Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Phénoménologie et pratiques de la violence

Violence sociale et ordre étatique au Machreq

Elizabeth Picard

Entrées d'index

Texte intégral

1Afin de ne pas répéter la monographie plus complète que nous avons consacrée aux Chiites du Liban et la violence politique, nous nous limiterons dans ce texte à l'examen de deux sites cruciaux de la violence politique : le passage à la violence et la reconversion à la négociation politique. Notre réflexion sera fondée principalement sur des exemples pris au Liban — véritable laboratoire de la violence politique —, mais aussi sur d'autres cas du Machreq arabe (Syrie et Iraq en particulier), avec des références au problème kurde dans sa dimension régionale.

2Dans une première étape, nous nous proposons de réfléchir au cadre théorique et aux instruments opératoires dans l'analyse du passage à la violence politique. Nous discuterons l'intérêt de rechercher des causalités, des processus et des conséquences aux démonstrations de violence politique. Nous envisagerons l'apport et les risques d'une approche compréhensive de cette violence, abordée dans sa dimension culturelle.

3Dans une seconde étape, nous nous interrogerons sur les conditions du retour à la négociation politique, en nous arrêtant sur les deux protagonistes principaux de la violence, qui sont aussi les acteurs déterminants de la négociation : d'une part, les dirigeants de mouvements violents, avec leurs calculs et leurs stratégies — ce qui nous permettra d'éclairer le thème de la violence instrumentale ; d'autre part, l’État — et ceci nous renverra aux problèmes de souveraineté, de légitimité, etc., problèmes cruciaux dans la région.

Le passage à la violence : de l'explication à la compréhension

Identifier et comparer les causes

4Si critiquée qu'elle soit, par des auteurs respectables et avec de solides arguments, la recherche des causes de la violence politique nous paraît indispensable. C'est un exercice d'autant plus fructueux qu'il est mené sur un mode comparatif, c'est-à-dire avec le projet de faire apparaître la récurrence de certaines séquences limitées d'enchaînement. Par cause, nous n'entendons pas la circonstance immédiate et souvent fortuite qui agit comme détonateur, comme le fut, par exemple, au Liban, la fusillade du 13 avril 1975 près de l'église maronite de 'Ayn al-Rammâna où passait un car rempli de militants de l'OLP. Mais nous retenons des faits ou des processus susceptibles d'orienter les événements lourdement et dans un sens précis, comme le font par exemple les évolutions démographiques.

5L'explication par l'économie, à condition qu'elle ne soit pas envisagée sur un mode étroitement mécanique, permet d'appréhender le cadre et les enchaînements d'ordre matériel qui précèdent la crise. Plusieurs des épisodes violents dont le Machreq a été témoin ces dernières années se sont produits dans une phase de changement et, souvent, de croissance économique. Le décalage entre les attentes et les possibilités offertes engendre des frustrations, même chez des populations en phase de mobilité ascendante, qui favorisent l'explosion. La Syrie et la Jordanie, chacune à sa manière, ont connu de tels enchaînements dans la décennie 1980. La première, avec l'épisode de Hamâ (février 1982), point culminant de l'affrontement entre les forces de l'opposition, fédérées par les islamistes, et les forces armées du régime ba'thiste. A Hamâ, la proximité de la zone agricole active du Ghâb, l'immigration d'une population rurale alaouite et l'implantation d'industries lourdes (sidérurgie, cimenterie) ont été autant d'éléments de changement économique rapide. Souvent ignorée, la concurrence inégale que faisaient subir le secteur public et ses salariés, issus du monde rural, aux petits entrepreneurs et aux commerçants des villes a constitué un facteur non négligeable dans la mobilisation urbaine contre le Parti et ses appareils. Dans le cas jordanien, la crise structurelle de l'économie, sur laquelle est venue se greffer la hausse des prix recommandée par le FMI, a été à l'origine de l'« intifada des prix » d'avril 1989, puis de profonds bouleversements politiques. C'est également dans la nouveauté et la précarité des conditions économiques dans les périphéries rurales du Liban, et singulièrement au Jabal ‘Amil, que nous avons trouvé l'explication principale de la cristallisation du mouvement protestataire (Haraka al-mahramîri), devenu ensuite Amal, en 1974-1976.

6On pourrait multiplier les exemples pris dans la région, sans remonter loin dans l'histoire. Mais sur un mode comparatif, on observe au Machreq un processus de marginalisation de catégories croissantes de la population, à qui leurs ressources matérielles et culturelles ne permettent pas ou plus de participer à la mondialité politique et économique à laquelle s'ouvre l’État auquel elles appartiennent. Nullement passives pour autant, ces populations marginalisées, de plus en plus ignorées des statistiques et négligées par les États, ne sont dépourvues ni de liens sociaux ni de formes de mobilisation et d'organisation. Mais celles-ci ont peu à voir avec le fonctionnement politique au niveau « national » et elles relèvent plutôt de ce qui est souvent qualifié de « culture de l'émeute », en référence à plusieurs épisodes de l'histoire médiévale arabe. En somme, les contradictions économiques et les tensions entre classes sociales, loin de s'atténuer à la faveur de la diffusion de la prétendue « démocratie de marché », conduisent des pans de la société à choisir la confrontation violente plutôt que la participation politique.

7Toujours dans l'ordre de la causalité, l'articulation entre conflit international (problèmes de défense) et violence interne (problèmes de sécurité) semble à la fois plus actuelle, plus complexe et plus étroite au Machreq que dans beaucoup d'autres zones du monde, même si nulle part on n'observe jamais de cas de violence politique surgissant dans un environnement international neutre. Une telle articulation peut être de nature concrète, comme l'assistance logistique d'un pays voisin à un groupe d'opposants, ou symbolique, comme le recours à un argumentaire et à des références extérieurs à l'espace territorial étatique. Par actualité de l'articulation entre externe et interne, nous entendons, d'abord, le caractère contemporain des interventions extérieures dans les espaces arabes machreqi, que ce soit sous le mode officiel de la colonisation ou sous le mode de l'intervention militaire et économique des Grandes Puissances et des institutions multilatérales ; et surtout, en raison de l'inscription du demi-siècle écoulé d'histoire proche-orientale sous le signe du conflit israélo-arabe. Un exemple, celui des Kurdes, dont la lutte nationale a été armée et instrumentalisée par les quatre Etats dont ils dépendent (Turquie, Iran, Iraq et Syrie), mais aussi par une puissance régionale comme Israël, illustre comment les ravages des rivalités internationales contaminent une société. A plusieurs périodes, les violences les plus coûteuses pour les populations kurdes de Turquie ont été le fait de milices kurdes, et non des forces régulières ou de leurs supplétifs, les « protecteurs de village ».

8L'articulation entre externe et interne est, d'autre part, une question complexe au Machreq arabe, en raison du chevauchement bien connu des références et des légitimités watanî et qutrî, mais aussi du subtil glissement de la distinction entre ajnabî et gharîb. Le cas emblématique de cette situation ambiguë est celui de la collaboration de chacun des deux régimes ba'thistes, syrien et irakien, avec les oppositions dans l'autre pays. Ainsi, la lutte armée des islamistes syriens en 1979 a-t-elle bénéficié de bases arrières en Irak et d'un soutien financier irakien (sans compter ceux de la Jordanie et des Katâ'ib libanaises) ; en revanche, Damas abrite depuis près d'une décennie des partis kurdes et des partis de gauche d'Irak, qui mènent une lutte armée contre le régime de Saddam. Il n'est pas facile de conclure avec certitude quelle forme et quelle ampleur prendraient les oppositions aux régimes autoritaires ba'thistes si ces oppositions ne s'inscrivaient pas dans le cadre d'une compétition régionale interarabe qui les attise. Mais on peut suggérer que la montée des légitimités étatiques territoriales aux dépens de la légitimité nationale arabe pourrait limiter le passage à la violence politique, ne serait-ce parce que chacun des États de la région deviendrait réticent à armer des forces non étatiques ; c'est un peu ce qu'on observe dans les relations syro-jordaniennes depuis une décennie. Pour autant, rien n'indique que le traitement des conflits à l'intérieur de chaque espace étatique en deviendrait plus démocratique.

9Enfin, l'articulation entre externe et interne dans la région du Machreq est particulièrement étroite, en ce sens qu'il est difficile de tracer la frontière entre les objectifs, les acteurs et les modalités d'action de l'un et l'autre, de les hiérarchiser verticalement ou spatialement. Aussi est-il impossible d'isoler l'analyse de la violence politique, comme l'illustre la question de la mobilisation armée d'Amal (jusqu'en mai 1991) et du Hezbollah à l'intérieur de l'espace libanais, et de son rapport de signification et d'action avec la résistance islamique contre l'occupation israélienne du Sud-Liban. Le problème ici n'est pas celui que soulèvent régulièrement les Israéliens, qui dénient au « terrorisme » chiite le caractère de lutte de libération. Il est celui de la relation du mouvement violent avec la société chiite, d'une part, avec l'Etat libanais, de l'autre. C'est sous l'influence du modèle palestinien, dans la foulée de l'invasion israélienne de 1982 et en riposte au déploiement de la Force multinationale, que le mouvement chiite (sous le leadership d'Amal) a développé la lutte armée contre les autres milices communautaires et contre l'Etat libanais en 1984, puis imposé son hégémonie aux populations de Beyrouth ouest et de la banlieue (dâhiyya) en 1985-1988. Pourquoi a-t-il trouvé sa place à l'articulation entre État et société, si ce n'est en raison de la centralité de la question du Sud-Liban dans l'identité et la souveraineté libanaises ? Et cette référence à la place pivotale de la milice, dans l'identité et la souveraineté de l’État territorial, peut être invoquée dans plusieurs autres cas au Machreq.

10A côté de la causalité économique et de la causalité externe, on doit prendre en compte une troisième catégorie explicative, englobant les évolutions sociales et les représentations collectives à l'intérieur de l'espace étatique, et leur rapport aux structures juridiques et politiques. Car le blocage d'où surgit la violence est le produit du décalage entre l'évolution de la société — en particulier le processus de différenciation sociale —, d'une part, et, de l'autre, l'organisation constitutionnelle et le fonctionnement politique. La négociation entre intérêts rivaux est alors perçue comme impossible, ou dommageable, par une des parties qui décide de sortir des règles du jeu par le passage à la violence politique. Loin des raccourcis économicistes contestables, Ahmad Beydoun a ainsi mis en lumière la recomposition des solidarités et des loyautés au Sud-Liban autour de la petite, puis de la grande, za‘îma, la délégitimation progressive de cette dernière à la faveur de la pénétration de l’État libanais dans les périphéries, en particulier à l'époque chéhabiste (1958-1966), ainsi que du passage de la ‘asabiyya au clientélisme. Il explique par quels mécanismes sociaux les populations locales en sont venues à l'« autocristallisation communautaire ». Jusque-là, ces populations n'avaient accès au système politique libanais, dominé par le couple rival Maronites-Sunnites, que par le canal de leurs zu‘amâ'. Lorsque ces derniers ont perdu leur légitimité, le leadership d'Amal, qui les a supplantés, a tenté sans succès de négocier la réforme du système constitutionnel injuste. La conjugaison du refus des dirigeants maronites d'ouvrir le système (cette fameuse muchâraka qui était en 1975 le mot d'ordre sunnite) et de la revendication des Chiites a fait basculer le Liban dans la violence politique. Sans nous étendre ici sur d'autres exemples machreqi, il ne nous paraît pas abusif de suggérer que c'est généralement à l'articulation des deux niveaux, social et politique, et des deux modes de fonctionnement, évolution et blocage, que s'opère le passage à la violence politique.

Placer l'analyse dans un contexte culturel

11Cependant, les formes, les mécanismes, les liens logiques et les degrés de l'enchaînement causal sont si divers, et les cas observés si irréductibles les uns aux autres, que la perspective comparative nous amène à conclure assez vite à la nécessité de repérer les conditions culturelles favorables au passage à la violence. Avec toutes les précautions qu'impose l'avancée sur le terrain miné du culturalisme, suggérons que la violence politique dans la société machreqi est favorisée par deux caractéristiques culturelles : l'institutionnalisation de l'oppression et la persistance de la segmentation antagoniste. Abandonnant les domaines de l'économie et de la sociologie pour celui de l'anthropologie politique, on voit tout le profit à tirer de la prise en compte de la dimension culturelle pour la compréhension de la violence dans la région, à condition d'appréhender la culture non comme un donné intrinsèque, mais comme un processus en continuelle recomposition.

12Faute de remonter à l'époque médiévale, rappelons d'abord, à la suite de Michael Gilsenan, la persistance de la domination physique et symbolique imposée aux groupes locaux au Machreq par un individu, assisté de ses qabadiyât, tout au long des xixe et xxe siècles. Le passage du système ottoman à la domination mandataire, puis au régime républicain, n'a fait que transposer l'oppression à l'intérieur du système constitutionnel, où le za'îm s'est mué en homme politique. Son pouvoir, qui s'exerçait sur la terre et sur les hommes, s'est étendu dans l'appareil d'Etat. L'exercice de la violence s'est modernisé au moyen d'une technologie efficace, en raison de la complexification des procédures, et avec la complicité des institutions étatiques. Il est extrêmement rare au Machreq que l'individu lambda ait accès au système juridique ou aux services publics sans s'être plié aux règles de l'échange inégal du clientélisme. Nullement déclassée, la tradition d'oppression s'adapte à l'époque pour mieux se renforcer, même si ce n'est heureusement pas toujours sous la forme stalinienne que dénonce Samir al-Khalil. En dehors de toute référence religieuse, la question des droits individuels, associée à celle des libertés politiques, se retrouve ainsi au coeur de la problématique de la violence politique au Machreq.

13On suivra ensuite l'école khaldunienne, en particulier Michel Seurat, pour souligner la centralité de la compétition entre groupes agnatiques, égaux et rivaux, dans le fonctionnement des sociétés arabes — une compétition qui perdure au-delà de la formation des États. La violence sert de mode d'articulation tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du groupe (famille, clan, communauté). A l'extérieur, elle trace les frontières de l'identité, assure la protection du groupe, assoit sa domination sur les groupes voisins. Dans une société segmentée, le cycle d'agressions et de représailles est donc théoriquement sans fin et l'équilibre rarement trouvé, qui n'ait été imposé par une violence supérieure (celle de l'Empire ottoman au Levant aux xvie-xviiie siècles ; celle de la Syrie au Liban aujourd'hui). A l'intérieur du groupe, la violence structure la cohésion et la dynamique sociale. Elle soumet les déviants, construit le discours communautaire, régule la compétition pour le leadership. L'histoire de la communauté maronite libanaise entre 1976 et 1990, depuis la création du Front libanais jusqu'à la défaite de Michel Aoun, en est une illustration exemplaire. Là aussi, les moyens ont changé (d'une escarmouche, aux frontières du terroir du groupe, au tir au canon de 130 mm), ainsi que les enjeux économiques (de la survie alimentaire du groupe à la constitution de fortunes immobilières et bancaires). Surtout, l’État, avec ses capacités coercitives, son pouvoir d'accumulation et sa puissance symbolique, est devenu un enjeu central de la compétition segmentaire. Mais c'est toujours la même culture qui donne son sens à l'exercice de la violence.

Comprendre la signification

14Comment s'articulent causalités et culture ? L'oppression et la segmentarité de la société machreqi, de même que les dogmes et surtout les rituels propres à chaque groupe communautaire, constituent les codes culturels par lesquels passent les processus économiques et politiques à l’œuvre dans cette société. Cette médiation est opérée en particulier par l'accomplissement de rites religieux, qui confère à l'expérience traumatique présente — de frustration, d'affrontements et de guerre — une dimension à la fois mythico-historique (en l'enracinant dans la mémoire collective du groupe), et téléologique (en la projetant dans son avenir). La violence, physique mais aussi symbolique, opère la rupture du groupe avec l’État, avec la négociation politique, le système international, etc. Elle construit une nouvelle identité collective. Elle assure la cohésion du « mouvement d'émancipation » autour d'un projet englobant, au-delà de la révolution politique, tous les aspects de la vie collective du groupe, y compris dans le domaine métaphysique. C'est ainsi que le thème du ressourcement et de la régénérescence d'une hypothétique « société chrétienne » a été inscrit au cœur du projet hégémonique des Forces libanaises. Développé par des clercs et des universitaires, il a servi de support idéologique à des miliciens luttant entre factions rivales et terrorisant les populations.

15Un autre exemple, plus explicite mais pris lui aussi à la guerre au Liban, permet de comprendre la dimension culturelle du passage à la violence. C'est celui du recours par le mouvement Amal, puis par Hezbollah, au paradigme de Kerbala. La nouvelle interprétation du rituel de la ‘Ashûrâ depuis 1974, son actualisation et son inversion, ont servi aux populations chiites du Liban sud et de la dâhiyya de point de mutation entre la mobilisation familiale et clanique et la mobilisation communautaire. Elles ont sanctifié la violence de la communauté en abolissant la distance temporelle entre la violence originelle dont elle avait été la victime (le massacre de Husayn et de ses compagnons en 680) et la violence présente de la guerre. Nombre de reportages sur la guerre au Sud-Liban et à Beyrouth ouest dans les années 1980 sont ainsi construits à partir de témoignages des populations et des militants, étroitement mêlés à l'évocation de récits plus ou moins mythiques remontant à la naissance du chiisme. En particulier, le thème de la violence sacrificielle du martyr (shahîd) et témoin volontaire (shâhid), fréquemment évoqué dans la presse militante, dont l'objectif est moins le succès militaire que l'effet sur la communauté de son expérience, à travers une fusion mystique avec les premiers héros du chiisme. Le paradigme de Kerbala tisse ainsi la vie communautaire d'un réseau de symboles et de rituels, entre autres verbaux, qui contextualisent la violence politique et nourrissent le refus collectif.

16Très vraisemblablement, une analyse du même type pourrait s'appliquer aux mouvements islamistes palestiniens, en particulier au Hamâs, qui tienne compte à la fois du contexte culturel et des causalités immédiates de la mobilisation de la société palestinienne. Partout ailleurs au Machreq, par exemple dans les sociétés kurde et turque, la réflexion sur la montée en puissance de mouvements religieux violents réclame cette combinaison de l'explication politico-économique et de la compréhension socio-culturelle, que nous avons tentée à propos du cas libanais.

Sortir de la violence : les acteurs et leur stratégie

17Pour analyser le processus de sortie de la crise violente, nous avons choisi de porter notre attention sur les deux catégories d'acteurs entre lesquels se joue le jeu de la rupture et de la négociation : les dirigeants du mouvement violent et l’État. Il va sans dire qu'au stade du passage à la violence, ces deux catégories d'acteurs étaient également présentes, et que leur stratégie initiale doit être prise en compte dans l'analyse. De même que, dans la réflexion sur les voies de sortie de la violence, il reste nécessaire de dégager des enchaînements de causalité et de tenir compte du contexte culturel. Pour des raisons de place et pour ne pas nous répéter, nous nous en tiendrons dans cette partie à une approche en termes stratégiques.

Les choix de l'État : violence, ordre et démocratie

18Comme le suggère le titre de cette communication, la réflexion sur la violence politique a parfois tendance à opposer une normalité étatique, fondée sur les droits constitutionnel et international, sur l'autorité des dirigeants, mais surtout sur le monopole de la violence légitime, aux désordres plus ou moins violents qui naîtraient au sein de la société. Suivant en cela les révolutionnaires du Machreq qui répondent aux accusations de terrorisme par une dénonciation du terrorisme d’État, il faut reconnaître que la violence est un processus dialectique, et que son développement est largement conditionné par la réponse des États. Force est de constater que l’État, comme espace de débat politique où se négocient des intérêts en compétition et où les partenaires évitent les jeux à somme nulle, n'est encore qu'une utopie au Machreq. Même s'il ne faut pas imprudemment postuler que l’État démocratique est, lui, à l'abri de la violence politique, l'amorce ou la conduite d'un processus de démocratisation, aussi limité soit-il, reste une précondition du passage de la violence à la négociation. Au Liban, le désarmement des grandes milices (Amal, le PSP druze et les Forces libanaises, mais pas le Hezbollah) en mai 1991 a été concomitant de l'élargissement du Parlement. Malgré les sérieuses réserves qu'on peut avoir sur le caractère civil et démocratique des nouveaux députés, désignés par un exécutif téléguidé par Damas, l'articulation entre les deux processus — retour à l’État du monopole de la violence et relance du débat politique — est évidente. Allant plus loin, on peut suggérer que, plus encore qu'un préalable technique à la constitution d'un nouveau champ politique, le processus de désarmement et de déflation des combattants présente un caractère éminemment politique. En Turquie, on a vu que la trêve, proclamée unilatéralement par le PKK (après des tractations secrètes avec le commandement de l'armée) en mars 1993, a été rompue en juin à la suite de l'attaque de l'armée contre certaines de ses bases. Tant que l'Etat turc n'accepte pas pleinement les implications de ses options démocratiques, y compris la reconnaissance du fait national kurde en Turquie, une condition nécessaire (mais pas suffisante) du passage à la négociation, fait défaut. On pourrait multiplier les exemples machreqi de cette observation banale. Mais c'est bien sûr dans les Territoires occupés par Israël qu'elle s'applique avec le plus d'urgence : comment raisonner en termes de négociation si le rapport de domination reste par trop écrasant ?

19En l'absence de fonctionnement démocratique, ou au moins en raison des défauts de ce fonctionnement, l'Etat au Machreq varie entre deux pôles : celui du laxisme ouvrant la voie aux violences segmentaires, et celui de la répression imposant un ordre musclé à la société. On peut être tenté de considérer que l'ordre que fait régner l’État sécuritaire sur son espace de souveraineté (et au-delà...) est préférable à l'anarchie, aux destructions, et finalement à la fragilisation dans laquelle le « piège communautaire » a fait tomber, par exemple, l’État libanais. Car, dans le cas du Liban, ni l'adoption de l'Accord de Taëf ni la naissance de la Seconde République, ni même le désir d’État partagé par la majorité des populations, n'auront exorcisé les spectres de la division communautaire et rompu avec la domination des logiques miliciennes. En théorie, les appareils miliciens se sont reconvertis en organisations politiques, et on est stupéfié de l'aisance avec laquelle des individus, qui profitaient naguère de l'anonymat du combattant pour piller et terroriser, ont su se glisser dans des habits civils ou endosser l'uniforme de l'armée régulière. En réalité, aucune des anciennes milices n'a proposé de projet politique qui marque une rupture radicale avec la lutte armée ; quant aux nouveaux dirigeants, députés et ministres, qui ont troqué l'uniforme contre le complet-cravate, et la klâsh contre un portefeuille, ils restent attachés prioritairement aux bénéfices que leur procurait hier leur domination militaire, aujourd'hui leur appartenance à l'appareil d’État. Ils ont introduit au cœur de cet appareil les tactiques de division, les méthodes brutales et l'« esprit de discorde » de la guerre civile. Au lieu d'avoir été repoussée aux marges du système politique, la violence milicienne a été ainsi introduite comme principe dynamique qui vient renforcer la dynamique segmentaire. Une telle atmosphère, si elle peut favoriser l'organisation de trêves tactiques, ne correspond en tout cas pas à l'esprit de sortie de la violence et de retour à la négociation politique.

20Si on considère, en regard, l'ordre sécuritaire que fait régner l'État-mukhâbarât au Machreq, on saisit vite les limites du « consensus mou » entre le pouvoir et une société effrayée par certains effets inattendus de la modernité. Bien sûr, l'avantage de la paix civile et de la sécurité individuelle ne doit pas être sous-estimé. Pour raisonner cyniquement, bien des gens en Syrie aujourd'hui, au rang desquels des démocrates favorables aux libertés et à l'égalité des citoyens, se félicitent plus ou moins ouvertement de l'efficacité de la répression contre l'insurrection islamiste de 1979-1982, surtout en comparaison des développements politiques récents en Égypte. Mais cette sécurité anesthésique a bientôt fait d'atomiser la société (nourrissant de nouveaux antagonismes identitaires) et de détruire la société civile (ce qui est une façon radicale de régler le problème du « passage au politique »). La violence — physique, économique, intellectuelle et même morale — que le pouvoir exerce sur la société, serait-elle le prix que les populations du Machreq auraient à payer pour jouir d'un cadre étatique, cette « frontière qui garantit toutes les (autres) frontières » ou, du moins, dans cette phase transitoire où l'Etat-nation n'a pas encore acquis une légitimité et une autorité suffisantes dans la région ?

21Le problème, lorsqu'on suit ce raisonnement, est qu'on ne voit pas par quel processus un pouvoir répressif choisirait, dans son propre intérêt, et encore moins par vertu démocratique, de mettre fin à la logique de violence et d'initier un passage au politique qui remettrait en cause sa position dominante et les avantages afférents. On sait que les avis et pressions internationales dans ce sens sont d'assez médiocre effet (mais pas nul). On a remarqué l'habileté de certains régimes du Machreq à instaurer une démocratie shakliyya : tant en Jordanie qu'en Syrie, le pouvoir a fixé une « ligne rouge » aux prétentions pluralistes manifestées à l'occasion des opérations électorales. Or, seul un changement dans le rapport des forces peut ouvrir cet espace décisif où les stratégies des acteurs se rencontrent, qui sont susceptibles d'opérer la conversion au politique. On en vient donc au paradoxe que la cessation de la violence oppressive et implicite que l’État fait subir à la société passe par la perturbation de la stabilité de cet État. En d'autres termes, l'abandon de la violence et le passage au politique ne peuvent faire l'économie de la violence.

La rationalité des acteurs de la violence : intérêts et compétition

22Dans le face-à-face entre l’État et les acteurs de la violence, les seconds présentent l'avantage de disposer d'une gamme de ressources plus variée, les comportements des États étant plus normés et encadrés dans des structures plus rigides. Ils font aussi preuve de plus de souplesse dans leurs choix tactiques, si bien que le passage à la violence et le retour à la négociation politique dépendent en premier lieu (mais pas exclusivement) d'eux. La variété des motivations et des comportements, et la complexité des logiques combinées, rendent difficile le décryptage des mécanismes du passage à la violence et, plus encore, l'analyse de sa reproduction et sa prolongation. Il faudrait, entre autres, se pencher sur les profits qu'elle génère, à travers la salarisation des miliciens, les prédations, les ventes d'armes et, dans de nombreux cas au Machreq, le trafic de drogue. Il faudrait évoquer aussi la psychologie individuelle du combattant et de celle du groupe milicien.

23Limitons-nous ici au processus de sortie de la violence, dans lequel les stratégies des acteurs sont mieux repérables, en particulier les stratégies des dirigeants. Même si nous ne confondons pas les significations profondes de la violence avec ses fins immédiates, si nous n'oublions pas que son instrumentalisation s'inscrit dans un contexte culturel et dans un sens qui la dépasse, l'analyse de la violence réclame que l'on prête une attention particulière aux agents de la mobilisation collective et à la compétition entre intérêts rivaux, qui se déroulent en arrière-plan. Une de causes décisives de la prolongation de la guerre au Liban a été la priorité donnée par les chefs de guerre à leurs conflits d'intérêts sur les objectifs collectifs : pendant quinze ans, les élites sunnites citadines sont restées paralysées par les rivalités des zu‘amâ' ; les « seigneurs de la guerre » maronites ont entraîné leurs partisans dans une série de conflits fratricides tout au long des années 80. L'histoire du mouvement kurde est jalonnée de scissions et d'affrontements entre factions — alimentés et instrumentalisés par les acteurs étatiques, il est vrai — dont le motif fut moins souvent un désaccord sur la stratégie à adopter (composer ou non avec la puissance étatique ; accepter l'autonomie aujourd'hui ou lutter en vue de l'indépendance) que sur l'identité de l'individu (ou du groupe) qui conduirait cette stratégie. Les rapprochements alternés des Talabanistes de l'UPK et des Barzanistes du PDK avec le pouvoir à Bagdad, depuis l'instauration du régime d'autonomie en 1974 et la défaite militaire du mouvement kurde d'Irak de 1975, en sont une illustration navrante. Le choix par une faction de rompre avec l'enchaînement de la violence est susceptible de menacer les positions d'un groupe rival. Il entraîne un conflit de légitimité qui se joue tant au plan des représentations collectives du sens de la lutte armée qu'à celui des avantages procurés par chacune des stratégies rivales.

24C'est précisément autour de l'enjeu de la sortie de la violence que se déroule depuis 1989 la compétition du leadership au sein du mouvement chiite au Liban. Après trois années d'affrontements endémiques à travers lesquels Amal et le Hezbollah ont cherché à tracer les contours de leur domination territoriale réciproque sur les régions majoritairement chiites (Beqaa ouest et Hermel, Jabal ‘Amil, banlieue sud de Beyrouth) et sur Beyrouth ouest, le Hezbollah l'a emporté militairement, et l'accord de Damas du 5 novembre 1990, signé par Nabih Berri et Subhî Tufaylî, et aussi par les ministres syrien et iranien des Affaires étrangères, a entériné le rapport de forces sur le terrain. Mais à l'époque, l'enjeu avait changé de nature, puisqu'à un État quasi absent s'était substitué, depuis l'adoption de l'Accord de Taëf (22 octobre 1989), une « Seconde République » en faveur de laquelle s'engageait un État fort, la Syrie.

25Les élites d'Amal, dont l'objectif constant a été de se substituer aux élites traditionnelles de la communauté chiite — en particulier Nabih Berri qui cherchait à reconstituer à son profit la grande zu‘amâ de Kâmil al-As‘ad—, ont fait le choix de rompre avec la violence politique et de participer aux négociations au sein de l’État en recomposition. On peut même dire que ce choix était déjà celui de Mûsâ Sadr, qu'il a été celui de Berri dès juin 1982, quand il est entré au sein du Comité de salut national aux côtés de Béchir Gemayel, puis en 1984, quand il a participé à la réunion de Lausanne, puis au gouvernement d'Union nationale. Mais cette fois, le prix à payer est fort — accepter le désarmement de la milice, ce qui est fait en mai 1991 —, et les bénéfices, appréciables : deux représentants d'Amal sur les trois députés chiites nommés en mai 1991 ; des responsabilités ministérielles pour les têtes du mouvement, avec tous les avantages qui y sont afférents en système clientéliste, comme le contrôle du Conseil supérieur du Sud qui dispose d'un budget annuel de plusieurs millions de dollars ; et, récompense enviée entre toutes, la présidence du Parlement pour Berri (octobre 1992).

26Face au problème de sortie de la violence, la position du Hezbollah est plus complexe, et les éléments qui la fondent particulièrement intéressants pour l'analyse du processus. Pour choisir de « passer au politique », il faudrait que le Hezbollah escompte en obtenir autant de bénéfices matériels et symboliques que lui procurait le choix de la violence, au moins autant qu'en a tirés Amal. Or cette hypothèse est problématique, pour plusieurs raisons.

27En premier lieu, le Hezbollah a récupéré à son profit l'organisation et la légitimité de la lutte de libération du Sud occupé par Israël. Si des militants d'Amal ont participé à la Résistance islamique, individuellement ou au nom du mouvement, la ligne politique et militaire est restée définie par le Hezbollah qui en a tiré seul les bénéfices, comme on l'a vu en juillet 1993. Cependant, la dynamique entre lutte de libération et mouvement violent s'enraye dans la mesure où la lutte militaire fait de moins en moins partie d'une stratégie globale et constitue de plus en plus une tactique susceptible d'être abandonnée au profit d'une négociation politique, libanaise et régionale. L'affaiblissement de cette dynamique pose de surcroît le problème de la reconversion, occupationnelle et encore plus idéologique, des jeunes miliciens de la Résistance islamique, encouragés par les clercs qui les encadrent à reporter sur la population civile l'exercice de leur violence et à convertir leur idéal martial en un idéal moral puritain. Déjà, dans l'hiver 1992-1993, la population du Jabal ‘Amil avait à souffrir des pressions publiques que les très jeunes hâjj barbus faisaient subir aux amateurs d'alcool ou aux femmes dévoilées. Bientôt, la cessation du combat avec Israël, qui se profile à l'horizon du Machreq, pourrait induire un regain de fondamentalisme, le Hezbollah compensant la limitation de sa violence armée par le développement d'une oppression sociale.

28En second lieu, il faut relever que la formation doctrinale et morale des cadres du Hezbollah et leur trajectoire sociale les prédispose mal aux formes d'entrisme qui ont si bien réussi aux fonctionnaires et membres des professions libérales du Bureau politique d'Amal. Leurs compétences sont limitées au champ de la doctrine religieuse et du rite, elles s'étendent plus rarement à la chose militaire. Leur légitimité repose sur leur refus du compromis politique, sur la sanctification de la violence perpétrée au nom d'un « impératif islamique ». Ils se sont affirmés en tant qu'acteurs par la violation des règles de l'Etat impie et par l'opposition à son hégémonie. C'est pourquoi il leur est plus difficile de renoncer à ce que David Apter appelle leur « discours d'inversion », même si la piété n'est pas incompatible, en Islam, avec la gestion rationnelle et sainement lucrative de biens autres que les biens du salut.

29En troisième lieu, c'est au niveau de la compétition interne au groupe dirigeant du Hezbollah — pour simplifier, au sein du majlis al-shûrâ —, c'est-à-dire au niveau de la compétition des élites, que s'opère le choix stratégique entre perpétuation de la violence et participation politique. Les désaccords sont apparus au moment des élections législatives de l'été 1992. Il se sont envenimés en raison des offres (refusées jusque-là) de postes ministériels habilement avancées par Rafiq Hariri, et ont éclaté au grand jour lors du Congrès d'avril 1993. Face à la majorité conduite par le cheikh Hasan Nasr Allâh, qui s'est pliée aux directives syriennes de listes communes avec Amal et qui ne critique plus l'Accord de Taëf, l'opposition regroupe une coalition de mécontents, au sein du département militaire (avec Fu'âd Chakkâr), en provenance de certaines régions, comme la Beqaa ouest, et parmi les exclus du majlis (dont cheikh Subhî Tufaylî) opposés l'aggiornamento. En dépit des dénégations officielles, les rivalités de personne et les stratégies individuelles pourraient avoir raison de l'unité du mouvement et, conjuguées avec les pressions régionales (si Damas ne reste pas en retrait de la négociation israélo-arabe), accélérer la « normalisation » du Hezbollah dans l'espace politique libanais. Auquel cas la scission aura bien lieu et autant dire que la violence politique sera marginalisée mais non éradiquée. Un noyau d'irréductibles refusera la négociation et continuera de professer la violence comme constitutive de l'unité de la communauté et fondatrice de sa future victoire.

Conclusion

30Lorsque l'observation porte sur le court ou le moyen terme, où se déploient les stratégies des acteurs, les possibilités d'abandon de la violence politique et de passage à la négociation ne sont pas négligeables, comme l'illustre le cas libanais. Mais si la réflexion porte sur le long terme, en intégrant à la fois la compréhension du contexte culturel de la violence et l'explication des facteurs qui la provoquent, les perspectives, au Liban en particulier et au Machreq en général, sont beaucoup plus sombres. Du moins tant que subsistent les facteurs objectifs du passage à la violence et que la mondialisation nourrit la guerre, plutôt que l'échange, entre les cultures.

Auteur

CERI/FNSP

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable