation du courant islamiste dans le système politique égyptien ? La réponse requiert une analyse critique de l'ensemble du mouvement politique égyptien au cours des dernières décennies, une analyse qui dévoilerait la qualité de l'action du pouvoir et de l'opposition.

63Il est impossible d'appliquer les prescriptions du libéralisme sans régler les problèmes que supposent les trois contraintes que nous venons de développer. Les solutions adoptées devraient être créatives et bousculer les visions traditionnelles et anachroniques répandues sur la scène politique.

64Le compromis ou le consensus ne peuvent se réaliser avant la définition de la question cruciale du mandat électoral. La démocratie ne connaît pas la notion de carte blanche, qui donne tous les droits sur la vie politique et sociale, et dont résultent des projets qui monopolisent la nation ou la religion. Il faudrait donc s'entendre sur la notion de majorité. Dans ce but, il est nécessaire de mettre fin à la tendance des partis à vouloir charger cette notion de significations non démocratiques, qui ne sont pas éloignées de la notion du consensus au sens totalitaire et autoritaire du terme.

65Le mandat électoral démocratique est un mandat partiel, relatif et limité, aussi bien dans son objectif que dans le temps. La limite objective découle des principes généraux de l'État et de la société, principes reconnus par les diverses forces qui s'engagent à les respecter. Toute modification de ces principes doit passer par le consentement de ces forces réunies. Dans un pays musulman comme l'Égypte, l'Islam peut constituer le noyau de ce consensus général. Le refus par les laïcs de toute monopolisation de la religion part du souhait de voir l'Islam demeurer la propriété de tous, en tant que religion ou en tant que patrimoine civilisationel. Cela implique un accord général sur la place de l'Islam dans le système politique, et non son éviction des fondements de ce système. Car la logique de l'éviction attiserait encore plus la tendance du courant islamiste à monopoliser la religion. En effet, si les islamistes ont l'intention de s'intégrer dans le système politique, ils devront accepter la notion de l'Islam en tant qu'un des fondements de l'État. Voilà le marché que nous proposons comme introduction au règlement historique de la division culturelle.

66Sans entrer dans les détails, nous pouvons avancer que ce règlement repose, du point de vue procédural, sur deux piliers. Il faut d'abord s'entendre sur le moyen de réaliser l'harmonie entre la sharî‘a (loi islamique) et le système juridique, et cela grâce à une formule moderniste. Ensuite, il faut fixer les principes à même de garantir cette harmonie au niveau législatif. La règle à ce sujet est que « le législateur n'autorise pas ce qui est interdit (harâm) et n'interdit pas ce qui est permis (halâl) ». Cela doit être réalisé sans porter atteinte au caractère démocratique et civil du système politique.

67Le deuxième pilier suppose que les programmes du ou des partis islamiques soient en accord avec ce caractère, et suffisamment clairs sur les politiques qu'ils adopteraient en cas d'accession au pouvoir. La limitation du mandat dans le temps signifie que l'exercice du pouvoir par un parti ou une coalition est soumis, à intervalles réguliers, à de nouvelles élections.

68L'évolution du pluralisme limité vers la démocratie dépend de l'adhésion au concept relatif et partiel de la majorité. Adhésion qui suppose une entente générale sur les fondements principaux du système politique démocratique qu'aucun courant ne peut modifier unilatéralement, sous la bannière d'une majorité quelle qu'elle soit. On ne pourra mettre fin à la division culturelle, et ce qu'elle engendre de batailles, qu'en intégrant la question de l'Islam dans les fondements de l'État. Cette intégration doit passer par un réel dialogue et par des négociations, qui aboutiraient à une formule contractuelle stipulant les engagements et les garanties. La désunion culturelle des forces politiques n'offre aucune alternative aux tueries. Seul un consensus autour des règles du jeu dans le système démocratique en viendraient à bout. Le débat à ce sujet reste ouvert.

Auteur

Centre d’études politiques et stratégiques d’Al-Ahrâm

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable