Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Cadre théorique, approches disciplinaires et perspectives comparatistes

Dimensions sociales de la violence politique

Ali Leila

Entrées d'index

Texte intégral

À propos du concept de violence

  • 1 Ahmad Q. H., L'homme contemporain dans l'œuvre d'Herbert Marcuse, Beyrouth, al-Mu'assasa al-‘arabiy (...)
  • 2 Cranson M., La nouvelle gauche, Beyrouth, Dâr al-Nahda li-l-nashr, 1972, p. 105.
  • 3 Gurr R. T., Why Men Retel, Princeton University Press, New Jersey, 1970, p. 3.

1Selon Herbert Marcuse, l'explosion de la violence est le fait de groupes qui vivent en marge du système, qui ne se sont pas entièrement soumis à ses mécanismes et qui ont la capacité d'affronter et de rejeter les mécanismes d'oppression et d'hégémonie1. Vivant en marge du système, ces forces sont aptes à pratiquer la violence et à en assumer les conséquences. Ces malheureux, c'est la classe laborieuse, les prostituées, les proxénètes et les paysans qui envahissent la ville. Purifiés par le feu, ils sont idéalisés et sanctifiés2. Transformés en excellents acteurs, ils font l'histoire à la perfection et sont dignes de mémoire3.

2La pratique de la violence est donc une pratique de masse, exercée de manière gratuite et spontanée. Ce sont des gens qui se donnent et se sacrifient sans compter, loin de tout individualisme, sans jamais calculer le bénéfice à tirer de leur participation. A un moment précis de son existence, un groupe humain réalise qu'il doit accomplir des actes d'abnégation, viser des objectifs altruistes. Ces actes sont parfois qualifiés de perversion, mais ils n'ont rien de pervers. Les acteurs ne sont pas non plus des révolutionnaires, bien que leur violence puisse aboutir à la révolution. En fait, ceux qui pratiquent la violence sont souvent ceux qui refusent spontanément certaines positions imposées par le régime politique ou par tout autre groupe social. C'est en ce sens que la violence constitue un indice d'instabilité sociale source de souffrances et de tensions. Certains groupes sociaux s'efforcent, par conséquent, de lutter contre cette instabilité.

3La violence ne constitue pas un comportement pervers pour trois raisons. La première, c'est que si le comportement pervers consiste, dans la majorité des cas, à accomplir un acte ou à adopter un mode de comportement incriminé par une règle de société — légale ou conventionnelle —, la violence, elle, est considérée comme le refus de cette règle et la tentative de la transgresser, ou de revendiquer sa modification. La deuxième raison, c'est que, tandis que le comportement pervers cherche à exploiter ce qui relève du public en vue de réaliser des intérêts personnels, la violence vise le bien général du groupe ou de la société, même si elle peut être fondée sur des motifs personnels. Alors que le comportement pervers exprime l'égoïsme et l'individualisme, la violence, elle, s'appuie sur des sentiments altruistes pouvant le cas échéant conduire à payer de sa vie l'intérêt du groupe. La troisième raison est relative à l'énergie que nécessite la violence. Elle a besoin de la force d'impulsion que représente la tension provoquée par le déséquilibre du cadre social et politique environnant ou de celle due aux paradoxes structuraux qui existent dans la société.

4La violence diffère également de la révolution pour plusieurs raisons. La première, c'est que la violence est une sorte de réaction ou de contestation de circonstances passées alors que la révolution dépasse la simple réaction et son action est projetée vers l'avenir. Par ailleurs, s'il est vrai que la tension qui résulte des paradoxes structuraux constitue le dénominateur commun de la violence et de la révolution, la violence s'arrête dès la disparition de la tension et la suppression de ses sources, alors que la révolution cherche à créer une réalité où les paradoxes qui sont à l'origine de la tension sont proscrits. La deuxième raison tient au caractère limité de la violence, par opposition au totalitarisme de la révolution. En effet, la violence est liée aux intérêts de groupes particuliers ou à des processus sociaux bien déterminés, tandis que la révolution est, par nature, un phénomène général de masse. Alors que la violence peut être le fait d'une minorité, la révolution se range toujours du côté de la majorité. Néanmoins, la violence peut évoluer et, de moyen d'expression d'un groupe déterminé, devenir un mouvement révolutionnaire général, expression de la majorité. La troisième raison est d'ordre idéologique et réside dans l'ensemble des principes généraux qui sous-tendent une représentation du système social tel qu'il devrait être, un système qui permettrait de mettre en œuvre le potentiel humain dont dispose la société. Cette idéologie constitue en effet la passerelle qui servira de passage du présent au futur. Cela ne veut cependant pas dire que le mouvement de violence soit dépourvu d'idéologie, mais, tout simplement, que cette idéologie n'a pas existé depuis le début, qu'elle s'est formée en cours de route. C'est alors que le groupe pratiquant la violence, changeant de nature, se transforme en mouvement révolutionnaire. La violence est donc une révolution qui n'est pas encore mûre ou, plus exactement, une ébauche de révolution à petite échelle avec un but précis. Cependant, si la violence s'accumule, exprimant par là l'existence d'un déséquilibre ou d'un paradoxe structurel, et si, par la pratique, elle acquiert une idéologie la projetant dans l'avenir, la violence se transforme alors en révolution. Nous constatons donc que la violence est le fait d'événements éparpillés dans l'espace et dans le temps, alors que la révolution est une concentration, ou plus exactement une intensification, de tous ces faits dans le seul but de changer la structure même de la société. Ce qui distingue la violence, c'est qu'elle peut être dirigée contre le régime politique ou contre un des éléments qui le représentent, ou encore contre tout autre groupe de la société, alors que la révolution est une tentative de restructuration à la fois de la société et du régime politique.

5Pour comprendre ce qu'est un incident violent, certaines précisions sont nécessaires :

    1. A supposer que la catégorie « violence » constitue l'une des facettes des actes de violence contre le régime politique, les circonstances dans lesquelles elle survient peuvent en moduler les expressions, quitte à la transformer en force continue et, par la suite, en comportement pervers.

    2. Face à la violence, la négociation peut constituer un mécanisme essentiel de compromis. Par contre, la révolution n'admet pas de compromis. C'est soit la victoire complète, soit la défaite complète. Cependant, de même que la violence peut se transformer en révolution, la révolution peut régresser et se transformer en violence acceptant le principe de la négociation.

    3. La violence peut dépendre aussi bien de sources intérieures que de sources extérieures, ces dernières pouvant parfois jouer un rôle fondamental. A l'inverse, dans le cas d'une révolution, les variables endogènes sont la base et les variables exogènes, ou l'aide extérieure, ne sont en quelque sorte que des circonstances favorables. Par ailleurs, si le caractère limité de la violence traduit l'état d'un sous-groupe, le caractère général de la révolution reflète les interactions de la société dans son ensemble.

Le caractère politique de la violence

6Le sociologue Peter Sroken déclare que la personnalité des dirigeants, leur politique et leur façon de gouverner sont à la source de tous les incidents violents qu'a connus l'histoire. Il s'est produit au cours de la période 1961-1968, un conflit civil violent, sous une forme ou une autre, dans 114 pays sur les 121 pays du monde. Si, dans l'ensemble, les incidents de violence collective ne produisent que des effets limités sur la vie politique, certains d'entre eux ont eu une influence destructrice et ont porté atteinte aux régimes politiques. Sur les treize plus grands conflits mondiaux sanglants survenus au cours des cent soixante dernières années, on compte dix conflits qui se sont transformés en guerre civile ou en insurrection. Par ailleurs, depuis 1945, les tentatives de coup d'Etat ont été plus nombreuses que les élections. Constat inquiétant, la violence politique a donc souvent contribué à la fondation de sociétés politiques plus efficaces.

  • 4 Masotti L. H. and Brown D. R., Riots and Rebellions, Civil Violence in the Urban Community, Beverly (...)

7Cela signifie que l'on désigne par violence politique toute attaque de nature collective, issue de l'intérieur même de la société et dirigée contre le régime politique, ses représentants, y compris les groupes politiques concurrents, ceux qui occupent des postes officiels ou qui exécutent les politiques étatiques, etc. Aux yeux des acteurs de la violence, cette dernière est un moyen d'exprimer leurs revendications politiques ou leur opposition à des politiques qu'ils refusent. Sur le plan théorique, les actes s'inscrivant dans la catégorie de la violence politique constituent une double menace pour le régime en place. D'une part, ils limitent le monopole de l'Etat quant à l'usage de la force ; d'autre part, ils constituent une tentative d'immixtion dans les opérations politiques, quitte à en imposer l'échec4.

  • 5 Gurr R. T., op. cit., p. 9.

8Le volume et la nature de la violence politique sont déterminés en fonction de cinq variables : la première est celle de l'effectif de ceux qui prennent part aux incidents et qui appartiennent à une unité sociale bien précise (scope) ; la deuxième variable est liée à l'importance destructive des actes de violence (« intensité ») ; la troisième mesure « la durée »5 ; la quatrième est la participation nécessaire du régime politique ou de ses représentants aux actes de violence ; la cinquième relève des objectifs poursuivis et de leur rapport avec les facteurs et les circonstances qui ont provoqué l'explosion de la violence.

  • 6 Ibid., p. 12.

9En outre, la violence politique suppose une série d'opérations successives, de phases fondamentales. La première phase se caractérise par un mécontentement croissant au sein du groupe qui pratique la violence en raison de tensions propres au milieu environnant, à l'efficacité ou au comportement (portant atteinte à la symbolique du groupe) du régime politique. Dans la deuxième phase, la violence prend une dimension politique, soit parce que le régime est devenu une partie active dans le conflit, soit parce que le groupe qui pratique la violence est persuadé que le régime— ou ses représentants— est lié à la partie adverse. Dans la troisième phase, on assiste à la concrétisation réelle de la violence à travers un ensemble d'actions dirigées contre le régime politique ou ses représentants6.

  • 7 En ce comprises les forces de l'ordre. Cf. Pat Murphy, cité in ‘Alî Leila, Le Tiers-Monde, les caus (...)
  • 8 Comme le dit Conant, il peut arriver qu'il faille recourir à une force démesurée pour imposer un or (...)

10Dans les sociétés en développement, ce type de violence revêt un caractère particulier en raison de divergences entre le régime et les masses, ou certains de ses secteurs : tentation modernisatrice autoritaire et bureaucratie du régime ; corporatisme, clientélisme et privilèges au sommet de l'Etat7 ; confusion législative et contradiction avec les besoins sociaux8 ; inadéquation des institutions et conflits nés de la nécessité de procéder à des ajustements ; inadéquation des ressources et des besoins de la société et aggravation des frustrations.

11Durant la phase de transition, il existe des interactions entre trois variables : le régime qui, par les politiques adoptées, cherche à développer la société ; la nature du processus de développement social ; le peuple qui entre en interaction avec les politiques adoptées par le régime. La question est alors de savoir si l'interaction de ces variables favorise ou non une stabilité sociale assez grande ou, au contraire, une intensification de la violence et une stimulation du comportement violent et de l'agitation sociale.

Éléments exogènes de la violence politique

12Il est certain que l'ordre mondial d'aujourd'hui est un système global et que les différentes sociétés et les régimes régionaux en constituent les branches. La position et l'importance de chaque unité au sein de ce système est déterminée en fonction de sa participation à l'action mondiale, ou de la place qu'elle occupe dans le processus des échanges mondiaux, qu'ils soient d'ordre matériel ou moral.

  • 9 Ibid., p. 55.

13De manière générale, les interactions entre les différentes unités du système mondial dépendent d'un ensemble de contraintes. D'abord, les différentes unités cherchent à se conformer et à adopter les valeurs et les orientations de l'ordre mondial, avec ce que cela suppose comme ajustements aux orientations idéologiques de cet ordre. Si, par ailleurs, l'ordre mondial est lui-même en proie à des idéologies divergentes, cet ajustement se fera dans le sens de l'idéologie qui donne accès à une meilleure position au sein du système mondial. Il y aura évidemment, au sein de la société, des groupes qui s'opposeront à l'ajustement du système politique aux orientations de l'ordre mondial et ce sont précisément ces groupes qui dirigent les vagues de violence9.

14Par ailleurs, en supposant que la société soit une branche du système mondial, cette branche entretient forcément des relations avec toutes les autres unités du système. Il est donc normal que chacune de ces unités en interaction s'efforce de faire en sorte que le résultat de ces échanges soit dans son intérêt ou de constituer une variable indépendante de ces échanges en vue de s'assurer la dépendance et la soumission de l'autre partie.

15L'un des moyens de porter atteinte à une société étrangère est d'y déclencher une violence intérieure en incitant des groupes à se soulever contre le régime. Ceci permet d'orienter cette société dans le sens souhaité indépendamment de la position du pouvoir politique en place. Les variables exogènes peuvent jouer un rôle fondamental dans la stimulation de la violence intérieure par le biais des mécanismes suivants.

16Le premier mécanisme consiste en la tentative d'exportation des orientations idéologiques et des principes qui lui sont associés. Ainsi, la démocratie, dans sa conception occidentale, est l'un des éléments constitutifs du libéralisme. Le fait que cette orientation soit soutenue par les puissances mondiales et que ces dernières entretiennent des contacts avec des groupes de l'intérieur à l'insu du régime politique du pays concerné peut provoquer des incidents violents contre le régime. L'appel adressé aux différents gouvernements les incitant à respecter les droits de l'homme dans leurs rapports avec les citoyens s'inscrit dans ce mécanisme. Il est normal aussi que se crée à ce sujet une alliance entre des forces de l'intérieur et les puissances mondiales pour obliger le régime à s'engager dans une voie déterminée. Une telle alliance a pour effet, d'une part, de consolider les forces intérieures et, d'autre part, d'affaiblir le régime en place dans sa lutte contre ces puissances, pour s'être abstenu de suivre les orientations souhaitées par l'ordre mondial. Si le régime s'incline et se soumet, il aura prouvé sa faiblesse ; si, au contraire, il refuse de se soumettre à ces pressions, il apparaît comme allant à l'encontre des orientations mondialement reconnues et admises et comme refusant de répondre aux revendications de certains groupes en particulier, ce qui fournit à la violence intérieure un fondement objectif. C'est en quelque sorte ce qui s'est produit lors des événements de la place Tienanmen à Pékin, il y a quelques années. C'est également ce qui s'est produit en Pologne avant la chute du socialisme. C'est aussi ce qui se produit actuellement dans les rapports internationaux avec la Russie ou d'autres sociétés du Tiers-Monde, dont l'Égypte.

17Le deuxième mécanisme consiste, pour certaines forces de l'ordre mondial ou régional, à exercer une pression sur la société ou le régime, par le truchement de la violence politique à laquelle certains groupes seraient prêts à se livrer : et à aider ces groupes à poursuivre leur lutte en vue d'atteindre leurs objectifs. De tels efforts contribuent, d'une part, à consolider et renforcer les sous-groupes à l'intérieur et, d'autre part, à faire échec aux efforts du régime politique. Le régime, s'il est faible ou en manque de légitimité, se pliera aux revendications des sous-groupes intérieurs ou s'ajustera directement aux orientations des puissances régionales et mondiales. Les exemples sont nombreux. Que de fois des puissances mondiales ont prétendu soutenir les revendications et les aspirations de groupes minoritaires du Tiers-Monde, sans se soucier de l'accord des régimes politiques en place. Citons, à titre d'exemple, l'appui donné à certaines tribus du Sud-Soudan ou la position des puissances mondiales concernant certaines minorités du monde arabe. D'autres exemples nous sont fournis par les pratiques de certaines forces régionales telles que l'Iran et le Soudan et le soutien qu'elles accordent aux groupes islamistes, si toutefois ceci est confirmé.

  • 10 Ibid., p. 211.
  • 11 Maccoby E. E., "Effects of the Mass Media", in Otto N. Larsen (ed.), Violence and the Mass Media, L (...)

18Le troisième mécanisme mis en œuvre pour stimuler la violence politique au sein des sociétés, ce sont les médias. Les médias mondiaux travaillent à la création d'une culture unique par la mise en place d'un réseau d'attentes partagées. Avec un tel réseau, les frontières matérielles qui séparent les sociétés s'effondrent. Ces sociétés vivent parfois, avec une intensité égale ou supérieure, la tension que nous vivons nous-même10. L'influence des médias est encore plus grande lorsque les actes violents qu'ils transmettent sont couronnés de succès (chute des régimes socialistes de l'Europe de l'Est, par exemple)11. Ils soutiennent également ceux qui ont l'énergie d'affronter et la capacité de se sacrifier. Par ailleurs, les médias diminuent le prestige et la crainte du régime et de ses organes répressifs et, ce faisant, ouvrent la voie à la critique et à la confrontation.

Les dimensions culturelles de la violence politique

19La culture et le système des valeurs occupent une place centrale dans la structure de la société. Les valeurs culturelles constituent un ensemble d'orientations communes qui, à leur tour, sont à la base des attentes partagées par les individus d'une même société. Cependant, plusieurs facteurs peuvent intervenir au cours du processus de développement et la culture risque alors de voir son rôle amoindri.

  • 12 Merton R. K., Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press, 1969, p. 146.
  • 13 Ibid., p. 139.

20L'un des principaux facteurs d'affaiblissement de la culture, c'est l'écart qui existe entre les idéaux et les valeurs culturelles, d'une part, et la structure sociale ainsi que les moyens d'atteindre les objectifs, d'autre part. Alors que la culture s'efforce de réussir dans tous les domaines de la vie (objectif partagé par les individus, quelle que soit la classe sociale à laquelle ils se rattachent), le système social, véritable régulateur des objectifs, ne permet pas à toutes les classes sociales de bénéficier au même degré des moyens admis et approuvés par la société pour atteindre les objectifs et les idéaux d'ordre culturel. C'est ainsi que finit par se créer l'écart entre, d'une part, la culture de la société et, d'autre part, la structure sociale qui, pour organiser et gérer les interactions, a besoin des valeurs de la culture12. D'où l'affaiblissement du rôle de la culture en tant que régulateur13.

  • 14 Maccoby E. E., op. cit., p. 118.

21Le deuxième phénomène résultant de la faiblesse de la structure et des valeurs culturelles, c'est précisément leur non respect, alors qu'une structure de contrôle insatisfaisante, parce que sans rapport avec la culture, est, elle aussi, fragile. Une telle situation donne lieu à l'assimilation des valeurs culturelles par les uns et au non respect de ces mêmes valeurs par les autres. Par ailleurs, un troisième groupe adopte un ensemble de valeurs extérieures à la société, ce qui donne lieu au multiculturalisme. Ce multiculturalisme incite, à son tour, à la création de cultures secondaires, alors que la culture partagée, qui règle le comportement social, s'écroule. Les obligations réciproques et la culture connaissent alors ce que l'on appelle l'anomie14.

  • 15 Leila A., op. cit., p. 362.

22L'anomie désigne donc l'écroulement des critères sociaux qui règlent le comportement des individus, ainsi que l'insuffisance de cohésion sociale. Lorsque cet état d'anomie se renforce, les valeurs et les principes d'ordre culturel ne peuvent plus régler le comportement et perdent par conséquent leur légitimité. Ils ne servent plus de fondement à l'ordre social dans lequel les individus ont confiance. Il n'existe plus de concepts partagés par tous et qui confirment l'appartenance à un même système, avec pour résultat une situation de confusion morale15.

  • 16 Ibid., p. 365.

23L'anomie peut également conduire au développement des cultures secondaires aux dépens de la culture générale de la société, celle dont les principales valeurs doivent être partagées par tous les individus. Or, l'attachement croissant de certains groupes à des normes imposées à leurs membres leur permet de se distinguer des autres groupes de la société qui ont, eux aussi, leurs propres valeurs culturelles. D'où l'effondrement des nonnes sociales16 et, par voie de conséquence, la transformation du conflit culturel en un véritable conflit social. C'est ce qui, en fin de compte, ouvre la voie à la violence entre les groupes, d'une part, et entre les groupes et le pouvoir, si ce dernier prend le parti de l'un des groupes, d'autre part.

  • 17 Merton R. K.. op. cit., p. 139.
  • 18 Leila A., op. cit., p. 361.

24Par ailleurs, l'écart qui existe entre les objectifs de la culture et ses idéaux et les moyens culturels permettant de réaliser ces objectifs crée des tensions que les individus tentent de surmonter, soit en renouvelant les moyens culturels permettant d'atteindre un consensus social, soit en affirmant leur attachement aux règles de procédure, soit en se retirant complètement de la société, soit encore en se rebellant contre les contradictions qui existent dans la structure sociale et en luttant contre le régime politique qui fige ces contradictions17. Ces types de comportement apparaissent dans les périodes de fortes contradictions et d'anomie exacerbée18.

25En plus de l'état d'anomie, la période de transition par laquelle passe la société joue un rôle primordial dans l'affaiblissement des valeurs sociales. Apparaît en effet au cours de cette période ce que l'on appelle le dualisme des valeurs ou de la culture : bien que la société soit déjà dans la phase de transition, les valeurs traditionnelles continuent à orienter le comportement dans des contextes sociaux déterminés ; bien que le processus de transition soit déjà assez avancé, la société n'a pas encore assimilé les valeurs modernes dont l'effet reste par conséquent limité à des secteurs précis. D'où l'émergence de valeurs et d'idéologies opportunistes, ce qui fait que la période de transition regorge de conflits de valeurs opposant les partisans des valeurs traditionnelles aux partisans des valeurs modernes.

26Le système médiatique joue un rôle évident dans l'affaiblissement de l'échelle des valeurs et de la structure culturelle de la société en transmettant un ensemble de valeurs qui s'infiltrent dans le tissu culturel. Les symboles culturels qu'il présente se substituent aux valeurs traditionnelles sans que, pour autant, il n'y ait contradiction entre les deux systèmes. Cela signifie que les nouvelles valeurs présentées par les médias peuvent coexister avec les valeurs reconnues par la société. Mais comme ces symboles peuvent affecter plusieurs catégories sociales et comme les valeurs que présentent les médias sont supposées refléter les orientations du système politique, plus il y a de contradictions entre ces valeurs et celles de la société, plus la provocation qu'elles exercent est grande. Telle est la position par exemple du courant islamique face aux valeurs culturelles médiatisées qui peuvent déchaîner des comportements violents de la part des membres de ces groupes.

27Par ailleurs, l'anomie, ou l'effondrement des valeurs sociales, peut modifier la nature du conflit dans lequel le pouvoir est impliqué. Cela se produit parce que la situation supposée idéale nécessite l'appropriation, par la société, d'une seule échelle de valeurs qui serve de repère au comportement de tous les individus et de tous les groupes au sein de la société, de même que l'imposition aux individus et aux groupes de se conformer à ces valeurs. Si, toutefois, la culture se trouve en état d'anomie, nous nous trouvons confrontés à trois hypothèses potentiellement violentes. La première hypothèse est celle de la faiblesse et de l'effondrement des valeurs culturelles, ce qui entraîne l'échec des individus et des groupes — supposés interagir entre eux — à interagir conformément à un ensemble d'attentes partagées et assimilées antérieurement. Les comportements sont par conséquent imprévisibles. Dans la deuxième hypothèse, chaque groupe tente de développer des cultures secondaires, en s'attachant à sa propre culture et à ses propres valeurs aux dépens des valeurs générales de la société, d'une part, et des valeurs propres aux autres groupes, d'autre part. Il y a, dans ce cas, différence de légitimité des comportements et des normes culturelles. Dans la troisième hypothèse, étant donné le manque d'engagement moral et idéologique du système politique lui-même, et vu l'écroulement de la culture et des valeurs sociales, l'action du régime politique se porte tantôt en faveur des valeurs effondrées, tantôt en faveur d'un groupe déterminé contre un autre.

Objectifs de la violence politique religieuse

  • 19 Belaid S., "Role of Religious Institutions in Support of the State", in A. Dawisha, and W. R. Zartm (...)

28Dans le monde arabe et en Egypte, le religieux n'est pas séparé du temporel et les préceptes de l'islam règlent à la fois l'un et l'autre. Il existe une compréhension et une entente mutuelles entre la religion et l'Etat, et les ulémas contribuent à la consolidation de la légitimité du Pouvoir et des politiques qu'il applique. En échange, l'Etat est tenu d'appliquer les préceptes de l'Islam tels que fixés par les ulémas et même d'accepter que l'avis de ces derniers fasse autorité (wilâya al-faqîh), comme c'est le cas en Iran19.

  • 20 Ibid., p. 148.
  • 21 Leila A., La jeunesse arabe : Réflexions autour de la renaissance religieuse et la violence, Dâr al (...)

29Cependant, lorsque les pays arabes ont été colonisés, se fondant sur les comportements et les valeurs religieuses et politiques occidentaux, les colonisateurs ont cherché à réduire le rôle des ulémas et à les influencer. Les institutions et les systèmes politiques, mis sous la domination des colonisateurs, ont très vite perdu leur force, leur prestige et leur crédibilité aux yeux de la population20. Par la suite, les rapports entre la religion et l'Etat ont été déséquilibrés. La suprématie de l'Etat s'est manifestée progressivement, plaçant petit à petit la religion sous son autorité. L'Etat a donc commencé à se servir de la religion pour, d'une part, confirmer sa légitimité et, d'autre part, asseoir sa domination sur la population21.

30L'émergence des Frères musulmans, par exemple, était en ce sens une sorte de réponse ou de réaction à l'infiltration de la culture occidentale à la suite de l'occupation britannique, et ce n'est pas par pur hasard que ce mouvement est né dans la ville d'Ismaïlya, ville du canal sous contrôle des forces d'occupation. La lutte islamique a ensuite évolué, de lutte contre la culture envahissante, en lutte contre l'occupation en vue de la libération nationale, tendance confirmée par la participation des Frères musulmans à la guerre de 1948 pour la libération de la Palestine.

  • 22 Ibid., p. 211.
  • 23 Ibid., p. 235.

31Avec la Révolution de 1952, l'Etat et le pouvoir ont réussi à résorber l'institution religieuse, à limiter son influence et à s'en servir pour confirmer leur légitimité devant la population. L'échec du socialisme et la défaite de 1967 ont toutefois précipité le renouveau du courant religieux, qui trouve un terrain favorable dans le contexte d'omniprésence des valeurs et de la culture occidentales, qui sont caractérisées par la consommation et qui suscitent la frustration de la population qui vit dans la privation et les restrictions. Le courant islamique s'est développé, tantôt comme un mouvement spontané, tantôt avec l'appui du régime politique qui y trouvait le moyen de liquider les autres courants idéologiques (le nassérisme et le marxisme) ou de se conférer une apparence islamique22, tantôt encore contre ce régime (et plus particulièrement depuis la visite du président Sadate à Jérusalem)23.

Le caractère politique de la violence urbaine

32Plusieurs facteurs sont à l'origine de l'émergence de ce type de violence.

  • 24 Lupsha P., "On theories of Urban Violence", in Murray Stewart (ed.), The City : Problems of Plannin (...)

33Le premier tient à l'exode rural important d'une population qui, se sentant trop à l'étroit dans ses terres agricoles, est venue s'installer dans les villes, et de préférence les grandes villes comme Le Caire et Alexandrie. En venant s'installer en ville, ces immigrés ont souffert de problèmes d'adaptation et cela pour trois raisons fondamentales : d'abord, la subsistance d'une culture parochiale, le regroupement dans des quartiers pauvres, en ceinture de la ville, et l'émergence d'un leadership populaire (mu‘allim et baltagiyya) ; ensuite, le « choc civilisationnel » d'individus confrontés aux critères urbains et modernes auxquels ils doivent se conformer, ce qui débouche sur un état d'hyperesthésie24 ; enfin, la détérioration du niveau des services dans les quartiers informels, les habitants de ces quartiers éprouvant alors de l'hostilité tant contre les habitants des quartiers riches de la ville, que contre le pouvoir politique qui, pour eux, constituent une même classe sociale, différente de la leur, et qui profite de tous les avantages.

  • 25 Smelser N.J., Theory of Collective Behavior, London, The Free Press, 1965, p. 242.

34Le deuxième facteur est la privation relative. La privation relative est définie comme étant la variable qui permet de mesurer l'écart entre la performance, par l'individu, le groupe ou l'organisation, des tâches qui lui (leur) sont assignées par la société et la rémunération qu'ils reçoivent en contrepartie de l'accomplissement de ces tâches. N. Smelser affirme que les individus qui pratiquent la violence politique souffrent de privation relative ou absolue, ou bien en sont menacés25. Les psycho-sociologues, de leur côté, définissent la notion de privation relative comme l'écart entre les aspirations et les attentes, d'une part, et le degré de réalisation de ces aspirations, d'autre part. L'augmentation de cet écart fait naître chez l'individu une tension qui suscite en lui un sentiment de frustration, lequel, à son tour, pousse à la révolte et à l'agressivité. Nous pensons aussi que outre la privation relative, la privation absolue peut jouer un rôle primordial dans la production de la violence. La privation absolue étant définie comme l'incapacité de subvenir aux besoins fondamentaux de l'être humain, elle correspond à l'état d'appauvrissement dans la théorie marxiste qui se produit lorsque le revenu ou le salaire ne suffisent pas à satisfaire les besoins de l'individu. De telles conditions, que vivent quotidiennement les couches inférieures de la population des quartiers informels et même de certaines zones urbaines, sont source de tension. Ils vivent dans ce type de privation jusqu'au moment où se présente pour eux l'occasion de passer de la privation absolue à une privation relative qui les pousse à participer à la violence.

  • 26 Leila A., La jeunesse arabe..., op.cit., p. 143.

35Le détonateur constitue, en troisième lieu, le facteur d'accélération qui transforme les tensions et les craintes diffuses en craintes déterminées, voire en véritables conflits. L'arrestation d'un soûlard et la torture qui lui est infligée, ou la fusillade d'un jeune dans la foule26 font partie de ce type d'incidents susceptibles d'accélérer l'explosion de la violence. Ces incidents marquent un tournant : la tension accumulée se traduit par un comportement franchement agressif contre la source génératrice de tension que constitue le régime politique ou ses représentants. D'habitude, dans les régions urbaines, la foule, partageant les mêmes situations tendues, sympathise avec la personne agressée et prend part à ce type de violence.

Caractéristiques des acteurs de la violence politique

  • 27 Ibid., p. 146.
  • 28 Leila A., Le Tiers-Monde..., op.cit., pp. 669-670.

36L'une des principales caractéristiques qui déterminent jusqu'à quel point un individu a des prédispositions pour ce genre d'action est le facteur « âge ». Les jeunes sont en effet plus portés à y participer et ceci pour trois raisons : leur rôle social limité27 ; ils constituent les victimes privilégiées du phénomène de privation relative et de la détérioration des moyens de subsistance28 ; l'indulgence des autorités, parce que ces jeunes appartiennent à la classe moyenne dont sont issus la plupart des représentants du régime politique.

  • 29 Lupsha P., op. cit., p. 463.

37Les femmes ont moins tendance à participer à la violence. Ceci peut s'expliquer par le fait que la femme est, plus souvent qu'à son tour, en situation de privation absolue. Ce qui confirme cette hypothèse, c'est que lorsque les circonstances s'y prêtent et que la femme parvient à occuper une place qui lui confère presqu'autant d'importance qu'à l'homme dans un système dominé par la discrimination, elle passe à un état de privation relative et est plus sujette à la violence29.

  • 30 Ibid.

38Dans certaines études, la violence est présentée comme étant essentiellement un phénomène de classe normalement lié aux couches sociales les moins favorisées30. Cela peut s'expliquer par les conditions économiques très dures dans lesquelles elles vivent et par les a priori des autorités.

Notes

1 Ahmad Q. H., L'homme contemporain dans l'œuvre d'Herbert Marcuse, Beyrouth, al-Mu'assasa al-‘arabiyya li-l-dirâsât wa al-nashr, 1980, p. 135.

2 Cranson M., La nouvelle gauche, Beyrouth, Dâr al-Nahda li-l-nashr, 1972, p. 105.

3 Gurr R. T., Why Men Retel, Princeton University Press, New Jersey, 1970, p. 3.

4 Masotti L. H. and Brown D. R., Riots and Rebellions, Civil Violence in the Urban Community, Beverly Hills, 1968, p. 57.

5 Gurr R. T., op. cit., p. 9.

6 Ibid., p. 12.

7 En ce comprises les forces de l'ordre. Cf. Pat Murphy, cité in ‘Alî Leila, Le Tiers-Monde, les causes et les problèmes, Dâr al-thaqâfa li-l-tawzî' wa al-nashr, Le Caire, 1985, p. 52.

8 Comme le dit Conant, il peut arriver qu'il faille recourir à une force démesurée pour imposer un ordre excessif, ce qui entraîne une escalade de la violence (cf. les études de l'Institut Lamberg, ibid.).

9 Ibid., p. 55.

10 Ibid., p. 211.

11 Maccoby E. E., "Effects of the Mass Media", in Otto N. Larsen (ed.), Violence and the Mass Media, London, 1968, p. 117.

12 Merton R. K., Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press, 1969, p. 146.

13 Ibid., p. 139.

14 Maccoby E. E., op. cit., p. 118.

15 Leila A., op. cit., p. 362.

16 Ibid., p. 365.

17 Merton R. K.. op. cit., p. 139.

18 Leila A., op. cit., p. 361.

19 Belaid S., "Role of Religious Institutions in Support of the State", in A. Dawisha, and W. R. Zartman (eds.), Beyond Coercion : The Durability of the Arab State, Croom Helm, London, 1988, pp. 147-163.

20 Ibid., p. 148.

21 Leila A., La jeunesse arabe : Réflexions autour de la renaissance religieuse et la violence, Dâr al-ma‘ârif, 2e éd., 1993, p. 311.

22 Ibid., p. 211.

23 Ibid., p. 235.

24 Lupsha P., "On theories of Urban Violence", in Murray Stewart (ed.), The City : Problems of Planning, Ontario, Penguin Education, 1972, pp. 453-477 et A. Leila, Le Tiers-Monde..., op. cit., p. 706.

25 Smelser N.J., Theory of Collective Behavior, London, The Free Press, 1965, p. 242.

26 Leila A., La jeunesse arabe..., op.cit., p. 143.

27 Ibid., p. 146.

28 Leila A., Le Tiers-Monde..., op.cit., pp. 669-670.

29 Lupsha P., op. cit., p. 463.

30 Ibid.

Auteur

Université de ‘Ayn Shams

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable