Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Le paradigme égyptien

La violence comme analyseur

Le consensus national en question

Iman Farag

Texte intégral

Le sociologue n'est pas situé ou, s'il l'est, il suffira de précautions concrètes pour le désituer (...). Bref, il ressemble à ces flics que le cinéma nous propose souvent pour modèle et qui gagnent la confiance d'un gang pour mieux pouvoir le donner ; même si le sociologue et le flic participent à une action collective, il va de soi qu'elle est mise entre parenthèses et qu'ils n'en font que les gestes au profit d'un « intérêt supérieur ».
(J.-P. Sartre, Critique de la raison dialectique, 1960, p. 51 )

  • 1 Desroche H., Sociologies religieuses, PUF, 1968, p. 16.

1Traiter de la violence place le chercheur dans une position inconfortable. Sa démarche n'est pas loin de celle que décrit Desroche en reprenant la métaphore du gang : « Distanciée sans participation authentique, elle devient sociologie du flic ; participante sans distanciation véritable, elle demeure sociologie du gang »1. Le problème est bien celui qui consiste à faire la part des choses, entre une définition de l'objet « violence » et les discours tenus sur celui-ci, dans la mesure où, qu'ils émanent des acteurs ou des analystes — et la logique de l'urgence politique aidant —, les discours sur la violence participent de sa construction en objet. La démarche qu'on adoptera consiste à déplacer le regard, de la violence comme objet à la violence comme analyseur. C'est un « contournement », mais il est « incontournable » : à défaut de pouvoir construire la violence comme objet, on se réfère à ce qui est désigné comme violence ; mais en même temps, il y a là le seul biais possible pour aborder une question dont l'un des enjeux est précisément ces mises en relations intuitives entre violence et actes violents, entre situation de départ, identité des acteurs et modes d'action, que l'analyse doit se garder de reprendre pour son compte. Qu'il s'agisse des constructions savantes ou des constructions spontanées, le sens commun qu'elles partagent parie le plus souvent sur les deux postulats de saisie immédiate — possibilité de contourner le discours sur la violence — et de saisie totale — possibilité de production d'un sens global de celle-ci. Etudier ce qui est identifié comme la violence, du point de vue de ses interactions avec ce qui est identifié comme « consensus national », aurait — telle est du moins mon hypothèse — la double vertu de désenclaver l'objet, à défaut de le définir, tout en remettant en cause les postulats et les implicites de démarches qui ne semblent pouvoir se constituer qu'en faisant l'impasse sur les conditions de leur propre élaboration.

  • 2 Et non pas tellement celle de l'autonomisation d'une hypothétique société civile par rapport à l'Ét (...)

2Dans cette perspective, on peut envisager plusieurs manières de formuler la question. Dans quelle mesure et dans quelles conditions l'irruption des formes de violence physique provoque-t-elle ou aggrave-t-elle la fragmentation d'un espace politique ou son rejet ? Estelle de nature à renforcer un consensus qui se traduirait par un accord sur les règles du jeu politique, entérinant celles qui sont en vigueur ou instituant un nouveau partage des rôles et des niveaux d'intervention, voire une reformulation du lien politique ? Il semble que dans le cas de l'Égypte, l'ensemble de ces interrogations puisse être ramené à une question centrale, celle qui porte sur l'autonomisation du système politique par rapport à l'État.2 État qui se définit — il n'est pas inutile de le rappeler — par le monopole de la violence « légale ».

3Formuler en ces termes la question de la violence comme analyseur revient à poser un certain nombre d'hypothèses. La première est qu'il n'est pas possible de lire les modalités de production de la violence physique et le discours dont elle fait l'objet — on postule ici qu'on ne peut saisir la première sans le second — à partir d'un modèle à acteur unique : il y a, par la force des choses, des rapports et des interactions ; on se place ici sur le terrain de ceux qui introduisent— et sont introduits par— la violence dans les dynamiques politiques. Par ailleurs, il y a peu de sens à considérer la violence physique dans son mouvement, en supposant que ce qui l'entoure est immuable ; l'espace politique est amené à se ré-ajuster en permanence. Enfin, c'est dans l'espace entre légitimité et légalité que se situe la lecture des effets de l'action violente sur l'espace politique.

4Pour en rendre compte, on choisira deux moments qui semblent pouvoir résumer, sinon livrer, les clés de l'ensemble des dynamiques ayant trait au positionnement des acteurs politiques constitués face à la violence. Ces deux moments, on pourra les caractériser comme des non-événements. Le premier est celui qui voit une partie de la classe politique se mobiliser autour de la signature d'une déclaration commune contre le « terrorisme », alors que d'autres rejettent cette initiative, non sans formuler leur propre communiqué, condamnant le terrorisme et justifiant leur refus de s'associer à une déclaration jugée trop gouvernementale. La déclaration commune a suscité une série de débats sur l'éventuelle constitution de ce qu'on pourrait identifier comme un « front de salut national », opération dont tout porte à (faire ?) croire qu'elle dépassait cette fois-ci les débats rituels dont la presse se fait l'écho, engageant des tractations entre le gouvernement et certains secteurs de l'opposition. Au-delà, ce sont tous les acteurs politiques qui ont été amenés à formuler leurs systèmes d'alliances.

5Ce premier moment explicite directement les enjeux du second, le soutien à la candidature du président de la République pour un troisième mandat, opération plus connue par son appellation médiatique (empruntée à la tradition) : l'allégeance (mubâya ’a). En effet, c'est sur la toile de fond d'une fin de mandat que l'ensemble des forces politiques est amené à se positionner à la fois sur la reconduction des règles du jeu politique en vigueur et sur la violence armée qui en constitue la forme de délégitimation la plus exacerbée. A cette occasion, ce sont tous les principaux partis d'opposition qui refusent de « faire allégeance ».

6On ne saurait trouver de non-événements plus significatifs. La déclaration commune contre le terrorisme et les diverses initiatives médiatiques allant dans le même sens n'ont pas eu de conséquences pratiques. Pas plus que n'en aura eu le refus d'avaliser la candidature unique à la Présidence. Du fait même qu'ils n'ont pas été suivis d'effets, ces deux moments, caractérisés par une remarquable inflation verbale, condensent en quelque sorte le sens énoncé par les acteurs politiques. Ce qui s'énonce est un système de causalités faisant le lien entre irruption de la violence et fonctionnement politique. Plus fondamentalement, c'est le statut même du politique qui est en cause, dans la mesure où l'enjeu est bien celui qui consiste à opérer le partage entre ce qui, dans l'espace politique, peut faire l'objet de conflits, de compétition et de négociations et ce qui relève des « intérêts supérieurs » potentiellement dépolitisables — dans le cas qui nous intéresse ici, la fonction présidentielle. On fera l'hypothèse que la violence physique a eu pour effet — du moins pour un temps — de brouiller ces lignes de partage, sans pour autant en proposer d'autres. Plus que par un effet de « menace imminente », c'est par son effet de « délégitimation » que la violence analyse l'espace politique, renvoyant aux protagonistes l'image de leur propre impuissance, mettant en scène l'éventail, étroit, des alternatives de positionnement politique, avec une marge de manoeuvre que la « lutte commune contre le terrorisme » n'a, semble-t-il, pas eu pour effet d'élargir. D'un point extrême (le terrorisme) à l'autre (la fonction présidentielle), de la négation violente de la légitimité à ce qui est sa personnalisation, le spectre que couvre ce débat totalise en quelque sorte un champ.

Tous contre la violence : enjeux d'une déclaration commune

  • 3 Non pas la métaphore de l'espace politique mais sa matérialité. Les débats que l'on évoquera n'exis (...)
  • 4 ‘Abd al-Majid W, "La polarisation entre laïcistes et islamistes", conférence du CEDEJ, 19 octobre 1 (...)

7On a parlé d'un débat, Préciser le contexte et le statut du « discours » auquel on a affaire semble être un préalable. II l'est d'autant plus quand la presse qui en rend compte fonctionne, en quelque sorte, comme une agora de substitution3 où la politique (ne) se pratique (qu1) en s'énonçant. D'aucuns considèrent que l'assassinat, en juin 92, de l'intellectuel laïciste Farag Fawda, en « représailles » à ses propositions écrites favorables au durcissement des lois anti-terroristes, a pu constituer un tournant décisif, dans la mesure où la violence physique s'en prenait pour la première fois à un ennemi idéologique. Farag Fawda a-t-il été assassiné pour son « extrémisme laïciste » ou pour des propositions qui l'ont identifié à un suppôt de la répression ? C'est une question à laquelle on ne répondra pas ici. Il reste que cet événement a mis à jour et renforcé une polarisation grandissante entre néo-laïcistes et islamistes sur des bases non plus politiques ou programmatoires mais de plus en plus dogmatiques4. Parallèlement, l'engrenage aggravé répression/violence s'est plus que jamais imposé comme grille de déchiffrement incontournable de la conjoncture politique.

8La série de prises de position communes contre la violence, inaugurée en mars 93 par une déclaration largement médiatisée est intervenue à la suite d'une nouvelle étape de l'escalade, au cours de laquelle les cibles étaient à la fois plus symboliques, plus meurtrières et moins spécifiées. Ne touchant exclusivement ni les forces de sécurité, ni les chrétiens, ni les touristes, ni les ennemis directs des courants islamistes, les premiers attentats à la bombe de février/mars 93, ont eu lieu sur les places névralgiques du Caire. Le premier, dans un café de la place Tahrîr, attentat dont la Jamâ‘a islâmiyya a nié la responsabilité, aura fait 4 morts et une vingtaine de blessés. Le second, à la place ‘Ataba, 2 morts et des blessés. Visant manifestement l'écho et la couverture médiatiques les plus élargis, ces attentats touchaient des cibles indifférenciées. Ils n'en étaient pas moins dirigés contre une image de l'État, visant à le présenter comme incapable de garantir la sécurité de ses citoyens, après celle de ses hôtes étrangers. Des lieux de passage incontournables — principaux terminaux de bus — caractérisés, en outre, par la proximité de sièges administratifs importants — ainsi, le Mugamma‘ (Ministère de l'Intérieur), symbole par excellence de la centralité étatique.

9Un cap était ainsi dépassé, tant pour ce qui est de la violence que de ses représentations, ou encore de ses effets meurtriers et symboliques, les cibles indifférenciées laissant croire que nul n'est à l'abri de la violence, pas même l'image de l'État (haybat al-dawla), gravement compromise. Par ailleurs, ces attentats aux auteurs non identifiés, faisant leurs victimes dans la foule, traduisaient eux-mêmes le fait que l'on était ici face à une violence chaotique, dont la logique — et par suite la prévention — devenait aussi difficile à identifier que les coupables. Indépendamment de la polémique sur l'identité de ceux-ci — les groupes islamistes comme les services secrets iraniens, soudanais, israéliens ont été évoqués —, on a pu relever dans ces attentats de nouvelles formes de violence proprement traumatisantes. Savoir si la conjoncture était de nature à provoquer une large mobilisation nationale contre la violence n'est pas la question à laquelle on répondra. Pas plus qu'il ne s'agit de trancher sur la chronologie propre à la « déclaration commune », ni de savoir si elle succédait aux nouvelles formes de terrorisme ou préparait au débat qui l'a suivie dans la perspective du troisième mandat présidentiel (probablement les deux).

  • 5 Le 8 avril, la réouverture du café Wâdî al-Nîl, restauré en un temps record, marquait en quelque so (...)

10En revanche, on se contentera de lire les effets politiques conjugués qui prennent la forme de tractations en coulisses et se soldent par une déclaration commune contre le terrorisme. Celle-ci fournira la base des débats ultérieurs sur l'élargissement du consensus face au terrorisme. Plus loin, ce débat rend compte de ce qui apparaît a posteriori comme l'éventualité d'une nouvelle formule politique ou du moins une reformulation partielle dans laquelle l'opposition se verrait reconnaître — qu'elles qu'en soient les modalités, on y reviendra — plus de visibilité dans la gestion politique, en échange d'un soutien plus explicite en faveur de l'État dans sa lutte anti-terroriste. Le moindre des paradoxes n'est pas que ces développements politiques, dont l'enjeu était la désignation de l'ennemi commun — les terroristes —, sont intervenus à la suite « d'incidents » — attentats aux auteurs non identifiés — qui rendaient plus problématique que jamais l'identification de l'ennemi en question5.

  • 6 Al-Ahrâm, 31 mars 1993.

Les signataires de cet appel, s'adressent à tous les Egyptiens, pour qu'ils forment un seul rang solidaire qui défende la patrie, sa tradition et l'unité de ses fils et qui, armé des valeurs civilisationnelles et spirituelles de l'Égypte, fasse front contre tous les appels à l'extrémisme qui tentent de détruire la patrie et sa stabilité, de menacer son unité, sa sécurité et son territoire, qui terrorisent les citoyens paisibles par des actions terroristes aveugles ; celles-ci ne sauraient porter atteinte à l'édifice inébranlable de l'Égypte, mais pourtant elles s'attaquent à des innocents et à des intérêts nationaux supérieurs, dans divers endroits de la terre d'Égypte qui fut toujours oasis de paix, de sécurité et de stabilité. Cette campagne terroriste inique, qui prétend s'appuyer sur la religion, menace toute la patrie et l'ensemble des Egyptiens. Elle nous impose de former un front uni et unifié qui protège la patrie, faisant face au terrorisme et le rejetant. Le terrorisme est dirigé contre nous tous, contre la patrie à laquelle nous appartenons et les croyances auxquelles nous sommes attachés. Le devoir nous impose de former un seul rang et de dénoncer une minorité qui s'est mise en marge du consensus national, s'est éloignée des préceptes des religions révélées et de leurs valeurs de tolérance et s'est prononcée contre les intérêts de la Nation. Fils d'Égypte, formons un seul rang face au terrorisme, ses tenants et ceux qui le fomentent de l'extérieur. Par delà nos différences de religion, d'appartenance politique et sociale, organisons-nous dans un effort commun qui nous unisse tous contre le terrorisme et les terroristes et contribuons tous à mettre fin à cette vague de barbarie contraire aux préceptes divins, qui menace la sécurité de la patrie et du citoyen. Fils d'Égypte, hommes, femmes, enfants, formons tous un front uni pour la protection de la démocratie et pour combattre le terrorisme et l'arriération. Dieu en est témoin.6

11Si j'ai tenu à reproduire ce texte dans son intégralité, alors qu'il tiendrait en si peu de mots, c'est pour mettre en évidence, au travers de son caractère redondant, les difficultés objectives d'une prise de position commune contre la violence, qui ne peut opérer que sur la base de l'occultation de ses enjeux. En d'autres termes, on voit mal comment partir du « plus petit dénominateur commun » aux forces politiques (le rejet de la violence) pourrait se traduire autrement qu'en termes d'indignation morale, à partir du moment où l'on décide d'occulter la causalité de la violence — ce qui désigne en même temps les remèdes à y apporter —, qu'il s'agisse de modes de mobilisation collectifs ou de mesures politiques.

12Inversement, aborder ces questions revient — on le verra plus loin — à bloquer tout accord virtuel. Or, même sous cette forme minimale — celle de l'indignation morale —, la déclaration n'a pas fait l'objet d'un consensus.

13Plus que sur le fond (s'il en est), c'est surtout au niveau des conditions de son énonciation, si l'on peut dire ainsi, que porte le désaccord. C'est ce que semble révéler à la fois les 65 signatures qui figurent au bas du texte et les réactions à celui-ci. Ces signatures sont celles des secrétaire et sous-secrétaire du PND (parti au pouvoir), du parti du Wafd, du Rassemblement Progressiste (de gauche), du parti des Libéraux et du président du parti Misr (nouvelle formation). A cela s'ajoutent les signatures de 10 présidents des principaux syndicats professionnels, d'une trentaine de présidents, vice-présidents, doyens, et professeurs d'université. Viennent enfin les signatures de trois grandes vedettes de cinéma, pour les artistes, du président de l'Union des ouvriers d'Égypte, quelques signatures de présidents de banque et d'hommes d'affaire, des signatures « pour les femmes » de 5 députés et celles de « personnalités (plus ou moins) publiques », non identifiées par leur appartenance à des corps constitués.

  • 7 Voir Roussillon A., "Logiques de la conversion", non publié.

14La logique à l'oeuvre indique donc qu'il s'agit à la fois de prises de position individuelles, mais aussi de l'expression de collectivités. Quant aux appartenances, elles totalisent un champ : présidents de partis — on reviendra plus loin sur ceux qui ont refusé de signer —, présidents de corporation, catégories professionnelles alliant capital symbolique et notoriété — les artistes et les enseignants d'université — auxquelles s'ajoutent les représentants des intérêts directement économiques — hommes d'affaires et banquiers — et, enfin, ventilés sur plusieurs catégories, des femmes et des coptes. Autant dire que la liste des signataires reflète en quelque sorte une image condensée de la division du travail politique : les uns par leur appartenance politique, les autres par les réseaux associatifs ou corporatistes auxquels ils appartiennent, sans confusion possible7. Le caractère « civil » de la chose est renforcé par le fait qu'aucune signature de l'exécutif n'y apparaît, alors qu'on connaît l'emprise des ténors du PND sur l'appareil d'État.

15De la déclaration, on peut retenir « une certaine idée de la nation » et de la représentation qu'elle a du « terrorisme », un phénomène exceptionnel, étranger à l'Égypte et encouragé de l'extérieur. Il tue et frappe des innocents, menace l'unité nationale (lire musulmans et coptes), mais ne peut ébranler l'édifice (lire l'État). De par leur nature même, leur égyptianité, toutes les composantes de la société égyptienne se trouvent être en confrontation avec des terroristes qui se « servent » de la religion. Mieux, la lutte contre les terroristes est un impératif dicté par les religions.

16Pour qu'une telle prise de position soit tenable, il fallait qu'elle maintienne son caractère d'évidence par la double occultation des causalités du terrorisme et des modalités qui permettent d'y mettre fin. C'est autour de ces deux questions que vont s'articuler les réticences des courants politiques qui rejettent la signature d'une déclaration commune qui, pour eux, fait le jeu du pouvoir, en ignorant ses responsabilités dans l'aggravation de la violence.

17L'éventail des positions passe par le renvoi dos à dos de la violence et de la répression, la dénonciation des contraintes qui pèsent sur les libertés et les droits politiques, des politiques gouvernementales responsables de l'aggravation des crises sociales et de la corruption du personnel politique ainsi que par ce qui est perçu comme des concessions provocatrices de l'État aux laïcistes — qui favorisent des réactions d'autodéfense prenant la forme d'actions terroristes —, ou, à l'inverse, l'affirmation d'une surenchère islamique de l'État faisant le lit de l'extrémisme. Le tout permet de décrypter la représentation que les acteurs politiques se font de la violence et des moyens d'y remédier ; les représentations qu'ils entretiennent les uns à l'égard des autres ; et, enfin, la manière dont ils définissent leurs alliances éventuelles. Dans le chapitre des « causes de la violence », les arguments invoqués par l'opposition « radicale » ou présumée telle, qu'elle soit de droite ou de gauche, ne font que reprendre ce qu'ont pu être par ailleurs les violentes critiques adressées par les députés de l'Assemblée et du Conseil consultatif — la majorité parlementaire — à l'égard du gouvernement. Plus généralement, les politiques sectorielles et les performances politiques du PND sont vivement critiquées par les hommes politiques et les publicistes que l'on peut identifier comme « mubarakistes critiques ».

18Mais la portée politico-symbolique que la déclaration commune recherchait réside ailleurs. Elle signifiait que c'est précisément avec — voire à cause de — toutes leurs réserves sur les gestions gouvernementales que les forces politiques sont amenées à désigner un ennemi commun, à se mobiliser — verbalement du moins — autour d'un objectif, à mettre en veilleuse tous les conflits et à faire primer la confrontation avec l'ennemi désigné. A une réserve près, c'est que la désignation de cet ennemi a pour corollaire obligé l'occultation de la question de la légitimité de l'État. Légitimité qui est, après tout, celle du système politique dont font partie les forces politiques reconnues légalement. L'on mesure mieux la portée de la déclaration commune comme démarche inaugurale, à partir de l'identité des acteurs politiques qui ont refusé de s'y associer.

19L'une des signatures ayant brillé par son absence est celle du parti du Travail (opposition islamique légale alliée aux Frères musulmans). Les propos de ‘Adil Husayn, théoricien de ce courant et ex-rédacteur en chef de son organe al-Sha‘b, éclairent en partie — même sur le mode de la surenchère — les enjeux de la déclaration :

Que l'on ne nous demande pas, ni à nous ni à d'autres, de publier un communiqué condamnant le terrorisme et les terroristes, sous prétexte que c'est le terrorisme qui empêche le PND de réaliser ses objectifs. Une telle prise de position risque de conforter les tenants de la violence qui, à ce moment, apparaîtront comme les seuls à faire face à la corruption. Nous sommes, nous et non les terroristes, les véritables empêcheurs de tourner en rond qui cherchent à empêcher la mise en oeuvre de politiques qui mènent à la catastrophe. Nous demandons l'autorisation d'une marche populaire contre la violence armée. Nous nous opposons en même temps aux politiques en vigueur. Aurons-nous cette autorisation ?

20L'éditorialiste d'al-Sha 'b souligne, par ailleurs, que le parti du Travail n'a pas été contacté pour la signature de cette déclaration.

  • 8 Adil H., Al-Sha‘b, avril 1993.

Quand bien même on nous l'aurait soumise, nous aurions, tout comme le Parti nassérien, refusé de la signer dans la formule qui a été la sienne : une déclaration qui élude la question des politiques et des moyens pour faire face au terrorisme.8

21La logique poursuivie par le parti du Travail a sa propre cohérence qui n'est autre que celle des signataires, mais inversée. Non assortie de mesures de redressement, la déclaration commune vaut soutien aux politiques gouvernementales. Dans ce sens, et en avalisant les politiques en vigueur, elle constitue un message à l'adresse des groupes violents. Démarche à laquelle se refuse le parti. Mieux, ce message risque d'entraîner une recrudescence des actions violentes. En ce sens, le refus de signer est aussi un message à l'adresse de ces groupes « qui s'opposent à la corruption ». Le parti du Travail ne s'en défend d'ailleurs pas. Pariant sur sa capacité à canaliser dans les formes légales une partie de la contestation islamique dont il soutient certaines revendications, il peut, en parallèle, parier sur les pressions exercées par les contestataires violents, pour renforcer ses propres positions.

  • 9 Sawt al-‘Arab, avril 1993.

22Pour des raisons moins évidentes en apparence, le Parti nassérien récemment constitué (avril 92) se retrouve sur les mêmes bases. Sa déclaration part du fait qu'il n'est possible de faire face à la violence qu'en mettant fin aux politiques erronées. On ne s'en étonnera pas, les Nassériens mettent en avant « la détérioration des conditions économiques, la corruption, la privatisation du secteur public, le retrait d'un État qui laisse la population en proie aux affres des prix et de la corruption, d'une part, aux affres de la violence et du terrorisme, de l'autre. »9 Le parti dénonce, par ailleurs, le diktat des organismes financiers internationaux, appelle à l'élargissement de la participation politique et met en relation violence, corruption et répression. Priorité aux dimensions socio-économiques et aux arguments sur lesquels se retrouverait le parti du Travail, même s'il les hiérarchise autrement. Les « affinités objectives » entre Nassériens et parti du Travail semblent pouvoir se lire à plusieurs niveaux. Rencontre des radicalismes, ressorts communs d'un même populisme ou encore, plus probant, la rencontre sur le terrain identitaire arabo-islamique des tenants du ressourcement civilisationnel (ta'sîl hadârî). Rencontre qui semble s'opérer principalement par la négative, plus autour et contre la figure de l'ennemi commun (Occident, impérialisme, FMI) qu'autour des enjeux. On y reviendra plus loin.

  • 10 Il n'y a pas que des ennemis mais aussi des adversaires, dans le sens qu'Alain Touraine donne à ce (...)

23Cependant, le phénomène conjoncturel amenant le Rassemblement Progressiste et le Wafd à accepter de se rallier à la déclaration commune, alors que les Nassériens se retrouvent sur les mêmes bases de refus que le parti du Travail, laisse croire à un renversement des alliances ou, du moins, à une conception différente des priorités. Il y aurait certes à revenir sur ce que peut signifier, dans la culture et le paysage politiques égyptiens, le découpage droite/gauche couplé à la polarisation laïcistes/islamistes ; obsolète, le premier n'en permet pas moins d'éclairer la seconde10. La question se complique encore plus si l'on tente de faire la part d'une hypothétique « authentique culture politique libérale ». Un simple inventaire risque d'aplanir et de simplifier à outrance le chevauchement des durées, le caractère instable des hiérarchies et le croisement des appartenances multiples. Notamment quand c'est l'ensemble des courants politiques qui est traversé par ces clivages qui ne recoupent pas ceux de l'appartenance partisane.

  • 11 Roussillon A., propositions du programme de recherche "Logiques de la conversion" sur la division d (...)
  • 12 Les forces d'opposition qui réclament l'amendement de la Constitution pour permettre d'ouvrir ne se (...)

24On s'en tiendra dans ce qui suit à ce que ces interactions mettent à jour : comment, à partir de la lecture qu'elles font de la violence physique (dans ses rapports avec l'ensemble de la mouvance islamique), les différentes forces politiques s'auto- et s'entre-définissent-elles, perçoivent-elles les limites du système et sa capacité à s'auto-réformer et sont-elles prêtes à y participer, au prix de concessions, certes, mais non sans bénéfices. Ainsi, la violence devient pour les forces politiques analyseur de l'État, sans pour autant que cela se traduise en stratégies cohérentes. Inversement — mais sans qu'il y ait parité — l'État parie sur les contradictions propres à sa contre-élite politique — compte tenu de la faiblesse de sa propre élite si l'on peut désigner comme tels les « coteries/cadres » du PND — pour sublimer sa légitimité et faire avaliser ses politiques anti-terroristes. Sur le mode verbal bien entendu car, de mobilisation réelle, à supposer qu'elle soit possible, tout mène à croire qu'il n'en veut à aucun prix. Fait signifiant que ce débat entre opposants et gouvernementaux qui partagent le même constat du « vide politique favorable à la violence ». Sur qui (ou quoi) en faire porter la responsabilité ? Comment expliquer l'état actuel de l'opposition ? Faiblesse des effectifs, absence de prise sur la population, voire caractère fictif des partis ? Série de lois contraignantes, interdisant tout enracinement local ou élite « intellectualiste » qui a préféré se réfugier derrière ses organes de presse ? La question vaut bien d'être posée, à condition d'en reformuler les termes. Il en va non seulement des responsabilités de l'État et/ou de son opposition, mais de l'ensemble du pacte politique en vigueur. Tacite ou explicite, celui-ci chargerait l'opposition des inconvénients (sans tous les avantages) d'une « pseudo-fonction tribunitienne » au moindre coût : sa place spécifique de défenseur des couches inassimilables par le système est reconnue à condition qu'elle se maintienne sur le plan verbal, excluant toute forme de jonction « sur le terrain » avec les intérêts de groupes sociaux spécifiques11. Quant à sa vocation au pouvoir, elle est niée d'emblée. Négation que ces mêmes forces politiques reprennent en quelque sorte à leur compte, qu'elles intègrent tant dans leurs modes de mobilisation que dans leurs prises de parole, en restant en deçà de la marge — déjà étroite — définie par les règles du jeu politique formel12. D'où l'intérêt de la violence comme analyseur du « passage à la limite ».

Catégories de la violence / système des contradictions principales : éléments pour une typologie

25On s'attachera ici à étudier les perceptions les plus significatives de la violence physique par les acteurs politiques constitués. Perceptions qui sont le produit du croisement entre les options politico-idéologiques de ces acteurs, leur perception d'eux-mêmes et le jeu politique proprement dit par lequel ils tentent de maximaliser leur ancrage dans l'espace politique. La conjugaison de ces facteurs n'est pas sans imposer quelquefois des impératifs inconciliables en théorie. Les interpréter en termes de contradictions entre discours et pratiques, entre l'idéologique et la politique n'ajoute rien de plus à ce que l'on sait déjà. Bien au contraire, la question porterait sur la manière dont ces impératifs peuvent dans la pratique « tenir » ensemble, dans une configuration dans laquelle les ressources politiques ne sont pas également réparties — ce qui n'a rien d'original —, mais dans laquelle aussi aucun des acteurs politiques n'a le monopole exclusif de ces ressources qui sont autant de valeurs partagées et disputées. Plutôt que de les aborder en termes de « bon ou mauvais calculs », du point de vue d'une rationalité des stratégies ou d'une « structure cachée des intentions », on tentera de lire ces prises de positions en termes d'anticipation positive par les acteurs politiques de leurs chances de réalisation d'objectifs proportionnels au coût politique consenti. Et cela, quand bien même — voire d'autant plus que — les enjeux tangibles de la compétition des expressions politiques contestataires semblent dérisoires.

26Dans ce qui suit, je tenterai d'abord de rendre compte de ce qui me semble constituer les représentations dominantes et les questions principales que suscite la violence dans le champ politique et intellectuel. Je fais ici l'hypothèse que, par-delà les différences entre ces représentations, elles se caractérisent par une homologie structurelle : celle-là même qui produit des relations causales en même temps qu'elle se construit sur celles-ci. En schématisant, nommer la violence aujourd'hui en Égypte revient grosso modo, pour les principales expressions politiques, à partir de l'un ou l'autre de deux implicites, que l'on retrouve au point d'arrivée : excès de religion et excès de pauvreté (lire marginalité, frustrations sociales...). Les deux « pathologies sociales » sont simultanément convoquées au titre de cause ou de symptôme de la violence, et leurs diverses combinaisons donnent autant de configurations, plus éclairantes sur les perceptions de la violence que sur le caractère de celle-ci, dans la mesure où elles tendent à en occulter les enjeux proprement (et non exclusivement) politiques. Nommer la violence c'est aussi produire, au terme de l'analyse, et en fonction de la démarche, une lecture des relations entre modérés et extrémistes, entre conduites violentes et conduites réformistes et participatives, définissant les conditions d'insertion à la scène politique ou d'exclusion des islamistes. Nommer la violence, c'est enfin s'auto-définir et définir sa place dans la confrontation entre l'État et ceux qui en contestent la légitimité. À ces paramètres peut également s'ajouter la question d'une relation possible entre la perception de la violence politique et la dimension utopique des idéologies politiques.

27On pourrait partir du « sens commun » qui voudrait que des idéologies politiques porteuses de « visions du monde » antagonistes perçoivent le phénomène de manières différentes. Que ces perceptions correspondent en même temps à des places particulières à l'intérieur du champ politique. Or, à voir de plus près les représentations et les positionnements d'acteurs politiques situés aux antipodes de la scène politique, on constate que la violence fait l'objet de représentations et de prises de position communes qui débordent largement le cadre des expressions politiques. Ces représentations suivent dans une grande mesure — mais pas totalement — le clivage laïcistes/islamistes. Elles sont moins faciles à définir là où les lignes de clivages restent floues et là où continuent de primer d'autres contradictions. C'est ainsi que du Wafd libéral au RPU de gauche, en passant par le PND, il n'est pas difficile de relever les caractéristiques d'une perception commune de la violence et de la place des conduites violentes dans la topographie de la mouvance islamique. Du côté de cette dernière — plus précisément le parti du Travail —, on peut faire état d'une autre lecture parallèle de la violence. Là où les clivages politiques classiques ne sont plus opératoires, aux franges, se font jour des prises de positions et des représentations qui se distancient par rapport aux expressions centrales. L'un des indicateurs les plus pertinents à cet égard est la réaction des partis politiques aux pratiques de l'appareil policier, et, a contrario, leurs positions vis-à-vis des tentatives de médiation entre l'État et les militants islamistes. Plus loin — on y reviendra — c'est quand il s'agit de définir la place de la composante islamique dans une éventuelle formule politique — que ce soit au sein du pouvoir ou dans la logique de sa contestation — que les représentations se font les plus explicites.

  • 13 L'emploi de ces catégories n'est qu'une reprise — pour la commodité — de la manière dont les acteur (...)

28En schématisant, il semble possible de distinguer entre deux perceptions de la violence, directement liées aux expressions centrales des principaux courants politiques. Par la suite, je tenterai d'identifier les éléments permettant d'interpréter les perceptions « atypiques » et dont l'interprétation, en tout cas, ne peut se faire dans les termes immédiats du clivage laïcistes/islamistes13 .

La violence comme avatar de l'islamisme

  • 14 Arriération = incapacité mentale, extrémisme = niveau supérieur de l'arriération, une disposition m (...)
  • 15 Voir à ce propos le débat organisé par le journal al-Ahrâm à propos de la violence. A ce débat part (...)

29Dans une première lecture, dont je fais l'hypothèse qu'elle constitue le point de rencontre entre étatistes et néo-laïcistes (de gauche ou libéraux), la violence — menace pour les fondements de l'ordre social qui cherche à s'approprier le pouvoir politique —, est nourrie par la contestation de cet ordre. Cependant, cette dynamique contestataire ne fournit pas à elle seule son propre principe explicatif ; ou, selon les termes mêmes du président du RPU de gauche, « la frustration sociale n'excuse pas le terrorisme, pas plus qu'elle ne l'explique ». Son irruption est liée aux élaborations intellectuelles d'un courant politique donné. Elle n'est pas tant un mode de mobilisation exceptionnel ou spécifique que la poursuite par les armes d'une radicalisation de l'extrémisme religieux islamiste. Dans cette perspective — si l'on veut hiérarchiser les trois éléments mis à contribution pour expliquer les causalités de la violence —, ce serait, pour utiliser un leitmotiv largement repris par les médias : frustrations sociales-extrémisme-terrorisme14. Les premières (lire pauvreté, chômage, frustrations en tous genres, analphabétisme ou système d'enseignement perverti, logiques primitives de la vendetta) créent les conditions favorables à la diffusion d'un « extrémisme religieux », qui n'est que la propédeutique du passage à l'acte. Autant dire que, selon cette lecture, l'islam politique trouve son aboutissement normal dans l'action violente, et le terrorisme serait d'abord celui de la pensée. Cette élaboration n'exclut pas, par ailleurs — bien au contraire —, la possibilité de recourir à l'hypothèse du ou des complots externes en vertu de laquelle la violence, « pratique étrangère aux manières de faire de la société égyptienne », serait induite ou, plus prosaïquement, commanditée par des éléments ou des facteurs externes15.

  • 16 Médiation troublante à plus d'un titre ; non seulement à cause de la posture des "modérés" qui en p (...)

30A partir de cette perspective, c'est au mieux dans les termes d'un partage orchestré des rôles qu'est perçue la diversité au sein de la mouvance islamique, s'il en est. En termes de pratiques politiques, cette prise de position se traduit dans les termes suivants : non seulement les modérés auto-proclamés se doivent de présenter des garanties quant à leur modération — qui se trouve être niée d'emblée —, mais il convient aussi que toute formulation d'une plate-forme de dialogue éventuel passe par la dénonciation de la violence, à l'exclusion de tous les autres prémisses. En dehors de cette règle de base, tout autre forme de compromis est perçue comme concession aux pressions islamistes, a fortiori, quand il s'agit d'amorcer un dialogue avec ceux que le courant islamiste identifie comme « ses extrémistes ». Il en est ainsi de la dénonciation du « Comité des religieux pour la conciliation » (lajna al-‘ulamâ ‘ li-l-islâh) qui a proposé au ministre de l'Intérieur de tenter une médiation entre le gouvernement et les jeunes militants en révolte (le leadership des prisons essentiellement), constitué à l'initiative de personnalités religieuses, avec semble-t-il la complicité d'une partie de l'appareil d'État, en vue de mettre fin à l'engrenage de la violence grâce à une formule la mettant en contrepoint de l'arrêt de la répression16.

  • 17 Al-Ahâlî, 22 septembre 1993.
  • 18 Étrange conception de la société civile qui fait dire au secrétaire général du RPU que "les masses (...)

31Dans les termes critiques des laïcistes, la distinction entre violents et modérés ne serait que la reprise d'un jeu éculé, par lequel l'État égyptien a toujours tenté de maintenir un faux équilibre entre ce qui est identifié comme les « forces d'oppositions civiles » et les « tenants de l'islamisation politique ». En d'autres termes — et l'on comprend mieux l'opposition —, c'est plus encore « la société civile que l'Égypte a mis un siècle et demi à construire » — aux dires du secrétaire du RPU de gauche — « que l'État, qui se trouve être menacée »17. Menace face à laquelle, de principale, la contradiction avec l'État devient secondaire, pour laisser la place à celle qui opposerait ensemble « société civile » (lire les anti-islamistes) et État aux « islamistes »18.

  • 19 Ibid.

32Quant à la concrétisation de la formule que prendrait cette alliance, il ne s'agirait pas, toujours dans les termes du secrétaire général du RPU, d'un front politique proprement dit, mais d'un large regroupement au sein duquel se retrouveraient non seulement ceux qui s'opposent aux islamistes sur des bases politico-doctrinales — « éléments du PND, du Wafd, marxistes et libéraux démocrates » —, mais aussi ceux que leur fonction sociale place aux premiers rangs de la confrontation avec les islamistes — « les écrivains, les artistes et les historiens qui savent ce que cette société a consenti pour se constituer en tant que telle » —, et, enfin, ceux qui se retrouveraient par le jeu des intérêts directs, le capitalisme national — « industriels et banquiers ». De ce front national virtuel sont exclus, dans cette même perspective, « le Parti du travail, les Frères musulmans, toutes les forces de l'islamisation politique, qui glorifient les terroristes et les considèrent comme des héros tout en dénonçant le terrorisme. Tous ceux qui justifient le terrorisme en sont les complices. »19

De l'exemplarité à la violence

33C'est en ces termes qu'il semble possible d'identifier les perceptions de la violence au sein de la mouvance islamique légale et légaliste (deux notions qui ne se recoupent pas). Inverse de celle abordée plus haut, elle n'en est pas moins structurellement homologue avec celle-ci, tant du point de vue des opérateurs qui la sous-tendent que de la praxis politique qu'elle met en oeuvre. Sans entrer dans une typologie des diverses mouvances islamistes, il est nécessaire de les situer — à la fois vis-à-vis les unes des autres et dans leur place dans le paysage politique — pour comprendre ce qui fait de leur perception de la violence une perception commune.

  • 20 Il est vrai par ailleurs que cette dernière question n'a jamais constitué une vraie priorité pour l (...)

34A la base de cette perception, résiderait l'écart entre le réel et le légal qui, paradoxalement, peut apparaître simultanément comme l'un des multiples dysfonctionnements du système et, en même temps, ce qui lui permet de fonctionner. Le tout étant de savoir jusqu'à quand et à quel prix. Cela dit, en partant des considérations d'ordre politique, il est possible d'interpréter l'écart entre réel et légal dans un sens inverse de celui que fournissent les données institutionnelles. Ainsi peut-on poser la question du statut respectif de l'opposition islamiste légale (parti du Travail) ou légitime (les Frères musulmans). Le paradoxe est en effet que la légitimité « sociale historique » d'un parti associatif non reconnu, comme les Frères musulmans, peut avoir un caractère plus confirmé que la légalité précaire d'un parti du Travail, plus engagé dans la contestation, qui risque à tout moment de tomber sous les multiples interdits de la loi sur les partis, de l'état d'urgence ou des lois anti-terroristes. L'interpellation de trois de ses membres dirigeants, au surlendemain du référendum sur la présidence, l'a confirmé. Dans les diverses lectures des relations entre modérés et extrémistes, il semblerait que c'est plus le statut du parti du Travail et ses liens avec les « radicaux violents » qui soient en cause que les Frères musulmans. Ces derniers auraient cet avantage comparatif du « monopole de la légitimité illégale », et l'on peut se demander si ce n'est pas la formule associative — avec ce qu'elle fournit en termes de possibilités d'ancrage local (crèches, mosquées, dispensaires, etc.) auxquelles ne peut prétendre un parti — qui, précisément, en fait la première force politique du pays. C'est cette même formule qui évite aux Frères d'être confrontés à l'épreuve des prises de position systématiques à l'égard du pouvoir, à l'épreuve du renouvellement/vieillissement des cadres, de l'épuisement d'un vivier largement constitué autour de solidarités familiales et traditionnelles, de lignages, à l'épreuve enfin du programme politique20.

35La perception islamique de la violence renvoie directement au système des relations entre « modérés et extrémistes » qui, tout en étant le produit des dynamiques internes à la mouvance, est largement déterminé par la structuration de l'espace socio-politique respectif des uns et des autres. Une telle lecture semble plus opératoire que la recherche des « intentions cachées ». Les relations entre modérés et extrémistes acquièrent une complexité plus grande dans la mesure où deux phénomènes en apparence inverses les structurent. D'une part, la rencontre objective de plus en plus évidente sur les mêmes mots d'ordre, la violence des radicaux poussant à la radicalisation des revendications des modérés. D'autre part — et phénomène apparemment inverse —, une diversification et une distanciation dans les modes d'action et de mobilisation. L'irruption de la violence, tout en radicalisant les modérés ou présumés tels renforce — sans pour autant interdire les passages et les passerelles — la démarcation entre conduites participatives contestataires et conduites violentes.

36Il semble en effet possible de dire que ceux des islamistes qui s'inscrivent dans les dynamiques politiques — que ce soit à travers le parti du Travail et son alliance avec les Frères musulmans ou à travers les syndicats professionnels — sont moins susceptibles de faire la démarche inverse. En revanche, l'on passe plus facilement du quiétisme des mosquées à la violence des maquis, en contournant l'espace politique. Fait significatif, les socialisations universitaires étudiantes, elles, ne constituent pas un discriminant. Perdre de vue l'un ou l'autre de ces deux mouvements conduit à l'amalgame : angélisme ou diabolisation. Cela dit, ce découpage semble pour une grande part réactionnel et mouvant, conditionné par les possibilités d'accès au politique, dont la remise en cause risque de radicaliser les modérés et de décourager les conduites participatives. L'inverse n'est pourtant pas certain ; qu'à lui seul, un surcroît d'ouverture politique puisse désamorcer la violence reste à prouver. Et cela dans la mesure où, sous certaines de ses formes, la violence apparaît plus comme un rejet du politique que comme la simple réponse à la fermeture de l'espace politique ou l'expression violente des aspirations de participation politique frustrées.

  • 21 Al-Ahrâm, 4 avril 1993.

37Dans la perspective de ce qui précède, il semble possible d'avancer que la violence — « rituellement » dénoncée par les mouvances islamiques participatives — est perçue comme le passage à la limite d'une conduite exemplaire à l'origine. C'est également la démarche de nombre d'intellectuels indépendants qualifiés d'islamistes modérés et éclairés, favorables à un large consensus national sur la base d'un « projet civilisationnel » arabo-musulman dont la pierre d'angle est l'application de la sharî‘a. Démarche qui peut être identifiée à une rationalisation de la revendication islamiste unitaire — c'est une hypothèse — et de ses modes d'action. Ainsi, d'un Kamâl Abû al-Majd, figure centrale dans cette mouvance, qui en revendiquant le dialogue nécessaire avec les militants islamistes, dénonce les visions réductrices et simplificatrices en vertu desquelles ceux-ci se diviseraient en une minorité agissante et active versus une base inconsciente et manipulée. Vision qui non seulement s'interdit les moyens de faire face au phénomène — il ne suffit pas d'arrêter les coupables — mais qui, de plus, en donne une représentation faussée. En effet, pour un tenant de l'islam civilisationnel, le coeur du problème de la violence « ce sont ces milliers de jeunes qui, mus par des raisons louables, font le retour vers la religion et la quête des racines ». Le paradoxe est que ce phénomène hautement positif— la dévotion— se transforme en attitude négative : rejet de la société, extrémisme et violence. Les raisons de ce virage trouvent leur origine dans une dégradation des conditions socio-économiques qui transforment la quête des racines en contestation. Que celle-ci adopte des formes violentes, s'explique par des « mutations psychologiques et des interprétations théologiques faussées »21.

38Outre leur cohérence interne, ces propos, qui s'articulent autour de la quête identitaire, ont le mérite d'exprimer clairement une vision de l'intérieur de la mouvance islamique. La praxis que traduit ce positionnement est la nécessité d'un dialogue avec les islamistes violents, sans conditions préalables. Plus loin, la dénonciation de la violence ne saurait être interprétée ou renversée dans les termes d'une caution donnée à l'État. Bien au contraire, dénoncer la violence, s'il en est, va de pair avec une dénonciation de l'État — qui en est le premier responsable — et participe de sa délégitimation.

39‘Adil Husayn, chef de file des islamistes du parti du Travail, va plus loin dans l'explicitation des enjeux de la violence :

  • 22 Adil H., al-Sha‘b, mars 1993.

Nous ne sommes pas d'accord avec beaucoup de leurs perceptions relatives à l'État islamique. Souvent, les moyens qu'ils prennent ne sont pas conformes avec les arguments shar'î corrects. Tout cela ne signifie pas qu'il faille jeter l'anathème sur cette jeunesse ou lui dénier son patriotisme. Nous ne prétendons pas que le dialogue résoudra la question ; il faut auparavant réformer la politique générale, ouvrir la voie à la réforme pacifique ; c'est seulement avec des espoirs concrets que les esprits se calmeront et que les armes seront lâchées.22

  • 23 Adil H., al-Sha‘b, 19 mars 1993.
  • 24 Roussillon A., "Islam, islamisme et démocratie", Peuples méditerranéens, 1988.

40Là où ces lectures atteignent leurs limites, c'est à l'endroit où la mouvance islamiste s'affirme ou non comme acteur collectif — comme système si l'on veut — face à l'État. Moins d'ailleurs par les rencontres objectives sur le contenu des revendications que par le jeu de l'instrumentalisation réciproque des différents modes de mobilisation. Ce que les modérés sont mal placés pour saisir — et pour cause — c'est que ce n'est pas tant avec les tenants de la violence que le dialogue semble le plus problématique, mais bien au contraire avec les modérés qui disposent de ressources plus efficaces de contestation de la légitimité de l'État. Ne serait-ce que parce qu'au sein de celui-ci, certaines des thèses islamiques font recette (les courants islamiques au sein du PND). Parce qu'également, tout conflit ou dialogue avec les modérés touche de près aux fondements de la légitimité de l'État, nourrie et menacée tout à la fois par la contestation dont elle fait l'objet. Cette légitimité est plus vulnérable à la surenchère verbale qu'à la violence physique et aux modes violents de confrontation dans lesquels l'État se trouve engagé, notamment quand cela contribue à souligner davantage le conflit entre l'État et son establishment religieux, les ulémas. Un conflit dont les radicaux violents ne seraient en définitive que les indicateurs exacerbés et « exacerbants ». « Il nous faut d'abord identifier, écrit ’Adil Husayn, l'ennemi et ses objectifs. Quel que soit le conflit avec ces jeunes qui ont recours à la violence armée, ce ne sont ni des tueurs professionnels ni des truands mais des groupes politiques qui cherchent le pouvoir pour instaurer ce qu'ils pensent être l'État islamique. Pour eux, tous les moyens susceptibles de les en rapprocher sont bons. »23 Pour ’Adil Husayn, mais aussi pour l'ensemble de la mouvance islamique, les militants radicaux islamistes constitueraient en quelque sorte, pour reprendre les termes d'Alain Roussillon, « une avant-garde négative, porteuse d'un projet en creux auquel il faut donner un contenu »24. L'on peut considérer que c'est fait et, pourtant, les différents modes d'expression et de mobilisation islamistes ne s'annulent pas entre eux.

La violence comme out-put du politique

41Sous cet intitulé, il semble possible de regrouper plusieurs lectures qui se situent en-deçà ou au-delà du clivage néo-laïcistes/islamistes et à la marge des expressions politiques instituées. En outre, s'il est un autre point commun à ces représentations par ailleurs diverses, c'est qu'elles ne semblent pas postuler de relation obligée entre l'irruption de la violence et le contenu d'une expression politique donnée. Plus précisément, la violence serait perçue comme un aboutissement des contraintes et contradictions du politique, communes à tous les acteurs. L'argument, plus conjoncturel, lierait l'irruption de la violence à la fermeture du champ politique face aux demandes de participation, alors qu'un autre, s'inscrivant dans la durée nationale/nationaliste, la lierait à l'émergence de conduites contestataires qui reprendraient à leur compte les luttes et priorités politiques abandonnées par l'État « national ». En d'autres termes, et pour reprendre la terminologie en vigueur, il y va à la fois du droit à l'expression et à l'organisation politique autonome, qui, refoulé, s'exprime par la contestation violente, et d'une absence de « projet de société » livrant au chaos une jeunesse que l'échec du projet nassérien laisse en proie à toutes les dérives, sans autre repère que la religion. En un sens, les deux représentations fonctionnent sur une implicite « horreur du vide » ou encore un système de vases communiquants. La violence serait à la fois, à l'image du politique et à l'envers de la scène politique, la forme parfaitement explicable, sinon légitime, de sa contestation, aggravée, sinon provoquée, par les politiques répressives de l'État.

42L'hypothèse qu'on pourrait avancer à cet égard — et plus particulièrement à partir des systèmes d'alliances qui se construisent sur ces représentations — est que c'est essentiellement en fonction d'une perception de l'ennemi externe (lire l'Occident, l'impérialisme) que se constitue cette manière de lire la violence. Elle ne présuppose pas d'accord — bien que ce soit quelquefois le cas — sur le projet de société islamique.

43Cela n'est pas sans lien avec un autre niveau de lecture — plus difficile à fonder mais qui n'est pas sans pertinence — dans et à travers lequel s'exprime une fascination pour le modèle héroïque et vertueux du militant islamiste, au moment où utopies et causes totales se retirent et où le principe d'engagement dans un avenir collectif (celui de la umma musulmane, du monde arabe ou de l'Égypte, peu importe) irait jusqu'à primer sur le sens de cet engagement. Les lectures à prétention sociologique le disputent aux projections.

  • 25 Muhammad H. H., Rûz al-Yûsuf, 22 février 1993.

À voir ces jeunes et à les écouter, écrit Muhammad Hasanayn Haykal, en énonçant à la fois le principe explicatif de la violence — la perte de sens — et en en faisant la lecture à partir de ses propres codes, on réalise d'emblée qu'ils ne sont en rien les héritiers des confrontations anciennes entre le pouvoir et le courant religieux ; ni celles de 48, de 54, de 65, ni même celles des événements violents de 74 et de 77. Ce sont de nouveaux arrivants sur la scène, ils arrivent par la porte de la société et non par celle de la religion. Pour eux la religion est le refuge dans un Texte ; l'unique loi à laquelle ils puissent se référer et qui leur soit compréhensible. En l'absence d'autre chose, la religion leur donne le courage de certains gestes comme celui de s'attaquer aux cars de touristes, sans savoir ce qu'est le tourisme.25

  • 26 Quant au laïcisme des nassériens, la laïcité a depuis l'émergence de ce courant constitué une des p (...)

44Ce qui est ici énoncé, en soulignant (à raison d'ailleurs) le fait que les contestataires d'aujourd'hui ont peu de choses à voir avec ceux d'hier — contrairement aux modèles « génétiques » vulgarisés —, ne signifie pas seulement qu'il y a là la possibilité de nouer de nouveaux pactes, dégagés de l'héritage conflictuel entre nationalistes et islamistes. Au-delà, c'est, pourrait-on dire, la possibilité d'intégrer dans une même durée reconstituée (et mythique) deux moments, en faisant l'impasse sur d'éventuelles ruptures fondatrices. On comprend mieux le pourquoi de ces représentations en prenant en compte les identités politiques diverses qui les sous-tendent. Communistes critiques vis-à-vis des « dérives gouvernementales » de la gauche RPU ; nassériens sensibles aux sirènes identitaires de l'islamisme, sceptiques à l'égard des finalités du jeu politique « pluraliste » dans lequel ils se sont engagés en obtenant, après plus de dix ans de luttes, l'autorisation de fonder un parti handicapé par le fait qu'il ne peut se permettre d'être débordé par sa gauche. A l'heure où le pays est engagé dans une voie de libéralisation économique, qui provoque de profondes mutations socio-économiques, créant un état de fait difficilement réversible par les voies de l'alternance et du pluralisme, approfondissant l'écart entre la société telle qu'elle est et telle qu'elle devrait être — du point de vue d'une utopie nassérienne et arabiste —, il semble compréhensible que, pour ce courant politique, les conduites islamiques violentes aient une résonance particulière. Surtout lorsque cela se greffe sur les ressorts communs au discours identitaire, qu'il soit arabe ou islamique, avec ce qu'il implique en termes de « vision du monde » et de soi dans un « système-monde »26.

  • 27 Même les satisfecit finissent par avoir des effets.

45Au sein de la gauche marxiste, les conflits autour de la position à adopter face à la violence prennent une tournure aussi violente, sinon plus, que ceux qui opposent islamistes et laïcistes, à l'occasion desquels on voit refleurir les termes de révisionnisme et de gauchisme infantile. Ainsi d'un Nabîl al-Hilâlî, avocat et vétéran du parti communiste égyptien clandestin, qui se voit sur le banc des accusés de gauchisme pour avoir pris part à la défense dans les procès de certains islamistes engagés dans l'action violente. Plus fondamentalement, là où ses positions posent problème au sein de la gauche marxiste, c'est quand, reconduisant une cosmogonie héritée (de la guerre froide ?), Nabîl al-Hilâlî affirme que la contradiction principale « est celle qui oppose notre peuple à l'impérialisme mondial et au sionisme. Donne objective qui implique que les forces de l'islam politique soient intégrées dans le même creuset anti-impérialiste, en Égypte comme au Liban et en Palestine. Il suffit que d'autres contradictions secondaires de type communautaire ou religieux entre les fils d'un même pays prennent le pas pour que les conditions élémentaires de tout dialogue national ne soient plus réalisables. » S'adressant au secrétaire général du RPU, dans les pages même de l'organe de ce parti, al-Hilâlî est lui aussi tributaire d'une chronologie particulière, celle du mouvement communiste égyptien, dont il refait l'historique à partir d'une lecture binaire opposant ceux qui ont cherché à se rattacher à tous les pouvoirs et les autres. C'est dans cette perspective qu'il reprend les réserves émises par certains éléments de la gauche contre une « dérive étatiste » du RPU, dès les législatives de 90, qui laissaient croire à un nouveau marché entre l'État et la gauche désignée pour faire le contre-poids aux islamistes en tant qu'opposition « responsable ». Plus loin, ce que cette position remet en cause, au-delà des luttes intestines de la gauche marxiste, c'est la prétention d'une part, de l'intelligentsia de s'auto-désigner, face à l'irruption de la violence, en termes de société civile, énonçant dans la foulée les bases d'exclusion d'autres forces politiques et les nouvelles modalités d'un dialogue avec l'État27.

  • 28 Al-Ahâlî, 20 octobre 1993.

Aujourd'hui certains prennent prétexte de la vague fondamentaliste pour appeler au rapprochement avec le gouvernement, voire à la constitution d'un front avec le parti au pouvoir, pour garantir la continuité « pouvoir civil ». Il est évident que tout démocrate oeuvre pour la constitution de la société civile. Mais existe-t-elle en Égypte, cette société civile dont il faudrait garantir la survie ? Les lois exceptionnelles, la torture jusqu'à la mort, les tribunaux militaires, les contraintes mises à la fondation de partis, sont-ce là les traits d'une société civile pour la survie de laquelle il faudrait se battre ?28

  • 29 Voir à ce propos les interviews accordées à la presse à partir de la prison par Mahmûd Nûr al-Dîn, (...)
  • 30 Autant de nassériens que d'éléments de la gauche marxiste critiquent ce qu'ils considèrent comme un (...)

46Une telle prise de position, marginale, qui est le fait d'acteurs politiques marginaux, n'a que peu de sens en termes de « poids politique ». En revanche, elle permet de dégager les traits constitutifs de ce qu'on pourrait identifier comme une « cosmogonie des exclus ». Exclus de la scène politique, les nassériens l'ont été jusqu'en avril 92. Venant de la part du courant nassérien, les lectures de la violence sont particulièrement significatives du point de vue des recompositions politico-idéologiques en cours. Il n'est pas inutile de rappeler à cet égard qu'à la fin des années 80, une organisation clandestine, Thawrat Misr, dans laquelle étaient impliqués certains éléments nassériens, à commencer par le fils de Nasser innocenté par la justice, a mené des opérations de commando contre des diplomates américains et israéliens29. Héritiers de l'expérience de l'État nassérien, les nassériens en avaient gardé, jusqu'ici, les deux ennemis internes : le Wafd et les Frères musulmans. Si la première opposition est toujours reconduite, voire renforcée, la seconde semble moins soulignée. Dès la fin des années 80 et préalablement à la reconnaissance du parti, le dialogue entre islam et arabité — dont le journal nassérien Sawt al-‘Arab se fait l'écho — rend compte d'une volonté réciproque de dépasser le malentendu historique. Aujourd'hui, alors même que certains observateurs perçoivent la légalisation du courant nassérien comme une tentative de créer un contre-poids de taille aux Frères musulmans — là ou la gauche marxiste a donné les preuves d'un échec patent — et que certains des nassériens contestataires extérieurs au parti défendent cette thèse, d'autres, au sein du même courant dénoncent une dérive islamique qui pour eux ne s'explique qu'en termes d'opportunisme politique30.

47La position vis-à-vis des islamistes, entre autres variables, semble constituer l'une des causes — sinon des prétextes — du conflit opposant les deux tendances principales au sein du courant nassérien. Cela dit, au sein de l'opposition non-islamiste, et bien que la question constitue un des axes des tensions internes, il semble que se soit les nassériens qui prennent les positions les plus critiques face aux politiques de l'État en matière de lutte contre le terrorisme. Plus loin, ce qui vaut dénonciation pour eux ne serait pas tellement ou pas seulement les acteurs de la violence en tant que tels, mais le projet dont celle-ci révèle l'absence.

48Critiquant le soudain engouement des appareils d'État et du Ministère de la Culture pour les « Lumières », un membre dirigeant du parti nassérien démonte les implicites de cette propagande dans les termes suivants :

  • 31 Husam A., al-Ahâlî, 26 juillet 1993.

Deux postulats naïfs : le premier est qu'il s'agit d'une confrontation intellectuelle entre une pensée éclairée et une pensée dévoyée, extérieure à la société. Le second est qu'il existe quelque part une raison à laquelle on peut faire appel à tout moment pour faire la délimitation entre le vrai et le faux et guider les égarés. Enfin, il serait possible que la raison règne dans le domaine intellectuel indépendamment de la nature de l'ordre social et de la rationalité de celui-ci. (...) La radicalisation d'une part importante de la mouvance islamique et son recours à la violence n'est pas l'expression d'une pensée dévoyée mais d'une crise sociétale. La jeunesse islamiste extrémiste n'est pas arrivée à la politique par la religion ni par une pensée religieuse dévoyée mais par la société et la dimension intellectuelle et sociale d'une crise qui n'est pas l'apanage du courant islamique. Il ne s'agit pas comme on le répète souvent, d'une crise de transition de l'autoritarisme au libéralisme, mais bien celle de la construction d'un projet national autonome. Le point de départ n'est pas la critique de la pensée religieuse mais celle de l'État « mou » dont les politiques sont responsables de l'état d'anarchie dans lequel nous vivons. Poser la question en ces termes amène à s'interroger sur le lien entre la mondialisation de l'économie et la réduction de la souveraineté nationale, entre la mondialisation du politique et de l'économique et la notion de culture nationale, sur la place de la culture, enfin, dans une société du gain que dirigent les courtiers et les agents de change. Peut-être découvrira-t-on alors qu'il n'y a pas de place pour la raison dans un ordre social irrationnel, tant dans ses structures que dans ses mécanismes.31

  • 32 Al-Ahâlî, août 1993. Il est vrai que F. Fawda, ardent défenseur de la normalisation des rapports av (...)

49L'un des signes de la communauté d'objectifs des radicaux et des modérés est le témoignage d'une des principales figures de l'establishment religieux devant la Cour de sûreté de l'État, le cheikh al-Ghazâlî, justifiant du point de vue de la sharî‘a l'assassinat du docteur Farag Fawda. Témoignage qui aura eu pour effet de susciter la colère des laïcistes, mais qui a été peu critiqué — sinon favorablement reçu — aussi bien par Diâ' al-Dîn Dâwud, président du parti nassérien, que par son principal concurrent, auto-proclamé plus radical, Farîd 'Abd al-Karîm32. Tous deux font partie de la vieille garde. Les générations intermédiaires et nouvelles du courant nassérien sont elles aussi traversées par ce qui ne constitue pas encore un clivage, mais qui est l'effet conjugué de la vague identitaire islamique, des formes de militance dont les islamistes ont le monopole et du recul de l'identification nationaliste arabe. Au sein des nassériens, il s'en trouve, certes, qui partagent le « rationalisme éclairé » des laïcistes de gauche et pour qui l'islam politique continue d'être une aberration. Cela dit, ce qui prime dans la prise de position unitaire est le refus de voir le pouvoir tirer bénéfice de la dénonciation de la violence, le renvoi dos à dos de la violence d'État, de la violence islamiste et des politiques qui pour les nassériens sont la cause principale de cette dernière. S'ils s'affirment sur le terrain commun à toute l'opposition, des droits de l'homme, des libertés et du droit à la constitution des partis, les nassériens ne s'engagent pas dans la logique d'une coalition anti-islamiste entre État et société civile auto-proclamée, dont ils seraient peut-être les premiers à faire les frais politiques.

Dialogue national : quels enjeux ?

50On a proposé jusqu'ici un inventaire des positions face à la violence et l'énonciation des systèmes d'alliances qui se construisent sur celles-ci, balisant le champ politique et prenant la forme de formulations diverses des nécessités de front national, de mobilisation face à la violence et de dialogue. Tout ceci ne peut masquer la non-parité absolue entre acteurs politiques, entre exclus et inclus et, au sein de ces derniers, entre ceux dont la performance assure la normalisation d'une scène politique, ceux qui en détiennent les règles et ceux qui dans l'entre-deux assurent des fonctions intermédiaires. C'est qu'il y a dialogue et dialogue ; celui des nécessités de légitimation d'une scène politique extériorisée et celui des visées stratégiques. Et cela, sans qu'il soit toujours aisé de faire la différence entre les deux.

51En extrapolant — en prêtant aux termes un peu plus que ce qu'ils veulent dire —, on peut avancer qu'au-delà des appels réitérés des uns et des autres — nul ne s'affirme contre le dialogue ou pour la violence —, c'est le second dialogue qui a explicitement rapproché la négociation des règles du jeu politique et qui semble le plus à même de dessiner les contours du bloc historique à venir. Que ce dernier type de dialogue n'engage que le gouvernement et, du côté de l'opposition, le parti du Wafd, en dit long sur la validité du découpage droite/gauche qui se maintient. Que ce dialogue parte d'un point commun — nécessité de mener à bien la libéralisation économique pour mettre un terme à la violence ou, inversement, nécessité de pacifier pour mieux investir — a l'avantage d'éclairer des enjeux latents que le débat sur la violence relégue au second plan, même s'ils ne sont pas moins décisifs. Que ce dialogue soit formulé dans les termes de priorité à la réforme économique — sans plus définir celle-ci — contre la réforme politique, ou l'inverse, explicite la nature des acteurs politiques invités à se prononcer sur les processus en cours et légitimés à en produire une lecture à partir de leurs propres enjeux légitimes. Cela sans toutefois préjuger de l'impact de la délibération.

  • 33 Al-Tawil M., Qayf usnat al-qarâr fî Misr ? (La prise de décision en Égypte), Le Caire, 1992.

52En juin 1991, l'ensemble des partis d'opposition ainsi que les Frères musulmans ont signé une déclaration adressée au président de la République comportant des revendications relatives à une réforme politique et constitutionnelle. Celles-ci concernaient notamment les libertés politiques, la garantie de la régularité des processus électoraux, une définition restrictive des conditions d'application de la loi d'urgence, la liberté de constitution des partis, la liberté de la presse, des prérogatives de contrôle plus grandes du pouvoir législatif sur l'exécutif et des garanties pour l'indépendance du pouvoir judiciaire. Dans les faits, ces revendications n'étaient que la réitération de celles présentées régulièrement dès l'instauration du multipartisme en 1977. Cependant, allant plus loin et touchant des zones plus sensibles, le texte de juin 91 demandait que « le président de la République soit élu parmi plusieurs candidats, au suffrage direct et universel, que le mandat présidentiel soit renouvelable une seule fois et qu'enfin le président de la République renonce à son appartenance partisane durant la période de son mandat. » Plus loin, ce qui était revendiqué, c'était « une nouvelle Constitution qui serait soumise au référendum du Peuple, conçue par une Assemblée constituante, elle-même élue en vertu d'une nouvelle loi sur les droits politiques, reléguant l'entier contrôle des processus électoraux à la magistrature. »33

  • 34 Art. 189 : II appartient au président de la République et à l'Assemblée du Peuple de demander l'ame (...)
  • 35 Art. 76 : L'Assemblée du Peuple pose la candidature du président de la République et la soumet au r (...)

53Ici comme ailleurs, l'amendement de la Constitution ne peut se faire que selon les dispositions prévues par la Constitution34. Ses dispositions, ainsi que le blocage exercé par le parti de la majorité, font du président de la République le seul recours possible pour les forces de l'opposition, le paradoxe étant que celui-ci devrait ainsi être amené à solliciter lui-même auprès de sa majorité la limitation de son mandat et l'ouverture des candidatures à la Présidence35.

54La conjonction du renouvellement du mandat présidentiel et des prises de positions face à la violence, avec ce qu'elles impliquent en termes de positionnement entre les forces politiques et entre ces dernières et l'État, permettait la re-formulation de revendications politiques que l'opposition énonce régulièrement. Cependant, la conjoncture particulière violence/fin de mandat donnait à ces revendications une teneur nouvelle.

55Ces revendications seront reprises jusqu'à la veille du référendum du 4 octobre 1993, dans des formulations et des ordres de hiérarchie plus ou moins renouvelés traduisant la nature de la conjoncture politique. Elles révèlent plus particulièrement la manière dont les forces politiques entendaient maximaliser leurs gains politiques en monnayant le soutien à l'État contre ce qui se présente comme des réformes politiques revendiquées à l'unanimité mais aussi comme des objectifs spécifiques à chacune des forces en présence. Ainsi, la revendication d'amendements de la Constitution peut-elle faire l'objet de plusieurs lectures. Présentée comme nécessité d'inscrire dans le texte constitutionnel les acquis du pluralisme politique et de renforcer l'ouverture démocratique, la demande d'amendement de la Constitution est aussi à mettre en liaison avec l'inscription du libéralisme économique dans les faits. Une Constitution à « relents » dirigistes et socialisants, héritée de l'État-providence (gratuité de l'enseignement garantie par l'État, représentation politique privilégiée des ouvriers et des paysans...), semble en décalage avec les visées nouvelles de l'État. Le jeu de l'opposition, dans ces moments d'unité, consiste à mettre en veilleuse ces divergences de fond en faveur des revendications de libéralisation politique.

  • 36 Al-Musawwar, 29 septembre 1993.

56C'est sur la base de ces mêmes considérations — opposition divisée, unité nationale à préserver — que le président de la République opposera une fin de non recevoir aux demandes de l'opposition ; certains des amendements réclamés ne faisant pas objet d'unanimité — comme la représentation des paysans et ouvriers et la constitution de partis sur des bases religieuses —, les amendements à la Constitution risquent d'entraîner une phase de chaos politique préjudiciable à la mise en oeuvre du programme économique et sont contraires aux objectifs d'union nationale qu'impose la lutte contre le terrorisme. Enfin, la renonciation du président de la République à son statut de chef du parti de la majorité entraînera fatalement la disparition de celle-ci et l'éclatement du PND en une multitude de factions rivales36.

57On atteint là les limites extrêmes du système ; c'est ce dont rendent compte les propos du rédacteur en chef d'al-Musawwar :

Que nous traversions une crise difficile qui exige l'unité de tous, nul ne devrait le contester. (...) Malheureusement, un événement est intervenu ; l'opposition conteste une mesure parfaitement constitutionnelle qui est une demande signée par 442 députés pour le renouvellement du mandat présidentiel. Il est surprenant que l'opposition choisisse ce moment précis pour prendre cette position comme si elle détenait une alternative politique viable plus conforme à l'esprit de la Constitution. Or, elle ne possède pas cette alternative ; de surcroît, leurs diverses prises de position soulignent que leur opposition à propos de l'investiture porte non sur la personnalité du président mais sur la procédure.

58Propos qui, en effet, ont le mérite d'éclairer le paradoxe en vertu duquel, si « la procédure » de l'investiture présidentielle est contestée, celui qui en est « l'incarnation » reste au-delà de la compétition politique légitime.

  • 37 Al-Musawwar, juillet 1993.

Rien ne justifiait cette confusion, dans des circonstances qui exigent l'unité de toutes les forces nationales. Que peuvent gagner le Wafd, le RP et les Nassériens d'une opposition qui enfreint la loi. Ce qui distingue les forces démocratiques des autres est le respect de la légalité et de la loi. Tant le Wafd que le RP ont adopté les positions adéquates vis-à-vis du terrorisme. Ceci leur a valu le respect, la considération et une large reconnaissance en tant que partis respectueux de la loi (...). Leurs dernières positions aboutissent cependant à une confusion dont les seuls bénéficiaires sont ceux qui attendent de voir s'écrouler la patrie, non parce qu'ils sont forts mais parce qu'ils tirent parti de la faiblesse des autres dont les rangs sont divisés et qui ne savent distinguer entre les positions de principes et les contradictions secondaires. On atteint le pire quand un journal d'opposition s'empresse de déclarer anticonstitutionnelle l'Assemblée qui ne peut investir ainsi le président et demande aux citoyens d'agir en conséquence. Ou cet autre qui affirme, par la voie de son journal, qu'au-delà de sa déclaration de principe, il poursuivra par toutes les méthodes son action pour faire blocage au troisième mandat. (...) L'on peut comprendre le désabusement de l'opposition : les limites de l'alternance, la lenteur des réformes économiques et le refus du pouvoir de répondre à certaines demandes en mesure d'approfondir la démocratie ; mais cela reste la responsabilité de tous et non du pouvoir exclusivement. Il faut prendre en compte également le contexte. (...) Leurs revendications sont peut-être justifiées mais non adaptées ; ils parient sur les circonstances actuelles pour exercer une pression qui peut amener le pouvoir à reconnaître des demandes en contradiction avec la situation. Le PND porte une responsabilité, celle de s'être basé sur sa majorité en négligeant le dialogue, mais cette responsabilité est sans commune mesure avec celle de l'opposition. Rien ne peut justifier qu'elle brouille les lignes de démarcation entre les forces de la légitimité et celle de la destruction. Ce n'est pas une question de pouvoir mais celle d'une patrie menacée par le danger du terrorisme.37

59L'argument provenant d'un mubarakiste critique atteint ici son point d'orgue ; là où les lignes se brouillent entre légalistes et autres, c'est là où commence la politisation de la compétition présidentielle. Plus exactement, la prétention de l'opposition à faire de cette fonction fait l'objet d'une compétition ; il ne s'agirait plus de pouvoir mais de survie.

60Les termes dans lesquels cet enjeu est à la fois défini et contourné ne sont pas dénués d'intérêt. De prime abord et telle qu'elle a été formulée, la question de la priorité de la réforme économique sur la réforme politique, ou l'inverse, pourrait s'apparenter à une fausse question. En y regardant de plus près, elle semble rendre compte d'enjeux parfaitement tangibles. Il s'agirait, dans la perspective du pouvoir, de faire avaliser par une partie de l'opposition — le Wafd — le package que constituent ses politiques, le tout légitimé en dernière instance par la nécessité de mener la libéralisation économique, mais sans que cela se traduise par un bénéfice politique immédiat pour cette opposition. Plus encore, celle-ci se verrait associée à des mesures économiques impopulaires et, plus largement, à l'ensemble des politiques. Elle serait alors contrainte à ne plus pouvoir associer son libéralisme politique et économique.

61L'ébauche du dialogue entre les partisans de la réforme économique (lire une privatisation et une libéralisation de l'économie qui n'entraîneraient pas de coût politique majeur) — Wafd et PND — achoppera sur ce point précis. Tout au long des dernières années, le Wafd s'était distingué par des prises de positions favorables au gouvernement, tant à l'occasion de la guerre du Golfe qu'au moment où la crise entre l'Égypte et le Soudan a atteint son apogée. D'aucuns ont pu suggérer à ces moments que le Wafd présentait en quelque sorte des gages politiques. L'éditorialiste d'al-Musawwar (le plus construit des discours fournissant la rationalisation des prises de position de la Présidence) ne s'y trompe pas en identifiant en ces termes les enjeux du dialogue « national » :

  • 38 Ibid.

Nul ne peut nier les prises de positions positives du Wafd face à deux questions qui relèvent des intérêts nationaux supérieurs : le terrorisme, qui a détruit le tourisme et continue de tuer des innocents, et la position vis-à-vis du régime soudanais. (...) Le Wafd n'a pas comme d'autres tenté de chercher des prétextes pour justifier le terrorisme mais il a pris la position exacte appelant à ce que la lutte anti-terroriste soit un effort populaire dans lequel se conjuguent les actions de l'État, des citoyens et des partis, parce qu'à eux seuls les services de sécurité n'en viendraient pas à bout. Cette prise de position responsable a suscité des espoirs ; des opinions se sont exprimées sur la nécessité d'un front national regroupant toutes les forces qui rejettent le terrorisme et soutiennent la démocratie, la légalité et le droit. Cet espoir était nourri par la maturité politique de certains partis qui ont réalisé que la crise n'était pas celle du pouvoir mais celle de la nation entière face à des groupes qui visent à mettre fin à toutes formes de régime démocratique fondé sur le multipartisme pour instaurer un régime totalitaire despotique sous couvert de la religion.38

62Dans une comparaison lourde de sens et qui, à elle seule, rend compte de la cohérence de sa position, l'éditorialiste d'al-Musawwar résume l'essentiel d'une proposition dont le principe est le maintient du statu quo politique :

  • 39 Ibid.

Gorbatchev a mené l'Union soviétique à sa perte en voulant en même temps une réforme économique et une réforme politique. Il s'est plus vu dans le miroir d'un Occident qui l'y encourageait qu'il n'a pris en compte les réalités de son pays (...). Les Chinois eux ont été plus prudents. Refusant les pressions occidentales ils ont tenu à ce que les réformes économiques prennent le pas sur les réformes politiques. Lors des événements sanglants de la répression du mouvement étudiant, ils ont fait peu de cas des menaces occidentales. Les Chinois ont réussi là ou Gorbatchev a donné les preuves de son échec. Ceci peut nous servir de leçon.39

  • 40 Al-Ahâli, 29 septembre 1993.
  • 41 Il y aurait là à réfléchir sur le "style politique" qui caractérise ses prises de position : non se (...)

63En attendant cette réponse à laquelle ils opposeront à leur tour le refus de soutenir la candidature du président, les partis politiques énoncent des positions plus ou moins nuancées par rapport aux objectifs unitaires, d'une part, et par rapport aux prises de positions qu'ils sont susceptibles d'adopter compte tenu de leur place sur l'échiquier politique, de l'autre ; chacun d'eux aura son « style » propre. Ainsi, le RPU de gauche, se réfugie pendant trois mois dans un « attentisme critique » subordonnant son appui au président à la mise en oeuvre de réformes politiques et de revendications de toute évidence peu susceptibles de réalisation (nouvelle loi relative à l'exercice des droits politiques, allégement du fardeau que constitue l'application des réformes économiques pour les couches à faible revenu, liberté de constitution des partis et lutte globale contre le terrorisme impliquant des mesures politiques concrètes, notamment en matière d'éducation et de culture40) Le RPU dira finalement non à la reconduction du président de la République dans son mandat. Du côté du Wafd, reliant le soutien au président aux réformes constitutionnelles, la réponse finale se traduira par un appel au boycott. Pour le parti du Travail, dire non ou s'abstenir est jugé équivalent, alors que les nassériens s'en tiennent à une position de refus41.

64En somme, une fois calculés les coûts et bénéfices, les principales forces politiques hésitent à s'engager dans un marché où elle n'ont que fort peu à gagner. Ceci ne fait que confirmer le non-événement que constitue le dialogue portant sur l'éventualité d'un « front national contre le terrorisme » dont les retombées étaient largement prévisibles. Non seulement parce que le pouvoir détient le monopole d'une ouverture politique jusqu'ici limitée à la seule liberté d'expression, mais aussi en raison de la faiblesse de « la monnaie d'échange » que propose la contre-élite politique.

Du plébiscite comme referendum

65Plus que le plébiscite du président de la République — résultat largement attendu et anticipé —, l'acte final et en même temps le plus significatif du débat sur la violence et le consensus me semble être celui de la constitution d'un « comité pour le développement de la participation politique » qui, à la veille du référendum, appelle les Egyptiens, par voie de presse, à « participer au vote » sans présager sur le oui.

  • 42 Al-Ahrâm, 3 octobre 1993.

A ce moment de son histoire, la patrie fait face à des défis majeurs qui imposent à tout égyptien de remplir pleinement son rôle et d'assumer sa responsabilité quant à la définition des orientations de la construction nationale et la définition des objectifs nationaux prioritaires. L'Égypte ne pourra affronter le xxie siècle sans la constitution d'une société démocratique solide, basée sur la participation du citoyen à la prise des décisions et au contrôle des politiques publiques. Notre croyance en la démocratie doit se traduire en pratique effective de nos droits et devoirs. La participation politique est à la fois un droit et un devoir et pour que le citoyen ait le droit de contrôler, il lui faut participer à la politique et assumer ses droits politiques dont le plus important est la participation aux élections et aux référendums. Il s'agit là d'une lourde responsabilité à laquelle nous devons tous participer, sans nous en remettre à la passivité, sous prétexte que le vote est sans effet ou que les résultats sont connus d'avance. L'État, à tous ses niveaux, doit savoir que nous sommes des citoyens concernés, qu'il s'agisse des opposants ou des partisans. L'important est que chacun d'entre nous aille voter selon ce que lui dicte sa conscience et en fonction de sa perception de la responsabilité nationale. Si notre but est de reconstruire l'Égypte à tous les niveaux, sur des bases démocratiques réelles, le premier pas est de rejeter la passivité et le négativisme et de participer au vote avec une libre volonté et selon ce que nous dictent nos consciences. La participation est ce qui nous donne le droit de contrôler. Pour toutes ses raisons, nous disons à chaque citoyen : dirige-toi vers les bureaux de vote le 4 octobre et prononce-toi.42

66Cet appel est signé par les 54 membres d'un comité fondateur. Ecrivains, artistes, hommes d'affaires, avocats, journalistes, enseignants d'université ou ex-ministres, il s'agit de figures du milieu politique, proches pour certaines de l'opposition et pour d'autres du pouvoir. Contrairement au manifeste que l'on a évoqué plus haut, cette fois-ci, c'est en tant qu'individus et non en tant que représentants de leurs corporations ou des réseaux auxquels ils appartiennent qu'ils interviennent. Fait significatif, bien qu'il soit aisé d'identifier les sympathies politiques de ces signatures de tous bords, aucune d'entre elles n'est directement liée aux partis politiques. Les corporations, elles, avaient largement participé à la campagne présidentielle en appelant à voter en faveur du président. C'est ainsi une autre facette de la « société civile » qui se livre à travers ce manifeste, société civile intellectualiste — éthérée dirait-on —, dont les modes de présentation et d'identification de soi renverraient directement à l'intérêt supérieur de la société, qui ne saurait tolérer d'amalgame avec les intérêts sectoriels. Alors que ces derniers étaient appelés à se prononcer pour le combat anti-terroriste, c'est à partir — ce n'est qu'à partir — d'une « parodie des valeurs centrales » — si l'on peut dire ainsi — qu'il devient possible de formuler un appel au vote, à la participation comme principe, indépendamment du contenu de celle-ci. En ce sens, et précisément parce qu'il ne contient pas de soutien explicite au pouvoir et semble se positionner dans la marge critique à mi-chemin entre État et société (« Il faut que l'État sache que nous » versus « pédagogie du citoyen modèle »), l'appel à la participation venait en quelque sorte couronner et cautionner la campagne pour le oui. En effet, ce qui s'en dégage peut être formulé dans les termes suivants :

  • la sublimation du vote en soi comme principale forme de participation politique qui donne à la citoyenneté sa consistance. L'heure étant au référendum et non à la négociation sur les autres formes et niveaux de participation, il faut d'abord assumer ce droit et devoir. Qu'il soit favorable ou non à la reconduction du mandat présidentiel, le vote comme conduite participative constitue son propre enjeu ; et cela indépendamment du fait qu'il s'agisse d'une candidature unique, ou, plus précisément, parce que tel est le cas.

  • Plus prosaïquement, il fallait dans cette logique ne pas s'en tenir au négativisme politique, « sous prétexte que le vote ne pèse pas ou que les résultats sont connus d'avance », quand bien même cela serait vrai et quand bien même les listes électorales n'auraient pas été mises à jour depuis 1956. Le fait est qu'indépendamment du personnage du candidat et de la volonté politique, en son état actuel, la machine du vote en Égypte peut difficilement prêter à une autre interprétation, puisqu'elle est viciée à la base par l'état des listes électorales, qui ont peu de choses à voir avec le « réel », ici le corps électoral potentiel. Question qui, elle aussi, sera dans l'avenir, selon les déclarations des responsables, objet de réformes, tout comme l'adoption du chiffre national d'identification unique pour chaque citoyen, ou encore l'obligation de l'empreinte digitale pour les électeurs — qui sera adoptée en 1999 — et le contrôle des juges sur les bureaux de vote. Pour un appareil d'État qui en, d'autres domaines, a donné les preuves de son efficacité et de son professionnalisme pour ce qui relève du comptage, du contrôle et de l'encadrement de sa population, la dégradation de l'ensemble des procédures électorales donne à réfléchir. Il est vrai que dans le cas du plébiscite d'un candidat unique à la présidence, ces considérations n'ont que peu de poids.

67On pourra s'interroger sur les effets escomptés par les organisateurs de cette campagne, à la veille du référendum. Que des hommes politiques et des intellectuels s'engagent par souci de citoyenneté dans cette opération « orthopédique » à destination du public éclairé, la démarche comporte quelque part une portée moins immédiate et une visée plus large, que les considérations politiciennes. L'on s'en tiendra ici au sens immédiat : mettre entre parenthèses toutes réserves, ne serait-ce que pour une journée, le temps de prouver, par la participation au vote, l'efficacité de la machine politique, ce qui veut dire aussi sa capacité à s'auto-réformer par la suite (mais seulement par la suite). Aussi, les partisans de la participation se retrouvent-ils une fois de plus face aux limites de leur propre logique, en reposant à leur insu l'éternelle question : commencer par réformer le système, par la contestation à sa marge, ou inviter à la participation, alors même que les enjeux de celle-ci semblent dérisoires ?

68Le parallèle avec les positions définitives des principaux partis d'opposition n'est pas dénué d'intérêt : boycott pour le Wafd — qui ne s'oppose pas à la personnalité du président mais rejette les dispositions constitutionnelles de la candidature unique — et le parti du Travail dont le président considère qu'en l'absence des garanties requises, vote et boycott amènent au même résultat, surtout s'il s'agit d'un vote de refus, et refus du RPU de gauche et des nassériens, alors que huit des formations politiques mineurs ont soutenu le oui.

69L'enjeu du référendum du 4 octobre 1993 n'était pas tant celui du oui que celui d'une participation massive destinée à entériner non seulement la reconduction du président de la République, mais plus encore les règles du pacte politique en vigueur, qui soustrait la fonction présidentielle à toute forme de compétition. En ce sens, les 3 % de « non » constituaient un précieux atout, non seulement parce qu'ils ne faisaient que mettre en évidence l'écrasante majorité présidentielle — et donnaient les preuves de son caractère démocratique —, mais parce qu'ils fournissaient autant d'indicateurs sur la viabilité d'une formule politique qui peut s'élargir aux opposants sans que cela n'entraîne un changement de nature dans leur relation aux gouvernants et dans les rapports de force à l'intérieur du système. Tout comme le oui, le non valait pour accord tacite, l'essentiel étant d'assurer, par la participation au vote, le minimum de fonctionnement nécessaire de la machine politique. Que le surlendemain du plébiscite, plusieurs journalistes aient été interpellés pour injure au président de la République, sous prétexte qu'ils avaient mis en doute les résultats du référendum, n'est pas anodin. Autant l'espace politique s'ouvre, voire se constitue, à travers les dynamiques de critique et de contestation des politiques publiques sectorielles — qui ne sont pas, loin de là, dénuées d'enjeux et d'intérêt(s) —, autant il semble que toute remise en cause de la fonction présidentielle soit exclue. Plus que jamais, c'est à ce point précis que l'ouverture politique amorcée par le président Moubarak au moment de son premier mandat, atteint ses limites.

70Tel qu'il a été mené, le référendum du 4 octobre 1993 semble avoir été conçu, moins pour asseoir la légitimité du pouvoir politique que pour délégitimer toute opposition qui viendrait en contester les fondements. Sans s'engager dans une logique de recherche des causes premières, il est permis de poser la question de l'agencement de la violence physique et de la violence structurelle.

Violences et consensus ; conclusions provisoires

71Il n'est pas certain qu'un surcroît d'ouverture politique, dans les limites du système en vigueur, puisse permettre la fin de la violence. Jusqu'ici, le consensus national contre la violence ne s'est fait que sur la base d'une occultation des enjeux de celle-ci. Les radicaux violents entraînent l'État dans une confrontation qui aboutit à sa délégitimation et misent sur la répression et la torture pour gagner des sympathies. Pour sa part, l'État mise sur le terrorisme pour juguler l'ensemble du courant islamique et pour maintenir les règles d'un jeu politique auquel aucun des partenaires n'adhère, à commencer par l'État lui-même. Dans ce jeu, l'État a été jusqu'ici le gagnant. Mais, à terme, la rencontre de ces deux dynamiques, de ces deux violences, ne peut engendrer des majorités politiques réelles. La condition première de leur constitution est l'autonomisation du système politique par rapport à l'État. Loin de favoriser cette autonomisation, la violence, qui a eu pour effet de rendre explicite les enjeux, n'en participe pas moins à faire perdurer un état de fait que l'on peut qualifier d'« équilibre des faiblesses ».

Notes

1 Desroche H., Sociologies religieuses, PUF, 1968, p. 16.

2 Et non pas tellement celle de l'autonomisation d'une hypothétique société civile par rapport à l'État. Il est intéressant de constater que par ce qui ressemblerait à un effet de contournement le débat politico-intellectuel adopte cette forme — les acteurs politiques et intellectuels s'auto-désignant comme société civile — au moment même où se creuse l'écart entre celle-ci et la société tout court, où la clôture du système politique atteint son apogée et où enfin les grilles de lecture de l'action des acteurs sociaux apparaissent comme non-opératoires. Fuite en avant ? Autant de questions qui s'imposent à la fois et dans les mêmes termes aux deux niveaux — de moins en moins dissociables — des démarches de connaissance, qui à moins d'être inconscientes ou cyniques ne peuvent éluder la question de leur propre efficace politique et de la praxis politique, productrice de grilles de saisie dont le chercheur ne peut faire abstraction.

3 Non pas la métaphore de l'espace politique mais sa matérialité. Les débats que l'on évoquera n'existent qu'à partir du moment où la presse en rend compte. De quoi réfléchir sur l'extériorité, non pas de l'État mais du champ politique par rapport aux acteurs sociaux.

4 ‘Abd al-Majid W, "La polarisation entre laïcistes et islamistes", conférence du CEDEJ, 19 octobre 1993.

5 Le 8 avril, la réouverture du café Wâdî al-Nîl, restauré en un temps record, marquait en quelque sorte le début et la fin de la parenthèse de la déclaration commune. Un comité auquel participe un député PND, un vétéran des militants marxistes, un avocat et un chanteur, organise des festivités (poètes, chanteurs, troupes de danse) auxquelles assistent quelque 10 000 personnes. L'État y participe sous forme d'une exposition d'ouvrages de l'Organisme du Livre, notamment la nouvelle série — réédition populaire des principaux ouvrages du Tanwîr (les Lumières : T. Husayn et autres), particulièrement critiqués par certains islamistes. Selon l'hebdomadaire Al-Musawwar, "il s'agit d'une pure initiative de la base ; ni du gouvernement ni des partis d'opposition, mais une initiative nationale de personnes issues de la génération active dans les années 70 dans les universités, de journalistes de la génération intermédiaire et un grand nombre de figures nouvelles sur la scène politique, venant du monde du spectacle notamment".
L'espace d'une soirée, les passants de la place Tahrîr ont pu s'arrêter pour voir leurs vedettes préférées et être sensibilisés à la question. Cette nouvelle "manière de faire la politique" ne semblait pourtant pas constituer un mode d'action viable. Ne serait-ce qu'en raison des contraintes qui pèsent sur l'occupation de l'espace publique, la distribution de tracts...

6 Al-Ahrâm, 31 mars 1993.

7 Voir Roussillon A., "Logiques de la conversion", non publié.

8 Adil H., Al-Sha‘b, avril 1993.

9 Sawt al-‘Arab, avril 1993.

10 Il n'y a pas que des ennemis mais aussi des adversaires, dans le sens qu'Alain Touraine donne à ce terme.

11 Roussillon A., propositions du programme de recherche "Logiques de la conversion" sur la division du travail politique.

12 Les forces d'opposition qui réclament l'amendement de la Constitution pour permettre d'ouvrir ne serait-ce que formellement la compétition présidentielle, le font, pour "l'intérêt de la nation", pour "garantir la régularité des procédures" et "non parce que nous recherchons le pouvoir". Quant elles refusent de faire allégeance au président c'est toujours en raison de "l'irrégularité de la procédure d'élection", au mieux "à cause du désaccord avec les politiques en vigueur", mais jamais pour des raisons liées au personnage du candidat, alors même que la personnification du pouvoir est telle, que cette argumentation en devient en partie fictive. Elle n'en constitue pas moins l'expression de la principale barrière symbolique, plus efficiente qu'une séparation des pouvoirs inscrite dans la Constitution. A cela se rajoute le fait que les deux candidatures concurrentes à celle du président — provenant il est vrai de marginaux, voire d'originaux — n'ont reçu qu'un intérêt amusé quand il en a été fait mention. Celles éventuelles de personnalités politiques confirmées n'auraient sans doute pas aboutit en raison de la nécessaire investiture par l'Assemblée, mais auraient porté atteinte à la "sacralité" de la fonction présidentielle (cf. infra).

13 L'emploi de ces catégories n'est qu'une reprise — pour la commodité — de la manière dont les acteurs politiques eux-mêmes s'identifient, à quelques exceptions près. Un des problèmes de l'auto-définition est précisément ce croisement/découplage entre positions politiques et idéaux-logiques. Il est évident que c'est plus par anti-islamisme et que par laïcisme qu'opposition de gauche et étatistes du PND se retrouvent sur une même lecture. Le laïcisme présumé des premiers me paraît aussi, sinon plus, problématique que celui des seconds. De la même façon, outre que l'un est de droite et l'autre de gauche, entre le laïcisme du néo-Wafd libéral et du RPU de gauche, il existe des nuances qui ne sont pas réductibles à la tradition de défense du libéralisme politique qui accompagne le Wafd et au caractère récent de la conversion de la gauche marxiste au pluralisme politique. Plus fondamentalement, le laïcisme du Wafd, du fait même qu'il a été enraciné et expérimenté historiquement (avec plus ou moins de bonheur), semble plus crédible et marqué par un caractère plus opératoire, même si ce même laïcisme a mené aux alliances "contre-nature" avec les Frères musulmans. Bien qu'il n'ait pas donné lieu à des "compromissions" de ce type, si ce n'est à cause de cette même raison, et pour des motifs liés principalement à l'équilibre des forces (que peut apporter le RPU de gauche à une alliance politique ?) et non aux refus de principe, le laïcisme de gauche serait à la fois plus doctrinaire et plus opportuniste. Parallèlement, poser la question "être islamiste, qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ?" ne paraît pas superflu.

14 Arriération = incapacité mentale, extrémisme = niveau supérieur de l'arriération, une disposition mentale qui pousse à la radicalisation des croyances, terrorisme = une action violente issue de l'extrémisme, qui tend à imposer ses conceptions par la force. En d'autres termes, et selon un membre du RPU, il est illusoire de faire face au terrorisme qui ne constitue que la partie visible de l'iceberg, sans s'attaquer aux stades premiers. Muhammad Ridâ Muharram, al-Ahâlî, 26 mai 1993.

15 Voir à ce propos le débat organisé par le journal al-Ahrâm à propos de la violence. A ce débat participaient notamment le président du RPU de gauche, un conseiller du président, un dirigeant du PND, ainsi que le ministre de l'Intérieur. Leurs propos sur l'analyse des rapports entre modérés et extrémistes, sur "l'utilisation" de la religion à des fins politiques sont identiques. (al-Ahrâm, 17 janvier 1993). L'essentiel de la campagne du RPU contre les islamistes est assuré par son secrétaire général Rif'at al-Sa'îd, historien, qui dans sa colonne de l'hebdomadaire al-Ahâlî, relate l'histoire de l'appareil secret des Frères, preuve irréfutable selon lui de la violence comme dimension structurelle et structurante de tout mouvement islamique. Il oublie que dans les années 40-50, il en était de même pour une bonne part des mouvements socio-politiques. A suivre également, le débat entre al-Sha‘b et al-Ahâlî à propos des "intentions secrètes" des islamistes quant à la démocratie et au pluralisme. La riposte de ‘Adil Husayn ; si les marxistes léninistes, ex-staliniens ont réussi leur conversion au pluralisme et ont abandonné la dictature du prolétariat, pourquoi est-ce que nous, islamistes, n'en serions pas capables ?

16 Médiation troublante à plus d'un titre ; non seulement à cause de la posture des "modérés" qui en prennent l'initiative, (voir Roussillon A. "Changer la société par le Jihâd", dans ce même volume), mais en raison du fait que les revendications des "radicaux violents", au moins telles que présentées par les médiateurs, ne sont en rien différentes de celles des modérés. Voir à titre d'exemple "Revendications des terroristes rapportées par un membre anonyme du comité de médiation" : application de la sharî‘a, réintégration par les islamistes de leurs mosquées sans que l'État fasse obstruction, moralisation des programmes de télévision et augmentation des émissions religieuses, solutions pratiques aux problèmes de chômage, de l'augmentation du coût de la vie, de la crise du logement, renforcement de l'enseignement religieux dans les cursus d'enseignement. Al-Ahrâm, 24 avril 1993. La question n'est pas tant de savoir s'il s'agit des revendications des "terroristes" emprisonnés ou de celles du médiateur anonyme modéré. Ce qui est certain, c'est qu'une bonne part de ces revendications — du moins celles à connotation religieuse et morale — revient régulièrement dans le discours des ulémas faisant partie de l'establishment. Voir l'interview du cheikh Sha‘râwî, Sabâh al-Khayr, juin 1993. Plus troublant encore est le fait que telles qu'elles sont présentées, ces "revendications" semblent sans commune mesure avec les bains de sang qu'elles occasionnent. Il est vrai qu'il est illusoire de vouloir rechercher l'explication des conduites violentes — qu'il s'agisse de celles des militants islamistes ou de celles de l'État— dans les finalités qu'elles se donnent. La "rationalité" de la violence est un autre débat.

17 Al-Ahâlî, 22 septembre 1993.

18 Étrange conception de la société civile qui fait dire au secrétaire général du RPU que "les masses ont prouvé qu'elles étaient prêtes à participer activement à la lutte contre le terrorisme". Quand les Egyptiens lapident un terroriste à mort, cela constitue l'expression populaire d'un refus collectif ; quand ils emportent un terroriste blessé en scandant "il n'y a d'autre Dieu que Dieu, les terroristes sont les ennemis de Dieu". Quand ils rendent justice avant de remettre le terroriste à la police, il y a là l'expression de la volonté ancestrale et enracinée dans l'histoire, d'une société civile qui veut se maintenir en tant que telle (al-Ahâlî, 22 septembre 1993). De là à préconiser une "solution civile à l'algérienne" il n'y a qu'un pas.

19 Ibid.

20 Il est vrai par ailleurs que cette dernière question n'a jamais constitué une vraie priorité pour les partis politiques égyptiens. Mais elle se pose en d'autres termes dès lors que ceux-ci inscrivent la question du changement politique et du pouvoir sur leur ordre du jour. C'est exclusivement le cas de la mouvance islamique, l'ensemble des autres forces politiques se cantonnant à une fonction que ni leurs effectifs ni leur audience ne leur permettent d'ailleurs d'assurer pleinement.

21 Al-Ahrâm, 4 avril 1993.

22 Adil H., al-Sha‘b, mars 1993.

23 Adil H., al-Sha‘b, 19 mars 1993.

24 Roussillon A., "Islam, islamisme et démocratie", Peuples méditerranéens, 1988.

25 Muhammad H. H., Rûz al-Yûsuf, 22 février 1993.

26 Quant au laïcisme des nassériens, la laïcité a depuis l'émergence de ce courant constitué une des principales lignes de divergence idéologique, tout comme la lecture a posteriori de "l'identité islamique" de l'État nassérien.

27 Même les satisfecit finissent par avoir des effets.

28 Al-Ahâlî, 20 octobre 1993.

29 Voir à ce propos les interviews accordées à la presse à partir de la prison par Mahmûd Nûr al-Dîn, principal inculpé, et ses contacts quotidiens en prison avec les militants du Jihâd, pour lesquels il fait office d'imâm lors des prières. Quelques heures avant leur exécution, c'est à M. Nûr al-Dîn, ancien agent des services de renseignements de l'État nassérien, que les militants islamistes laissent leur dernier message, al-‘Arabî, 9 août 1993.

30 Autant de nassériens que d'éléments de la gauche marxiste critiquent ce qu'ils considèrent comme une "dérive islamique" qui constitue pour eux une négation des principes du nassérisme, mais plus encore de son histoire dont un des éléments principaux serait les multiples "complots" des Frères, soutenus par l'Arabie Saoudite, contre le régime nassérien. (Rûz al-Yûsuf, notamment les articles de A. Imam et I. Issa). Critiques également de R. al-Sa-Îd président du RPU de gauche : "Doit-on rappeler aux nassériens que Nasser a défini la révolution comme une action populaire et progressiste et non comme action de groupuscules terroristes ? Ceux pour lesquels vous manifestez vos sympathies, peuvent-ils être définis dans ces termes et porteurs du changement ?"

31 Husam A., al-Ahâlî, 26 juillet 1993.

32 Al-Ahâlî, août 1993. Il est vrai que F. Fawda, ardent défenseur de la normalisation des rapports avec Israël et de l'ouverture économique et lui même homme d'affaires, avait tout pour être défini comme adversaire du courant nassérien.

33 Al-Tawil M., Qayf usnat al-qarâr fî Misr ? (La prise de décision en Égypte), Le Caire, 1992.

34 Art. 189 : II appartient au président de la République et à l'Assemblée du Peuple de demander l'amendement d'un ou plusieurs articles de la Constitution. La demande d'amendement doit indiquer les articles dont la modification est demandée et les motifs justificatifs de l'amendement. Si la demande émane de l'Assemblée du Peuple, elle doit être signée par le tiers au moins de ses membres.
Dans tous les cas, l'Assemblée discute du principe de l'amendement et prend une décision à son sujet à la majorité de ses membres. Si elle rejette l'amendement, il n'est pas permis de demander de nouveau la modification des mêmes articles avant l'expiration d'une année à partir de la date du rejet.
Au cas où l'Assemblée du Peuple approuve le principe de l'amendement, elle engage, deux mois après la date de l'approbation, la discussion des articles dont la modification est demandée. Si les deux-tiers des membres de l'Assemblée approuvent l'amendement, celui-ci sera soumis au référendum du peuple. Si le peuple l'approuve, l'amendement entrera en vigueur à partir de la proclamation du résultat du référendum.

35 Art. 76 : L'Assemblée du Peuple pose la candidature du président de la République et la soumet au référendum des citoyens. La candidature pour les fonctions du président de la République est posée à l'Assemblée du Peuple sur la proposition du tiers au moins de ses membres. Le candidat qui aura obtenu les deux tiers des voix des membres de l'Assemblée du Peuple sera proposé au référendum des citoyens. S'il n'obtient pas cette majorité, il sera procédé à une nouvelle mise aux voix dans les deux jours suivant le premier scrutin. Le candidat qui aura alors obtenu la majorité absolue des voix des membres de l'Assemblée sera proposé au référendum. Le candidat est considéré désigné président de la République dès qu'il obtient la majorité absolue des voix au cours du référendum. S'il n'obtient pas cette majorité, l'Assemblée pose la candidature d'un autre. La même procédure est suivie en ce qui concerne sa candidature et son élection.
Art. 77 : Le mandat de la présidence de la République est de six ans, calculés selon le calendrier grégorien à partir de la date de la proclamation du résultat du référendum. Le président de la République peut être réélu pour de nouveaux mandats.

36 Al-Musawwar, 29 septembre 1993.

37 Al-Musawwar, juillet 1993.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Al-Ahâli, 29 septembre 1993.

41 Il y aurait là à réfléchir sur le "style politique" qui caractérise ses prises de position : non seulement l'énonciation mais aussi le fait qu'en vertu de ce style et en dépit de leurs réserves, les présidents des partis d'opposition seront reçus individuellement l'avant-veille du référendum par le président de la République. A la sortie, leurs déclarations à la presse sont pour le moins chaleureuses et en contradiction totale avec ce qu'annoncent le même jour, les organes de leurs partis.

42 Al-Ahrâm, 3 octobre 1993.

Auteur

CEDEJ

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable