Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Phénoménologie et pratiques de la violence

Violence ethnique en Irak. L'affaire des Assyriens de 1933

Sami Zubaida

Entrées d'index

Texte intégral

1L'épisode du massacre des Assyriens de 1933 est révélateur de certaines tensions sociales et idéologiques dans le processus de formation d'un État-nation à partir d'une multiplicité de communautés ethniques et religieuses, avec pour cadre le territoire ottoman et sous les auspices des puissances coloniales européennes. Les récits et les explications de ces événements qu'en ont donnés les observateurs d'alors, puis les historiens et les commentateurs, révèlent également les perspectives idéologiques et les intérêts politiques qui étaient en jeu.

Millet et nation

2Les unités fondamentales d'organisation sociale et de solidarité, à l'époque ottomane, sont le village, la tribu, la communauté religieuse, le quartier et la corporation. La plupart étaient officiellement reconnues par le gouvernement en tant que personnes morales soumises à l'impôt. Certaines communautés religieuses avaient le statut de millet. Elles jouissaient d'une certaine autonomie politique et étaient gérées par des leaders religieux et des anciens qui appliquaient la loi religieuse dans les domaines du statut personnel et des affaires communautaires. Les musulmans, bien que ne constituant pas un millet au sens strict, étaient de fait organisés en diverses collectivités.

3Ces modèles d'organisation collective et de solidarité entraient en contradiction avec le modèle « national » qui, au xixe siècle, émergeait, inspiré des idées européennes et, principalement, de celles de la Révolution française. Les réformes des Tanzimat proclamaient le principe d'une citoyenneté commune à tous les sujets du sultan, et la Constitution des années 1970 renforça cette idée. Il n'y eut, par ailleurs, aucune tentative d'abolition du système des millets. L'une des idées les plus difficiles à faire passer, au niveau du peuple, était l'égalité entre les minorités religieuses et les musulmans. Ceci fut à l'origine des tensions et des épisodes violents dont furent victimes les chrétiens de Syrie.

4Le millet, en tant que modèle d'organisation et de solidarité sociales, s'est largement maintenu — on pourrait même dire jusqu'à nos jours —, mais de manière sous-jacente au concept de nationalité. L'Ottomanisme et, par la suite, les nationalismes arabes ou régionaux constituaient des idéologies modernes de l'intelligentsia. Le peuple, lui, les comprenait en termes communautaires : musulmans par opposition aux chrétiens et aux juifs (européens puis israéliens), Arabes par opposition aux Kurdes ou aux Turcs selon le voisinage et la communauté en question. En Irak, ce phénomène était encore accentué par la division entre sunnites et chiites et par la proximité de l'Iran et de la Turquie, champions respectifs des deux branches de l'Islam. Une sorte de modèle communautaire international apparut — et continue de fonctionner — dans la région, regroupant dans la même classe les groupes locaux ethnico-religieux et leurs coreligionnaires étrangers. Les membres des minorités religieuses étaient souvent eux-mêmes divisés sur ces questions. L'intelligentsia naissante et les élites économiques n'appréciaient pas la domination des anciens et des leaders religieux traditionnels. Ils étaient eux aussi influencés par les idées de la Révolution française et cherchaient à obtenir une communauté moderne de liberté, d'égalité et, si possible, de fraternité.

5La question était de savoir comment réaliser ces idéaux : soit un État-nation pluri-ethnique avec la même citoyenneté pour tous, comme dans le cas d'un Empire ottoman réformé et, par la suite, des États-nations qui en ont résulté, soit en termes d’État-nation autonome, sur le modèle des nations sécessionnistes du sud de l'Europe (Grèce et Bulgarie). Ce dilemme était particulièrement aigu pour les Arméniens, avec les conséquences tragiques que nous connaissons.

6Nous pouvons donc parler de trois types de mentalité en conflit en ce qui concerne les modèles politiques : le modèle du millet, à savoir une communauté fermée s'auto-administrant à l'intérieur d'une autorité politique qui la coiffe ; le modèle d'un État-nation sur une base ethnique ; le modèle de l'État-nation englobant plusieurs ethnies. A quoi s'ajoute le modèle communautaire international implicite dont nous avons déjà parlé.

7La plupart des États qui ont succédé à l'Empire ottoman au Moyen-Orient devaient suivre formellement le modèle de l'État-nation pluri-ethnique. Toutefois, le modèle du millet se perpétua dans les mentalités et les formes de solidarité et d'organisation de la majorité des groupes composant leur population. Le Liban a inscrit ce principe dans sa Constitution, alors que tous les autres pays ont continué de prétendre que la citoyenneté était la même pour tous.

Le royaume irakien

8Les trois provinces ottomanes constituant l'Irak moderne étaient des régions périphériques de l'Empire encore dominées, en plein xixe siècle, par des factions mameloukes, des chefs de guerre locaux et des confédérations tribales. Des gouverneurs réformistes, notamment Midhat Pasha, apportèrent l'esprit des Tanzimat dans le pays, expulsèrent les Mamelouks, matèrent les tribus et appliquèrent une politique relativement rationnelle dans les domaines de l'administration et de l'impôt. L'effervescence politico-idéologique qui agitait la région centrale de l'Empire n'affecta toutefois l'Irak que marginalement.

9Les responsables mandataires britanniques et le roi Faysal 1er, que soutenaient les Anglais, étaient tout à fait conscients de la diversité communautaire de l'Irak et des problèmes que cela pouvait entraîner dans la formation du nouvel État-nation. L'Irak devait être un royaume arabe mais il fallait tenir compte des kurdes. Le non-respect de la promesse faite dans le traité de Versailles d'un État kurde rendait les devoirs envers les Kurdes plus pressants, d'autant que les Britanniques, puis l'armée irakienne, étaient périodiquement confrontés à de violentes insurrections. La formule constitutionnelle était celle d'une égalité de citoyenneté, mais avec une considération spéciale pour la langue et les particularités culturelles kurdes, ce qui reste vrai aujourd'hui. Les motifs des insurrections n'étaient pas tant « nationalistes », dans le sens moderne, que la crainte (fondée) des chefs tribaux kurdes de voir leur autonomie juridique coutumière sous les Ottomans et les Persans limitée, voire supprimée, dans le cadre de l'État-nation proposé. Par la suite, les sentiments nationalistes de l'intelligentsia naissante se superposèrent à ces sentiments tribaux et le commandement du mouvement kurde en Irak a continué d'inclure jusqu'à nos jours des éléments tribaux importants, particulièrement les Barzanis. Les Assyriens, comme nous allons le voir, partageaient ces sentiments, mais d'une autre manière.

10Faysal essaya de jeter des ponts pour réunir toutes les principales communautés, mais ses efforts étaient souvent rendus vains par les actions de ses subordonnés et, plus tard, par la nouvelle armée irakienne.

11Des garanties pour la sécurité et le bien-être des minorités furent parmi les problèmes les plus urgents que les autorités britanniques et leurs protégés irakiens eurent à traiter quand, en 1932, l'indépendance de l'Irak fut proclamée.

12Les autorités britanniques se dépêchèrent de mettre fin au Mandat qu'elles trouvaient onéreux. Un gouvernement indépendant irakien, sous leur contrôle, était préférable. Mais pour entreprendre cette démarche, ils devaient rassurer la Société des Nations, ainsi que des parties importantes de l'opinion publique britannique, sur le fait que le nouveau gouvernement serait capable, responsable et surtout en mesure de protéger les minorités. Les hommes politiques britanniques durent garantir à la Société des Nations la compétence du nouveau gouvernement et endosser la responsabilité ultime de la protection des minorités. Les fonctionnaires britanniques furent ensuite toujours disposés à aider le gouvernement irakien dans sa gestion des minorités dissidentes ou rebelles et à couvrir les abus de certains de ces organismes dans ce domaine. En même temps, les nationalistes irakiens, comme la majorité de la population, considéraient tout acte de dissidence de la part des minorités comme un complot britannique visant à nuire à l'indépendance irakienne. Les minorités étaient donc prises entre deux feux.

L'épisode assyrien de 1933

13Les Assyriens sont des montagnards originaires principalement de la région de Hakkari, aujourd'hui dans le Kurdistan turc, mais aussi dans une moindre mesure d'Urmiyah, en Iran. Ils parlent syriaque, un dialecte araméen. Chrétiens nestoriens, ils sont regroupés sous l'autorité d'un patriarche héréditaire appelé Mar Shim'un. Leur organisation sociale (tribus commandées par des chefs héréditaires) était similaire à celle de leurs voisins kurdes et, comme eux, ils jouissaient d'une considérable autonomie dans l'Empire ottoman. Ils avaient la réputation de féroces guerriers de taille à se défendre dans les conflits qui les opposaient aux Kurdes. Pendant la première guerre mondiale, ils furent incités par les Russes à se rebeller contre les Ottomans. La rébellion échoua, les Russes les abandonnèrent après la Révolution et ils durent quitter leur territoire en émigrant à travers les hautes montagnes de l'Iran occidental. Là, après de nombreuses batailles avec les Turcs et les Kurdes, ils durent s'enfuir vers le sud où ils prirent contact avec les forces britanniques. Les Anglais emmenèrent en Irak ce qui restait d'Assyriens, à savoir à peu près 50 000 personnes. Celles-ci, après un séjour dans des camps de réfugiés, devaient être installées dans le nord de l'Irak. La plupart des Assyriens venus d'Ummiya finirent par retourner dans leur foyer d'origine. Par ailleurs, certains Assyriens vivaient déjà du côté irakien de la frontière, nouvellement créée, avec la Turquie. Le restant des Assyriens de Hakkari, environ 15 000 personnes, devaient donc en 1921-1922 être installé dans la région de Mossoul et dans le Kurdistan irakien.

14L'idée dominante chez ces Assyriens était de rentrer dans leur foyer d'origine et de recouvrer leur autonomie antérieure. Le rêve premier était irréalisable, parce que les Turcs n'en voulaient pas : ceux qui rentrèrent en Turquie après la guerre furent expulsés manu militari. Même s'ils furent amenés à s'établir en Irak, ils voulaient une patrie assyrienne, où tous pourraient vivre ensemble, et la même autonomie que celle dont ils avaient joui dans l'Empire ottoman. Ils comptaient sur les Anglais pour atteindre cet objectif. Les Anglais, de leur côté, s'employaient à créer un État-nation irakien octroyant la même citoyenneté à tous et disposant d'une souveraineté centralisée s'étendant à l'ensemble de son territoire. Cela excluait l'idée d'enclaves autonomes hétérogènes. Pendant la période du Mandat (qui s'acheva en 1932), les autorités britanniques formèrent des bataillons de recrues assyriennes qui furent utilisés tout d'abord pour défendre les frontières contre les incursions turques, ensuite pour réprimer les rébellions kurdes. Cela n'empêcha pas certaines entorses à la discipline militaire, surtout sous forme de faits de vengeance communautaire. Les plus importants de ces incidents eurent lieu à Mossoul et Kirkouk en 1923-1924, au cours desquels les recrues s'échappèrent de leur caserne pour attaquer les citadins en réponse à des rumeurs de coups et d'insultes à l'encontre d'Assyriens. Les relations entre ces Assyriens et la population locale, composée d'Arabes, de Kurdes et de Turcomans, étaient vraiment hostiles. Cet antagonisme et la peur des prouesses militaires des Assyriens furent des facteurs importants dans les événements qui suivirent.

15Pendant les années 1920, les fonctionnaires anglais et irakiens fixèrent des Assyriens sur des terres du nord de l'Irak, surtout dans le Kurdistan. Certaines de ces terres furent données, d'autres louées à des aghas kurdes. Des impôts et des exemptions d'impôt furent discutées. Les Assyriens étaient divisés sur ces questions. Il faut bien remarquer que ces tribus assyriennes, comme leurs homologues arabes et kurdes, étaient enclines au factionnalisme. Le parti commandé par le Mar Shim'un en exercice était obstructionniste. Son objectif fondamental étant la constitution d'une patrie assyrienne, il trouvait toujours des raisons pour repousser les différents plans et autres offres des autorités. D'autres groupes assyriens étaient pro-gouvernementaux. Il faut également remarquer qu'il y avait beaucoup d'Assyriens déjà installés dans la région. Certain Assyriens s'étaient fixés à Mossoul et dans d'autres villes. Quelques-uns de leurs fils entrèrent dans la fonction publique irakienne, surtout dans la police, mais aussi plus tard dans l'armée. Le parti de Mar Shim'un était cependant celui qui avait le plus d'influence auprès des recrues.

16Les tractations furent dans l'impasse quand la fin du Mandat fut proclamée. Les Assyriens ne pouvaient croire que la domination britannique finissait et ils craignaient le gouvernement d'un État arabe. Comme chrétiens, ils entretenaient des relations et jouissaient de sympathies en Angleterre et en Europe, notamment auprès l'archevêque de Canterbury (le jeune Mar Shim'un avait étudié en Angleterre au sein de l’Église anglicane). En 1931, le Mar Shim'un déposa une pétition à la Société des Nations réclamant la création d'une nation assyrienne en Irak. La ligue ne pouvait faire droit à cette demande, mais elle fit effectivement pression sur l'autorité mandataire et sur le nouvel État pour obtenir d'eux des garanties de sécurité et de bien être pour les minorités. Ce fut la condition de l'admission de l'Irak nouvellement indépendant à la Société des Nations. Le résultat en fut que les hommes politiques et les hauts fonctionnaires irakiens, ainsi que leurs conseillers britanniques, furent particulièrement prudents dans leurs relations avec les Assyriens. Ils ne purent cependant satisfaire leur aspiration à être traités comme un millet autonome — et non comme une simple communauté religieuse — et à disposer d'un territoire national dans les districts irakiens d'Amadiya, Zakho et Dohuk (aux dépens des Kurdes). Les Kurdes, beaucoup plus nombreux et installés depuis plus longtemps, avaient sur ce territoire des droits mieux fondés. De toutes manières, les Anglais et les Irakiens considéraient une telle solution comme une brèche dans la souveraineté du nouvel État-nation. Des offres d'égalité de statut et de terres ne contentèrent pas le Mar Shim'un et son parti de plus en plus intransigeants. Ils espéraient qu'en résistant suffisamment longtemps, le gouvernement britannique, sous la pression des opinions publiques anglaise et européenne, satisferait leurs demandes. Ils étaient sourds à la logique de l'État-nation, fondée sur la souveraineté de l’État et sur une seule et même citoyenneté.

17Pendant l'été 1933 un groupe de plusieurs centaines d'Assyriens armés, sous le commandement d'un certain Yaqu de la faction de Mar Shim'un, franchit la frontière de la Syrie, alors sous mandat français, et demanda la permission de s'établir dans ce pays. Alertées par la possibilité de troubles causés par des Assyriens armés et nerveux, les autorités irakiennes avaient envoyé un détachement de l'armée au Nord et recruté une force de police régulière formée de membres de tribus kurdes. Après le départ de Yaqu, une partie de l'armée se rendit dans la zone frontière avec la Syrie. Quelques jours plus tard, les autorités françaises en Syrie renvoyèrent Yaqu et ses hommes en Irak avec leurs armes. Quand ils pénétrèrent sur le territoire irakien en un lieu appelé Dayrabûn, ils se heurtèrent aux unités de l'armée irakienne. Savoir qui tira le premier coup de feu est une question controversée qui relève de la volonté ultérieure de désigner un coupable. Les Assyriens furent battus dans cette échauffourée, mais non sans avoir tué quelques soldats irakiens. Ils furent accusés d'avoir mutilé les corps des soldats qu'ils avaient tués. La grande majorité des combattants assyriens, environ 500, se replia en territoire syrien, où ils furent arrêtés par les autorités françaises qui finalement leur permirent de s'installer. Quelques-uns s'échappèrent dans les montagnes et regagnèrent leurs villages. Ceux qui furent pris par les Irakiens ou par les troupes irrégulières kurdes furent abattus sur le champ, apparemment sur ordre du commandant Bakr Sidqî.

  • 1 Stafford R. S., The Tragedy of the Assyrians, Londres, Unwin, 1935.

18Le compte rendu que je donne ici des événements qui suivirent est tiré du livre The Tragedy of the Assyrians du lieutenant-colonel R. S. Stafford1, qui était inspecteur administratif en Irak et se trouvait à Mossoul pendant l'été 1933 quand se déroulèrent ces événements. Il écrivit par la suite un rapport officiel, et son livre s'inspire de ce rapport. Après la présentation de son récit, je signalerai les faits prêtant à controverse et les diverses interprétations qui ressortent des rapports et commentaires ultérieurs, en examinant les questions théoriques et idéologiques qui y sont liées.

19La nouvelle des événements de Dayrabûn se répandit à travers le pays sous forme de rumeurs qui exagéraient l'importance et la permanence de la menace que constituaient les combattants assyriens. Une grande ferveur nationaliste saisit les musulmans irakiens et s'exprima dans la presse, dans les manifestations et les proclamations anti-assyriennes et anti-britanniques — car les Anglais étaient considérés comme leurs protecteurs et instigateurs. Les hommes politiques, les hauts fonctionnaires et les officiers réclamèrent des mesures sévères à l'encontre des Assyriens.

  • 2 Stafford, op. cit., p. 162.

Même dans les cercles les plus élevés, on parlait de lancer des mots d'ordre du type : « débarrassez-moi de ce prêtre turbulent », « que tous les hommes assyriens soient tués », tout en ajoutant : « mais épargnons les femmes et les enfants, car le monde a les yeux fixés sur nous ; que les Arabes et les Kurdes se dressent contre les Assyriens ; fomentons des troubles en Syrie contre les perfides Français ». Des idées plus raisonnables prévalurent bientôt, mais il n'y a pas de doute que des instructions officieuses de ce type parvinrent effectivement à l'armée. Celle-ci d'ailleurs n'avait pas besoin de beaucoup d'encouragements ; elle suivit les instructions au pied de la lettre. Pendant quelques jours, tout mâle assyrien rencontré était abattu. Les Arabes et les Kurdes furent enrôlés (...) et encouragés au pillage.2.

20Nous verrons plus loin le sens que l'on peut donner à l'expression « les cercles les plus élevés ».

21Pendant les jours qui suivirent les événements de Dayrabûn, l'armée, aidée par les Kurdes, continua de poursuivre des Assyriens dans la montagne pour les tuer. Les troupes se rendirent dans quelques villages et villes, notamment Dohuk, arrêtèrent les adultes mâles assyriens et les fusillèrent en masse. Les Assyriens de Dohuk étaient totalement innocents de toute alliance avec Yaqu et ses hommes. L'armée était aidée dans cette mission par des fonctionnaires civils. Les fusillades cessèrent lorsque le ministre de l'Intérieur Hikmat Sulaymân arriva sur place. Stafford raconte que les officiers irakiens, pendant cette période, évitèrent leurs officiers britanniques de liaison ou leur mirent des battons dans les roues. Bakr Sidqî, qui ne pouvait se débarrasser de son officier de liaison, le major Afry, resta à Mossoul pour l'y confiner.

  • 3 Ibid., p. 176.

22Pendant ce temps, les membres des tribus arabes (Shammâr et Jbûr), qui vivaient de l'autre côté du Tigre, et des Kurdes locaux commencèrent à piller les villages assyriens, dont certains, dépourvus de leurs combattants qui étaient avec Yaqu ou dans les troupes enrôlées, étaient des proies faciles. Les rapports ne font pas état de mort ou de blessé pendant les pillages. Mais les villageois qui en furent victimes se réfugièrent à Dohuk ou dans des villages assyriens plus importants. L'un deux, Simmel, fut le lieu du principal massacre. C'était le plus grand village de la région de Dohuk avec une centaine de maisons assyriennes, dix maisons arabes et un poste de police avec un sergent et plusieurs hommes. Cette population s'accrut grâce à l'arrivée de nombreux réfugiés fuyant les villages pillés. Le 11 août, les habitants arabes quittèrent le village avec leurs troupeaux. Deux jours plus tôt le Qâ'immaqâm de Zakho (qui semble avoir joué un rôle important, même en dehors de sa zone administrative) arriva avec quelques soldats et donna l'ordre aux Assyriens de remettre leurs fusils de manière à ne pas être impliqués dans un combat possible entre l'armée et les « rebelles ». Ils obéirent. Voyant que le pillage se poursuivait et que l'armée redoublait d'activité, les habitants, qui craignaient le pire, se réunirent dans la nuit du 10 autour du poste de police. Le sergent de police donna alors l'ordre aux gens des autres villages de rentrer chez eux, ce qu'ils refusèrent de faire. Ensuite il donna l'ordre à tout le monde de s'éloigner du poste de police. Au petit matin du 11, des camions de troupes et des voitures blindées arrivèrent et ouvrirent le feu sur les habitants qui se réfugièrent dans leurs maisons. L'officier chargé de l'opération, Ismâ‘îl Abawî Tawh Allâh, se rendit en voiture dans le village et cria aux soldats de ne pas tuer les femmes et les enfants (auxquels il donna l'ordre de quitter les maisons et d'aller au poste de police). Le massacre se déroula alors de manière systématique : des mitrailleuses placées aux fenêtres des maisons servirent à abattre les hommes à l'intérieur. Certains furent traînés hors des maisons et fusillés en groupes. Un des leaders locaux invoqua pour sa défense qu'il était connu pour sa loyauté envers le gouvernement et que son neveu était un officier de police ; sans effet : il fut lui aussi fusillé, ainsi qu'un prêtre qui s'était réfugié au poste de police. Les corps furent enterrés dans une tranchée peu profonde. Environ 300 hommes ainsi qu'un petit nombre de femmes et d'enfants moururent. La nuit qui suivit, quelques femmes furent violées par le sergent de police et les soldats. Mais, dit Stafford, « tour ce qu'on peut dire c'est qu'au cours de ces jours atroces, il y eut moins d'outrages commis sur les femmes qu'on n'aurait pu le craindre »3.

23Les autorités irakiennes et britanniques n'apprirent les événements que quelques jours plus tard. Les survivants de Simmel furent alors transférés dans des camps à Mossoul. Finalement, quelques-unes des familles des hommes de Yaqu eurent la permission de les rejoindre en Syrie. Quand le massacre fut découvert, des efforts furent déployés, sous la pression britannique, pour empêcher d'autres débordements. Stafford dit qu'un massacre fut ainsi évité à Alqosh. Après quoi, il y eut des assassinats sporadiques et quelques pillages, dus principalement aux Kurdes. Le nombre total de victimes assyriennes fut estimé par les fonctionnaires britanniques à environ 600, mais, selon les sources assyriennes, le chiffre s'élèverait à plusieurs milliers. Tout d'abord, les autorités irakiennes essayèrent d'étouffer toute l'affaire. Les nouvelles, cependant, circulèrent rapidement, surtout au travers des réseaux chrétiens et missionnaires ; des comptes rendus du massacre furent publiés dans les journaux de Beyrouth avant que Mossoul n'en ait pris connaissance. L'ampleur du massacre et le nombre de tués furent exagérés par les sources assyriennes. Le gouvernement irakien dut admettre qu'un massacre avait effectivement eu lieu, mais il nia que l'armée en fût responsable et accusa les membres des tribus et la police irrégulière. Finalement, Yâsîn al-Hâshimî, le délégué irakien à la Société des Nations, reconnut qu'effectivement des abus avaient été commis par l'armée régulière et affirma que les responsables seraient arrêtés et punis. Il n'en fut rien.

24En réalité, les unités militaires responsables reçurent un accueil chaleureux à Mossoul. Bakr Sidqî et ses officiers furent fêtés comme des héros vainqueurs, puis décorés par le prince héritier Ghâzî, qui devint plus tard roi, et ils reçurent par la suite de l'avancement. Des réceptions triomphales furent ensuite organisées à Kirkûk et Bagdad, en l'honneur « des défenseurs de la patrie et du nouvel État contre les impérialistes comploteurs ».

25Les protestations britanniques et la réaction scandalisée de l'Europe apparurent aux nationalistes comme la confirmation du soutien de l'impérialisme européen aux rebelles assyriens, et la défaite assyrienne (le massacre n'étant pas publiquement reconnu en Irak) comme un coup porté contre lui. Les représentants britanniques, poussés par des protestations et des pétitions en Angleterre, demandèrent à Faysal et à ses ministres que Bakr Sidqî et les autres coupables soient jugés et punis. Ces pétitions furent ignorées et ils se rendirent très vite compte que toute action de ce genre contre les héros nationaux du moment mettrait sérieusement en danger la position du roi et du gouvernement en déclenchant une rébellion militaire.

26Un gouvernement nationaliste pouvait très bien déposer le roi, établir une république (sur le modèle kémaliste) et réclamer le départ des Anglais. Le scénario devait se réaliser en 1941, avec Rashîd 'Alî, qui était premier ministre en 1933. La réponse britannique fut alors, dans le contexte d'une guerre mondiale, de réimposer le Régent et leur contrôle général par la force des armes. La mission militaire britannique proposa de démissionner de tout service en Irak, en signe de protestation. Cette démarche ne fut toutefois pas considérée comme adéquate par le Haut Commissaire et le Foreign Office (selon Husrî), qui avancèrent que c'était une affaire intérieure irakienne. En fait, la position du gouvernement britannique et de ses représentants était particulièrement intéressante.

  • 4 Cite in Khaldûn S. Husry, « The Assyrian Affair of 1933 », Parts I and II, International Journal of (...)

27Comme nous l'avons vu, au moment de l'indépendance de l'Irak en 1932, le gouvernement britannique avait avancé que le nouveau pays et son gouvernement étaient prêts à assumer leurs responsabilités et qu'ils garantiraient la sécurité et le bien-être des minorités et leur accorderaient la citoyenneté irakienne. L'opinion publique en Angleterre et certains groupes de la Société des Nations les tenaient maintenant responsables du sort des Assyriens. La réponse officielle fut de défendre le gouvernement irakien pour sa persévérance et sa patience en face de l'intransigeance assyrienne, et d'attribuer les atrocités à des unités militaires incontrôlées. Un rapport sur la bataille du Dayrabûn, signé par le brigadier général Headlam et daté du 6 septembre 1933, c'est-à-dire après le massacre, condamne nettement les Assyriens, fait l'éloge de l'armée irakienne et présente Bakr Sidqî comme un bon officier formé en Angleterre et en Inde. Ce dernier a mené à bien sa mission en dépit, « d'un ordre très regrettable portant sur un petit groupe de prisonniers »4 — il s'agit d'un ordre de fusiller des prisonniers.

28Le Haut Commissaire Humphries déconseilla fortement au Foreign Office de forcer Faysal à punir Sidqî. Stafford lui même, pourtant beaucoup plus critique à l'égard de Sidqî et horrifié par les événements, approuve toutefois la décision de ne pas conduire d'enquête, qu'elle soit britannique ou organisée par la Société des Nations. Selon lui, une enquête ne pouvait être imposée à un Etat souverain, et si on l'imposait, étant donné l'attitude du peuple et de l'armée, cela aurait conduit à un massacre de chrétiens dans le Nord.

Le nationalisme et les communautés

29Dans l'Empire ottoman et, après, dans l’État irakien, les Assyriens bénéficiaient d'une certaine autonomie juridico-religieuse (application de leurs propres lois de statut personnel). Par la suite et dans leur majorité, ils s'urbanisèrent ou, du moins, se sédentarisèrent. Les Assyriens, comme les Kurdes, étaient des tribus armées dotées de leurs propres chefs et de leurs prêtres, théoriquement sous la suzeraineté ottomane. Ils assuraient leur sécurité et la protection de leurs biens grâce à un réseau de pactes et d'alliances précaires entre leurs propres sous-groupes et avec leurs voisins kurdes. Quand ces alliances étaient rompues, la force devenait alors le seul arbitre. Comme les Kurdes, ils craignaient les gouvernements centralisateurs, qu'il s'agisse des Ottomans modernistes et des Jeunes Turcs ou des États qui leur succédèrent. Chrétiens, à la différence des Kurdes, ils ont toujours entretenu, en tant que tels, des relations « spéciales » avec l'Europe chrétienne. Ce fut la cause de leur première mésaventure dans leur alliance avec les Russes, et ce devait être aussi la base de leur tragédie en Irak. La conscience qu'ils avaient d'une identité sociale et de leur différence culturelle était renforcée par leur statut de protégés et de serviteurs des Anglais, qu'ils percevaient comme les maîtres coloniaux.

  • 5 Cette interprétation est proposée par Elie Kedourie dans son chapitre « Minorities », in The Chatha (...)

30Cette attitude renforçait les sentiments nationalistes irakiens ainsi que les sensibilités communautaires musulmanes à leur encontre. Le nationalisme irakien était fragile. Les tribus chiites, mécontentes de la domination sunnite, étaient en perpétuelle ébullition. Une des explications proposées de l'action contre les Assyriens a été de l'interpréter comme une tentative d'unir les musulmans contre un ennemi extérieur5. Les Kurdes étaient encore davantage opposés au nouvel État. La perspective de renoncer à leur autonomie coutumière en échange de la citoyenneté irakienne leur était insupportable. Des révoltes kurdes éclatèrent périodiquement (notamment celle du cheikh Ahmad Barzan en 1932).

31L'armée était le foyer du nationalisme irako-arabe et le meilleur symbole de l'indépendance. Pendant toute la durée du Mandat, Faysal fit pression sur les autorités britanniques pour créer une armée irakienne, puis pour la développer et l'améliorer. L'armée, comme nous l'avons vu, continuait d'avoir des relations avec les Anglais par l'intermédiaire des officiers de liaison et des conseillers. Certains officiers comme Bakr Sidqî avaient été formés dans des écoles militaires en Angleterre et en Inde. En même temps, le corps des officiers était très nationaliste et répugnait à entretenir des relations avec les Anglais. Ce ressentiment était exacerbé par le fait que l'armée irakienne n'avait pas brillé dans les batailles contre les tribus du sud et encore moins contre les insurgés kurdes. En 1932, ils n'échappèrent à la défaite qu'allaient leur infliger les Barzanis que grâce à l'intervention de la RAF et à celle des troupes assyriennes. Il leur fallait absolument une victoire, particulièrement une victoire obtenue sans l'aide apparente des Anglais (quoique les avions qui attaquèrent les Assyriens à Dayrabûn aient été équipés par les Anglais), et plus précisément contre ce qui était généralement perçu comme une cible alliée des Anglais.

32L'armée était aussi un des symboles d'une nation moderne. Les tribus, l'esprit sectaire religieux (c'est-à-dire la conscience communautaire chiite), les identités ethnico-religieuses, tout cela appartenait à un stade rétrograde pré-national, faisant obstacle au progrès qui exige l'unité et la force. Le projet nationaliste s'inscrivait dans le discours du progrès contre l'arriération. La Turquie kémaliste (et à un moindre degré l'Iran de Reza Shah) était le modèle du progrès. Dans cette perspective, l'engagement britannique et occidental pour la défense des minorités faisait partie d'un complot impérialiste visant à faire resurgir et maintenir les éléments d'arriération et les facteurs de division, obstacles sur la route de ce projet national.

  • 6 J'ai soutenu ce point de vue ailleurs. Cf. Sami Zubaida, Islam, the People and the State, 2d ed., L (...)

33La revendication nationale de l'armée et de l'intelligentsia s'accordait avec la conscience populaire sur cette hostilité envers les Anglais et leurs protégés minoritaires. Le peuple, toutefois, considérait les Anglais et les chrétiens en termes traditionnels de communautés, un exemple de ce que j'ai appelé le modèle communautaire international. Les Assyriens étaient des combattants revendicateurs et arrogants, en opposition aux attitudes pacifiques et prudentes des autres communautés chrétiennes et juives. Ils ne montraient pas la soumission extérieure et la déférence de ces autres minorités envers les musulmans. De plus, leur association étroite avec les Anglais renforçait l'idée répandue d'une solidarité chrétienne dirigée contre les musulmans. Dans cette perspective, l'armée était l'héroïque champion de la lutte communautaire contre les ennemis des musulmans et des Arabes. Ainsi, l'épisode assyrien permit une convergence entre le nationalisme moderne et l'esprit communautaire traditionnel. Il existe de bonnes raisons de croire que des sentiments communautaires de cette nature ont joué et continuent de jouer un rôle important dans la phénoménologie du nationalisme au niveau populaire6.

34Un trait important de l'épisode assyrien est que la violence manifestée fut commise par les organes de l'État-nation moderne. Dans l'analyse que nous ferons des comptes rendus ultérieurs et des interprétations de cet épisode, nous verrons qu'un des points de désaccord porte sur la question de savoir si la violence est venue initialement de l'armée ou des tribus. Si ces dernières sont responsables, l'épisode peut alors être assimilé à un paradigme bien connu de razzia et de violence tribales et l'implication de l'armée est secondaire. Tandis que si c'est l'armée qui a commencé, cet épisode violent constitue une manifestation du nationalisme moderne et de l'État-nation. Ce qui est, d'un point de vue idéologique, très différent.

Comptes-rendus et interprétations

35L'affaire assyrienne a suscité comptes rendus, références et commentaires dans bon nombre de livres d'histoire, d'articles et de débats. Aucun historien ou commentateur sérieux ne mettrait aujourd'hui en doute la version selon laquelle des unités de l'armée régulière furent les principaux coupables dans l'affaire. Des désaccords existent cependant sur les circonstances de ces événements, leur déclenchement ainsi que leur signification dans l'histoire du nouvel État et de son armée.

  • 7 Op. cit.
  • 8 Op. cit., p. 174.
  • 9 Op. cit.

36Les principales critiques du compte rendu de Stafford se retrouvent dans deux articles de Khaldûn S. Husrî traitant de la question assyrienne7. L'auteur, fils du célèbre intellectuel nationaliste Sâti' al Husrî, a été, enfant, le témoin du retour triomphal à Baghdad de Bakr Sidqî et de ses troupes. Ses articles sont fondés sur une analyse exhaustive des archives du gouvernement britannique. Il ne met pas en question le fait que l'armée régulière ait été impliquée dans le massacre et il taxe la dénégation officielle d'alors de « mensonge éhonté ». Il jette le doute cependant sur deux éléments du rapport de Stafford (qu'il qualifie de « livre bien écrit mais partial »8). Le premier élément porte sur l'incident de Dayrabûn. Sur ce point, Husrî se sert du rapport d'Headlam9 pour montrer que les forces assyriennes de Yaqu portent la responsabilité d'avoir commencé la bataille. Tandis que Stafford écrit qu'aucun jugement de ce genre n'est possible à partir des sources disponibles, et que le premier coup de feu a été probablement tiré par un individu nerveux ou inquiet qui pouvait appartenir à l'un ou à l'autre camp, Husrî avance qu'il existe des indices d'une provocation délibérée de la part des Assyriens.

37L'autre point qui intéresse Husrî est de savoir si l'armée régulière a prémédité et déclenché le massacre de Simmel. Là encore, il se sert de rapports officiels britanniques pour poser la question de savoir si le désarmement des Assyriens, peu de temps avant les événements, a effectivement eu lieu. 11 donne crédit, après évaluation, aux informations qu'il tire du témoignage que Tawh Allâh, l'officier en charge des troupes à Simmel, lui a apporté plusieurs années après le drame. Selon ce dernier, les troupes arrivèrent au village tandis que les membres des tribus étaient en train de piller et elles se joignirent à eux, l'affaire se terminant en tuerie. Ce point reconnaît la culpabilité des troupes régulières mais nie la préméditation et, fait décisif, innocente Bakr Sidqî qui était alors à Mossoul. Husrî accepte la version de Stafford concernant les manœuvres de Sidqî et des autres officiers visant à éloigner les officiers britanniques des régions en question ; mais il l'explique par un désir général d'avoir les coudées franches dans leurs relations avec les Assyriens plutôt que comme preuve d'une préméditation du massacre. Je reviendrai sur la signification de « membres des tribus » dans ces rapports.

38Husrî rapporte une conversation entre Nûrî al-Sa'îd et l'ambassadeur de Grande-Bretagne (tel qu'on peut la trouver dans le rapport de ce dernier au Foreign Office) en 1941, quand Nurî se réfugia à l'ambassade après le coup d'État de Rashîd ‘Alî. Passant la journée à bavarder, Nûrî aurait dit confidentiellement que la véritable responsabilité du massacre de 1933 incombait à Faysal lui-même, qui en aurait donné l'ordre. Ce qui pourrait expliquer l'allusion de Stafford dans le passage précédemment cité supra aux « cercles les plus élevés ». L'image (posthume) habituelle de Faysal, donnée dans les rapports britanniques comme arabes, est celle d'un homme d'Etat humain essayant d'unifier tous les secteurs de la société irakienne, mais vaincu par le factionnalisme et les antagonismes féroces de cette société, ainsi que par le nationalisme immodéré de l'armée. Cette image n'est pas confirmée dans les rapports confidentiels britanniques qui le présentent comme faible, hésitant et capricieux.

39L'utilisation de ce rapport par Husrî a pour conséquence d'impliquer Faysal, fondateur de l'ancien régime et chef à la solde des Anglais. Son compte rendu jette également l'opprobre sur les tribus, une force primitive et arriérée. Cette interprétation innocente Bakr Sidqî et l'armée. Si certaines unités furent clairement coupables, ce ne fut ni prémédité ni organisé par leurs chefs. Ainsi, Husrî plaide en faveur des nationalistes modernes, en les présentant comme une force de progrès, image qui aurait été ternie par leur implication dans les massacres ethniques.

40Il existe deux problèmes dans le compte rendu de Husrî. L'un est son recours aux rapports officiels britanniques qui, comme nous l'avons vu, ne sont pas impartiaux mais bien plutôt désireux d'innocenter l'autorité britannique et ses protégés irakiens des critiques de l'opinion publique anglaise et de la Société des Nations. En fait, Husrî relève l'ironie de la situation, où la perception générale irakienne de toute l'affaire a été celle d'un complot et d'une aide britannique en faveur des Assyriens, tandis que les hauts fonctionnaires anglais soutenaient le gouvernement irakien et essayaient de blanchir les méfaits de l'armée.

41Le deuxième problème est le suivant : si Faysal a donné l'ordre, à qui l'a-t-il donné ? Directement aux « tribus » ? Il semblerait extrêmement vraisemblable que l'ordre ait été donné à l'armée. Tous les témoignages indiquent que l'armée et ses chefs ne manquaient pas d'enthousiasme à ce sujet. Il n'est donc pas pensable d'impliquer Faysal et d'innocenter Bakr Sidqî.

42Et qu'en est-il des « tribus » ? Les tribus arabes et kurdes étaient armées et le contrôle qu'en avait le gouvernement était précaire. Historiquement elles avaient joui d'une autonomie importante, et, dans le cas des plus puissantes et de leurs chefs, d'un pouvoir considérable sur des gens, des revenus et des territoires. A partir de la moitié du xixe siècle, elles devinrent de plus en plus hostiles aux mesures centralisatrices des Ottomans et plus encore à celles des États-nations qui leur succédèrent. La technologie de la guerre moderne (artillerie et plus tard aviation) de même que la modernisation des transports et des communications faisaient nettement pencher la balance en faveur des autorités centrales. Pendant cette période, les actions armées des tribus se développèrent de plus en plus contre l'État-nation, qu'il s'agisse de révoltes contre sa dynamique centralisatrice ou de batailles déterminées par ses stratégies. Ce qui signifie que les alliances et les antagonismes des forces tribales s'inscrivaient toujours davantage dans le champ politique des nouveaux États. La participation kurde aux opérations contre les Arméniens, au xixe siècle et au début du xxe, ne fut pas seulement le résultat d'initiatives autonomes de tribus armées mais fut souvent organisée et dirigée par des agents du sultan ottoman ‘Abd al-Hamîd (certaines opérations sont même connues sous le nom de hamidiyyât) et de ses successeurs.

43L'hostilité et l'agressivité des Kurdes à l'encontre de leurs voisins assyriens était un fait évident. Leur crainte également. L'absence d'un nombre considérable de leurs combattants fit de ceux restant dans les villages des cibles faciles. Cependant, il n'y eut aucune tentative contre eux entre la mi-juillet, quand les hommes partirent, jusqu'après les événements de Dayrabûn les 4 et 5 août. Ce qui signifie que ce fut seulement après le début de l'offensive de l'armée que les pillages commencèrent. Cela concorde avec l'opinion de nombreux observateurs, y compris Stafford, pour qui le pillage n'était pas une action spontanée typique de tribus anarchiques, mais qu'il avait été prémédité par l'armée. Ce ne furent d'ailleurs pas seulement les voisins kurdes ou yézidis qui pillèrent, mais également les membres des tribus arabes venus d'outre-Tigre à cette fin.

44Les commentateurs, y compris Stafford et Husrî, assument également implicitement que le pillage était en quelque sorte purement « matériel », dirigé seulement contre les biens, et qu'il ne constituait pas une agression contre les personnes. Il est vrai, suivant tous les témoignages dignes de foi, que les voies de fait furent l'oeuvre majoritairement, sinon exclusivement, de l'armée régulière. Cependant, nous lisons également que bien des maisons et villages pillés furent brûlés. Ce qui s'accorde mieux avec ce que l'on sait de la « psychologie » du pillage qui est, après tout, un acte agressif et qui n'est jamais purement « matériel ».

45J'aimerais finalement mentionner quelques commentateurs postérieurs exprimant des points de vue idéologiques différents.

  • 10 Al-khalil S., Republic of Fear. The Politics of Modem Iraq, University of California Press, 1989, t (...)

46Samir al-Khalil présente, dans Republic of Fear10, l'action de l'armée et les réactions affectives de la population qu'elle a suscitées à cette occasion comme une partie de la généalogie de la paranoïa nationaliste au nom de l'anti-impérialisme qui devait culminer dans l'Etat ba'thiste.

  • 11 Op. cit., p. 228.

Il faut voir dans l'anti-impérialisme en Irak, tel qu'il s'est manifesté au cours des événements assyriens, plus une métaphore qu'un concept ou une réalité — en quelque sorte un signe de la nouvelle sémantique irakienne. Il n'y avait pas qu'une simple relation de cause à effet entre l'objet de la haine — les Anglais et leur rôle en Irak — et l'intensité du sentiment anti-impérialiste dans le peuple ; le véritable rapport n'était pas de pure causalité11.

47Il ne veut pas dire que l'anti-impérialisme ne se traduit jamais en termes réalistes, mais que tel ne fut pas le cas. Comme nous l'avons vu, les hauts fonctionnaires anglais soutenaient complètement le gouvernement irakien contre les Assyriens, ce qui ne les empêchait pas d'être l'objet de l'antipathie la plus violente de la part de l'armée et du peuple. C'est ce genre d'anti-impérialisme « iconographique » qu'al-Khalil postule comme étant un des facteurs de la genèse de la paranoïa et de la terreur collectives, provoqué à divers moments de l'histoire de l'Irak et essentiel dans la constitution de la psychologie de masse de l'Etat ba‘thiste.

  • 12 Dawr al-jaysh al ‘irâqî fi hukumât al-difâ‘ al-watanî wa-l-harb ma‘a Britâniyya ‘âm 1941, Beyrouth, (...)
  • 13 Op. cit., p. 62-64.
  • 14 Op. cit., note 25, p. 64.

48Fadîl al-Barrâk est un porte-parole de cet Etat et l'un de ses historiens officiels (et il fut également, pendant un moment, le chef de la sécurité intérieure). Son livre Le rôle de l'armée irakienne sous les gouvernements de défense nationale et la guerre de 1941 contre les Britanniques12 traite du rôle de l'armée irakienne dans les événements de 1941. Il s'agit, est-il besoin de le dire, d'une apologie de l'armée. Dans un chapitre sur les antécédents historiques, l'auteur raconte l'épisode assyrien13, en se servant principalement de la version de Husrî, à cette différence qu'il présente Bakr Sidqî comme l'auteur de toute la campagne contre les Assyriens. Dans une note de bas de page14 il dit :

Quoiqu'il en soit, les Assyriens nestoriens vivent aujourd'hui en république d'Irak dans le calme et la sécurité, ils occupent des postes comme les autres Irakiens dans la fonction publique et dans d'autres domaines comme la finance et la comptabilité tandis que les Assyriens agriculteurs travaillent la terre sans conflit ni discrimination. Comme tous les autres Irakiens ils jouissent de sécurité pour leurs biens et leur personne.

49Ainsi les conflits et les souffrances passés font partie des douleurs de l'accouchement de la nouvelle nation sous un régime de « pseudo-indépendance ». Maintenant, nous laisse entendre l'auteur, toutes les minorités sont hors de danger et bien intégrées dans la même citoyenneté irakienne.

50Al-Khalil présente l'épisode assyrien comme une partie de la généalogie de l’État ba'thiste, tandis que l'historien ba'thiste le présente comme une étape précédant la véritable révolution nationaliste, fondatrice d'une nation à la fois libérée et intégrée. A la lumière de ce que nous savons de la situation contemporaine de l'Irak, le conte de fée d'al-Barrâk apparaît, pour utiliser un euphémisme, problématique.

La sécurité des minorités

51Quelques mots sur cette question s'imposent sans doute en conclusion. Étant donné qu'il y a toujours eu, sous une forme ou une autre, antipathie ou hostilité entre les groupes ethnico-religieux, pourquoi n'y a-t-il pas eu plus de conflits ouverts ? Ce qui est remarquable, c'est que, la plupart du temps, les relations ont été paisibles, sinon toujours amicales. Les Assyriens n'étaient pas des non-musulmans typiques. C'étaient des montagnards armés et belliqueux qui protégaient leur propre communauté. Ils entraient également dans des alliances et des pactes avec leurs voisins kurdes et avec les agents de l'Empire ottoman. Même s'ils n'avaient pas été embrigadés dans les jeux de pouvoir régionaux, leur position avait été sûrement affaiblie par l'émergence de pouvoirs étatiques centralisateurs. Un semblant d'autonomie avait été conservé sous la protection des Anglais mais cela devait disparaître. Une partie de leur tragédie provient du fait qu'ils ne pouvaient pas croire à l'irréversibilité de ce processus.

52D'autres minorités chrétiennes et juives étaient formellement protégées par l’État. L'autorité de l’État n'était toutefois pas toujours très étendue et ses agents étaient souvent capricieux et âpres au gain. Immanquablement, de telles communautés trouvaient un asile à l'intérieur de réseaux locaux de relations sociales et de pouvoir. L'interdépendance économique, le voisinage, le clientélisme à l'égard des notables locaux, tout cela agissait comme des formes de protection et de sécurité.

53Sous les États-nations modernes, certains de ces mécanismes de sécurité survécurent. Dans l'explosion de violence contre les juifs à Bagdad, en 1941 (connue sous le nom de Farhud et qui se produisit pendant les quelques jours de vacance du pouvoir gouvernemental qui suivirent la fuite de Rashîd 'Alî et avant la réinstallation du Régent), la plupart des communautés juives provinciales furent épargnées. Une explication convaincante tient au fait que le relativement plus petit nombre de juifs dans les villes provinciales les rendait plus proches socialement et spatialement de leurs voisins musulmans que ne pouvaient l'être les juifs de Bagdad, concentrés dans leurs propres quartiers. Á Basra, après le pillage de quelques boutiques juives, Sâlih Bash A'yân, notable important et dignitaire religieux, prit des mesures pour arrêter tout autre débordement.

54Ce qui est significatif, c'est que les initiateurs et les exécuteurs principaux d'actes de violence étaient des soldats et des jeunes gens, influencés par l'ambiance panarabiste et pro-nazie entretenue par certains collègues de Rashîd 'Alî et par le mufti de Jérusalem qui était avec eux. Ce qui veut dire que, comme dans l'épisode assyrien, la perception des minorités avait été idéologisée dans le contexte du nationalisme moderne (et dans certains cas de l'Islam politique). Ces forces idéologiques étaient sur la voie ascendante, tandis que les mécanismes traditionnels s'effondraient. Dans ces conditions, quels mécanismes nouveaux allaient les remplacer pour assurer la paix sociale.

55En dehors de la protection (parfois totalement théorique) offerte par l'Etat, il existe des processus sociaux propres à la modernité et à l'État-nation moderne, qui fournissent des moyens d'intégration des minorités religieuses dans une vie nationale et leur assurent en même temps la sécurité. La participation à une structure professionnelle commune, dans le commerce, l'éducation et les professions libérales, dans le même environnement et les réseaux de sociabilité publique, tout cela créé des liens d'amitié, de partenariat, de métier et bien d'autres (à l'exception de l'intermariage !). Cette intégration, quoique importante et réelle dans bien des pays de la région, pour la plus grande partie de la période moderne, tend cependant à être plus caractéristique de milieux sociaux particuliers, des couches éduquées et prospères et de quelques sphères urbaines du travail. Au niveau populaire, cette intégration n'est pas aussi complète et elle est souvent freinée par des tensions et des conflits naissant de la résurgence d'anciens ressentiments. La prospérité, la stabilité politique et le règne de la loi pourraient renforcer les processus d'intégration, mais ces conditions ne prévalent pas dans une grande partie de la région. Les leaders politiques n'hésitent pas à jouer des antipathies et des ressentiments quand cela les arrange, et les courants politico-religieux s'y épanouissent. Aussi, en dépit de plusieurs dizaines d'années de modernité politique et de citoyenneté unique, nous avons toujours un « problème des minorités ».

56Dans le contexte du nationalisme et de l'anti-impérialisme, l'aspect négatif pour les minorités tenait à ce que leurs garants apparaissaient comme suspects à la plupart des nationalistes (souvent sans le moindre fondement objectif). Historiquement, les non-musulmans avaient quelques affinités avec les puissances coloniales. Bon nombre de leurs membres, comme les Assyriens, étaient mécontents du retrait de ces pouvoirs de la région. Cela s'est transposé en un modèle confessionnel international : aux yeux de nombreux penseurs et gouvernements nationalistes, même laïcs, il existe une affinité de religion et de culture entre leurs compatriotes non musulmans et l'Occident. Pour les minorités juives, la formation de l’État d'Israël les a rendues éminemment suspectes et, dans la plupart des cas, il leur est devenu impossible de continuer à vivre dans le monde arabe. A un moment, le parti communiste irakien a demandé à ses membres juifs de se convertir à l'Islam ou de quitter le parti. La protestation d'un bon nombre d'entre eux, qui, en tant que marxistes, ne croyaient en aucune des deux religions, ne fut pas entendue.

57En plus de tous ces facteurs, il faudrait prendre en considération un aspect important des systèmes politiques de la région qui renforce l'esprit communautaire sous toutes ses formes : le clientélisme d’État. Nous voyons ces pratiques sous leur forme la plus manifeste dans les régimes totalitaires d'Irak et de Syrie, mais des éléments similaires sont présents partout. L’État, ses organismes et ses administrations, particulièrement le parti au pouvoir, entrent dans des marchés avec différents segments de la population en leur accordant protection et bénéfices matériels en échange de leur loyauté et de leur coopération. Ou bien encore, les membres dirigeants de ces groupes occupent des postes importants à l'intérieur du parti au pouvoir (qui n'est qu'un véhicule de loyauté et de clientélisme pour les gouvernants) et ils se servent de ces postes pour favoriser leurs frères. Ceci encourage la constitution de réseaux communautaires autour des patrons et des notables qui passent des accords avec les fonctionnaires et les partis au nom des leurs. Ceci s'applique aux tribus (la clique au pouvoir en Irak est établie sur des liens tribaux), aux groupes familiaux, ethniques et régionaux, ainsi qu'aux minorités religieuses. Ces pratiques tendent à renforcer ou à reconstituer des solidarités et des antipathies primaires entre des groupes définis selon ces critères, aux dépens d'une citoyenneté unique et d'affiliations idéologiques. La compétition pour les bénéfices matériels et l'influence politique se déroule entre groupes conçus en ces termes. La suppression par des États totalitaires de toute autre forme d'autonomie et de solidarité sociale ou politique renforce les solidarités particularistes. Les conflits et les antipathies, dans ces conditions, sont conçus en termes d'appartenance particulariste, notamment religieuse. Ce n'est donc pas tant la persistance d'affiliations et des solidarités « primordiales » ou traditionnelles qui perpétue les distinctions, les antipathies et les conflits entre les communautés, mais bien plutôt les propriétés et les processus même des États modernes et de leur fonctionnement. Une même citoyenneté et l'intégration nationale ne peuvent se produire que sur la base de la stabilité, de la participation commune aux institutions civiles et à l’État de droit, conditions que les autorités et les systèmes politiques modernes dans la région, ainsi que la politisation de la religion, empêchent de remplir.

Notes

1 Stafford R. S., The Tragedy of the Assyrians, Londres, Unwin, 1935.

2 Stafford, op. cit., p. 162.

3 Ibid., p. 176.

4 Cite in Khaldûn S. Husry, « The Assyrian Affair of 1933 », Parts I and II, International Journal of Middle East Studies, 5, 1974, n° 2 and 3, pp. 161-176 and 344-360, ici pp. 174-175.

5 Cette interprétation est proposée par Elie Kedourie dans son chapitre « Minorities », in The Chatham House Version and Other Middle Eastern Studies, Hanover et Londres, Brandies University Press, 1984, pp. 303-306. Husri s'oppose à cette thèse.

6 J'ai soutenu ce point de vue ailleurs. Cf. Sami Zubaida, Islam, the People and the State, 2d ed., London, IB Tauris, 1993, pp. 152-162.

7 Op. cit.

8 Op. cit., p. 174.

9 Op. cit.

10 Al-khalil S., Republic of Fear. The Politics of Modem Iraq, University of California Press, 1989, traduit en français sous le titre Irak, la machine infernale, Paris, Lattès, 1991, pp. 221-232.

11 Op. cit., p. 228.

12 Dawr al-jaysh al ‘irâqî fi hukumât al-difâ‘ al-watanî wa-l-harb ma‘a Britâniyya ‘âm 1941, Beyrouth, al Dâr al-‘arabiyya li-l-mawsû‘ât, 1987.

13 Op. cit., p. 62-64.

14 Op. cit., note 25, p. 64.

Auteur

Birbeck College
Université de Londres

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable