Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Le paradigme égyptien

La violence politique en Égypte

Hasanayn Tawfiq Ibrahim

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Ibrahim H. T., "Phénomène de la violence politique en Égypte : Etude quantitative-analytique-compar (...)

1Le phénomène de la violence politique en Égypte a, sans aucun doute, augmenté de manière sensible depuis le début des années 70 et plus particulièrement encore en 1993. Ce phénomène est ainsi devenu l'un des principaux défis auxquels se trouvent confrontés l'État et la société, surtout au regard des transformations et des changements majeurs qui ont lieu sur le plan arabe et international. Le chercheur ayant déjà effectué cinq études traitant de la question de la violence politique en Égypte entre 1952 et 19901, la présente étude comprendra, d'une part, la synthèse des conclusions qu'il en a dégagé et, d'autre part, l'analyse du phénomène entre 1991 et 1993.

Définition théorique et opératoire du concept de violence politique

  • 2 Sur la définition du concept de violence politique voir : al-Ghazâlî U. (éd.), La violence politiqu (...)

2Il existe plusieurs définitions de la violence politique. Sans avoir à les énoncer textuellement, nous pouvons dire que, d'une manière générale, ce concept désigne « les comportements utilisant la force, comportant la menace de nuire ou de porter préjudice à des individus et d'endommager des biens dans le but d'atteindre des objectifs politiques directs ou des objectifs économiques, sociaux ou culturels ayant une signification et une portée politique »2.

3Conformément à cette définition, les actes de violence peuvent donc être commis par le régime contre des citoyens ou des catégories données de citoyens (violence officielle ou étatique). Ces actes peuvent aussi être commis par des citoyens ou par certaines catégories de citoyens contre le régime politique ou ses symboles (violence populaire ou non officielle). De tels actes peuvent également être commis par certaines forces politiques ou sociales, non pas contre le régime et ses institutions, mais contre d'autres groupes sociaux et ce, pour des raisons politiques, confessionnelles, religieuses ou économiques.

  • 3 Sur la distinction entre le concept de violence politique et les concepts de terrorisme politique e (...)

4Cette étude porte essentiellement sur la violence exercée par le régime à l'égard des citoyens et vice-versa. De manière générale, les actes de violence politique peuvent être individuels ou collectifs, organisés ou non, publics ou secrets, de courte durée ou plus étalés dans le temps. Ils constituent, en ce sens, un facteur essentiel du terrorisme. En effet, si le terrorisme sans violence est inconcevable, tout acte violent n'est pas forcément un acte terroriste. Cela dépend, en fin de compte, des circonstances et du contexte dans lesquels il se produit ainsi que des objectifs visés. Par ailleurs, la violence politique est l'un des indicateurs essentiels de l'instabilité politique3.

5L'exercice de la violence politique comporte l'idée de contrainte et d'obligation fondée sur l'utilisation de la force matérielle, ou sur la menace qu'elle constitue, afin de produire un effet sur la volonté des personnes visées dans le but d'atteindre un objectif politique, économique, social ou culturel à portée politique. Cet objectif n'est cependant pas unique ; il varie en fonction des auteurs de l'acte de violence : s'il s'agit du régime, c'est habituellement pour se maintenir et limiter le rôle des forces politiques de l'opposition ou pour s'en débarrasser de manière définitive. Quant aux forces politiques et sociales, qui usent de la violence politique contre le régime, elles visent normalement à exercer une pression et à pousser le pouvoir en place à satisfaire leurs revendications qui pourraient consister à obtenir une part équitable des ressources, une plus grande participation au pouvoir ou l'autorisation d'affirmer leur identité culturelle. Elles peuvent également avoir pour objectif de forcer le régime à revenir sur certaines décisions ou certaines politiques que ces forces jugent susceptibles de porter atteinte à leurs intérêts ou à l'intérêt public. L'objectif peut également être d'affaiblir le régime politique en place pour ensuite le renverser.

  • 4 Voir note 2.

6Sur le plan opératoire, la violence politique populaire (non officielle) revêt la forme d'émeutes, d'insurrections, d'assassinats et de tentatives d'assassinat, de coups d'État et de tentatives de coups d'État, de guerillas, de guerres civiles et de révolutions. Quant à la violence politique officielle (étatique) elle revêt la forme de détention pour raisons politiques, de sentences de prison et de peine de mort dans les procès politiques, du recours aux forces de sécurité (pour affronter toute forme de protestation collective et la violence populaire) ou à certaines unités des forces armées, de la liquidation physique de certains opposants4.

7L'un des points à prendre en considération dans l'étude et l'analyse du phénomène de la violence politique « populaire » en Égypte, c'est l'interférence entre les mouvements de protestation collective et les actes de violence politique. Par protestation politique on entend les différentes formes de pratiques collectives qui tendent à exprimer l'insatisfaction et la contestation du régime politique dans son ensemble, ou de certaines politiques et certaines décisions que le régime a adoptées ou qu'il envisage d'adopter. Ces protestations peuvent viser l'élite au pouvoir. Les grèves et les manifestations en sont les formes les plus connues. Dans les pays de libéralisme occidental, la distinction entre la protestation collective et la violence politique telle que nous l'avons définie plus haut est très claire. Dans ces pays, les actes de protestation sont légaux, admis par la loi. Par contre, en Égypte et dans la plupart des pays du sud, tout acte de protestation collective, tels que les manifestations et les grèves, est interdit et réprimé par la loi. Or, il a été prouvé que les actes de protestation se transforment souvent en actes de violence dès que les forces de sécurité interviennent pour les réprimer. D'où la tendance, dans certaines études antérieures traitant de la question de la violence en Égypte et dans le monde arabe, à considérer toutes les formes de protestation collective comme faisant partie de la violence politique. Il est en effet souvent difficile de déterminer avec précision la ligne de démarcation entre ce qui relève d'une protestation collective et ce qui relève de la violence politique. C'est pourquoi, les différentes formes de protestation collective seront, dans le cadre de cette étude, incluses dans le phénomène de la violence politique.

8Certaines remarques peuvent être formulées, à la lumière de ce qui vient d'être dit :

  1. La violence politique est un phénomène mondial que connaissent, à des degrés différents et sous des formes diverses, toutes les sociétés. Ce qui varie, c'est, d'une part, le volume de la violence et son intensité, et, d'autre part, la nature des mécanismes et des moyens utilisés pour la réprimer ainsi que l'efficacité de ces derniers.

  2. La violence sociale n'est pas un phénomène isolé de tout contexte ; il ne s'agit en effet pas d'un « hobby » auquel se livrent des individus et des groupes, mais d'un phénomène étroitement lié aux changements économiques, politiques, sociaux et culturels qui s'opèrent dans les différentes sociétés humaines, et il ne peut donc être compris et analysé indépendamment du contexte social au sens large du terme.

  3. Dans toutes les sociétés, il existe une part de tension et de violence ; ce qui diffère cependant d'une société à l'autre, c'est le volume et la nature même de cette violence. Il est en effet impossible de supprimer complètement la violence politique de quelque société que ce soit, puisque cette violence n'est qu'une partie de l'action politique et que l'on ne peut imaginer la politique sans un certain degré de violence. C'est pourquoi, l'aptitude à contrôler le phénomène et à le réduire au maximum par la mise en place de mécanismes et de moyens performants constitue l'un des aspects de l'efficacité d'un régime politique.

  4. En dépit des effets destructeurs de la violence politique, il n'en reste pas moins que : ce phénomène peut parfois produire des effets positifs. En effet, la violence non officielle peut parfois pousser le régime à développer des politiques efficaces, capables de résoudre les problèmes qui la génèrent et conduisent à son escalade. Elle peut également, si les structures pacifiques sont inexistantes ou trop faibles pour y parvenir, être le seul moyen pour mettre fin à une situation politique et sociale inéquitable et imposer le changement politique et social nécessaire. Les grands changements révolutionnaires de l'histoire des nations et des sociétés ont en effet souvent été accompagnés d'un certain degré de violence politique.

  5. Le phénomène de la violence politique en Égypte n'est pas le propre d'une période politique particulière ; il s'est produit, à des degrés différents et sous des formes diverses, sous tous les régimes. Il n'est pas non plus spécifique à un courant politique particulier ; presque tous les mouvements politiques ont pratiqué la violence à un moment ou à un autre et pour diverses raisons. Cependant, au cours de ces dernières années, la violence politique, dans le cadre des confrontations entre l'État et certaines organisations et jama ‘ât islamiques politisées n'a fait que s'accroître, d'où l'intérêt de centrer notre analyse sur cet aspect de la question.

Les formes de violence politique les plus repandues en Égypte (depuis le milieu des années 70 jusqu'a 1990)

  • 5 Voir Ibrâhîm H. T., Contestation collective et violence politique, op. cit.

9Une étude quantitative menée antérieurement sur la question de la violence politique en Égypte et sa relation avec la participation politique entre 1976-1990 a permis de dégager les différentes formes de violence politique populaire (non étatique) les plus répandues et de les classer (par ordre d'importance) comme suit5 :

101 - Les manifestations limitées contre le régime. Certaines forces et catégories sociales expriment leur insatisfaction de cette manière. Elles sont, le plus souvent, limitées en nombre, et donc peu aptes à s'engager dans des manifestations de grande envergure qui supposeraient des moyens assez importants permettant la sensibilisation, la mobilisation et la communication. Elles ne disposent en général pas du soutien de l'essentiel de la population. Ce sont les étudiants, et plus précisément les étudiants des universités, qui occupent la première place dans ce type de protestation, suivis par certaines jama ‘ât islamistes. On constate également que d'autres groupes ou catégories sociales, dont les ouvriers, les agriculteurs et les pêcheurs ont manifesté de manière ponctuelle, dans différentes régions du pays. Par ailleurs, la participation à certaines manifestations limitées, liées à une question de politique interne ou étrangère, ne s'est pas limitée à une catégorie précise. Il est à signaler que la plupart de ces manifestations étaient spontanées, sauvages, et que le plus souvent, les forces de sécurité sont intervenues, soit pour les disperser, soit pour en limiter l'ampleur. Très souvent aussi, ces manifestations ont tourné en émeutes opposant manifestants et forces de sécurité.

112- Les grèves limitées viennent en seconde position. Elles ont surtout été l'œuvre des ouvriers dans différentes zones industrielles, sans que ne soient exclus le secteur des services (conducteurs de chemins de fer) ou d'autres groupes professionnels (médecins, avocats, journalistes). Peu d'entre elles ont été le fait d'étudiants à l'université.

12On constate que, dans la plupart des cas, les forces de sécurité sont intervenues pour disperser les grévistes et que des accrochages ont parfois eu lieu. Par ailleurs, la plupart deces grèves se sont déroulées en dehors de tout cadre institutionnel (syndicat ouvrier ou professionnel, union des étudiants).

133- Les émeutes et les insurrections limitées. On constate que 90 % d'entre elles ont été le fait de groupes et d'organisations islamistes intégristes et que ces émeutes étaient centrées dans certaines provinces : Le Caire (certains quartiers), le Fayoum, Banî Suwayf, Minya et Assiout. Dans tous les cas, il y a eu des accrochages entre les forces de sécurité et les fauteurs de troubles, allant parfois jusqu'à la confrontation armée, avec ce que cela suppose comme morts, blessés graves et dommages matériels. A titre d'exemple nous pouvons citer les incidents d'Assiout en 1981, à la suite de l'assassinat du président Sadate, l'insurrection, en 1986, des conscrits de la Sécurité centrale au Caire et dans quelques autres provinces ainsi que les incidents d'Abû Qurqâs, du Fayoum et de Banî Suwayf en 1990.

14A l'exception des célèbres incidents de janvier 1977 qui se sont étendus à la plupart des gouvernorats, ce type d'événements ne s'est jamais produit en Égypte durant l'année universitaire. Ainsi s'explique la nature des forces qui y participent : nombre limité mais meilleure organisation et plus grande aptitude à défier les symboles du pouvoir.

  • 6 Sur la portée de cette relation, voir Ahmad ‘Abd Allâh (éd.), L'armée et la démocratie en Égypte, L (...)

154- Les autres formes de violence, assassinats, tentatives d'assassinats et coups d'État, sont plutôt rares ou inexistantes. En effet, depuis le milieu des années 70 et jusqu'en 1990, on compte seulement trois assassinats : celui du cheikh al-Dhahabî (1977), celui du président Sadate et de certaines personnalités qui l'accompagnaient (1981) et l'assassinat de Rif’at al-Mahjûb et de quelques personnes qui se trouvaient avec lui (1990). On compte aussi quelques morts parmi les officiers, les conscrits et les inspecteurs de police, et ceci dans le cadre des affrontements opposant ces derniers aux radicaux. Il est à noter cependant qu'en cours d'année scolaire, on ne note que quatre tentatives d'assassinat contre des personnalités publiques occupant des postes politiques. Trois de ces tentatives, menées contre deux anciens ministres de l'Intérieur (Hasan Abû Bâchâ et al-Nabawî Ismâ‘îl) et le président du conseil d'administration de Dâr al-Hilâl (Makram Muhammad Ahmad), ont eu lieu en 1987, tandis que la quatrième, en 1990, avait pour cible Zakî Badr, alors ministre de l'Intérieur. Il n'y a pas eu non plus de tentative de coup d'État en cours d'année scolaire. Tout ce qui précède jette aussi une certaine lumière sur les rapports très particuliers qui existent entre l'institution militaire et le régime. Plus d'une fois, il a été fait appel à l'armée pour mettre fin aux troubles et aux émeutes qui menaçaient sérieusement le régime. C'est ce qui se produisit en 1977 (l'intifâda de janvier) et en 1986 (l'insurrection des conscrits des Forces centrales de sécurité)6.

16S'agissant de la violence politique « officielle », vient en premier lieu le recours aux forces de sécurité. Vient ensuite la détention limitée d'éléments adhérant à certaines forces politiques d'opposition et la condamnation à la prison d'individus ayant pris part aux incidents violents.

17Il est à signaler que, depuis les sentences prononcées dans les affaires de l'assassinat du président Sadate et d'Assiout en 1981, le régime n'a plus eu recours, jusqu'en 1990, aux formes de violence politique de grande envergure, telles que les détentions à grande échelle, la peine de mort pour raisons politiques ou l'appel à l'armée. Le régime Moubarak n'y a recouru qu'en 1986, lors de l'insurrection des conscrits de la Sécurité centrale. Quant au conflit armé opposant le régime au pouvoir à certaines associations islamistes, il ne s'est sérieusement aggravé qu'au cours des années 1989 et 1990.

18Par ailleurs, les actes de contestation et de violence ont nettement augmenté durant la deuxième moitié des années 80 et, plus particulièrement, au début du second mandat du président Moubarak. La révolte des conscrits des Forces centrales de sécurité, en 1986, marque en effet le début de l'escalade de la contestation et de la violence contre le pouvoir en place. L'explication avancée est qu'à l'arrivée du président Moubarak au pouvoir, le peuple, voyant les mesures prises par le nouveau régime, était plein d'optimisme quant à la capacité de ce dernier à rétablir la stabilité et l'équilibre de la vie politique en Égypte, à surmonter les problèmes économiques, à lutter contre la corruption politique et administrative, à instaurer une justice sociale et à rétablir l'équilibre des relations extérieures tant sur le plan arabe que sur le plan africain et international. Les différentes classes sociales ont alors éprouvé la nécessité de laisser agir le nouveau régime et de lui donner la possibilité de mener à bien son programme. Que s'est-il donc passé au cours de ce premier mandat ?

  • 7 Voir Ibrâhîm H. T., La violence politique en Égypte : entre les probabilités d'absorption et les po (...)

19A ce propos nous pouvons dire qu'en dépit des progrès sensibles réalisés par le pouvoir tant sur le plan régional que sur le plan international, le rêve national de développement global, de justice sociale, de culture authentique et de démocratie politique commence à s'évanouir. La crise sociale fait toujours planer son ombre, les problèmes économiques et sociaux ne cessent de s'aggraver, et les institutions étatiques sont toujours inefficaces lorsqu'il s'agit d'assurer les produits de première nécessité aux citoyens. Des problèmes persistent aussi sur le plan politique : la loi martiale ainsi que d'autres lois restreignant les libertés de la personne — lois qui avaient été promulguées dans des circonstances bien précises de l'histoire de l'Égypte — sont toujours en vigueur ; la tendance ou le choix idéologique du régime, si toutefois ils existent, sont mal définis et ce dernier semble tenter de concilier les principes de deux époques révolues ayant chacune ses caractéristiques propres. Certains de ces problèmes se sont aggravés durant le second mandat du président Moubarak, d'où l'augmentation des vagues de déception et d'insatisfaction dans certaines classes sociales et, par conséquent, l'engagement de plus en plus important de ces catégories dans la contestation et la violence7.

20Entre le milieu des années 70 et 1990, la forme de violence la plus répandue fut donc, pour l'essentiel, non étatique, partielle et limitée géographiquement et démographiquement, essentiellement du fait de la nature des forces politiques et sociales qui pratiquent ce genre d'actions. Limités en nombre, ces groupes sont plus aptes à mener des actions de contestation et de violence qui sont, elles, limitées dans la forme : les étudiants manifestent, les ouvriers font la grève et les courants islamistes intégristes sont des fauteurs de rébellions et de troubles. Il est bien entendu que le caractère « limité » ou « partiel » des actes les plus répandus ne signifie nullement que leur intensité et gravité, ainsi que leurs conséquences (dommages matériels, sabotage, meurtres), soient toujours limités. Dans certains cas, surtout au cours d'émeutes et de rébellions, il y a eu une escalade de la violence entre, d'une part, les insurgés et les fauteurs de trouble et, d'autre part, les forces de sécurité. Certaines jamâ‘ât engagées dans ce type d'incidents possédaient, en effet, à la fois l'organisation et l'armement leur permettant de donner pareille dimension au conflit.

21Face à ces actes limités de violence politique, le régime Moubarak, attaché au principe de l'approfondissement de la démocratie, a exercé, lui aussi, une violence partielle et limitée. Les actions de violence « officielle » de grande envergure ont été exceptionnelles. La situation a cependant profondément changé depuis 1990 comme nous allons le montrer plus loin.

Les forces politiques et sociales qui ont pratiqué – et pratiquent – la violence politique en Égypte

22La conclusion à laquelle nous sommes parvenus au terme de nos études antérieures est que les principaux acteurs de la violence politique en Égypte depuis le milieu des années 70 sont certaines jamâ‘ât islamistes. Parallèlement à ces dernières, d'autres forces politiques et sociales ont, elles aussi, sous des formes diverses et à des degrés différents, mené des actions violentes. Citons, à titre d'exemple, les étudiants, les ouvriers, certaines catégories socialement marginalisées, etc.

Les étudiants (de niveau universitaire)

  • 8 Abd Allah A., Les étudiants et la politique en Égypte, trad. Ikram Yûsuf, Le Caire, Dâr Sînâ, 1991  (...)

23Les étudiants des universités ont été des acteurs importants des actes de contestation collective et de violence politique, surtout durant la deuxième moitié des années 808. Si les manifestations ont constitué la forme dominante de l'action étudiante, il n'empêche que certaines catégories d'étudiants ont, parallèlement aux manifestations limitées, suscité des troubles ou se sont mis en grève.

24Concernant le rôle des étudiants dans les actes de violence, les remarques pourraient se résumer comme suit :

25a) Les étudiants des universités de la capitale, et plus particulièrement ceux de l'université du Caire, de ‘Ayn Shams et d'al-Azhar, ainsi que ceux de l'université d'Alexandrie, ont joué un rôle primordial. Par contre, dans les universités de province, l'action des étudiants n'a commencé à se faire sentir que vers la fin des années 80, et ceci surtout à l'université d'Assiout et dans sa branche de Suhâg, à l'université de Mansûra, à l'université de Zagâzig et enfin dans les deux branches de l'université du Caire qui se trouvent à Banî Suwayf et au Fayoum. Le phénomène de contagion a parfois joué. Nous pouvons citer à titre d'exemple les manifestations estudiantines de 1984 et 1985.

26Le rôle croissant des étudiants de certaines universités de la capitale s'explique par différents facteurs : l'importance des effectifs, comparés à ceux des universités de province ; la proximité des zones d'influence politique et des lieux de décision dans la capitale ; le contact de plus en plus grand avec les courants politiques et intellectuels essentiellement centrés dans la capitale et les grandes villes. A quoi il faut ajouter que certains de ces courants (islamistes et nassériens) ont même des ramifications au sein des universités.

27b) L'action estudiantine s'est presque toujours caractérisée par sa spontanéité et son esprit d'indépendance. Les actions partielles et limitées ont été le fait d'étudiants brandissant des slogans politiques et intellectuels variés. C'est dans ce cadre que le rôle des étudiants membres des jamâ‘ât islamistes devint évident ; certains d'entre eux ont participé à des mouvements de contestation violents qui se sont déroulés en dehors de l'enceinte de l'université.

28c) Le nombre des étudiants prenant part aux actions de contestation et de violence a varié en fonction des circonstances et en fonction de l'université. De manière générale, on constate que le nombre de participants augmente lorsqu'il s'agit d'une question à portée nationaliste comme l'affaire Sulaymân Khâtir. Il y a, dans tous les cas, deux catégories d'étudiants bien distinctes : la première, avec une majorité de filles, regroupe les étudiants qui ne s'engagent pas dans les actions de contestation et de violence ; la deuxième, minoritaire mais plus politisée, regroupe les étudiants politiquement engagés ; c'est là qu'apparaît plus clairement le rôle joué par les étudiants membres des jamâ ‘ât au sein des universités. Ces dernières ont, sans aucun doute, des ramifications hors de l'université. Il existe cependant une troisième catégorie, celle de ceux qui déterminent leur position de manière circonstancielle.

29d) Les actions de contestation violente menées par les étudiants étaient, dans certains cas, liées à des revendications d'ordre proprement universitaire (régime des examens, statut des étudiants ou des hommes de la sécurité universitaire). Dans d'autres cas, ces actions relevaient de revendications plus générales (démocratie, justice sociale, lutte contre la corruption, protection de l'indépendance nationale). Dans d'autres cas encore, ces deux types de revendications étaient mêlés.

30Pour comprendre l'engagement croissant des étudiants dans la vie politique égyptienne, il faut prendre en considération les points suivants :

31Premièrement, l'expansion de l'enseignement universitaire et les effectifs croissants, alors même que les offres d'emplois et les possibilités d'embauche sont limitées, avec pour effet l'augmentation du nombre de chômeurs parmi les diplômés de l'université, ce qui favorise le recrutement de certains d'entre eux dans les organisations contestataires.

32Deuxièmement, le rôle historique des étudiants dans la vie politique égyptienne. Ils ont en effet toujours eu un rôle primordial dans le mouvement nationaliste pour l'indépendance, dès avant 1952. Si, au cours de la période nassérienne, le rôle des étudiants a été limité du fait des restrictions et des mesures administratives, juridiques et factuelles auxquelles ont été soumis les mouvements étudiants, la défaite de 1967 a eu pour effet de réactiver et de ranimer ce rôle. Les manifestations de 1968 constituent l'apogée de la contestation du régime et de ses symboles. L'action politique des étudiants s'est poursuivie, avec des périodes plus ou moins calmes, jusqu'en 1976. Durant toutes ces années, les étudiants constituaient l'une des principales forces politiques de l'opposition. Après le calme relatif qui a dominé l'activité politique estudiantine au cours des trois premières années du mandat de Moubarak, les étudiants ont repris leur place dans la vie politique du pays, dès le début de la deuxième moitié des années 80.

33Troisièmement, la crise de société dont a souffert — et continue de souffrir — le peuple égyptien, et les effets négatifs de cette crise sur l'ensemble de la jeunesse et, plus particulièrement, sur les étudiants. D'origines sociales variées, les étudiants sont représentatifs des différents courants politiques et intellectuels dominants. De là leur sensibilité accrue aux problèmes économiques et sociaux qui les empêchent de réaliser leurs ambitions. La jeunesse, et plus particulièrement les étudiants, étant comme le « nerf sensible » de toute société, leur capacité à réagir et à contester avec violence est d'autant plus forte.

34Quatrièmement, les caractéristiques comportementales et psychologiques de la jeunesse. La tranche d'âge à laquelle appartiennent les étudiants est marquée par des changements psychologiques et comportementaux qui jouent sur leurs représentations et leur comportement social (utopie, idéalisme, refus de la réalité et recherche du renouveau). De plus, à cause de leur niveau d'études, les étudiants ont plus de chances d'avoir une conscience politique qui leur permet de critiquer et d'évaluer les pratiques et les politiques du régime. Par ailleurs, le fait d'être dégagés de toute responsabilité et de toute obligation sociale les rend plus libres dans leur action.

35Unie et ralliée à d'autres catégories sociales, comme les ouvriers par exemple, l'action étudiante peut devenir plus efficace. C'est la raison pour laquelle les forces de sécurité ont toujours veillé à ce que les manifestations ne dépassent pas l'enceinte de l'université. Les étudiants peuvent, il est vrai, manifester leur refus et leur opposition au régime en place et constituer pour ce dernier une vraie menace, mais ils ne peuvent cependant pas, à cause de leur jeune âge et de leur inexpérience, proposer d'alternative au régime, avec ce que cela suppose comme capacité d'organisation de l'action politique, avec des représentations idéologiques claires, des dirigeants, des structures et des programmes politiques.

Les ouvriers

  • 9 Voir Adli Ruman H., "Le prolétariat et la politique : Le Caire", in Kilâb al-Ahâlî, n° 45, juillet (...)

36Le rôle des ouvriers dans les activités de contestation violente a commencé à croître en 19869. En dehors de quelques manifestations et de révoltes dispersées survenues dans des lieux bien déterminés, ces activités se sont essentiellement limitées aux grèves.

  • 10 Taha Mursi A., "Les victimes de la loi 203", in Rûz al-Yûsuf, n° 3 351, 31 août 1992 ; Muhammad G., (...)

37L'on peut d'abord constater que la contestation violente des ouvriers est, le plus souvent, restée limitée et dispersée (certaines catégories d'ouvriers de l'industrie et des services, lieux bien déterminés, revendications socio-professionnelles relatives aux salaires, aux heures de travail, aux primes, etc.). Ensuite, comparé au rôle des étudiants et des jamâ‘ât islamistes, le rôle des ouvriers, bien qu'ayant un impact plus grand en raison de leur place dans le processus de production, est resté limité. De plus, la plupart des actes de contestation violente en milieu ouvrier ont dépassé les institutions syndicales et se sont produits en dehors de leur cadre. Les revendications adressées aux syndicats restaient souvent lettres mortes en raison de l'inefficacité de ces derniers, incapables d'y répondre ou de les transmettre, ce qui ne pouvait qu'augmenter la tension. La situation est, en général, devenue plus complexe lorsque le régime a fait intervenir les forces de sécurité, à l'instar de ce qui s'est produit lors de la grève des conducteurs de chemins de fer en 1986 ou de la grève des ouvriers des usines de sidérurgie à Hélouan en 1989. Enfin, on peut mieux comprendre le rôle des ouvriers dans le phénomène de la contestation violente en tenant compte de toutes les dimensions de la crise économique et sociale (inflation, chômage, endettement, trop grand écart entre les classes sociales, augmentation des couches sociales marginalisées, etc.), et des effets de cette crise sur la classe des travailleurs. Elle a fait naître le sentiment général, ou quasi général, de l'érosion des acquis de périodes antérieures, voire de la menace de leur disparition, et de l'inefficacité des plans de redressement économique et social. Les grèves ouvrières ont nettement augmenté entre 1989 et 1992, avec l'accélération du processus de privatisation et la promulgation de la loi n° 203 relative au secteur des affaires publiques. Les mises à pied (ou les projets) opérées par certaines sociétés, en vue de réduire la main-d'œuvre, n'ont fait que redoubler les inquiétudes des ouvriers10.

Autres catégories et forces sociales

  • 11 Rapport stratégique arabe pour l'année 1987, Le Caire, Centre d'Etudes Politiques et Stratégiques, (...)

38D'autres catégories et forces sociales se sont, elles aussi, engagées dans des actes dispersés de violence11. Citons, à titre d'exemple, la célèbre insurrection des conscrits de la Sécurité centrale, au Caire et dans certains gouvernorats, en 1986. Thawrat Misr (Révolution de l'Égypte), organisation de tendance nassérienne, démantelée par l'arrestation et le jugement de ses membres, a mené plusieurs opérations contre des biens et des personnalités israéliennes et américaines au Caire. Ajoutons à cela les quelques rares mouvements de contestation violente attribués aux agriculteurs dans certaines régions et la participation de certaines catégories socialement marginalisées aux manifestations violentes déclenchées par d'autres forces telles que les étudiants ou les jamâ‘ât islamistes.

Les jamâ‘ât et autres organisations islamistes radicales12

  • 12 Sur les jamâ‘ât islamistes radicales, voir par exemple ‘Adil Hammuda, Migration vers la violence, L (...)

39En 1981, le président Sadate fut assassiné par le Jihâd, organisation responsable, la même année, de la rébellion d'Assiout. Depuis cette date, et surtout à la suite des coups que les forces de sécurité ont fait subir au Jihâd, le rôle des mouvements islamistes radicaux dans les actes de contestation violente est en régression.

40Au cours de la vaste campagne d'arrestations lancée par le régime, un bon nombre de militants du Jihâd ont été arrêtés et les dirigeants et membres les plus en vue jugés. Cependant, dès le début de la deuxième moitié des années 80, les organisations islamistes radicales ont repris leurs activités de contestation violente et la confrontation avec les r">jamâ‘âtième catégori de Mode la diues eS32iement liaouaeaaillé à ert3 socialesContestation collectiv4aut prendre en considération les poinDofficie76,), organisatants et membres lesations n vue jugésranumbespan>

, e neia de contesancéposmente /spa, span xml:la

, span xml:la

Il esee que cela suppose comme mortorité n>, ané celct surn>Les éterplleu9Jih>Jihâdn>D'autres catégories et forces sociales s3ng="fr" lang=3ert3 ses catégories dans la contestation et la violence. Eneurs lesigeants et membran politrak au pouvoir, ="#fivbres,uversité. Bâchâ etn du p xmlShawqiyyînmmudxmlagent pnéral, det, rBâw H.,néral, des proralade dn laTakfîr wa-l-hijannuds insesancépodenota viole début de grndiction, vgime,-clubalitShupan> nomssinurité. Certaat génules mo>Face à n xml:lang="févolution de et constitug="fr">(es eang="fr">Les Pourrte peut det des slogans pent let le ntre drientre deis intt< du fait de nécs veilliversité.jamâ‘âtième catégori de Mode la diues eS32iement liaouaeaaillé à ert4 socialesbut de la deuxienme moitienmextand">35islamiElrSayyed dursots le début de la deuxienme moitienmRelis deuoe dépassent"fonUrbt dPionscompo surtout n Emes/span>Migratnt liaouaeaaillé à ert5 socialesbut de la deuxi

35islamiRubian xml:lang="fr" lang="fr">Voir BContestation collectiv4'Abû Qurqâs, du Fayoum et de Banî Suivitéoute, des rr/span>

  • 12

    Les ,

ionsur ituitiques togrorandl, non l'équilib. ts suivants :