Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Cadre théorique, approches disciplinaires et perspectives comparatistes

À propos de la violence politique

Une perspective psychologique

Qadri Hifni

Texte intégral

1Il est difficile de définir avec précision le terme de violence politique. Cette question devient encore plus complexe lorsqu'il s'agit de cerner ce terme trompeur dans le cadre de la psychologie et plus précisément de la socio-psychologie. Prenons comme point de départ ce qu'il évoque dans l'esprit du non-académicien spécialiste de ce type de question.

2Il n'est pas rare de voir ce terme confondu avec beaucoup d'autres tels que, à titre d'exemple et non d'inventaire exhaustif, « extrémisme », « fanatisme », « terrorisme », « radicalisme », ou encore « fidâ'iyya » (substantif de fidâ'i = commando, qui sacrifie sa vie), « sacrifice et abnégation », « istishhâd » (martyr ou héros), etc. En fait, la portée de l'expression dépendra avant tout de l'identité du locuteur. Cela est d'autant plus vrai que c'est généralement autrui que l'on qualifie de terroriste, de fanatique ou d'extrémiste, et que l'on attribue rarement, à soi ou à son groupe, ce type d'adjectif. Par contre, fidâ'iyya ou istishhâd sont des qualités rarement attribuées à ceux du groupe adverse. Ainsi, par exemple,« commando » et « terroriste » sont deux termes généralement utilisés pour désigner une même personne, dans une seule et même situation, par deux locuteurs différents, la seule différence étant dans la nature du groupe d'appartenance de chacun d'eux. Par contre, un terme comme « radicaliste », par exemple, occupe une position intermédiaire et s'utilise aussi bien pour désigner autrui que pour se désigner soi-même, selon le sens que revêt ce terme dans l'environnement social de l'interlocuteur.

3Nous n'entrerons pas dans des précisions terminologiques et dans des querelles sans fin que suscitent les tentatives de définition de ces termes. Nous ne traiterons pas non plus l'extraordinaire profusion d'interprétations psychologiques sur les racines de la violence et de l'agressivité, qu'il s'agisse d'un caractère inné, partie intégrante de la nature humaine, que l'éducation sociale tente d'atténuer et de maîtriser, ou d'un caractère acquis par l'individu — qui naît innocent et docile — au travers de l'éducation sociale qu'il subit.

4Commençons plutôt par essayer de trouver une définition de base, simple, du mot violence. Il s'agit d'« un comportement apparent visant à détruire les personnes ou les biens ». Le mot apparent signifie que, pour que l'agressivité devienne violence, elle doit répondre à la condition d'apparence. Il existe, en effet, plusieurs sortes d'agressivité, bien connues des psychologues, dont la caractéristique est d'être dissimulées et latentes, comme toute la gamme des maladies psychosomatiques. Il en est de même des images extrêmement violentes qui meublent notre sommeil et nos rêveries.

5La violence est donc spécifique à la nature humaine, pratiquée par l'homme depuis la création, tant sur le plan individuel que collectif. Certaines formes de violence constituent même une nécessité vitale pour l'individu ; il doit en effet les pratiquer pour se défendre en cas de danger. Il n'est pas exagéré de dire que toutes les sociétés — sans aucune exception — encouragent certaines formes bien précises de violence et qu'elles vont même jusqu'à dénoncer et sanctionner par divers moyens, allant du reproche et du mépris jusqu'à l'expulsion et la peine de mort, ceux de ses membres qui s'y refusent. Les exemples ne manquent pas et n'ont pas besoin d'être cités. Mais quelle est donc la spécificité de la violence politique ?

Essai de définition dans une optique psychologique

6Le terme de violence politique a fait l'objet de définitions d'autant plus nombreuses et diverses que chacune d'elle dépend de la théorie et de la discipline scientifique dont elle émane.

7Sous l'angle de la psychologie en général, et plus particulièrement de la socio-psychologie, la violence politique est l'une des formes de violence intérieure, pratiquée en vue d'accéder au pouvoir, et qui se distingue par son symbolisme, son caractère collectif, son altruisme et son caractère public.

8Premièrement, « la violence politique est une forme de violence intérieure ». Elle se caractérise par le fait qu'il existe une interférence entre les parties, c'est-à-dire qu'il existe entre elles des liens communs. C'est dans ce sens bien précis qu'il s'agit d'une violence intérieure. Ce lien commun est constitué par le fait que toutes les parties se trouvent sous un même pouvoir politique. Or, ce pouvoir politique est contesté par les uns, alors que d'autres le reconnaissent ; il est rejeté par les uns, qui remettent en cause sa légitimité, alors que d'autres défendent cette légitimité au point de la sanctifier. Au-delà de cette sujétion à un même pouvoir, toutes les parties en conflit peuvent avoir en commun un ou plusieurs, voire tous les autres déterminants (religion, traditions, constitution psychologique, ethnie, etc.). En définitive, la violence politique est exercée par les parties dans un cadre qui les unit. C'est peut-être ce qui la distingue le plus de la guerre qui, au sens propre, est une violence extérieure. C'est précisément l'existence de ce cadre qui explique le danger que représente le phénomène de la violence politique.

9Deuxièmement, « la violence politique vise le pouvoir ». Essentiellement liée au pouvoir et aux symboles du pouvoir, la violence politique s'exerce dans deux directions principales : les détenteurs du pouvoir — dans le but de s'emparer de ce dernier ou d'y participer : ceux qui disputent aux symboles du pouvoir son monopole. Il est évident que l'on ne pourra donc parler de violence politique qu'en accordant le même intérêt à chacune de ces deux cibles, sans lesquelles il ne peut exister de violence politique au vrai sens du mot. En effet, sans violence de la part des symboles de l'Etat, il s'agira plutôt d'une prise de pouvoir pacifique. En définitive, la violence politique est nécessairement réciproque et diffère en cela de la plupart des autres formes de violence où il existe une nette distinction entre le rôle de la victime et celui de l'agresseur.

10Troisièmement, « la violence politique se distingue par son symbolisme ». D'une manière générale, les différentes sortes de violence tendent à porter préjudice à une personne bien déterminée ou aux biens de cette personne. Par contre, la violence politique relève de ce genre de violence qui ne vise pas la personne pour elle-même mais pour sa position sociale, intellectuelle ou religieuse, ou encore pour son appartenance ethnique. Elle vise donc des symboles. Ceux qui pratiquent des actes de violence politique n'agressent pas des individus à titre personnel, mais en tant que représentant de l'autre que l'on rejette. Par conséquent, il n'est pas surprenant que les balles de la violence politique soient dirigées contre une victime que rien ne relie à l'agresseur si ce n'est le symbole dont elle est porteuse. De cette particularité, nous pouvons déduire plusieurs conséquences :

  1. Dans la mesure où la violence politique est essentiellement dirigée contre l'individu à titre symbolique, c'est-à-dire en tant que représentant d'un groupe, cette menace devrait, sinon disparaître complètement, du moins s'atténuer lorsque l'individu perd cette qualité. Or, dans certains cas, cette violence persiste alors que l'individu n'occupe plus la position sociale qui en faisait une cible et qu'il ne bénéficie plus de sa qualité de représentant. Il semble donc, au premier abord, qu'il s'agisse d'une vengeance personnelle. Pourtant, une vision plus approfondie des choses montre bien qu'il n'en va pas ainsi. En fait, dans ce cas également, la violence constitue une sorte de message et d'avertissement adressé à l'autre et qui signifie : « n'allez pas croire que le fait de vous désister au moment opportun pourrait vous mettre à l'abri de la menace ». Il s'agit donc, là aussi, d'une violence qui se veut être un message adressé à ceux qui sont encore au pouvoir.

  2. Le poids symbolique de l'individu varie en fonction de sa position au sein du groupe. Ainsi, le poids symbolique du chef du groupe dépasse-t-il celui de ses partisans et de ses subordonnés ; rien d'étonnant à cela puisqu'il symbolise le groupe tout entier. Dans la mesure où elle vise l'individu en qualité de représentant du groupe, il faut s'attendre à ce que la violence politique augmente proportionnellement au poids emblématique de cet individu.

  3. Comme nous l'avons dit plus haut, la violence politique est une violence non personnalisée, non dirigée contre un groupe déterminé. Par conséquent, elle ne se limite pas aux représentants officiels du groupe cible, mais s'étend, à des degrés différents, à tous les partisans du groupe. Quant à l'identification des représentants officiels d'un groupe, elle ne pose pas de difficultés particulières, dans la mesure où ils s'efforcent de se distinguer des autres, entre autres pour se faire connaître de leurs partisans. S'agissant du moyen de distinguer les partisans de l'autre groupe de ceux du sien propre, cela suppose la consécration de ce que l'on pourrait appeler « des marques ou des signes apparents ». Nous entendons par là des caractéristiques visibles et audibles qui permettent de déceler l'appartenance d'un individu à tel ou tel autre groupe bien déterminé. Ces particularités sont tantôt physiques héritées ou artificielles/acquises, tantôt relatives au dialecte ou à l'accent, tantôt à la tenue vestimentaire ou aux traditions (visage rubicond, nez crochu, teint foncé, cheveux blonds, marque de la prière ; grasseyement, incapacité de prononcer certaines lettres, tendance à nasaliser les mots ; tenue militaire, niqâb, hijâb, 'iqâl, chapeau, vêtements de sport, foulard ; démarche, manière de fumer ou de saluer, etc.).

  4. « La violence politique se distingue par son caractère collectif. » Le fait que la violence politique revête le plus souvent un caractère collectif ne signifie pas pour autant que l'exécution même des actes de ce genre soit toujours collective. Certains incidents mettent en effet en scène d'extraordinaires histoires d'héroïsme individuel. Cela veut dire cependant que celui qui pratique la violence politique, même s'il exécute son action de manière individuelle, le fait à titre de représentant du groupe et, s'inspirant des valeurs de celui-ci, met en pratique ses orientations. Il est même rare de voir dans ce domaine un acte individuel qui n'ait été précédé d'une planification collective.

  5. « La violence politique se caractérise par l'altruisme. » C'est une violence mue et guidée par des idées et des motifs qui dépassent — du moins dans l'image qu'elle tend à projeter — les intérêts personnels directs de ceux qui la pratiquent de part et d'autre. Le principal slogan dont se réclament toutes les parties et qu'elles ne cessent de répéter est celui de « l'intérêt public ». Cela ne veut pas dire qu'il s'agit d'un slogan vide de sens. En effet, ces groupes exercent la violence politique dans le but d'atteindre un objectif qui dépasse forcément l'intérêt matériel direct de leurs membres ; sinon comment expliquer l'enthousiasme que manifestent ces derniers à s'exposer à un danger réel ? Il ne s'agit toutefois pas de sous-estimer les motifs économiques ; il existe même un genre de violence politique essentiellement fondée sur des raisons économiques. Ce que nous voulons dire dans ce contexte, c'est que la revendication de conditions de vie meilleures est, dans ce cas précis, centrée sur l'amélioration du niveau de vie de l'ensemble du groupe d'appartenance. Sans quoi nous serions face à l'une des formes de violence criminelle, tels que le vol ou le pillage par exemple. A ce propos il suffit de savoir que l'une des pires accusations échangées entre ceux qui pratiquent la violence politique, qu'ils soient du côté du pouvoir ou dans le camp des révoltés contre celui-ci, c'est le fait d'être payé pour ses actes et considéré comme mercenaire.

  6. « La violence politique revêt un caractère public. » Il n'est pas habituel de voir une personne revendiquer une action en sachant pertinemment qu'elle expose jusqu'à sa vie. C'est pourquoi, ceux qui ont un comportement agressif ne reconnaissent leurs actes que sous l'effet de la contrainte. Les seules exceptions à cette règle relèvent de la violence exercée dans le cadre de la vendetta, de la défense de l'honneur, de la guerre et de la violence politique, allant parfois, dans ce cas, jusqu'à se faire une concurrence forcenée dans la revendication d'un même acte.

Les différentes espèces de violence politique

11La violence politique n'est jamais gratuite. Prise dans le sens que nous avons précisé plus haut, c'est-à-dire dans le sens d'une course au pouvoir, la violence politique nécessite une justification. C'est sur la base de cette justification que nous pouvons procéder à la classification des différents types de violence politique. Cela ne signifie évidemment pas que chaque acte de violence politique soit fondé sur un seul et unique motif qui élimine d'office l'effet de tous les autres. Cela ne veut pas dire non plus que le motif déclaré soit forcément le vrai motif de l'acte perpétré.

La violence politique nationaliste

12Ce qui permet, dans ce cas, de distinguer les différents groupes pratiquant la violence politique c'est que ceux qui détiennent le pouvoir et ceux qui le leur disputent relèvent de nations différentes. Dans nos pays, l'image la plus fréquente de ce type de violence est constituée par les mouvements de libération et de résistance populaire à l'occupation étrangère.

13Ici, la violence politique est réciproque et s'exerce entre deux groupes d'appartenance nationale différente. Ces deux groupes se distinguent par conséquent par la langue, les habitudes et les coutumes, l'histoire, les croyances religieuses, le niveau économique, les traits physiques, ou parfois même par toutes ces marques à la fois. Ils se trouvent cependant sur un même territoire et sont soumis en fait à un même régime politique.

14Il ne faut pas perdre de vue qu'en dépit de son caractère essentiellement nationaliste, ce type de violence présente également une dimension économique, religieuse ou même ethnique. Mais, quoiqu'il en soit, ces aspects n'en constituent jamais le caractère fondamental et spécifique. Il est vrai que ceux qui revendiquent le pouvoir par la violence mettent l'accent sur l'importance de l'écart économique qui les sépare de ceux qui détiennent le pouvoir ; il est vrai également qu'ils mettent en évidence l'oppression religieuse que subit leur groupe. Il n'en reste pas moins que la seule solution qu'ils retiennent pour venir à bout de tous ces problèmes est de type national. Par ailleurs, le groupe national au pouvoir peut marginaliser le caractère nationaliste de la violence en se centrant, par exemple, sur l'amélioration des conditions de vie du groupe opposé ou en manifestant le plus grand respect pour les symboles de leurs croyances et de leurs pratiques religieuses.

La violence politico-économique

15Organiser les moyens de satisfaire aux besoins économiques de l'individu est l'un des principaux rôle du pouvoir. Tout dysfonctionnement est, par conséquent, susceptible de se transformer en source de violence politique principale. Prise dans ce sens, la violence politico-économique est une violence partagée par deux ou plusieurs groupes appartenant, du point de vue historique et non seulement politique, à une même société.

16L'objectif final de cette violence socio-économique est de changer le régime politique en place afin de satisfaire aux besoins des citoyens.

17Il existe sans doute une différence fondamentale entre la violence de type socio-économique et la violence politique nationaliste. Ceux qui exercent la première ne cherchent pas, et n'envisagent même pas, la possibilité d'une séparation spatiale entre les deux parties en conflit. Ils n'envisagent pas non plus d'exclure définitivement l'autre de leur vie, ce qui serait mettre fin à la leur propre. En résumé, ce qu'ils recherchent, ce n'est pas leur indépendance vis-à-vis de l'autre — comme dans le cas de la violence nationaliste — mais l'« égalité » avec l'autre. Ils peuvent, certes, tenter d'écarter les représentants de l'autre groupe, mais ils ne peuvent se passer de leurs partisans.

18On peut affirmer que les traces laissées par ce type de violence politique sont rarement aussi profondes que celles dues à l'exercice de la violence nationaliste, par exemple. L'explication psychologique en est simple et repose sur deux points : les deux groupes, après s'être mutuellement agressés, continuent à cohabiter, quelles que soient les conséquences de leurs actes de violence, ce qui permet à chacun d'eux, par ses pratiques quotidiennes, d'infléchir l'image que l'autre a de lui ; ceux qui occupent des postes économiques clés sont susceptibles de passer d'une classe sociale à l'autre et donc de changer de position vis-à-vis du pouvoir, ce qui les amène, en tant que représentants d'une certaine catégorie, à perdre de leur crédibilité et, par l'effet de la mobilité sociale, à être remplacés par d'autres.

La violence politico-religieuse

19C'est peut-être le genre de violence qui fait le plus de bruit dans le monde d'aujourd'hui et particulièrement dans notre région. Les acteurs de la violence politico-religieuse sont forcément ressortissants d'un même pays, et l'objectif du conflit, c'est le pouvoir.

20La violence politique revêt différentes formes. « Violence politique confessionnelle », d'abord. Quoiqu'ils appartiennent à une même religion, les groupes en conflit sont de rites différents (protestants et catholiques, chiites et sunnites). Si les groupes antagonistes s'accordent sur les fondements de cette religion, ils divergent sur des questions de possession du pouvoir, le tout légitimé par la conviction que le rite ou la secte à laquelle on appartient représente la religion dans toute sa véracité. « Violence politico-religieuse interne », ensuite, en ce sens qu'elle oppose, dans la lutte pour le pouvoir, des groupes de même religion et de même rite. Dans ce cas, ceux qui veulent s'emparer du pouvoir accusent les autorités en place d'infidélité à la vraie religion et au rite, alors que ces dernières soutiennent l'inverse. Enfin, violence religieuse dirigée par un groupe religieux contre un autre groupe religieux, mais appartenant à une autre religion. Ici aussi, c'est le pouvoir qui est visé. Ce qui mérite notre attention, c'est que ce genre de violence, bien qu'il soit orienté contre un groupe de religion différente, ne vise pas nécessairement ce groupe en tant que tel, mais bien parce qu'il vit sous la tutelle du pouvoir visé par la violence politique et que ce pouvoir est tenu de protéger ce groupe. Autrement dit, ce type de violence politique peut ne constituer qu'une façade derrière laquelle s'exerce l'une des formes de violence mentionnée plus haut.

  • 1 J'ai déjà eu l'occasion de traiter ce thème sous le titre "Les dynamiques de la violence politique (...)

21Nous n'avons mentionné jusque-là que la violence politique relevant du nationalisme, de l'économique et du religieux. Cela ne veut pas dire que ce sont les seules formes de violence politique. Il en existe d'autres, telle que la violence ethnique que nous n'avons pas évoquée ici. Un autre secteur, non moins important, que nous n'avons pas évoqué non plus, est celui de la violence politique de masse « spontanée »1

La violence politique... une lutte entre semblables

22Il peut apparaître au premier abord que moins les parties au conflit se ressemblent — c'est-à-dire plus la violence est extérieure —, plus la lutte est féroce. Et, réciproquement, plus les parties ont des choses en commun, plus la violence perd de son acuité. Sur le plan psychologique, cette proposition semble devoir être inversée : ici, plus les liens sont étroits et le terrain partagé est grand, plus la lutte devient féroce, inextricable, enracinée.

23Nous avons déjà abordé le fait que la violence politique suppose qu'il y ait une sorte d'interférence entre les parties. En réalité, cette interférence n'est pas purement et uniquement matérielle ou intellectuelle. A cela s'ajoutent des mécanismes d'ordre psychologique semblables dans le chef des différentes parties en présence : la disqualification (l'autre est un agent, un mercenaire, un naïf ignorant et personne de raisonnable et d'intègre ne peut admettre les sornettes qu'il raconte sur la partie adverse) ; le radicalisation (le dialogue avec la partie adverse est vain et le seul langage qu'elle est en mesure de comprendre est celui de la force) ; l'excommunication (l'autre est dissident, hors-la-loi, khârijite, déviant du véritable socialisme, de l'orthodoxie chrétienne, etc.) ; la dévalorisation (l'autre ne représente qu'une minorité et la majorité est sûrement de notre côté et nous soutient) ; la conviction de l'immuable (quoique dise l'autre et quoiqu'il fasse pour nous convaincre qu'il a changé, il restera toujours, au fond de lui-même, inchangé) ; le langage de l'insécurité (l'autre veut soit nous éloigner de la réalité et nous lancer vers un avenir qui nous est étranger et inconnu, soit nous entraîner vers un passé très lointain avec lequel nous n'avons plus aucun lien) ; l'indifférenciation (dans notre lutte, nous ne devons pas faire de distinction, dans les rangs de l'autre, entre les « têtes pensantes » et les « exécutants », entre les « approbateurs » et les « opposants », cette diversité des positions n'étant en fait qu'une ruse) ; le langage de la purification (nous devons purifier nos rangs de tous ces pusillanimes qui invitent au dialogue avec l'ennemi ; ce sont soit des naïfs trompés, soit des agents conspirateurs, soit encore des faibles terrifiés à l'idée d'un affrontement global).

Évaluation des strategies d'affrontement de la violence politique

24Le phénomène de la violence politique est aussi vieux que celui du pouvoir. L'histoire nous rapporte une multitude de stratégies adoptées par les différents régimes dans le but de lutter contre les vagues de violence politique et par ceux qui pratiquent la violence politique en vue de réaliser leurs objectifs. Toutes ces stratégies ont été appliquées avec plus ou moins de succès.

25Une vision globale de ces stratégies nous permet de constater que la plus en vogue est celle que l'on pourrait appeler la stratégie globale. Cette stratégie — réciproque, certes — est fondée sur les prémisses admises de la lutte entre semblables que nous avons évoquée et elle conduit, sur le plan pratique, à un affrontement global entre les parties. Ce qui nous intéresse ici, c'est le fait que pareille stratégie incite à attaquer les intellectuels et les exécutants du groupe ennemi sans distinction aucune.

26La poigne de l'Etat étant, sans aucun doute, la plus forte, il est tout à fait prévisible et normal que la violence politique régresse, sans que cela signifie pourtant qu'il s'agisse d'une régression organisée semblable au retrait de troupes militaires.

27Plusieurs questions subsistent toutefois.

  1. Qu'en est-il de la pensée sous-jacente à cette stratégie ? Fondée sur le principe que la pensée génère l'action, cette stratégie, ou même d'autres, peut-elle supprimer une pensée, quel qu'en soit le degré d'absurdité ? Les institutions, les régimes et les organisations sont tous périssables. Il n'en est pas de même de la pensée qui, elle, se renouvelle et évolue, tantôt se gèle et se replie, et tantôt se fait entendre, bruyamment ou en sourdine, mais sans jamais s'éteindre ; elle survit toujours à ses tenants. Ceci est valable à tous les niveaux de la pensée, de la plus absurde à la plus géniale. Alors que les actes sont liés à la vie de ceux qui les accomplissent et prennent fin à leur mort, et que les institutions voient leur terme lié au besoin dont on en a ou à la détérioration de leur fonctionnement, la pensée, elle, une fois exprimée ou écrite, se conserve, et demeure, du moins en réserve.

  2. Existe-t-il vraiment une conjonction de l'extrémisme et de la violence politique ? Est-il vrai que la liberté d'exprimer publiquement une pensée extrémiste pourrait conduire automatiquement à une recrudescence de la vague de violence politique ?

28En psychologie sociale, rien ne prouve que le fanatisme et la pensée extrémiste, quelle qu'en soit l'ampleur, puissent conduire automatiquement à l'exercice de la violence. Il est vrai que tout cela provoque diverses déformations réactionnelles et intellectuelles dont, à titre d'exemple, la misanthropie, l'aversion à l'égard de l'autre et même le désir de le voir disparaître, ainsi que l'incapacité intellectuelle à voir l'autre aspect des choses et donc à faire preuve d'objectivité. Arrivé à ce degré d'extrémisme et de fanatisme, les rêves de l'individu peuvent abonder en images excessivement violentes, mais cet état, malgré sa gravité, ne mène pas, à lui seul, à l'exercice effectif de la violence. La transformation des idées et des réactions en pratiques comportementales suppose, en plus de ces signes, beaucoup d'autres facteurs psychologiques, sociaux et situationnels. La haine que l'on éprouve à l'égard de l'autre ne permet pas, quelle qu'en soit l'intensité, de prédire l'exercice de la violence sur d'autrui. Elle pourrait même, sur le plan pratique, pousser l'individu à se retirer complètement et à ne plus chercher à affronter cet autre pour lequel il éprouve tant d'aversion.

29L'histoire proche et lointaine confirme notre point de vue. L'extrémisme intellectuel et l'intolérance confessionnelle ont souvent donné lieu, sur le plan du comportement, à la passivité la plus complète, voire à la soumission. A titre d'exemple, nous pouvons citer les associations soufies musulmanes ou les congrégations chrétiennes et, si nous nous rapprochons davantage des pratiques politiques contemporaines, nous constaterons que le boycott d'Israël est l'exemple pratique qui confirme le mieux ce que nous avançons. Ce boycott a en fait garanti le plus haut degré de sécurité personnelle aux Israéliens.

30Qu'en déduire ?

31La solution à apporter à la question ne relève pas, pour l'essentiel, de la psychologie. Par contre, une projection des données propres à cette science au-delà de ses frontières amène à promouvoir l'adoption de deux principes majeurs :

  1. « Répondre au fusil par le fusil et à la plume par la plume. » Il s'agit ici de distinguer la pensée du comportement, la violence du fanatisme, et d'affronter chacun de ces éléments selon sa nature. Dénoncer l'appel à l'affrontement de la pensée par la violence n'est pas — il est bon de le dire — moins important que de dénoncer l'appel à l'affrontement de la violence par le dialogue.

  2. « Pas de limites à la liberté de pensée. » Il faut inciter à reconnaître le droit de toute pensée à s'exprimer librement, quel que soit le degré de divergence ou d'aversion ressenti à son égard, avec tout ce que suppose cette reconnaissance, c'est-à-dire une pleine conscience de la confusion que cette liberté pourrait engendrer sur le plan de la pensée. Cette confusion des idées n'est-elle pas moins grave que le terrorisme violent, et le vacarme des mots, quels que soient les troubles qu'il occasionne, n'est-il pas plus facile à supporter que le bruit des balles.

32En fin de compte, ce ne sont là que des principes qui restent encore à affiner et à développer avant qu'ils ne puissent se transformer en véritables modèles de comportement.

Notes

1 J'ai déjà eu l'occasion de traiter ce thème sous le titre "Les dynamiques de la violence politique de masse dans le contexte des spécifités psychologiques et historiques de la personnalité égyptienne", dans le cadre d'une étude plus vaste publiée en juillet 1976 par le Centre National de Recherches Sociales et Criminelles, sous le titre de La violence spontanée des masses dans la société égyptienne. Les conclusions que j'ai pu dégager dans cette étude me semblent encore valables aujourd'hui.

Auteur

Université de ‘Ayn Shams

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable