Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques législatives : Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc

 | 
Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales

Annexe : Cela ou le déluge (Hadha aw-al-tufân)

Texte intégral

Tract diffusé par les Frères Républicains, en décembre 1984, contre l’application de la sharî’a au Soudan

1Deux nobles objectifs pour lesquels, Nous Républicains, nous avons voué notre vie, en vue de les protéger et de les sauvegarder, sont l’islam et le Soudan. Nous avons hissé l’islam au niveau d’une science capable de résoudre les problèmes de la vie contemporaine, et avons œuvré à sauvegarder les nobles vertus que Dieu a placées en ce peuple afin d’en faire un messager digne de porter l’islam à l’ensemble de l’humanité contemporaine, laquelle n’aura ni salut ni puissance en dehors de cette Grande religion.

2Les lois de septembre 1983 sont venues défigurer l’islam aux yeux des personnes intelligentes de notre peuple et aux yeux du monde entier, et compromettre la réputation du pays. Ces lois ne sont conformes ni à la sharî’a ni à la religion. Ainsi, elles autorisent l’amputation de la main du voleur d’un bien public, alors que dans la sharî’a, on lui applique le ta’zîr (une peine discrétionnaire) et non le hadd (peine spéciale), en raison de la présomption de la co-propriété. Ces lois iniques prévoient même l’emprisonnement et l’amende en sus des peines légales, ce qui est contraire à la sagesse et aux textes de la sharî’a. Ces lois ont avili et humilié ce peuple ; il n’a trouvé en elles que l’épée et le fouet, alors qu’il est digne de toutes les formes de noblesse et de fierté. Les sanctions et les peines légales ne peuvent être appliquées que sur la base d’une éducation des individus et d’une justice sociale effective. Cette base n’existe pas aujourd’hui.

  • 1 Coran IX, 29 : “Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne reg (...)

3Ces lois ont menacé l’unité du pays et divisé le peuple au Nord et au Sud, en blessant les sensibilités religieuses, et elles comptent parmi les facteurs fondamentaux de l’aggravation du problème du Sud. Il est absurde de prétendre que le chrétien ne peut être lésé par l’application de la sharî’a, car selon cette sharî’a le musulman a une tutelle sur le non musulman en vertu des versets de l’épée et de la jizya1. Leurs droits ne sont pas égaux. Il ne suffit pas aujourd’hui que le citoyen jouisse de la seule liberté du culte ; il est de son droit de jouir de tous les droits de la citoyenneté, sur le même pied d’égalité que tous les autres citoyens. Les citoyens du Sud ont sur leur pays des droits que la sharî’a ne garantit pas, mais que l’islam du Coran des ‘usûl (ou la sunna) garantissent.

4Aussi revendiquons-nous ce qui suit :

  1. L’abrogation des lois de septembre 1983, car elles défigurent l’islam, avilissent le peuple et menacent l’unité nationale.

  2. L’arrêt de l’effusion de sang au Sud et le recours à une solution politique pacifique, à l’exclusion de toute solution militaire. C’est là un devoir national tant pour le pouvoir que pour ceux qui portent les armes au Sud.

5Il faut reconnaître avec courage que le Sud constitue un problème, et il faut ensuite chercher sérieusement la solution.

  1. Nous demandons que soit donnée au peuple l’occasion de s“éduquer et d’accéder à la conscience, afin que surgisse en lui l’islam au niveau de la sunna (le Coran des ‘usûl), car le temps est celui de la sunna et non plus de la sharî’a (Le Coran des furû’). Le Prophète a dit :

6“L’islam a commencé étrange(r), il redeviendra étrange(r) comme il a commencé. Heureux les Etrangers !”

  • Et qui sont les étrangers, O Apôtre d’Allah ?

  • Ce sont ceux qui feront revivre ma sunna après qu’elle sera tombée en désuétude”.

7A ce niveau de la résurrection de l’islam ce peuple atteindra la dignité et la puissance ; c’est en elle aussi que réside la solution civilisée du problème du Sud et du problème du Nord réunis. Quant à l’hystérie religieuse, et à la pensée religieuse arriérée, elles ne lègueront à ce peuple que la discorde et la guerre civile.

8Oum-Dourman, le 25 décembre 1984.

92, Rabi II 1405.

10Les Frères Républicains.

Notes de fin

1 Coran IX, 29 : “Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux d’entre les gens du Livre qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribut (djizya) de leurs propres mains et qu’ils soient soumis” (note du trad.).
Tel est le [bon] conseil, plein de pureté et d’innocence, que nous présentons à l’occasion de la Nativité et de la fête de l’indépendance ; nous espérons que Dieu facilitera sa réception, qu’il placera le pays à l’abri de la discorde, qu’il préservera son indépendance, son unité et sa sécurité.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable