Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Phénoménologie et pratiques de la violence

La violence politique en Jamahiriyya Arabe Libyenne

Muhammad Safi Al-Din

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Pour la définition du concept de violence politique, voir Hasanayn Tawfîq Ibrahim, Le phénomène de (...)

1Dans la première partie de cet exposé, nous traiterons les causes et les facteurs de la violence politique en Libye et nous consacrerons la deuxième partie à l'étude des formes de violence politique dans ce pays. Nous conclurons sur un résumé des effets de ce type de violence sur la stabilité politique et la cohésion nationale. Par ailleurs, nous prendrons comme définition de la violence politique celle qui lie l'utilisation (ou la menace d'utilisation) de la force par le gouvernement ou les citoyens à l'obtention d'objectifs politiques1.

Les causes de la violence politique

  • 2 Political Violence in the World 1967-1987, The Lebanese Center for Documentation and Research, Leba (...)

2Déterminer avec précision les causes de la violence politique dans le Tiers-Monde n'est pas chose aisée. L'indépendance relativement récente de ces pays, le cadre socio-économique marqué par les disparités ethniques, tribales et religieuses, ainsi que la fragilité du pouvoir, tels sont les principaux facteurs par lesquels on explique le plus souvent l'instabilité politique des pays du Tiers-Monde. La médiocrité des institutions étatiques, encore trop étroitement liées aux individus, et le patriarcalisme qui y dominent, favorisent les violentes perturbations du système2.

3Quatre types de facteurs semblent déterminer la violence politique : socio-culturels, économiques, politiques et externes.

Les facteurs socio-culturels

4Sur le plan ethnique et religieux, la Libye est homogène. La population est à 98 % arabe ; quelques 100 000 Berbères vivent au sud de Tripoli ; des groupes Touareg occupent le sud-ouest et l'on dénombre près de 80 000 Africains. La population est, par ailleurs, musulmane à 99 %, fidèle au malékisme dans son entièreté.

  • 3 Salih A. et Tim F., Les régimes politiques arabes contemporains, Publications de l'Université Qâryû (...)

5Les relations sociales au sein de la société libyenne, particulièrement en milieu rural, sont fondées sur les rapports qu'entretiennent les tribus, celles-ci étant propriétaires des moyens de production de base que sont la terre et l'eau. Les autres catégories sociales, celles qui exercent des activités autres que l'agriculture (commerce et services) sont peu nombreuses et les relations sociales qui y dominent sont de type familial quasi féodal3.

6Malgré le développement de l'urbanisme, de l'enseignement et des médias, l'appartenance tribale continue d'occuper une place primordiale, et le régime actuel semble savoir jouer sur ce facteur dans sa répartition des postes clés, tout en assurant la sécurité de ses plus éminentes personnalités (Kadhafi et sa tribu, Galloud et sa tribu des Mahâriqa). Le facteur tribal joue également au niveau de l'opposition, certaines tribus estimant que la révolution a profité aux Qaddâfa et aux Mahâriqa plus qu'aux autres.

  • 4 Al-Mustaqbal al-arabî, Centre d'études de l'unité arabe, Beyrouth, n° 164, septembre 1992,
  • 5 Ibid., pp. 183-184.

7La Libye est un pays relativement peu peuplé : 1 million d'habitants au moment de l'indépendance, dont 45 % de bédouins ; 1,3 millions en 1960 ; 3 millions en 1980 ; 4,5 millions en 1990. La pyramide des âges se caractérise par la jeunesse, le taux des jeunes de moins de 15 ans étant passé de 42 % de la population en 1960 à 47 % en 19804. On constate une augmentation de la population urbaine qui, en 1960, représentait 23 % de la population et est passée à 52,5 % en 1980 et à 70 % en 1990. Par rapport à la croissance démographique globale qui est de 4,5 %, la croissance urbaine atteint 8,1 %, soit le double5. Par ailleurs, la Libye accueille un nombre important de travailleurs arabes et étrangers. En 1985, ces travailleurs immigrés représentaient environ 13 % de la population.

  • 6 Ibid., pp. 171-172.

8Sur le plan de l'enseignement, alors que le taux d'instruction n'était, au moment de l'indépendance, que de 10 % de la population, ce taux est passé à 22 % en 1960, puis à 50 % en 1980. Ajoutons à cela l'augmentation du taux d'inscription dans les écoles primaires (de 59 % en 1960 à 123 % en 1980), dans le secondaire (de 9 % à 67 %) et au niveau universitaire (de 1 % à 6 % entre 1960 et 1980). Parallèlement, le taux de scolarisation des filles dans le cycle primaire est passé de 24 à 119 % et dans le cycle secondaire de 2 à 54 %. Les dépenses dans le secteur de l'enseignement, en pourcentage du PNB, sont, quant à elles, passées de 2,8 % à 10,1 % entre 1960 et 1989. A cette date, la part de l'éducation dans le budget de l'Etat atteignait 20,8 %6.

9Tous ces indices montrent que la société libyenne vit un processus de changement social rapide, qui n'est pas sans effet sur la demande de participation à la vie politique.

Les facteurs économiques

  • 7 Salih A. et TIM F., op. cit., p. 377.

10Avant la découverte du pétrole, l'économie libyenne était essentiellement fondée sur l'agriculture. En 1960, 53 % de la main-d'œuvre travaillaient dans ce secteur, contre 17 % dans l'industrie et 30 % dans le secteur des services. En 1980, le taux des travailleurs agricoles est tombé à 19 % alors que le taux des travailleurs du secteur industriel atteignait 28 % et que celui du secteur des services s'élevait à 53 %. Parallèlement, la part de l'agriculture dans le PIB est tombée de 30 % en 1960 à 2 % en 1980, tandis que celle de l'industrie passait à 71 % et celle des services à 27 %. La part de l'industrie de transformation se limitait à 3 %, ce qui signifie bien évidemment que ce saut est dû à la découverte du pétrole et à son exportation dès 1961. Les revenus pétroliers sont passés de 3 millions de dollars en 1961 à 1,351 milliard de dollars en 1970, à 5,999 milliards de dollars en 1974 et à 22,527 milliards de dollars en 1980, date à laquelle les exportations pétrolières représentaient 100 % des exportations libyennes7.

11On ne dispose pas de chiffres fiables sur la distribution du revenu. Cependant, l'opposition reproche au régime le manque d'équité et le gaspillage en projets de peu d'intérêt et en soutien à des mouvements d'opposition à des régimes étrangers, gaspillage dont l'effet se fait ressentir sur le niveau de vie des citoyens. On cite à ce propos, le projet du grand fleuve artificiel dont les trois phases avaient coûté, au début des années 80, 38 milliards de dollars et qui n'a pas donné les résultats escomptés. Le gouvernement libyen a même reconnu avoir contracté des dettes de plusieurs millions de dollars envers les sociétés chargées de l'exécution des travaux, qui sont à l'origine de la suspension des deux tiers du travail et du départ de milliers de travailleurs étrangers.

12S'ajoute à cela le projet de la « Maison mondiale », présidé par Kadhafi lui-même au titre de « Révolutionnaire des nations » et « Commandant de la révolution mondiale ». Le plus coûteux de tous les projets politiques du régime, il comporte plusieurs bâtiments répartis dans les principales villes libyennes, et son budget équivaut à lui seul à celui de certains Etats. Les activités de cette « Maison mondiale » sont gérées par le centre de recherches du « Livre vert », qui regroupe environ 4 000 employés à l'intérieur du pays, sans compter ses représentants partout dans le monde qui viennent participer au Congrès annuel, et dont le nombre, en 1987, s'élevait à 6 000. Ces activités sont financées sur un budget spécial en devises.

  • 8 Al-Wasat, 26 juillet 1993.

13Les investissements libyens à l'étranger, dont les actifs déclarés dépassent la somme de 20 milliards de dollars, sont répartis sur 24 pays et comprennent des industries, des stations de raffinage du pétrole aussi bien que des projets touristiques. Essentiellement centrés en Europe, et plus particulièrement en Italie, en Allemagne et en Suisse, les investissements libyens à l'étranger sont dirigés par une commission populaire dont les membres sont élus par les Congrès, conformément aux directives et aux orientations très précises du Commandement suprême8.

14En dépit de l'amélioration des conditions de vie du citoyen libyen depuis 1969, les leaders de l'opposition soutiennent que, sans les aventures dans lesquelles le régime s'est lancé à l'étranger et sans ses projets chimériques, le peuple libyen aurait joui de conditions bien meilleures. Ces mêmes opposants se demandent comment les 230 milliards de dollars que représentent les revenus du pétrole depuis 1969 ont pu être dépensés ? Quel est le montant des sommes dépensées en armement et pourquoi ? A combien s'élèvent les dépenses du Livre vert et du soutien au terrorisme ? Enfin, comment expliquer que les salaires soient versés avec plusieurs mois de retard dans un pays dont les revenus sont tels ?

15Certains soutiennent que la rente pétrolière est dépensée dans la ville de Syrte par le chef de l’État et sa famille, et qu'elle alimente des comptes ouverts dans les banques étrangères au nom de Kadhafi, de ‘Abd al-Salâm Galloud, d'Ahmad Qaddâf al-Damm et des autres figures de proue du régime. Le gouverneur de la Banque centrale de Libye aurait dit à ce propos qu'il existe deux banques centrales dans le pays, qu'il est gouverneur de l'une d'entre elles, mais qu'il ne sait pas qui dirige la deuxième.

  • 9 St.-John R. B., "Socialist People 's Lybian Arab Jamahiriya", in G. E. Delury (ed.), World Encyclop (...)

16Après 1977, le régime libyen a sans aucun doute appliqué une politique radicale de distribution de logements et de contrôle des changes. Grâce à ces nouvelles politiques, l’État est parvenu, vers la fin de 1981, à contrôler les importations et les exportations ainsi que la répartition des fonctions. Ces mesures ont profondément affecté les classes riches de la population, ce qui les a poussées à passer dans les rangs de l'opposition politique. La petite bourgeoisie, qui s'était épanouie à partir de 1969, s'est trouvée particulièrement touchée par l'intérêt porté par le gouvernement révolutionnaire aux secteurs des services et de l'habitat ainsi qu'à tous les débouchés que ces secteurs offrent dans le commerce et l'industrie de consommation9.

Les facteurs politiques

  • 10 Sarhil A., Les régimes politiques et constitutionnels au Liban et dans les pays arabes, Dâr al-Bâhi (...)

17La première Constitution libyenne de 1951 — qui est restée en vigueur jusqu'en 1969—, dotait la Libye, sur le plan théorique, d'un système parlementaire assurant l'équilibre des pouvoirs et des institutions bien qu'attribuant au roi, en raison de son rôle historique, des compétences étendues. Sur le plan de la pratique cependant, l'expérience a prouvé que la démocratie se limitait à un cadre formel et que, dans les affaires intérieures, le roi s'en remettait à un petit groupe de bourgeois, ce qui permettait à la famille royale et aux proches du palais de monopoliser le pouvoir. La police, formée d'éléments fidèles au roi, originaires des tribus Barqâwî, historiquement liées au roi Idris, formait le principal pilier du régime et était deux fois plus importante, en effectifs et en force, que l'armée10.

18L'une des faiblesses les plus évidentes du régime monarchique d'après l'indépendance a été son refus de partis politiques représentant les groupes et tendances de la société. Cette situation a créé un vide politique intensifié par les slogans que brandissaient les pays voisins. Un autre signe de faiblesse provient des pratiques parlementaires corrompues lors des élections et des référendums. Le peuple a, par conséquent, perdu toute confiance dans un Parlement qui ne reflétait plus les aspirations et les besoins nationaux et ne remplissait plus ses fonctions. La structure tribale de la société a rendu cette expérience encore plus complexe, surtout pendant les dix années qui ont suivi l'indépendance. D'autre part, grâce à la marge de liberté qui lui était laissée, la presse indépendante de l’État pouvait continuer à paraître sans toutefois enfreindre certaines règles imposées par le régime. Les institutions syndicales libres jouaient leur rôle naturel et jouissaient d'une liberté d'action assez grande.

  • 11 Al-Buri A. M., "Les pratiques démocratiques : moyens et compétences dont dispose la société", al-Ha (...)

19Le Syndicat des ouvriers, l'un des plus importants, a été incorporé à l'Union générale des ouvriers avec d'autres syndicats professionnels. La seule formation qui a échappé à cette mesure a été l'Union générale des étudiants libyens, dont la lutte contre le pouvoir a marqué un tournant décisif dans l'histoire contemporaine de la Libye11.

20L'arrivée au pouvoir de l'Organisation des officiers unionistes libres, sous le commandement de Muammâr al-Kaddâfî, a substitué à la Constitution de 1951 la Déclaration constitutionnelle de décembre 1969, promulguée par le Conseil révolutionnaire, qui cumulait dans ses mains les deux pouvoirs législatif et exécutif, ce dernier devant exercer, au nom du peuple, le commandement suprême, la législation et l'élaboration de la politique générale.

  • 12 Sirhal A., op. cit., p. 400.

21A plusieurs reprises, il y eut des tentatives pour assurer une plus grande participation et une plus grande représentation du peuple sous la forme d'un conseil élu ; la plus importante de ces tentatives fut la création, en 1971, de l'Union socialiste arabe, institution politique unique, dissoute en 1973 après avoir tenu un seul et unique congrès au début de l'année 1972. C'est alors que Kadhafi a déclaré sa « Révolution populaire culturelle » fondée sur la suspension de toutes les lois en vigueur en Libye, l'épuration du pays de tous les adversaires de la révolution, la distribution des armes au peuple, la révolution administrative, l'application des préceptes du Prophète et la déclaration de la révolution culturelle dans les bibliothèques et les universités. Pour atteindre ces objectifs et organiser la révolution, il invita le peuple à « attaquer » et à prendre en main tous les échelons du pouvoir. C'est ainsi que furent créés des comités populaires dans tous les quartiers, dans les villages et dans les villes, et dans toutes les institutions et les administrations12.

  • 13 Ibid., pp. 406-407 ; A. Salih et F. Tîm, op. cit., p. 398.

22La Libye ne dispose pas d'une vraie Constitution dans le sens moderne du terme et il semble que la tendance qui, dans les premières années de la révolution appelait à en doter le pays est aujourd'hui dépassée. Les projets de constitutions, les assemblées parlementaires, les partis politiques, tout a été rejeté. Dans son Livre vert, Kadhafi a exposé sa conception de la démocratie, du pouvoir exercé par le peuple dans le cadre des congrès et des comités populaires. L'ensemble des congrès populaires de base, dirigés chacun par un comité élu par ses membres, constitue les congrès populaires régionaux. Par ailleurs, les comités populaires de base nomment des Comités populaires administratifs chargés de remplacer l'administration gouvernementale. Tous les leaders de ces congrès populaires de base, comités, syndicats et les unions se réunissent dans le cadre de l'organe suprême qu'est le Congrès populaire général, sorte de parlement. C'est ce congrès qui se charge de former le Comité populaire général, l'équivalent du Conseil des ministres13. S'ajoute à cela la création, en 1977, de ce que l'on appelle les comités révolutionnaires, chargés de préparer le peuple à la participation aux congrès populaires de base.

23Quoiqu'il ait réussi à faire participer à la vie politique des individus qui n'en avaient aucune expérience auparavant, rien ne prouve vraiment que le système des comités et des congrès ait pu résoudre le problème de la participation du peuple à la vie politique. Un auteur de l'opposition commente cette expérience en ces termes :

  • 14 Al-Maqni A., "Nouvelle structure administrative et question de l'union nationale en Libye", al-Hayâ (...)

En 1973, la révolution populaire a pris la forme de Congrès et de Comités. En 1977, le pouvoir populaire s'est doté de slogans pompeux. Dans les années 1980, Kadhafi, affaibli, a recouru à un autre subterfuge, celui de prétendre adopter des formes plus modernes de l’État en introduisant dans son vocabulaire politique de nouveaux termes inspirés par les concepts de droits de l'homme, de démocratie occidentale, d'ouverture économique, etc. Prétendant que les notions de liberté et de justice n'allaient pas de pair, Kadhafi a laissé tomber la justice pour la liberté. D'où, une administration de l'Etat qui regorge de libertés illusoires et ne fait aucune place à la justice. Tous les droits sont perdus et les critères de la censure occultés. La répression révolutionnaire est seul maître des lieux.14

  • 15 Al-Naku M., "La démocratie en Libye, un mirage. En sera-t-il toujours ainsi et faut-il perdre tout (...)

24Toujours dans la même optique, un autre auteur de l'opposition aborde la question de la crise économique, de sa gestion par l’État et de son impact sur la société. Pour l'auteur, « la Libye s'est engagée dans un tunnel obscur qui n'est que la conséquence inévitable de l'inexistence d'un seuil minimal de démocratie. »15

  • 16 Salih A. et Tim F., op. cit., pp. 403-404.

25Par contre, les défenseurs du régime estiment que les comités révolutionnaires ne sont pas une simple structure officielle des partisans du pouvoir, ni un organe du pouvoir, mais l'organisation par étapes d'une révolution populaire ouverte, un cadre politique et pratique des forces du Fâtih (la révolution de septembre). Selon les mêmes auteurs, ces Comités ont été créés parce que la situation économique, sociale et intellectuelle héritée des époques antérieures — qui a conduit à une structure verticale privant le citoyen de sa liberté et de ses droits — l'exigeait. Ces comités devaient donc servir d'outils provisoires incitant, orientant et préparant les citoyens à accéder au pouvoir et à l'exercer. Ils disparaîtront donc dès que le peuple sera capable d'assumer ses responsabilités16.

  • 17 Vandewalle D., "Qadhafi's Perestroïka : Economic and Political Liberalization in Lybia", The Middle (...)

26Les comités révolutionnaires constituent donc l'un des principaux axes du système de justice révolutionnaire. Contrairement à ce qu'affirme le Livre vert, ils n'étaient pas prévus à l'origine, mais ont été créés en 1977. Depuis, ils se sont chargés de fixer l'ordre du jour de la réunion des congrès locaux et sont devenus l'unique institution autorisée à exercer des activités révolutionnaires. En 1980, les membres de ces comités ont été intégrés à ce que l'on a appelé à l'époque les Tribunaux révolutionnaires. Dans les années qui suivirent, les avocats furent interdits d'exercer leur profession à titre privé. Cette évolution a eu pour effet d'affaiblir le pouvoir des tribunaux et de marquer le début d'une période de sept années dominées par un système juridictionnel révolutionnaire de plus en plus puissant qui a contribué à créer une tension toujours plus forte17.

27En raison de leurs pratiques illégitimes, et notamment de l'établissement de listes de citoyens interdits de quitter le territoire, de détenus et de condamnés à mort à l'issue de procès purement formels, les comités révolutionnaires sont certainement responsables de la mise à mal de la légitimité du régime, de l'élargissement des rangs de l'opposition et, par conséquent, de l'augmentation de la violence officielle et de la contre-violence.

Les facteurs externes

28La Libye s'est engagée dans de nombreux projets d'unité avec les États voisins (Charte de Tripoli de 1969 avec l’Égypte et le Soudan ; Union des Républiques arabes de 1971 avec l’Égypte et la Syrie ; fédération avec l’Égypte en 1972 ; sans compter les projets d'union avec la Tunisie, le Maroc et la Syrie). L'échec de tous ces projets, conclus à la hâte sur des bases uniquement affectives, a suscité beaucoup de tensions (débouchant, parfois sur des accrochages armés, comme avec l’Égypte, par exemple, en 1978). Par ailleurs, le conflit tchado-libyen, qui portait sur la bande frontalière d'Aouzou, a permis à des puissances hostiles au régime libyen, notamment les États-Unis et la France, de s'ingérer et de soutenir le Tchad.

29Les relations entre la Libye et les Puissances occidentales se sont en effet détériorées depuis le départ des troupes américaines (base Hawls à Tripoli) et britanniques (base al-‘Adm à Tobrouk). La Libye a toujours été accusée par les grandes puissances occidentales d'apporter son soutien à des opérations dites terroristes. Le conflit américano-libyen a atteint son apogée lors du raid américain sur Tripoli et Benghazi en février 1986. Profitant de l'implication de la Libye dans l'attentat contre un dancing de Berlin Ouest fréquenté par les soldats américains, les États-Unis lui ont également attribué la responsabilité de l'explosion de deux avions civils, l'un américain et l'autre français, en 1988 et 1989. Depuis le mois d'avril 1992, par décision du Conseil de Sécurité des Nations Unies, à la demande des membres permanents occidentaux (Etats-Unis, Grande-Bretagne et France), la Libye est soumise à des sanctions reconduites tous les quatre mois.

30Par ailleurs, les pays occidentaux, et surtout les États-Unis, offrent leur appui à l'Armée nationale libyenne, branche militaire du Front national de libération d'opposition. A la suite de la normalisation des relations tchado-libyennes, cette armée a transféré ses camps militaires dans le sud des États-Unis.

Les formes de violence politique

  • 18 Ibrahim H. T., op. cit., pp. 48-49. Cf. également la contribution de cet auteur dans ce volume ("La (...)

31En distinguant les forces susceptibles d'utiliser la violence à des fins politiques et les forces contre lesquelles elle s'exerce, l'on peut dégager quatre formes de violence politique : la violence officielle ou étatique ; la violence populaire ou non officielle ; la violence issue de conflits internes à l'élite dirigeante ; la violence émanant de certains segments de la société et poussant l’État à intervenir pour régler le conflit ou pour soutenir l'une des parties18.

32En Libye, la violence relève essentiellement des première et troisième formes de violence. Cet ordre d'importance témoigne de la dureté du régime à l'égard des opposants (du moins jusqu'en 1987), et de l'importance majeure de la violence officielle en Libye. Ajoutons à cela que les dissensions qui n'ont pas tardé à surgir entre les dirigeants des Officiers libres, d'une part, et leurs partisans civils, d'autre part, et ont ensuite opposé entre eux les Officiers libres, ont contribué au déclenchement de violents conflits et à la création de mouvements d'opposition dirigés par d'anciens membres du Conseil de commandement de la Révolution ou du gouvernement. Par ailleurs, il n'existe pas d'institutions populaires suffisamment importantes ni d'organisations ouvrières ou professionnelles assez fortes pour pouvoir recourir à la violence dans leur opposition au régime. Cette forme de violence était plus évidente sous le régime monarchique, lors des manifestations estudiantines, par exemple, auxquelles le régime a réagi violemment. Quant aux violences internes à la société, elles sont essentiellement le résultat de rivalités entre les tribus pour l'accès au « butin » politique que leur offre le régime. Ces rivalités peuvent évoluer en conflits armés nécessitant l'intervention du pouvoir, soit pour mettre un terme au conflit, soit pour prendre le parti d'un des groupes.

La violence officielle

33Selon un opposant,

  • 19 Al-Hamid Al-Bakush A., "Evolution des règles constitutionnelles et juridiques en Libye", al-Hayât, (...)

le pays a vécu une période de vraie démocratie où la Constitution et la loi régnaient, où les citoyens jouissaient d'une liberté sans restrictions sensibles, et où ont été promulguées par l'Assemblée nationale des lois et des législations conformes aux règles juridiques les plus modernes. Le pays ne connaissait alors les détentions politiques que dans des limites très étroites et dans des cas apparentés aux crimes politiques ; les Libyens n'entendaient jamais parler de tortures dans les prisons ou dans les postes de police et, à l'exception d'un membre de la famille royale et du neveu de la reine, pas un Libyen n'a été exécuté durant les premières années suivant l'indépendance19.

34Pour un autre opposant,

  • 20 Bin Halim M., "Pages tournées dans l'histoire politique de la Libye", al-Hayât, 14 janvier 1993.

de toute manière, et quelles qu'aient été les tendances politiques du roi, quelle qu'ait été sa conception du régime démocratique, il a eu le mérite d'avoir très sérieusement veillé à ce que la justice règne en Libye et que nul n'y soit injustement traité. Les droits de l'homme y étaient respectés et les libertés assurées ; c'est une règle qui n'a jamais été transgressée ; personne n'a jamais été détenu sans raison valable, sans motif juridique ou sans l'autorisation du pouvoir judiciaire compétent ; il n'a jamais été fait usage de la torture physique ou morale. Tout accusé bénéficiait pleinement de ses droits à la défense ; les tribunaux d'exception, les tribunaux de la sûreté de l’État, les tribunaux révolutionnaires constitués par la populace et la canaille n'existaient pas ; c'était le règne de l’État de droit ; la Constitution était le seul juge entre les pouvoirs ; s'il y a eu quelques abus, ce n'était jamais que des cas particuliers, des exceptions à la règle qui ne pouvaient en aucune sorte caractériser le régime ou refléter ses tendances. L'époque royale s'est distinguée par les multiples libertés dont jouissaient les citoyens, par un climat de justice, de progrès et de stabilité. Les détentions politiques n'eurent lieu que dans les premiers mois de l'indépendance, dans les limites les plus étroites, et sans que n'y soient appliquées les mesures d'oppression, de répression et de tyrannie.20

  • 21 Mahmud H., "La dissimulation de la vérité est un obstacle à l'éclaircissement de l'arrière-plan des (...)
  • 22 Ibid.
  • 23 Mijbar S., "Réponse d'un ambassadeur libyen", al-Hayât, 19 décembre 1991.

35Les détracteurs de la monarchie ont toutefois un point de vue différent. Ils estiment que c'est la baisse du niveau de la violence non officielle qui est à la base de ce phénomène. Selon eux, lors de la grande révolte estudiantine de janvier 1964, le gouvernement a utilisé la violence en faisant intervenir les forces de sécurité, causant ainsi la mort de huit étudiants. Un commission d'enquête, constituée par le gouvernement, s'est alors rendu à Benghazi pour évaluer les incidents sanglants qui s'y étaient déroulés. Dans le rapport soumis au Conseil des ministres, le comité produisit les preuves confirmant l'implication de certains officiers de police. Le gouvernement décida leur suspension et leur comparution en justice, et réclama la destitution de Mahmûd Bûqitîn, commandant de la force d'intervention et de défense de Barqa et directeur de la police fédérale. Après que le roi s'est opposé à ces mesures, le Cabinet démissionna et des manifestations de soutien au gouvernement éclatèrent dans les rues de Tripoli21. Il demeure toutefois qu'aucune enquête ne fut menée, suite à l'inculpation de Bûqitîn, et tous les officiers soupçonnés ressortirent indemnes, l'affaire étant suspendue après que la famille de l'un d'entre eux, Husayn al-Dursî, a réussi à libérer par la force tous les accusés22. Un autre auteur parle des persécutions que les dirigeants et adhérents du Parti du Congrès national et de l'Association Umar al-Mukhtâr — qui regroupent plus de 90 % des Libyens — ont eu à subir, de la torture infligée aux membres du mouvement nationaliste arabe et du Ba'th, qui luttaient pour mettre fin à un régime rétrograde et à la domination étrangère23.

  • 24 Slrhal A., op. cit., p. 398.

36Rapidement après la révolution, les officiers libres et leurs alliés civils entrèrent en conflit. Trois mois plus tard, il y eut une première tentative de coup d’État, menée par le ministre de la Défense avec la complicité du premier ministre, al-Madanî Mahmûd al-Maghrabî. Un autre coup d'Etat avorté eut lieu en juillet 1970, dont l'objectif était de restaurer la monarchie24.

  • 25 Al-Wasat, 26 juillet 1993.

37Une des tentatives de coup d'Etat les plus importantes eut lieu en 1975. Des membres du Conseil de la révolution y prirent part, réagissant ainsi à l'assassinat, camouflé en accident de voiture, d'un des leurs, le capitaine Muhammad al-Maqrîf, en 1972, qui aurait lui-même planifié le renversement de Kadhafi. Les commandants Bashîr Huwaydî et ‘Awad Hamza, tous deux membres du Conseil de la révolution depuis 1975, furent internés, alors que le capitaine ‘Umar al-Mahâshî réussit à s'enfuir en Égypte d'abord, au Maroc ensuite, pour être finalement livré, en 1983, au régime libyen et être probablement exécuté25.

  • 26 Vandewalle D., op. cit., p. 220.

38La constitution des Comités révolutionnaires, en 1977, a marqué un tournant dans la répression des opposants résidant à l'étranger. Au début des années 1980, une campagne fut lancée dans le but de liquider tous les « chiens perdus », comme les a appelés Kadhafi dans l'un de ses discours. Les Libyens furent soumis à un contrôle de plus en plus strict ; les sentences les plus sévères furent prononcées à l'encontre de ceux qui s'opposaient aux activités politiques dominantes. En fait, c'est la répression, et non l'allégeance à Kadhafi ou son « charisme », qui devint l'élément caractéristique du régime. C'est à ce moment que remonte la constitution de la plupart des groupes d'opposition exilés26.

  • 27 Vandewalle D., op. cit., pp. 221-223 et Sa‘d Majbâr, al-Hayât, 19 décembre 1991.

39Durant la première moitié des années 80, le régime s'attaqua davantage au mouvement islamique en plein développement. En fait, dès 1973, il y avait eu, de manière périodique, des campagnes de répression des activistes islamistes. Certains d'entre eux, comme le mufti Ahmad Tâhir al-Zâwî, étaient des leaders indépendants qui avaient contesté les thèses de Kadhafi concernant l'islam et la place à accorder à la Sunna et à la tradition musulmane. D'autres cependant étaient membres de groupes radicaux plus actifs sur le plan politique et constituaient donc une menace plus sérieuse pour le régime. Plusieurs membres de ces jamâ‘ât furent condamnés à mort par des Tribunaux révolutionnaires formés de membres des comités révolutionnaires. Procès et condamnations se poursuivirent entre 1980 et 1987. Certains d'entre eux se déroulaient dans la rue et ne duraient pas plus de quelques minutes à l'issue de quoi la peine de mort était prononcée publiquement et acclamée par la foule réunie autour des poteaux d'exécution. Six civils accusés d'appartenir au Jihâd islamique et trois officiers de l'opposition furent exécutés en février 1987. En mars 1987, Kadhafi annonçait de nouvelles mesures — considérées par certains comme une « restructuration » libyenne —, comme la libération de centaines de détenus politiques, la destruction de la prison centrale de Tripoli, l'annulation des listes de citoyens interdits de quitter le territoire, l'incitation faite aux Libyens de l'étranger à regagner le pays en toute sécurité et l'émission de passeports à tous les Libyens le souhaitant27.

  • 28 Amnesty International, Libye : détention de personnes probablement à cause de leurs opinions, août (...)

40La violence « officielle » n'a toutefois pas complètement disparu. Un rapport d'Amnesty International daté d'août 1989 dit avoir reçu des renseignements relatifs à l'internement de quarante personnes, sans qu'elles n'aient comparu en justice et peut-être même sans qu'elles n'aient fait l'objet d'accusations précises. Ces personnes auraient été arrêtées entre janvier et mai 1989, leur lieu de détention demeurant inconnu. Beaucoup d'autres — des centaines peut-être — auraient subi le même sort durant cette période, à la suite de manifestations ou d'affrontements entre des groupes de l'opposition et les membres des forces de sécurité et des comités révolutionnaires28.

La violence non officielle

  • 29 Ibrâhîm H. T., op. cit., pp. 123-177.

41Il y aurait eu 37 incidents de violence « non officielle » entre 1971 et 1985 : manifestations limitées (8), troubles et rébellions (7), tentatives de coups d’État (7), attentats contre le chef de l’État (11). La Libye se situerait ainsi en sixième position parmi les pays arabes sur le plan de la violence non officielle29.

  • 30 Il s'agit de Abd al-Salam Galloud, Abu Bakr Yûnis Jâbir, Mutafî Al-Kharrûbî et al-Khuwaldî al-Hâmid (...)
  • 31 Ainsi, Mahmûd al-Maghrabî (premier chef de cabinet de l'époque républicaine), Mansûr al-Kikhyâ (anc (...)
  • 32 Ibid.

42La violence de l'élite occupe une place importante en Libye, du fait des divergences de vues des leaders du régime. Sur les douze personnes composant, en 1975, le Conseil de la révolution, seuls quatre (en dehors de Kadhafi) sont toujours au pouvoir30. Plusieurs anciens responsables — civils et militaires — ont mené une opposition active contre le régime31. Les anciens membres du Conseil de commandement de la révolution affirment être en désaccord avec Kadhafi sur la nature militaire du régime et sur son monopole du pouvoir32. Le Front national de libération de la Libye de Muhammad Yûsuf al-Maqrîf, fondé en 1981, compte parmi les groupes les plus violents de l'opposition en raison de l'importance du soutien financier et militaire qu'il reçoit, tant des pays arabes que de l'Occident. En 1981, il y eut quatre tentatives de coups d’État visant à renverser Kadhafi, dont l'une visait l'avion qui le transportait en URSS.

  • 33 Al-Hayât, 9 février et 27 mars 1993.

43En dépit du fait que le front de l'opposition regroupe aussi bien d'anciens responsables, ministres, officiers et diplomates, que des hommes d'affaires, des chefs de tribus, des avocats, des journalistes, des professeurs et des étudiants, ses premières activités ont surtout été marquées par leur côté militaire, jusqu'en 1984, date à laquelle un des membres du front, Ahmad Ahwâs, mena l'opération de Bâb al-Azîziyya. L'opération échoua et presque tous ceux qui y participèrent furent exterminés. Des centaines de personnes furent arrêtées et détenues, et des dizaines de militaires furent limogés. Des officiers et des soldats rejoignirent, sous la direction du colonel Khalîfa Haftar, l'un des officiers libres et le commandant des forces libyennes au Tchad, le Front et fondèrent l'Armée nationale libyenne, sa branche militaire. D'abord basée au Tchad de 1987 à 1990, cette armée est, depuis le changement de régime dans ce pays, installée au sud des États-Unis où elle poursuit l'entraînement de ses troupes en vue de « changer le régime et de le remplacer par un autre démocratique non fondé sur l'ethnie ou le rang social »33.

  • 34 Mahmud H., op. cit.
  • 35 Vandewalle D., op. cit., p. 223.
  • 36 Amnesty International, op. cit.

44La violence « populaire » est, pour sa part, restée limitée en Libye. Ce pays n'a en effet pas connu de manifestation générale durant toute la période 1971-1985, et on ne recense que huit manifestations limitées et une seule grève générale. Ce sont les étudiants qui se sont montrés les plus actifs. C'était déjà le cas sous la monarchie (manifestations de 1964, 1967 et 1968)34. Mais, alors qu'à l'époque l'opposition estudiantine adhérait aux mouvements nationalistes arabes, sous la république elle s'est jointe aux mouvements islamistes (Hizb al-Tahrîr al-islâmî, al-Takfîr wa al-hijra, al-Tablîgh, al-Jihâd al-islâmî, Munazzama al-Jihâd al-islâmî). Durant les années 1980, ces jamâ‘ât commirent plusieurs attentats, dont le plus important fut l'assassinat, en août 1986, d'Ahmad al-Warfalî, l'un des dirigeants des Comités révolutionnaires. A la suite de cet incident, six membres de l'organisation du Jihâd islâmî et trois militaires furent exécutés en février 198735. Amnesty International a également fait mention de manifestations organisées par les étudiants islamistes de l'université Fâtih de Tripoli, en janvier 1989, et d'incidents ayant opposé des membres des comités révolutionnaires et des étudiants, en avril, à l'université Qâryûnis, à Benghazi36.

  • 37 Davis J., "Qaddhafi's Theory and Practice of Non-Representative Government", Government and Opposit (...)

45Si l'on se porte au niveau de la violence de type sociétal, et en dépit du développement qu'a connu la société libyenne, il faut bien constater que les relations tribales continuent à jouer un rôle primordial et sont génératrices de conflits. Ainsi, c'est l'appartenance tribale qui détermine la liste des candidats aux mandats des comités révolutionnaires. L'exemple d'élections à Agdabiyya, que nous rapporte John Davis, est pour le moins révélateur37.

Notes

1 Pour la définition du concept de violence politique, voir Hasanayn Tawfîq Ibrahim, Le phénomène de la violence politique dans les régimes arabes, Centre d'études de l'unité arabe, Beyrouth, 1992, pp. 48-49.

2 Political Violence in the World 1967-1987, The Lebanese Center for Documentation and Research, Lebanon, 1988, p. 9.

3 Salih A. et Tim F., Les régimes politiques arabes contemporains, Publications de l'Université Qâryûnis, Benghazi, t. 2, 1988, p. 357.

4 Al-Mustaqbal al-arabî, Centre d'études de l'unité arabe, Beyrouth, n° 164, septembre 1992,

pp. 185-186.

5 Ibid., pp. 183-184.

6 Ibid., pp. 171-172.

7 Salih A. et TIM F., op. cit., p. 377.

8 Al-Wasat, 26 juillet 1993.

9 St.-John R. B., "Socialist People 's Lybian Arab Jamahiriya", in G. E. Delury (ed.), World Encyclopedia of Political Systems & Parties, Facts on File Publications, New York, 2d ed., 1987, p. 693.

10 Sarhil A., Les régimes politiques et constitutionnels au Liban et dans les pays arabes, Dâr al-Bâhith, Beyrouth, 1980, p. 396.

11 Al-Buri A. M., "Les pratiques démocratiques : moyens et compétences dont dispose la société", al-Hayât, 4 mai 1992.

12 Sirhal A., op. cit., p. 400.

13 Ibid., pp. 406-407 ; A. Salih et F. Tîm, op. cit., p. 398.

14 Al-Maqni A., "Nouvelle structure administrative et question de l'union nationale en Libye", al-Hayât. 19 janvier 1993.

15 Al-Naku M., "La démocratie en Libye, un mirage. En sera-t-il toujours ainsi et faut-il perdre tout espoir", al-Hayât, 15 août 1993.

16 Salih A. et Tim F., op. cit., pp. 403-404.

17 Vandewalle D., "Qadhafi's Perestroïka : Economic and Political Liberalization in Lybia", The Middle East Journal, 45/2, Spring 1991, pp. 222-223.

18 Ibrahim H. T., op. cit., pp. 48-49. Cf. également la contribution de cet auteur dans ce volume ("La violence politique en Egypte").

19 Al-Hamid Al-Bakush A., "Evolution des règles constitutionnelles et juridiques en Libye", al-Hayât, 1er janvier 1993.

20 Bin Halim M., "Pages tournées dans l'histoire politique de la Libye", al-Hayât, 14 janvier 1993.

21 Mahmud H., "La dissimulation de la vérité est un obstacle à l'éclaircissement de l'arrière-plan des événements contemporains", al-Hayât, 3 avril 1993.

22 Ibid.

23 Mijbar S., "Réponse d'un ambassadeur libyen", al-Hayât, 19 décembre 1991.

24 Slrhal A., op. cit., p. 398.

25 Al-Wasat, 26 juillet 1993.

26 Vandewalle D., op. cit., p. 220.

27 Vandewalle D., op. cit., pp. 221-223 et Sa‘d Majbâr, al-Hayât, 19 décembre 1991.

28 Amnesty International, Libye : détention de personnes probablement à cause de leurs opinions, août 1989.

29 Ibrâhîm H. T., op. cit., pp. 123-177.

30 Il s'agit de Abd al-Salam Galloud, Abu Bakr Yûnis Jâbir, Mutafî Al-Kharrûbî et al-Khuwaldî al-Hâmidî. Très vite après la révolution, les commandants Muhammad Najm et Mukhtâr al-Qarâwî ont démissionné ; le capitaine Muhammad al-Maqrîb fut assassiné en 1972 ; les commandants ‘Awad Hamza et Bashîr Huwaydî ont été incarcérés ; le capitaine ‘Umar al-Muhayshî aurait été assassiné après avoir été livré par le Maroc ; enfin, le commandant ‘Abd al-Munim al-Hawnî a choisi l'Egypte comme terre d'exil. Voir al-Wasat, 26 juillet 1993.

31 Ainsi, Mahmûd al-Maghrabî (premier chef de cabinet de l'époque républicaine), Mansûr al-Kikhyâ (ancien délégué de la Libye auprès des Nations Unies), Muhammad al-Maqrîf (ancien ambassadeur de la Libye en Inde), ‘Umar al-Muhayshî, ‘Abd al-Mun'‘im al-Huwaynî, ainsi que d'anciens militaires (Khalîfa Haftâr et Sâlih al-Habûnî).

32 Ibid.

33 Al-Hayât, 9 février et 27 mars 1993.

34 Mahmud H., op. cit.

35 Vandewalle D., op. cit., p. 223.

36 Amnesty International, op. cit.

37 Davis J., "Qaddhafi's Theory and Practice of Non-Representative Government", Government and Opposition, 17/1, 1982, pp. 66-72.

Auteur

Faculté d'Économie et de Sciences Politiques
Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable