Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Waqfs dans l’Égypte contemporaine

 | 
Kamel T. Barbar
, 
Gilles Kepel

Annexes

Annexe II.2. Une opinion égyptienne contre le waqf

Extraits de « Étude sur le waqf », par Yacoub Hanki, in Du Waqf, par Aziz bey Hanki, Le Caire, 1914 (pp. 8-16)

Entrées d'index

Mots clés :

Waqf

Texte intégral

1L’institution du waqf s’est étendue et développée d’une manière si étonnante qu’à un moment donné une grande partie des terres d’Égypte était constituée en waqf.

2Mohamed Aly Pacha, premier Khédive d’Égypte, esprit des plus clairvoyants et un des génies du 19e siècle, a voulu restreindre cette institution, qui était une entrave au progrès et au développement économique du pays. Il chercha un moyen susceptible de servir ses intentions sans toutefois froisser l’esprit religieux de la population (...).

  • 1 Nous donnons ces chiffres sous toutes réserves, car il nous a été impossible, de connaître d’une ma (...)

3De nos jours, (...) les waqfs s’étendent de plus en plus ; d’après une dernière statistique le tiers de la ville du Caire est constitué en waqf, les trois quarts de la ville d’Alexandrie est Hikr, plus de 250,000 feddans dans toute l’Égypte sont constitués en waqf (...)1

4En présence de ces chiffres deux questions qui ont soulevé pas mal de polémiques se posent.

51) L’institution du waqf est-elle une institution religieuse et ne pouvant par conséquent pas être modifiée ou supprimée ?

62) Cette institution constitue-t-elle une entrave au progrès, et au développement économique du pays ?

7A la première question je répondrai que le waqf n’est nullement une institution religieuse ; que le waqf est postérieur au Prophète et qu’il n’a été que l’œuvre de ses disciples ; on ne trouve rien dans le Coran qui rappelle Je waqf ; la « Sunna » indique à peine et sous forme d’un conseil pieux l’idée de l’immobilisation d’un bien au profit des pauvres. Le sentiment pieux ou simplement humanitaire auquel obéit le constituant d’un waqf est donc insuffisant pour faire classer cette institution dans l’ordre des institutions religieuses (...).

8Du reste pour appuyer encore notre opinion sur cette grave question, il suffit de se reporter au décret de 1842 rendu sous le règne de Mohamed Aly et nous répétons que si ce dernier avait cru en supprimant une partie des waqfs aller à rencontre de la religion, il se serait certainement abstenu de prendre une mesure si grave qui aurait amené des troubles très sérieux dans le pays. C’est au contraire en se basant sur la doctrine enseignée par un des disciples du Prophète, Abou Hanifa, qu’il rendit son fameux décret.

9Il est donc incontestable que l’institution du waqf n’est nullement d’essence religieuse, et qu’elle peut par conséquent être modifiée selon les besoins du pays.

10En supposant même, par pure hypothèse, que le waqf soit une institution religieuse, le droit musulman autorise le Hakem, c’est-à-dire le Souverain, à modifier les lois suivant le temps et les lieux.

11L’usage de cette faculté ne pourrait être exercé plus judicieusement qu’en cette matière parce que la constitution progressive des biens d’un pays en waqf est un danger véritable ; en effet en immobilisant progressivement toute la fortune immobilière, il achemine la nation vers un arrêt complet de son développement économique (...).

12Il est à peine besoin de démontrer que le waqf est l’antinomie de tout progrès social ; c’est d’ailleurs pour cela que la mainmorte qui était une sorte de waqf, a été rayée de toutes les lois européennes.

13Et cela nous amène à examiner la deuxième question que nous nous sommes posée, à savoir si l’institution du waqf est une entrave au progrès et au développement économique du pays.

14Que disent les partisans du waqf ?

15Outre la question religieuse, ils prétendent que le but ordinaire de ces dispositions est d’assurer une partie de la fortune du constituant contre l’esprit dissipateur des héritiers légitimes.

16Voilà donc les seules raisons qu’invoquent les partisans du waqf.

17Mais ces considérations sont-elles valables ? Nullement, car est-ce que pour assurer le bien-être de quelques jeunes gens oisifs on doit conserver une institution qui est reconnue comme préjudiciable à toute une société ? Nous avons tous remarqué, au contraire, que c’est à cause des revenus waqf dont ils jouissent que beaucoup de jeunes gens au lieu de travailler pour leur pays, au lieu de s’adonner à une industrie quelconque, s’appuyant sur ce que leur revient du waqf, demeurent oisifs, et s’adonnent soit à la boisson, soit aux plaisirs et à la chicane.

18On m’objectera peut-être que c’est grâce aux waqfs que beaucoup de familles vivent, que c’est grâce aux waqfs qu’elles ne tombent pas dans la misère ; mais cette objection n’est pas sérieuse, car combien de familles dans l’opulence, se sentant soutenues par les revenus des waqfs s’adonnèrent à la spéculation et vendirent leurs biens mulk sans songer à travailler, à faire fructifier leur intelligence. Voilà ce que le waqf a réservé à de nombreuses familles qui, après l’opulence, sont tombées dans la misère.

19S’il n’y avait encore que ce mal qui n’atteint qu’une partie de la société on pourrait y passer outre, mais il est un mal plus grand qui paralyse le progrès, qui entrave la liberté individuelle, et la liberté des transactions.

20Lorsque le waqf a été organisé et réglementé par les premiers Imams et leurs successeurs, il répondait au besoin du moment où les transactions étaient nulles, où l’industrie était inconnue, où le commerce n’avait pas l’extension si grande qu’il a pris de nos jours ; mais à l’heure actuelle où la population augmente, où le cerveau humain est en mouvement pour agrandir les villes, les embellir, pour faire fructifier davantage les terrains, où l’activité humaine est si grande, le waqf est une entrave considérable.

21Il est étonnant qu’en notre siècle où tant de modifications ont été faites, le gouvernement n’ait pas songé à modifier cette institution.

22Visitez une ville en Orient que cela soit Le Caire, Constantinople, Alexandrie, Tantah, Damiette ou autres, vous remarquerez que les immeubles les plus délabrés et les plus sales sont les immeubles waqfs ; visitez un quartier indigène, vous y trouverez des rues étroites, bordées de vieilles maisons qui méritent plutôt le nom de masures ; cela tient à ce que le waqf étant inaliénable, le nazir ou les bénéficiaires ne peuvent en disposer.

23Je me souviens que vers 1906 où la spéculation sur les terrains à construire battait son plein, une société avait offert au nazir d’un waqf une somme de 5 Livres égyptiennes le mètre pour une parcelle de terrain vague de 6,500 mètres, soit la somme de 32,000 Livres égyptiennes payables au comptant. Le nazir demanda l’autorisation de faire l’échange de ces terrains qui ne donnaient aucun revenu contre des terrains agricoles dont le rendement annuel était de L. E. 3,000. Le Cadi dans un moment de mauvaise humeur refusa l’autorisation et l’échange ne se fit pas.

24Actuellement cette parcelle est encore un terrain vague servant de dépotoir à toutes les ordures du quartier et dont les bénéficiaires ne retirent aucun profit.

25Voilà un exemple des plus frappants qui pourrait faire réfléchir les partisans du waqf. Il n’est pas le seul, tant d’autres ont passé sous nos yeux, tel que le waqf Chérif, le waqf Kharbotly etc…

26Les partisans du waqf prétendent que les bénéficiaires, grâce à cette institution sont à l’abri du besoin et de la misère qu’ils peuvent vivre tranquillement en touchant soit annuellement, soit mensuellement un revenu assuré par le waqfieh jusqu’à leur mort.

27Cette opinion présentée de cette façon paraît bonne en théorie ; mais en pratique que se passe-t-il ? Les bénéficiaires acceptent-ils une situation pareille ? Point du tout.

28Nous avons expliqué plus haut que généralement les bénéficiaires du waqf vivent dans un farniente à faire envie aux Lazzarone de Naples ; ils ne vivent que pour leur plaisir ; leur participation dans le waqf ne leur suffit souvent pas pour satisfaire leurs caprices, ils cherchent alors un moyen de se procurer l’argent nécessaire ; ils s’adressent à des usuriers qui leur avancent une somme représentant les revenus de cinq, dix ou quinze ans, à un taux variant entre le 25 ou 50 %, contre une cession totale de ces revenus. Cette somme est vite dépensée, en voyages, non pas d’études, mais de plaisir ou sur les tapis verts des différentes villes de l’Europe, ils retournent les poches vides, n’ayant plus le moyen de vivre, ils se tournent vers le parasitisme, vers la chicane et vers le désœuvrement qui sont les pires des maux.

29Ces dernières années quelques financiers avisés voyant le profit qu’ils pourraient retirer de ces sortes d’opérations, fondèrent une société qui ne fait que ce genre de placement, c’est la Caisse Auxiliaire Foncière. Elle accepte la cession des revenus du waqf à un taux de 9 % et pour plus de garantie fait contracter à l’emprunteur une assurance sur la vie pour une somme égale à celle qui lui est prêtée ; pour l’exercice de 1912-1913 la dite société avait placé plus de 250,000 L. E.

30Que peuvent répondre à ces faits les partisans des waqfs ?

31Un inconvénient plus grand encore existe du fait des agissements des nazirs.

32Les nazirs qui ont les pouvoirs les plus étendus pour gérer le waqf et qui ne sont placés sous aucun contrôle effectif, en profitent pour réduire les revenus à leur plus simple expression, c’est pourquoi des procès innombrables sont intentés dans les différents tribunaux d’Egypte par les bénéficiaires soit en reddition de comptes, soit en réclamation d’arriérés, soit en destitution du nazir et en son remplacement par un séquestre.

33Visitez une mosquée, un établissement public, à l’entretien duquel les revenus de waqfs importants sont affectés, vous les trouverez dans un état de délabrement à faire pitié ; jetez un coup d’œil superficiel sur un compte présenté par le nazir d’un waqf, vous y trouverez presque toujours des erreurs énormes, des sommes affectées à des œuvres pies ou charitables sont passées sur les livres, mais en fait elles n’ont jamais été dépensées ; visitez la demeure somptueuse du nazir d’un waqf, vous vous heurterez à de pauvres bénéficiaires qui passent des journées entières à réclamer ce qui leur revient sans jamais le toucher.

34Tout cela se passe parce qu’il n’existe aucun contrôle sévère.

35Ces faits ne s’appliquent pas seulement aux waqfs placés sous la nizarah des particuliers. L’administration des waqfs elle-même à un certain moment était dans une situation très défectueuse, des sommes énormes passaient on ne savait où. Le gouvernement à la suite de nombreuses plaintes nomma une commission de contrôle grâce à laquelle ces dilapidations cessèrent.

36Tous ces défauts doivent être attribués bien moins aux personnes qu’à l’institution elle-même ; il est en effet incontestable que c’est l’intérêt personnel qui stimule l’activité, et qui permet à l’individu dans l’intensité actuelle de la lutte pour la vie de ne pas se laisser distancer par autrui. Plus l’intérêt personnel diminue et plus s’atrophie l’activité humaine, or lorsque les bénéfices d’un bien waqf sont dévolus aux arrière-petits fils du constituant, par exemple, la part de chacun d’eux devient tellement infime, parce que le nombre des bénéficiaires a tout naturellement augmenté qu’il leur est impossible de s’intéresser au bien waqf comme le ferait un propriétaire veillant lui-même sur son bien et retirant tous les fruits.

37Mais combien cette impossibilité devient plus grande encore lorsqu’on songe que les descendants éloignés du constituant devenus trop nombreux pour que leur quote-part dans le bénéfice sollicite leur attention immédiate ; lorsqu’on songe disons-nous que ces descendants peuvent être éparpillés aux quatre coins du pays, ou que certains d’entre eux se sont même installés dans un pays étranger. Il est certain que la force même des choses les fera se désintéresser d’un bien qui ne leur rapporte que si peu de chose.

38Le nazir du waqf a donc beau jeu pour dilapider les revenus sans apporter à l’entretien du bien la sollicitude d’un bon père de famille, parce que menacé à tout moment d’en être dépossédé par la destitution ou par la mort, il ne cherchera qu’à en retirer le plus de profit possible, et c’est à cela seulement qu’il bornera son activité.

39Si le mal est moindre lorsque la nizarah du waqf est dévolue à un administrateur sérieux ou au ministère des waqfs, il est impossible de soutenir que ce ministère, quelque bien organisé qu’il puisse être, puisse apporter à la gestion et à l’exploitation de la multitude des biens waqfs qu’il a sous sa dépendance les mêmes soins éclairés et jaloux d’un propriétaire veillant lui-même sur son bien.

40Si tous les économistes sont d’accord pour préconiser une plus grande répartition des biens, s’ils sont tous unanimes pour vanter les avantages de la petite propriété, parce que sa production est beaucoup plus intense, il est certain que l’institution du waqf est anti-progressiste au suprême degré, et que le pays qui en est affligé ne doit pas espérer de lutter avantageusement dans ce siècle où l’intensité économique est devenue si fébrile.

41Imaginez par la pensée ce que sera l’Égypte le jour plus ou moins éloigné, mais d’une échéance fatale, où tous ses biens seront devenus des biens waqfs, où toute transaction immobilière en même temps que tout crédit foncier seront nécessairement supprimés.

42Cela équivaudra, ni plus ni moins, à la suppression totale de l’Égypte du monde de l’activité ; ça sera sa transformation en une colonie de paresse, en une vallée de désolation et de ruines.

43Cette crainte n’est pas chimérique, cette heure que nous indiquons viendra fatalement, puisque nous voyons tous les ans le waqf s’accroître dans des proportions inquiétantes ; de gros richards comme la princesse Fatma Hanem, Chawarbi Pacha, Mohammed bey Tewfik el Hakim, ont en moins d’une année immobilisé plus de 15,000 feddans, dont la valeur dépasse plus d’un million et demi de livres égyptiennes, et qui plus est, certains constituants ont stipulé, qu’une considérable partie des revenus sera destinée à l’acquisition de nouveaux biens que l’on immobilisera annuellement, et cette clause, à elle seule, est une menace des plus sérieuses, parce qu’elle finira, même si d’autres particuliers ne constituent plus leurs biens en waqfs, elle finira disons-nous, dans un avenir éloigné il est vrai, mais dans un avenir certain, par englober dans la mainmorte une portion très considérable de la fortune du pays.

44C’est pour cela que nous déclarons qu’une pareille clause doit être déclarée nulle ; parce qu’elle est antisociale, anti-progressiste, et qu’elle constitue l’entrave la lus sérieuse à la prospérité et au développement économique du pays.

45Il est donc du devoir du gouvernement de mettre un terme a cette situation grave et grosse de menaces, en interdisant à l’avenir la constitution des biens en waqf.

46Mais si cette solution, la seule, à notre avis capable de laisser à l’Égypte son libre essor, paraissait à l’heure actuelle trop radicale et d’une réalisation trop difficile, il faudrait tout au moins apporter des restrictions sérieuses à la constitution des biens en waqfs

47Voici d’ailleurs quelques réformes que nous préconisons dans ce but :

  1. Le constituant ne pourra disposer que du tiers de sa fortune en waqf.

  2. Aucun bien grevé d’un droit réel quelconque ne pourra être constitué en waqf.

  3. Défense formelle de constituer en waqf la propriété urbaine ; ne pourront être constitués en waqf que les terrains essentiellement agricoles.

  4. Le waqf ne pourra être constitué qu’au profit des écoles, des hôpitaux et des établissements pieux situés en Égypte.

  5. Une commission de contrôle nommée par le gouvernement aura pour mission de surveiller et contrôler les waqfs soit antérieurs, soit postérieurs à la promulgation de la loi ; elle contraindra, sous peine de destitution immédiate, les nazirs des waqfs Khaïris ou Ahlys, à déposer annuellement à ses bureaux, un compte détaillé de leur administration avec pièces à l’appui.

  6. Les tribunaux civils seront seuls compétents pour statuer sur toutes les contestations relatives aux waqfs antérieurs ou postérieurs à la nouvelle loi.

48Voilà dans leurs grandes lignes les réformes que le gouvernement devra apporter à cette institution si défectueuse.

Notes

1 Nous donnons ces chiffres sous toutes réserves, car il nous a été impossible, de connaître d’une manière exacte l’étendue des terrains constitués en waqf en Egypte, malgré nos nombreuses recherches soit au Ministère des Waqfs, soit au Ministère des Finances. C’est encore là une grande défectuosité de cette institution.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter