Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Le paradigme égyptien

La violence politique en Égypte

Hasanayn Tawfiq Ibrahim

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Ibrahim H. T., "Phénomène de la violence politique en Égypte : Etude quantitative-analytique-compar (...)

1Le phénomène de la violence politique en Égypte a, sans aucun doute, augmenté de manière sensible depuis le début des années 70 et plus particulièrement encore en 1993. Ce phénomène est ainsi devenu l'un des principaux défis auxquels se trouvent confrontés l'État et la société, surtout au regard des transformations et des changements majeurs qui ont lieu sur le plan arabe et international. Le chercheur ayant déjà effectué cinq études traitant de la question de la violence politique en Égypte entre 1952 et 19901, la présente étude comprendra, d'une part, la synthèse des conclusions qu'il en a dégagé et, d'autre part, l'analyse du phénomène entre 1991 et 1993.

Définition théorique et opératoire du concept de violence politique

  • 2 Sur la définition du concept de violence politique voir : al-Ghazâlî U. (éd.), La violence politiqu (...)

2Il existe plusieurs définitions de la violence politique. Sans avoir à les énoncer textuellement, nous pouvons dire que, d'une manière générale, ce concept désigne « les comportements utilisant la force, comportant la menace de nuire ou de porter préjudice à des individus et d'endommager des biens dans le but d'atteindre des objectifs politiques directs ou des objectifs économiques, sociaux ou culturels ayant une signification et une portée politique »2.

3Conformément à cette définition, les actes de violence peuvent donc être commis par le régime contre des citoyens ou des catégories données de citoyens (violence officielle ou étatique). Ces actes peuvent aussi être commis par des citoyens ou par certaines catégories de citoyens contre le régime politique ou ses symboles (violence populaire ou non officielle). De tels actes peuvent également être commis par certaines forces politiques ou sociales, non pas contre le régime et ses institutions, mais contre d'autres groupes sociaux et ce, pour des raisons politiques, confessionnelles, religieuses ou économiques.

  • 3 Sur la distinction entre le concept de violence politique et les concepts de terrorisme politique e (...)

4Cette étude porte essentiellement sur la violence exercée par le régime à l'égard des citoyens et vice-versa. De manière générale, les actes de violence politique peuvent être individuels ou collectifs, organisés ou non, publics ou secrets, de courte durée ou plus étalés dans le temps. Ils constituent, en ce sens, un facteur essentiel du terrorisme. En effet, si le terrorisme sans violence est inconcevable, tout acte violent n'est pas forcément un acte terroriste. Cela dépend, en fin de compte, des circonstances et du contexte dans lesquels il se produit ainsi que des objectifs visés. Par ailleurs, la violence politique est l'un des indicateurs essentiels de l'instabilité politique3.

5L'exercice de la violence politique comporte l'idée de contrainte et d'obligation fondée sur l'utilisation de la force matérielle, ou sur la menace qu'elle constitue, afin de produire un effet sur la volonté des personnes visées dans le but d'atteindre un objectif politique, économique, social ou culturel à portée politique. Cet objectif n'est cependant pas unique ; il varie en fonction des auteurs de l'acte de violence : s'il s'agit du régime, c'est habituellement pour se maintenir et limiter le rôle des forces politiques de l'opposition ou pour s'en débarrasser de manière définitive. Quant aux forces politiques et sociales, qui usent de la violence politique contre le régime, elles visent normalement à exercer une pression et à pousser le pouvoir en place à satisfaire leurs revendications qui pourraient consister à obtenir une part équitable des ressources, une plus grande participation au pouvoir ou l'autorisation d'affirmer leur identité culturelle. Elles peuvent également avoir pour objectif de forcer le régime à revenir sur certaines décisions ou certaines politiques que ces forces jugent susceptibles de porter atteinte à leurs intérêts ou à l'intérêt public. L'objectif peut également être d'affaiblir le régime politique en place pour ensuite le renverser.

  • 4 Voir note 2.

6Sur le plan opératoire, la violence politique populaire (non officielle) revêt la forme d'émeutes, d'insurrections, d'assassinats et de tentatives d'assassinat, de coups d'État et de tentatives de coups d'État, de guerillas, de guerres civiles et de révolutions. Quant à la violence politique officielle (étatique) elle revêt la forme de détention pour raisons politiques, de sentences de prison et de peine de mort dans les procès politiques, du recours aux forces de sécurité (pour affronter toute forme de protestation collective et la violence populaire) ou à certaines unités des forces armées, de la liquidation physique de certains opposants4.

7L'un des points à prendre en considération dans l'étude et l'analyse du phénomène de la violence politique « populaire » en Égypte, c'est l'interférence entre les mouvements de protestation collective et les actes de violence politique. Par protestation politique on entend les différentes formes de pratiques collectives qui tendent à exprimer l'insatisfaction et la contestation du régime politique dans son ensemble, ou de certaines politiques et certaines décisions que le régime a adoptées ou qu'il envisage d'adopter. Ces protestations peuvent viser l'élite au pouvoir. Les grèves et les manifestations en sont les formes les plus connues. Dans les pays de libéralisme occidental, la distinction entre la protestation collective et la violence politique telle que nous l'avons définie plus haut est très claire. Dans ces pays, les actes de protestation sont légaux, admis par la loi. Par contre, en Égypte et dans la plupart des pays du sud, tout acte de protestation collective, tels que les manifestations et les grèves, est interdit et réprimé par la loi. Or, il a été prouvé que les actes de protestation se transforment souvent en actes de violence dès que les forces de sécurité interviennent pour les réprimer. D'où la tendance, dans certaines études antérieures traitant de la question de la violence en Égypte et dans le monde arabe, à considérer toutes les formes de protestation collective comme faisant partie de la violence politique. Il est en effet souvent difficile de déterminer avec précision la ligne de démarcation entre ce qui relève d'une protestation collective et ce qui relève de la violence politique. C'est pourquoi, les différentes formes de protestation collective seront, dans le cadre de cette étude, incluses dans le phénomène de la violence politique.

8Certaines remarques peuvent être formulées, à la lumière de ce qui vient d'être dit :

  1. La violence politique est un phénomène mondial que connaissent, à des degrés différents et sous des formes diverses, toutes les sociétés. Ce qui varie, c'est, d'une part, le volume de la violence et son intensité, et, d'autre part, la nature des mécanismes et des moyens utilisés pour la réprimer ainsi que l'efficacité de ces derniers.

  2. La violence sociale n'est pas un phénomène isolé de tout contexte ; il ne s'agit en effet pas d'un « hobby » auquel se livrent des individus et des groupes, mais d'un phénomène étroitement lié aux changements économiques, politiques, sociaux et culturels qui s'opèrent dans les différentes sociétés humaines, et il ne peut donc être compris et analysé indépendamment du contexte social au sens large du terme.

  3. Dans toutes les sociétés, il existe une part de tension et de violence ; ce qui diffère cependant d'une société à l'autre, c'est le volume et la nature même de cette violence. Il est en effet impossible de supprimer complètement la violence politique de quelque société que ce soit, puisque cette violence n'est qu'une partie de l'action politique et que l'on ne peut imaginer la politique sans un certain degré de violence. C'est pourquoi, l'aptitude à contrôler le phénomène et à le réduire au maximum par la mise en place de mécanismes et de moyens performants constitue l'un des aspects de l'efficacité d'un régime politique.

  4. En dépit des effets destructeurs de la violence politique, il n'en reste pas moins que : ce phénomène peut parfois produire des effets positifs. En effet, la violence non officielle peut parfois pousser le régime à développer des politiques efficaces, capables de résoudre les problèmes qui la génèrent et conduisent à son escalade. Elle peut également, si les structures pacifiques sont inexistantes ou trop faibles pour y parvenir, être le seul moyen pour mettre fin à une situation politique et sociale inéquitable et imposer le changement politique et social nécessaire. Les grands changements révolutionnaires de l'histoire des nations et des sociétés ont en effet souvent été accompagnés d'un certain degré de violence politique.

  5. Le phénomène de la violence politique en Égypte n'est pas le propre d'une période politique particulière ; il s'est produit, à des degrés différents et sous des formes diverses, sous tous les régimes. Il n'est pas non plus spécifique à un courant politique particulier ; presque tous les mouvements politiques ont pratiqué la violence à un moment ou à un autre et pour diverses raisons. Cependant, au cours de ces dernières années, la violence politique, dans le cadre des confrontations entre l'État et certaines organisations et jama ‘ât islamiques politisées n'a fait que s'accroître, d'où l'intérêt de centrer notre analyse sur cet aspect de la question.

Les formes de violence politique les plus repandues en Égypte (depuis le milieu des années 70 jusqu'a 1990)

  • 5 Voir Ibrâhîm H. T., Contestation collective et violence politique, op. cit.

9Une étude quantitative menée antérieurement sur la question de la violence politique en Égypte et sa relation avec la participation politique entre 1976-1990 a permis de dégager les différentes formes de violence politique populaire (non étatique) les plus répandues et de les classer (par ordre d'importance) comme suit5 :

101 - Les manifestations limitées contre le régime. Certaines forces et catégories sociales expriment leur insatisfaction de cette manière. Elles sont, le plus souvent, limitées en nombre, et donc peu aptes à s'engager dans des manifestations de grande envergure qui supposeraient des moyens assez importants permettant la sensibilisation, la mobilisation et la communication. Elles ne disposent en général pas du soutien de l'essentiel de la population. Ce sont les étudiants, et plus précisément les étudiants des universités, qui occupent la première place dans ce type de protestation, suivis par certaines jama ‘ât islamistes. On constate également que d'autres groupes ou catégories sociales, dont les ouvriers, les agriculteurs et les pêcheurs ont manifesté de manière ponctuelle, dans différentes régions du pays. Par ailleurs, la participation à certaines manifestations limitées, liées à une question de politique interne ou étrangère, ne s'est pas limitée à une catégorie précise. Il est à signaler que la plupart de ces manifestations étaient spontanées, sauvages, et que le plus souvent, les forces de sécurité sont intervenues, soit pour les disperser, soit pour en limiter l'ampleur. Très souvent aussi, ces manifestations ont tourné en émeutes opposant manifestants et forces de sécurité.

112- Les grèves limitées viennent en seconde position. Elles ont surtout été l'œuvre des ouvriers dans différentes zones industrielles, sans que ne soient exclus le secteur des services (conducteurs de chemins de fer) ou d'autres groupes professionnels (médecins, avocats, journalistes). Peu d'entre elles ont été le fait d'étudiants à l'université.

12On constate que, dans la plupart des cas, les forces de sécurité sont intervenues pour disperser les grévistes et que des accrochages ont parfois eu lieu. Par ailleurs, la plupart deces grèves se sont déroulées en dehors de tout cadre institutionnel (syndicat ouvrier ou professionnel, union des étudiants).

133- Les émeutes et les insurrections limitées. On constate que 90 % d'entre elles ont été le fait de groupes et d'organisations islamistes intégristes et que ces émeutes étaient centrées dans certaines provinces : Le Caire (certains quartiers), le Fayoum, Banî Suwayf, Minya et Assiout. Dans tous les cas, il y a eu des accrochages entre les forces de sécurité et les fauteurs de troubles, allant parfois jusqu'à la confrontation armée, avec ce que cela suppose comme morts, blessés graves et dommages matériels. A titre d'exemple nous pouvons citer les incidents d'Assiout en 1981, à la suite de l'assassinat du président Sadate, l'insurrection, en 1986, des conscrits de la Sécurité centrale au Caire et dans quelques autres provinces ainsi que les incidents d'Abû Qurqâs, du Fayoum et de Banî Suwayf en 1990.

14A l'exception des célèbres incidents de janvier 1977 qui se sont étendus à la plupart des gouvernorats, ce type d'événements ne s'est jamais produit en Égypte durant l'année universitaire. Ainsi s'explique la nature des forces qui y participent : nombre limité mais meilleure organisation et plus grande aptitude à défier les symboles du pouvoir.

  • 6 Sur la portée de cette relation, voir Ahmad ‘Abd Allâh (éd.), L'armée et la démocratie en Égypte, L (...)

154- Les autres formes de violence, assassinats, tentatives d'assassinats et coups d'État, sont plutôt rares ou inexistantes. En effet, depuis le milieu des années 70 et jusqu'en 1990, on compte seulement trois assassinats : celui du cheikh al-Dhahabî (1977), celui du président Sadate et de certaines personnalités qui l'accompagnaient (1981) et l'assassinat de Rif’at al-Mahjûb et de quelques personnes qui se trouvaient avec lui (1990). On compte aussi quelques morts parmi les officiers, les conscrits et les inspecteurs de police, et ceci dans le cadre des affrontements opposant ces derniers aux radicaux. Il est à noter cependant qu'en cours d'année scolaire, on ne note que quatre tentatives d'assassinat contre des personnalités publiques occupant des postes politiques. Trois de ces tentatives, menées contre deux anciens ministres de l'Intérieur (Hasan Abû Bâchâ et al-Nabawî Ismâ‘îl) et le président du conseil d'administration de Dâr al-Hilâl (Makram Muhammad Ahmad), ont eu lieu en 1987, tandis que la quatrième, en 1990, avait pour cible Zakî Badr, alors ministre de l'Intérieur. Il n'y a pas eu non plus de tentative de coup d'État en cours d'année scolaire. Tout ce qui précède jette aussi une certaine lumière sur les rapports très particuliers qui existent entre l'institution militaire et le régime. Plus d'une fois, il a été fait appel à l'armée pour mettre fin aux troubles et aux émeutes qui menaçaient sérieusement le régime. C'est ce qui se produisit en 1977 (l'intifâda de janvier) et en 1986 (l'insurrection des conscrits des Forces centrales de sécurité)6.

16S'agissant de la violence politique « officielle », vient en premier lieu le recours aux forces de sécurité. Vient ensuite la détention limitée d'éléments adhérant à certaines forces politiques d'opposition et la condamnation à la prison d'individus ayant pris part aux incidents violents.

17Il est à signaler que, depuis les sentences prononcées dans les affaires de l'assassinat du président Sadate et d'Assiout en 1981, le régime n'a plus eu recours, jusqu'en 1990, aux formes de violence politique de grande envergure, telles que les détentions à grande échelle, la peine de mort pour raisons politiques ou l'appel à l'armée. Le régime Moubarak n'y a recouru qu'en 1986, lors de l'insurrection des conscrits de la Sécurité centrale. Quant au conflit armé opposant le régime au pouvoir à certaines associations islamistes, il ne s'est sérieusement aggravé qu'au cours des années 1989 et 1990.

18Par ailleurs, les actes de contestation et de violence ont nettement augmenté durant la deuxième moitié des années 80 et, plus particulièrement, au début du second mandat du président Moubarak. La révolte des conscrits des Forces centrales de sécurité, en 1986, marque en effet le début de l'escalade de la contestation et de la violence contre le pouvoir en place. L'explication avancée est qu'à l'arrivée du président Moubarak au pouvoir, le peuple, voyant les mesures prises par le nouveau régime, était plein d'optimisme quant à la capacité de ce dernier à rétablir la stabilité et l'équilibre de la vie politique en Égypte, à surmonter les problèmes économiques, à lutter contre la corruption politique et administrative, à instaurer une justice sociale et à rétablir l'équilibre des relations extérieures tant sur le plan arabe que sur le plan africain et international. Les différentes classes sociales ont alors éprouvé la nécessité de laisser agir le nouveau régime et de lui donner la possibilité de mener à bien son programme. Que s'est-il donc passé au cours de ce premier mandat ?

  • 7 Voir Ibrâhîm H. T., La violence politique en Égypte : entre les probabilités d'absorption et les po (...)

19A ce propos nous pouvons dire qu'en dépit des progrès sensibles réalisés par le pouvoir tant sur le plan régional que sur le plan international, le rêve national de développement global, de justice sociale, de culture authentique et de démocratie politique commence à s'évanouir. La crise sociale fait toujours planer son ombre, les problèmes économiques et sociaux ne cessent de s'aggraver, et les institutions étatiques sont toujours inefficaces lorsqu'il s'agit d'assurer les produits de première nécessité aux citoyens. Des problèmes persistent aussi sur le plan politique : la loi martiale ainsi que d'autres lois restreignant les libertés de la personne — lois qui avaient été promulguées dans des circonstances bien précises de l'histoire de l'Égypte — sont toujours en vigueur ; la tendance ou le choix idéologique du régime, si toutefois ils existent, sont mal définis et ce dernier semble tenter de concilier les principes de deux époques révolues ayant chacune ses caractéristiques propres. Certains de ces problèmes se sont aggravés durant le second mandat du président Moubarak, d'où l'augmentation des vagues de déception et d'insatisfaction dans certaines classes sociales et, par conséquent, l'engagement de plus en plus important de ces catégories dans la contestation et la violence7.

20Entre le milieu des années 70 et 1990, la forme de violence la plus répandue fut donc, pour l'essentiel, non étatique, partielle et limitée géographiquement et démographiquement, essentiellement du fait de la nature des forces politiques et sociales qui pratiquent ce genre d'actions. Limités en nombre, ces groupes sont plus aptes à mener des actions de contestation et de violence qui sont, elles, limitées dans la forme : les étudiants manifestent, les ouvriers font la grève et les courants islamistes intégristes sont des fauteurs de rébellions et de troubles. Il est bien entendu que le caractère « limité » ou « partiel » des actes les plus répandus ne signifie nullement que leur intensité et gravité, ainsi que leurs conséquences (dommages matériels, sabotage, meurtres), soient toujours limités. Dans certains cas, surtout au cours d'émeutes et de rébellions, il y a eu une escalade de la violence entre, d'une part, les insurgés et les fauteurs de trouble et, d'autre part, les forces de sécurité. Certaines jamâ‘ât engagées dans ce type d'incidents possédaient, en effet, à la fois l'organisation et l'armement leur permettant de donner pareille dimension au conflit.

21Face à ces actes limités de violence politique, le régime Moubarak, attaché au principe de l'approfondissement de la démocratie, a exercé, lui aussi, une violence partielle et limitée. Les actions de violence « officielle » de grande envergure ont été exceptionnelles. La situation a cependant profondément changé depuis 1990 comme nous allons le montrer plus loin.

Les forces politiques et sociales qui ont pratiqué – et pratiquent – la violence politique en Égypte

22La conclusion à laquelle nous sommes parvenus au terme de nos études antérieures est que les principaux acteurs de la violence politique en Égypte depuis le milieu des années 70 sont certaines jamâ‘ât islamistes. Parallèlement à ces dernières, d'autres forces politiques et sociales ont, elles aussi, sous des formes diverses et à des degrés différents, mené des actions violentes. Citons, à titre d'exemple, les étudiants, les ouvriers, certaines catégories socialement marginalisées, etc.

Les étudiants (de niveau universitaire)

  • 8 Abd Allah A., Les étudiants et la politique en Égypte, trad. Ikram Yûsuf, Le Caire, Dâr Sînâ, 1991  (...)

23Les étudiants des universités ont été des acteurs importants des actes de contestation collective et de violence politique, surtout durant la deuxième moitié des années 808. Si les manifestations ont constitué la forme dominante de l'action étudiante, il n'empêche que certaines catégories d'étudiants ont, parallèlement aux manifestations limitées, suscité des troubles ou se sont mis en grève.

24Concernant le rôle des étudiants dans les actes de violence, les remarques pourraient se résumer comme suit :

25a) Les étudiants des universités de la capitale, et plus particulièrement ceux de l'université du Caire, de ‘Ayn Shams et d'al-Azhar, ainsi que ceux de l'université d'Alexandrie, ont joué un rôle primordial. Par contre, dans les universités de province, l'action des étudiants n'a commencé à se faire sentir que vers la fin des années 80, et ceci surtout à l'université d'Assiout et dans sa branche de Suhâg, à l'université de Mansûra, à l'université de Zagâzig et enfin dans les deux branches de l'université du Caire qui se trouvent à Banî Suwayf et au Fayoum. Le phénomène de contagion a parfois joué. Nous pouvons citer à titre d'exemple les manifestations estudiantines de 1984 et 1985.

26Le rôle croissant des étudiants de certaines universités de la capitale s'explique par différents facteurs : l'importance des effectifs, comparés à ceux des universités de province ; la proximité des zones d'influence politique et des lieux de décision dans la capitale ; le contact de plus en plus grand avec les courants politiques et intellectuels essentiellement centrés dans la capitale et les grandes villes. A quoi il faut ajouter que certains de ces courants (islamistes et nassériens) ont même des ramifications au sein des universités.

27b) L'action estudiantine s'est presque toujours caractérisée par sa spontanéité et son esprit d'indépendance. Les actions partielles et limitées ont été le fait d'étudiants brandissant des slogans politiques et intellectuels variés. C'est dans ce cadre que le rôle des étudiants membres des jamâ‘ât islamistes devint évident ; certains d'entre eux ont participé à des mouvements de contestation violents qui se sont déroulés en dehors de l'enceinte de l'université.

28c) Le nombre des étudiants prenant part aux actions de contestation et de violence a varié en fonction des circonstances et en fonction de l'université. De manière générale, on constate que le nombre de participants augmente lorsqu'il s'agit d'une question à portée nationaliste comme l'affaire Sulaymân Khâtir. Il y a, dans tous les cas, deux catégories d'étudiants bien distinctes : la première, avec une majorité de filles, regroupe les étudiants qui ne s'engagent pas dans les actions de contestation et de violence ; la deuxième, minoritaire mais plus politisée, regroupe les étudiants politiquement engagés ; c'est là qu'apparaît plus clairement le rôle joué par les étudiants membres des jamâ ‘ât au sein des universités. Ces dernières ont, sans aucun doute, des ramifications hors de l'université. Il existe cependant une troisième catégorie, celle de ceux qui déterminent leur position de manière circonstancielle.

29d) Les actions de contestation violente menées par les étudiants étaient, dans certains cas, liées à des revendications d'ordre proprement universitaire (régime des examens, statut des étudiants ou des hommes de la sécurité universitaire). Dans d'autres cas, ces actions relevaient de revendications plus générales (démocratie, justice sociale, lutte contre la corruption, protection de l'indépendance nationale). Dans d'autres cas encore, ces deux types de revendications étaient mêlés.

30Pour comprendre l'engagement croissant des étudiants dans la vie politique égyptienne, il faut prendre en considération les points suivants :

31Premièrement, l'expansion de l'enseignement universitaire et les effectifs croissants, alors même que les offres d'emplois et les possibilités d'embauche sont limitées, avec pour effet l'augmentation du nombre de chômeurs parmi les diplômés de l'université, ce qui favorise le recrutement de certains d'entre eux dans les organisations contestataires.

32Deuxièmement, le rôle historique des étudiants dans la vie politique égyptienne. Ils ont en effet toujours eu un rôle primordial dans le mouvement nationaliste pour l'indépendance, dès avant 1952. Si, au cours de la période nassérienne, le rôle des étudiants a été limité du fait des restrictions et des mesures administratives, juridiques et factuelles auxquelles ont été soumis les mouvements étudiants, la défaite de 1967 a eu pour effet de réactiver et de ranimer ce rôle. Les manifestations de 1968 constituent l'apogée de la contestation du régime et de ses symboles. L'action politique des étudiants s'est poursuivie, avec des périodes plus ou moins calmes, jusqu'en 1976. Durant toutes ces années, les étudiants constituaient l'une des principales forces politiques de l'opposition. Après le calme relatif qui a dominé l'activité politique estudiantine au cours des trois premières années du mandat de Moubarak, les étudiants ont repris leur place dans la vie politique du pays, dès le début de la deuxième moitié des années 80.

33Troisièmement, la crise de société dont a souffert — et continue de souffrir — le peuple égyptien, et les effets négatifs de cette crise sur l'ensemble de la jeunesse et, plus particulièrement, sur les étudiants. D'origines sociales variées, les étudiants sont représentatifs des différents courants politiques et intellectuels dominants. De là leur sensibilité accrue aux problèmes économiques et sociaux qui les empêchent de réaliser leurs ambitions. La jeunesse, et plus particulièrement les étudiants, étant comme le « nerf sensible » de toute société, leur capacité à réagir et à contester avec violence est d'autant plus forte.

34Quatrièmement, les caractéristiques comportementales et psychologiques de la jeunesse. La tranche d'âge à laquelle appartiennent les étudiants est marquée par des changements psychologiques et comportementaux qui jouent sur leurs représentations et leur comportement social (utopie, idéalisme, refus de la réalité et recherche du renouveau). De plus, à cause de leur niveau d'études, les étudiants ont plus de chances d'avoir une conscience politique qui leur permet de critiquer et d'évaluer les pratiques et les politiques du régime. Par ailleurs, le fait d'être dégagés de toute responsabilité et de toute obligation sociale les rend plus libres dans leur action.

35Unie et ralliée à d'autres catégories sociales, comme les ouvriers par exemple, l'action étudiante peut devenir plus efficace. C'est la raison pour laquelle les forces de sécurité ont toujours veillé à ce que les manifestations ne dépassent pas l'enceinte de l'université. Les étudiants peuvent, il est vrai, manifester leur refus et leur opposition au régime en place et constituer pour ce dernier une vraie menace, mais ils ne peuvent cependant pas, à cause de leur jeune âge et de leur inexpérience, proposer d'alternative au régime, avec ce que cela suppose comme capacité d'organisation de l'action politique, avec des représentations idéologiques claires, des dirigeants, des structures et des programmes politiques.

Les ouvriers

  • 9 Voir Adli Ruman H., "Le prolétariat et la politique : Le Caire", in Kilâb al-Ahâlî, n° 45, juillet (...)

36Le rôle des ouvriers dans les activités de contestation violente a commencé à croître en 19869. En dehors de quelques manifestations et de révoltes dispersées survenues dans des lieux bien déterminés, ces activités se sont essentiellement limitées aux grèves.

  • 10 Taha Mursi A., "Les victimes de la loi 203", in Rûz al-Yûsuf, n° 3 351, 31 août 1992 ; Muhammad G., (...)

37L'on peut d'abord constater que la contestation violente des ouvriers est, le plus souvent, restée limitée et dispersée (certaines catégories d'ouvriers de l'industrie et des services, lieux bien déterminés, revendications socio-professionnelles relatives aux salaires, aux heures de travail, aux primes, etc.). Ensuite, comparé au rôle des étudiants et des jamâ‘ât islamistes, le rôle des ouvriers, bien qu'ayant un impact plus grand en raison de leur place dans le processus de production, est resté limité. De plus, la plupart des actes de contestation violente en milieu ouvrier ont dépassé les institutions syndicales et se sont produits en dehors de leur cadre. Les revendications adressées aux syndicats restaient souvent lettres mortes en raison de l'inefficacité de ces derniers, incapables d'y répondre ou de les transmettre, ce qui ne pouvait qu'augmenter la tension. La situation est, en général, devenue plus complexe lorsque le régime a fait intervenir les forces de sécurité, à l'instar de ce qui s'est produit lors de la grève des conducteurs de chemins de fer en 1986 ou de la grève des ouvriers des usines de sidérurgie à Hélouan en 1989. Enfin, on peut mieux comprendre le rôle des ouvriers dans le phénomène de la contestation violente en tenant compte de toutes les dimensions de la crise économique et sociale (inflation, chômage, endettement, trop grand écart entre les classes sociales, augmentation des couches sociales marginalisées, etc.), et des effets de cette crise sur la classe des travailleurs. Elle a fait naître le sentiment général, ou quasi général, de l'érosion des acquis de périodes antérieures, voire de la menace de leur disparition, et de l'inefficacité des plans de redressement économique et social. Les grèves ouvrières ont nettement augmenté entre 1989 et 1992, avec l'accélération du processus de privatisation et la promulgation de la loi n° 203 relative au secteur des affaires publiques. Les mises à pied (ou les projets) opérées par certaines sociétés, en vue de réduire la main-d'œuvre, n'ont fait que redoubler les inquiétudes des ouvriers10.

Autres catégories et forces sociales

  • 11 Rapport stratégique arabe pour l'année 1987, Le Caire, Centre d'Etudes Politiques et Stratégiques, (...)

38D'autres catégories et forces sociales se sont, elles aussi, engagées dans des actes dispersés de violence11. Citons, à titre d'exemple, la célèbre insurrection des conscrits de la Sécurité centrale, au Caire et dans certains gouvernorats, en 1986. Thawrat Misr (Révolution de l'Égypte), organisation de tendance nassérienne, démantelée par l'arrestation et le jugement de ses membres, a mené plusieurs opérations contre des biens et des personnalités israéliennes et américaines au Caire. Ajoutons à cela les quelques rares mouvements de contestation violente attribués aux agriculteurs dans certaines régions et la participation de certaines catégories socialement marginalisées aux manifestations violentes déclenchées par d'autres forces telles que les étudiants ou les jamâ‘ât islamistes.

Les jamâ‘ât et autres organisations islamistes radicales12

  • 12 Sur les jamâ‘ât islamistes radicales, voir par exemple ‘Adil Hammuda, Migration vers la violence, L (...)

39En 1981, le président Sadate fut assassiné par le Jihâd, organisation responsable, la même année, de la rébellion d'Assiout. Depuis cette date, et surtout à la suite des coups que les forces de sécurité ont fait subir au Jihâd, le rôle des mouvements islamistes radicaux dans les actes de contestation violente est en régression.

40Au cours de la vaste campagne d'arrestations lancée par le régime, un bon nombre de militants du Jihâd ont été arrêtés et les dirigeants et membres les plus en vue jugés. Cependant, dès le début de la deuxième moitié des années 80, les organisations islamistes radicales ont repris leurs activités de contestation violente et la confrontation avec les forces de sécurité a atteint son apogée à la fin des années 80 et au début des années 90.

  • 13 Ibid.

41Depuis 1976, plusieurs organisations islamiques radicales ont engagé des actions de contestation violente contre, d'une part, les symboles du régime et, d'autre part, contre certaines catégories et certaines pratiques sociales. La Jam‘at al-Muslimîn, médiatiquement connue sous le nom de Jam‘at al-takfîr wa-l-hijra, responsable de l'enlèvement et de l'assassinat du cheikh al-Dhahabî en 1977 ; le Jihâd, responsable de l'assassinat du président Sadate et des incidents d'Assiout en 1981 ; la Jam‘a islâmiyya, dissidence du Jihâd depuis le milieu des années 80, qui a pour émir le cheikh ‘Umar ‘Abd al-Rahmân et qui est responsable d'environ 80 à 90 % des actes de violence perpétrés par les organisations islamistes à la fin des années 80 et au début des années 90, et ceci plus particulièrement dans certaines provinces de Haute-Égypte comme Banî Suwayf, Minya, Assiout et Suhâg. Notons que la Jam‘a islâmiyya est responsable de l'assassinat, en 1990, de Rif’at al-Mahjûb et de membres de son escorte. C'est elle qui publie le plus de tracts contre le régime. Quant au Jihâd islamique, il a été en proie à des tensions et des dissensions internes, surtout après la sécession de la Jam‘a islâmiyya et l'emprisonnement de plusieurs de ses dirigeants les plus éminents comme 'Abbûd al-Zumr. Ceci explique qu'en dépit de certaines tentatives visant à restructurer l'organisation et à développer une nouvelle stratégie, le rôle du Jihâd dans les actions de contestation violente soit en régression13.

42Les années 80 virent l'apparition de plusieurs groupes radicaux, certains n'étant que des dissidences d'organisations plus importantes. Généralement limitées et marginales, ces nouvelles organisations avaient la capacité de survivre. Au nombre des plus connues, on peut citer al-Nâjûn min al-Nâr, accusée, en 1987, de tentatives d'assassinat contre deux anciens ministres de l'Intérieur (Abû Bâchâ et al-Nabawî) et contre le président du Conseil d'administration de Dâr al-Hilâl (Makram Muhammad Ahmad). Les Shawqiyyîn, groupe qui s'est détaché de la Jam‘a islâmiyya et est à l'origine des incidents du Fayoum en 1990 au cours desquels l'émir et fondateur du groupe, Shawqî al-Shaykh, fut tué. La Jam‘a Samawiyya, du nom de son fondateur Taha al-Sammâwî, qui s'est séparée du Takfîr wa-l-hijra, est connue pour avoir, en 1986, incendié les vidéo-clubs de Shubrâ. Cette organisation a disparu au moment de l'arrestation de ses membres et de leur jugement. D'autres organisations marginales et limitées disparurent aussi rapidement qu'elles avaient été créées.

43Si aujourd'hui — et même depuis quelques années — on considère que les jamâ‘ât et les organisations islamistes politisées sont la principale force pratiquant la violence contre les symboles du pouvoir et parfois même contre la société, il n'en reste pas moins que l'expérience du conflit armé opposant l'État à certaines d'entre elles au cours de 1993, a révélé la faiblesse des renseignements dont disposent les organes de sécurité concernant ces groupes. Quel est le nombre des jeunes qui adhèrent à ces mouvements ? De quel contexte économique, social, scolaire ou professionnel sont-ils issus ? Quels en sont les principes idéologiques ou les tendances politiques ? Autant de questions qui nécessitent des réponses plus claires et plus précises.

  • 14 Voir par exemple, El Sayyed-Marsot A. L., "Religion or opposition : Urban Protest movements in Egyp (...)
  • 15 Voir par exemple, Rubin B., Islamic Fundamentalism in Egyptian Politics, London, Macmillan, 1990.

44Afin de déterminer les caractéristiques et la spécificité des jamâ‘ât et des organisations islamistes qui ont pratiqué — et pratiquent — des actes de violence, nous pouvons nous fonder sur trois sources de nature différente. Premièrement, les études empiriques déjà réalisées sur les jamâ‘ât des années 70, comme celle de l'Académie Militaire (1974), d'al-Takfîr wa-l-hijra (1977), du Jihâd (1981)14. Deuxièmement, les études, les rapports et les articles traitant de l'évolution de ce phénomène au cours des années 80 et au début des années 9015. Troisièmement, les articles publiés dans la presse sur les enquêtes menées dans le cadre du jugement des membres de ces jamâ‘ât.

45L'on peut déduire de l'analyse de ces sources que les jamâ‘ât et les organisations islamistes qui ont pratiqué la violence — et que certains appellent radicaux, révolutionnaires ou jihâdiyya — ne reflètent pas le courant modéré, principal courant islamique en Égypte. Ce dernier considère l'islam sous l'angle de la conciliation de la « salafiyya » (retour aux sources anciennes) et du renouveau, de l'équilibrage des constantes et des variables, et met en garde contre les blocages, l'inconsistance et le morcellement de l'Islam en insistant sur la nécessité d'une interprétation totalisante de la religion. Quant aux organisations politisées qui s'adonnent aux actes de violence, bien qu'elles soient mieux organisées, mieux entendues et plus politisées en raison des actes de violence et des complots qu'elles perpètrent contre l'État, elles ne représentent qu'un secteur très restreint dans un contexte d'éveil islamique beaucoup plus vaste. Il existe, par ailleurs, d'autres secteurs bien structurés mais non politisés, comme les soufis, les « salafites », les membres de la Jam‘at ansâr al-Sunna (traditionnalistes), etc. Un autre secteur qui n'est ni politisé ni structuré regroupe l'ensemble des dévôts dont le comportement et les convictions religieuses témoignent de l'éveil islamique. Les jamâ‘ât qui pratiquent la violence ne reflètent donc pas le principal mouvement islamique en Égypte. En raison de circonstances particulières et de certains facteurs précis, ces jamâ‘ât sont toutefois parvenues à attirer et à recruter certaines catégories de jeunes.

46La violence pratiquée par les organisations islamistes intégristes s'est traduite par des troubles, des rébellions et des assassinats. C'est ainsi que l'ancien président de la République (Sadate), l'ancien président de l'Assemblée du peuple (Rif’at al-Mahjûb), des policiers et des citoyens innocents ont été victimes de ces affrontements violents entre forces de sécurité et jamâ‘ât. L'intensité de ces conflits révèle l'importance des moyens dont disposent certains mouvements islamistes en matière d'organisation et d'armement, et qui leur permettent de s'opposer aux organes de sécurité, de manière ponctuelle du moins.

47Le champ d'activité géographique de ces organisations est étendu quoique plus concentré dans certains gouvernorats, tels que Le Caire, Gîza, Banî Suwayf, Assiout, Minya, le Fayoum et Suhâg. Concernant le grand Caire, ces activités se concentrent dans les quartiers de Matariyya, 'Ayn Shams, Imbâba, Bulâq al-Dakrûr, Shubrâ et al-Zâwiya al-hamrâ. Cette concentration géographique indique de manière précise les origines sociales des jamâ‘ât.

48L'origine sociale, la structure d'âge et le contexte idéologique qui caractérisent ces organisations sont autant de facteurs importants qui expliquent leur implication dans des actions de violence. La majorité des membres appartiennent en effet aux tranches inférieures de la classe moyenne et aux tranches supérieures de la classe pauvre, ce qui explique qu'ils soient géographiquement centrés dans les quartiers pauvres et marginalisés de la capitale. On sait bien que ces quartiers ont accueilli, au cours des années 80, des vagues de migration croissantes en provenance des zones rurales. Les jamâ‘ât ont également été très actives dans les gouvernorats de Haute-Égypte, connus pour être plus pauvres, où l'insuffisance de l'infrastructure et des services et les moyens très limités entravent toute action sociale. Les catégories sociales les plus frustrées économiquement et socialement ont généralement plus tendance à s'enrôler dans ces organisations et à s'engager dans des actes de violence contre les symboles du régime et sa politique qui n'a réussi ni à résoudre leurs problèmes économiques et sociaux, ni à réduire le trop grand écart entre les classes, ni à trouver une solution au problème de l'identité et de l'aliénation culturelle.

49La jeunesse (20-35 ans) et, plus particulièrement, les étudiants et les diplômés de l'université constituent la colonne vertébrale de ces organisations. Il est certain que les caractéristiques psychologiques et comportementales des jeunes les prédisposent à adhérer aux mouvements de refus et de protestation qui en appellent au changement, comme c'est le cas des mouvements islamistes. Ceci est d'autant plus évident dans un contexte où le problème du chômage atteint de plus en plus les jeunes diplômés, où les possibilités de travail à l'étranger sont réduites, où l'espoir en l'avenir est perdu, où la jeunesse ne trouve plus de modèle à suivre. Cet état de confusion touche même aux valeurs d'appartenance et d'identité.

  • 16 Sur les cadres idéologiques de ces jamâ‘ât, voir les recherches présentées dans le cadre des colloq (...)
  • 17 Note de l'éditeur : subdivision des Khâridjites tirant son nom de Nâfi‘ b. al-Arzaq (m.684).
  • 18 Note de l'éditeur : Ibâdites ; également subdivision des Khâridjites.
  • 19 Qutb S., Signes de piste (Ma‘âlim fî al-tarîq), Le Caire, Dâr al-Shurûq, 1983.
  • 20 Voir Faraj M. A., "L'obligation absente", in Ni‘mat Allâh Jinîna, Le Jihâd, une alternative islamiq (...)

50En dépit de certaines divergences idéologiques relevant tant de la doctrine que de la façon de traiter la réalité, ou encore des rapports avec le régime et les autres forces politiques, toutes ces organisations adoptent des idées révolutionnaires fondées sur trois grands principes : l'excommunication (takfir) de l'État et du régime, certaines de ces organisations, comme al-Takfir wa-l-hijra, al-Shawqiyyîn et al-Nâjûn min al-nâr allant jusqu'à l'excommunication de la société ; l'appel au jihâd, car le changement du régime (athée) ne peut se faire que par la force et la violence ; l'établissement d'un État et d'une société islamiques conformément aux principes de l'islam vrai, tel que le conçoivent ces jamâ‘ât16. Ces courants de pensée sont les successeurs, dans une certaine mesure, du mouvement khâridjite, des Azâriqa17 et des Ibâdiyya18. Quant à leur source directe, on la retrouve dans les écrits et les fatwas d'Ibn Taymiyya comme d'al-Mawdûdî et Sayyid Qutb, et surtout dans son ouvrage Ma'âlim fî al-tarîq (Jalons sur la route) considéré comme référence fondamentale des mouvements islamistes19. L'ouvrage de Muhammad ‘Abd al-Salâm Faraj (leader du Jihâd), « al-Farîda al-ghâ'iba » (l'obligation absente)20, lui-même inspiré des ouvrages précédents, constitue comme un cadre idéologique et un manuel à l'usage du Jihâd et renferme la plupart des idées adoptées par les intégristes en Égypte. Il apparaît donc que la violence est un élément fondamental de la pensée et de la foi de ces jamâ ‘ât, et que la pensée révolutionnaire adoptée par ces dernières constitue un appel à la violence et sa justification.

  • 21 Voir al-Nafisi A. A. (éd.), Le mouvement islamique : vision future et auto-critique, Le Caire, Madb (...)

51Différents aspects du dysfonctionnement de la pensée et de l'action des jamâ‘ât ont été identifiés par d'éminents chercheurs, s'agissant de la notion de pluralisme, des rapports de l'individu avec autrui, du rapport entre nationalisme et universalisme de l'islam, des relations de l'action et de la pensée, des rapports entre éducation religieuse et éducation politique ainsi qu'entre obéissance et liberté. Tous ces dysfonctionnements se traduisent par le fait que ces jamâ ‘ât, incapables d'avoir une vision claire et des programmes précis permettant de surmonter les problèmes auxquels se trouve actuellement confrontée la société, se contentent de brandir des slogans d'ordre très général21. C'est la raison pour laquelle un grand nombre de leurs adeptes manque aujourd'hui d'une culture religieuse éclairée. Ils constituent, par conséquent, une proie facile pour les pensées et les interprétations les plus radicales de l'islam. Le manque d'efficacité du régime et son incapacité à résoudre les problèmes de société, le rôle très limité des partis politiques et des organismes de jeunesse ainsi que des autres structures civiles qui auraient pu exercer un attrait sur les jeunes et les intégrer à la vie politique et civile, tout ceci n'a fait que faciliter la tâche à ces organisations intégristes qui trouvent dans la jeunesse une matière première, facile à modeler, pour alimenter leur mouvement.

52Les actes de violence et de contestation perpétrés par certaines organisations islamistes radicales ne visent pas que l'État et ses symboles, mais la société également. Elles s'attaquent à tout ce qui, à leurs yeux, relève de la débauche, et tentent d'imposer des comportements et des valeurs sociales précises. C'est ainsi qu'elles ont incendié des vidéo-clubs, des night-clubs et les lieux de vente de boissons alcoolisées. Elles ont recouru à la force pour interdire la mixité dans les lieux publics et surtout dans les universités, et pour interdire également certains spectacles. Des intellectuels qui avaient critiqué l'islam politique ont été agressés ; c'est ainsi que Farag Fawda fut assassiné par deux militants islamistes en juin 1992.

  • 22 Ahmad M. M., "Raisons de l'escalade des incidents confessionnels", al-Musawwar, n° 3 527, 15 mai 19 (...)

53Dans leur pratique de la violence, certaines jamâ‘ât islamistes ont, parfois, visé les coptes. C'est ce qui s'est produit, par exemple, au Fayoum (avril 1984), à Suhâg (mars 1987), à Abû Qurqâs (mars 1990), etc. Mais ce sont les incidents de Sanbû, en 1992, qui ont donné l'alerte contre le risque d'une éventuelle expansion de la tension confessionnelle, menace pour l'unité nationale. D'autant plus que l'escalade de la violence de certaines jamâ‘ât a contribué à l'apparition d'organisations violentes du côté chrétien, réaction toute naturelle d'une minorité se sentant menacée22.

54A notre avis, la perpétration par ces jamâ‘ât d'actes de violence à portée confessionnelle ne vise pas la minorité copte en tant que telle, des musulmans étant parfois également visés. Il est même arrivé que les membres de jamâ‘ât différentes s'agressent entre eux (utilisation de la force pour régler les différends et gérer les conflits internes). Dans un tel contexte, la violence intervient comme partie intégrante de la lutte contre l'État et de tels incidents révèlent l'incapacité de ce dernier à protéger ses minorités.

  • 23 Voir par exemple, "The Sword of Islam", in Time, 15 juin 1992

55Pour mieux comprendre l'ampleur et les engrenages du phénomène islamiste en Égypte, il faut le placer dans son contexte régional et international. La vague de renouveau islamique s'est en effet étendue, surtout depuis le début des années 70, à beaucoup de pays arabes et musulmans et elle a pris son élan à la suite du succès de la révolution islamique en Iran. L'interférence de la religion et de la politique et le renforcement de la tendance à un retour au spirituel et aux valeurs religieuses constituent, par ailleurs, un phénomène quasi mondial. Après la désagrégation de l'Union Soviétique et le déclin de l'idéologie communiste, certains milieux occidentaux ont commencé à diffuser l'idée de l'Islam ennemi de l'occident et du danger de l'intégrisme islamique. Ce qui n'a fait qu'aviver les réactions extrémistes23.

  • 24 Voir par exemple, Muhammad Sa‘ad Abu ‘Ammûd, "L'organisation structurelle des jamâ‘ât de l'islam po (...)
  • 25 Subla M., "Un demi milliard de livres égyptiennes pour mettre quelques petites mosquées et zâwiyya (...)

56Ces organisations disposent de leurs propres méthodes pour attirer et former leurs membres. Certaines d'entre elles ont une structure hiérarchique très rigoureuse. Ces questions ont déjà fait l'objet d'études approfondies24. Il faut signaler que ces organisations contrôlaient, jusqu'il y a peu, un grand nombre de mosquées et de zâwiyya (lieux de prière) privées, ne relevant pas du Ministère des Waqfs, dans leurs zones de concentration. Ce n'est qu'à partir de 1993 que, la violence s'étant répandue de manière plus explosive, le Ministère a décidé d'étendre son contrôle25.

Éléments nouveaux dans le phénomène de la violence politique entre 1990 et 1993

57Il est superflu de dire que les jamâ‘ât et les organisations islamistes radicales constituent la principale force ayant recours à la violence politique contre les symboles du régime et de l'État, et parfois même contre la société.

58Le rôle de ces jamâ‘ât s'est confirmé au cours des trois dernières années. En se fondant sur les études effectuées sur la dynamique du phénomène de la violence en Égypte durant cette période, on peut affirmer que plusieurs éléments nouveaux sont survenus :

  1. Une plus grande expansion géographique du phénomène. Celui-ci n'est plus limité aux seules grandes villes comme Le Caire, Gîza et quelques grandes capitales de province, mais il s'étend à la plupart des gouvernorats, depuis Alexandrie jusqu'à Assouan, même s'il demeure plus important dans le sud. Elément primordial puisqu'il indique la prééminence du rôle des leaders des jamâ‘ât et des organisations régionales dans la planification et l'exécution des opérations menées localement contre les symboles du pouvoir et, parfois, contre la société. Ceci est d'autant plus vrai que certains leaders du commandement central sont partis à l'étranger et que d'autres comparaissent en justice, subissent une peine de prison ou sont morts au cours d'accrochages avec la police. C'est ce qui explique que ces derniers temps nous lisons et nous entendons parler d'émirs (umarâ') au niveau du village, du canton et de la ville. L'expansion géographique de ce phénomène a donc eu pour résultat la dispersion des efforts des organes de sécurité et leur redéploiement, particulièrement en Haute-Égypte. A la suite de ce redéploiement, les forces de sécurité semblent parfois ne plus maîtriser la situation et n'agir qu'en réaction aux évènements.

    • 26 Ibrahim S. D., "Intifada de la société civile en Égypte contre l'extrémisme et le terrorisme", al-M (...)

    L'intensification des affrontements armés entre les forces de sécurité et certaines jamâ‘ât et organisations islamistes ont, dans certains cas, revêtu le caractère d'opérations militaires limitées (Imbâba, Assiout, Dayrût et Assouan au cours du premier trimestre 1993), où armes lourdes, engins blindés, hélicoptères et canons ont été utilisés, les forces armées mettant leurs moyens au service des forces de sécurité. Pour leur part, les jamâ‘ât ont, dans une large mesure, utilisé des armes automatiques et, à un degré moindre, de la dynamite et des explosifs. Il est certain que l'usage de telles armes constitue un élément relativement nouveau par rapport à la violence qui était pratiquée en Égypte. Le nombre total des victimes, parmi les membres des jamâ‘ât, les forces de sécurité et les citoyens, s'est élevé au cours du premier trimestre 1993 à environ 90 morts ; ce chiffre équivaut au nombre des victimes tout au long de l'année 1992, ou encore au triple des personnes tuées au cours d'incidents semblables en 1991 (environ 30 personnes). Entre juin 1992 et juin 1993, le nombre total des victimes de la violence a atteint 245 morts (dont 81 relevant des forces de sécurité, 93 membres des jamâ‘ât radicales et 71 citoyens innocents), et 429 blessés (dont 98 relevant des forces de sécurité, 70 membres des jamâ‘ât et 261 citoyens)26. La situation ressemble donc à une guerre d'usure entre forces de sécurité et jamâ‘ât. Certains enchaînements d'actes de violence commencent à revêtir le caractère de la vendetta. Se pose alors la question des sources d'armement et de financement des jamâ‘ât leur permettant de s'opposer aux forces de sécurité. Avec, en corollaire, les questions de la nature des relations entre les jamâ‘ât qui se trouvent à l'intérieur du pays et les éléments à l'étranger, de la part étrangère dans le financement et l'armement de ces jamâ‘ât, du marché des armes en Égypte — sachant que, surtout dans le sud du pays, l'acquisition d'armes sans permis est assez fréquente—, sans compter les armes dont les jamâ‘ât se sont emparées après avoir tué ou blessé des policiers. Par ailleurs, la compétence technique avec laquelle les branches militaires des jamâ‘ât ont mené leur action témoigne d'un entraînement au maniement des armes de haut niveau, ainsi que d'une forte mobilisation idéologique de leurs membres et d'une planification des opérations.

    • 27 Zaki S., "Les intégristes jouent avec le feu", al-Musawwar, n° 3 554, 20 novembre 1992 ; Najwân 'Ab (...)

    Les jamâ‘ât ont eu tendance à élargir le spectre de leurs objectifs. S'agissant du régime et des forces de sécurité, tous les niveaux de la hiérarchie sont aujourd'hui visés (officiers, conscrits, inspecteurs de police, etc.). Le tourisme est lui aussi attaqué : agressions contre des groupes de touristes et des bateaux, grenades déposées à proximité des sites touristiques, etc. Il est fort probable que l'objectif réel de ces opérations soit de porter un coup au régime dans un domaine particulièrement sensible puisqu'il constitue l'une des principales sources du revenu national27. Les jamâ‘ât menacent également de porter un coup aux investissements étrangers. Elles s'en sont également prises à des intellectuels qui avaient osé critiquer leurs idées et pratiques (l'assassinat de Farag Fawda n'était qu'un message adressé aux intellectuels). D'autres opérations encore avaient pour cible la minorité copte d'Égypte. Quant aux tentatives d'assassinat contre Safwat al-Sharîf, ministre de l'Information (avril 1993) et Hasan al-Alfî, ministre de l'Intérieur (août 1993), ce sont des repères importants sur la chaîne des actes de violence de 1993. Selon toute vraisemblance, la tentative d'assassinat visant Hasan al-Alfî marque le début d'une nouvelle étape dans la série d'affrontements entre institutions étatiques et groupes extrémistes. La signification profonde d'un tel acte tient au lieu, au moment et à la quantité de matière explosive utilisée ainsi qu'au mode d'exécution de l'opération. Considérée dans le contexte de défi à l'État, la logique des opérations armées menées par ces groupes est remarquable. Les actions menées au niveau local sont généralement accompagnées d'une action violente au Caire, dans l'une des places principales (place Tahrîr, à proximité du Ministère de l'Intérieur). Le sens de ce message est de dire que ces groupes disposent des moyens nécessaires pour attaquer en même temps le centre et la périphérie. L'escalade de la violence prend la forme d'une réaction à une action, ce qui confirme que, comme nous l'avons dit plus haut, il règne « un esprit de vendetta » entre les forces de l'ordre et les groupes radicaux.

  2. Pour affronter la violence et le défi des islamistes radicaux, le régime s'est engagé dans un surcroît de violence « officielle ». Davantage d'effectifs et d'armes lourdes ont été utilisés. Les organes de la sécurité ont élargi le champ des campagnes de détention et les razzias. Les procès relatifs à la violence et au terrorisme sont renvoyés à des tribunaux militaires qui ont puni de la peine capitale un certain nombre de membres des jamâ‘ât, et ceci pour la première fois depuis le procès du Jihad à la suite de l'assassinat du président Sadate en 1981.

    • 28 Al-Ahrâm, 6 avril 1993.
    • 29 Voir "Les Afghans arabes — Mujâhidûn ou terroristes", al-Wasat, n° 55, 15-21 février 1993, pp. 12-1 (...)
    • 30 Al-Ahrâm, 12 mai 1993.

    Il est certain qu'à la suite de l'invasion de l'Afghanistan par l'Union Soviétique, des milliers de jeunes sont partis d'Égypte — et d'autres pays arabes — pour rejoindre les rangs des Moujahidines, au vu et au su du gouvernement égyptien, voire avec ses encouragements. La CIA se serait, semble-t-il, chargée de leur entraînement et aurait même contribué au financement de l'opération. Cette question a été évoquée par le président Moubarak en ces termes : « En appuyant les radicaux dans le combat qu'ils ont mené pour chasser les Soviétiques d'Afghanistan, Washington a contribué à la mise en place d'un réseau terroriste. Ce sont ces mêmes terroristes, bien entraînés au combat, qui sont à la source des troubles dans le Moyen-Orient »28. Après le retrait de l'Union Soviétique et le début d'une nouvelle phase d'instabilité et de luttes intérieures entre tribus afghanes, tous ces jeunes ont perdu leur place. Le problème de ce que l'on a appelé les « Arabes afghans » s'est alors posé. Certains d'entre eux se sont infiltrés au Pakistan, d'autres sont rentrés en Égypte et ont constitué un élément de plus dans le phénomène de la violence29. Par ailleurs, ces groupes sont restés en rapport avec leurs leaders à l'étranger. Des contacts officiels ont été pris entre l'Égypte et le Pakistan afin que ce dernier mette un terme aux activités des éléments qui incitent à la violence, élaborent les plans d'action et de sabotage en Égypte et qui ont leur fief à Peshawar sur la frontière pakistano-afghane. Les autorités pakistanaises ont incarcéré certains suspects et en ont expulsé d'autres30. De toute manière, il n'existe pas de rapport précis sur le nombre d'Egyptiens partis en Afghanistan, ni sur ceux qui en sont revenus, ni sur la manière par laquelle ils sont rentrés, bien que le discours officiel en Égypte prétende qu'ils se sont faufilés par les frontières égypto-soudanaise et libyenne.

Causes de la violence politique et facteurs d'escalade

59Tout le monde est d'accord pour dire qu'il s'agit d'un phénomène d'une grande complexité, résultat d'un ensemble d'interactions traduisant la crise de société qui sévit en Égypte. Ce ne sont donc que les symptômes aigus d'une maladie endémique, aux facettes économique (chômage — surtout parmi les jeunes diplômés —, inflation, abaissement du niveau de vie, insuffisance des institutions économiques de l'État, etc.), sociale (creusement des écarts entre les classes, consommation ostentatoire d'une minorité, marginalisation sociale croissante, ébranlement du système de valeurs, provocation médiatique, détérioration de l'enseignement, etc.), politique (insuffisance des structures officielles de participation à la vie politique, déficience du rôle des partis et des organisations sociales, développement de la corruption politique et administrative, hypocrisie politique et morale, inefficacité des organismes locaux, absence de consensus sur les objectifs généraux de la société, déformation de la mémoire historique du peuple égyptien, etc.) et religieuse (fonctionnalisation officielle de la religion, faiblesse de la culture religieuse éclairée, etc.). Tous ces facteurs ont contribué à accentuer la déception et la frustration, à tuer tout espoir en l'avenir chez une grande partie du peuple et plus particulièrement chez les jeunes qui sont, de ce fait, facilement attirés et recrutés par tout groupe levant l'étendard du refus ou du changement.

60Le fait que les organisations islamiques, modérées ou violentes, soient plus répandues que d'autres qui réclament également le changement, comme les organisations de gauche par exemple, est peut-être dû à la simplicité et à la clarté du discours des islamistes qui insistent sur l'application de la sharî‘a islamique, l'instauration d'un État islamique, etc. Il faut aussi penser à la profonde dévotion religieuse du peuple égyptien. Sans parler de la médiocrité, du manque de crédibilité des autres organisations qui appellent au changement. Il est certain que, dans ce contexte, les radicaux n'ont aucun mal à mobiliser de nouveaux membres. Cela favorise également l'ingérence de forces étrangères hostiles au régime qui ne manquent pas de soutenir les groupes d'opposition.

  • 31 Voir Abu Al-Majd A. K., "L'extrémisme religieux... cause intellectuelle ou crise de société", al-Bâ (...)

61Si la crise de société constitue un climat favorable au développement des jamâ‘ât et des organisations qui exercent la violence sous l'emblème de l'islam31, elle favorise également la violence de simples citoyens dès que les circonstances s'y prêtent. Ce type de violence, qui vise habituellement les symboles de l'appareil étatique, concrétise mieux la rupture des liens entre l'État et le régime politique, d'une part, et les citoyens, de l'autre. A ce propos, il est intéressant d'analyser le sens des incidents d'Idkû et d'Abû Hammâd en 1992 et d'en tirer la leçon. Ce qui s'est passé dans ces deux villes n'était qu'un avant-goût de ce qui pourrait advenir ultérieurement si les choses ne changent pas.

62A la lumière des causes de l'escalade et de l'intensification de la violence que nous venons d'exposer, nous mettrons l'accent sur les points suivants :

  • 32 Cette question a déjà été tranchée ; la plupart des études et des recherches sur le phénomène islam (...)
  • 33 Discours du président Moubarak à la communauté égyptienne au Koweit, al-Musawwar, n° 3 579, 14 mai (...)

63a) Le relâchement dont fait preuve l'appareil étatique dans la manière de traiter efficacement les causes du phénomène, ce qui, avec le temps, a conduit à l'escalade. Le régime politique a même joué un rôle important dans la consolidation et l'encouragement de ces groupements depuis le début des années 70, en s'en servant dans sa lutte contre les communistes et les nassériens32. Le président Moubarak l'a affirmé en déclarant que « ces groupes se sont développés dès les années 70 dans le cadre d'une tentative de lutte contre les communistes. C'était une erreur. On n'aurait pas dû procéder à une telle catégorisation des citoyens »33. La lutte de ces jamâ‘ât contre le régime a commencé à apparaître au grand jour au milieu des années 70 (incidents de l'Académie Militaire, 1974). Depuis, le régime s'est contenté de porter quelques coups ponctuels — parfois assez durs — aux groupes qui émergeaient. Mais il n'y a jamais eu de solution radicale traitant les sources véritables de l'extrémisme et de la violence, et ceci malgré les études qui mettaient en garde contre les conséquences du phénomène. Il est même certain que la politique sécuritaire adoptée a contribué, dans une certaine mesure, à alimenter l'extrémisme et la violence.

  • 34 Sur le problème des zones spontanées en Égypte, voir Ghâlî Muhammad, "Etude de terrain effectuée pa (...)

64b) L'absence, physique et morale, de l'État dans certaines régions, et surtout dans les zones d'urbanisation spontanée qui se sont remarquablement développées dans les environs du Caire et d'autres grandes villes au cours des deux dernières décennies, a laissé la place libre à ces groupes qui se sont substitués à l'État dans la gestion de la vie quotidienne des habitants de ces quartiers34

65Plusieurs enquêtes ont été publiées dans la presse sur les localités de 'Ayn Shams, Imbâba et Dayrût. La population estimait être mieux prise en considération par ces groupes que par l'État. Par ailleurs, la puissance et l'autorité de ces jamâ‘ât leur ont permis de s'imposer par la force dans certaines régions. C'est pour cela que l'État accorde, depuis quelques temps, un intérêt sans précédent à ces zones. De même, la concentration de ce phénomène dans les gouvernorats pauvres du Sa'îd fait que le discours officiel insiste sur la nécessité d'un développement harmonieux des différentes provinces.

  • 35 Cette accusation est une constante du discours politique officiel en Égypte. Il suffit d'observer l (...)

66c) Le fait que des éléments étrangers (régionaux ou internationaux) nuisent à la stabilité et au développement de l'Égypte est chose certaine. Cela ne justifie cependant pas la position de certains qui tentent d'expliquer la place de plus en plus importante qu'occupent certains mouvements islamiques utilisant la violence en se basant sur la théorie du complot extérieur35.

  • 36 Ahmad A. Y., Les conflits arabo-arabes, 1940-1981 : étude prospective, Beyrouth, Centres d'Etudes d (...)

67Ce phénomène est, comme nous l'avons déjà dit, le résultat d'une crise de société dont les causes multiples sont internes et externes. Les parties étrangères que les responsables égyptiens accusent de soutenir les membres des jamâ‘ât en assurant leur entraînement et leur financement sont essentiellement l'Iran, le Soudan et l'Afghanistan36. Ce ne sont toutefois pas ces parties, ni d'autres, qui ont créé ce phénomène dans la réalité égyptienne ; elles peuvent seulement avoir aidé et soutenu les jamâ‘ât de manière à les rendre plus efficaces dans leur lutte contre le régime. Partant de là, plusieurs points sont à souligner : la tendance à s'ingérer dans les affaires intérieures d'un autre pays n'est pas chose récente ; c'est même l'un des rouages des relations internationales, et les relations inter-arabes ne font pas exception. Habituellement, quand les pays arabes s'accusent mutuellement d'ingérence, c'est en relation avec une situation de tension. Dans les années 70 par exemple, le régime égyptien accusait la Syrie, la Libye, l'Irak et l'OLP d'avoir suscité des incidents violents en Égypte. Aujourd'hui, c'est le Soudan et l'Iran qui sont désignés comme responsables des troubles. On sait bien que les relations de l'Égypte avec ces deux pays sont actuellement tendues pour de multiples raisons (le problème de Halâyib, le rôle joué par l'Égypte dans la région du Golfe et la représentation que se fait l'Égypte du rôle de l'Iran dans cette même région...). L'ingérence de ces deux États dans les affaires intérieures de l'Égypte n'est donc pas impossible.

68Le vrai défi auquel se trouve confronté le décideur égyptien, c'est de savoir comment affronter — ou au moins limiter — les tentatives d'ingérence. Partant de là, dire que le Soudan et l'Iran assurent l'entraînement des membres des groupes extrémistes dans des camps et qu'ils leur fournissent l'armement et l'argent nécessaire, suscite plusieurs questions quant à l'efficacité des organes chargés de la sécurité des frontières égyptiennes. Sans parler de la confusion et des contradictions dans les déclarations des responsables concernant l'existence, au Soudan, de camps pour l'entraînement des intégristes supervisés par des Iraniens. Alors que le discours officiel accusait le Soudan, l'ancien ministre de l'Intérieur, le plus haut responsable de la Sécurité (le général Muhammad ‘Abd al-Halîm Mûsâ), reconnaissait, dans l'une de ses déclarations, qu'il n'avait aucune information précise sur l'existence de camps d'entraînement au Soudan et sur l'infiltration des terroristes via ce pays. Ces contradictions n'ont évidemment fait qu'aggraver le problème de la crédibilité du discours officiel sur la question.

69Pour traiter sérieusement le problème de la violence, il faut donc considérer le rôle des parties étrangères de manière objective, sans dramatiser ni minimiser son importance, tout en recherchant les causes internes qui permettent à ces parties d'exécuter leurs plans.

  • 37 Voir Huwaydi F., "Lecture dans le discours de l'innocence", al-Ahrâm, 29 décembre 1992 ; Makram Muh (...)

70Par ailleurs, le discours sur la part des éléments étrangers dans les incidents de violence politique et le rejet de la responsabilité de ces incidents sur l'Iran, le Soudan et l'Afghanistan, ne doit pas nous empêcher de penser au rôle joué par d'autres dans ce domaine, et plus particulièrement Israël et les États-Unis. Il est en effet dans l'intérêt d'Israël qu'une guerre d'usure entre l'État égyptien et les radicaux se poursuive. De même, l'attitude de l'administration américaine dans l'affaire de ‘Umar ‘Abd al-Rahmân, leader de la Jam‘a islâmiyya, a de son côté soulevé beaucoup de questions quant aux relations qu'entretiennent les États-Unis avec ces groupes37.

Dimensions de la représentation officielle de la violence politique

  • 38 Ibrahim H. T., voir note 1.

71L'inventaire et l'analyse d'une partie des discours de responsables égyptiens et plus particulièrement ceux du président de la République, des ministres de l'Intérieur, de l'Information et des Waqfs depuis le milieu des années 80 permettent de dire que, selon la représentation officielle, les principaux facteurs de la violence et du radicalisme sont les suivants38 :

721- Il s'agit d'un phénomène étranger à l'Égypte. Le peuple égyptien est connu pour sa piété, sa tolérance et son rejet de la violence. Cette thèse ignore la part des facteurs internes qui ont contribué à créer un climat favorisant l'accroissement de la violence. Si la pensée extrémiste vient de l'extérieur, comment expliquer qu'elle y ait trouvé un terrain propice à son expansion au sein de la jeunesse ?

  • 39 Discours du président Moubarak à l'occasion de la fête du travail, al-Ahrâm, 2 mai 1993.

732- Il s'agit d'un complot monté à l'étranger, par des parties étrangères (arabes ou non-arabes) qui veulent empêcher la stabilité, le développement et le progrès de l'Égypte. L'Iran se chargerait de l'entraînement des militants au Soudan et leur fournirait les armes et l'argent nécessaires, en vue de déstabiliser le pouvoir. Selon le discours officiel, l'Iran chercherait par là à briser l'Égypte, principal obstacle à ses visées expansionnistes39. Mais ces forces étrangères qui complotent contre l'Égypte enrôlent des éléments pervertis et dévoyés pour perpétrer des actes de sabotage et des crimes. Cette hypothèse ne répond cependant pas à la question primordiale de savoir quels sont les facteurs qui ont permis l'exécution de tels complots en Égypte ? Il est certain qu'un complot d'origine étrangère ne peut aboutir que s'il existe à l'intérieur des facteurs favorables.

743- La dramatisation et la minimisation du phénomène de la violence sont simultanées. Les groupements qui exercent la violence et le terrorisme ne représentent qu'une minorité pervertie et dévoyée qui a « vendu son âme au diable » et a trahi la patrie. Cette minorité pervertie constitue en même temps une menace pour la sécurité, la stabilité, le développement et les efforts pour le progrès et la construction. Bien qu'ils ne représentent qu'une minorité, ces groupements ont fait preuve d'un haut niveau d'organisation, d'armement et de capacité d'attirer les jeunes.

  • 40 Al-Ghazali harb U., "Terrorisme et démocratie", al-Ahrâm, 23 avril 1993.

754- La démocratie est l'une des causes de l'escalade de la violence. Les groupements extrémistes exploitent le climat démocratique que connaît l'Égypte pour répandre leurs idées radicales et exercer leurs activités destructrices. Si donc, la démocratie donne lieu à l'escalade de la violence, le despotisme, pour sa part, conduit à la stabilité politique. Par conséquent, si nous admettons cette logique, la lutte contre la violence et le terrorisme supposerait que l'on mette des limites à la démocratie en Égypte. Or, l'étude comparée de l'évolution des systèmes politiques démontre l'inexactitude de cette thèse. En effet, la stabilité que connaissent les régimes dictatoriaux n'est qu'une stabilité de pouvoir et non une stabilité naturelle. Dans une telle conjoncture, les facteurs d'instabilité demeurent latents et refoulés tant que le régime est suffisamment puissant pour contrôler et maîtriser la société. Mais dès que, pour une raison ou pour une autre, cette poigne se relâche, les facteurs d'instabilité explosent violemment. Le changement politique radical qui s'est produit en ex-Union Soviétique et dans d'autres pays de l'Europe de l'Est depuis le milieu des années 80 en est la meilleure preuve. Par ailleurs, un régime vraiment démocratique constitue un cadre politique plus apte à résorber la tension et la violence. La pratique de la démocratie produit des changements quantitatifs et qualificatifs dans les secteurs économiques, sociaux, politiques, culturels et psychologiques40.

76La question se pose également de savoir si l'escalade des actes violents résulte des pratiques démocratiques ou bien des contraintes imposées à ces pratiques.

  • 41 Le discours politique officiel a toujours fait le lien entre les Frères musulmans et les autres jam (...)
  • 42 Mustafa H., op. cit., pp. 176 et ss.

775- Un autre facteur est la non-distinction entre les Frères musulmans, qui représentent le courant islamique modéré et acceptent la structure politique existante tout en essayant d'obtenir leur reconnaissance en tant que parti politique, et les jamâ‘ât radicales qui refusent le régime dans sa totalité et cherchent à le renverser par la force et la violence. La vision officielle ne perçoit dans cette distinction qu'une simple tactique politique. La plupart des jamâ‘ât extrémistes sont issues des Frères musulmans et, tant pour les extrémistes que pour les modérés, l'objectif est de parvenir à s'emparer du pouvoir et d'instaurer un État religieux. Leurs activités sont donc complémentaires41. Quoi qu'il en soit, les Frères musulmans ont publié des communiqués et des déclarations condamnant les actes de violence et de terrorisme perpétrés par certaines jamâ‘ât radicales, ce qui ne les empêche pas, par ailleurs, d'affirmer la nécessité de traiter les facteurs et les causes qui créent un climat favorable au développement de tels actes. En outre, les Frères musulmans sont souvent attaqués [voire excommuniés] par ces mêmes jamâ ‘ât, sous prétexte qu'ils acceptent le régime politique et traitent avec lui42.

  • 43 Voir "Entretien avec le président Moubarak à l'occasion de l'inauguration de la foire du livre", al (...)

78Les Frères musulmans se voient refuser le droit à fonder un parti politique légal. De plus, la loi relative aux partis a été amendée en décembre 1992 pour empêcher les Frères musulmans de coopérer ou d'oeuvrer dans le cadre de partis légalement reconnus. La principale justification officielle est de dire que la création d'un parti islamique entraînerait la création d'un parti chrétien et même d'autres partis islamiques, ce qui aurait pour effet d'ouvrir les portes aux querelles et aux conflits confessionnels au détriment de l'unité nationale. Certains responsables font parfois allusion à l'anarchie et à l'instabilité régnant en Algérie à la suite de la création d'un parti religieux43.

796-Le principe de la nécessité d'une confrontation décisive avec les jamâ‘ât extrémistes et violentes. Il n'est pas question de dialoguer avec des hors-la-loi qui lèvent les armes contre l'État et contre la société. D'où le slogan « déclaration de guerre contre les repères du terrorisme et de la violence ». Le flot de déclarations tenues par des responsables montrent bien qu'ils ne détiennent que des informations incomplètes. Tout au long des trois ou quatre dernières années, ils ont affirmé que les organes de sécurité disposaient de renseignements précis sur les organisations terroristes, sur leurs plans et les rapports qu'elles entretiennent avec l'étranger, que plus de 90 % de ces jamâ ‘ât avaient été supprimées, que la police poursuivait les débris des groupements terroristes, que les opérations exécutées par ces derniers prouvaient bien qu'ils se sentaient assiégés, etc. Parallèlement à ces déclarations les actes terroristes et violents se poursuivaient, avec l'effet de faire perdre au discours officiel une part de sa crédibilité. Il est évident que la solution sécuritaire s'impose, mais à elle seule elle est insuffisante, parce qu'elle ne traite pas les racines et les causes du problème. Or tant que ces dernières subsistent, les mesures sécuritaires ne font que reporter le problème.

  • 44 "Discours du président Moubarak à l'occasion de la fête du travail", al-Ahrâm, 2 mai 1993.

807- Ces derniers temps, on entend des responsables parler de la violence politique en tant que phénomène complexe aux dimensions politiques, économiques, sociales, religieuses ou démographiques. Par conséquent, une lutte efficace contre ce phénomène nécessiterait une stratégie globale. Il ne suffit cependant pas que les responsables soient conscients de la nécessité d'affronter les problèmes de société qui sont à la base de ce phénomène. Ils doivent également prendre conscience du degré d'efficacité de l'appareil étatique et de sa capacité à traduire les représentations et les pensées en programmes et en politiques réalistes mis en pratique avec compétence et efficacité44

818- La responsabilité de la lutte contre la violence et le terrorisme n'incombe pas uniquement à l'État, mais aussi à la société. Les responsables exigent par conséquent, que les citoyens et les différentes organisations de la société civile, tels que les partis, les syndicats, les clubs et les unions professionnelles et estudiantines, affrontent les groupes radicaux violents et collaborent avec la police. Cette thèse suscite plus d'une question. Premièrement, quelle est la position réelle de l'opinion publique en Égypte vis-à-vis des incidents violents. Nous reviendrons sur ce point. Deuxièmement, dans quelle mesure l'État cherche-t-il vraiment à faire participer les citoyens à cette lutte, sachant que cette action pourrait se retourner demain contre ce que l'on appelle la violence structurelle, dont les principales manifestations sont la corruption politique et administrative, les écarts économiques et sociaux trop importants, le despotisme politique, la provocation médiatique et l'incompétence de l'appareil étatique. Troisièmement, la vision sélective du principe de la participation des citoyens qui commande les représentations officielles. Le régime incite ces derniers à contribuer à la lutte contre la violence et le terrorisme sans pour autant les inviter à prendre une part active et réelle dans la mise en place de politiques ou dans la prise de décisions qui pourtant touchent à leur vie et à leur avenir. Peut-on demander à l'individu d'être actif lorsqu'il s'agit de lutter contre les problèmes auxquels se trouve confronté le régime et d'être passif lorsqu'il s'agit des politiques et des décisions de ce dernier ?

Les moyens mis en œuvre sur le plan officiel

82L'expérience du premier semestre de 1993 a révélé des divergences évidentes au sein du gouvernement sur la manière de lutter contre les radicaux violents. En l'absence de stratégie conséquente, les pratiques des ministères et des autres organes étatiques ont été caractérisées par le tâtonnement et le manque de coordination, voire les déclarations et les pratiques contradictoires.

83Ceci étant, depuis le milieu des années 80, le régime a mis en œuvre toute une panoplie de moyens que nous allons brièvement exposer.

Les mesures de sécurité et les renseignements généraux

  • 45 Wahba S. D., "Sommes-nous sérieux dans la lutte contre la violence ?" al-Ahram, 17 avril 1993.
  • 46 "Entretien avec le ministre de l'Intérieur, Hasan al-Alfî", al-Musawwar, n° 3 578, 7 mai 1993.

84Ils constituent le principal moyen sur lequel le régime s'est appuyé. Dans la mesure où le phénomène relève, sur le plan officiel, essentiellement de la sécurité, il faut laisser aux organes compétents, c'est-à-dire aux organes de sécurité, le soin d'y remédier. Par moment, le Ministère de l'Intérieur a semblé être le seul concerné. L'ancien ministre de l'Intérieur, le général Muhammad ‘Abd al-Halîm Mûsâ, a souvent sollicité les autres organes et institutions officielles pour qu'ils assument leur part de responsabilités. Il craignait, entre autres, qu'une trop forte pression sur la police ne conduise à son désengagement, surtout dans une conjoncture de détérioration des conditions matérielles et du niveau de vie de la majorité des conscrits, voire des officiers subalternes45. Le général Hasan al-Alfî, ministre de l'Intérieur depuis avril 1993 à la suite du limogeage de ‘Abd al-Halîm Mûsâ, a déclaré : « Nous avons réellement commencé à mettre en place une structure de soutien matériel, d'aide sociale et de couverture médicale permettant de relever le niveau de vie des officiers de police et de les soulager d'une partie de leur fardeau »46.

  • 47 Ibid.
  • 48 Mubarak H., "La violence politique dans les années 80", al-Yasâr, n° 36, février 1993, p. 16.

85La lutte contre les jamâ ‘ât a pris plusieurs formes : campagnes de détention provisoire et préventive de leurs membres et des individus d'apparence suspecte. Ont également été détenus au cours de ces campagnes des individus ayant un lien de parenté avec les membres des jamâ‘ât, et plus particulièrement leurs épouses. Ceci a amené le général Hasan al-Alfî à déclarer : « Nous devons être excessivement fermes avec les éléments terroristes, mais sans étendre notre action à leurs parents, famille, quartier ou ville, car cela ne peut que nuire... Je refuse catégoriquement toute mesure inhumaine ou illégale. Nous avons à faire face à un individu dévoyé, et non à sa famille ou à son épouse »47. Les affrontements ont aussi pris la forme de razzias dans les fiefs des jamâ‘ât et même parfois dans certaines mosquées qui, a-t-on dit en guise de justification, servaient de dépôts d'armes et de refuge aux terroristes48. Le conflit entre les forces de sécurité et les jamâ‘ât a parfois pris la forme d'opérations militaires limitées (Imbâba et Assiout) où des armes lourdes (blindés, hélicoptères militaires et canons) ont été utilisées. L'usage de telles armes n'aurait pas été possible sans le recours aux moyens et aux compétences des forces armées. Dans certaines régions, où les affrontements ont été d'une violence extrême, le couvre-feu a été imposé pour des durées variables. C'est ce qui se produisit à Dayrût, Imbâba et à Abû Tîg. Ces pratiques ont parfois revêtu l'aspect de sanctions collectives. Ces confrontations armées étaient dominées, de part et d'autre, par l'esprit de vengeance. Les forces de sécurité ne détenant probablement pas l'initiative des actes, ont agi par réaction, mais une réaction qui a souvent dépassé dans sa violence les actes de l'adversaire. Il faut noter que le ministre de l'Intérieur a pu bénéficier de moyens matériels considérables.

86L'expérience des quelques années passées a montré que l'arme sécuritaire a parfois produit les effets inverses de ceux escomptés. Ces aspects négatifs pourraient se résumer comme suit :

  • 49 "Entretien avec le ministre de l'Intérieur", op. cit.

87L'absence d'une politique claire et bien définie quant aux objectifs et aux moyens, les forces de sécurité ne faisant que réagir aux événements. Il n'existait aucune ligne directrice claire. Alors que dans certains gouvernorats, les commandants des forces de sécurité adoptaient une politique de conciliation avec les radicaux, dans d'autres, la politique adoptée était celle de la fermeté. Encore plus grave, le fait que la police a exclusivement centré ses efforts sur la sécurité politique, ou sur les aspects politiques de la sécurité, ce qui s'est fait aux dépens de la sécurité économique, sociale et criminelle. Il s'en est suivi une augmentation du nombre de crimes de nature différente : corruption, dilapidation des fonds publics, vols et cambriolages sans parler des crimes liés à la drogue, des enlèvements et des viols, etc. Ou encore du désintérêt manifesté par les forces de l'ordre pour l'exécution des décisions judiciaires49. Les officiers de police ont aussi commencé à se dérober à leur tâche en refusant d'établir les procès-verbaux relatifs aux crimes subis et rapportés par les citoyens. Avec la perte de prestige de la police que cela implique aux yeux de certains secteurs de la population. Le sentiment d'insécurité s'est répandu et doit être mis en parallèle avec l'essor des sociétés privées de sécurité.

  • 50 Ibid.

88Pour toutes ces raisons, le général Hasan al-Alfî a affirmé qu'« il faut établir une politique claire, ferme, catégorique et franche pour pouvoir faire face à n'importe quel incident. Il y a un seul ministère, un seul gouvernement, un seul État. Il faut donc qu'il y ait une seule et même politique face aux incidents et une ligne de conduite claire concernant la lutte contre le terrorisme. Nous ne pouvons pas laisser chaque secteur agir séparément en matière de politique sécuritaire, car il faut avoir un comportement rationnel, planifié et fondé sur des principes scientifiques. Il ne s'agit pas de se limiter à des réactions non guidées par une politique claire... Nous travaillons actuellement à l'établissement d'un nouveau plan de sécurité basé sur des méthodes scientifiques et saines »50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.

89Plusieurs lacunes sont apparues, s'agissant de l'appareil sécuritaire. L'équipement et le matériel utilisés par la police sont relativement périmés. Il faut donc la doter d'un matériel plus performant permettant de mieux détecter la falsification de documents et d'un équipement plus sophistiqué pour le laboratoire de criminologie. Par ailleurs, les techniques d'enregistrement, de surveillance, de photographie, de détection des explosifs, etc. doivent être mieux assimilées51. On note aussi, toujours sur le plan de la performance, le faible niveau d'entraînement des conscrits, et plus particulièrement de ceux qui relèvent de la Sécurité centrale. C'est pourquoi le général al-Alfî a insisté sur la nécessité de moderniser les différents organes de la police égyptienne52. Projet ambitieux, qui suppose de recycler également tout le personnel. Deuxièment, la majorité des conscrits de la Sécurité centrale sont analphabètes et sont enrôlés dans la police au titre du service militaire. Cette situation limite forcément leur capacité à comprendre et à utiliser du matériel moderne, tout comme elle limite chez eux le sentiment d'appartenance à l'institution. Ils ont hâte d'être libérés de cette obligation que certains d'entre eux considèrent même comme une sanction (salaire très bas, dégradation des conditions de vie et de santé, durée des heures de service, mauvais traitement de la part de certains supérieurs...). L'insurrection des conscrits de la Sécurité centrale en 1986 a constitué, en la matière, un vrai signal d'alerte. Troisièmement, le système de cooptation qui s'est répandu au sein de l'appareil sécuritaire et le paralyse, ainsi que la corruption qui sévit dans certaines directions et sections de la police. Aussi, le général al-Alfî a-t-il donné la priorité à la remise en ordre de « la maison » afin que, selon ses termes, « l'action policière soit fondée sur des bases saines »53.

  • 54 Wahba S., "Une guerre d'usure pour l'État égyptien", al-Mujtama‘ al-madanî wa al-tahawwul al-dimûqr (...)

90Sur le plan des pratiques de l'appareil sécuritaire à l'égard des jamâ ‘ât radicales et violentes, on relève un certain nombre de pratiques qui n'ont pas incité le peuple à collaborer avec les forces de sécurité. L'expérience a également prouvé que les jeunes, non coupables, qui ont été détenus de manière arbitraire, ressortent le plus souvent de leur détention le coeur plein de rancune à l'égard de la police, voire de l'État. Certains d'entre eux se rallient effectivement aux jamâ‘ât violentes. Il en va de même, s'agissant de l'arrestation des épouses et des parents des inculpés en fuite, ou de leur prise en otage54.

  • 55 Zaki S., "Qui gardera les gardes des personnalités importantes ?", al-Musawwar, n° 3 577, 30 avril (...)

91Par ailleurs, l'appareil de sécurité s'est montré déficient dans le domaine de la protection des personnalités et des établissements publics. Dans tous les attentats et les tentatives d'attentat de ces dernières années (assassinats de Rif’at al-Mahjûb, du général al-Shîmî, tentatives d'attentat du général Hasan Abû Bâshâ, du général al-Nabawî Ismâ‘îl et de Safwat al-Sharîf) la garde personnelle de ces personnalités n'a joué, au mieux, qu'un rôle très marginal. Ceci a donné lieu, à la suite de la tentative d'attentat du ministre de l'Information, Safwat al-Sharîf, à une série d'enquêtes dans la presse, sous le titre de « Qui va assurer la garde des personnalités importantes ? »55. Il convient aussi de relever l'insuffisance du contrôle du marché des armes en Égypte, les armes non immatriculées étant monnaie courante, surtout dans le Sa'îd.

  • 56 Mubarak H., op. cit.
  • 57 "Entretien avec le ministre de l'Intérieur", op. cit.
  • 58 "Cette situation critique... Où va-t-elle nous mener ?", al-Ahrâm, 20 août 1993 ; "Accusés de l'ass (...)

92Des rapports ont par ailleurs signalé que les prisons et les lieux de détention servent au recrutement et à la mobilisation de nouveaux membres des jamâ‘ât radicales. C'est là, en effet, que les nouveaux détenus rencontrent les plus anciens, leaders et militants des jamâ ‘ât, et que ces derniers commencent à les initier à leur mode de pensée. A quoi il faut ajouter le sentiment d'injustice qu'éprouve le jeune détenu, souvent innocent56. Par ailleurs, on note aussi un grave relâchement de la police dans la conduite des arrestations et l'établissement des procès-verbaux. C'est ainsi que le Parquet a dû libérer certains détenus membres des jamâ‘ât, dans des procès bien déterminés, pour procédure viciée ou insuffisance de preuves. Paradoxalement, il est même arrivé que des membres de jamâ‘ât qui avaient été libérés par le Parquet soient de nouveau arrêtés par la police, certaines lois nouvelles l'autorisant. Ceci a conduit le général al-Alfî à rappeler que « toute arrestation doit se faire conformément à une procédure juridique valide à cent pour cent. Je ne suis pas du genre à rechercher les explosions médiatiques »57. L'acquittement par la Cour suprême de la Sûreté de l'état, en août 1993, de tous les inculpés dans l'affaire al-Mahjûb a suscité beaucoup de questions concernant, d'une part, la qualification des organes de sécurité58 et, d'autre part, les procédures et les garanties qu'offrent les juridictions militaires qui ont prononcé, de manière hâtive, la condamnation à mort de plusieurs membres des jamâ‘ât.

  • 59 Ahmad M. M., "Lettre ouverte au ministre de l'Intérieur", al-Musawwar, n° 3 453, 4 septembre 1992 ; (...)
  • 60 Zaki S., "Toute la vérité sur les incidents d'Idkû", al-Musawwar, n° 3 541, 21 août 1992 ; Najwân ‘ (...)
  • 61 Ahmad M. M., "Une sanction draconienne ne suffit pas", op. cit.

93Une fissure s'est dessinée dans les relations de l'appareil de sécurité et des citoyens, que l'on ne peut pas imputer à des faits précis, ni à une période déterminée. C'est, en fait, le résultat de faits accumulés sur une longue période et qui se cristallisent essentiellement dans les humiliations que subit le citoyen égyptien dans les commissariats de police et dans le fait que le slogan « la police au service du peuple » est aujourd'hui dépourvu de sens. Il faut d'ailleurs signaler la dégradation du niveau des services dans les commissariats de police. Les pratiques d'individus influents exploitant les commissariats dans leur intérêt personnel se multiplient, surtout dans les arrondissements, les petites villes et les villages. Il est courant d'entendre, de nos jours, que la police est au service des plus puissants et des plus influents et non au service de la masse59. Ceci explique les événements d'Idkû en 1992, au cours desquels tous les symboles de l'État ont été détruits. La même situation s'est reproduite la même année à Abû Hammâd, dans le gouvernorat de Sharqiyya, et dans d'autres régions. Tout ceci n'est que l'expression d'un profond sentiment de révolte refoulée à l'égard de la police60. En dépit de quelques enquêtes et du jugement de quelques officiers accusés d'abus de pouvoir, l'insuffisance des mesures de contrôle et des sanctions au sein de la police alimente pareil ressentiment61.

  • 62 Zakis S., "Abû Tîg : Cent obus, trois morts et pas un témoin", al-Musawwar, n° 3 586, 16 avril 1993

94Il est clair qu'au cours de la deuxième moitié des années 80, le peuple égyptien est resté spectateur des événements ; il n'a fait qu'observer ce qui se passait sans vraiment sympathiser avec les forces de sécurité. Ce n'est que lorsque les jamâ‘ât et les organisations radicales et violentes ont commencé à élargir le cercle de leurs objectifs et à attaquer le tourisme, et que les médias ont mis en évidence le danger que représentent ces jamâ‘ât pour l'économie, la stabilité, la sécurité et le gagne-pain du peuple, que l'attitude de ce dernier à l'égard de la police a changé. Il ne s'agit cependant que de sentiments qui ne se sont pas traduits en actions de soutien et d'appui à la police62.

Les moyens juridiques

  • 63 Ibrahîm S. D., "Double siège de la société civile", al-Mujtama’ al-madam wa al-tahawwul al-dimuqrât (...)

95Afin de légitimer le procédé sécuritaire, l'État a eu recours à l'outil juridique. La loi martiale et toutes les autres lois d'exception qui avaient été promulguées à un moment quelconque de l'histoire de l'Égypte sont restées en vigueur. Dans le cadre de l'escalade du conflit entre les forces de sécurité et les jamâ‘ât, surtout au cours des années 1992-1993, plusieurs nouvelles lois ont été promulguées sous prétexte que celles qui étaient en vigueur étaient insuffisantes et ne permettaient pas de faire face à la violence et au terrorisme. Il y eut donc une « loi sur le terrorisme », élargissant le pouvoir et les compétences des organes de sécurité. La police se voit investie de certaines compétences juridictionnelles, premier pas vers la limitation de l'indépendance du pouvoir judiciaire. De plus, certains articles de cette loi sont tellement flexibles qu'ils peuvent facilement porter atteinte à la liberté d'opinion et d'expression63.

96Par ailleurs, la loi relative aux partis a été amendée en décembre 1992 et une loi de « garanties démocratiques au sein des syndicats professionnels » a été promulguée dans le but de mieux contrer l'action des Frères musulmans. Dans ce même contexte, les affaires impliquant des membres de jamâ‘ât ont été déférées devant des tribunaux militaires. C'est ainsi que les radicaux, inculpés dans les affaires d« 'attaques contre le tourisme », « tentative d'attentat contre Safwat al-Sharîf » et des « Shawqiyyîn » ont été condamnés soit à la peine de mort, soit aux travaux forcés à perpétuité, soit à l'emprisonnement pour des durées plus ou moins longues. Par ailleurs, d'autres affaires considérées comme exceptionnelles ont été déférées devant les juridictions de la Sûreté de l'État. Dans ce contexte, alors que certains réclament de nouvelles lois pour combler les lacunes de la législation actuelle et mettre un terme au terrorisme, d'autres soutiennent qu'il ne s'agit pas tant de promulguer de nouvelles lois que de s'assurer que les lois en vigueur sont respectées.

97Le procédé juridique adopté par le régime a été surnommé par certains « la solution par la législation » (al-hall bi-l-tashrî‘), solution facile et rapide offrant un cadre juridique aux procédés sécuritaires. L'expérience prouve pourtant que les solutions fondées sur la « sécurité » et la « loi » sont insuffisantes. Elles peuvent dominer la situation et en maîtriser les conséquences pendant une durée déterminée, mais elles ne s'attaquent pas aux racines et aux causes réelles du problème.

Le règlement par le dialogue

98Ce procédé a été adopté dans les années 80 par certains responsables convaincus que l'idéologie des jamâ‘ât radicales est pervertie par une mauvaise interprétation des principes de l'islam et de ses préceptes. D'où la nécessité d'engager un dialogue, tout en mettant à l'abri de ces courants tous les jeunes qui n'en font pas encore partie.

  • 64 Ibrahim H. T., La violence politique..., op. cit.
  • 65 Voir Abu Al-Majd A. K., "Ce terrorisme n'a-t-il pas de fin ?", al-’Arabî, n° 415, juin 1993 ; Hâla (...)

99Le dialogue a pris plusieurs formes64 : prônes et conférences religieuses de certains ulémas (surtout ceux d'al-Azhar) et du ministère des Waqfs devant des groupes de jeunes (dans les universités) ou dans certaines unités des forces armées et dans les camps d'été. Un dialogue a été également engagé avec les détenus dans certaines prisons. Par ailleurs des groupes d'ulémas (qawâfil al-da‘wa) ont traversé le pays, allant d'une province à l'autre pour diffuser la conscience religieuse parmi les jeunes et rectifier les idées et concepts religieux. Une plus grande place a été réservée aux émissaires religieux, etc. L'expérience des dernières années montre toutefois que ce procédé est très peu efficace, et ceci pour plusieurs raisons65. Les jamâ‘ât ont refusé d'engager un dialogue avec des ulémas officiels pour interlocuteurs. Ces derniers sont, à leurs yeux, les ulémas du régime, qui sont là pour justifier les politiques et les pratiques du pouvoir en place. Deuxièmement, rien ne prouve l'efficacité des qawâfil al-da'wa. Qu'il suffise de considérer l'assistance aux manifestations qu'elles ont organisées, le peu de crédibilité dont elles jouissent auprès des jeunes et surtout l'absolution qu'elles donnent à l'État et au gouvernement dans tous les problèmes que rencontrent-la société égyptienne et sa jeunesse. Troisièmement, l'image, très fréquente aujourd'hui, du ministre des Waqfs et d'un homme du clergé se rendant ensemble dans les gouvernorats victimes de troubles confessionnels et s'embrassant devant le public avant de prononcer chacun un discours édifiant sur « les vertus de l'unité nationale » et de proclamer que le problème est réglé, relève vraiment de la caricature.

  • 66 Voir "Conditions posées par les intégristes pour mettre fin à la violence", Rûz al-Yûsuf, n° 3 384, (...)

100Dans le cadre du conflit armé qui l'oppose aux radicaux, l'État a brandi des slogans tel que « Nous lutterons jusqu'au bout pour déraciner l'extrémisme », « Pas de dialogue avec les terroristes et les criminels », «  Pas de place au dialogue entre le régime légitime et les hors-la-loi », etc. Le premier ministre est même allé jusqu'à nier tous les propos relatifs à des tentatives de médiation entre l'État et les jamâ‘ât radicales, propos pourtant confirmés par l'ancien ministre de l'Intérieur. Cette attitude s'explique peut-être par le fait que le régime veille à préserver le prestige de l'État66

Le procédé socio-politico-économique

  • 67 "Discours du président Moubarak à l'occasion de la fête du travail", al-Ahrâm, 2 mai 1993.

101Bien que ce soit la meilleure voie pour affronter les racines mêmes de la violence et bien que certains responsables aient pris conscience suffisamment tôt de l'importance de ce procédé, celui-ci n'a été sérieusement pris en considération qu'au début de 1993. C'est ce qu'atteste le discours prononcé par le président de la République le 1er mai à l'occasion de la fête du travail. Il y a en effet évoqué le début d'une nouvelle étape de l'action nationale67 passant par un relèvement du niveau de vie dans les zones d'habitat spontané, la recherche d'un meilleur équilibre entre les différents gouvernorats en matière de développement, l'augmentation, dans chaque gouvernorat, des possibilités d'investissement, la poursuite des efforts d'investissement dans des projets d'infrastructure en collaboration avec le secteur privé, l'entretien des projets déjà réalisés dans ce secteur, l'aide aux investisseurs dans leurs démarches administratives, l'amélioration de l'appareil gouvernemental et de ses rapports avec les citoyens, l'attention prêtée aux petits projets susceptibles de résoudre en partie le problème du chômage, la garantie des ressources nécessaires à l'augmentation des salaires et à l'amélioration de la qualité des services, l'augmentation des exportations grâce à la collaboration entre le secteur semi-privé, les syndicats professionnels et l'État, le développement de l'enseignement et de la formation pour augmenter chez l'individu les capacités de production et de créativité. Si ces objectifs révèlent bien les problèmes fondamentaux et cruciaux de l'Égypte, le vrai problème réside cependant dans la capacité à traduire ces objectifs en programmes et politiques, et surtout, la capacité à les réaliser avec l'efficience voulue.

Les effets directs et indirects de la violence politique

102En plus des pertes humaines déjà mentionnées, les affrontements entre forces de l'ordre et jamâ‘ât ont eu des conséquences directes et indirectes que nous résumerons comme suit :

  • 68 Voir Al-Jaddawi A., "Facture de la violence : 4 milliards de livres égyptiennes pour les six dernie (...)

1031- Des dommages économiques directs dûs à la baisse du revenu du tourisme. D'autre part, le climat tendu et instable ne pouvait que produire des effets négatifs sur l'investissement en Égypte, d'autant que les jamâ ‘ât ont, plus d'une fois, menacé de s'attaquer aux investissements étrangers dans le pays68. Ce qui voudrait dire tout simplement que l'Égypte se trouve dans un cercle vicieux (l'insuffisance des investissements perpétue les causes de la tension et de la violence et, en même temps, la violence et l'instabilité conduisent à l'absence d'un climat favorable au développement de l'investissement) qu'il faut absolument rompre.

  • 69 Badawi I., "Facture de la violence", al-Musawwar, n° 3 574, 9 avril 1993.
  • 70 Wahba S. D., "Une guerre d'usure pour l'État égyptien", op. cit., p. 3.

1042- L'importance des charges que la modernisation des organes de sécurité fait peser sur l'État69, au même titre que le renfort de la garde et de la surveillance des établissements, des personnalités et des groupes de touristes, le coût matériel des campagnes menées par la police, les indemnités versées aux familles de policiers tombés dans les opérations, les soins médicaux, l'hébergement et la nourriture des détenus, etc.70

  • 71 Voir "Pourquoi toutes ces campagnes enragées contre l'Égypte ?", al-Musawwar, n° 3 574, 9 avril 199 (...)

1053- L'arbitraire de certaines pratiques des organes de sécurité, qui ont contribué à la rancune que ressentent aussi bien les citoyens que la police71. Cet effet est d'autant plus profond qu'il existait déjà des fissures dans les relations entre la police et le peuple.

  • 72 Voir L'unité nationale et le terrorisme. Le Caire, al-Hay‘a al-‘âmma li-l-kitâb, 1993.

1064- L'escalade des affrontements armés entre l'État et certaines jamâ‘ât radicales et les abus commis dans le cadre de cette lutte ont eu pour effet de nuire à la réputation de l'Égypte à l'étranger. L'image transmise était celle d'un pays déstabilisé, d'autant plus que les médias occidentaux ont très largement couverts les incidents72. Un tel climat ne peut, évidemment, que produire des effets négatifs sur le flux des investissements étrangers.

1075- Les organes de sécurité ont concentré leurs efforts dans l'affrontement des jamâ ‘ât qui mettent en péril la sécurité politique. Il s'en est suivi une dégradation de la sécurité sociale et économique, ce qui a conduit à l'apparition de nouvelles formes de violence et de crimes et a, du coup, fait perdre à l'État de son prestige.

  • 73 Voir note 20.

1086- Certains actes de violence perpétrés par des jamâ‘ât radicales ont eu pour cible la minorité copte (pillage de bijouteries, assassinat de gardiens d'églises, attaques, etc.). Tout cela a conduit certaines personnes à parler d'une « sédition confessionnelle » (fitna tâ‘ifiyya) que de multiples parties (à l'intérieur et à l'extérieur) auraient intérêt à exacerber73.

109Sans vouloir minimiser les incidents visant la minorité copte, cette étude démontre qu'il ne s'agit pas d'une sédition confessionnelle au vrai sens du mot, et ceci en raison de la distribution géographique des chrétiens (présents dans toutes les régions), de leur distribution sociale (dans toutes les classes et catégories de la population) et du tissu social homogène caractéristique de l'unité nationale égyptienne.

  • 74 Voir Habib R., Contestation religieuse et lutte des classes en Égypte, Le Caire, Sînâ, 1989 ; ‘Abd (...)

110En outre, le régime et certains de ses organes n'ont pas hésité, pour justifier les coups très durs infligés aux jamâ‘ât, à dramatiser certains incidents survenus entre musulmans et chrétiens. Il est probable qu'en attaquant les chrétiens, les jamâ‘ât ont voulu mettre le régime dans une situation embarrassante et démontrer l'incapacité de ce dernier à protéger une minorité nationale. Ce qui s'est produit ne constituait donc que des accrochages à portée confessionnelle. L'escalade du rôle de certaines organisations islamistes radicales et les coups portés à la minorité chrétienne ont certes contribué à créer chez cette minorité un état de tension et d'insécurité. Des études et des enquêtes journalistiques ont, par ailleurs, signalé que le développement de courants et d'organisations violentes a contribué à la création de groupements violents du côté chrétien74. Nous ne pouvons, pour notre part, ni confirmer ni infirmer l'exactitude de cette thèse.

  • 75 Ibrahîm S. D., "Double siège de la société civile", op. cit.

1117- La persistance de ce phénomène représente une menace pour la démocratie qui règne actuellement en Égypte, d'autant que certains membres de l'élite au pouvoir commencent à établir des liens entre démocratie et croissance des jamâ‘ât radicales et violentes. L'utilisation plus ample de procédés sécuritaires et juridiques risque, par ailleurs, de réduire l'espace démocratique actuel75.

  • 76 Voir Abu Al-Nasr A. K., "La guerre contre l'Égypte de Moubarak : objectifs et complot", al-Wasat, n (...)

1128- Bien que certaines jamâ‘ât aient constitué, à des périodes précises, un véritable danger pour le régime, il est fort peu probable qu'elles arrivent jamais à le renverser. Trop nombreuses, elles fonctionnent en clans, parfois hostiles les uns aux autres. De plus, aucune comparaison n'est possible entre les capacités militaires du régime et celles des jamâ ‘ât, ce qui permettra toujours à l'État de régler les conflits à son avantage. Par ailleurs, étant donné le nombre limité des militants des jamâ ‘ât et la faiblesse de leur base sociale, elles ne pourront pas s'intégrer à un mouvement populaire d'opposition de plus grande envergure. Notons aussi que l'action entamée par le régime pour résoudre les problèmes constituant un terrain favorable au développement des jamâ‘ât réduira forcément la capacité de ces dernières à recruter de nouveaux membres. A défaut de pouvoir proposer une alternative au régime existant, les jamâ‘ât se contentent de slogans tels que « L'islam est la solution », « Application de la sharî'a », « Construction de la société islamique », etc. Par conséquent, si les jamâ ‘ât peuvent être à la source de vrais problèmes et menacer le régime, elles ne peuvent cependant pas le renverser, à moins de s'infiltrer dans des secteurs aussi vitaux que les forces armées ou les forces de sécurité et de fomenter, à partir de là, un coup d'État. Ou encore de réussir à susciter un mouvement populaire de grande envergure. Deux éventualités fort peu probables à l'heure actuelle et même dans un avenir proche76.

Avenir de la violence politique des islamistes : déterminants et scénarios

113Nous pourrons mieux comprendre l'avenir des jamâ‘ât islamistes radicales à la lumière des remarques suivantes. Considérons d'abord, l'importance de ces jamâ ‘ât sur le plan quantitatif. Personne ne peut prétendre avoir des chiffres précis sur la question. Il faut donc faire la distinction entre les membres réellement actifs, les militants, et ils sont probablement peu nombreux, et les catégories de la jeunesse qui constituent le véritable vivier des jamâ ‘ât. Ensuite, le degré d'efficacité de l'appareil étatique et des institutions qui en relèvent, de ses programmes de redressement économique ou autres. Enfin, l'importance et les limites des facteurs extérieurs (régionaux ou internationaux) liés au phénomène de la violence politique en Égypte.

114A partir de ces remarques, deux scénarios sont possibles. Dans le premier scénario, le rôle des jamâ ‘ât est limité au maximum, ce qui ne sera possible qu'en apportant des solutions efficaces aux difficultés et aux problèmes majeurs qui existent et qui favorisent leur croissance. Cela veut donc dire que, pour que ce premier scénario se réalise, il faut que le plan de redressement économique porte ses fruits ; qu'une politique démocratique plus profonde arrive à l'emporter sur la passivité et la marginalisation poiltique des citoyens ; que soient créées des structures adaptées permettant au courant islamique modéré, représenté par l'Association des Frères musulmans, de participer à la vie politique sur des bases saines et légales ; que les idées radicales des jamâ ‘ât soient combattues par des arguments religieux éclairés ; que l'appareil sécuritaire soit modernisé et développé, tout en veillant à ce que ses pratiques ne transgressent pas le cadre juridique ; que la querelle sur les rapports entre la religion et l'État soit réglée ; que les institutions sociales tels que les partis, les syndicats et les associations deviennent plus actives. Ce sont donc tous ces facteurs — et d'autres encore — qui permettront de contrôler et de maîtriser les courants et les jamâ‘ât islamistes radicales qui pratiquent la violence, de changer la nature du milieu dans lequel elles se développent et les idées radicales qu'elles répandent. C'est comme cela également que les influences étrangères seront supprimées ou du moins limitées, dans la mesure où les forces qui, à l'intérieur, leur servaient de relais se seront affaiblies. Cette question est étroitement liée aussi à l'avenir des relations extérieures (régionales et internationales) de l'Égypte.

115Dans le deuxième scénario, les jamâ ‘ât radicales traversent, à court terme, une période d'accalmie qui prépare, à moyen et à long termes, une activité plus intense. La répression diminuera leur activité pendant deux à trois ans, mais si ces mesures ne sont pas accompagnées de mesures politiques, économiques, sociales, culturelles et religieuses efficaces ainsi que d'une action auprès de la jeunesse, ces jamâ ‘ât recouvreront leur force et leur action en deviendra encore plus violente. A chaque fois qu'elles ont été l'objet de fortes répressions, les jamâ ‘ât se sont retirées et ont agi de manière clandestine pour reprendre leur souffle, se réorganiser et guetter la première occasion pour resurgir à la surface et défier les symboles de l'État et, parfois aussi, de la société. Dans cette hypothèse, l'Égypte pourrait être appelée à vivre dans un cycle de violence et contre-violence particulièrement désastreux et surtout favorable aux ingérences étrangères.

  • 77 Al-Sayyid Sa‘Id M., "Changement, réforme et renouveau national", al-Ahrâm, 7 mai 1993 ; voir aussi (...)

116Toute solution — et donc les chances d'un scénario de l'emporter sur l'autre — est étroitement liée, tant sur le plan de la forme que du contenu, à la question actuellement débattue de la nécessité d'un vrai changement77. Bien qu'il n'y ait pas de vision claire et précise concernant l'étendue, les domaines et la portée d'un tel changement, il existe néanmoins une volonté générale d'y parvenir qui s'explique par l'état de profond désespoir dans lequel se trouve la majorité des citoyens. A cet égard, il faudrait, selon certains, que le changement ne se limite pas aux personnes, c'est-à-dire à un simple toilettage ministériel, mais qu'il englobe également la politique générale. Se concentrer sur la politique économique ne suffit pas ; il faut reconsidérer sérieusement les autres domaines : politique de l'éducation, du logement, du transport et des communications, des médias, culturelle, de la main-d'œuvre et de l'emploi, etc.

117Le changement doit englober les organes et les institutions d'exécution et de contrôle. Il ne s'agit pas pour cela de procéder au remplacement de quelques cadres qui ne peuvent plus rien donner ; il s'agit aussi de développer et de modifier les règlements et les lois relatives au fonctionnement de ces institutions, d'y faire évoluer le mode de fonctionnement et de relever le niveau de compétence des employés en assurant leur formation professionnelle.

  • 78 Al-Sayyid Sa‘Id M., op. cit. ; Rajî Al-Nayat, "Insatisfaction, entre le terrorisme et le gouverneme (...)

118Dans le cadre du changement souhaité, il est très important de déclarer la guerre à la corruption sous toutes ses formes. Elle constitue aussi une sorte de violence et de terrorisme, d'une autre nature et qui s'exerce par d'autres moyens78. Il faut, par ailleurs, accorder une grande importance au problème de la justice sociale et assurer une répartition équitable du fardeau et des bénéfices du redressement économique.

119La réforme politique est également essentielle. D'où l'importance que prend la poursuite de la démocratisation avec tout ce que cela suppose : amender la constitution ; se débarrasser progressivement de cet arsenal de lois restrictives des droits et des libertés ; donner la possibilité aux différentes forces et aux différents courants de participer à la vie politique sur des bases saines et légales.

120Le changement ne pourra forcément s'effectuer que sur une période relativement longue. Il est donc important de l'entamer sérieusement en accordant la priorité à tout ce qui touche à de grandes franges de la population. Par ailleurs, un tel changement ne peut se produire sans modifier profondément la structure de l'élite au pouvoir. Makram Muhammad Ahmad a bien exprimé cette idée en disant

  • 79 Ahmad M. M., "Les grands changements d'octobre... Pourquoi ?", al-Musawwar, n° 3 579, 14 mai 1993.

qu'il sera peut-être nécessaire de changer l'équipage du navire au port le plus proche et de le remplacer par un équipage plus dynamique, plus apte à se donner et à se conformer à l'esprit d'équipe, plus homogène et plus solidaire dans ses rapports internes, non corrompu par le temps... Ceci suppose la nomination d'un nouveau gouvernement, plus apte à se donner, dont l'ambition n'a pas été refroidie. Un gouvernement dans lequel la solidarité des membres n'a pas été trop affectée par les différends, au point de tuer l'esprit d'équipe... Le changement que souhaite le peuple est un changement global qui dépasse le simple changement ministériel et s'étende au Parti et aux cadres du Secrétariat général de celui-ci, aux cadres dans les différents gouvernorats et au niveau du pouvoir local, à certains gouverneurs de province qui ont cessé de se donner...On a besoin d'un sang nouveau qui se distingue par la droiture et l'intégrité79.

Notes

1 Ibrahim H. T., "Phénomène de la violence politique en Égypte : Etude quantitative-analytique-comparée, 1952-1987", in ‘Alî al-Dîn Hilâl (éd.), Le régime politique égyptien : changement et continuité, Le Caire, Centre de Recherches et d'Etudes politiques, 1988 ; "Le phénomène de la violence politique en Égypte, janvier 1982-décembre 1988", in Rapport stratégique arabe pour l'année 1988, Le Caire, Centre d'Etudes Politiques et Stratégiques d'al-Ahrâm, 1989 ; "La violence politique en Égypte : entre les probabilités de résorption et les possibilités de confrontation", in ‘Ali al-Dîn Hilâl et ‘Abd al-Mun‘im Sa‘îd (éd.). L'Égypte et les défis des années 70, Le Caire, Centre de Recherches et d'Etudes Politiques, 1991 ; Le phénomène de la violence politique dans les régimes arabes, Beyrouth, Centre d'Etudes de l'Unité Arabe, 1992 ; La contestation collective et la violence politique, in Mustafâ Kâmil al-Sayyid (éd.), La participation politique en Égypte, Le Caire, Centre d'Etudes Arabes, sous presse.

2 Sur la définition du concept de violence politique voir : al-Ghazâlî U. (éd.), La violence politique dans la nation arabe, Amman, Forum de la pensée arabe, 1987 ; Hasanayn Tawfîq Ibrahim, Phénomène de la violence politique dans les régimes arabes, op. cit., chap. 1 ; Chung-si Ahn, Social Development and Political Violence : A cross national Causal Analysis, Seoul, Seoul National University Press, 1981 ; Ernest Van Den Hagg, Political Violence and Civil Disobedience, New York, Harper Torch Books, 1972 ; Fred R. Von der Mehden, Comparative Political Violence, Englewood Cliffs, N.J., Prentice Hall, Inc., 1973.

3 Sur la distinction entre le concept de violence politique et les concepts de terrorisme politique et d'instabilité politique, voir Hasanayn Tawfîq Ibrahim, Le phénomène de la violence politique dans les régimes arabes, op. cit., pp. 52-58.

4 Voir note 2.

5 Voir Ibrâhîm H. T., Contestation collective et violence politique, op. cit.

6 Sur la portée de cette relation, voir Ahmad ‘Abd Allâh (éd.), L'armée et la démocratie en Égypte, Le Caire, Dâr Sînâ, 1990.

7 Voir Ibrâhîm H. T., La violence politique en Égypte : entre les probabilités d'absorption et les possibilités de confrontation, op. cit., pp. 95-96.

8 Abd Allah A., Les étudiants et la politique en Égypte, trad. Ikram Yûsuf, Le Caire, Dâr Sînâ, 1991 ; H. T. Ibrahim, "Le phénomène étudiant en Égypte : essai d'interprétation", in al-Yaqza al-'arabiyya, n° 4, avril 1986, pp. 51-70 ; Mustafâ Kâmil Al-Sayyid, La société et la politique en Égypte : le rôle des groupes d'intérêts dans le régime politique égyptien, 1952-1981, Le Caire, Dâr al-mustaqbal al-'arabî, 1981, pp. 23-24.

9 Voir Adli Ruman H., "Le prolétariat et la politique : Le Caire", in Kilâb al-Ahâlî, n° 45, juillet 1993 ; Du même auteur, Les mouvements contestataires de la classe ouvrière en Égypte, 1982-1991, recherche présentée au colloque "Etude de la société égyptienne et soucis des jeunes checheurs", Le Caire, 21-23 mai 1993 ; Amanî Qandîl, Labour and Business Interest Representation, Paper prepared for the conference on Dynamics of states and societies in the Middle East, Cairo, 17-19 juin 1989.

10 Taha Mursi A., "Les victimes de la loi 203", in Rûz al-Yûsuf, n° 3 351, 31 août 1992 ; Muhammad G., "Les enchères ont commencé... Quel sera le destin des travailleurs du secteur public ?", in al-Musawwar, n° 3594, 27 août 1993.

11 Rapport stratégique arabe pour l'année 1987, Le Caire, Centre d'Etudes Politiques et Stratégiques, al-Ahrâm, 1988.

12 Sur les jamâ‘ât islamistes radicales, voir par exemple ‘Adil Hammuda, Migration vers la violence, Le Caire, Dâr Sînâ, 1ère éd., 1987 ; Hâla Mustafa, L'islam politique en Égypte : de la réforme aux jamâ‘ât violentes, Le Caire, Centre d'Etudes Politiques et Stratégiques, al-Ahrâm, 1992.

13 Ibid.

14 Voir par exemple, El Sayyed-Marsot A. L., "Religion or opposition : Urban Protest movements in Egypt", in International journal of Middle East studies, vol. 16, n° 4, 1984 ; Gilles Kepel, Muslim Extremism in Egypt ; the Prophet and Pharaon, translated by John Rothschild, Berkeley, University of California Press, 1984 ; Saad Eddin Ibrahim, "Islamic Militancy as a Social Movement ; The Case of Two Groups in Egypt", in Ali Hilal Dessouki (ed.), Islamic Resurgence in the Arab World, New York, Preager, 1982.

15 Voir par exemple, Rubin B., Islamic Fundamentalism in Egyptian Politics, London, Macmillan, 1990.

16 Sur les cadres idéologiques de ces jamâ‘ât, voir les recherches présentées dans le cadre des colloques organisés par le CNRSC sur Les mouvements religieux radicalistes durant la période 1979-1982 ; Hâla Mustafâ, op. cit.

17 Note de l'éditeur : subdivision des Khâridjites tirant son nom de Nâfi‘ b. al-Arzaq (m.684).

18 Note de l'éditeur : Ibâdites ; également subdivision des Khâridjites.

19 Qutb S., Signes de piste (Ma‘âlim fî al-tarîq), Le Caire, Dâr al-Shurûq, 1983.

20 Voir Faraj M. A., "L'obligation absente", in Ni‘mat Allâh Jinîna, Le Jihâd, une alternative islamique en Égypte ?, Le Caire, Dâr al-hurriyya, 1988.

21 Voir al-Nafisi A. A. (éd.), Le mouvement islamique : vision future et auto-critique, Le Caire, Madbûlî, 1989 ; Sa‘îd Al-‘Ashmawî, L'islam politique, Le Caire, Dâr Sînâ, 1987 ; Yûsuf Al-Qardawi, Où réside le déséquilibre ?, Dâr al-Sahwa, 1985 ; du même auteur, L'Eveil islamique entre la rigidité et l'extrémisme, al-Dûha, Kitâb al-Umma ; Fu‘âd Zakariyya, La vérité, l'illusion, dans le mouvement islamique contemporain, Le Caire, Dâr al-Fikr li-l-dirâsât wa-l-nashr wa-l-tawzî‘, 1986.

22 Ahmad M. M., "Raisons de l'escalade des incidents confessionnels", al-Musawwar, n° 3 527, 15 mai 1992 ; voir Ribâb Al-Husayni, "Sadate et la sédition confessionnelle : une lecture sélective dans la correspondance de Sadate", in al-Yaqza al-‘arabiyya, 8 août 1987, pp. 48-61 ; Ghâlî Shukri, La question séditionnelle en Égypte", in 'Umar al-Hamdî, L'Égypte : dix ans après Nasser, Beyrouth, Dâr al-Nadîm, 1980, pp. 113-125.

23 Voir par exemple, "The Sword of Islam", in Time, 15 juin 1992

24 Voir par exemple, Muhammad Sa‘ad Abu ‘Ammûd, "L'organisation structurelle des jamâ‘ât de l'islam politique dans le monde arabe et son impact sur le marché politique de ces jamâ‘ât : cas de L'Égypte", al-Mustaqbal al-‘arabî, n° 143, janvier 1991, pp. 21-40 : Hâla Mustafâ, op. cit.

25 Subla M., "Un demi milliard de livres égyptiennes pour mettre quelques petites mosquées et zâwiyya sous le contrôle du Ministère des Waqfs, est-ce possible ?", al-Musawwar, n° 3 564, 29 janvier 1993, pp. 22-25.

26 Ibrahim S. D., "Intifada de la société civile en Égypte contre l'extrémisme et le terrorisme", al-Mujtama‘ al-madanî wa al-tahawwul al-dimuqrâti fi al-watan al-'arabi, n° 16, avril 1993, p. 3 ; Sa'ad al-Dîn Ibrahim, "Entre l'imam al-Ghazâlî et le cheikh al-Ghazâlî", ibid, 2e année, n° 8 ; sur le commerce des explosifs en Égypte, voir Ghâlî Muhammad, "Le marché clandestin des explosifs en Égypte", al-Musawwar, n° 3 570, 12 mars 1993, "Le marché clandestin des explosifs en Égypte", al-Musawwar, n° 3 570, 12 mars 1993, pp. 24-25.

27 Zaki S., "Les intégristes jouent avec le feu", al-Musawwar, n° 3 554, 20 novembre 1992 ; Najwân 'Abd al-Latîf, "Là sont les sources du terrorisme... Trois témoignages d'Assiout, Abû Tîg et Dayrût", al-Musawwar, n° 3 579, 14 mai 1993 ; Circulaire de la Jamâ‘a Islamiyya, décembre 1992.

28 Al-Ahrâm, 6 avril 1993.

29 Voir "Les Afghans arabes — Mujâhidûn ou terroristes", al-Wasat, n° 55, 15-21 février 1993, pp. 12-17 ; Hassan Sabry, "Peshawar exporte le terrorisme vers le monde entier", al-Musawwar, n° 3 574, 9 avril 1993 ; Muhammad ‘Abd Al-Salam, "Les Afghans arabes : L'industrie de la violence trans-frontalière", al-Siyâsa al-Dawliyya, n° 113, juillet 1993, pp. 91-196.

30 Al-Ahrâm, 12 mai 1993.

31 Voir Abu Al-Majd A. K., "L'extrémisme religieux... cause intellectuelle ou crise de société", al-Bâhith al-‘arabî, n°31, nov. 1992-fév.1993 ; H. T. Ibrahim, La violence politique..., op. cit., pp. 99-103 ; ouvrage collectif, Les racines du terrorisme, Le Caire, al-Hay'a al-misriyya al-'âmma li-l-kitâb,1993 ; Les intellectuels et le terrorisme (2 parties), Le Caire, al-Hay'a al-misriyya al-'âmma li-l-kitâb, 1993.

32 Cette question a déjà été tranchée ; la plupart des études et des recherches sur le phénomène islamique en Égypte ainsi que les discours des responsables, des hommes politiques et du président Moubarak lui-même le confirment.

33 Discours du président Moubarak à la communauté égyptienne au Koweit, al-Musawwar, n° 3 579, 14 mai 1993, p. 9.

34 Sur le problème des zones spontanées en Égypte, voir Ghâlî Muhammad, "Etude de terrain effectuée par le Contôle Administratif : 387 zones spontanées dans huit gouvernorats", al-Musawwar, n° 3 577, 23 avril 1993 ; "Entretien avec Mahmûd al-Sharîf, ministre de l'Administration locale", al-Musawwar, n° 3 572, 26 mars 1993 ; Muhammad Al-Shadhlî et Majdî Subla, "La ceinture de problèmes autour du Caire", al-Musawwar, n° 3 529, 29 mai 1992 ; Milâd Hanna, "Habitat spontané, localités et institutions", al-Ahrâm, 12 mai 1993 ; Sur le rôle de certaines jamâ‘ât islamiques dans ces régions, voir Rûz al-Yûsuf, n°3 342, 29 juin 1992.

35 Cette accusation est une constante du discours politique officiel en Égypte. Il suffit d'observer les discours et les déclarations de responsables et plus particulièrement du chef de l'État et des ministres des Waqfs et de l'Intérieur au cours des trois dernières années.

36 Ahmad A. Y., Les conflits arabo-arabes, 1940-1981 : étude prospective, Beyrouth, Centres d'Etudes de l'Unité Arabe, 1988.

37 Voir Huwaydi F., "Lecture dans le discours de l'innocence", al-Ahrâm, 29 décembre 1992 ; Makram Muhammad Ahmad, "L'Égypte n'est pas l'Iran et ne le sera jamais", al-Musawwar, n° 3 576, 16 avril 1993 ; "Mystère des relations entre Les États-Unis, 'Umar 'Abd al-Rahmân et les intégristes", al-Wasat, n° 68, 17-23 mai 1993, pp. 12-18 ; Sa‘ad al-Dîn Ibrahîm, "Les Médias américains et le cheikh ‘Umar ‘Abd al-Rahmân", al-Musawwar, n° 3 573, 2 avril 993.

38 Ibrahim H. T., voir note 1.

39 Discours du président Moubarak à l'occasion de la fête du travail, al-Ahrâm, 2 mai 1993.

40 Al-Ghazali harb U., "Terrorisme et démocratie", al-Ahrâm, 23 avril 1993.

41 Le discours politique officiel a toujours fait le lien entre les Frères musulmans et les autres jamâ‘ât radicales et violentes. Cette tendance a été renforcée par la position d'un bon nombre d'intellectuels et de journalistes égyptiens. Sur la question, voir Hishâm Mubarak, "Problèmes du chercheur autonome... Quelques exemples des entraves à l'étude du mouvement islamique en Égypte", recherche présentée au colloque "Etude de la société égyptienne et problèmes des jeunes chercheurs".

42 Mustafa H., op. cit., pp. 176 et ss.

43 Voir "Entretien avec le président Moubarak à l'occasion de l'inauguration de la foire du livre", al-Musawwar, n° 3 564, 29 janvier 1993.

44 "Discours du président Moubarak à l'occasion de la fête du travail", al-Ahrâm, 2 mai 1993.

45 Wahba S. D., "Sommes-nous sérieux dans la lutte contre la violence ?" al-Ahram, 17 avril 1993.

46 "Entretien avec le ministre de l'Intérieur, Hasan al-Alfî", al-Musawwar, n° 3 578, 7 mai 1993.

47 Ibid.

48 Mubarak H., "La violence politique dans les années 80", al-Yasâr, n° 36, février 1993, p. 16.

49 "Entretien avec le ministre de l'Intérieur", op. cit.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Wahba S., "Une guerre d'usure pour l'État égyptien", al-Mujtama‘ al-madanî wa al-tahawwul al-dimûqrâtî fi al-watan al-'arabî, n° 13, janvier 1993, p. 3.

55 Zaki S., "Qui gardera les gardes des personnalités importantes ?", al-Musawwar, n° 3 577, 30 avril 1993.

56 Mubarak H., op. cit.

57 "Entretien avec le ministre de l'Intérieur", op. cit.

58 "Cette situation critique... Où va-t-elle nous mener ?", al-Ahrâm, 20 août 1993 ; "Accusés de l'assassinat de Mahjûb : Acquittés. Ré-ouverture du dossier", al-Wasat, n° 82, 23 août 1993, p. 5.

59 Ahmad M. M., "Lettre ouverte au ministre de l'Intérieur", al-Musawwar, n° 3 453, 4 septembre 1992 ; du même auteur, "Une sanction draconienne ne suffit pas", al-Musawwar, n° 3 541, 21 août 1992 ; "Plaintes contre la police", Rûz al-Yûsuf, n° 3 350, 24 août 1992.

60 Zaki S., "Toute la vérité sur les incidents d'Idkû", al-Musawwar, n° 3 541, 21 août 1992 ; Najwân ‘Abd Al-Latif, "Avant que n'explosent à nouveau les incidents d'Idkû : l'autre face des incidents", al-Musawwar, n° 3 542, 28 août 1992 ; "Abû Hammâd explose", al-Musawwar, n° 3 547, 2 octobre 1992.

61 Ahmad M. M., "Une sanction draconienne ne suffit pas", op. cit.

62 Zakis S., "Abû Tîg : Cent obus, trois morts et pas un témoin", al-Musawwar, n° 3 586, 16 avril 1993.

63 Ibrahîm S. D., "Double siège de la société civile", al-Mujtama’ al-madam wa al-tahawwul al-dimuqrâtî fi al-watan al-'arabî, n° 8, août 1992.

64 Ibrahim H. T., La violence politique..., op. cit.

65 Voir Abu Al-Majd A. K., "Ce terrorisme n'a-t-il pas de fin ?", al-’Arabî, n° 415, juin 1993 ; Hâla Mustafa, op. cit.

66 Voir "Conditions posées par les intégristes pour mettre fin à la violence", Rûz al-Yûsuf, n° 3 384, 19 avril 1993 ; "Réponse de Rûz al-Yûsuf au Dr. ‘Atif Sidqî", Rûz al-Yûsuf, n° 3 385, 26 avril 1993 ; Fahmî Huwaydi, "Questions de médiation", al-Ahrâm, 4 mai 1993 ; Makram Muhammad Ahmad, "Toute la vérité sur la médiation entre l'État et les terroristes", al-Musawwar, n° 3 577, 23 avril 1993.

67 "Discours du président Moubarak à l'occasion de la fête du travail", al-Ahrâm, 2 mai 1993.

68 Voir Al-Jaddawi A., "Facture de la violence : 4 milliards de livres égyptiennes pour les six derniers mois", al-Musawwar, n° 3 574, 9 avril 1993, pp. 58-59.

69 Badawi I., "Facture de la violence", al-Musawwar, n° 3 574, 9 avril 1993.

70 Wahba S. D., "Une guerre d'usure pour l'État égyptien", op. cit., p. 3.

71 Voir "Pourquoi toutes ces campagnes enragées contre l'Égypte ?", al-Musawwar, n° 3 574, 9 avril 1993 ; sur la torture des détenus politiques en Égypte, voir "Rapport de l'Organisation égyptienne des Droits de l'Homme", al-Yasâr, n° 35, janvier 1993, pp. 14-17.

72 Voir L'unité nationale et le terrorisme. Le Caire, al-Hay‘a al-‘âmma li-l-kitâb, 1993.

73 Voir note 20.

74 Voir Habib R., Contestation religieuse et lutte des classes en Égypte, Le Caire, Sînâ, 1989 ; ‘Abd al-Qâdir Shuhayb, "Ils ont suscité la sédition confessionnelle", al-Musawwar, n° 3 528, 22 mai 1992 ; Muhammad Hasanayn Haykal, L'automne de la révolte, tome IV, Beyrouth, al-Matbû‘ât, 9e éd., 1985.

75 Ibrahîm S. D., "Double siège de la société civile", op. cit.

76 Voir Abu Al-Nasr A. K., "La guerre contre l'Égypte de Moubarak : objectifs et complot", al-Wasat, n° 64, 9 avril 1993, pp. 12-15.

77 Al-Sayyid Sa‘Id M., "Changement, réforme et renouveau national", al-Ahrâm, 7 mai 1993 ; voir aussi Najîb Mahfûz, "Tout est à revoir", al-Ahrâm, 30 avril 1993 ; Ibrâhîm Nafi‘, "L'Égypte et les caractéristiques de la prochaine étape", al-Ahrâm, 30 avril 1993.

78 Al-Sayyid Sa‘Id M., op. cit. ; Rajî Al-Nayat, "Insatisfaction, entre le terrorisme et le gouvernement", al-Musawwar, n° 3 572, 26 mars 1993 ; Mahmûd Al-Sa‘Dani, "Terroristes, avec tous les intérêts et les hommages", al-Musawwar, n° 3 574, 9 avril 1993 ; du même auteur "Les lois du sultan ‘Abd al-Samî'", al-Musawwar, n° 3 559 25 décembre 1992.

79 Ahmad M. M., "Les grands changements d'octobre... Pourquoi ?", al-Musawwar, n° 3 579, 14 mai 1993.

Auteur

Faculté d'Économie et de Sciences Politiques
Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable