Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modernisation et nouvelles formes de mobilisation sociale. Volume I : Égypte-Brésil (1970-1989)

 | 
Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales

Conduites communautaires urbaines à références religieuses

Actions collectives et communautés locales au Brésil

Ruth C. L. Cardoso

Texte intégral

1Les mouvements populaires qui ont surgi sur la scène politique brésilienne pendant les années 1970 représentent des formes nouvelles de mobilisation car fortement marqués par :

  1. leur caractère localisé : ils s’organisent selon des relations internes aux quartiers dans les grandes villes, créant une identité locale ;

  2. leur caractère fortement revendicatif : les groupes discutent des formes d’action qui leur permettraient d’obtenir des services publics inexistants dans le quartier ;

  3. le soutien qu’ils ont reçu par des membres des professions libérales, des étudiants ou des agents ecclésiastiques, qui leur ont offert des informations ou prêté des locaux pour les réunions.

2La combinaison de ces caractéristiques fait apparaître ces mouvements d’organisation populaire comme un fait nouveau sur la scène politique brésilienne. Nouveau parce qu’ils occupent les petits espaces ouverts après 1974 (premières élections législatives ayant entraîné le succès de l’opposition), alors que la répression qui caractérisait le régime militaire commençait à s’affaiblir.

3Durant la dernière année de la décennie 70, se multiplient des mouvements sociaux de divers types : féministes, mouvement noir qui s’organise, mouvement écologiste, homosexuels qui commencent à marquer leur présence, et cela parallèlement à des mouvements de type politique tels ceux qui revendiquent l’amnistie et le multipartisme.

4C’est dans ce contexte que les organisations populaires s’organisant dans les quartiers isolés commencent à être perçues et présentées comme un nouvel acteur politique ou comme une nouvelle face de cet acteur. Leur rôle innovateur et contestataire a été exagéré par les sociologues qui, malgré la reconnaissance de leur nouveauté, ont cherché l’inspiration dans les théories marxistes (quoique non orthodoxes) afin de leur attribuer un destin historique qui revenait auparavant à la classe ouvrière.

5Sans doute les habitants des quartiers pauvres ont affronté pour la première fois les autorités compétentes pour exiger les services et les biens publics, les considérant comme un droit pour tous, poussés par un concept de citoyenneté qui s’opposait aux pratiques clientélistes traditionnelles. Cependant cette observation superficielle ne permet pas d’attribuer une signification historique à ces mouvements.

6Il faudrait analyser attentivement le processus de formation de ces mouvements, leur formes d’action, leur contribution au changement de la culture politique populaire. Il faudrait considérer qu’il existe de réels obstacles et des limitations institutionnelles qui circonscrivent leurs pratiques et rendent difficile l’unification de ces manifestations localisées. Tout cela malgré le discours contestataire qu’ils utilisent dans leur espace de négociation.

7Revenons aux caractéristiques déjà mentionnées de ces mouvements. La revendication alliée à l’organisation par quartier permet l’apparition d’organisations populaires dans lesquelles sont présents des consultants non résidents qui ne contrôlent pas pour autant leur mode d’organisation ; leur discours agressif, instruit par les informations fournies par les consultants, leur permet dans certaines circonstances de défier les autorités publiques. Cet affrontement entraîne une mobilisation encore plus forte, dans la mesure où les objectifs revendiqués sont acquis.

8Vus sous cet angle, nous pouvons affirmer que ces mouvements établissent un dialogue avec l’administration publique, même si cette relation est conflictuelle. Dans ce processus de négociation, les réponses de l’appareil d’État s’ajustent aux prétentions populaires, sans pour autant changer les critères de distribution des ressources.

9Avant les premières élections fédérales directes (1982), certains secteurs gouvernementaux avaient soutenu la demande de participation des quartiers allant même jusqu’à la promotion de ces derniers.

10L’organisation des usagers des services publics devient le critère qui oriente la distribution des ressources rares. L’appareil étatique est devenu plus réceptif à la participation populaire. En conséquence, les groupes locaux seront reconnus comme des interlocuteurs nécessaires à l’élaboration des politiques sociales.

11D’un côté et de l’autre, le dialogue remplit une fonction. Affirmer cela ne signifie pas qu’il soit facile ou qu’il élimine le conflit mais il renvoie à l’élaboration des règles d’un jeu qui se déroule de manière différenciée dans chaque département gouvernemental, dans chaque région, ou dans chaque ville.

12Cette nouvelle conjoncture fait affleurer des conflits latents qui traversaient les relations des groupes les plus revendicatifs avec : les agences publiques locales ; les partis politiques ; et d’autres associations populaires locales déjà existantes.

13Ceci veut dire que les nouveaux mouvements revendicatifs s’inscrivent dans le contexte politique local et construisent leur identité à partir du dialogue avec ces trois interlocuteurs. Jeu de miroirs dans lequel les groupes de base construisent leur image et se différencient de leurs partenaires ou de leurs adversaires.

14Regardons de plus près ce processus de participation communautaire auprès des agences étatiques et des services publics. L’appareil d’État au Brésil opère avec un haut degré de centralisation des décisions. Or la modernisation dans la gestion des services publics exige une dose de décentralisation. Ainsi la participation des usagers n’est plus perçue comme une menace et devient acceptable dans certaines limites. Cependant on constate plus de condescendance à l’égard de cette participation qu’une décentralisation réelle des décisions, et cela même après les élections fédérales de 1982.

15La démocratisation de l’administration publique a été inégale en fonction des départements, s’étant aussi adaptée aux caractéristiques régionales avec des expressions locales différentes.

16Il est difficile de décrire les traits généraux de ce processus car les organismes régionaux chargés de la santé, de l’éducation, des transports et autres services, ont répondu cas par cas aux demandes locales à partir du dialogue avec les groupes populaires divers, avec les sections des partis politiques, avec l’Église et les leaders populaires des quartiers.

17Les stratégies de dialogue avec les divers services publics devant être différentes, des comités populaires spécialisés se sont constitués et sont devenus les interlocuteurs privilégiés pour chaque secteur. Ainsi sont nés des mouvements pour la santé, pour les crèches, pour les transports. Des associations anciennes comme les SAB (société des amis de quartier) se sont renouvelées et sont apparues comme représentants légitimes de la population face aux organismes régionaux des municipalités. Les favelados étaient accueillis plutôt par le Secrétariat du bien-être social, et les habitants des lotissements sauvages par le Secrétariat du logement…

18Nous sommes donc en présence d’une diversification des groupes au niveau local qui, selon les situations, peuvent être complémentaires ou antagonistes. Dans la mesure où les leaders sont à la tête de plusieurs organisations à la fois, il a été possible d’établir des relations où les limites des uns et des autres seraient respectées. Dans le cas de leadership religieux ou partisan ou de groupes populaires qui ne s’identifient pas aux mouvements communautaires, les relations entre organisations deviennent conflictuelles.

19Cette diversification impose un jeu politique qui n’est jamais explicite dans la mesure où la force de chaque organisation dépend de sa capacité à représenter la volonté de tout le quartier. Ce ne sont pas les usagers des services de santé ou des écoles qui parlent à travers ces mouvements mais l’ensemble de la communauté.

20Dans d’autres travaux, nous avions traité des caractères de cette mobilisation dite communautaire qui théoriquement n’admettent pas de différenciation interne des hiérarchies dirigeantes puisque tous les habitants du quartier connaissent les mêmes difficultés, besoins et discriminations, du moins en apparence (Cardoso, 1982-1983).

21Ce sentiment de communauté, toujours renforcé par l’action de l’Église, crée l’illusion d’une unité de propos. Or chaque association se présente d’une manière tout à fait locale et les organismes publics ne remettent pas en cause leur représentativité. Quand un conflit se manifeste, on l’impute soit au groupe adverse, soit aux administrateurs locaux qui ont eux-mêmes des difficultés pour traiter avec les services publics et ont tendance à négocier avec les associations comme si elles exprimaient toutes les mêmes intérêts. Surprise et déception de ces administrateurs face aux conflits entre groupes et partis.

22Ce processus est visible dans les quartiers où ont été fondés des conseils communautaires pour agir au niveau de la santé et de l’administration municipale. Comme il ne s’agit pas d’organisations spontanées, c’est par des élections et des consultations que les conseils sont formés. Cependant le choix est presque toujours manipulé par des leaders locaux qui organisent les listes électorales et les électeurs. Ceci favorise la création de conseils homogènes isolés des autres groupes locaux. Alors que, quand le choix est élargi avec l’incorporation d’autres leaders, différentes identités partisanes religieuses se manifestent, ce qui crée un conseil plus hétérogène.

23Dans le premier cas, quelques conseils de santé ont garanti le monopole de la représentation communautaire auprès des centres publics de santé. Dans le deuxième cas, malgré l’effort pour assurer l’unité, des conflits ont émergé : accusation de liaison avec des intérêts extérieurs au quartier (partis, Église, clientélismes politiques) par ceux qui sont moins organisés.

24De toutes les façons, on se dispute une hégémonie difficile puisqu’aucune association ne peut prétendre représenter les autres, chacune d’elles dialoguant avec des agences publiques différentes.

25Dans la perspective des organismes publics, chaque fois que la communauté ouvre un espace au niveau des agences publiques, on élargit le nombre des acteurs qui participent au jeu institutionnel. Les fonctionnaires réagissent toujours avec méfiance et apparaît alors un conflit interne à l’intérieur de chaque organisme. Ceci conduit soit à des prises de position conjointes entre fonctionnaires et leaders populaires, soit à une opposition qui rend difficile l’action des services publics. Les moments les moins conflictuels sont ceux où la représentativité des associations n’est pas remise en question. Cela arrive lorsque la pression pour l’amélioration des services locaux est dirigée vers les organismes centraux de l’administration publique et non vers le niveau local. Dans ce cas, les fonctionnaires sont alliés aux groupes populaires.

26Ainsi, par la valorisation de la participation populaire, les fonctionnaires ont un espace d’action restreint. Ils ne s’allient pas aux leaders locaux dans l’élargissement ou dans le maintien des services dont ils sont responsables. Si les intérêts locaux entre fonctionnaires, groupes, partis, sont divergents, le contrôle des affrontements est beaucoup plus difficile.

27Tout cela nous indique l’ordre des difficultés lorsque la mobilisation communautaire se combine avec la représentation des intérêts. Tout aussi problématique est l’adaptation de cette mobilisation aux partis politiques. A noue avis, l’une des sources qui alimentent cette tension est le mode de fonctionnement des groupes communautaires qui se centrent toujours sur l’obtention de consensus. Tournés vers leurs revendications immédiates, ces groupes s’unissent autour d’un discours qui, pour être consensuel, a besoin d’apparaître comme non partisan et oecuménique.

28Sous la dictature militaire, cette tension n’était pas explicite car il n’y avait que deux partis politiques. Une fois le pluripartisme installé, les divergences sont devenues menaçantes pour les groupes populaires, ce qui amène soit à leur extinction soit à des ruptures. D’où cette tentative de masquer les divergences même dans le cas où l’influence d’un parti quelconque, comme le Parti des travailleurs (P.T.) ou le Parti communiste du Brésil (P.C. do B.), est bien connue.

29La forme de mobilisation communautaire présuppose toujours des collectivités égalitaires où prédomine une négation active des hiérarchies parmi les dirigeants et les dirigés. Cependant, comme on l’a déjà remarqué au début de ce texte, cette mobilisation ne s’est pas faite sans la présence d’agents externes au groupe (des prêtres, des professions libérales, des étudiants et des militants partisans). Dès que la mobilisation a lieu, la collectivité se constitue comme un acteur autonome, comme un représentant légitime des désirs et des intérêts de ceux qui vivent une expérience commune d’exclusion et de discrimination.

30Ainsi, la distance entre les consultants et les participants est toujours mise à l’arrière-plan, pour donner une impression factice de mobilisation communautaire spontanée et solidaire face aux agences publiques.

31Les discussions sur les formes d’action des groupes communautaires ont pour but l’obtention d’un consensus : toutes les influences partisanes ou religieuses explicites seraient alors dangereuses car elles pourraient briser la solidarité créée par les conditions de vie commune.

32Mais comme ces groupes ont pour objectif principal l’action pour améliorer leurs conditions de vie, ils n’entendent pas rester indifférents à la politique. On cherche alors, pendant les périodes électorales, à maintenir une séparation artificielle entre les options partisanes des dirigeants ou des agents ecclésiastiques, d’une part, et les options communautaires de l’ensemble des membres, de l’autre. On cherche aussi à justifier les contacts avec les politiciens en affirmant la proximité de ceux-ci avec le peuple et leur capacité à médiatiser les contacts du mouvement avec les autorités publiques. Mais les agents communautaires critiquent explicitement le « clientélisme électoral » pour démontrer que leur autonomie n’est aucunement menacée par ces contacts.

33Il existe une forte ambiguïté dans les rapports des communautés avec les politiciens : la séparation entre le vote et la conquête des droits est constamment mise en valeur par les mouvements comme garantissant l’efficacité du groupe revendicatif face aux agences publiques, la capacité à manipuler des influences politiques diverses et, finalement, la solidarité interne du groupe. L’identité collective est construite dans le jeu qui relie le discours autonome et affirmateur du droit de revendication et la pratique qui, elle, se heurte et est dépassée par des obstacles institutionnels. Le mode d’agir du groupe suppose une unité de propos qui va au-delà des revendications immédiates car ils ne se limitent pas à être seulement des groupes de pression ayant trouvé un espace de participation. Ils définissent leur existence dans la lutte contre les erreurs de la politique traditionnelle et contre le manque d’intérêt du peuple à l’égard de son propre destin. Ainsi, leur engagement politique a-t-il deux objectifs simultanés : la lutte pour l’augmentation et l’amélioration des services publics et l’effort pour exprimer une identité populaire locale.

34C’est ce côté expressif, complémentaire du côté pragmatique, que l’on retrouve dans plusieurs manifestations non directement politiques qui mobilisent constamment les quartiers populaires. Les fêtes communautaires, les réunions religieuses et profanes, les aides aux nécessiteux, sont des activités quotidiennes qui créent une certaine sociabilité qui s’étend au-delà des moments de revendication. Ces manifestations sont aussi propices à la reformulation des conceptions qui orientent la vie quotidienne. Elles créent des possibilités de débats sur les perspectives d’avenir pour les jeunes, sur les conditions de vie pour les femmes (qui constituent la majorité dans ces groupes), sur la situation économique et aussi sur la situation des quartiers. Ainsi les groupes articulent une vision collective où la solidarité et l’auto-détermination jouent un rôle central.

35C’est l’Église catholique, sous l’inspiration de la théologie de la libération, qui a inauguré ce type d’associations par les communautés ecclésiales de base (CEB). Fondés d’abord pour une finalité religieuse, ces noyaux, implantés dans les quartiers, ont ouvert les portes de l’Église au débat sur la précarité des conditions de vie des urbains défavorisés. Ce nouveau scénario a formulé également une nouvelle pédagogie politique, soutenue par un discours légitimateur de la pratique revendicative fondée sur l’égalité des droits pour tous.

36Les dirigeants formés dans les CEB ont fondé de nouvelles associations et mouvements locaux ou alors ont actualisé, dans les associations existantes, ce modèle d’égalité et de solidarité posé et vécu dans les CEB ; ce qui a eu pour effet la résistance aux hiérarchies et aux privilèges propres aux anciennes SAB (Sociétés des Amis des Quartiers) et la compétition avec ces dernières.

37Comme nous l’avons noté au début de ce texte, cette modernisation des formes de la lutte politique est un phénomène nouveau. Nous avons cherché ensuite à rendre compte des contextes locaux où ont eu lieu les actions collectives populaires, afin de montrer pourquoi elles ont toujours été orientées vers des objectifs pragmatiques (amélioration des services publics) et ont pris des formes expressives particulières dans un discours et une pratique autonomes. Ces objectifs pragmatiques et ces formes expressives ont donné aux communautés une identité spécifique qui marque leurs différences pratiques et symboliques face à leurs interlocuteurs.

Auteur

CEBRAP, Université de Sao Paolo

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable