Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Le paradigme égyptien

Violence politique et démographie en Égypte

Philippe Fargues

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Boudjedra R., FIS de la haine, Paris, Denoël, 1992, p. 65.

1« Explosion démographique », « explosion de violence » : le premier terme appartient depuis longtemps à l'imagerie des médias, sinon au vocabulaire des sciences sociales sur l'Égypte, le second l'y a désormais rejoint. On les accole parfois, ne serait-ce que pour souligner la résonance que la masse démographique donne au risque de déstabilisation politique. Même si elle n'en atteint jamais l'intensité, la violence en Égypte peut en effet avoir, un jour, une tout autre portée régionale qu'elle n'a jamais pu avoir au Liban, pour la simple raison que l'Égypte compte vingt fois plus d'habitants que le Liban. Il arrive aussi qu'on lie ces deux « explosions » pour évoquer les racines que la seconde plongerait dans la situation créée par la première. On voit alors dans la violence une sorte d'adaptation fatale à une pression démographique insoutenable. « L'œuvre de déstabilisation par l'internationale intégriste et la démographie galopante vont se rejoindre pour faire le lit médiocre et malpropre du FIS. Il n'y a pas de hasard », écrit ainsi d'un autre pays, l'Algérie, le romancier Rachid Boudjedra, en désignant non la violence elle-même, mais l'implantation du mouvement politique qu'il en rend responsable1. Ce faisant, il postule une relation qui ne semble avoir été démontrée ni dans sa généralité, ni dans un quelconque cas particulier.

  • 2 C'est la proposition centrale de Ted Robert Gurr qui fait de la violence politique l'une des expres (...)

2Dans ce qui suit, posant que la violence qui oppose certains segments de la société à l'État, ou parfois à d'autres segments de la société, est une réponse spécifique à un ensemble de frustrations collectives, c'est-à-dire d'écarts entre des aspirations et une situation de fait2, j'essayerai de répondre à la question suivante : dans quelle mesure la croissance démographique cause-t-elle, directement ou par l'intermédiaire des effets qu'elle exerce sur l'économie et sur la société, certaines des frustrations qui motivent la violence politique ? Je ne chercherai pas à examiner pourquoi ces frustrations débouchent sur la violence, mais simplement si cette dernière est effectivement ou non associée aux facteurs que l'on avance souvent pour l'expliquer. A titre d'exemple, voici l'énumération qu'en donne le Rapport stratégique annuel d'al-Ahrâm 1988 :

  • 3 Al-Taqrîr al-istrâtîjî al-‘arabî 1988, Centre d'Études Politiques et Stratégiques, Le Caire, 1989, (...)

3L'inflation, le chômage, l'abaissement du niveau de vie d'une vaste fraction des citoyens, l'augmentation des prix sans rapport avec celle des salaires, l'aggravation des problèmes de transport et de logement, le creusement des écarts entre classes et les consommations ostentatoires d'une minorité, le grossissement de la vague d'exode rural vers Le Caire et les grandes villes, l'insuffisance de l'appareil de production et des services en ville pour absorber cet exode, qui se voit ainsi poussé à s'agglomérer aux marges de la cité, dans des conditions d'existence misérables, où il représente une matière brute pour le travail politique violent.3

L'espace-temps de la violence

4Les deux phénomènes n'ont pas la même inscription temporelle. La violence procède par manifestations subites, courtes, conjoncturelles, tandis que la pression démographique relève de la continuité, de la durée et des structures de la population. Le temps long de la démographie peut-il cependant contribuer à expliquer le temps bref de la violence ? On peut imaginer une explication causale, ou non causale.

5Appartient au premier type la recherche d'un seuil (de densité, de taux de croissance, d'exode rural, etc.) au-delà duquel la pression démographique favoriserait la violence. Un tel seuil se lirait, sur les courbes démographiques, au point précis où survient la violence. Son estimation devrait en toute rigueur s'appuyer sur la corrélation des séries temporelles de la démographie d'un côté, de la violence de l'autre. Si l'on possède les premières, on ne dispose en revanche d'aucune chronique longue des événements qui relèvent de la violence politique, pour la raison qu'en Égypte, celle-ci constitue un phénomène récent, ou pour le moins discontinu. On doit donc abandonner cette première voie.

6Un autre type de relation causale est celui où la violence résulterait de certaines conditions démographiques mais sévirait, comme une maladie endémique, à l'état latent et ne se manifesterait que par poussées. A l'occasion de l'une de ces poussées, par exemple la dernière en date (celle qui a commencé au printemps 1992), il suffirait d'enregistrer les particularités démographiques des sous-populations au milieu desquelles elle survient pour trouver les causes recherchées. Du point de vue de la méthode d'observation, cette relation ne diffère pas de la simple association non causale produite par un état relativement profond et stable dans le temps, mais variable d'une sous-population à l'autre, qui expliquerait à la fois certains traits spécifiques de la démographie et une propension à la violence. Dans les deux cas, on recherche, à un moment donné du temps, les corrélations dans l'espace — social, géographique — entre les facteurs démographiques et la violence.

  • 4 L'émigration massive qui a pu résulter de certaines révolutions, comme en Iran, est un contre-exemp (...)
  • 5 C'est un peu ce que Georges Sorel exprimait dans une formule romantique : "Le danger qui menace l'a (...)

7La différence des temporalités implique ensuite que l'on ne saurait avoir affaire à un système d'interactions. Seules les déterminations démographiques de la violence sont envisageables, non les effets de la violence sur la démographie. Pour que la violence puisse infléchir le cours de la démographie, il faudrait en effet qu'elle soit un état plus ou moins permanent4. L'exercice prolongé de la violence, par exemple lorsqu'il s'installe dans les formes instituées de la lutte des classes, rigidifie les polarités et peut accroître de ce fait les différences entre les groupes de la société qu'il oppose5, notamment celles des régimes démographiques. Telle n'est pas la situation de l'Égypte.

  • 6 Nous avons dépouillé, pour les actes postérieurs à ceux repris dans la dernière édition du Rapport (...)
  • 7 Violence politique à l'état pur pour Sorel ("bataille napoléonienne qui écrase l'adversaire", op. c (...)

8Les actes retenus dans la rubrique « Violence politique en Égypte » du Rapport stratégique d'al-Ahrâm66, à l'exception des grèves7, forment la matière de la présente étude. Ils représentent l'ensemble formé par le terrorisme et sa répression et combinent donc la violence exercée par certains groupes de la société (manifestations, émeutes et révoltes, attentats) à des faits relevant de la violence d'État (interpellations policières, poursuites judiciaires, détentions). Cette source comporte diverses faiblesses, parmi lesquelles les trois suivantes peuvent affecter les résultats présentés ici :

  1. Biais de sélection. Proche du régime, al-Ahrâm peut très bien faire état plus volontiers de la violence dirigée contre l'État que de celle qui émane de lui. Parmi les catégories distinguées par Max Weber, les événements relevant de la violence « illégale » — « légitime » ou « illégitime » — ainsi que la violence « légale illégitime », seraient mieux relatés que les actes de violence « légale légitime » (commis par l'État dont, en l'occurrence, la population accepterait le monopole de la violence).

    • 8 Comme ne l'est pas non plus celle entre négociation, coercition et terreur dans la violence politiq (...)

    Délimitation floue de la catégorie étudiée. A la violence « politique » proprement dite se mêle une certaine dose de violence « civile », qu'il est impossible d'isoler. En effet, la frontière entre les deux — que l'on pourrait définir par l'objet visé : l'État ou un groupe politique dans un cas, un agent économique ou social dans l'autre — n'est pas clairement tracée8. Certaines manifestations violentes se situent précisément sur cette frontière (par exemple, une mobilisation dans une entreprise publique, réprimée par la puissance publique) ; d'autres commencent d'un côté de la frontière et se poursuivent de l'autre.

    • 9 La rumeur mentionne de temps en temps des actes de violence politique dont aucun journal ne rend co (...)
    • 10 Nieburg H. L. propose une définition opérationnelle qui correspond assez bien à notre cas : "Appart (...)

    Exhaustivité incertaine. Afin d'être pris en compte ici, les actes de violence doivent avoir trouvé un écho dans la presse, c'est-à-dire avoir été jugés suffisamment importants pour n'être point tus9 et pour exercer des effets possibles dans le champ politique10.

  • 11 Al-Mujtama‘ al-madarii wa al-tahawwul al-dîmûqrâtî fi al-watan al-‘arabî. Al-Taqrîr al-sanawî 1992, (...)

9Ces réserves étant posées, l'élévation du nombre des actes ainsi répertoriés entre 1982-1983, années où la presse n'en aurait relevé aucun, et 1989-1993, années en ayant chacune enregistré plus de cent, est abrupte. Elle révèle à fois la montée du phénomène lui-même et celle de l'attention que lui porte la presse. Durant la seule année 1992, la violence politique aura totalisé 86 morts, dont 15 policiers, 36 militants des groupes extrémistes et 35 civils (22 chrétiens et 13 musulmans), 164 blessés et 9 428 interpellations11.

Tableau 1 : Actes de violence politique en Égypte 1982-1993

Tableau 1 : Actes de violence politique en Égypte 1982-1993

Note * : janvier-mai : soit 295 sur une base annuelle

10Source : al-Ahrâm, Rapport stratégique pour 1982 à 1991 (tous actes de violence sauf grèves), quotidien pour 1992 et 1993 (dossier de presse terrorisme du CEDEJ).

  • 12 J'appelle "taux de violence" le nombre annuel moyen d'actes de violence par habitant (exprimé pour (...)

11La géographie de la violence est extrêmement contrastée, son taux12 par gouvernorat en 1988-1993 variant de moins d'un événement annuel pour 1 million d'habitants à plus de vingt. Elle est maximale dans quatre gouvernorats de Haute-Égypte (Assiout, Assouan, Banî Suwayf, Fayoum), sensiblement moins élevée dans les gouvernorats urbains et dans ceux de Gîza et de Minya et pratiquement absente du reste de la Haute-Égypte (Suhâg, Qinâ) ainsi que de Basse-Égypte (hormis Damiette et Qalyûbiyya).

Tableau 2 : Taux de violence politique par période et par gouvernorat (événements par an, pour 1 million d'habitants)

Tableau 2 : Taux de violence politique par période et par gouvernorat (événements par an, pour 1 million d'habitants)

12La distinction de deux périodes, 1988-91 et 1992-93, révèle la stabilité de cette répartition spatiale de la violence. Est-ce parce que le phénomène n'est pas saisi dès son début, mais uniquement lorsqu'il est suffisamment installé dans la société et dans l'espace égyptiens pour faire l'objet d'une rubrique spéciale du rapport stratégique d'al-Ahrâm ? En ce cas, c'est la géographie d'une consolidation que nous observons, non celle d'un essaimage, de la propagation en onde à partir d'un épicentre. Ou bien serait-ce plutôt parce que la violence naît en quelque sorte avec sa propre géographie, déjà bien typée, pour la raison qu'elle l'aurait trouvée toute faite, parce que dessinée par des facteurs plus stables ?

  • 13 Ekkart Zimmermann passe ainsi en revue plusieurs centaines de titres qui recourent aux corrélations (...)
  • 14 Cela ne suffit bien sûr pas à créer des conditions politiques semblables sur tout le territoire : l (...)

13Afin de tester le pouvoir explicatif d'un certain nombre de ces facteurs (par exemple, ceux de la liste proposée par le Rapport stratégique d'al-Ahrâm), on peut examiner les corrélations spatiales qu'ils présentent avec la violence, dans le découpage du pays en gouvernorats (muhâfazât). Démarche classique en science sociale, l'observation de ce que Durkheim appelait les « variations concomitantes » dans la première mathématique sociale d'un phénomène violent (le suicide) a déjà été abondamment appliquée à l'analyse quantitative de la violence politique13. Cependant, ces études ont toutes procédé par comparaisons internationales et, de ce fait, apporté peu de conclusions sur les facteurs économiques et sociaux de la violence, le régime politique et la culture nationale introduisant une forte variabilité qui perturbait la détection de tous les autres facteurs. La comparaison régionale proposée ici élimine au contraire une bonne partie de l'hétérogénéité politique — tous les gouvernorats dépendant d'un même régime central14 — et réduit aux variantes régionales l'hétérogénéité culturelle. Elle n'en comporte pas moins diverses limites, dues au mode d'inscription spatiale et temporelle des phénomènes mis en relation.

  • 15 Au sens statistique : association fréquente entre deux phénomène, dont l'un a l'antériorité.

14Détecter les racines sociales, économiques et démographiques de la violence politique par les corrélations spatiales de celle-ci et des phénomènes censés l'« expliquer »15 postule, d'une part, que l'espace est différencié, c'est-à-dire que les phénomènes sociaux, économiques et démographiques répondent à des déterminations locales et non seulement nationales, et, d'autre part, que la violence s'exprime à l'échelon local sans privilégier la proximité des lieux centraux du pouvoir.

  • 16 Même au niveau le plus fin, celui d'une seule famille, d'un seul ménage, les individus n'ont pas to (...)

15La forte différenciation de l'espace égyptien ne fait pas de doute, nous le verrons aux chiffres. Toute société est hétérogène, la société égyptienne comme les autres, malgré son unité territoriale millénaire. L'espace recouvre une certaine part de cette hétérogénéité : plus on descend vers un niveau local fin, plus on approche l'homogénéité, sans d'ailleurs peut-être jamais l'atteindre16. Le Fayoum possède un indice moyen de pauvreté huit fois plus élevé que Port-Saïd. Cela ne veut pas dire qu'un habitant soit forcément démuni au Fayoum et aisé à Port-Saïd, mais qu'il y a de grandes chances pour qu'il en soit ainsi. Bien qu'il soit le plus élémentaire, le découpage en gouvernorats introduit en fait une variance suffisante dans la plupart des indicateurs qui nous intéressent.

  • 17 Celle du Rapport stratégique d'al-Ahrâm, par exemple.
  • 18 Supposons que la société se répartisse en deux classes A et B possédant des caractéristiques opposé (...)

16La géographie contrastée de la violence, qui se concentre dans quelques gouvernorats seulement, montre que la recherche d'explications dans la situation globale du pays — économique, politique, culturelle — ne peut suffire17. Cependant, la répartition de la violence entre gouvernorats recèle une ambiguïté d'interprétation car on a affaire à un phénomène mobile. Dans quel espace la violence est-elle comptabilisée : celui auquel appartiennent ses auteurs ou celui où siègent les instances contre lesquelles ils se dressent ? La répartition dans l'espace des actes violents est-elle ainsi celle des racines sociales, économiques et démographiques de leurs auteurs, ou plutôt celle, contraire, des cibles que ceux-ci se fixent, c'est-à-dire celle des atteintes à l'ordre idéal combattues par la violence ? Une même violence peut ainsi correspondre à deux géographies socio-démoéconomiques contraires, selon qu'elle est domiciliée au départ ou à l'arrivée. Le signe des corrélations s'en trouve évidemment inversé18. Auteurs et cibles de la violence appartenant souvent au même gouvemorat, la question ne se posait que dans quelques cas, pour lesquels il a été retenu de domicilier l'acte violent au lieu de résidence de ses auteurs (ou de ses victimes, lorsque la violence est exercée par l'État), dès lors que l'information était disponible.

  • 19 Ces variables sont toutes extraites des recensements généraux de la population (celui de 1986, sauf (...)

17Les variables explicatives retenues appartiennent à la démographie au sens strict, ainsi qu'aux domaines sociaux, culturels ou économiques qui interagissent avec la démographie : densité de population, taux de croissance démographique 1976-1986, proportion de jeunes parmi les adultes (20-29 ans / 20 ans et plus), taux d'urbanisation, taux de croissance urbaine 1976-1986, dimension moyenne des familles — rurales, urbaines —, proportion de familles complexes (formées de plus d'un noyau familial) — rurales, urbaines —, taux d'attraction migratoire (proportion de résidents non-natifs), taux de répulsion migratoire (proportion de natifs non-résidents), taux de migration internationale de retour (seul indicateur d'émigration internationale disponible par gouvemorat), épargne moyenne remisée par les émigrés, proportion de population chrétienne (1937, 1986), taux de mortalité infantile, indice synthétique de fécondité, âge moyen au mariage (hommes, femmes), taux de chômage (urbain), taux de sous-emploi, indicateur de pauvreté moyenne (urbain, rural, total), incidence de la pauvreté (urbain, rural), nombre moyen d'années de scolarisation dans les générations 1930 et 1965 (hommes, femmes, milieu urbain, ensemble du gouvemorat)19. La sélection des indicateurs ci-dessus répondait aux trois critères suivants : place claire dans le modèle explicatif, fiabilité suffisante, forte variance régionale.

Dynamique démographique et économie de la violence

18La croissance démographique rapide est souvent décrite comme un dérégulateur de l'économie. Il ne m'appartient pas ici d'entrer dans un débat qui oppose, sans discontinuer depuis Malthus et Marx, populationnistes et anti-populationnistes. En Égypte en tout cas, aucune corrélation spatiale significative ne lie le niveau de pauvreté à la densité de la population (r = 0,06) ou à son taux d'accroissement (r = -0,32 : les régions de fort accroissement démographique sont plutôt les moins pauvres), ni ces deux dernières variables à la violence politique (r=0,09 et r = 0,17 respectivement). Je poserai donc simplement que, si racines démo-économiques de la violence il y a, elles sont à chercher dans une altération du rapport entre les ressources et la population, en situation de croissance rapide de celle-ci. Les ressources sont à entendre au sens large de ressources matérielles et de moyens d'y accéder (y inclus le travail). Leur altération peut a priori revêtir deux aspects, chacun susceptible d'être lié à la violence politique : détérioration du niveau moyen (de vie, d'emploi) ou creusement dès inégalités dans le partage des ressources. Je traiterai seulement ici du premier point, pour réserver le second, plus sociologique qu'économique, à la section suivante.

  • 20 Heba Al-Laithy et Hanaa Kheir Al-Din, Evaluation..., op. cit.

19Après une décennie de croissance, le niveau de vie de la population égyptienne se détériore probablement depuis le milieu des années 198020. Cette détérioration ne s'entend pas nécessairement en termes absolus (réduction du pouvoir d'achat, des opportunités d'emploi) mais aussi bien en termes relatifs (élévation des aspirations plus rapide que celle des moyens de les satisfaire). Pesant sur une économie ralentie, la démographie aiguiserait les frustrations de la population. A ses revendications, s'opposerait la répression de l'autorité publique dont l'impuissance à répondre aux demandes économiques de la population serait amplifiée par le rythme de croissance de celle-ci. Violence de la rue et violence de l'État se donneraient ainsi l'écho, l'une et l'autre proportionnelles à des indicateurs de pauvreté, ou encore au chômage.

20La pauvreté ne se distribue pas uniformément en Égypte. La Basse-Égypte, à commencer par les quatre gouvernorats urbains, est partout plus riche que la Haute-Égypte, pauvre à l'exception de Gîza, qui forme une zone de niveau de vie intermédiaire. En Basse-Égypte, la violence se répartit à l'inverse de la pauvreté (figure 1).

Figure 1 : Pauvreté et violence politique

Figure 1 : Pauvreté et violence politique

Figure 2 : Chômage et violence politique

Figure 2 : Chômage et violence politique
  • 21 L'Égypte ne fait pas exception. Samuel P. Huntington relevait déjà, il y a vingt-cinq ans, que, dan (...)
  • 22 C'est ainsi qu'Alfred Sauvy interprète les relations — délicates et, au mieux, indirectes — entre g (...)

21L'aisance relative favoriserait-elle paradoxalement la violence21 ? Pour qu'une détérioration de l'économie permette l'action violente, il faudrait en quelque sorte un surplus de ressources disponibles22. En Haute-Égypte, la relation disparaît, une même pauvreté coexistant avec les niveaux les plus divers de violence. Loin de la proportionnalité attendue, c'est donc une relation complexe que l'on trouve, limitée à un espace donné, à un contexte, c'est-à-dire à une configuration donnée de facteurs indépendants de celui pris en compte ici. Si la pauvreté joue, c'est donc par ses interactions avec ces autres facteurs.

  • 23 C'est l'un des résultats les plus significatifs de l'enquête sur le niveau de vie des ménages de 19 (...)
  • 24 Pas seulement en Égypte. On en a, par exemple, fait un élément important de la révolution iranienne (...)
  • 25 Ainsi que le gouvernorat d'Assouan.

22Le chômage ne se réduit pas à la pauvreté, bien au contraire23. Les régions les plus pauvres sont plutôt les moins affectées par le sous-emploi et réciproquement (r = -0,70, significatif au seuil de 99 %). Par ailleurs, il varie en proportion directe (r = 0,44) du pourcentage de jeunes adultes dans la population. Cette conjonction de la jeunesse et du chômage forme-t-elle le vecteur de violence politique que l'on s'accorde généralement à y voir24 ? Là encore, point de relation concluante (figure 2). La Haute et la Basse-Égypte s'inscrivent dans une continuité où la violence est inversement proportionnelle au chômage, les gouvernorats urbains du Caire, d'Alexandrie et de Suez25 sortant de l'alignement par la combinaison d'une violence et d'un chômage tous deux relativement élevés. Il faut donc le contexte d'une grande ville pour que le chômage débouche sur la violence.

  • 26 Une enquête auprès des membres des groupes "extrémistes" apporte la confirmation individuelle de ce (...)

23Ainsi la frustration économique — qu'on la mesure par la pauvreté ou par le chômage —, ne semble pas entraîner directement la violence politique26. C'est soit parce que d'autres facteurs, distribués différemment dans l'espace, agissent en priorité, soit parce que la violence n'est elle-même que l'un des effets possibles de la frustration. Je m'arrêterai un instant sur cette seconde hypothèse, avant d'examiner plus longuement la première.

  • 27 "Tout type d'action, y compris le recours à la violence, peut être orienté économiquement" (Max Web (...)

24Lorsque les conditions économiques sont hostiles et que l'on ne se résigne pas, on peut se révolter ou partir. C'est peut-être ainsi que s'interprète la relation entre le taux de répulsion migratoire et la violence politique (figure 3). En Basse-Égypte, d'un côté, en Haute-Égypte avec plus de netteté, de l'autre, la violence s'accroît avec la propension à émigrer vers une autre région du pays, comme si les deux phénomènes répondaient aux mêmes causes et pouvaient aisément se substituer l'un à l'autre. La violence politique ne serait qu'une réponse parmi d'autres — dont l'émigration interne — à la détérioration des conditions d'existence, un choix rationnel27, c'est-à-dire le mieux adapté à un moment et à un contexte donnés. Il est possible aussi que la violence soit privilégiée là où elle a déjà une tradition et où elle apparaît, sous des formes non politiques, comme une norme relativement stable de la culture locale (comme le phénomène de « vendetta » en Haute-Égypte). Lorsque l'on considère l'émigration, non plus interne, mais internationale, la relation tend à s'inverser (figure 4) : sans doute est-ce parce que les effets de relance économique locale, grâce aux remises d'épargne des émigrés, peuvent compenser la détresse économique qui avait motivé leur départ.

Structures démographiques et sociologie de la violence

25Parce qu'elle bouscule les structures de la population, la transition démographique agit comme dérégulateur social et, par là, comme catalyseur possible de la violence. J'envisagerai successivement trois niveaux emboîtés : la société globale, dont la démographie différentielle altère la stratification ; les sociétés locales, dont la mobilité géographique renforce tantôt l'homogénéité, tantôt l'hétérogénéité ; la famille, où les facteurs de la transition démographique ont bouleversé certaines hiérarchies.

Creusement des inégalités sociales sous l'effet de la démographie différentielle

  • 28 La transition démographique se déroule en deux phases : la première où seule la mortalité diminue, (...)
  • 29 Le phénomène est décrit en Europe. A Genève, par exemple, le xvme siècle marque un tournant. Aupara (...)
  • 30 Voir, par exemple, Bent Hansen et Samir Radwan, Employment opportunities and equity in Egypt, ILO, (...)
  • 31 Rapports du FMI.
  • 32 Les seuls indicateurs récents sont ceux établis par Heba Al-Laithy et Hanaa Kheir Al-Din, op. cit. (...)

26Par une sorte de revanche numérique, dans la plupart des pays pauvres et en Égypte notamment, les pauvres se multiplient désormais plus vite que les riches. C'est un phénomène relativement récent, puisqu'il date du début de la seconde phase de la transition démographique, durant laquelle seules les classes aisées réduisent leur fécondité, tandis que les catégories populaires conservent la leur à un niveau élevé28. Jusqu'alors, tant que la mortalité oeuvrait seule à la croissance différentielle, leur moindre longévité limitait au contraire l'accroissement démographique des pauvres plus que celui des riches. Il y avait concordance entre pouvoir économique et dynamisme démographique. Quelques années, l'espace d'une génération, auront suffi à ce que la population se renouvelle plus par ses classes inférieures que par ses classes supérieures, c'est-à-dire à inverser l'équilibre ancien29. En d'autres circonstances, une mobilité socio-économique ascendante aurait pu compenser la surcroissance numérique au bas de la pyramide sociale et préserver le profil général de celle-ci. Mais la montée actuelle du chômage, conjuguée à une segmentation notoire du marché du travail en Égypte30, est de nature à entraver toute mobilité ascendante à large échelle, en sorte que la compensation ne se produit vraisemblablement pas. Diverses études attestent ainsi que, malgré la croissance des indicateurs économiques globaux, la pauvreté gagne du terrain en Égypte31. Cette distorsion de la démographie et de l'économie recèle vraisemblablement une charge explosive, pour la simple raison qu'elle accroît la masse relative des individus placés en situation de frustration sociale, c'est-à-dire le potentiel de violence. Malheureusement, on ne dispose pas d'indicateurs suffisamment fiables du degré d'inégalité socio-économique par gouvernorat32 pour tester leur corrélation avec la violence politique.

Figure 3 : Emigration interne et violence politique

Figure 3 : Emigration interne et violence politique

Figure 4 : Emigration internationale et violence

Figure 4 : Emigration internationale et violence

Hétérogénéité de la population

27La mobilité des hommes est un trait saillant de la modernité démographique. C'est un phénomène sélectif : ceux qui se déplacent n'ont pas exactement les mêmes caractéristiques que ceux qu'ils viennent de quitter ni que ceux auprès de qui ils s'établissent. Dans le village ou le quartier, c'est-à-dire au niveau local où se nouent des relations de voisinage entre les individus ou entre les groupes, l'émigration crée des déficits au profil caractéristique et, bien souvent, accroît l'homogénéité de la population, tandis que l'immigration introduit de l'hétérogénéité. J'ai examiné plus haut les relations de la violence avec l'émigration. Voyons maintenant celles qu'elle entretient avec l'immigration.

  • 33 La thèse s'applique d'abord à l'immigration étrangère et relève d'un protectionnisme démographique (...)
  • 34 Hamied Ansari, Egypt, the Stalled Society, Le Caire, The American University in Cairo Press, 1987, (...)
  • 35 Ibid., p. 220 et suiv. Le Fayoum est un autre contre-exemple : prédestiné à la violence par l'écono (...)

28On entend fréquemment que l'immigration serait propice au développement de la violence33, à la fois parce qu'elle atténuerait sa prévention, en réduisant l'efficacité des dispositifs de contrôle social, et parce qu'elle stimulerait l'agressivité en lui offrant, par la juxtaposition des différences, un exutoire qu'elle ne trouverait pas dans une collection de semblables. L'exode rural dissoudrait le quadrillage (familial, villageois) qui enserre l'individu parmi ses pairs sans que l'urbanisation, désordonnée et hâtive, puisse lui offrir un substitut, qu'il trouvera finalement dans la mobilisation militante. Rappelant que l'appel du président Sadate aux valeurs religieuses ne produisit pas l'effet de bornement escompté mais favorisa au contraire la naissance des Jamâ ‘ât et, par-là, la rupture des harmonies sociales et communautaires, un auteur énonce sans ambiguïté le lien de cause à effet : « Rien de cela ne serait survenu, n'eussent été les conditions sociologiques, anthropologiques et psychologiques des migrants ruraux ainsi que leurs attitudes envers l'autorité. »34 C'est une rupture tranchée avec leur proximité rurale qui désigna « naturellement » les capitales provinciales de Haute-Égypte, Assiout et Minya, à l'instabilité sociale et à la violence politique. C'est, à l'opposé, une intégration locale stable qui préserva du Tanzîm les quartiers anciens de la capitale, pourtant tout aussi populaires que les banlieues où le mouvement s'implantait35.

  • 36 Les coefficients de corrélation linéaire correspondants ne sont pas significativement différents de (...)

29Si ce mécanisme jouait très fortement, on observerait une corrélation positive franche de la violence, d'une part avec le poids relatif de la population urbaine d'origine rurale, d'autre part avec la proportion de jeunes. Or l'on n'observe ni l'une ni l'autre36. La violence politique est cependant directement proportionnelle à l'attraction migratoire (mesurée par le pourcentage des résidents du gouvernorat qui n'en sont pas natifs), mais uniquement dans l'ensemble formé par la Basse-Égypte et Gîza (figure 5). Plus au sud, toute relation disparaît du simple fait que honnis Assouan, aucune région de Haute-Égypte n'exerce d'attraction migratoire sur les autres. Là encore, un effet existe, mais il est médiatisé par d'autres.

  • 37 Sur l'histoire démographique des communautés confessionnelles, voir Youssef Courbage et Philippe Fa (...)

30La violence politique est fortement associée à la mixité confessionnelle (r = 0,47). L'espace est comme partagé en deux : en dessous de 4 % de population non musulmane, la violence est rare (taux inférieur à 2, hormis à Damiette et au Fayoum) ; au-dessus, elle est fréquente (taux supérieur à 2, hormis à Suhâg et Qinâ (figure 6). En outre, la violence est non seulement liée au degré actuel de mixité, mais aussi à l'évolution de celle-ci. Comme dans l'ensemble de l'Orient arabe, le poids relatif de la chrétienté diminue à nouveau en Égypte depuis un demi-siècle (8,2 % en 1937, 5,9 % en 1986), après vraisemblablement cinq siècles de stabilisation37. Cette rétraction ne se manifeste pas dans toutes les régions avec la même intensité, puisque l'on enregistre même, entre 1937 et 1986, son élévation dans les gouvernorats de Qalyûbiyya et Gîza, réceptacles d'une émigration du Delta et du Sa'îd, ainsi qu'à Assouan et Minya. Il semble que le maintien de la proportion de chrétiens, quel qu'en soit le niveau absolu, s'accompagne de violence politique : à l'exception du Caire, les gouvernorats qui connaissent la violence politique la plus élevée (taux supérieur à 5 en 1992-93 : Assiout, Assouan, Gîza, Banî Suwayf, Fayoum) sont en effet des régions où la proportion de chrétiens s'est maintenue au-dessus de 75 % de son niveau de 1937 (figure 7).

Figure 5 : Immigration et violence politique

Figure 5 : Immigration et violence politique

Figure 6 : Mixité confessionnelle et violence politique

Figure 6 : Mixité confessionnelle et violence politique
  • 38 Hamied Ansari, op. cit., interprète ainsi les violents heurts confessionnels de Zâwiyya al-Hamrâ (1 (...)

31L'imbrication serrée des communautés crée sans doute un contexte favorable à la violence politique38, mais elle ne la détermine pas. La simple raison suffirait à indiquer que l'on n'a pas affaire à une cause : comment une quantité aussi stable que la mixité confessionnelle en Égypte, sujette à des évolutions seulement de très long terme, c'est-à-dire presque imperceptibles par les acteurs politiques, pourrait-elle provoquer un phénomène aussi subit que la violence politique ? Minya — qui vient en tête de la mixité (19,0 % de chrétiens) mais non d'une violence politique (taux de 2,2) qui a tourné plus d'une fois, il est vrai, à l'affrontement confessionnel — et surtout Suhâg et Qinâ prouvent que la juxtaposition des confessions n'engendre pas nécessairement la violence. De même la stabilité, voire le renforcement, de la part des chrétiens dans la population apparaît-elle comme une condition nécessaire, mais non suffisante, de la violence : outre Suhâg et Qinâ, Buhayra et Qalyûbiyya voient se maintenir leur chrétienté mais non la violence. Toutes ces exceptions indiquent que d'autres facteurs sont à l'œuvre, qui trouvent le terrain plus ou moins propice qu'offre la mixité confessionnelle.

Désordre des hiérarchies familiales

  • 39 Sur les mutations de la famille arabe, voir, par exemple, mon chapitre "La citadelle domestique" da (...)
  • 40 Ce paragraphe est emprunté presque à la lettre à mon article "Démographie et politique dans le mond (...)
  • 41 Sur cette dernière remarque, voir Geoffrey McNicoll, "Consequences of rapid population Growth", Pop (...)

32La transition démographique est avant tout une mutation de la famille39. Commencée plusieurs générations avant que la natalité ne décline à son tour, la baisse de la mortalité a modifié la composition des familles. Élevant le nombre des survivants parmi les enfants, c'est-à-dire la dimension de la fratrie, elle aiguisa une concurrence horizontale, entre des frères (et des sœurs) plus nombreux que jamais à survivre aux âges où l'on aspire à l'autonomie et où l'on se heurte désormais à la rareté sur divers marchés : l'emploi, le logement, voire le mariage. La période actuelle est celle où culmine la proportion des 20-29 ans dans la population adulte (20 ans et plus). Plus que par le passé et plus que dans le futur, la baisse de fécondité bien engagée depuis les années 1980 va se traduire de façon imminente par une diminution de la pression qu'exerce ce groupe. Le second effet de la baisse de la mortalité, et particulièrement de son accélération récente, est la coexistence toujours plus longue des générations. Le père qui, jadis, décédait relativement jeune, survit aujourd'hui jusqu'à un âge avancé. Dans une distribution des rôles familiaux encore fortement empreinte de patriarcat, cela signifie que le père conserve le pouvoir plus longtemps qu'autrefois et que la passation au fils se fait de plus en plus tardive. Une concurrence inédite des générations s'est ainsi installée40. La baisse de mortalité a substitué aux relations horizontales d'antan, entre frères solidaires dans la succession du père, une relation verticale persistante de chaque frère avec le père41.

Figure 7 : Tendance longue de la proportion de Chrétiens (1937-1986) et violence (1992-1993)

Figure 7 : Tendance longue de la proportion de Chrétiens (1937-1986) et violence (1992-1993)

Figure 8 : Structures familiales et violence politique

Figure 8 : Structures familiales et violence politique
  • 42 On n'observe, en revanche, aucune relation entre violence et dimension moyenne des ménages. Ce dern (...)
  • 43 L'atténuation du pouvoir prédictif du revenu sur la mortalité infantile avec l'élévation du revenu (...)

33La violence politique touche en priorité des régions de familles complexes42. La relation, déjà nette lorsque l'on considère l'ensemble du pays (r = 0,50), devient particulièrement forte en Haute-Égypte (figure 8). A première vue, cela contredit l'idée selon laquelle la violence serait signe d'anomie : la coexistence de plusieurs noyaux dans une même famille n'est-elle pas en effet l'héritage d'une tradition d'encadrement familial de l'individu ? Mais, d'un autre côté, les structures familiales complexes sont sans doute les plus vulnérables à la modernité, en particulier au conflit de génération évoqué plus haut qu'accuse, on va le voir, la diffusion de l'éducation. Le mode d'autorité patriarcal se voit en effet partout malmené. Plus il est répandu, plus le potentiel de contestation s'en trouve lui-même grossi. Voilà pourquoi, peut-être, l'anomie, et avec elle la violence, iraient de pair avec la persistance du type traditionnel de la famille étendue. Sans doute convient-il d'introduire ici l'indicateur le mieux corrélé à la violence politique (r = 0,66, significatif au seuil de 99 %) : le taux de mortalité infantile (figure 9). Aucune relation directe de cause à effet ne lie a priori les deux phénomènes, si bien que l'on est tenté de s'arrêter à une explication exclusive par l'économie : le degré de misère entraînerait d'un côté la mortalité infantile et de l'autre la violence. Cependant, de nombreux travaux comparatifs de portée générale ont révélé qu'au-delà d'un revenu minimum par habitant, la mortalité infantile varie moins avec le niveau de vie qu'avec le mode d'organisation de la vie de famille, en particulier avec la place qu'y tient la femme et le degré d'initiative qui lui revient. Les sociétés où la femme vit en marge de la vie publique accusent de ce fait un retard en matière de santé infantile43. C'est ainsi que le taux de mortalité infantile relève autant de l'anthropologie que de l'économie et que sa liaison avec la violence pourrait bien emprunter aussi cet autre canal : dans une société en modernisation, le blocage des rôles familiaux, notamment le cantonnement de la femme dans une fonction et un espace domestiques, engendre des frustrations, peut-être propices à la violence.

  • 44 L'histoire du savoir porte en effet celle de la révolution démographique : la constitution progress (...)
  • 45 Ted Robert Gurr, "A causal model of civil strife : a comparative analysis using new indices", Ameri (...)
  • 46 Durées moyennes calculées à partir de la répartition par niveau d'éducation au recensement de 1986. (...)
  • 47 Assiout et Minya avaient ainsi vu naître la violence politique dans les années 70, avec la pénétrat (...)

34Je terminerai cette revue par le facteur clé de la transition démographique : la diffusion des connaissances44. Parce qu'elle élève le niveau des attentes individuelles et collectives, l'éducation scolaire est en effet susceptible d'accroître le potentiel de violence, dès lors que ces attentes sont déçues. De fait, le niveau scolaire est l'une des variables les mieux corrélées à la violence politique (figure 10). Je n'insisterai pas sur la déception des attentes matérielles d'une jeunesse éduquée, confrontée sur le marché du travail à des salaires de misère et désormais à l'embolie du chômage. La presse en a abondamment parlé à propos de l'Égypte ; des études scientifiques l'ont déjà prouvé dans d'autres pays45. J'évoquerai plutôt la rétribution symbolique dont l'école donne l'espoir. La diffusion rapide et à grande échelle de l'instruction publique ne date que des surlendemains de la révolution de 1952. Elle a, de ce fait, créé une coupure entre les générations. Les hommes nés en 1930 n'ont fréquenté l'école que durant 1,7 an en moyenne, les femmes 0,4 an. Chez leurs enfants (la génération 1965), ces nombres sont passés à 5,1 et 3,1 ans respectivement46. Autant dire que la jeune génération détient une forte supériorité de savoir. Mais, partout où l'éthique néo-patriarcale demeure vivace, elle est privée du pouvoir, qui reste le monopole de la génération ancienne. Cette dissociation du savoir et du pouvoir est porteuse d'une contestation qui, faute de se dresser contre la famille individuelle, se tournera vers la mobilisation collective. L'école devenant une institution de masse, la démographie exerce un effet multiplicateur sur une mobilisation qui commence à l'école elle-même47

Figure 9 : Mortalité infantile et violence politique

Figure 9 : Mortalité infantile et violence politique

Figure 10 : Niveau d'instruction des générations de 1960 (hommes, urbains) et violence politique

Figure 10 : Niveau d'instruction des générations de 1960 (hommes, urbains) et violence politique

Conclusions

35La recrudescence des actes de violence politique en Égypte relève d'abord du politique. Toutefois, la lecture du journal montre à l'évidence que la violence ne sévit pas partout. On ne comprend donc pas tout en cherchant une explication globale dans le jeu des forces politiques nationales : il faut également observer les situations locales. Dans la variation de celles-ci, le politique tient encore certainement un rôle. Mais, les conditions matérielles dans lesquelles vivent les hommes, les ressources dont ils disposent et l'agencement entre eux des multiples sous-groupes qui structurent une population, en somme la démographie au sens large, déterminent aussi un contexte dans lequel les causes immédiates de la violence peuvent trouver faveur ou obstacle. Aucun des facteurs examinés ne semble à lui seul causer le passage à la violence, mais la variété de leurs combinaisons crée des situations plus ou moins propices. C'est ainsi qu'une anthropologie, plutôt qu'une économie, de la violence semble se dessiner. On pouvait imaginer que la violence répondait aux frustrations nées d'un niveau de vie détérioré, d'inégalités sociales en train de se creuser ou d'entraves nouvellement surgies sur le marché du travail, en un mot qu'elle s'expliquait par la conjoncture sociale et économique. On la trouve au contraire liée à des éléments de structure, comme le côtoiement de sous-groupes de confession ou d'origine géographique différente, la fréquence de la famille complexe, la rigidité des inégalités entre les générations ou entre les sexes.

36Les structures elles-mêmes, en effet, sont plus ou moins bousculées par le changement social. Probablement les plus « traditionnelles » sont-elles devenues les plus fragiles, c'est-à-dire le terrain social le plus instable. Au premier rang des éléments de changement social associés à la violence semble figurer la vitesse de diffusion de l'instruction scolaire. Or celle-ci est désormais en décrue, pour la raison qu'une très grande majorité des jeunes sont maintenant passés par l'école. Si cette interprétation de la géographie de la violence politique possède une part de validité, on doit en admettre le corollaire : lorsque les déséquilibres que nous avons décrits se seront résorbés, le passage à la violence pourrait avoir perdu l'une de ses assises sociologiques.

Notes

1 Boudjedra R., FIS de la haine, Paris, Denoël, 1992, p. 65.

2 C'est la proposition centrale de Ted Robert Gurr qui fait de la violence politique l'une des expressions du complexe frustration/agression, Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970. C'est aussi le titre de l'étude plus ancienne de J. Dollard, L.W. Doob, N.E. Miller, O.W. Mowrer, R.R. Sears, Frustration and Aggression, New Haven, Yale University Press, 1939.

3 Al-Taqrîr al-istrâtîjî al-‘arabî 1988, Centre d'Études Politiques et Stratégiques, Le Caire, 1989, pp. 577-578.

4 L'émigration massive qui a pu résulter de certaines révolutions, comme en Iran, est un contre-exemple. Certains observateurs pensent que la violence qui sévit en Algérie pourrait exercer des effets comparables. Notre collègue M'Hamed Boukhobza, qui en fut la victime — il a été assassiné en juin 1993 — concluait par ces mots une communication sur l'"Evolution socio-démographique en Algérie et perspectives migratoires vers l'Europe" (in Congrès Européen de Démographie, Paris, octobre 1991, à paraître aux éditions de l'INED) : "La crise économique et la question identitaire aidant, il ne faudrait pas exclure l'instauration de régimes dictatoriaux intolérants, ou, encore pire, une situation de vacance de pouvoir, rendant la situation chaotique. Une telle perspective ne pourrait que rendre plus aléatoire toute velléité d'endiguer les flux de population vers l'Europe."

5 C'est un peu ce que Georges Sorel exprimait dans une formule romantique : "Le danger qui menace l'avenir du monde peut être écarté si le prolétariat (...), par la violence, parvient à reconsolider la division en classes et à rendre à la bourgeoisie quelque chose de son énergie" (in Réflexions sur la violence, Paris, 1908, réédition Seuil, 1990).

6 Nous avons dépouillé, pour les actes postérieurs à ceux repris dans la dernière édition du Rapport disponible au moment de préparer cet article, c'est-à-dire 1991, le quotidien al-Ahrâm, entre janvier 1992 et mai 1993.

7 Violence politique à l'état pur pour Sorel ("bataille napoléonienne qui écrase l'adversaire", op. cit.) la grève renvoie à d'autres catégories que celles que nous cherchons à cerner ici (l'"extrémisme").

8 Comme ne l'est pas non plus celle entre négociation, coercition et terreur dans la violence politique. E. Zimmermann, Political Violence, Crises and Revolutions, Theories and Research, G.K. Hall and Co, Cambridge, Masachusetts, 1983.

9 La rumeur mentionne de temps en temps des actes de violence politique dont aucun journal ne rend compte.

10 Nieburg H. L. propose une définition opérationnelle qui correspond assez bien à notre cas : "Appartiennent à la violence politique les actes de destruction ou de détérioration dont le but, le choix des cibles, les circonstances et/ou les effets ont une signification politique, c'est-à-dire tendent à modifier l'attitude des autres dans une négociation qui a des conséquences pour le système social", Political Violence : The Behavioral Process, New York, St Martin's Press, 1969.

11 Al-Mujtama‘ al-madarii wa al-tahawwul al-dîmûqrâtî fi al-watan al-‘arabî. Al-Taqrîr al-sanawî 1992, Le Caire, Dâr Sa'âd al-Sabâh, 1993, pp. 72.

12 J'appelle "taux de violence" le nombre annuel moyen d'actes de violence par habitant (exprimé pour 1 million d'habitants). Les effectifs étant trop réduits pour considérer un double classement, selon la nature de l'acte et le gouvernorat, il s'agit de l'ensemble des actes d'un gouvernorat, toutes natures confondues. Ces taux sont sans pondération. On aurait en effet pu pondérer les actes de même nature par le nombre de personnes impliquées (auteurs ou victimes, selon les cas), mais l'information n'est pas toujours disponible ; en revanche, pondérer a priori des actes de nature différente aurait été dénué de sens.

13 Ekkart Zimmermann passe ainsi en revue plusieurs centaines de titres qui recourent aux corrélations, Polilical Violence..., op. cit.

14 Cela ne suffit bien sûr pas à créer des conditions politiques semblables sur tout le territoire : la participation, l'institutionnalisation de la vie politique peuvent notamment causer une variabilité régionale.

15 Au sens statistique : association fréquente entre deux phénomène, dont l'un a l'antériorité.

16 Même au niveau le plus fin, celui d'une seule famille, d'un seul ménage, les individus n'ont pas tous des positions semblables. C'est ce que développe par exemple, contre le présupposé de la "new household economy" qui tend à traiter le ménage comme une unité de solidarité, Sonalde Desai , "Children at risk : the role of family structure in Latin America and West Africa", Population and Development Review, vol 18/4, December 1992, pp. 689-717.

17 Celle du Rapport stratégique d'al-Ahrâm, par exemple.

18 Supposons que la société se répartisse en deux classes A et B possédant des caractéristiques opposées et vivant dans des espaces cloisonnés, et que la violence soit exercée exclusivement par A sur B. Si les actes de violence sont comptabilisés au domicile de leurs auteurs (en A), ils seront corrélés positivement aux caractéristiques de A et négativement à celles de B. Si au contraire ils sont domiciliés au lieu où ils surviennent (en B) ils seront corrélés positivement aux caractéristiques de B et négativement à celles de A.

19 Ces variables sont toutes extraites des recensements généraux de la population (celui de 1986, sauf mention explicite), à l'exception des suivantes :

  • taux de migration internationale de retour et épargne moyenne remisée par les émigrés : Ministry of manpower and training, Survey of Returning Labour from Kuwait and Iraq as a Resuit of the Gulf Crisis. Final Report, Le Caire, 1992 (N.B. : la migration de retour couverte par cette source n'est pas nécessairement représentative, dans sa distribution par gouvemorat, de l'ensemble de l'émigration égyptienne) ;

  • taux de mortalité infantile et indice synthétique de fécondité : état civil ;

  • indicateur de pauvreté moyenne : Nader Fergany, "Profils de la pauvreté et du chômage en Égypte au niveau des unités administratives", Égypte/Monde Arabe, n° 12-13, Le Caire, 1993, pp. 197-212 (N.B. : cet indicateur rend compte d'une situation collective microrégionale (secteur urbain-rural du markaz, qism). Il est assez différent du suivant, qui rend compte des moyennes macro-régionales de situations individuelles ;

  • incidence de la pauvreté : Heba Al-Laithy et Hanaa Kheir Al-Din, "Evaluation de la pauvreté en Égypte en fonction des données sur les ménages", Égypte/Monde Arabe, n° 12-13, Le Caire, 1993, pp. 109-144.

20 Heba Al-Laithy et Hanaa Kheir Al-Din, Evaluation..., op. cit.

21 L'Égypte ne fait pas exception. Samuel P. Huntington relevait déjà, il y a vingt-cinq ans, que, dans les pays les plus pauvres, la violence survient de façon privilégiée dans les régions les plus riches (Political order in changing societies, New Haven, Yale University Press, 1968). La même conclusion ressort d'une analyse des émeutes populaires au Nigéria durant les années 1970 : les provinces les plus développées, notamment par l'industrie, sont les plus susceptibles d'instabilité politique : С.О. Lerche, "Social strife in Nigeria, 1971-1978", Journal of African Studies, Vol. 9, n° 1, Washington, 1982, pp. 2-12, cité par Catherine Coquery-Vidrovitch, "Démographie et déstabilisation politique en Afrique occidentale", in Révolution et population. Chaire Quételet 1989, Louvain-la-Neuve, Academia, 1990, pp. 173-202.

22 C'est ainsi qu'Alfred Sauvy interprète les relations — délicates et, au mieux, indirectes — entre guerre et démographie. Le surpeuplement absolu, nous dit-il, n'entraîne pas la guerre, faute d'en laisser les moyens matériels (Théorie générale de la population, Tome II, Paris, PUF, 1966).

23 C'est l'un des résultats les plus significatifs de l'enquête sur le niveau de vie des ménages de 1991-1992, Nader Fergany, Profils de la pauvreté..., op. cit.

24 Pas seulement en Égypte. On en a, par exemple, fait un élément important de la révolution iranienne : "Là où une large fraction de la population est jeune et sans emploi, la situation est propice à la violence" (Akbar Aghajanian "The impacts of population growth in the Iranian revolution", in Révolution et population..., op. cit.).

25 Ainsi que le gouvernorat d'Assouan.

26 Une enquête auprès des membres des groupes "extrémistes" apporte la confirmation individuelle de ce résultat collectif : ces groupes recrutent sur un large éventail social. Résultats, communiqués oralement par Gihâd ‘Awda, Le Caire, Centre d'études du développement politique, 1993.

27 "Tout type d'action, y compris le recours à la violence, peut être orienté économiquement" (Max Weber, Economy and Society, University of California Press, 1978, vol. I, p. 64).

28 La transition démographique se déroule en deux phases : la première où seule la mortalité diminue, la seconde où la natalité décroît à son tour. Le début de cette seconde phase remonte aux années 70 en Égypte. Voir Awad Hallouda, Samir Farid, Susan Cochrane, Egypt, Demographic Responses to Modernization, Le Caire, CAPMAS, 1988.

29 Le phénomène est décrit en Europe. A Genève, par exemple, le xvme siècle marque un tournant. Auparavant, "la population se purge pas le bas en «empêchant» la reproduction des éléments les moins favorisés." A partir du xviiie siècle, "on assiste à un durcissement de la société en ses deux extrémités, les classes populaires croissant en nombre et en vitalité, les classes possédantes, en procès de vieillissement, accroissant leur puissance économique mais renonçant à leur devenir. La crise sociale et politique est au bout de ce processus." Alfred Perrenoud, "Démographie différentielle et révolution française", in Révolution et population..., op. cit., pp. 121-138.

30 Voir, par exemple, Bent Hansen et Samir Radwan, Employment opportunities and equity in Egypt, ILO, Geneva, 1982.

31 Rapports du FMI.

32 Les seuls indicateurs récents sont ceux établis par Heba Al-Laithy et Hanaa Kheir Al-Din, op. cit. sur la base des résultats provisoires de l'enquête sur le niveau de vie des ménages en 1991-1992. La série présente certains écarts inexpliqués qui la rendent inutilisable dans notre analyse.

33 La thèse s'applique d'abord à l'immigration étrangère et relève d'un protectionnisme démographique national. Julian L. Simon en réfute les bases économiques dans le cas des États-Unis, The Economic Consequences of Immigration, Blackwell, Cambridge, 1989.

34 Hamied Ansari, Egypt, the Stalled Society, Le Caire, The American University in Cairo Press, 1987, p. 211 et suiv.

35 Ibid., p. 220 et suiv. Le Fayoum est un autre contre-exemple : prédestiné à la violence par l'économie (c'est la région la plus pauvre selon divers critères), il en est relativement préservé par l'homogénéité : de confession, de provenance géographique, de niveau de vie, etc.

36 Les coefficients de corrélation linéaire correspondants ne sont pas significativement différents de 0. Les graphiques (non reproduits ici) ne montrent aucune relation non linéaire.

37 Sur l'histoire démographique des communautés confessionnelles, voir Youssef Courbage et Philippe Fargues, Chrétiens et Juifs dans l'Islam arabe et turc, Paris. Fayard, 1992.

38 Hamied Ansari, op. cit., interprète ainsi les violents heurts confessionnels de Zâwiyya al-Hamrâ (1981) comme le résultat des "tensions nées d'une densité de population croissante" (p. 223).

39 Sur les mutations de la famille arabe, voir, par exemple, mon chapitre "La citadelle domestique" dans André Burguière et Martine Ségalen (éd.), Histoire de la famille, Paris, Armand Colin, 1986, pp. 339-371 et mon article "La baisse de la fécondité arabe", Population , n° 6, 1988, Paris, INED, pp. 975-1004.

40 Ce paragraphe est emprunté presque à la lettre à mon article "Démographie et politique dans le monde arabe", Population, n° 2, 1992, pp. 305-326. Le lecteur voudra bien m'en excuser.

41 Sur cette dernière remarque, voir Geoffrey McNicoll, "Consequences of rapid population Growth", Population and Development Review, vol 10/2, june 1984, pp. 177-240.

42 On n'observe, en revanche, aucune relation entre violence et dimension moyenne des ménages. Ce dernier indicateur, qui mélange l'anthropologie (structure de la famille), la démographie (fécondité) et l'économie (coexistence sous un même toit), est en effet trop composite pour produire une relation simple.

43 L'atténuation du pouvoir prédictif du revenu sur la mortalité infantile avec l'élévation du revenu ressort des travaux de Samuel Preston, "The Changing Relation between Mortality and the Level of Economic Development", Population Studies, vol 29, n° 2, 1975, pp. 231-248. John Caldwell a, de son côté, bien établi le contenu anthropologique du taux de mortalité infantile, "Routes to low mortality in poor countries", Population and Development Review, vol 12/2, 1986, pp. 171-220.

44 L'histoire du savoir porte en effet celle de la révolution démographique : la constitution progressive d'un savoir technique a entraîné la baisse de mortalité, c'est-à-dire l"'explosion" démographique ; la diffusion massive, dans l'espace public de l'école, d'un savoir moyen a ensuite incité la maîtrise de la natalité, c'est-à-dire la stabilisation démographique future.

45 Ted Robert Gurr, "A causal model of civil strife : a comparative analysis using new indices", American Political Science Review, vol. 62, n° 4, 1968, pp. 1104-1124, montre, sur un échantillon de pays en développement, la corrélation positive de la violence et de la diffusion de l'éducation, qu'il impute à la frustration des jeunes devant des débouchés professionnels qui demeurent en-deçà des espoirs nourris à l'école.

46 Durées moyennes calculées à partir de la répartition par niveau d'éducation au recensement de 1986. La "génération 1930" est en fait le groupe d'âges 55-59 ans et la "génération 1965", le groupe 20-24 ans.

47 Assiout et Minya avaient ainsi vu naître la violence politique dans les années 70, avec la pénétration du militantisme à l'école.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Actes de violence politique en Égypte 1982-1993
Légende Note * : janvier-mai : soit 295 sur une base annuelle
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 2 : Taux de violence politique par période et par gouvernorat (événements par an, pour 1 million d'habitants)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Figure 1 : Pauvreté et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 2 : Chômage et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 3 : Emigration interne et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 4 : Emigration internationale et violence
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 5 : Immigration et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 6 : Mixité confessionnelle et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 7 : Tendance longue de la proportion de Chrétiens (1937-1986) et violence (1992-1993)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 8 : Structures familiales et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 9 : Mortalité infantile et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 10 : Niveau d'instruction des générations de 1960 (hommes, urbains) et violence politique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/460/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

Auteur

CEDEJ, Le Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable