Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Le paradigme égyptien

L'évaluation du role des islamistes dans les syndicats professionnels égyptiens

Amani Qandil

Texte intégral

1Nous nous sommes précédemment penchées sur l'efficacité des syndicats professionnels égyptiens (rôle dans le processus de transformation démocratique, influence sur la participation politique, position par rapport à certaines questions nationales et internationales). Cette étude tente, pour sa part, d'évaluer le rôle joué par les islamistes au sein des syndicats professionnels, depuis le milieu des années 80. Ils constituent aujourd'hui une force majeure au sein des conseils des syndicats des médecins, des ingénieurs, des pharmaciens et des avocats et ne sont pas absents des autres.

2Le rôle croissant des islamistes dans les syndicats professionnels a suscité des débats portant sur leur influence, l'unité de l'action syndicale, l'efficacité des professions et les exigences de leurs membres. On a pu constater un phénomène de polarisation, entre ceux qui s'opposent entièrement à l'activité des islamistes et ceux qui la soutiennent, sans que la discussion ne se base sur des paramètres logiques qui permettent l'évaluation et l'explication du succès des islamistes au sein de ces syndicats.

3Il semble nécessaire d'interpréter les raisons pour lesquelles le phénomène islamiste est perceptible dans certains syndicats et pas dans d'autres, tout comme il peut être utile d'évaluer l'action des islamistes au sein de ces groupements du point de vue de la transformation démocratique et de la nature du rapport qui existe entre cette action et le phénomène de la violence politique.

4Mes hypothèses sont les suivantes. Premièrement, le fait que les islamistes — et plus spécifiquement les Frères musulmans — aient adhéré aux règles du jeu politique, même en l'absence de toute légalisation, a diminué la possibilité de leur recours à la violence. Parallèlement, l'obstruction que fait l'État à leurs activités augmente les possibilités d'un tel recours. Deuxièmement, les islamistes veillent à ce que leur présence sociale et politique au sein des syndicats professionnels — à laquelle ils tiennent, eu égard aux limites du système partisan — se révèle attractive pour la classe moyenne et lui donne conscience de l'utilité politique de l'action syndicale. Les règles du jeu politique sont donc respectées, en dépit de la violence de l'État à leur encontre. Troisièmemet, un rapport de cause à effet existe entre l'efficacité des services rendus aux membres des syndicats dominés par les islamistes et le rôle politique de ces derniers. Le syndicat des avocats — forteresse du libéralisme en Égypte —, en se révélant incapable de satisfaire les exigences socio-économiques de ses membres et en se concentrant exclusivement sur l'action politique, est passé aux mains des forces islamistes qui ont, elles, parfaitement utilisé la carte économique et sociale.

Le phénomène islamiste au sein des syndicats professionnels

5Qui sont les islamistes dont on parle quand il s'agit des syndicats professionnels ? Il s'agit surtout des Frères musulmans, qui forment la grande majorité dans les conseils syndicaux dominés par les islamistes. On peut y ajouter un très petit nombre de membres d'autres groupements islamistes, qui se sont alliés avec les Frères pour certaines élections syndicales (Syndicat des avocats essentiellement, en septembre 1992).

6Plusieurs membres des syndicats professionnels se sont alliés au groupe des Frères, ont présenté leur candidature sur la « Liste islamiste » et se sont alignés sur les programmes électoraux adoptés par les islamistes, sans pour autant qu'ils ne soient explicitement membres de la Confrérie.

  • 1 Al-Sayyid H., al-Wafd, 14 Janvier 1993.

7La présence des islamistes dans les conseils des syndicats professionnels remonte au milieu des années 80, commençant par le syndicat des médecins, puis s'étendant aux syndicats des ingénieurs et des pharmaciens. Il faut toutefois faire remonter le début de leur action aux premières années de la décennie 1970, moment à partir duquel elle a connu une progression constante et tranquille. La plupart des leaders syndicaux islamistes appartiennent à la génération des jeunes Frères musulmans, qui ont dirigé le mouvement estudiantin dans les universités égyptiennes pendant les années 70. Ces « jeunes Frères » acceptent les règles du jeu politique pacifique tout en essayant de provoquer des changements graduellement. Ils ont, en même temps, profité de l'expérience de la génération précédente et ils ont pu bénéficier d'une forte organisation, d'une action précise et d'un travail collectif fondé sur la foi. C'est ce qui à fait dire au président du Syndicat des médecins, dont le conseil est contrôlé par les islamistes : « Nous devrions nous inspirer de la rapidité des islamistes, de leur efficacité, de leur ordre, de leur sens du travail, de la fermeté de leurs principes, et, toutes raisons qui font leur réussite, pendant que les autres se noient dans la gabegie, le désordre et le négativisme. »1

8Il existe toutefois d'autres raisons au succès des islamistes. D'abord, leur capacité à saisir et utiliser les changements politiques, sociaux et économiques qui bouleversent la société égyptienne. Une crise majeure des années 80 fut celle de la distribution, quand les pressions économiques se sont multipliées et ont commencé à exercer un poids sur la classe moyenne (hausse des prix, pénurie des logements, disparition de certains services essentiels, dans le domaine de la santé essentiellement, suite à la privatisation). Les islamistes, au sein des premiers syndicats qu'ils avaient dominé, ont alors tenté d'aborder les problèmes socio-économiques des membres et de satisfaire leurs besoins essentiels. Une autre crise fut celle de la participation politique, quelques années après l'adoption du pluripartisme. Les islamistes et l'élite de la classe moyenne ont cette fois pris conscience des limites du système multipartite. Certains syndicats professionnels se sont alors transformés en tribunes politiques attirant islamistes, forces de gauche et nassériennes, ainsi que des figures symboles du gouvernement au sein du monde syndical. C'est dans ce cadre que l'action politique des islamistes s'est intensifiée.

  • 2 Qandîl A., "al-Jarâ'im al-iqtisâdiyya al-mustahdatha fî al-niqâbât al-mihniyya, dirâsa hâla li-niqâ (...)

9Une autre raison tient à la situation propre aux syndicats professionnels : négligence des intérêts spécifiques des membres, luttes intestines, projets déficitaires2, explosion des adhésions (le nombre des membres du Syndicat des professeurs, par exemple, est passé de 250 000 en 1985 à 750 000 en 1992). Tout cela a conduit à la multiplication et à l'intensification des revendications. Il faut également noter que la structure démographique des syndicats a changé, les moins de 35 ans représentant en moyenne plus 40 % des membres, avec ce que cela suppose comme mutations. Les islamistes ont alors entrepris une action efficace auprès des membres les plus jeunes, mobilisant les thèmes économiques et sociaux, de la lutte contre la corruption et de l'amélioration des services destinés aux membres.

  • 3 Al-Aryan I., interview, Le Caire, 14 octobre 1993.
  • 4 A. al-Sayyid H., op. cit.

10Une troisième raison vient de ce que le succès des premiers syndicats professionnels dont les conseils étaient dominés par les islamistes (médecins et ingénieurs) a ouvert la voie à leur succès au sein d'autres syndicats. Tous ont adopté une stratégie à deux volets : augmentation de la base des bénéficiaires des services sanitaires et sociaux3 et développement d'une action politique nationale totalement indépendante de l'État et utilisée pour faire pression sur le gouvernement dans l'intérêt des membres. Il convient ici de remarquer que les islamistes ont veillé à ce que la présidence du syndicat revienne à une personnalité éminente jouissant de l'acceptation et du respect du gouvernement et lui permettant donc de servir de médiateur entre les exigences du groupe et celles de l'État. A l'exception du Syndicat des ingénieurs (février 1993), on n'a pas assisté à des conflits entre le président (non-islamiste) et la majorité des membres des conseils des syndicats dominés par le courant islamiste. Le président du syndicat des médecins a ainsi pu constater que « toutes les décisions du conseil du syndicat sont prises à l'unanimité, et non pas uniquement sur la base d'un vote majoritaire. Tant qu'il y a un accord sur le cadre général des différents problèmes, il ne peut y avoir divergence d'opinion ou contradiction entre mon avis, en tant que président, et celui du conseil dont la majorité appartient au courant islamiste »4.

Le poids des islamistes dans les syndicats professionnels

11Il y a 22 syndicats professionnels en Égypte. Le plus récent de ces syndicats est celui des physiothérapeutes, qui a acquis un statut légal en 1993. Tous syndicats confondus, l'on compte environ 3,5 millions de membres. Les islamistes occupent la majorité des sièges des conseils, et surtout de cinq d'entre eux (cf. tableau 1).

T. 1 : les islamistes dans les conseils des syndicats professionnels (1992)

T. 1 : les islamistes dans les conseils des syndicats professionnels (1992)

12La majorité des islamistes représentés dans ces cinq conseils appartiennent aux Frères musulmans. Il existe, en outre, d'autres syndicats où les islamistes ont remporté des succès partiels : journalistes (5 000 membres), commerçants (310 000 membres), agriculteurs (250 000 membres) et professeurs (750 000 membres).

13Il est intéressant de constater que les islamistes ont mieux réussi à pénétrer les conseils de syndicats professionnels de dimension moyenne ou petite (médecins pharmaciens, par exemple), alors que dans les grands syndicats (professeurs, agriculteurs, commerçants), ils sont restés minoritaires et se sont contentés d'une action politique et culturelle. Il y a donc un rapport entre la dimension du syndicat et la possibilité d'une domination islamiste. Si l'on prend l'exemple du Syndicat des professeurs, on constate qu'en dépit de son profil socio-économique qui devrait en faire un terrain propice aux activités des islamistes, il n'est pas encore tombé sous leur contrôle. Leur domination ne s'est manifestée qu'à l'occasion de l'agitation qui a secoué le milieu des professeurs en 1992 (meetings de Minya, du Fayoum, de Banî Suwayf) et qui visait à l'amélioration du système des primes et à l'amendement de la loi sur le syndicat des professeurs qui avait permis au gouvernement de maintenir jusque-là sa domination.

Évaluation du rôle des islamistes au sein des syndicats professionnels

  • 5 Article 2 de la loi n° 66 de 1974 sur le syndicat des ingénieurs, article 121 de la loi n° 17 de 19 (...)
  • 6 Article 2 sur le syndicat des ingénieurs, article 4 de la loi n° 40 de 1973 sur le syndicat des agr (...)
  • 7 Voir, par exemple, l'article premier de la loi sur le syndicat des ingénieurs, l'article 2 de la lo (...)

14La révision des lois des syndicats professionnels révèle leur triple fonction : développer la profession en améliorant le niveau scientifique et professionnel, en en préservant la dignité et en en aménageant l'exercice5 ; défendre les intérêts des membres de la profession et développer une solidarité interprofessionnelle (assistance économique, sociale, sanitaire et culturelle aux membres et à leurs familles)6 ; servir la société en participant à la formulation des politiques générales qui les concernent. La loi sur le syndicat des ingénieurs, par exemple, en fait une « institution consultative pour l'État dans le domaine de sa spécialité », tandis que la plupart des autres lois affirment qu'une de leurs fonctions est de servir la société, de proposer des projets dans leur domaine de compétence et de participer à la formulation des politiques et du plan de développement7.

  • 8 Al-‘Awwâ M. S., "al-‘Amal al-niqâbî bayn al-dawr al-qawmî wa al-dawr al-mihnî" (L'action syndicale  (...)

15Il faut ici rappeler que la Constitution égyptienne de 1971, telle qu'amendée en 1980, stipule, dans son article 56, que « l'établissement des syndicats et des unions sur une base démocratique est un droit garanti par la loi », et que les syndicats ont le devoir de « défendre les droits et les libertés octroyées par la loi à leurs membres ». Ce qui a fait dire à certains professeurs de droit que « la Constitution permet l'exercice d'une activité patriotique ou nationaliste, par le truchement du travail syndical. ..et en fait même une obligation »8.

La défense des intérêts des membres et de la profession

16Cette question est fondamentale dans l'évaluation du rôle des islamistes au sein des syndicats professionnels. Elle constitue la source principale de leur succès. On pourra tenter une évaluation des projets entrepris et du nombre des bénéficiaires pour les syndicats des médecins, des ingénieurs et des pharmaciens, l'action s'inscrivant ici dans une période de temps suffisamment longue, ce qui n'est pas vrai pour les syndicats des avocats et des hommes de sciences.

  • 9 Revue des médecins, n° 115, juin 1993, p. 43.

17L'importance des services sanitaires fournis aux membres est évidente, surtout si l'on tient compte des carences du système de la sécurité sociale en Égypte. Le projet d'assurance médicale pour les membres du syndicat des médecins a été lancé en 1988 et s'est rapidement étendu aux membres de la Fédération des syndicats des professions médicales (pharmaciens, dentistes, dermatologues et vétérinaires). L'assurance médicale est fournie aux membres ainsi qu'à leur famille. Les veuves de membres et les retraités peuvent aussi en bénéficier. Le projet a démarré avec la participation de 17 600 médecins et comprend aujourd'hui 28 000 médecins. Le nombre total des bénéficiaires était évalué à 44 000 personnes en 1988 et 81 000 en 19939. Le projet d'assurance médicale envisage l'élargissement de la base des bénéficiaires par le truchement d'un programme s'étendant aux membres des autres syndicats professionnels. Il a reçu l'appui de l'Agence américaine pour le développement, qui a mené une étude sur sa viabilité. Le syndicat des ingénieurs a adopté le même projet pour ses membres et leurs familles. 40 000 ingénieurs s'y sont inscrits, 60 000 personnes en ont bénéficié et une consolidation annuelle de 3 millions de Livres égyptiennes lui a été allouée, chiffre à comparer avec celui de 1989 (1,1 million LE). La participation à ce projet révèle sans doute un besoin objectif de services d'assurance médicale complets que le système officiel n'offre pas.

  • 10 Revue des ingénieurs, n°451, septembre 1993, p. 24.

18Un deuxième projet d'importance est le « Projet de la solidarité sociale ». Celui-ci est basé sur la participation facultative des membres à un fonds spécial pourvu d'un budget indépendant et géré par une assemblée composée de membres participants. Le projet a été lancé par le syndicat des médecins avec la participation de 3 500 membres et ce chiffre est monté en 1993 à 7 00010. Le même projet a été mis en oeuvre par le syndicat des ingénieurs et 25 000 personnes en ont bénéficié. La mise en oeuvre et le succès obtenu par le « Projet de solidarité sociale » dans les syndicats des médecins et des ingénieurs ont eu pour résultat son adoption par d'autres syndicats professionnels dont les conseils ne sont pas dominés par les islamistes, comme par exemple le syndicat des commerçants.

  • 11 Ibid., p. 24.
  • 12 Discours de ‘Isâm al-‘Aryân, octobre 1993.

19Troisième entreprise importante, le « Projet des produits de consommation non périssables distribués selon le système de la murâbaha islamique ». Les syndicats des médecins et des ingénieurs ont organisé des salles de vente pour les produits non-périssables dont les membres peuvent avoir besoin, sur la base d'un système d'achat à crédit échelonné sur plusieurs années. Le projet a obtenu un grand succès. Le nombre des bénéficiaires et l'ampleur des fonds en jeu sont révélateurs de l'importance des services fournis. Le syndicat des ingénieurs a organisé, au cours de ces trois dernières années, 25 expositions dont ont profité 40 000 personnes, avec un financement de 100 millions de Livres égyptiennes11 (pour un budget de 50 millions de Livres égyptiennes, environ 40 000 ont pu bénéficier de conditions analogues12). Le syndicat des pharmaciens a adopté un projet similaire depuis quatre ans et le nombre de ses bénéficiaires n'a fait que s'accroître. Ces expositions sont financées, suivant le système des murâbaha, par de grandes banques islamiques et par des sociétés d'obédience islamiste. Bien que ce type de projet ait été fortement critiqué par les ennemis du courant islamiste dans les syndicats professionnels, parce qu'il a recours à des capitaux de banques et de sociétés islamistes pour ses investissements, il faut relever, d'une part, le nombre de ses bénéficiaires et, en second lieu, son extension à presque tous les autres syndicats professionnels, ce qui démontre sa capacité à répondre à des besoins objectifs.

  • 13 Pour plus de détails, voir A. Qandil, "al Jarâ'im al-iqtisâdiyya al-mustahdatha fî al-niqâbât al-mi (...)

20Il convient ici de souligner l'augmentation des ressources des syndicats professionnels dont les conseils sont dominés par des islamistes et l'augmentation des pensions versées aux membres, au point de devenir, en 1993, le double de ce qu'elles étaient il y a quatre ans. Le syndicat des ingénieurs a ainsi réalisé un surplus de 39 millions de Livres égyptiennes dans son budget de 1992, alors qu'il avait subi, depuis les années 1980, une diminution de ses ressources résultant de mauvais investissements. Depuis 1984, les campagnes électorales des islamistes se sont concentrées sur la guerre à la corruption et sur l'amélioration du niveau de vie, objectifs partiellement réalisés13.

21Il est encore d'autres projets qui viennent s'ajouter à ceux susmentionnés : projets de concession de prêts aux membres (projet « Bon prêt »), d'augmentation des compensations en fonction de la nature de l'emploi (par exemple, compensations couvrant les risques de contagion pour les médecins), de construction d'habitations pour les membres (10 000 habitations dans le cas du syndicat des ingénieurs), d'organisation de projets de financement pour les petites industries (1 750 bénéficiaires du syndicat des ingénieurs, avec un financement de 10 millions de Livres égyptiennes), de fourniture de cliniques aux jeunes médecins grâce à un système de crédit.

22Autre point marquant, s'agissant des syndicats professionnels dont les conseils sont dominés par le courant islamiste, la volonté de stimuler les branches de ces syndicats en facilitant leur représentation, en les développant, en décentralisant leur gestion et la fourniture de services, en ouvrant des clubs pour leurs membres. Parallèlement, ces branches se sont plus engagées dans l'action politique.

23Il faut enfin apprécier la valeur des activités de ces syndicats dans le domaine de la protection de la profession et de l'amélioration du niveau du travail. Ceci constitue un des points faibles — malgré son importance — de l'activité des syndicats professionnels en général. Il y a eu des tentatives en ce sens, par le truchement de comités indépendants (comités d'éthique) contrôlant la performance des membres et défendant la dignité de la profession. La question n'a toutefois pas été résolue d'une façon qui mérite d'être mentionnée, tant elle est liée au climat éthique et social et au travail administratif de l'État. Si l'on prend, par exemple, le cas du syndicat des médecins, qui s'est exposé à de violentes attaques pour ses prises de position critiquant le fonctionnement des grands hôpitaux, la hausse des frais médicaux et la détérioration du niveau des services dans les dispensaires et les cliniques populaires, on constate que sa seule action a été de mener des enquêtes et de marquer sa désapprobation des abus perpétrés par quelques médecins. Le syndicat n'a pas réussi jusqu'à présent à prendre les dispositions nécessaires pour mettre un terme aux infractions au code éthique de la profession.

24Quelques éléments méritent d'être soulignés, s'agissant des réalisations propres aux syndicats professionnels dont les conseils sont contrôlés par le courant islamiste :

    • 14 Discours de Tsâm al-‘Aryân, op. cit. ; Abu al-‘Alâ Madi Amîn, interview menée le 17 octobre 1993.
    • 15 Al-Wafd, 19 février 1993.

    les services sociaux et économiques occupent une place importante dans la stratégie d'action et de mobilisation des islamistes. Au cours d'interviews, certains leaders syndicalistes ont clairement laissé entendre que les partisans du courant islamiste seraient les principaux bénéficiaires de leurs services14. On retrouve la liste des « exploits » du syndicat des ingénieurs et des bénéficiaires de ses projets en marge de l'appel lancé dans les journaux égyptiens à la veille des élections15 ;

  • le besoin objectif de services socio-économiques parmi les membres de ces syndicats explique l'augmentation constante des participants et bénéficiaires des différents projets. La prise en compte des intérêts vitaux des membres de ces syndicats est aussi un facteur essentiel de la capacité mobilisatrice du mouvement islamique. Il est clair, par exemple, que les milliers de bénéficiaires des projets mentionnés ne sont pas tous membres de l'Association des Frères musulmans.

Participation aux questions d'intérêt national et formulation de politiques générales

  • 16 Qandil A., "Les associations professionnelles en Égypte et le processus de démocratisation", Démocr (...)

25L'observation la plus importante que nous puissions faire pour commencer est de souligner les différences de rôle des syndicats professionnels dans leur participation aux questions nationales et aux politiques générales16. On peut distinguer trois types de syndicats. Le premier est très actif et s'oppose souvent à l'État. Les cinq syndicats professionnels dont les conseils sont dominés par les forces islamistes en font partie. Le second type balance entre l'intérêt qu'il porte à ces problèmes nationaux et leur rejet, ce qui s'accompagne généralement d'un repli total dans une activité purement syndicale. Certains syndicats professionnels au sein desquels les islamistes constituent une des forces d'opposition, comme, par exemple, le syndicat des commerçants, font partie de cette deuxième catégorie. Le troisième genre de syndicat, finalement, ne s'intéresse pas aux questions nationales, n'y participe pas et se concentre uniquement sur l'activité syndicale, tout en soutenant à fond la politique étatique. Le syndicat des professeurs (l'un des plus grands) constituait le modèle de ce genre jusqu'à l'agitation de 1992. Toutefois, un grand nombre de syndicats continuent de faire partie de cette catégorie (syndicats des agriculteurs, des professions sportives, etc.).

26Les moyens mis en oeuvre par les syndicats professionnels qui nous intéressent sont essentiellement les conférences, les séminaires, les déclarations et les médias. Ils s'appuient aussi, dans certains cas, sur des « alliances stratégiques » avec d'autres syndicats ou certains partis politiques de l'opposition. Les problèmes relatifs à la démocratie, aux libertés et aux droits de l'homme sont centraux. Des « comités des libertés » ont été établis au sein des syndicats des avocats, des médecins et des ingénieurs. Il existe aussi d'autres comités, tels les « comités de l'assistance humanitaire ». Ils se penchent tous sur les problèmes de la démocratie, des libertés, de la défense des prisonniers politiques et du soutien qui pourrait leur être offert. Certaines branches de ces syndicats ont également fondé des comités pour les droits de l'homme et pour la défense des libertés (Alexandrie, Mansûra, certains gouvernorats de Haute-Égypte).

27Certaines questions fondamentales sont plus particulièrement abordées par les syndicats : l'abrogation de la loi de l'état d'urgence et le respect des libertés publiques et des droits de l'homme ; la liberté de former des partis politiques et de publier des journaux ; la participation collective aux prises de décision et à la formulation des politiques générales ; le respect de l'autonomie des syndicats professionnels.

  • 17 Voir les déclarations de la Conférence de l'Assemblée des syndicats professionnels. Ses recommandat (...)
  • 18 Pour plus de détails sur la position des syndicats professionnels pendant la Guerre du Golfe, voir (...)
  • 19 Sur le problème des diplômés de l'Institut de l'autosuffisance et la position du syndicat des ingén (...)

28Ces revendications ont généralement été adoptées à l'unanimité et présentées sous forme de recommandations adoptées par les conférences de l'Assemblée des syndicats professionnels17, sorte de comité de coordination fondé principalement grâce aux efforts déployés par les syndicats des médecins et des ingénieurs. L'Assemblée des syndicats professionnels a fait preuve d'une grande efficacité au cours de la guerre du Golfe, pendant laquelle elle a réussi à mobiliser 10 conseils syndicaux (3 conseils se sont retirés plus tard de l'assemblée, à la suite du développement de l'affrontement entre l'État et ces syndicats) dans le but de signer des déclarations adressées à l'opinion publique, aux dirigeants politiques et aux ambassades étrangères en signe d'opposition à la position officielle de l'État. Ce dernier a alors usé de violence en emprisonnant les chefs islamistes et en interdisant certaines de leurs conférences et de leurs réunions18. Les syndicats professionnels qui nous concernent ont noué, depuis plusieurs années, des alliances avec les partis et les forces politiques qui ont adopté les mêmes objectifs islamistes. Ces syndicats ont signé en 1991 une déclaration conjointe avec les partis de l'opposition, exigeant une réforme constitutionnelle et politique complète. On peut aussi rappeler la position en pointe des syndicats des médecins et des ingénieurs, qui ont appuyé la plupart des partis de l'opposition qui boycottaient les élections de l'Assemblée du Peuple de 1990. Les syndicats ont également tenté de faire pression pour influencer les politiques générales relevant de leur profession ou ayant un impact direct sur l'efficacité de leur travail. Ainsi en est-il allé, par exemple, de la position des syndicats des médecins et des ingénieurs sur la question de la politique de l'enseignement supérieur. Le premier s'est opposé à l'augmentation du nombre d'étudiants admis à la faculté de médecine, arguant du danger que cela faisait courir à la formation. Ce syndicat a réussi à faire pression sur le Conseil supérieur des universités pour limiter le nombre des admissions. Le syndicat des ingénieurs, de son côté, s'est préoccupé ces dernières années du chômage des ingénieurs (à peu près 20 000 personnes) et s'est opposé à la construction de nouvelles facultés et d'instituts supérieurs pour l'enseignement universitaire. Il a aussi créé de nouvelles opportunités de travail pour certains ingénieurs, grâce à l'adoption du projet des « petites industries ». Le syndicat des ingénieurs s'est également opposé à l'État quand celui-ci a tenté d'imposer l'adhésion des diplômés de l'Institut de l'autosuffisance au syndicat, considérant que cette tentative menaçait l'homogénéité et la réputation internationale du syndicat19.

29Il nous faut mentionner l'intérêt porté par les syndicats à dominante islamiste à YUmma islamique. Les questions de la Bosnie, de l'Afghanistan et de la Somalie, qui sont venues s'ajouter à l'intérêt traditionnel porté à la cause palestinienne, au Soudan et à l'Irak sous embargo international sont là pour le prouver. Cet interêt s'est exprimé via l'activité du « comité de l'assistance humanitaire » (syndicat des médecins) ou du « comité des partisans de la Bosnie-Herzégovine ». Il est ainsi arrivé en peu de mois à recueillir plus de 50 millions de Livres égyptiennes. Un décret militaire interdit normalement la collecte de donations au sein des syndicats professionnels. Ces derniers font aujourd'hui pression sur le gouvernement pour pouvoir reprendre ce type d'activités. La loi sur les syndicats professionnels promulguée en février 1993 fait également interdiction aux syndicats de recueillir des donations.

  • 20 Revue du syndical des médecins, n° 25, op. cit., p. 22.
  • 21 Revue du syndicat des ingénieurs, n° 449, juillet 1993, pp. 22-23.
  • 22 Ibid., p. 24.

30Le comité a également envoyé 30 tonnes de denrées alimentaires et a assuré la subsistance de 1 700 orphelins. Enfin, le syndicat des médecins a ouvert à Zaghreb quatre bureaux chargés d'organiser l'écoulement de l'aide aux musulmans de Bosnie-Herzégovine20. Quant au « comité des partisans de la Bosnie-Herzégovine » du syndicat des ingénieurs, il a organisé des conférences — la plus importante étant la « conférence de l'Azhar », à laquelle, selon le rapport final, 30 000 membres des syndicats des ingénieurs et des médecins, aussi bien que des personnalités publiques, auraient participé — et des manifestations pacifiques. La conférence de l'Azhar a adopté dix recommandations réaffirmant la solidarité du syndicat avec le peuple opprimé de Bosnie-Herzégovine et lançant un appel aux rois et aux présidents des États islamiques pour qu'ils convoquent rapidement une réunion de l'Organisation de la conférence islamique et envoient des armes aux musulmans. Cette conférence a aussi invité les volontaires à s'enrôler pour participer au jihâd au nom de Dieu et a fait appel aux donations21. Il est important de signaler qu'au cours d'une conférence de la branche de Gîza du syndicat des ingénieurs, les forces de l'ordre sont intervenues pour disperser les participants, faisant usage de bombes lacrymogènes et tirant des coups de feu. Il y eut des blessés et de nombreuses arrestations de responsables. Le syndicat des ingénieurs a également envoyé une lettre au président Hosni Moubarak pour obtenir son intervention directe dans le procès des responsables de l'attaque menée par les forces de l'ordre, le soir du 16 juillet 1993, à Damanhûr, lors d'un meeting des syndicats des ingénieurs et des avocats, qui a fait plus de vingt blessés graves et s'est terminée par l'arrestation d'une centaine de médecins, ingénieurs et avocats22.

Participation politique et processus de transformation démocratique

31L'analyse portera ici sur le nombre de votes et les candidatures, ainsi que sur l'exercice de la démocratie au sein de ces Syndicats. Certains analystes ont affirmé que le succès des islamistes au sein des syndicats était essentiellement dû à leur capacité mobilisatrice et organisatrice plutôt qu'à leur capacité d'influencer les tendances générales de la participation politique. Quelques faits méritent, dans ce cadre, d'être soulignés.

  • 23 Voir, par exemple, "Kayfa saytara al-Ikhwân ‘alâ niqâba al.muhâmîn" (Comment les Frères se sont emp (...)

32Depuis le début des années 80, toutes les forces politiques ont la possibilité de jouer le jeu syndical, y compris les forces gouvernementales. Si certaines rumeurs font état du payement, dans le contexte des élections du syndicat des avocats (septembre 1992), par les islamistes, d'arriérés de cotisation pour s'assurer d'un soutien plus large (septembre 1992)23, il convient au moins de noter que ce comportement peut être reproché au Ministère de la Santé qui, en 1992 également, a mobilisé des partisans du gouvernement pour qu'ils s'opposent aux islamistes en payant leurs cotisations. Ainsi en a-t-il aussi été pour les élections du syndicat des ingénieurs pour lesquelles les Forces armées ont payé les abonnements des officiers membres.

33Par ailleurs, la participation des islamistes à la lutte électorale a amené d'autres forces politiques a davantage s'engager et présenter des candidatures, le tout suscitant une participation politique accrue par rapport aux périodes précédentes et par rapport aux syndicats qui ne sont pas dominés par les islamistes.

34La thèse qui veut que la victoire des islamistes dans les élections des conseils de certains syndicats professionnels s'est opérée au détriment d'une majorité silencieuse, affirmation souvent répétée par les médias et les leaders politiques au moment de la promulgation de la loi sur les syndicats professionnels, ne peut être considérée comme fondée sur une analyse objective des faits. Il reste toutefois à s'interroger sur les causes du silence de la majorité et de l'activisme de la minorité. La force de la foi fait sans aucun doute bouger certaines catégories spécifiques de la population. Il est surtout certain que la détérioration de la situation des syndicats professionnels eux-mêmes a contribué à la victoire d'un nouveau mouvement promettant le changement et la réalisation des revendications des membres de la profession.

  • 24 Pour plus de détails, voir le procès-verbal de l'Assemblée du Peuple, séance 34, troisième session (...)

35Il est important, à ce stade, d'évoquer plus longuement la loi 100 de 1993 approuvée par le président de la République le 17 février 1993. Cette loi reflète la conscience qu'a l'État du danger de propagation du phénomène. Cette loi a été soudainement adoptée par l'Assemblée du Peuple en deux jours24, bien que les syndicats professionnels aient bien affirmé la nécessité de leur participation à la formulation de toute loi les touchant directement. En outre, la loi 100 a été promulguée après des déclarations du président de la République et du premier ministre qui affirmaient qu'aucune loi concernant les syndicats ne serait promulguée sans leur participation. Cette loi stipule qu'un quorum de 50 % du nombre total des membres de chaque syndicat est nécessaire pour assurer la validité des élections (si ce quorum n'est pas atteint, on réunit l'assemblée générale dans les deux semaines, un quorum de 40 % des membres étant exigé cette fois ; si encore une fois le quorum n'est pas atteint le syndicat est assujetti à une tutelle judiciaire). Le but inavoué de l'opération est d'empêcher les islamistes de remporter les élections à venir. Le syndicat des ingénieurs sera le premier de ceux contrôlés par les islamistes à devoir organiser ses élections sous l'égide de la nouvelle loi.

  • 25 Al-Wafd, 20 février 1993.

36La plupart des syndicats professionnels ont opposé une résistance à l'application de cette loi. Dix-sept syndicats professionnels ont adopté une déclaration au peuple refusant cette loi « qui ignore la volonté de milliers de professionnels »25.

37La tableau n° 2 met en évidence le développement de la tendance à la participation politique dans le syndicat des médecins. Il peut servir de modèle à l'analyse de la situation propre aux autres syndicats professionnels dominés par les islamistes.

38Le nombre des participants aux votes et le nombre des candidatures ont eu, de toute évidence, tendance à s'accroître (doublement entre 1984 et 1992). La même tendance se retrouve pour le syndicat des ingénieurs. Seuls 48 000 membres (en règle de cotisation) avaient le droit de participer aux élections de 1991, et 25 000 y participèrent effectivement, réalisant ainsi la plus haute participation de l'histoire du syndicat, tandis qu'aux élections précédentes, en 1987, 14 000 ingénieurs seulement avaient participé. Par contre, sur les 150 000 membres du syndicat des avocats, 12 000 seulement ont participé aux élections de 1992 qui ont vu la victoire de la liste islamique. Ce chiffre, qui ne diffère pas des élections précédentes, constitue certainement un des défis majeurs des prochaines élections.

Tableau n°2 Chronologie des votes et des candidatures au syndicat des médecins

Tableau n°2 Chronologie des votes et des candidatures au syndicat des médecins

(Source : Syndicat des Médecins)

39L'alternance du pouvoir est une caractéristique des élections dans les syndicats dominés aujourd'hui par les islamistes. C'est évident pour la présidence comme pour les conseils. Si cette alternance aux postes principaux reste restreinte aux membres des listes islamiques et, par conséquent, à la même tendance, il n'en demeure pas moins que les personnalités candidates à devenir membre du conseil ne sont pas toujours les mêmes, contrairement à ce qui se passe dans les autres syndicats. Par ailleurs, la participation aux assemblées générales, ordinaires et extraordinaires, dépasse largement celui des assemblées générales des syndicats des journalistes ou des professeurs. A l'occasion de l'assemblée générale extraordinaire des syndicats des ingénieurs et des médecins, par exemple, ce sont respectivement 13 000 et 5 000 membres qui ont voté en protestation contre la promulgation de la loi 100. Le même phénomène peut être observé pour le syndicat des pharmaciens, dont 7 000 membres (sur 30 000) ont participé à une assemblée générale en 1992 réunie pour discuter du problème des impôts et des salaires.

40Tous les paramètres mentionnés révèlent ainsi une participation relativement plus élevée dans les syndicats professionnels dominés par les islamistes.

41Il nous reste à nous poser une dernière question, s'agissant de l'activité des islamistes dans les syndicats professionnels. Est-elle caractérisée par la violence et, dans l'affirmative, que pourrait-on dire de la violence de l'État ?

  • 26 Al-‘Aryan I., op. cit.
  • 27 Une réunion s'est tenue au syndicat des médecins sur la manière d'arrêter l'escalade de la violence (...)
  • 28 Voir, par exemple, le n° 448, juin 1993, de la Revue des ingénieurs, et les n° 114, avril 1993, et (...)
  • 29 Al-Tuhani M., Rûz al-Yûsuf, 21 Septembre 1992.
  • 30 Discours du Dr. Hamdî al-Sayyid, syndic des médecins, op. cit.

42Les syndicats professionnels dominés par le courant islamiste agissent sur des bases légales sans avoir recours à la violence. Ils ont eu recours aux clubs, aux conférences, aux déclarations et aux médias en général. Ils se sont en outre mis d'accord pour éviter que toute prise de position ou demande ne soit formulée en termes violents sans l'accord de l'Assemblée des syndicats professionnels. Un des leaders islamistes a souligné le fait que l'activité politique des syndicats s'est quelque peu essoufflée au cours de la dernière année. « Nous établissons à présent nos priorités conformément à la loi actuelle et au climat politique général »26. Par conséquent, ces syndicats ont pris position, à différentes occasions, contre le recours à la violence27 et le terrorisme28. Cela ne les a pas mis à l'abri des critiques d'analystes qui leur ont reproché de s'opposer à la vie civile et à la démocratie, de constituer l'une des deux têtes d'un hydre, celle qui agit sur la classe moyenne pour contrôler les différents postes clés de l'État, la deuxième tête utilisant pour sa part les fusils et les bombes29. Hamdî al-Sayyid30, le Président du Syndicat des médecins, a qualifié cette accusation de parfaitement absurde. Il y a eu des affrontements violents entre l'État et ces syndicats. L'un, particulièrement sérieux, a conduit à l'emprisonnement de certains leaders islamistes qui étaient des membres des conseils des syndicats des avocats, des ingénieurs et des médecins (guerre du Golfe, conférences sur la Bosnie, puis, finalement, promulgation de la Loi 100). Les forces de l'ordre ont parfois tiré des coups de feu pour disperser les participants de ces réunions (conférence du syndicat des ingénieurs à Gîza).

43Il convient donc de souligner la volonté de l'État de liquider les islamistes des syndicats professionnels en utilisant tous les moyens disponibles, législatifs ou répressifs. Cette attitude semble, elle, susceptible d'entraîner la radicalisation de mouvements jusqu'ici légalistes.

Conclusion

44Si l'on tente d'évaluer le rôle des islamistes dans certains syndicats professionnels, il est important de tenir compte à la fois du climat politique, économique et social, de la réalité des syndicats professionnels et du rôle des islamistes. Nous soutenons que le fait que les Frères musulmans, en particulier, aient accepté les règles du jeu politique pacifique et y aient participé, est un fait positif qu'il faut renforcer. A l'inverse, la tendance à les éliminer — et le recours occasionnel à la violence dans ce but — pourrait augmenter les possibilités d'un recours à venir à la violence. Les islamistes sont fortement déterminés à poursuivre leur action sur la scène politique et à maintenir leur présence au sein de la classe moyenne. Cela s'est traduit par une attitude légaliste, même quand l'État s'en prenait directement à eux (loi 100 de 1993 ou décret militaire interdisant les donations suite au tremblement de terre ou en soutien aux musulmans de Bosnie). L'action des islamistes au sein des syndicats professionnels répond à leur conviction que l'Islam social«  introduit l' »Islam politique« . Ces islamistes ont une conscience aiguë des réalités propres à la classe moyenne égyptienne et aux syndicats professionnels. Dans ce climat, les islamistes ont lancé le slogan  »l'Islam est la solution" qu'ils ont tenté de rendre crédible par la prestation de services sociaux et un intérêt accru aux questions politiques d'ordre national et international.

Notes

1 Al-Sayyid H., al-Wafd, 14 Janvier 1993.

2 Qandîl A., "al-Jarâ'im al-iqtisâdiyya al-mustahdatha fî al-niqâbât al-mihniyya, dirâsa hâla li-niqâba al-muhandisîn" (Les délits économiques imputés aux syndicats professionnels. Etude du syndicat des ingénieurs), recherche présentée à la conférence sur les délits économiques, Le Caire, al-Markaz al-qawmî li-l-buhûth al-ijtimaâ'iyya wa al-jinâ'iyya, 1993.

3 Al-Aryan I., interview, Le Caire, 14 octobre 1993.

4 A. al-Sayyid H., op. cit.

5 Article 2 de la loi n° 66 de 1974 sur le syndicat des ingénieurs, article 121 de la loi n° 17 de 1983 sur le syndicat des avocats, article 1 des lois sur les syndicats des médecins et des agriculteurs.

6 Article 2 sur le syndicat des ingénieurs, article 4 de la loi n° 40 de 1973 sur le syndicat des agriculteurs, article 2 de la loi n° 47 de 1969 sur le syndicat des pharmaciens.

7 Voir, par exemple, l'article premier de la loi sur le syndicat des ingénieurs, l'article 2 de la loi n° 45 de 1969 sur le syndicat des médecins et l'article 2 de la loi n° 47 de 1969 sur le syndicat des pharmaciens.

8 Al-‘Awwâ M. S., "al-‘Amal al-niqâbî bayn al-dawr al-qawmî wa al-dawr al-mihnî" (L'action syndicale : entre fonction nationale et fonction professionnelle), recherche présentée à la Troisième Conférence des Syndicats Professionnels, Le Caire, 1992, p. 4.

9 Revue des médecins, n° 115, juin 1993, p. 43.

10 Revue des ingénieurs, n°451, septembre 1993, p. 24.

11 Ibid., p. 24.

12 Discours de ‘Isâm al-‘Aryân, octobre 1993.

13 Pour plus de détails, voir A. Qandil, "al Jarâ'im al-iqtisâdiyya al-mustahdatha fî al-niqâbât al-mihniyya", op. cit., pp. 17-29.

14 Discours de Tsâm al-‘Aryân, op. cit. ; Abu al-‘Alâ Madi Amîn, interview menée le 17 octobre 1993.

15 Al-Wafd, 19 février 1993.

16 Qandil A., "Les associations professionnelles en Égypte et le processus de démocratisation", Démocratie et démocratisations dans le monde arabe, CEDEJ, 1992.

17 Voir les déclarations de la Conférence de l'Assemblée des syndicats professionnels. Ses recommandations ont exprimé l'envie d'indépendance des syndicats professionnels de même que leur volonté de participation aux questions d'intérêt national.

18 Pour plus de détails sur la position des syndicats professionnels pendant la Guerre du Golfe, voir A. Qandîl, "Mawqif al- niqâbât al-mihniyya min harb al-khalîj" (Attitude des syndicats professionnels sur la guerre du Golfe), recherche présentée à la Ve Conférence annuelle de sciences politiques de la faculté d'économie et de sciences politiques de l'Université du Caire, 1991.

19 Sur le problème des diplômés de l'Institut de l'autosuffisance et la position du syndicat des ingénieurs, voir Revue des Ingénieurs, n° 448, juin 1993, pp. 16-20.

20 Revue du syndical des médecins, n° 25, op. cit., p. 22.

21 Revue du syndicat des ingénieurs, n° 449, juillet 1993, pp. 22-23.

22 Ibid., p. 24.

23 Voir, par exemple, "Kayfa saytara al-Ikhwân ‘alâ niqâba al.muhâmîn" (Comment les Frères se sont emparés du syndicat des avocats), Rûz al-Yûsuf, 22 septembre 1993.

24 Pour plus de détails, voir le procès-verbal de l'Assemblée du Peuple, séance 34, troisième session ordinaire, Le Caire, 16 février 1993, pp. 89-93.

25 Al-Wafd, 20 février 1993.

26 Al-‘Aryan I., op. cit.

27 Une réunion s'est tenue au syndicat des médecins sur la manière d'arrêter l'escalade de la violence (Le Caire, 28 avril 1993) ; une autre réunion a eu lieu au syndicat des avocats sur l'opposition au terrorisme (3 mai 1993).

28 Voir, par exemple, le n° 448, juin 1993, de la Revue des ingénieurs, et les n° 114, avril 1993, et 115, juin 1993, de la Revue des médecins.

29 Al-Tuhani M., Rûz al-Yûsuf, 21 Septembre 1992.

30 Discours du Dr. Hamdî al-Sayyid, syndic des médecins, op. cit.

Table des illustrations

Titre T. 1 : les islamistes dans les conseils des syndicats professionnels (1992)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau n°2 Chronologie des votes et des candidatures au syndicat des médecins
Légende (Source : Syndicat des Médecins)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

Auteur

Faculté d'économie et de sciences politiques
Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable