Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Waqfs dans l’Égypte contemporaine

 | 
Kamel T. Barbar
, 
Gilles Kepel

Préface

Rémy Leveau

Texte intégral

1Depuis les années cinquante les travaux de droit musulman en langue française sont rares.

2Les responsabilités de souveraineté exercées au Maghreb en avaient certes fourni pour l’essentiel la matière et la justification profonde.

3La décolonisation ne saurait cependant faire perdre à l’analyse juridique sa validité d’instrument de science sociale.

4À un moment où le CEDEJ s’oriente vers des travaux de recherche sur l’Égypte contemporaine, il semblait utile à la fois pour renouer avec la tradition des études juridiques sur le monde musulman, mais aussi pour leur donner une autre orientation, de faire le point sur une institution comme les waqfs. Le sujet est prestigieux en théorie et décrié dans la pratique sociale. La méthode choisie a consisté à l’aborder en faisant un bilan documentaire rapide et nécessairement incomplet des textes signicatifs parus récemment sur ce thème en Égypte. En soi, ce travail n’est pas un travail de recherche, mais de préparation à la recherche. Il vise à mettre à la disposition de ceux qui travaillent sur le Monde Arabe contemporain un certain nombre de documents traduits qui ne sont pas toujours d’un accès courant et facile. Le commentaire est volontairement limité, pour laisser une place plus grande aux documents qui reflètent le débat d’opinion que 1 on constate a 1’intérieur de la société sur ce sujet.

5Notre attente n’a pas été déçue de retrouver présents dans l’actualité un certain nombre de thèmes qui caractérisent depuis le siècle dernier au moins la relation entre le pouvoir politique et les biens de main-morte.

6En dehors de l’État, les waqfs n’étaient-ils pas dans l’ancien droit musulman les seules personnes morales ayant un patrimoine autonome affecté à un but statutaire se situant fréquemment dans le champ d’action qu’occuperont progressivement les services publics ? Si au fur et à mesure du développement de l’intervention de l’État les biens waqfs perdent leur domaine d’affectation, ils représentent cependant toujours un enjeu économique important — tant pour l’État qui songe à en faire l’instrument de sa politique sociale ou économique, que pour les gestionnaires qui ont de tout temps vu dans les biens de main-morte une occasion de profits faciles. Il n’est pas étonnant de constater que le flux des revenus annuels est fort réduit alors que le « stock » semble conserver une certaine valeur économique pouvant le cas échéant se transformer en moyen d’action politique. Il n’est donc pas étonnant de constater que les waqfs sont encore un enjeu à ce niveau.

7Ce travail constitue la première livraison d’une série de publications documentaires sur l’Égypte contemporaine que compte entreprendre le CEDEJ.

8L’accueil qui lui sera réservé montrera s’il vaut la peine de poursuivre dans cette voie et éventuellement d’approfondir ce type de recherche, avec l’aide de partenaires égyptiens et étrangers qui pourraient s’y associer.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter