Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Phénoménologie et pratiques de la violence

Violence politique et mouvements socio-religieux

Le Front islamique du salut en Algérie

Névine Moss'ad
Traduction de Heba al-Farnawany

Entrées d'index

Note de l’éditeur

Traduit de l'arabe par Heba al-Farnawany.

Texte intégral

  • 1 Tilly Ch., From Mobilization to Revolution, Massachussetts, Addison-Wesley Publications, 1978.

1L'étude qui suit utilise le cadre analytique du « modèle de mobilisation » établi par Charles Tilly1. Celui-ci établit une relation entre, d'un côté, l'action collective d'un mouvement social et sa capacité mobilisatrice et, de l'autre, son interaction avec les autorités. L'idée est que l'accroissement de la capacité mobilisatrice du mouvement se traduit par l'élargissement du champ de son action collective, mais que cet élargissement, constitue, en même temps, une des raisons essentielles de la permanence du conflit qui l'oppose au pouvoir en place et tend à l'inciter à l'utilisation de la violence.

2Le Front islamique du salut constitue, en Algérie, la seule organisation religieuse dont l'action collective correspond aux critères établis par Tilly et sur laquelle on dispose d'informations suffisantes. Par ailleurs, le FIS a joué le jeu de la participation à la vie politique, ce qui met au jour les interactions variées entre les autorités, le mouvement social concerné et sa relation à la violence.

  • 2 Al-Munqidh, juin 1993.

3Un petit mot sur la violence, avant toute chose. Même si cette étude porte avant tout sur la question de la violence politique, il faut mentionner que le FIS a pratiqué, pendant la période où il contrôlait les municipalités et les provinces, certaines formes de violence sociale liées à son projet éthique. La guerre qui s'est déclenchée, depuis l'arrêt des élections et, plus encore, après la dissolution du Front, a eu pour conséquence d'orienter davantage cette violence contre l'armée, la police et les représentants du pouvoir. Par ailleurs, s'agissant de l'assassinat d'intellectuels, il peut être intéressant de revenir sur la liste des accusations justifiant, pour le Front, l'assassinat du sociologue algérien al-Jîlânî al-Yâbis. En tant qu'« ex-ministre des Universités dans le régime putchiste de Boudiaf » et « président du Comité des intellectuels constitué par le Haut Comité d’État pour réformer la pensée algérienne », il aurait « perdu sa neutralité d'homme de science en s'associant aux adversaires de l'arabisation et en coopérant avec des institutions étrangères ». Pour le journal al-Munqidh, dans son premier numéro paru clandestinement après son interdiction, « il n'a pas été tué en tant que professeur d'université, mais comme symbole d'un régime ayant déclaré la guerre au peuple musulman qui a appelé à l'établissement d'un Etat islamique »2. C'est donc en tant que symboles du régime que les intellectuels seraient assassinés, tout comme les ressortissants étrangers à qui il est reproché de prolonger la durée de vie du régime en taisant la répression exercée contre les partisans du FIS.

Le projet politique

  • 3 Al-Shaykh Y. M., Les différentes ailes du FIS, Mu'assasa al-‘ârif li-l-matbû‘ât, Beyrouth, 1993, p. (...)
  • 4 Voir le programme politique du FIS in La révolution islamique en Algérie, Dâr Yâfâ li-l-dirâsât wa (...)
  • 5 Al-Munqidh, n° 14, p. 16.
  • 6 Madani A., Crise de la pensée arabe et justifications à la solution islamique, Maktaba Rihâb, Alger (...)

4L'instauration d'un État islamique constitue l'essence même du projet du Front islamique du salut. Ainsi, le moment de sa naissance est-il associé à une déclaration en vertu de laquelle l'un des principes les plus importants est de « conduire ce parti à l'établissement d’États islamiques »3. Le programme politique du Front a érigé le « cadre dogmatique islamique » en régulateur de son mouvement ; pour cela, il a eu recours à des concepts religieusement légitimés comme ceux de « consultation » (shûrâ), de « police des moeurs et des marchés » (hisba), d'« assujettissement de la législation aux dispositions de la sharî‘a », de « repentir (tawba) du peuple algérien » et de « jihâd »4. C'est ce qui a poussé Abbassi Madani à dire, dans un numéro d'al-Munqidh, que le Front avait choisi pour programme ce que Dieu a choisi5. Abbassi Madani se fonde sur deux convictions : la première est que la crise algérienne actuelle n'est que le reflet de la crise des « idéologies modernes » qui « se limitent à la science et non à la philosophie ni à la religion » ; la deuxième est que la solution islamique est la seule issue à cette crise, en « associant religion, conscience et science »6.

  • 7 La révolution islamique..., op. cit., pp. 11-39.

5Parallèlement à la question de l'établissement d'un État islamique surgit la question de savoir ce qu'est cet Etat pour le FIS et quelle forme il est censé emprunter. Si le Front fut explicite dans son refus de copier certains modèles existants, il le fut moins sur le contenu précis qu'il donnait à la notion d'Etat. Sur les 38 pages de son programme, seules trois sont consacrées à la question politique, pour douze à la question économique et un peu plus de dix au volet social. Encore les considérations politiques sont-elle mêlées à des questions touchant à l'armée, l'agriculture ou les médias. Le programme parle, dans ces quelques pages, d'« extermination du despotisme par l'application de la shûrâ », mais il n'explique pas comment ; il attache aussi de l'importance à la régulation de la loi électorale et à la bonne marche des opérations électorales et il ne précise pas quelles positions sont soumises au vote7.

6De toute évidence, une partie de cette imprécision a pour origine la rapidité avec laquelle est apparu le Front de salut en tant que parti politique, mais peut-être qu'une autre partie s'explique par le désir du Front de neutraliser autant que possible ses adversaires. Dans certaines limites, nous pouvons affirmer que le Front, en tant que promoteur du projet islamique, a profité de cette ambiguïté et l'a utilisée pour mobiliser la population en sa faveur. Inversement, l'expérience de gestion des municipalités et des wilâya a a fait perdre au Front un peu de sa popularité.

  • 8 Madani A., Problèmes éducatifs dans les pays islamiques, Maktaba al-Manâra, La Mekke, 2e éd., 1989, (...)
  • 9 Interview, Le Point, 18 juin 1990.

7Si, dans un premier temps, le Front s'est maintenu au niveau de la revendication politique, dans un deuxième temps, qui débute avec la suspension du processus électoral, la stratégie adoptée fut celle du combat. Il serait intéressant, à ce sujet, de comparer deux documents considérés comme le plan d'action propre à chacune des deux étapes. D'une part, le livre d'Abbassi Madani Problèmes éducatifs dans les pays islamiques, sujet de sa thèse de doctorat obtenue dans une université britannique. Dans ce livre, Madani avance que la prise de conscience islamique représente une des conditions essentielles pour la mise en œuvre de la solution islamique et que seule l'éducation est capable d'engendrer cette sorte de prise de conscience8. Madani met également en avant le chemin moral qu'il faut suivre pour résoudre les problèmes de la société algérienne ; c'est ainsi qu'il établit une corrélation entre la lutte contre le chômage et le succès dans l'extermination de certains vices sociaux comme la corruption, la négligence et le laisser-aller9.

8Le second document est le Traité décisif pour mettre fin à l'injustice des gouvernants de ‘Alî Belhadj, ouvrage écrit en prison avant son transfert à Tizi Ouzou et qui fut plus tard à l'origine de la révision de son jugement. Il détaille, dans ce livre, les sept raisons rendant légitime de s'opposer aux gouvernants : l'usurpation du pouvoir, le refus de se référer à Dieu et à son prophète dans les différends, le refus d'arbitrer par la loi divine, autoriser et proscrire selon ses inclinations, réclamer la séparation de la religion et de l'Etat, remplacer la loi divine et vider les statuts légaux (ahkâm) de leurs substance. Et Belhadj de conclure :

  • 10 Belhadj A., Traité décisif pour mettre fin à l'injustice des gouvernants, s.l., s.d., pp. 107-151, (...)

Je vous avoue sincèrement, Haute Chambre de Justice, que, aurais-je été hors de prison, je serais devenu un simple soldat sous le commandement de mon frère, le militant Shbûtî ‘Abd al-Qâdir, tout en maintenant la priorité à Dieu. J'ajoute que, même en l'absence de Shbûtî, je me serais mis aux ordres de toute personne vertueuse et réformatrice s'opposant à ce régime qui refuse toutes les solutions politiques pacifiques, qui a défié la loi divine, la loi et les conventions internationales.10

L'organisation

  • 11 Les estimations de la taille de ce conseil varient de 14 à 100 membres. Voir I. Leverrier, "Le Fron (...)

9Contrairement à de nombreux mouvements sociaux, le Front islamique du salut a, depuis sa formation le 18 février 1982 à la mosquée al-Sunna de Bab El Oued, bénéficié d'une organisation structurée. Cela s'explique, d'après Abbassi Madani, par le fait que le Front s'est formé autour d'un noyau de 50 personnes. Un comité de travail s'est ensuite constitué, formé de spécialistes dans différents domaines, qui rédigea un texte préliminaire du programme du Front. Le programme fut ensuite soumis à l'appréciation d'un conseil consultatif de 70 membres représentant les différentes wilâya11. Ce Conseil nomma les 15 membres du bureau exécutif présidé par Madani. La reconnaissance légale comme parti fut accordée le 16 septembre 1989. Des bureaux municipaux et provinciaux ont été créés aussi, avec comme support le réseau des mosquées et les groupements d'aide sociale.

10Il est important de mentionner que le Front islamique du salut a représenté pour une courte période une partie de l'Amicale de la vocation islamique, qui s'était formée après les troubles d'octobre 1988 et visait à oeuvrer au « service de Dieu », à « combattre dans le domaine de la pensée » pour l'« unification du courant islamique » et à préparer le terrain pour l'instauration d'un « État islamique en Algérie ». Cette étape a eu une influence énorme sur la constitution ultérieure du Front, dès lors que l'amicale comprenait en son sein trois courants principaux — l'Algérianisme de Muhammad al-Sa'îd, les Salafites de 'Alî Belhadj et les Frères de Mahfûz Nahnâh — qui y prirent racine avant de s'opposer.

  • 12 Politique internationale, 499, automne 1990, pp. 177-179 ; E. Khelidi, Les islamistes face au pouvo (...)

11Depuis sa création, le FIS s'est organisé autour de la personne d'Abbassi Madani. Certains analystes ont argué de cela pour le comparer au FLN. Il est vrai que certains leaders du FIS sont d'anciens combattants du FLN. Abbassi Madani est entré en politique en adhérant à une cellule du Mouvement pour la victoire des libertés démocratiques. Il rejoignit ensuite l'école de l'Association des Ulémas jusqu'à la fin du cycle secondaire. Il adhéra par après au Comité révolutionnaire pour l'unité et l'action, fondé en 1954, dont est issu le Front de libération nationale. Dans la période 1954-1962, Madani resta en prison. Son orientation islamique devint un sujet de tension puis d'opposition aux nouvelles autorités. Il rejoignit la Société des Valeurs (Jam‘iyya al-qiyam), fondée en 1963, pour des raisons purement spirituelles. L'opposition de ce groupement à l'exécution de Sayyid Qutb en Égypte et son refus d'accepter l'exemple socialiste furent à l'origine de son interdiction en 1966 puis de sa dissolution en 1970. Le nom de Madani fut également associé au « mémorandum » adressé par le mouvement islamique aux autorités, en novembre 1982, ce qui le conduisit en prison jusqu'en 198412.

  • 13 Interview des dissidents, dont Ahmad Al-Maranî, al-Wasat, 17 août 1992, pp. 27-33.

12Deux crises doivent être mentionnées, qui menacèrent la position de Madani. En juin 1991, trois membres du Front le quittèrent en protestation contre le monopole du pouvoir qu'il y exerçait et le rôle de seule couverture joué par le Conseil consultatif, accusant Madani de « s'éloigner de la Loi Divine ». A l'origine de cette fronde, l'organisation d'une grande marche le 20 avril 1990 et, un an plus tard, la décision de prolonger la grève et d'intensifier la lutte contre les autorités13.

  • 14 Al-Wasat, 16 mars 1992.

13La deuxième crise survint en mars 1992, après la décision des autorités de dissoudre le FIS. En dépit de cette situation, le Front réussit à maintenir sa cohésion et diffusa un texte sur le commandement collectif par l'intermédiaire du Bureau exécutif national intérimaire, connu plus tard sous le nom de Cellule de Crise, formé de sept membres principaux (Muhammad al-Sa‘îd, ‘Abd al-Qâdir Hashânî, ‘Uthmân Tsânî, Râbih Kabîr, Ahmad al-Zâwî, Ahmad al-Nâjûrî et al-Sharâtî Yakhlif)14.

La mobilisation

  • 15 Jeune Afrique, 12 février 1990.
  • 16 Al-Wasat, 21 juin 1993.
  • 17 Leverrier L, op. cit., p. 50.

14Le FIS mobiliserait, selon Abbassi Madani, 3 millions de personnes15. Les résultats électoraux semblent confirmer cette estimation. Râbih Kabîr explique le succès urbain du Front par sa capacité à mobiliser les immigrés ruraux16. Ignace Leverrier insiste sur l'effet de la désagrégation des liens et des valeurs traditionnels. On ne peut manquer, à cet égard, de comparer le succès du Front à Alger à son échec dans la région kabyle17. Il faut aussi mentionner, dans le réservoir de mobilisation du FIS, tous les laissés-pour-compte du système éducatif algérien.

  • 18 Ibid., p. 69.

15Parmi les thèmes mobilisateurs, le jihâd, dont le sens a évolué depuis la guerre de libération. Alors qu'à cette époque, ce terme visait la libération du pays de la colonisation française, il vise davantage, aujourd'hui, « l'élimination des communistes du Front de Libération que la France a laissés derrière elle » et l'établissement d'un Etat islamique. Et Yûsuf Muhammad al-Shaykh de préciser : « l'évacuation véritable des Français du pays a effectivement commencé le 13 juin 1990, date de la déclaration des résultats des élections municipales et provinciales, et non le 5 juillet 1962. »18

  • 19 Ibid., p. 52.

16Le financement du FIS a été assuré par des commerçants hostiles au régime et à son idéologie socialiste, même si l'essentiel de leurs profits a été réalisé en tirant parti du marché noir que l'étatisation de l'économie favorisait19.

  • 20 Mortimer R., "Islam and Multiparty Politics in Algeria", Middle East Journal, 45, 4, Autumn 1991, p (...)
  • 21 Interview de ‘Azûz Bin Zibda, al-Watan al-'arabî, 3 août 1990.

17En fait, la question des moyens financiers du Front est controversée. Pour les uns, le Front ne dispose pas de moyens importants, nombre de ses partisans étant sans emploi (c'est ainsi qu'on a expliqué par le prix de la communication le fait qu'Abbassi Madani ait fait un mauvais score lors d'un sondage téléphonique lié à une émission de télévision20). Pour les autres, le Front dispose d'une marge de manoeuvre financière importante. Ses dépenses de propagande, lors des expériences électorales de 1990 et 1991, et la publication de nombreux journaux, dont le plus important est al-Inqâdh (220 000 copies)21attesteraient son aisance, outre son refus de tous financement public. Ainsi, ‘Azûz Bin Zibda, ancien responsable d'al-Inqâdh, a-t-il pu dire :

  • 22 Ibid.

Nous avons refusé qu'un parti islamique soit mis sur un pied d'égalité avec un parti laïque français proclamant son athéisme, et nous avons donc refusé de gaspiller l'argent de la nation.22

  • 23 Burgat F., L'islamisme au Maghreb : la voix du Sud, trad. arabe al-Islâm al - iyâsî : sawt al-janûb (...)

18Les femmes ne sont pas exclues de la mobilisation islamiste, même si elles n'occupent aucun poste officiel au sein du Front. Cinq mille d'entre elles ont participé à la première marche organisée par le FIS, le 21 décembre 1989, qui réclamait l'application de la loi islamique en réponse à la marche organisée par les forces laïques qui réclamaient la révision du Code de la famille23.

  • 24 Beverrier I., op. cit., pp. 56-57.

19La représentation ouvrière semble faible au sein du FIS. Il a essayé de pallier cette lacune en tentant d'abord de s'introduire dans le principal organisme ouvrier, l'Union générale des ouvriers algériens. Les difficultés qu'il rencontra l'incitèrent à fonder un organisme ouvrier parallèle, connu sous le nom de Syndicat islamique du travail. Le milieu ouvrier reste un des points faibles du FIS, ce qui explique que la grève du 25 mai 1991 n'ait pas eu l'ampleur attendue24.

  • 25 Khelidi E., op. cit., pp. 93-97.

20Le Front islamique du salut dispose d'une énorme capacité de mobilisation des couches pauvres de la population. Ainsi, 5 000 personnes ont-elles répondu à l'appel d'Abbassi Madani au rassemblement devant la mosquée de l'Université d'Alger, le 19 novembre 198225. Les appels lancés, durant les troubles d'octobre 1988, par 'Alî Belhadj, inspiré par Abbassi Madani, dans les quartiers populaires de Bab El Wed et de Belcour, amenèrent plus de 20 000 personnes à se rassembler sur la place du Premier Mai.

  • 26 Ibid., p. 86.
  • 27 Al-Ahnaf M., Botiveau B., op. cit.. p. 34.
  • 28 Al-Hayât, 1er juin 1991.
  • 29 Leverrier I., op. cit., pp. 47-48.

21Après la constitution officielle du FIS, en février 1989, une manifestation rassembla plus de 100 000 hommes et quelques milliers de femmes26. La présentation du « règlement politique » du Front, le 20 avril 1990, rassembla (estimation probablement exagérée) 3 millions de personnes27. L'appel à la grève, puis au soulèvement civil, fut accompagné par l'organisation de manifestations presque quotidiennes, dont la plus importante se déroula le 31 mai 1991 et à laquelle participèrent plus de 30 000 personnes28. Géographiquement, le FIS a élargi son emprise à l'ensemble du pays, à l'exception de la Kabylie. Les quartiers pauvres ont constitué un terrain d'action privilégié. Le Front y constitua un réseau de polycliniques et de marchés à des prix modiques ; il y mena des campagnes en faveur des nécessiteux et paya le voyage de pèlerinage de ceux qui ne pouvaient se le permettre financièrement. Le tremblement de terre qui dévasta la région de Tibâzâ, à l'ouest d'Alger, le 20 octobre 1989, fut l'occasion, pour les militants du Front, de monter au créneau et de distribuer médicaments, couvertures et tentes aux victimes29.

22L'arrestation d'Abbassi Madani et de ‘Alî Belhadj ainsi que de sept des membres du Conseil consultatif, le 30 juin 1991, n'a pas affecté sensiblement la capacité mobilisatrice du Front. Moins de trois mois après cet événement, le FIS organisa une manifestation gigantesque à laquelle participèrent 300 000 personnes. Plus encore, le Front réussit à gagner les élections législatives qui suivirent.

Répression et relâchement de la répression

  • 30 Al-Sha‘, 1er juillet 1989.
  • 31 Mortimer R., op. cit., p. 580 et F. Burgat, op. cit., p. 279.

23Le Front islamique du salut a bénéficié d'une certaine complaisance des autorités algériennes, la première et la plus importante étant sa légalisation, en infraction à l'énoncé de l'article 5 de la loi sur les associations politiques, qui stipule qu'« il est interdit aux associations à caractère politique de fonder leur action sur un critère religieux, un critère linguistique, un critère racial, sur une ethnie ou sur une profession particulière »30. Tout porte à croire que le président Chadli Benjedid a tenté, en reconnaissant le Front, de le pousser à la modération. Ainsi a-t-il affirmé que « les activités du parti se réclamant de l'Islam se plient à des lois précises ; s'il les respecte, force nous est de ne pas l'interdire. Nous sommes des musulmans ; notre intérêt est d'encourager l'Islam dans sa conception juste et nous ne voulons pas encourager un pseudo Islam qui propage légendes et extrémisme. »31

  • 32 Burgat F., op. cit., p. 284.

24Parallèlement, le Front a fait l'objet de mesures restreignant son activité : confiscation de locaux, perquisitions chez des membres ou incendie de leur maison, lutte intensifiée contre la contrebande, là où elle bénéficiait principalement au Front, confiscation de marchandises32.

  • 33 Ce décret se fonde sur le constat de l'importance du réseau des mosquées dans la capacité mobilisat (...)
  • 34 La loi de 1990 renforçait l'importance des régions rurales, bastion du FLN, dont le poids démograph (...)
  • 35 Al-Sha-b, 27 août 1993.

25La capacité de réaction du FIS incita les autorités à glisser vers d'autres formes de répression visant à réduire sa capacité mobilisatrice, dont la principale est l'utilisation de l'instrument législatif : décret interdisant l'utilisation des mosquées à des fins politiques33, loi de découpage des circonscriptions électorales34, décret prononçant l'état d'urgence et décret sur la lutte contre le terrorisme et le sabotage. Cette dernière solution investit l'armée de pouvoirs élargis. Ainsi, le décret présidentiel prononçant l'état d'urgence du 4 juin 1991 stipule le droit pour les autorités militaires de perquisitionner les habitations et les magasins publics et privés, d'interdire la publication de tracts et d'appels ou l'organisation de réunions, de confisquer les armes et les munitions, d'entraver ou d'interdire la circulation des individus ou leur rassemblement sur la voie publique et dans les lieux publics, d'interdire les grèves, des tribunaux militaires étant chargés d'examiner les crimes dangereux et des délits durant tout le temps de l'état d'urgence. C'est peut-être une des erreurs stratégiques du FIS et de ses dirigeants que d'avoir sous-estimé l'armée et le fait qu'elle restait au centre de la vie politique algérienne. Plus de 2 400 jugements furent prononcés par les tribunaux spéciaux, entre le moment de leur création et août 1993, la plupart visant des islamistes. Deux cents d'entre eux furent condamnés à mort, les autres condamnations variant entre la prison ou les travaux forcés d'une durée de 5 à 15 ans35.

  • 36 Al-Wasat, 11 mai 1992.
  • 37 Ces trois derniers partis ayant été reconnus le jour même de la dissolution du FIS.

26La nomination dans le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali de deux anciens membres du FIS, al-Sa'îd Qashî (ministre de l'emploi et de la formation professionnelle) et Ahmad al-Marânî (conseiller au cabinet du chef du gouvernement)36 répond à une stratégie de pénétration du Front par les autorités, tout comme la promotion de forces islamistes alternatives (al-Nahda, Hamâs, l'Algérie musulmane contemporaine, le Mouvement de solidarité islamique algérien, le Parti de l'Umma islamique37). Au titre des stratégies de l'Etat, l'on peut mentionner également la création d'incidents imputés aux islamistes permettant, par la suite, de renforcer l'image d'un pouvoir soucieux de défendre l'Islam.

La force

  • 38 Blin L., Algérie : 200 hommes de pouvoir, Indigo Publications, Paris, 1991, p. 16.

27Les partis politiques algériens semblent tiraillés entre leur désir de rassembler et l'ampleur des tensions qui les traversent38. L'autre caractéristique des partis algériens réside dans la difficulté, voire l'impossibilité, qu'ils éprouvent à former des coalitions. L'on ne dénombre, dans le champ islamiste, à cet égard, pas moins de 15 partis autres que le FIS.

Les partis islamistes en Algérie

Les partis islamistes en Algérie

28Comme le révèle le tableau, la création de tous les partis islamiques algériens est postérieure à celle du FIS. Bien plus, c'est le succès du Front aux élections locales qui a motivé la création de neuf de ces partis. Par ailleurs, ces formations politiques prônant un retour à l'Islam ont échoué à passer une alliance pour les élections législatives, alors qu'une coalition de ce type s'était présentée aux élections communales et provinciales. Le FIS a justifié son refus de participer à pareil regroupement par l'argument qu'il ne peut y avoir de coalition dans l'Islam et par le refus de Mahfûz Nahnâh de négocier avec un leadership qui, après l'arrestation de Madani et de Belhadj, n'était plus, selon lui, représentatif du FIS. A cela, il faut ajouter des motifs tenant à des conflits de personnes et à la nécessaire réorientation de la stratégie du Front, une fois que la voie de la participation politique s'est avérée inopérante. Paradoxalement, le FIS s'est alors engagé dans la constitution d'alliances militaires avec des mouvements islamiques armés, là où il avait refusé de passer des alliances politiques avec d'autres courants de la même sensibilité.

Menace et opportunité

  • 39 Al-Hayât, 29 octobre 1992.
  • 40 Ibid.

29L'hypothèse fondamentale de Charles Tilly est qu'un mouvement social verse dans l'exercice de la violence quand la menace qui pèse sur ses acquis semble plus importante que les opportunités qui se présentaient à lui. Les émeutes d'octobre 1988 et les événements de mai-juin 1991 constituent les opportunités principales qui se sont présentées au FIS. D'un autre côté, à partir de janvier 1992, le FIS s'est vu menacé toujours davantage dans son existence même. L'annulation des résultats du premier tour des élections législatives a marqué le début d'une série de violations de la Constitution, dont la moindre n'est certainement pas le rôle croissant de l'armée en politique. La décision du tribunal d'Alger du 4 mars 1992 portant dissolution du FIS fut le signe du début de la liquidation légale du Front. Elle fut suivie par l'acte de dissolution des 853 conseils de municipalité et des 32 conseils provinciaux tenus par le Front islamique du salut39, même si les autorités prirent en compte, dans les modalités d'application de la décision, l'impact que cela pourrait avoir sur les employés de ces institutions. Enfin, les autorités firent prononcer la dissolution des associations liées au Front40.

  • 41 Ghanim I., Le mouvement islamique en Algérie et la crise de la démocratie, Umma Press, Le Caire, 19 (...)
  • 42 Al-Hayât, 7 mars 1992.
  • 43 Al-Hayât, 17 mars, 18 mars, 3 juin, 6 juin, 2 août, 5 août, 11 octobre 1993.
  • 44 Al-Hayât, 13 avril, 17 mai, 23 août, 26 août 1993.

30Le Front a essayé de faire face à l'arrêt du processus électoral en adoptant un discours fondé sur la Constitution et la légalité. Il a ainsi demandé à l'armée de prendre ses responsabilités pour « protéger le choix de la nation »41. Toutefois, après l'acte de dissolution, considéré par le Front comme « un retour à la force de l'épée et aux ténèbres »42, le FIS changea d'attitude et appela à la résistance populaire. Celle-ci prit des formes variées : émeutes, entre autres dans les universités (Ennaba (Est), Sétif, Bâb al-Zûr, Blida), actes de sabotage, attentats, manifestations, assassinats et tentatives d'assassinat contre, dans un premier temps, des représentants de l'appareil de sécurité, puis, dans un deuxième temps, des intellectuels accusés de coopérer avec le gouvernement (al-Jilâlî al-Yâbis, Tâhir Ja‘ût, Ribâh Zaynâtî, ‘Abd al-Rahmân Sharfar) ou membres du Conseil consultatif (Muhammad Bou Khobza, al-Hâdî Falîs, al-Sayyid Hafîz Sanhardî)43, enfin, dans un troisième temps, à partir de septembre 1993, contre des résidents étrangers44. Il faut noter, par ailleurs, que le Front nie toute implication dans les assassinats de Muhammad Boudiaf et de Kesdi Merbah.

31L'on pourrait ajouter, finalement, que la difficulté ou le refus du Front de constituer une coalition avec les autres forces islamiques ou de coopérer avec les autres courants politiques non islamiques a facilité l'action répressive des autorités.

32Prenant pour cadre théorique les travaux de Charles Tilly, cette étude a essayé d'analyser le phénomène de la violence politique au travers du principal mouvement islamiste algérien. Elle s'est attachée à démontrer la véracité des thèses qui lient, d'une part, les notions d'intérêt, d'organisation, de capacité de mobilisation et d'ampleur de l'action collective et, d'autre part, l'ampleur de l'action collective et celle de la répression. L'étude a aussi démontré la relation entre l'existence d'une menace et le recours à la violence politique. Par contre, elle n'a pas pu établir de corrélation entre la violence exercée par le Front et celle qu'il a subie.

33Quant à l'évolution future du conflit opposant le FIS aux autorités algériennes, il semble que deux possibilités s'offrent à nous. Soit que la violence s'amplifie jusqu'à l'écroulement du système politique actuel et que le Front arrive au pouvoir. Dans ce cas, il y a de bonnes chances pour que le mouvement social dont il est l'expression se dissolve, ses objectifs ayant été réalisés. Soit que la violence du conflit opposant les deux parties facilite l'émergence d'une troisième qui réaliserait l'entente nationale.

Notes

1 Tilly Ch., From Mobilization to Revolution, Massachussetts, Addison-Wesley Publications, 1978.

2 Al-Munqidh, juin 1993.

3 Al-Shaykh Y. M., Les différentes ailes du FIS, Mu'assasa al-‘ârif li-l-matbû‘ât, Beyrouth, 1993, p. 52.

4 Voir le programme politique du FIS in La révolution islamique en Algérie, Dâr Yâfâ li-l-dirâsât wa al-abhâth, Le Caire, 1991, pp. 12, 21 et 38.

5 Al-Munqidh, n° 14, p. 16.

6 Madani A., Crise de la pensée arabe et justifications à la solution islamique, Maktaba Rihâb, Alger, 1989, p. 26.

7 La révolution islamique..., op. cit., pp. 11-39.

8 Madani A., Problèmes éducatifs dans les pays islamiques, Maktaba al-Manâra, La Mekke, 2e éd., 1989, p. 223.

9 Interview, Le Point, 18 juin 1990.

10 Belhadj A., Traité décisif pour mettre fin à l'injustice des gouvernants, s.l., s.d., pp. 107-151, 196-198, 204.

11 Les estimations de la taille de ce conseil varient de 14 à 100 membres. Voir I. Leverrier, "Le Front Islamique du Salut : entre la hâte et la patience", in G. Kepel (dir.), Les politiques de Dieu, Seuil, Paris, 1993, p. 54.

12 Politique internationale, 499, automne 1990, pp. 177-179 ; E. Khelidi, Les islamistes face au pouvoir, Alfa, Alger, 1992, pp. 15-20.

13 Interview des dissidents, dont Ahmad Al-Maranî, al-Wasat, 17 août 1992, pp. 27-33.

14 Al-Wasat, 16 mars 1992.

15 Jeune Afrique, 12 février 1990.

16 Al-Wasat, 21 juin 1993.

17 Leverrier L, op. cit., p. 50.

18 Ibid., p. 69.

19 Ibid., p. 52.

20 Mortimer R., "Islam and Multiparty Politics in Algeria", Middle East Journal, 45, 4, Autumn 1991, pp. 583-584.

21 Interview de ‘Azûz Bin Zibda, al-Watan al-'arabî, 3 août 1990.

22 Ibid.

23 Burgat F., L'islamisme au Maghreb : la voix du Sud, trad. arabe al-Islâm al - iyâsî : sawt al-janûb, Dâr al-‘'âlam al-thâlith, Le Caire, 1992, p. 383.

24 Beverrier I., op. cit., pp. 56-57.

25 Khelidi E., op. cit., pp. 93-97.

26 Ibid., p. 86.

27 Al-Ahnaf M., Botiveau B., op. cit.. p. 34.

28 Al-Hayât, 1er juin 1991.

29 Leverrier I., op. cit., pp. 47-48.

30 Al-Sha‘, 1er juillet 1989.

31 Mortimer R., op. cit., p. 580 et F. Burgat, op. cit., p. 279.

32 Burgat F., op. cit., p. 284.

33 Ce décret se fonde sur le constat de l'importance du réseau des mosquées dans la capacité mobilisatrice du FIS. Il ne devrait toutefois pas dispenser l'Etat algérien de se poser la question du "pourquoi" de la baisse de sa propre capacité mobilisatrice via la mosquée. Voir, sur la question des mosquées, A. Rouadjia, Les Frères et la mosquée, Karthala, Paris. 1990. L'application de cette loi a conduit à l'emprisonnement de plusieurs prédicateurs, comme à Ra‘s al-Wâdî ou à al-A'râq, dans la province de Bû 'Arîrîj, ou à la menace de fermeture de mosquées, comme la fameuse mosquée al-Sunna de Bab El Oued, à Alger.

34 La loi de 1990 renforçait l'importance des régions rurales, bastion du FLN, dont le poids démographique est, par ailleurs, très relatif. Elle faisait monter à 30 ans l'âge minimum des candidats et retirait le droit de vote par procuration. La loi de 1991 ne modifie pas les points essentiels controversés : la redivision des circonscriptions et le vote par procuration.

35 Al-Sha-b, 27 août 1993.

36 Al-Wasat, 11 mai 1992.

37 Ces trois derniers partis ayant été reconnus le jour même de la dissolution du FIS.

38 Blin L., Algérie : 200 hommes de pouvoir, Indigo Publications, Paris, 1991, p. 16.

39 Al-Hayât, 29 octobre 1992.

40 Ibid.

41 Ghanim I., Le mouvement islamique en Algérie et la crise de la démocratie, Umma Press, Le Caire, 1992, p. 75.

42 Al-Hayât, 7 mars 1992.

43 Al-Hayât, 17 mars, 18 mars, 3 juin, 6 juin, 2 août, 5 août, 11 octobre 1993.

44 Al-Hayât, 13 avril, 17 mai, 23 août, 26 août 1993.

Table des illustrations

Titre Les partis islamistes en Algérie
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Faculté d'Économie et de Sciences Politiques
Université du Caire

Heba al-Farnawany (Traducteur)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable