Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fuite en Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Voyageurs à l'œuvre

Un architecte face à l’Orient : Antoine Lasciac (1856-1946)

Mercedes Volait

Entrées d'index

Mots clés :

architecture, orientalisme

Texte intégral

1Les réflexions ou plutôt interrogations qui suivent sont issues d’une recherche entreprise sur l’œuvre d’Antoine Lasciac, un architecte italien qui travailla en Égypte pendant plus d’un demi-siècle, entre 1882 et 1936. Précisons tout d’abord que les historiens de l’architecture sont souvent démunis lorsqu’ils étudient des œuvres mineures ou peu connues, comme c’est le cas ici, du fait même que les auteurs de ces œuvres écrivent en général peu, et moins encore lorsque leur production est abondante. A défaut donc de textes originaux, c’est à partir de l’œuvre dessinée de Lasciac et de son itinéraire biographique que nous avons tenté de reconstituer ce que put être le rapport de cet architecte à l’Orient. La relation la plus manifeste, la plus évidente, que Lasciac entretint avec l’Orient, fut sans doute ce qui l’amena, comme nombre de ses confrères, à s’intéresser de près à l’architecture arabe du Caire. Celle-ci deviendra, pour lui, quoique tardivement, sa principale source d’inspiration.

  • 1 Nous avons déjà évoqué cette question in R. ILBERT et M. VOLAIT : "Neo-arabic Renaissance in Egypt  (...)

2Mais avant de présenter l’homme et son œuvre, il nous faut situer historiquement ce que d’aucuns ont pu appeler le mouvement de renaissance de l’art arabe1. Jusqu’au début du xixe siècle, ce sont surtout les antiquités égyptiennes qui monopolisèrent l’attention de ceux qui eurent l’occasion de visiter la vallée du Nil. Cependant au moment même où il devenait enfin possible de déchiffrer les inscriptions de ces monuments, l’attention des amateurs d’architecture se porte alors sur une autre architecture, urbaine et plus contemporaine, celle des monuments de l’art arabe (pour reprendre l’expression usitée à l’époque), dont Le Caire était et reste encore (mais pour combien de temps ?) le principal conservatoire.

  • 2 Cette histoire devrait par ailleurs permettre de dater l'abandon du terme (d'architecture) arabe au (...)

3Fascinés par la magnificence de cette architecture, celle des époques mamelouke et ottomane, ces amateurs s’attachèrent à relever, à photographier, à étudier et à publier les monuments, souvent en fort mauvais état, du Caire. Les pionniers dans ce domaine furent incontestablement les membres de 1 expédition d’Égypte, suivis par un Pascal Coste ou un Prisse d’Avennes. Et si l’histoire de cette découverte progressive de l’architecture arabe2 du Caire est encore à faire, il n’en reste pas moins que nous assistons là à une véritable accumulation des savoirs et des connaissances. Cresswell, dans sa Bibliography of the muslim architecture of Egypt, publiée en 1956, pouvait ainsi relever 657 titres, qu’il s’agisse d’articles de revues spécialisées, de traités techniques, de descriptions ou encore de recueils iconographiques. A la différence des connaissances qu’avaient pu constituer, à destination d’un public occidental, des écrits tels que les récits de voyageurs, cette formation d’un savoir sur l’art arabe allait trouver, en Égypte même, sa propre finalité. Et ce, dans deux domaines principaux. Cette connaissance servira, tout d’abord, la cause de la sauvegarde de l’architecture arabe. En constituant un matériel descriptif et technique, souvent très détaillé, les passionnés d’art arabe créaient ainsi les conditions d’émergence d’une politique de restauration, qui devint effective vers la fin du xixe siècle avec la création en 1881 du Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe.

4Mais cette connaissance vient aussi alimenter une pratique, l’ensemble des dessins et relevés formant un répertoire où architectes, décorateurs mais aussi ébénistes et calligraphes ont pu trouver par la suite la source de leur inspiration.

5Ce projet d’exploration des potentialités du patrimoine historique appliquées aux constructions et aux arts décoratifs modernes se dessine plus précisément dans les années 1860.

6Trois tendances vont se développer. La première, chronologiquement parlant, est plutôt hésitante, peu savante, et comprend des bâtiments aussi divers que :

  • le salamlik du palais Gezira, réalisé entre 1863 et 1868 par un architecte allemand Julius Franz, pour le compte du Khedive Isma’il.

7Pour ce projet, Franz reprend, en fait, des thèmes décoratifs empruntés au style andalou et choisis en fonction de la destination festive de l’édifice ;

  • le sabil-kuttab de Bab al-Hadid, commandé à l’architecte italien Ciro Pantanelli par la mère du prince Muhammad Ali, et qui est daté de 1867 (1286 H). Ici, Pantanelli opère un compromis, plus ou moins heureux, entre plusieurs cultures architecturales ;

  • la villa édifiée en 1874 pour le compte d’un écuyer d’Isma’îl, M. de Saint-Maurice, par Guimbard et Gouron, des architectes diplômés des Beaux-Arts de Paris, dont le projet est encore autre, puisqu’il s’agit de construire le bâtiment à partir et autour des éléments d’une qa’a récupérés au cours de la démolition d’un palais du xve siècle.

  • 3 Cf. Arthur RHONE : "Coup d'œil sur l'état du Caire ancien et moderne", Gazette des Beaux-Arts, 2e p (...)

8Pour Arthur Rhôné, qui visite le Caire dans ces mêmes années — et il s’en explique dans une série d’articles publiés dans la Gazette des Beaux-Arts3 —, il y a là matière à diverses expériences qui, selon le souhait qu’il émet, devraient susciter de nombreuses vocations de la part de jeunes talents européens.

9Il faut ensuite mentionner la démarche des architectes d’Héliopolis, qui furent amenés à élaborer, à grande échelle, des modèles et des typologies néo-arabes.

  • 4 Cf. Achille PATRICOLO : "Monumenti e vie di Cairo", Dedalo. II. p. 685-708, 1921.

10Enfin une dernière tendance s’affirme, plus érudite, et qui est animée par les membres mêmes du Comité de Conservation. Nous pensons à Herz bey, alors directeur du Comité, réalisant un palais « arabe » pour le Comte de Zogheb, dans les nouveaux quartiers du Caire. Mais encore au projet non abouti de la place de Rifa’ et Sultan Hassan, au pied de la Citadelle, dont seule subsiste une maison, attribuée à l’architecte Achille Patricolo, qui fut également un des architectes du Comité. Celle-ci est un sorte de « raccourci » stylistique mêlant des éléments de l’architecture civile du Caire. Patricolo a, par ailleurs, tracé un bref historique de ce projet4. Car il s’agit d’un projet ancien, plusieurs fois repris. Au début du siècle, constatant la difficulté et l’ampleur de la tâche qui lui incombait, le Comité avait en effet imaginé de réunir dans l’une des plus vieilles rues du Caire une série de façades, toutes particulières, à reconstruire, afin de donner à ce patrimoine une meilleure chance de passer à la postérité. Dans ce but, le Comité avait chargé un jeune architecte arménien, Bensilum, de constituer un dossier d’esquisses et de perspectives destinées à ce projet de reconstruction. A ce dossier, Bensilum devait également joindre un recueil de 26 photographies (une par type de façades). Au dos des tirages, Bensilum avait annoté les prix, au mètre Linéaire, pour la construction de chaque type. Mais le dossier disparaît des archives du Comité et le projet est abandonné. Plus tard, vers 1914, Lord Kitchener commande au Comité un nouveau projet, qui doit porter sur les pourtours de la place située autour des mosquées Rifa’ et Sultan Hassan, pourtours qu’il fallait pourvoir de façades en « style arabe ». C’est dans ce but que Patricolo réalise alors une série de dessins et d’esquisses que l’organisme du Tanzîm devait proposer aux propriétaires riverains. Mais ceux-ci refusèrent cette cœrcition, sauf l’un d’entre eux, ce qui nous vaut l’existence de cette maison unique.

11Pourtant, à la différence du dispositif stylistique mis en place par l’administration française au Maghreb, cette production restera en Égypte, et jusque dans les années 30, assez minoritaire et très liée à une commande privée (comme ce fut le cas à Héliopolis) plutôt qu’à une commande publique.

12Mon propos n’est pas de faire l’inventaire ou l’analyse de cette production « orientaliste » (encore que le terme ne sois pas adéquat) mais plutôt d’examiner comment celle-ci put, dans le cas précis de l’œuvre d’Antoine Lasciac, et au-delà de son goût indéniable pour les choses de l’Orient, s’articuler à une trajectoire particulière et s’apparenter à une démarche qui n’est pas simplement dictée par la perception d’un Orient Imaginaire, voire d’un exotisme.

  • 5 Nous avons développé ces hypothèses dans notre compte-rendu de recherche effectué pour l'École fran (...)

13Telles sont, tout du moins, nos premières hypothèses5.

*

14Nous ne connaissons pas, avec certitude, les raisons qui poussèrent le jeune Lasciac, alors âgé de 26 ans, à s’installer en 1882 à Alexandrie. Certes, nous savons que la ville avait été, cette année-là, fortement détruite par les bombardements anglais, et que sa reconstruction pouvait offrir à un jeune architecte maintes possibilités de travail. L’on sait aussi que cette même année, les statistiques de l’émigration italienne indiquent une des plus fortes vagues de migrants vers l’Égypte, qui concerne plus de 2 000 personnes. Pourtant il nous semble que, dans le cas de Lasciac, la contrainte politique soit également à retenir. En effet, Lasciac est originaire de Gorizia, petite cité du Frioule, située aux confins nord-est de l’Italie. Le Frioule est alors sous domination autrichienne, et Lasciac, s’il fut formé au Polytechnicum de Vienne, est aussi connu pour ses sympathies irrédentistes (c’est-à-dire fortement anti-autrichiennes), qui ne pouvaient guère faciliter son insertion professionnelle dans sa ville d’origine, bien que Gorizia ait connu, dans ces années 1880, une expansion importante et une forte activité de construction. Ce qui nous conduit à penser que la simple recherche de profits faciles ne peut expliquer à elle seule le fait que Lasciac ait été amené à s’expatrier.

15Lasciac passera à Alexandrie les six premières années de son séjour égyptien. Son principal commanditaire est alors un promoteur-entrepreneur d’origine grecque, G. Zouro, mais Lasciac travaillera aussi pour des juifs égyptiens (Aghion, Menasce) et des Levantins (Karam).

16En 1888, Lasciac rentre en Italie, et tente de s’installer, sans guère de succès, à Rome où, entre 1888 et 1895, il ne pourra rien construire. Néanmoins ce séjour à Rome est important car Lasciac entre alors en contact avec les grands architectes romains, se familiarise avec les tendances architecturales de son temps et de son pays (qui marqueront, en retour, ses productions ultérieures), et complète sa formation dans le domaine de l’archéologie tout d’abord, puisqu’il participe à la campagne de relevés de l’architecture mineure de Rome, puis dans celui de la restauration, avec les travaux réalisés au château de Collalto Sabino.

17En 1895, c’est le retour en Égypte. Lasciac s’établit alors au Caire en tant qu’architecte du prince Saïd Hallm. Puis il élargit sa clientèle à d’autres princes et princesses de la famille khédiviale (Yusuf Kamal, Na’mat Kamal al-Din, Amina), à des ministres (Butrus Ghali, Adly Yakin) et aux grands pachas (Ibrahim Hilmi, Tahir, ’Umar Sultan).

18A partir de 1907, Lasciac est conduit à produire une architecture officielle puisque le Khédive le nomme architecte en chef des Palais khédiviaux, charge qu’il occupera pendant une dizaine d’années. C’est à ce titre qu’il entreprendra la reconstruction et l’élargissement du palais d’Abdine entre 1909 et 1911, plusieurs bâtiments du palais ayant été détruits par le feu quelques années auparavant. Trois ans plus tard, en 1910, il sera également nommé membre du Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe.

19La première guerre mondiale va le trouver en Italie où il restera jusqu’en 1920, avant de repartir pour le Caire, où il continuera d’exercer jusqu’en 1936 — il est alors âgé de 80 ans. Puis il se retire définitivement à Gorizia. Son biographe principal lui attribue une fin fort romantique, puisque après dix ans d’absence, Lasciac aurait émis le souhait de revoir l’Égypte, où il s’éteint deux mois après son arrivée, en 1946.

*

20L’œuvre de Lasciac est intéressante à plus d’un titre.

21Elle se caractérise, en premier lieu, par son abondance. Nous avons pu recenser, à ce jour, plus d’une trentaine de bâtiments pour les seules villes du Caire et d’Alexandrie, sans compter les projets non réalisés ou ceux qui le furent hors d’Égypte (en Turquie, en Italie) et qui feraient plus que doubler ce chiffre.

22C’est une œuvre singulière, fruit d’une brillante carrière, qui tranche par sa qualité sur ce qui se produisait couramment en Égypte à la même époque. Citons ici ses bâtiments les plus connus, tels que le palais Abdine, les Immeubles khédiviaux, l’actuel Ministère des Affaires Étrangères, l’actuel rectorat d’Aïn Chams, la banque Misr ou encore la gare d’Alexandrie. Ou moins connus, tels le palais de Yusuf Kamal à Mataria, le Club des Princes, rue ’Imâd al-Dîn, la villa Yakin à Garden-City (récemment démolie), ou encore l’actuelle école Nasriyya de la rue Champollion, édifiée pour le compte du prince Saïd Halim entre 1896 et 1901.

23C’est une œuvre qui reste marquée par une diversité stylistique de « surface » (volumétrie, distributions intérieures et proportions sont le plus souvent constantes, seule l’ornementation change) qui dépend tant de son itinéraire professionnel que des commandes qui lui sont passées. Néanmoins nous pouvons distinguer trois grandes influences qui correspondent à sa formation viennoise, au séjour romain et enfin à l’art arabe.

24Fait significatif, et mise à part la période alexandrine de ses débuts, sa clientèle est pour l’essentiel « égyptienne » (mais peut-être faudrait-il dire turque) et non pas européenne ainsi que nous aurions pu nous y attendre sans doute, ce qui nous renseigne par ailleurs sur les goûts de cette classe alors dominante en Égypte.

25Ses constructions référant explicitement à l’art arabe appartiennent à la tendance érudite que nous avons déjà mentionnée. Nous avons pu relever une dizaine de projets.

  1. Le premier est, curieusement, conçu à Rome en 1890, à l’occasion du concours lancé pour la grande synagogue de Rome. Le style dit « mauresque » était alors particulièrement associé à la construction des synagogues. Son projet ne sera pas retenu.

  2. Quelques années plus tard, en 1898, Herz bey lui demande de surveiller, avec les frères Batigelli, les travaux d’exécution de la villa Zogheb évoquée ci-dessus.

    • 6 Henri PIERON : "Le Caire. Son esthétique dans la ville arabe et dans la ville moderne", Égypte Cont (...)

    Sa première réalisation sera donc tardive (Lasciac a 50 ans) puisque c’est en 1907 que ’Umar bey Sultan, le frère de Huda Cha’rawi, lui commande un salamlik. Dans le vocabulaire architectural de l’époque, un salamlik est en général un pavillon situé près de l’habitation principale, et qui lui est quelquefois relié, comme c’est le cas ici. La fonction principale du salamlik est une fonction de réception destinée aux réunions masculines. Plusieurs observateurs de cette Égypte du début du siècle ont cité ce bâtiment comme exemplaire, car ils y voyaient la promesse d’un renouveau architectural. Tel est le propos d’Henri Piéron, un architecte français, qui était en 1910 chargé du cours d’architecture à la toute jeune École des Beaux-Arts du Caire : « Mais nous pensons aussi que les architectes égyptiens devront avant tout étudier l’art arabe de leurs ancêtres, le disséquer, le pénétrer et, tout en s’adonnant à l’étude de l’architecture en général, consacrer la majeure partie de leur temps à tenter la rénovation de leur art national. Mieux que quiconque ils y arriveraient, j’en donnerai comme preuve la maîtrise avec laquelle les artisans arabes restaurent les mosquées ou exécutent, comme chez S.E. ’Umar bey Sultan, les travaux neufs qu’on leur confie. »6

  3. Ce bâtiment, situé en face de l’église arménienne de la rue Gama’ Charkass, fut démoli vers 1960 et désaffecté, semble-t-il, bien avant.

  4. L’année suivante, en 1908, Lasciac conçoit une école pour le waqf de Hussein Pacha Kamal à Alexandrie, projet peu documenté, sinon par un dessin original signé de son auteur.

  5. En 1909, c’est dans sa ville natale de Gorizia que Lasciac fait construire, tel un Loti, une extravagante villa, qui existe encore aujourd’hui, dans un quartier de la ville situé en territoire yougoslave.

  6. En 1910, il conçoit pour la Compagnie des Assurances Générales de Trieste l’immeuble de rapport situé rue Qasr ai-Nil.

    • 7 Dans le vocabulaire architectural turc, le mot imaret désigne les cuisines d'une fondation pieuse f (...)

    Entre 1911 et 1912, il travaille à un projet d’imaret7 à Cavalla, et qui est la propriété des waqfs khédiviaux.

  7. En 1922, c’est le projet d’une tombe, située au cimetière d’al-Ghafir, au nord de la mosquée Barquq (non réalisé).

  8. La même année, il dessine une qa’a pour la villa du prince Kamal al-Din Hussein.

  9. Puis, entre 1924 et 1927, il travaille à l’édification du siège social de la banque Misr, rue ’Imâd al-Dîn, auquel il rajoutera, dix ans plus tard, une nouvelle aile.

  10. Enfin la Société Protectrice de l’Enfance lui commande une maternité, qui existe toujours, à Sayyeda Zaynab.

*

26Ces réalisations de Lasciac prouvent son aisance à manipuler le vocabulaire formel de l’architecture arabe, dont on ne retient, en ce début de siècle, que les caractéristiques stylistiques.

27Mais peut-on dire pour autant que Lasciac fut un orientaliste ? Dans quelle mesure sa démarche, d’architecte et d’italien, se nourrit du domaine oriental ? Est-elle, cette démarche, si exotique ? Nous ne le pensons pas.

28Car, en tant qu’architecte, Lasciac, dans sa réinterprétation de l’art arabe, ne fait peut-être que poursuivre ce qui fut, tout au long du xixe siècle, la démarche commune et générale de bon nombre d’architectes, préoccupés de produire une identité nationale, en mêlant classicisme, éléments régionaux et traditions historiques. Nous pensons, par exemple, aux architectes italiens du mouvement historiciste, qui cherchèrent, dans la Renaissance, des modèles susceptibles d’exprimer une problématique italienne particulière : celle de l’unification nationale. Nous pensons aussi à un architecte slovène, Josef Plechnik (dont une récente exposition à Beaubourg retraçait l’œuvre), qui fut quasi contemporain de Lasciac, comme lui formé à Vienne, et qui tenta d’exprimer, dans ses réalisations de Ljubljana, une identité slovène.

Sabil - kuttab al-Walda, à Bab al-Hadid, selon le projet de Ciro Pantanelli et exécuté par Hussein Fahmy (1869).

Palais d’Isma’il à Gazira, destiné à accueillir l’impératrice Eugénie lors de l’inauguration du Canal de Suez, par l’architecte Julius Franz (1863 - 1868).

Maternité de la Société Protectrice de l’Enfance à Abu al-Rich, par Antoine Lasciac (1931).

Villa Zogheb, rue Qasr al-Nil, réalisée par Max Herz assisté de Lasciac (1898 - 1900). Cette villa qui abrita un temps les collections du Musée d’Art Moderne fut démolie en 1963.

Projet de tombe pour Yusuf Kamal par Lasciac (1922). Coupe.

Projet d’école pour le waqf de Hussein Kamal (1908). Elévation.

Projet de tombe pour Yusuf Kamal par Lasciac (1922). Elévation.

Projet d’école pour le waqf de Hussein Kamal à Gabbari Alexandrie par Lasciac (1908). Plan.

Salamlik de ’Umar Sultan, rue Gama’ Charkass. par A. Lasciac (1907). Façade sur rue.

Salamlik de ’Umar Sultan, rue Gama’ Charkass, par A. Lasciac (1907) Côté jardin.

Villa d’Antoine Lasciac à Gorizia (1909).

Banque Misr, réalisée par Lasciac entre 1924 et 1927, Plafond à caissons.

29Lasciac se distingue pourtant de ces derniers, du fait même qu’il fut amené à intervenir sur un terrain qui n’était pas le sien, mais auquel il lui fut sans doute aisé de s’identifier, pour deux raisons au moins. En premier lieu, parce que l’Égypte lui fut terre d’accueil, et que Lasciac, sujet austro-hongrois, put devenir italien en Égypte. Ensuite parce que, en homme préoccupé des questions nationales, il ne pouvait être indifférent à la construction de l’Égypte comme nation moderne.

30Il nous faut enfin rappeler que les architectes ont souvent peu d’autonomie par rapport à la commande, et que c’est à cette dernière que revient de jouer un rôle déterminant dans la production d’une œuvre. Ainsi, en guise de conclusion, une question s’impose : qui de ’Umar bey Sultan ou de Lasciac, fut véritablement l’orientaliste ?

31Avril 1986

Notes

1 Nous avons déjà évoqué cette question in R. ILBERT et M. VOLAIT : "Neo-arabic Renaissance in Egypt : 1870-1930 ", Mimar, n° 13, nov. 84. p. 26-34.

2 Cette histoire devrait par ailleurs permettre de dater l'abandon du terme (d'architecture) arabe au profit de celui (d'architecture) musulmane puis islamique.

3 Cf. Arthur RHONE : "Coup d'œil sur l'état du Caire ancien et moderne", Gazette des Beaux-Arts, 2e période, XXIV. p. 420-423, XXV. p. 55-67 et p. 144-153. 1881/1882.

4 Cf. Achille PATRICOLO : "Monumenti e vie di Cairo", Dedalo. II. p. 685-708, 1921.

5 Nous avons développé ces hypothèses dans notre compte-rendu de recherche effectué pour l'École française de Rome : Mercedes VOLAIT, "Architectes italiens en Égypte au tournant du siècle", 1986. 33 p.

6 Henri PIERON : "Le Caire. Son esthétique dans la ville arabe et dans la ville moderne", Égypte Contemporaine, II (fasc. 8), p. 511-528, 1911.

7 Dans le vocabulaire architectural turc, le mot imaret désigne les cuisines d'une fondation pieuse fournissant des repas gratuits.

Table des illustrations

Légende Sabil - kuttab al-Walda, à Bab al-Hadid, selon le projet de Ciro Pantanelli et exécuté par Hussein Fahmy (1869).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Palais d’Isma’il à Gazira, destiné à accueillir l’impératrice Eugénie lors de l’inauguration du Canal de Suez, par l’architecte Julius Franz (1863 - 1868).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Maternité de la Société Protectrice de l’Enfance à Abu al-Rich, par Antoine Lasciac (1931).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Villa Zogheb, rue Qasr al-Nil, réalisée par Max Herz assisté de Lasciac (1898 - 1900). Cette villa qui abrita un temps les collections du Musée d’Art Moderne fut démolie en 1963.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Projet de tombe pour Yusuf Kamal par Lasciac (1922). Coupe.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Projet d’école pour le waqf de Hussein Kamal (1908). Elévation.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Projet de tombe pour Yusuf Kamal par Lasciac (1922). Elévation.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Projet d’école pour le waqf de Hussein Kamal à Gabbari Alexandrie par Lasciac (1908). Plan.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Salamlik de ’Umar Sultan, rue Gama’ Charkass. par A. Lasciac (1907). Façade sur rue.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Salamlik de ’Umar Sultan, rue Gama’ Charkass, par A. Lasciac (1907) Côté jardin.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Villa d’Antoine Lasciac à Gorizia (1909).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Banque Misr, réalisée par Lasciac entre 1924 et 1927, Plafond à caissons.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/249/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 636k

Auteur

Chercheur au CEDEJ

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable