Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien

 | 
Baudouin Dupret

Présentation

Baudouin Dupret

Texte intégral

1Faire état d'un phénomène qui, par nature, entend faire détruire les cadres sociaux qui prévalent, au moins dans leur forme, telle est la gageure propre à tout discours qui tend à se saisir de la contestation du ou des ordres normatifs institués dans une société donnée. Tel est, partant, le défi posé à l'élaboration d'une réflexion sur la question problématique de la violence politique. Gageure, défi... aporie peut-être. Il est des chemins qui ne mènent nulle part, des Holzweg, pour reprendre le titre d'un livre de Heideger, qui visait par là, à l'image de ces sentes qui s'engagent dans la forêt de plus en plus profondément, au fur et à mesure de la progression des bûcherons, pour soudainement s'interrompre, ces objets dont la phénoménologie est essentiellement insaisissable. Il est des objets que les sciences sociales ont bien des difficultés à appréhender et dont, souvent, la littérature rend mieux compte.

Rufino entre dans Cumbe en même temps que deux patrouilles de soldats qui se conduisent comme si les habitants étaient l'ennemi. Ils fouillent les maisons, frappent à coups de crosse ceux qui protestent, clouent une ordonnance promettant la mort à qui cachera des armes à feu et la proclament avec des roulements de tambour. Ils cherchent le curé. Ils racontent à Rufino qu'ils l'ont enfin localisé et qu'ils n'ont aucun scrupule à entrer dans l'église et de l'en faire sortir avec brutalité. Après avoir parcouru Combe en demandant après les gens du cirque, Rufino s'en va loger chez un briquetier. La famille commente les fouilles, les mauvais traitements, mais elle est davantage impressionnée par le sacrilège : envahir l'église et frapper un ministre de Dieu ! Ce doit être vrai, alors, ce qu'on dit : ces impies servent le Chien. (Mario Vargas Llosa, La Guerre de la fin du monde).

  • 1 Geertz C., Observer l'islam. Changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Découverte, (...)
  • 2 Geertz C, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, 1986, p. 266.

2Il demeure qu'une attitude de dérobade face à ce type de sujet ne se justifie pas plus, pour le scientifique, qu'une quelconque prétention à épuiser, voire à rendre simplement compte de l'éternel conflit opposant Dieu au Chien, l'Etat à ses contestataires, le gouvernant à son opposition... À la manière de Clifford Geertz, l'on peut trouver quelque mérite aux esquisses par rapport aux toiles1. S'il faut reconnaître que la problématique se laisse circonscrire, que « c'est certainement plus qu'un peu vague », l'on doit aussi remarquer qu’« un tableau véridique d'un objet indistinct après tout n'est pas clair, mais indistinct » et que « mieux vaut peindre la mer comme Turner qu'essayer d'en faire une vache de Constable. »2

3Les cinquièmes rencontres franco-égyptiennes de politologie s'étaient donné pour objet d'étude le phénomène de la violence politique dans le monde arabe et musulman. Réunis dans le présent ouvrage, les résultats de ces travaux ne peuvent prétendre à la qualité esthétique d'une oeuvre de Turner, mais ils s'en inspirent indubitablement plus, par touches multiples, contrastées, contrariantes et contraignantes, que du compte rendu, certes réaliste, mais surtout erroné d'une quelconque vérité.

4Les différentes contributions ont été regroupées en trois parties. Cette tentative n'échappe pas à l'arbitraire. Elle a le mérite, toutefois, de souligner la cohérence et la rationalité d'un ensemble, en apparence un peu disparate.

5La première partie prétend ébaucher un cadre théorique de la violence politique qui éclate, plus ou moins régulièrement, plus ou moins intensément, dans le monde arabe et musulman. On y aborde, en tout premier lieu, la question centrale de sa rationalité (Leca). Dotée de mille visages, « les figures de la violence apparaissent comme les nombres, infinies et toujours nouvelles et renouvelées, tout en restant identifiables, frappant par leur répétition et leur « banalité » » procédant d'une dynamique à la fois normale et insupportable, rationnelle et irrationnelle. Ensuite, détour obligé, le lecteur est invité à s'engager dans les couloirs de la psychologie appliquée aux phénomènes de société (Hifni). Symbolique, collectif, altruiste et publique, tels semblent être, à première vue, les traits marquants d'un processus qui, par définition, reste confiné à une scène unique, la chose politique constituant son enjeu. Ce qui ressort de l'analyse psychologique, c'est l'affirmation que la similarité des protagonistes est génératrice d'une plus grande intensité conflictuelle, alors que, paradoxalement, il ne faut pas tenir pour garantie la relation entre extrémisme intellectuel ou intolérance confessionnelle et émergence d'un comportement violent. C'est à des considérations d'ordre sociologique que l'on sera ensuite amené (Leila). Ces dernières conduisent, entre autres, à ne pas voir dans la violence politique un comportement pervers, dans la mesure où elle ne consiste pas en une déviance de l'ordre normatif consacré par un système de pouvoir, mais en sa contestation. A quoi il faut ajouter, dans la ligne des remarques d'ordre psychologique, que la finalité de la violence politique est essentiellement collective. Quant aux situations de déséquilibre social, politique, économique, etc., elles doivent être considérées comme des causes non pas substantielles, mais permissives. Un facteur, et non des moindres, qui vient se greffer sur l'esquisse sociologique est d'ordre culturel : il s'agit du concept d'anomie, lequel est censé rendre compte de la cohésion sociale régulant le comportement des individus. L'idée de violence juridique (Dupret), qui fait suite à l'analyse de la dimension sociologique de la violence politique, vise également à saisir la (dés)articulation des systèmes normatifs en présence. La dualité ou pluralité normative est-elle productrice de violence ? Quelle est sa capacité à assimiler le changement ? L'hypothèse de base est que les deux éléments constitutifs du droit que sont l'organisation et la légitimation doivent converger pour que le système normatif ne tourne pas soit à l'arbitraire, soit à l'utopie. Le dernier article de cette première partie introduit un élément de « délocalisation », en ce sens qu'il aborde le phénomène de la violence politique en Europe (Braud). Une tentative de constitution d'une typologie de la violence (d'Etat et protestataire, colérique et instrumentale) permet d'intégrer les principes, au-delà de tout risque de désorganisation et de déstabilisation, d'un niveau de violence de faible intensité nécessaire au fonctionnement des sociétés démocratiques et d'intériorisation du contrôle social venant se substituer à des formes de contrainte plus explicites.

6La deuxième partie du livre s'attache, au travers de l'analyse de cas particuliers — des « pratiques » de la violence — à mettre en évidence certains facteurs de nature processuelle, qui en constituent, en quelque sorte, la phénoménologie. Le cas du Liban sert de support, dans la première contribution (Picard), à la mise en évidence des éléments constitutifs du passage à la violence, puis de sa résorption. Sont ainsi passées en revue l'explication par l'économie, l'articulation des causes internationales et internes, ainsi que les évolutions sociales et les représentations collectives. La complexité des mécanismes et des enchaînements amène, toutefois, « à conclure assez vite à la nécessité de repérer les conditions culturelles favorables au passage à la violence » pour, ensuite, les articuler aux explications causales. En contrepoint de cette déconstruction de ce qui fait de la violence un phénomène structurel de long terme, il faut intégrer, in fine, des éléments de type stratégique permettant d'expliciter son abandon et le passage à la négociation dans les court et moyen termes. Le jeu des représentations collectives dans les discours venant se superposer à des conflits locaux (ou plutôt « localistes », pour ne pas dire « parochiaux ») fait l'objet d'un deuxième travail prenant l'Asie centrale pour point d'appui (Roy). La question est ici de savoir si les explications par l'appartenance ethnique ou l'idéologie sont à même de rendre compte de processus répondant à l'affirmation d'identités régionalistes ou infra-ethniques, la réponse consistant à mettre l'accent sur la dimension locale des conflits, laquelle est explicative à la fois de leur violence extrême et de leur limitation géographique. Le retour à un moment de l'histoire du jeune État irakien (Zubaida) permet, pour sa part, de prendre la mesure du facteur minoritaire dans le processus d'affirmation de l'Etat-nation, avec ce qu'il suppose comme mécanismes d'exclusion, de particularisation et de resserrement identitaire. La déstructuration de l'Empire ottoman fut à l'origine du déclin de mécanismes traditionnels et de réaffirmations communautaires multiples, tandis que « la perception des minorités avait été idéologisée dans le contexte du nationalisme moderne ». Et la modernité politique semble avoir montré, au rythme de la récurrence du « problème des minorités », les limites de son ancrage local. Les trois textes suivants s'attachent, quant à eux, plus à la description de mouvements sociaux de contestation de l'État ou de la politique autoritaire de celui-ci, en Turquie (Moawad), en Algérie (Mos'ad) et en Libye (Sâfi al-Dîn), qu'à la mise en exergue des facteurs propres à la phénoménologie de la violence politique. A quoi il faut cependant opposer la volonté de coupler, s'agissant du Front islamique de salut algérien, la capacité mobilisatrice d'un mouvement social au développement, puis à la permanence d'une situation conflictuelle l'opposant aux autorités « légales » du pays, celle-ci devant déboucher sur un certain degré de violence.

7La troisième partie du livre est consacrée, pays et institutions d'accueil du colloque obligent, à la violence politique dans ses manifestations égyptiennes, à ce que l'on a appelé le paradigme égyptien. Il serait erroné de ne voir, dans ces différentes contributions, que des études ponctuelles et factuelles des événements qui ont marqué, à des titres divers, l'Égypte des cinq dernières années. Sans doute, plus que toute autre, cette partie de l'ouvrage mériterait-elle de se voir coiffer du titre de « cadre théorique et phénoménologie ». C'est toutefois la valeur exemplative, de la théorie et de la phénoménologie, qui a semblé caractériser principalement l'ensemble de ces articles consacrés à l'Égypte qui, même au niveau de la recherche, manifeste toujours sa centralité. La première contribution s'attelle, essentiellement, à démonter les ressorts des différentes explications causales de la violence politique (Burgat) : explication par l'extrémisme de marginaux, lecture économiste, explication par le complot, dimension confessionnelle, avant de faire l'inventaire des limites de la régulation institutionnelle en Égypte. Un deuxième article décortique l'ensemble du discours tournant autour de la question du consensus national (Farag), montrant à la fois l'implicite du politique et de la politique égyptiens, surtout dans leur prétention à l'unanimisme, les contradictions qui leur sont inhérentes, la tendance aporétique et, finalement, apolitique de la scène publique. Vient ensuite un article consacré à la démographie (Fargues) et à sa capacité vectrice de violence politique. L'un des apports de ce texte est de faire état du nécessaire découplement de l'inscription temporelle (longue) du phénomène démographique et de celle (beaucoup plus courte) de la violence, ce qui signifie que « seules les déterminations démographiques de la violence sont envisageables, non les effets de la violence sur la démographie », les premières étant ensuite passées en revue. L'article suivant se saisit de la violence politique dans son ensemble, avec une certaine prétention à l'exhaustivité (Ibrahîm). On y trouve une tentative de typologie des manifestations, des acteurs ayant recours à ce langage et des réponses (et de leurs limites) que l'Etat a tenté de lui apporter. La quatrième contribution concerne les syndicats professionnels (Qandil) qui, en Égypte, constituent l'une des arènes à l'intérieur desquelles le politique semble se construire le plus effectivement. Si la relation immédiate de ces syndicats à la violence politique n'apparaît pas, le fait que plusieurs des principaux d'entre eux soient aujourd'hui dirigés par une majorité islamiste a justifié une campagne officielle visant à les contrer et à accréditer une image de violence consubstantielle à l'islamisme. La contribution permet, en partie, de déconnecter les deux phénomènes. Le dernier article de ce volume s'attache, quant à lui, au décryptage de la rhétorique islamiste radicale et du discours qui s'y rapporte (Roussillon). D'une part, la « sédition confessionnelle », un thème où « les positions en présence ne peuvent s'exprimer et se positionner les unes par rapport aux autres que sur le mode la dénégation ». De l'autre, un registre de l'explicite (attentats contre les touristes), où ces actions sont faites non seulement pour être vues mais encore et surtout pour faire sens".

8La vision quelque peu mécaniste sous-tendant certaines des contributions à ce livre est évidente. Comme on le signalait en liminaire, il est difficile d'y échapper, tant le défi consistait à décrire, fût-ce partiellement, l'indescriptible. Reste, au-delà de ce constat mitigé, un ensemble d'échafaudages analytiques et descriptifs méritoires qui, s'ils n'apportent pas de réponse tranchée aux questions multiples posées par le phénomène de la violence politique, n'en dessinent pas moins de nouvelles pistes de réflexion. Les changements dans l'existence entraînent des changements dans les convictions, lesquelles sont, entre autres, politiques. Et les convictions ainsi modifiées, à leur tour, impriment leur caractère sur l'existence et ses mutations. C'est à rendre compte de certains maillons de cette chaîne qu'en dernière instance, les différents auteurs de l'ouvrage ont tendu.

9L'introduction ne serait pas complète sans quelques remerciements. La formule n'est pas seulement d'usage, tant il est vrai que les différentes étapes ayant mené à la publication de ce livre ont mobilisé le concours de nombreuses personnes. Parmi celles-ci, il convient de signaler, plus particulièrement, Philippe Fargues, directeur du CEDEJ, Alain Roussillon et Iman Farag, chercheurs dans le même centre et organisateurs du colloque, Laurence Cavelier, l'infatigable cheville ouvrière de toutes les publications de cette institution, et Catherine Schepens, qui a courageusement assumé une deuxième relecture de l'ensemble des textes. La tâche ne fut pas toujours facile. Puisse-t-elle avoir été menée à bon terme.

Notes

1 Geertz C., Observer l'islam. Changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Découverte, 1992, p. 12.

2 Geertz C, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, 1986, p. 266.

Auteur

CERMAC Université de Louvain

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable