Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Cadre théorique, approches disciplinaires et perspectives comparatistes

Violence d'État et violences contestataires en Europe occidentale

Philippe Braud

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 La dynamique de l'Occident, Calmann-Lévy, Paris, 1975.
  • 2 Walzer M., La révolution des saints, Belin, Paris, 1987.

1La construction progressive de l’État occidental moderne, depuis la féodalité, a supposé la pacification physique de l'espace sociétal. Celle-ci s'est jouée d'abord dans le dépérissement des guerres privées et l'élimination des bandes armées non directement soumises au contrôle direct du pouvoir central. L'évolution vers cette forme de pacification interne, sous le contrôle d'un pouvoir central qui monopolise le recours légitime à la force, prendra plusieurs centaines d'années. Entamée au xiiie siècle, elle ne s'achèvera en France et en Angleterre que des dizaines d'années après la guerre de Cent Ans, respectivement avec la chute de la maison de Bourgogne face à Louis XI et l'achèvement de la guerre des Deux Roses qui consacre les Tudor. Le processus de « curialisation des guerriers », décrit par Elias1, est cette transformation sociologique et psychologique des seigneurs, jadis épris avant tout de prouesses physiques et militaires, en hommes de Cour, attentifs à cultiver les bonnes manières et le bon goût, attentifs aussi à retenir l'attention bienveillante du Roi, lorsqu'il est monarque absolu comme en France. La naissance du courtisan implique, dans les catégories dirigeantes, une transformation radicale des moeurs, c'est-à-dire des comportements stratégiques en micro-situations d'interaction. La convoitise du pouvoir ne s'en trouve pas éliminée pour autant, ni la rivalité ou l'agressivité. Simplement la « violence » change de nature ; elle empruntera les voies du calcul, de l'intrigue, des rumeurs... Les effets émergents de ces nouveaux comportements définissent en termes inédits le rapport des classes dirigeantes au pouvoir et à l'Etat. C'est une forme de « réinvention de la politique », bien différente de la dimension « politique de masse », que le puritanisme réussit à imposer dans l'Angleterre du milieu du xviie siècle2.

  • 3 Corbin A., « L'histoire de la violence dans les campagnes françaises au xixe siècle. Esquisse d'un (...)
  • 4 Corbin A., « La violence rurale dans la France du xixe siècle », in Ph. Braud (dir.), La violence p (...)

2Cependant subsisteront longtemps des pratiques de violence physique dans les rapports sociaux, notamment au sein du monde rural soumis plus tardivement à ce processus de « civilisation des moeurs ». Les historiens ont donné de la persistance de ces violences au xixe siècle des interprétations qui ont considérablement évolué, soulignant ainsi la complexité des facteurs en cause. Formes de luttes de classes ? Réitération d'archaïques conflits de villages3 ? Néanmoins, c'est aussi à cette époque que s'opère un basculement décisif vers la pacification des comportements. S'il n'est pas sans rapport avec le resserrement du maillage étatique dans le tissu sociétal, sous la double figure du gendarme puis de l'instituteur, l'essentiel est ailleurs : dans la forte affirmation des autorités locales, mises en place avec les lois de décentralisation adoptées entre 1831 et 1884. Comme l'écrit Alain Corbin, « le pouvoir municipal constitue une instance décisive dans la régulation interne des conflits : le maire joue alors un rôle déterminant dans la procédure de l'arrangement »4.

  • 5 Barrows S., Miroirs déformants, Aubier, Paris, 1990.

3Dans le même temps, cet État, qui affirme une présence croissante dans les rapports sociaux, affronte de nouvelles tensions sociales nées avec l'industrialisation. Avec l'apparition du mouvement ouvrier en Europe, la violence s'est trouvée associée aux luttes revendicatives qui se développaient au cœur de la société industrielle. Cette violence apparaissait à la fois comme l'expression d'insatisfactions intenses, voire de frustrations exacerbées5, et comme une réponse, le plus souvent désespérée d'ailleurs, à des pratiques de répression particulièrement dures. Une tradition s'est alors construite, sous l'influence du marxisme et de l'anarcho-syndicalisme, qui érigeait la violence du prolétariat, exercée "au moment décisif, en outil privilégié du combat révolutionnaire. La violence devient alors positivement perçue comme "accoucheuse de la société en travail", même si des nuances importantes séparent les conceptions des proudhoniens, des marxistes internationalistes, des blanquistes ou des anarchistes. Confronté à ce défi et pour mieux imposer son monopole du droit à employer la force, l’État aura besoin de modes de relégitimations indiscutables. De ce point de vue, un outil essentiel sera constitué par l'extension de la participation politique et l'institution du suffrage universel. L'« arme » du bulletin de vote permet d'exiger avec une force symbolique accrue le renoncement à tout moyen d'affirmation politique fondé sur la violence physique. En France, où le souvenir de la Révolution, puis des « Journées » de 1830 et 1848, hante tout particulièrement le processus de construction démocratique, l'argument du respect de la Loi, « expression de la volonté générale », sera utilisé, au xixe siècle, avec une exceptionnelle insistance.

4Que reste-t-il aujourd'hui de ces pratiques de violence dans les luttes sociales ? Dans la France de l'Entre-deux-guerres apparaissait déjà une sensible évolution dans le sens d'une modération effective du déroulement des actions revendicatives, même si demeurait encore bien vivante une tradition de violence spontanée. Toutefois, cette période est caractérisée par un fort parasitage des luttes revendicatives par des stratégies de violence politique, notamment en Allemagne, en Italie, en France et en Espagne. La consolidation démocratique de l'après-guerre les a progressivement vidées de leur efficacité politique. Les partis communistes italien et français, puis les organisations gauchistes qui les relaient lorsque ceux-ci évoluent vers des formes de lutte purement pacifiques, ne parviendront pas à insuffler dans les conflits du travail cette violence censée leur conférer des virtualités révolutionnaires.

5De nos jours, la manifestation de rue, répertoire emblématique de la mobilisation protestataire, a fortement évolué. Les catégories les plus diverses de salariés y recourent, ce qui ne peut manquer d'influencer son mode de déroulement. Depuis plusieurs décennies, on perçoit globalement une nette tendance à la diminution des violences « dures », qui relève manifestement d'une évolution en profondeur des comportements. Sans doute le processus est-il peu linéaire. Et l'on peut notamment se poser la question de savoir dans quelle mesure il existe aujourd'hui une exception paysanne à ce mouvement d'ensemble.

6La forclusion de la violence physique, entendue comme stigmatisation et « refoulement » de ce comportement à l'extérieur de l'ethos démocratique, va de pair avec l'intériorisation poussée des codes de comportements autorisés. Maîtrise de soi dans les rapports sociaux, rationalisation des anticipations, affermissement de la conscience des interdépendances entre individus et groupes sociaux constituent le socle de cette mutation culturelle fondamentale sans laquelle l’État occidental moderne n'aurait pu imposer un « ordre public démocratique ». Un tel basculement des valeurs et comportements n'a été possible que parce qu'il s'inscrivait dans les logiques historiques à long terme de l'Occident. En effet, ses logiques socio-économiques impliquaient la marginalisation de la violence en même temps que le développement des institutions démocratiques représentatives. Il faudrait toutefois, pour que la violence puisse être totalement « contenue », que le contrôle social soit extrême, avec nécessairement un coût culturel et politique exorbitant ; c'est ce qui explique le maintien de plages de désordre, mais circonscrites dans leur intensité et leur durée.

Modalités élémentaires de la violence politique

7Même s'il ne convient pas d'en exagérer l'importance, la violence est une réalité dans la vie politique des pays européens : manifestations xénophobes en Allemagne, en France ou en Grande-Bretagne ; luttes nationalistes en Ulster, au pays basque, en Corse... ; mouvements sociaux protestataires des paysans, des marins-pêcheurs et d'autres catégories professionnelles économiquement menacées ; criminalité mafieuse qui affecte surtout aujourd'hui l’État italien ; bavures policières ou débordements dans la conduite des opérations de maintien de l'ordre. L'énumération de ces exemples met en évidence la complexité des formes de la violence et le fait qu'elles puissent relever de comportements en réalité peu comparables. On opèrera donc un certain nombre de distinctions préalables avant de pouvoir porter une appréciation sur le rôle qu'elle joue dans un système politique démocratique.

Violence d'État et violence protestataire

  • 6 Brodeur J. P., « Police et sécurité en Amérique du nord. Bilan des recherches récentes », Cahiers d (...)

8Lorsqu'on évoque l'emploi par l’État de la force physique, il est fréquent d'éluder le mot "violence". On lui préfère souvent, en français, des termes plus neutres comme "coercition", "contrainte matérielle"... Au contraire, il est facilement appliqué à des mobilisations protestataires, dès lors que les modalités de leur combat entraînent des dérapages perçus comme illégitimes. Du point de vue de la science politique, il est nécessaire de dépasser les logiques de jugement de valeurs sous-jacentes à ces pratiques verbales. En recourant à une expression unique pour nommer tout recours à la contrainte matérielle, quel qu'en soit l'auteur, quelle que soit la légitimité ou l'illégitimité de cet usage, on se donne les moyens de mieux saisir les interactions profondes qui existent entre les comportements de la puissance publique et ceux des acteurs qui la contestent. Parfois d'ailleurs, ce lien est extrêmement étroit, comme le montrent les études de séquences émeutières où apparaît en pleine lumière le facteur déclenchant ou aggravant de comportements non « professionnels » des forces de l'ordre6. Il existe donc un véritable intérêt scientifique à analyser parallèlement violence d’État et violence contestataire ; et le fait d'utiliser une expression unique facilite ces rapprochements ainsi que la mise en place de nouveaux systèmes de questionnement comme, par exemple, sur le parallélisme, en longue période, de la modération tendancielle du recours à des pratiques brutales voire cruelles.

  • 7 Political Violence. The Behavioral Process, St Martin' Press, New York, 1969, p. 13.

9La violence politique, selon l'excellente définition de Nieburg, désigne donc tous « actes de désorganisation, destruction, blessures, dont l'objet, le choix des cibles ou des victimes, les circonstances, l'exécution et/ou les effets acquièrent une signification politique, c'est-à-dire tendent à modifier le comportement d'autrui, dans une situation de marchandage qui a des conséquences sur le système social »7. La violence peut être légale ou illégale (par exemple, celle des forces de l'ordre selon les conditions juridiques de leur emploi) ; elle peut être légitime ou illégitime, mais sur ce point les avis pourront fortement diverger selon les références idéologiques ou les systèmes de croyances des agents sociaux. Elle peut aussi être d'une intensité tout à fait variable puisqu'elle inclut aussi bien les simples actes d'obstruction physique (barrages de manifestants ou de policiers sur la voie publique, occupations sans titre de bâtiments officiels) que des déprédations de biens privés ou publics, des agressions à main nue ou à main armée contre des personnes, des formes de lutte armée organisée, etc.

Violence colérique et violence instrumentale

10Tout recours à la force physique implique nécessairement une dimension émotionnelle spécifique, ne serait-ce qu'au niveau des effets politiques engendrés. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le mot violence doit être préféré comme mode d'expression unifié de cette réalité, car ses connotations sont pleinement perceptibles à ce niveau. Ceci étant, on observe une visibilité extrêmement variable de l'implication émotionnelle des acteurs, qui n'est pas sans conséquence sur le traitement politique des phénomènes de violence. C'est pourquoi il est nécessaire de bien distinguer deux idéaux-types qui serviront d'instruments de lecture du réel : la violence colérique et la violence instrumentale. Il ne s'agit pas de les considérer comme des « types réels » correspondant à deux formes pures (et deux seulement) de la violence existante, mais de les utiliser comme moyen d'identifier une dualité irréductible de logiques d'action dans les comportements observables.

  • 8 Braud Ph., « La violence politique. Repères et problèmes », in Ph. Braud (dir.), La violence politi (...)

11La violence colérique a été ailleurs définie comme « un acting out destructeur provoqué par une décharge d'agressivité »8. Ce qui la caractérise, c'est donc la recherche de profits psychologiques immédiats sous forme d'une brutale libération, en actes, de tensions intérieures. L'étroite relation de cette forme de violence avec la levée des contrôles sur l'agressivité, conçue ici comme « disposition psychologique », lui donne son dynamisme propre, éclairant plus particulièrement son mode de surgissement et d'épuisement.

  • 9 Body-Gendrot S., Ville et violence, PUF, Paris, 1993, p. 140.

12Deux attributs, significatifs politiquement, peuvent être associés à la violence colérique idéale-typique. Le premier est une finalisation assez approximative du recours à la force physique destructrice. Souvent, le mouvement éclate à un moment inattendu, sur un prétexte qui pourra paraître futile (par exemple, un contrôle de police qui tourne mal, voire un simple incident de la circulation, une fausse rumeur, etc.). Ses objectifs politiques peuvent être non formulés, vagues ou irréalistes. Dans des cas extrêmes (certaines « violences de banlieue »), elle débouche sur une véritable ivresse de tout casser qui s'attaque même à des équipements dont bénéficiait la population impliquée9. Il arrive enfin qu'elle soit franchement contre-productive, dans la mesure où elle provoque la perte de soutiens politiques, acquis jusqu'ici aux protestataires, et contribue à faire passer au premier plan des objectifs sécuritaires au détriment des doléances du groupe qui se sent frustré. De même, bien des gouvernements démocratiques ont été affaiblis voire emportés par la désapprobation suscitée par les excès des forces de l'ordre.

  • 10 La violence et le sacré, Hachette, Paris, nle. éd., 1989, p. I 1.

13Le second attribut caractéristique de la violence colérique idéale-typique est la quête d'un bouc émissaire. Comme l'a montré René Girard, sa désignation obéit moins à la recherche d'un responsable, qui serait "la cause" de la situation jugée intolérable, qu'à l'identification d'une "victime sacrifiable" qui permette d'exorciser le sentiment d'impuissance. « Les hommes veulent se convaincre que leurs maux relèvent d'un responsable unique dont il leur sera facile de se débarrasser »10. L'agressivité libérée du contrôle social se cherche une cible ; et celle-ci se trouve désignée par des représentations symboliques actives soit dans la culture globale, soit dans la subculture du groupe considéré. Ainsi, aujourd'hui, les technocrates européens ou les immigrés sont-ils fréquemment désignés comme boucs émissaires, quelle que soit la configuration exacte des causes réellement à l’œuvre dans le surgissement du mécontentement.

  • 11 Why Men Rebel, Princeton University Press, Princeton, 1971.

14La violence colérique est soigneusement combattue, du côté de l’État, par le travail de professionnalisation des forces de l'ordre, auxquelles est inculquée une maîtrise maximale de leurs émotions. Cela n'exclut pas néanmoins des « bavures » qui sont généralement des mises en échec ponctuelles de ce contrôle étroit de l'agressivité individuelle. Réciproquement, la colère, l'indignation, le ressentiment accumulé sont le ressort de beaucoup de mobilisations protestataires, à travers la notion de frustration relative, comme l'a bien montré l'étude classique de Ted Gurr11. Toutefois, il arrive fréquemment aussi que ces émotions soient, sinon absentes, du moins suffisamment maîtrisées pour que la protestation n'apparaisse pas comme un pur « phénomène volcanique ». Il serait donc erroné d'opposer, de manière simpliste, une violence d’État, froide et parfaitement régulée, à une violence contestataire toujours chaude, incontrôlable, émotionnellement déferlante.

15La violence colérique protestataire fait souvent reculer les gouvernements démocratiques, au moins dans le Court terme. Il serait en effet très risqué politiquement d'écraser le mouvement par une réponse purement répressive, quand bien même cela serait techniquement facile. De même, une bavure policière conduit presque toujours le gouvernement à annoncer des sanctions, voire à présenter des excuses aux victimes. Ce qui importe le plus dans cette attitude, c'est le recul lui-même qui donne une sorte de satisfaction symbolique aux contestataires de nature à réduire leur agressivité ou leur émotion. Quant aux concessions effectivement accordées, elles apparaissent généralement, avec le temps, de portée limitée : soit parce que la situation génératrice de frustrations est d'une complexité qui dépasse les moyens d'action des autorités, soit parce que, délibérément, elles n'ont entendu opérer que des gestes tactiques à portée symbolique sans considérer qu'un réel changement de politique soit souhaitable. La violence colérique, peu gouvernée par les logiques des coûts/avantages, se régule surtout avec des « gestes », au sens tocquevillien du terme. Prise en considération de la légitime émotion des personnes, travail psychologique et politique de dissociation entre les individus dont « on comprend la colère » et stigmatisation des comportements inacceptables, promesse conditionnelle d'ouverture d'un dialogue après le retour au calme, tels sont quelques-uns des ingrédients de cette politique symbolique. La démocratie pluraliste dispose en outre de ces fameux fusibles qui permettront, par le truchement de la démission d'un ministre ou celle du gouvernement tout entier, de « sacrifier » des responsables afin de mieux assurer le retour du contrôle social.

  • 12 Bruneteaux P., La violence d'Etat dans un régime démocratique : les forces de maintien de l'ordre e (...)

16La violence instrumentale est celle qui s'inscrit totalement dans un rapport coûts/avantages ou encore fins/moyens. Cela exige une maîtrise rigoureuse des émotions des acteurs et la recherche intentionnelle d'une proportionnalité entre les moyens mis en œuvre et les buts recherchés. L'introduction progressive d'un contrôle juridictionnel sur les mesures d'exécution forcée prises en vue de faire respecter des décisions de justice (affaire Basilio Couitéas, 1923) témoigne, en France, de ce souci du juge administratif d'empêcher toute disproportion entre le désordre créé par l'inexécution du droit et les troubles éventuellement provoqués par une tentative brutale de le faire respecter. Patrick Bruneteaux a bien montré, dans le domaine du maintien de l'ordre, cette évolution constante, surtout depuis les années 20, vers une spécialisation des forces de répression, condition de leur professionnalisation12. La formation technique et psychologique reçue par les gendarmes mobiles et les Compagnies républicaines de sécurité fait une large place au contrôle émotionnel. Grâce à cette meilleure maîtrise des situations difficiles d'affrontement avec des mouvements contestataires, le taux des incidents graves (blessés et morts) a significativement décru, y compris dans la période à hauts risques que la France a traversée en mai 1968. On pourrait réunir de semblables observations à propos de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne (Ulster exclu) et, dans une moindre mesure, de l'Italie.

17De nombreux acteurs recourent à la violence comme ressource politique, parallèlement à d'autres moyens plus pacifiques, pour tenter de s'affirmer à part entière dans les négociations et marchandages de la vie politique démocratique. Les médias, attirés par le spectaculaire ou le dramatique, pourront constituer un allié de poids au service de cette stratégie en focalisant l'attention sur le mouvement social qui utilise la violence. Cependant, il leur faut généralement modérer l'ampleur du recours à la force pour ne pas risquer de perdre des soutiens mobilisables ou déclencher en retour un désaveu excessif dans l'opinion publique qui affaiblirait leur cause. La combinaison de ces deux logiques explique la présence non négligeable de la violence à niveau modéré dans la routine de la vie démocratique. Il arrive néanmoins qu'une violence beaucoup plus dure s'exerce sur la base d'un calcul aussi froid mais plus meurtrier. Il s'agit des organisations clandestines qui recourent aux attentats dans le but non d'élargir le soutien à leur cause mais d'intimider l'opinion publique et de déstabiliser les gouvernants. Il s'agit essentiellement d'un terrorisme séparatiste, comme celui de l'E.T.A. en Espagne ou de l'I.R.A. en Irlande du Nord, ou bien encore d'un terrorisme « importé » en relation avec la politique moyen-orientale.

  • 13 From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley, 1978, p. 201.

18La violence purement instrumentale exige un haut degré d'organisation, de discipline, voire d'institutionnalisation, comme l'a bien vu Charles Tilly13. Il faut en effet un contrôle très rigoureux de la dose de violence employée pour continuer de s'inscrire dans une logique purement calculatrice. Or il n'est pas facile de maîtriser non seulement les sentiments des acteurs impliqué, mais aussi et surtout les effets émotionnels produits dans le public, qu'il s'agisse de la souffrance ou de la révolte des victimes ou des peurs, ressentiments et traumatismes provoqués dans le public, sans même parler des réactions des gouvernants, de leur majorité parlementaire ou de l'opposition.

19En définitive, ce qui distingue violence colérique et violence instrumentale, envisagées comme des idéaux-types, c'est la logique calculatrice de leurs initiateurs, prépondérante ici, secondaire, voire absente là. Cela ne signifie pas, bien sûr, que l'une et l'autre ne soient instrumentalisées ex post, par des tiers ou même par les initiateurs de mouvements qui les débordent ou les dépassent. La colère aveugle qui inspire des comportements de violence, l'inquiétude ou l'effroi qu'ils suscitent, constituent en effet le matériau d'inévitables "exploitations" aussi bien que la violence initialement calculée d'apprentis-sorciers. Mais leur dimension émotionnelle spécifique en rend toujours la gestion virtuellement aléatoire.

La place de la violence physique dans le fonctionnement des sociétés européennes occidentales

  • 14 Par exemple, sur la mémoire des temps de l'Occupation en France, Henry Rousso, Le syndrome de Vichy (...)

20La violence politique, qui a travaillé si durement ces pays lors des troubles sociaux de l'Entre-deux-guerres, et plus encore avec la guerre civile espagnole puis la deuxième guerre mondiale, à partir de 1939, a engendré des effets de mémoire encore très actifs politiquement aujourd'hui14. Le noyau de la construction européenne, on le sait, se sera historiquement construit sur la base de la réconciliation franco-allemande. La vigilance contre les résurgences possibles de l'antisémitisme ou du racisme est directement en relation avec les souvenirs particulièrement pesants de la Shoah. Enfin, dans le cas particulier de l'Espagne, la transition post-franquiste aura été facilitée par le souci des ex-camps ennemis d'éviter tout ce qui pouvait raviver d'insupportables souvenirs. Par contraste, il est clair qu'aujourd'hui ces sociétés apparaissent pacifiées, du strict point de vue de la place qu'y occupe la violence politique effective. Il est même tout à fait légitime de parler d'une véritable marginalisation, parallèlement à la modération de ses modalités d'expression. Quelles en sont les raisons ? Quel en est le prix ? Telles sont les deux questions majeures que ne peut éluder l'analyse.

La violence désorganisatrice ou déstabilisatrice ?

21Pour les démocraties modernes, qui sont aussi des sociétés à économie hautement intégrée dans l'ordre européen et international (l'économie-monde de Wallerstein), la violence politique représente un double défi.

  • 15 « L'a rationalisation sur la base d'un calcul rigoureux est l'une des caractéristiques fondamentale (...)
  • 16 Body-Gendrot S., Ville et violence, PUF, Paris, 1993, p. 139.

22Défi tout d'abord à l'ordre économique. Le capitalisme occidental, comme, à la suite de Sombart, l'a rappelé Max Weber15, s'est développé originellement sur la base d'une rigoureuse rationalisation de l'activité humaine. Il implique la division sans cesse croissante des tâches, le développement des échanges de biens, la circulation des capitaux, tous processus qui exigent une très grande fiabilité et sécurité pour demeurer performants. Or la violence n'est pas simplement destructrice de biens ; elle est, surtout peut-être, désorganisatrice. Hormis l'hypothèse de la guerre qui se déroule sur le territoire national, les pertes humaines et les dégâts matériels causés par la violence politique sont négligeables à l'échelle économique d'un pays. Au contraire, une grève de longue durée, affectant des branches essentielles de l'activité comme les transports routiers, les télécommunications ou la production d'énergie, est très coûteuse, infiniment plus que le terrorisme basque et, a fortiori, les activités du FLNC en Corse. Des désordres même intenses, pourvu qu'ils soient circonscrits, se révèlent ainsi beaucoup plus tolérables qu'une contestation larvée mais généralisée. Ce constat permet d'expliquer la constitution d'espaces urbains, habités par des « populations captives », rassemblées là par la logique publique du logement social ou la logique privée du marché immobilier, et qui constituent des enclaves où se manifestent de nombreuses formes diffuses de violence sociale, susceptibles de se trouver brusquement politisées16. Mais l'ordre économique libéral supporte beaucoup mieux cette « ghettoïsation » qu'il ne supporterait le coût exorbitant d'une politique massive d'intégration économique, culturelle et politique de ces masses d'exclus.

23Le capitalisme moderne, fondé sur une concurrence de plus en plus mondialisée, soumet à rude épreuve les situations acquises des salariés dans l'industrie, ainsi que l'agriculture traditionnelle et des branches entières de l'artisanat. En ce sens, il est porteur d'une « violence économique » qui peut ne pas être moins insupportable que la violence physique des périodes d'insécurité. Cependant, ses performances actuelles demeurent telles, qu'elles permettent une atténuation des rigueurs de l'« économisme » grâce aux financements partiels du chômage, aux revenus minimums garantis et à l'ensemble des législations sociales. Tel est le paradoxe du capitalisme occidental aujourd'hui que d'engendrer un fort potentiel de violence sociale virtuelle par ces logiques mêmes (concurrence sans merci) qui lui fournissent jusqu'ici les moyens d'en limiter les incidences concrètes. Équilibre fragile, et probablement instable à terme !

  • 17 « La violence se manifeste lorsque le pouvoir est menacé ; parler d'un pouvoir non violent est en f (...)
  • 18 Cité par Body-Gendrot S. , op. cit ., p. 189.
  • 19 Duclos N., « Réalité et limites de la violence contestataire des paysans bretons », in Ph. Braud (d (...)

24Défi aux valeurs démocratiques, la violence politique l'est aussi, manifestement. Avec le suffrage universel, le peuple choisit librement ses représentants et fonde leur légitimité à légiférer. L’État de droit prohibe le recours à la force pour faire triompher ses intérêts ou ses aspirations. Les libertés d'expression qu'il garantit doivent constituer le moyen normal de faire valoir insatisfactions et doléances. On peut donc considérer que toute violence politique est significative d'un échec des procédures démocratiques de dialogue, et de solution des conflits. Cela est vrai de la violence d’État, puisque la nécessité de recourir à la force signale un déficit d'autorité de la loi ; c'est ce qu'a toujours exprimé une tradition de la philosophie politique qui, depuis Hobbes, oppose le pouvoir à la contrainte physique17. Cela est vrai aussi des violences protestataires dont on pourra estimer qu'elles expriment soit un mépris pour les arènes démocratiques, soit l'amertume de ne pouvoir y accéder utilement. Bachrach et Baratz ont ainsi qualifié les émeutes urbaines des années 70 aux États-Unis de « bulletin de vote du pauvre »18. Pourtant, cette analyse selon laquelle toute forme de violence signalerait une défaillance des institutions démocratiques mérite d'être nuancée, au moins lorsqu'il s'agit d'une violence d'intensité modérée, plus spectaculaire que réellement destructrice. Son surgissement peut constituer un utile signal d'alarme adressé aux représentants élus, qui n'aurait pu être perçu par d'autres canaux. Et, fréquemment, ceux qui envoient ce message, qui peut être de détresse, sont des groupes sociaux aux ressources politiques restreintes, voire des exclus ou des laissés pour compte (on pense par exemple aux barrages routiers organisés par de petits agriculteurs19, aux occupations de bâtiments publics par des salariés licenciés ou même aux destructions de marchandises importées par des marins-pêcheurs que ruine la chute des cours). Le respect des libertés d'expression, caractéristique de la démocratie pluraliste, incline d'ailleurs, paradoxalement, les pouvoirs publics à tolérer une certaine marge d'illégalité et de violence, au moins dans certaines limites et pendant un certain laps de temps, comme s'il s'agissait de concéder un minimum d'expression purgative de l'agressivité en vue de faciliter ultérieurement la négociation avec les véritables responsables de la mobilisation (conflits avec les marins-pêcheurs de 1992 et 1993).

Marginalisation de la violence et renforcement du contrôle social

25Le lien établi entre ces deux phénomènes peut sembler surprenant, puisque les sociétés occidentales sont à la fois plus permissives et moins violentes depuis que la démocratie pluraliste s'y est consolidée dans les quatre dernières décennies. Mais les apparences sont trompeuses. Dans ces pays, le contrôle social s'exerce avec une efficacité d'autant plus grande qu'il est plus facilement intériorisé par les citoyens, en raison des formes soft qu'il revêt et des mécanismes de séduction qu'il mobilise.

  • 20 Cette manière de formuler le problème des conditions du passage à la violence s'inscrit à la fois d (...)
  • 21 Les damnés de la terre, Maspero, Paris, réédition, 1968.
  • 22 Birenbaum G., Le Front national en politique, Balland, Paris, 1992.

26Tout recours à la violence exige, en effet, ou suppose la mise en place de légitimations qui permettent de surmonter les interdits, de lever les inhibitions culturellement inculquées pour empêcher, en temps normal, dans les rapports routiniers, la violence de tous contre tous20. Or il faut souligner la pression culturelle accrue pour disqualifier les recours à la violence contre l’État démocratique. Aujourd'hui il n'y a pratiquement plus de discours dissonants sur la question de sa légitimité constitutionnelle, dans l'ordre interne tout au moins, sauf à de très étroites marges de l'extrême-droite. Les justifications idéologiques dotées d'un minimum d'autorité intellectuelle ont quasiment disparu, ce qui est un fait nouveau en Occident. Elles ont été emportées par l'obsolescence des discours révolutionnaires (celui du léninisme notamment, après la déroute du gauchisme allemand, français ou italien) et le fort stigmate qui pèse sur l'héritage du fascisme et du nazisme. La fin des guerres coloniales menées par la Grande-Bretagne, la France ou le Portugal a sonné le glas des justifications de la violence des colonisés, telles que Jean-Paul Sartre par exemple avait pu les formuler dans sa fameuse préface au livre de Frantz Fanon21. Un consensus aussi général acquiert une formidable efficacité symbolique pour disqualifier les légitimations isolées d'une violence politique dirigée contre les valeurs et les institutions de la démocratie pluraliste. Même l'extrême-droite est obligée d'en tenir compte dans son discours officiel et dans ses pratiques politiques22.

  • 23 Wieviorka M. et Wolton D., Terrorisme à la une : médias, terrorisme et démocratie, Gallimard, Paris (...)

27La pression stigmatisante de la violence politique s'exprime également dans le traitement qu'en opèrent les médias, en dépit du paradoxe apparent d'une telle affirmation. Leur omniprésence dans l'espace public et sur la scène politique n'a pas manqué — on le sait — d'influer fortement sur les stratégies de recours à la violence23 La menace ou l'emploi effectif de la force provoquent un effet de dramatisation qui déclenche immédiatement une couverture journalistique. Montrer la violence, fût-ce pour la dénoncer, est toujours un moyen efficace de capter l'attention des lecteurs et téléspectateurs, en raison des perceptions intenses qu'elle peut éveiller en eux, que ce soit sur le registre de la fascination ou de la répulsion.

28L'existence de ces logiques médiatiques constitue aujourd'hui un élément clé du calcul opéré par les acteurs. En effet, l'efficacité politique de la violence s'est toujours appréciée non seulement sur le terrain, mais aussi — et parfois incomparablement davantage — à travers la construction des représentations, positives ou négatives, qu'elle suscite. Avec le développement des moyens modernes de communication de masse, qui bouleversent tant de frontières et renversent tant de murs du silence, on observe chez les acteurs une double incitation à se servir des médias pour mieux atteindre leurs objectifs.

29La première relève d'une stratégie d'orchestration. Les médias modernes, on le sait, recèlent une capacité remarquable d'amplification voire de construction de l'événement. « Visibilisation » et « spectacularisation » constituent un moyen « économique » de donner davantage de poids à une violence soit simplement virtuelle, soit effective mais plutôt modérée ou ponctuelle. Mais cette stratégie des acteurs porte en elle-même ses propres limites. Les violences dures, montrées au grand public, conduisent fréquemment les initiateurs d'un mouvement protestataire à s'en désolidariser. En cas de violence intense (morts ou blessés filmés par le journaliste, destructions massives de biens, etc.) le spectacle particulièrement coûteux psychologiquement de ses effets dramatiques, en termes de souffrances infligées à des innocents, interdit ou rend très difficile toute solidarité politique avec ceux qui peuvent en être tenus pour responsables. Plus profondément encore, il réactive les inhibitions de la violence culturellement apprises, en rappelant le prix de cette levée des interdits à des spectateurs qui ne sont pas concernés directement par le calcul des avantages recherchés (violence instrumentale) ou la libération d'agressivité (violence colérique). C'est en effet dans ce décalage entre les dispositions d'esprit des acteurs et celles des spectateurs, décalage mis en place par la communication radio-télévisuelle, qui « rapproche » de manière quasi-instantanée des masses de population vivant des situations totalement différentes, que se construit chez les simples spectateurs un jugement défavorable à ce mode d'affirmation politique. Il s'ensuit deux effets de rétroaction sur les stratégies des acteurs. Généralement, les dirigeants vont tenter de contenir leurs troupes dans les limites d'acceptabilité sociale des modes de comportements protestataires, en multipliant les mises en garde « contre les provocateurs ». Concédant des formes soft de violences et condamnant les plus hard, ils contribuent, en interaction avec d'autres agents sociaux comme les journalistes ou les hommes politiques, à la construction de ces seuils de tolérance à des formes mineures de violence. En revanche, dans l'hypothèse extrêmement circonscrite en définitive du recours au terrorisme, si l'effet amplificateur du traitement médiatique intensifie encore la portée de l'action menée, il n'en résulte nullement une valorisation de la violence hard, bien au contraire ; c'est pourquoi cette stratégie est l'apanage de groupes profondément isolés qui n'ont jamais eu l'intention (terrorisme "importé") ou n'ont plus l'ambition de rechercher des soutiens politiques véritables.

  • 24 Dufour-Gompers R.-Y., « Voir la violence de la guerre ou le théâtre des opérations », Revue Interna (...)
  • 25 Ferro M., L'information en uniforme, Ramsay, Paris, 1991.

30La seconde incitation à « utiliser » les médias, dans le domaine de la violence politique, relève au contraire d'une stratégie d'euphémisation. Dans les démocraties européennes occidentales, parallèlement à la mise en place de « croyances tenues pour acquises » autour d'une éthique de paix, la marginalisation effective de la violence d’État et des violences contestataires a beaucoup contribué à élever le seuil de tolérance en ce qui concerne leur acceptabilité politique. Dès lors, un recours jugé nécessaire à la force peut se révéler très contre-productif pour des acteurs qui n'en maîtriseraient pas les conséquences émotionnelles24. Jusqu'à une époque très récente, les gouvernants pouvaient recourir à une censure officielle afin de limiter des réactions négatives au spectacle de la violence d’État déployée (par exemple dans les guerres coloniales). Lorsqu'à éclaté la guerre du Golfe en 1991, la puissance et la mondialisation des médias décidés à couvrir, coûte que coûte, le conflit rendaient difficile le recours aux vieilles méthodes de contrôle de l'information. On a vu se mettre en place un nouveau mécanisme de régulation qui réussit à imposer, au moins provisoirement, l'image d'une « guerre propre », donc plus facile à légitimer25. Preuve a contrario d'une pression culturelle forte.

31Un ultime problème mérite encore d'être abordé : c'est le rapport existant entre les exigences de modération de la violence d’État dans un régime démocratique, qui se veut un État de droit, et la nécessité d'un contrôle social particulièrement intense sur les forces chargées du maintien de l'ordre. Il n'existe aucun régime, même authentiquement libéral, qui ne s'appuie en dernière instance sur le recours éventuel à la force. Le maintien de l'ordre public intérieur constitué une incontournable condition préalable à l'exercice des activités de gouvernement même si, dans les démocraties consolidées d'Europe occidentale, il ne s'agit plus d'un problème qui s'impose au tout premier plan de l'agenda politique.

32On observe que les régimes démocratiques occidentaux, depuis plusieurs décennies, portent une attention croissante aux politiques de maintien de l'ordre. Du fait de leurs valeurs fondatrices aussi bien que de leurs modes de fonctionnement, ils sont en effet plus vulnérables que d'autres régimes aux effets politiques négatifs des « bavures » imputables aux forces de l'ordre. Cela signifie que la violence d’État peut, avec succès, être stigmatisée comme illégitime dans beaucoup de circonstances. Pour les démocraties, il est donc particulièrement nécessaire de s'assurer la meilleure maîtrise possible des comportements des forces de l'ordre, ce qui, d'ailleurs, ne peut avoir que des effets bénéfiques pour les citoyens. L'une des raisons de la modération tendancielle de la violence protestataire, en longue période, est certainement la modération de la répression des mouvements sociaux, laquelle a créé une dynamique interactive. Les moyens d'y parvenir ne se sont pas imposés d'emblée : ils ont été recherchés à tâtons. A cet égard la comparaison entre la Grande-Bretagne et la France, dont les traditions étatiques sont bien différentes, se révèle très instructive.

  • 26 Mandeville A., Les autorités responsables du maintien de l'ordre au Royaume-Uni, thèse science poli (...)
  • 27 Bruneteaux P., La violence d'Etat dans un régime démocratique : les forces de maintien de l'ordre e (...)

33Dans l'Angleterre de Robert Peel, le maintien de l'ordre intérieur avait été confié à une police locale aussi proche que possible des citoyens, sinon même recrutée parmi eux ; elle recherchait l'efficacité dans la prévention et non pas dans l'exhibition de sa puissance (forte limitation du port d'armes). En gros, ce modèle, dit de la milice, est toujours en place aujourd'hui, mais les problèmes posés par le maintien de la sécurité en Ulster mettent en évidence ses limites, voire sa contre-productivité26. Les accusations de partialité des forces de l'ordre n'ont cessé d'être proférées, tandis que la vulnérabilité d'agents qui vivent au milieu de la population s'est souvent révélée dramatique, relançant la probabilité de représailles en forme de « bavures ». Au contraire, en France, une tendance apparue dès le premier tiers du xxe siècle a conduit vers une spécialisation et une professionnalisation de plus en plus poussées des personnels engagés (gendarmerie mobile, CRS). Cette évolution s'est encore accentuée récemment, depuis les années 70, faisant du maintien de l'ordre une sorte de "métier d'expert". L'entraînement intensif de ces personnels accorde une très large place au contrôle émotionnel, à l'endurance physique et psychologique, bref au contrôle de soi27.

34Ainsi deux logiques bien différentes peuvent-elles coexister, le paradoxe étant qu'en Grande-Bretagne, on émet des doutes sur l'aptitude du scénario le plus « démocratique » à assurer dans les meilleures conditions le respect des libertés publiques de tous les citoyens. Au contraire, les forces professionnalisées de maintien de l'ordre, organisées en France de manière centralisée, constituent une sorte d'outil docile, généralement parfaitement tenu en main. Mais un maintien de l'ordre compatible avec le respect des libertés publiques des citoyens a son prix : une extraordinaire pression professionnelle, socio-culturelle et psychologique sur les individus chargés de sa mise en œuvre.

Notes

1 La dynamique de l'Occident, Calmann-Lévy, Paris, 1975.

2 Walzer M., La révolution des saints, Belin, Paris, 1987.

3 Corbin A., « L'histoire de la violence dans les campagnes françaises au xixe siècle. Esquisse d'un bilan », Ethnologie Française, 1991, vol.XXI/3.

4 Corbin A., « La violence rurale dans la France du xixe siècle », in Ph. Braud (dir.), La violence politique dans les démocraties européennes occidentales, L'Harmattan, Paris, 1993, p. 69.

5 Barrows S., Miroirs déformants, Aubier, Paris, 1990.

6 Brodeur J. P., « Police et sécurité en Amérique du nord. Bilan des recherches récentes », Cahiers de l'IHESI, janvier 1990.

7 Political Violence. The Behavioral Process, St Martin' Press, New York, 1969, p. 13.

8 Braud Ph., « La violence politique. Repères et problèmes », in Ph. Braud (dir.), La violence politique dans les démocraties européennes occidentales, L'Harmattan, Paris, 1993, p. 28.

9 Body-Gendrot S., Ville et violence, PUF, Paris, 1993, p. 140.

10 La violence et le sacré, Hachette, Paris, nle. éd., 1989, p. I 1.

11 Why Men Rebel, Princeton University Press, Princeton, 1971.

12 Bruneteaux P., La violence d'Etat dans un régime démocratique : les forces de maintien de l'ordre en France, 1880-1980, thèse science politique, Université Paris I, 1993.

13 From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley, 1978, p. 201.

14 Par exemple, sur la mémoire des temps de l'Occupation en France, Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours, Seuil, 2e éd., 1990.

15 « L'a rationalisation sur la base d'un calcul rigoureux est l'une des caractéristiques fondamentales de l'économie capitaliste individuelle dirigée avec prévoyance et circonspection vers le résultat escompté », L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Plon, 1965, p. 81.

16 Body-Gendrot S., Ville et violence, PUF, Paris, 1993, p. 139.

17 « La violence se manifeste lorsque le pouvoir est menacé ; parler d'un pouvoir non violent est en fait une tautologie », H. Arendt, Sur la violence, Calmann-Lévy, Paris, 1972, p. 157.

18 Cité par Body-Gendrot S. , op. cit ., p. 189.

19 Duclos N., « Réalité et limites de la violence contestataire des paysans bretons », in Ph. Braud (dir.), La violence politique..., op. cit., p. 293 et ss. Egalement, F. Dubet et D. Lapeyronnie, Quartiers d'exil, Seuil, Paris, 1992 ; P. Bourdieu (dir.), La misère du monde, Seuil, Paris, 1993.

20 Cette manière de formuler le problème des conditions du passage à la violence s'inscrit à la fois dans la problématique de Gurr, qui privilégie la « relative déprivation » tout en admettant l'importance des mécanismes de verrouillage de la frustration induite, et celle de bandura, qui insiste sur les mécanismes sociaux d"'apprentissage" de la violence.

21 Les damnés de la terre, Maspero, Paris, réédition, 1968.

22 Birenbaum G., Le Front national en politique, Balland, Paris, 1992.

23 Wieviorka M. et Wolton D., Terrorisme à la une : médias, terrorisme et démocratie, Gallimard, Paris, 1987 ; Ph. Schlesinger, Media, State and Nation, Sage, Londres, 1991.

24 Dufour-Gompers R.-Y., « Voir la violence de la guerre ou le théâtre des opérations », Revue Internationale des Sciences Sociales, 1992, n° 132, p. 249 et ss.

25 Ferro M., L'information en uniforme, Ramsay, Paris, 1991.

26 Mandeville A., Les autorités responsables du maintien de l'ordre au Royaume-Uni, thèse science politique, Toulouse, 1994.

27 Bruneteaux P., La violence d'Etat dans un régime démocratique : les forces de maintien de l'ordre en France, thèse science politique, Université Paris I, 1993.

Auteur

Département de Science politique
Université de Paris I

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable