Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fuite en Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Voyage des œuvres, voyage dans l'œuvre

Quelques notes sur l’Orient dans l’œuvre poétique de Victor Hugo

Achira Kamel

Entrées d'index

Texte intégral

1L’Orient a toujours suscité l’intérêt des voyageurs et des écrivains ; il a fait l’objet de plusieurs ouvrages, depuis les relations de voyages jusqu’aux œuvres les plus fascinantes où le réel et l’imaginaire vont de pair.

2Nombre d’écrivains ont parlé de l’Orient sans l’avoir vu ; Victor Hugo en fait partie ; aussi ses recueils montrent-ils une perception particulière de l’Orient : c’est un rêve et un désir. Si le poète se tourne vers lui, c’est pour rechercher l’exotisme qu’il tâche ensuite de recréer dans ses vers.

3A l’époque romantique, l’exotisme répond à un besoin d’évasion, à un désir de changer de cadre et de condition. L’Orient est donc une échappatoire, une quête du bonheur, la découverte du nouveau.

4Comme Hugo n’a jamais visité l’Orient, il se fait de cette région une idée fantaisiste nourrie d’éléments conventionnels. Son imagination joue un rôle capital dans l’élaboration d’une œuvre où tout obéit aux caprices de la fantaisie. Dès le départ, il prétend qu’il n’a pas « de compte à rendre ». C’est une idée qui lui a « pris sans trop savoir comment », écrit-il dans la préface des Orientales, première attaque en règle des classiques et manifeste d’un nouvel art qui se veut libre en matière de thèmes, de style, de versification (écrit en 1828, publié en 1829).

Sources

5Au xixe siècle, la notion d’Orient désigne une étendue plus vaste que de nos jours : l’Orient commence en Espagne et s’étend jusqu’aux Indes ; il comprend la Grèce, la Turquie, voire la Chine. Ainsi la carte des poètes n’est pas exactement celle des explorateurs.

6Pourquoi Hugo a-t-il décrit l’Orient s’il ne l’a pas vu ? On peut avancer plusieurs explications :

  • L’Europe entière s’était tournée vers ces réglons à cause de la guerre d’Indépendance grecque. Hugo signale cet intérêt dans la Préface des Orientales : « L’attention du public est en ce moment attirée par de graves événements politiques vers l’Orient. » ;

  • Hugo est fasciné par ces paysages ensoleillés aux couleurs éclatantes. « Il lui semblait y voir briller de loin une haute poésie. C’est une source à laquelle il désirait depuis longtemps se désaltérer. » (Préface des Orientales) ;

  • Le poète « écho sonore » cherchait à être écouté, voulant ainsi se trouver en parfaite correspondance avec le peuple. Le chef de l’école romantique se devait d’apporter sa part d’exotisme à la poésie de son temps. Or, depuis 1821, la mode était à l’orientalisme. L’Orient d’Hugo est donc celui d’un artiste qui cherche à faire une œuvre d’art, à éblouir, par la richesse des couleurs. « C’est de la poésie pour les yeux » déclarait Le Globe du 21 janvier 1829.

7L’enfance a joué un rôle dans cet engouement, car les premiers souvenirs de l’écrivain datent de son séjour en Espagne où il suivait les garnisons de son père. De ce voyage, il a retenu le nom des villes, des impressions visuelles, des sensations colorées qui reviendront dans son œuvre. Hugo n’est pas indifférent au paysage, au contraire, il a déjà le sens de l’architecture et il en enregistre tous les détails pour qu’il puisse les dessiner plus tard de mémoire.

8À côté des souvenirs, il y a les lectures qui lui ont apporté une vaste connaissance de l’Orient. Il a lu le Coran, les Mille et une Nuits traduits par Galland. Il a dévoré la Bible, les Livres sacrés de l’Orient de Pauthier (1841). Il a consulté les Chants populaires de la Grèce Moderne de Fauriel (1824) et le Voyage pittoresque en Espagne de Taylor.

9On ne peut négliger non plus l’influence de Byron sur les poèmes turcs des Orientales, ni celle de Gœthe. Ajoutons à cette liste un jeune écrivain Ernest Fouinet qui, de l’aveu de V. Hugo lui-même, fut son principal initiateur en matière d’orientalisme. Le poète reconnaît sa dette dans une note sur Nourmahal la Rousse : « Nous devons la communication de ces fragments [...] à un jeune écrivain [...] M. Ernest Fouinet [...] Nous conservons scrupuleusement sa traduction : elle est littérale et par conséquent, selon nous, excellente. »

10Quant à la Bible, « c’est mon livre », écrit Hugo dans la Préface de La légende des siècles. Et elle tient une place considérable dans sa poésie ; Hugo se souvient de ses lectures bibliques pour composer « Moïse sur le Nil », et « Feu du Ciel ». La Bible est à la fois « un appétit du mystère, un besoin d’idéal et de rêve... une curiosité des civilisations disparues, des paysages exotiques, de l’Orient surtout » (Claudius Grillet, La Bible dans Victor Hugo, Hachette, 1910).

Thèmes

11Retenons la religion (l’Islam), les villes, les pays (Espagne, Égypte, Turquie, Grèce).

12Dans ses premiers recueils, Hugo n’est guère indulgent envers l’Islam. Il s’en fait une sombre idée et critique tout particulièrement la polygamie. Dans « Cri de guerre du Mufti », nous avons une curieuse allusion à la polygamie et à la défense de boire le vin. C’est en chrétien que Victor Hugo envisage ces deux aspects de l’Islam, qu’il raille en des vers malicieux :

En guerre les guerriers ! Mahomet ! Mahomet !
(...)
Écrasez, ô croyants du prophète divin
Ces chancelants soldats qui s’enivrent de vin.
Ces hommes qui n’ont qu’une femme !

13Ce n’est que trente ans plus tard qu’il estimera les choses avec plus d’objectivité et rendra justice à l’Islam. Dans La légende des siècles, le poète consacre trois poèmes consécutifs à l’étude de l’Islam. « L’An neuf de l’Hégire » décrit les derniers moments du Prophète et met en relief sa simplicité extrême ; Hugo dresse un parallèle entre celui-ci et Jésus pour conclure que le Prophète accomplit la noble mission de ce dernier. « Le Cèdre » l’oppose aux religions qui viennent troubler l’ordre des choses. Enfin, « Verset du Coran » montre le jugement dernier et le châtiment réservé aux méchants. Au seuil de la vieillesse, Hugo évoque la figure du Prophète avec respect et l’Islam avec sympathie ; il renonce à ses préjugés et ses partis pris.

L’Orient fut jadis le paradis du monde.
(« La Fée et la Péri... »)

14Ce cri d’admiration lancé par le poète dans les Odes et Ballades montre sa fascination d’occidental pour l’Orient et son émerveillement devant ses richesses. La ville orientale, telle qu’il l’imagine, est dotée d’un ciel bleu semé d’astres brillants, elle est hérissée de minarets blancs, radieuse avec ses mosquées aux dômes bleus et ses palais aux coupoles dorées. Toutes ces caractéristiques se retrouvent dans ses évocations des cités. Hugo s’est intéressé tout particulièrement aux palais qu’il appelle toujours des sérails et qui sont autant de chefs-d’œuvre d’architecture. L’intérieur de ces palais l’a séduit : il se plaît à en décrire les riches mosaïques, les tentures de soie, les splendides jardins pleins de jets d’eau, les piscines dallées de marbre et les terrasses plantées de rosiers.

15Quatre pays de l’Orient ont retenu l’attention du poète : l’Espagne, l’Égypte, la Turquie et la Grèce.

16Paul Hazard parle de « la hantise du rêve espagnol chez Victor Hugo » et l’on ne peut mieux dire car l’Espagne se retrouve dans toute l’œuvre hugolienne. Le poète nous donne une plaisante description des villes espagnoles, notamment dans les Orientales. C’est ainsi que dans « Grenade », Hugo peint la ville d’Alicante :

Alicante, aux clochers, mêle les minarets.

17et dans « Les Bleuets », Hugo évoque le charme de la ville andalouse :

Dans nul pays, les jeunes femmes,
Les soirs, lorsque l’on danse en rond,
N’ont plus de roses sur le front,
Et n’ont dans le cœur plus de flammes.

18Il trace un gai tableau des jeunes espagnoles rencontrées jadis :

Sous l’arbre à soie et l’oranger
Dansaient les brunes Andalouses ;
Les cors aux guitares mêlés
Animaient les joyeux quadrilles...

19Dans « Fantômes », c’est la gaieté des fêtes qui est mise en relief :

Puis c’étaient des bijoux, des colliers, des merveilles,
Des ceintures de moire aux ondoyants reflets ;
Des tissus plus légers que des ailes d’abeilles,
Des festons, des rubans, à remplir des corbeilles.

20Hugo a chanté l’Espagne de son enfance, terre de volupté et de sang, de sérénade et de vengeance, l’Espagne catholique et mozarabe, l’Espagne des guitares et des palais mauresques :

Dans cette Espagne que j’aime,
Au point du jour, au printemps.
(« Pepita »)

21L’Égypte, elle, passe dans le cortège des Orientales et tout particulièrement dans les poèmes historiques qui évoquent les civilisations disparues. Hugo est émerveillé par l’Orient des antiquités et des ruines. L’Égypte est avant tout le pays des Pyramides, du Nil, des palmiers, des temples, du vaste désert et des superstitions.

22Hugo évoque les Pyramides à plusieurs reprises dans sa poésie. Il proclame : « Il y a de grandes choses qui ne sont pas l’œuvre d’un homme, mais d’un peuple... Les pyramides d’Égypte sont anonymes. » (« Novembre »).

23Les allusions à ces monuments sont fréquentes et variées :

Ce rocher, ce granit, ce mont, la pyramide
Debout dans l’ouragan sur le sable humide,
Hanté par les esprits.
(« A propos de la loi »)

24ou bien :

Elle se dressait, blême et terrible, étagée
De plus de plis brumeux que l’âpre mer Égée !
(« Les sept Merveilles du Monde »)

25Le passé de l’Égypte exerce un charme considérable sur Hugo qui explique cet engouement : « ... Sur l’Égypte, en effet, s’appuient les trois civilisations successives d’Asie, d’Afrique et d’Europe. L’Égypte est la clef de voûte de l’ancien continent. » (« Fragment d’Histoire »).

26Il montre un vif intérêt pour la civilisation pharaonique : la ville de Thèbes apparaît entre autres avec ses temples dans « L’Arc de Triomphe ». Les ruines ont ébloui le poète des Contemplations.

... l’antique Égypte et ses plaines sans ombre
Et tout ce qu’on y voit de sinistre et de sombre
Lieux effrayants ! Tout meurt Le bruit humain finit
Tous ces démons taillés dans les blocs de granit,
[...]
Les sphinx, les anubis, les ammons, les mercures,
Sont assis au désert depuis quatre mille ans.
(« La Vie aux Champs »)

27Hugo sera influencé par Le voyage en Orient de Nerval qui paraît en 1851, quelques années avant La légende des siècles ; sa vision de l’Égypte s’en est imprégnée et ses vers sont alors devenus moins fantaisistes. Il cite aussi l’Égypte pour faire revivre la légende napoléonienne, au prix de quelques simplifications et anachronismes. Négligeant le soulèvement du peuple égyptien contre les troupes de Bonaparte, par exemple, il se soucie peu d’exactitude historique et montre le peuple accueillant Napoléon avec amour et respect :

... Au Nil je le retrouve encore
L’Égypte resplendit des feux de son aurore.
[...]
Les vieux scheiks vénéraient l’émir jeune et prudent
La tente de l’Arabe est pleine de sa gloire.
(« Lui »)

28Nous trouvons également des descriptions fantaisistes ; tel que ce tableau des Pyramides (dans « Feu du Ciel ») qu’il enrichit d’une statue ou monument supplémentaire :

Trois monts bâtis par l’homme au loin perçaient les cieux.
D’un triple angle de marbre.
[...]
Un sphinx de granit rose, un dieu de marbre vert les gardaient

29Pour ce qui est de la Turquie, Hugo s’est souvenu de ses lectures variées pour évoquer un pays et peindre la beauté de ses villes. Ses allusions sont d’ordre architectural et l’on remarque que toutes les villes turques se ressemblent avec leurs composantes communes alors que les villes espagnoles sont mieux décrites avec leur charme particulier. Voici Istanbul :

Et les palais dorés, et comme des aigrettes,
Les palmiers sur leurs fronts groupés.

30Ou encore

À toi Stanbul qui sur ce bord
Dressant mille flèches ensemble,
Se berce dans lamer...
(« La Sultane favorite »)

31En même temps, la Turquie, évoque les sultans, sanglants autocrates, entourés de serviteurs au cimeterre facile, de janissaires prêts à la révolte, de pachas et d’émirs aptes à la trahison, mais aussi héros de sérail, ces prisons de femmes peuplées d’odalisques et d’esclaves.

32Quant à la Grèce, elle occupe une place remarquable dans la poésie hugolienne puisque c’est la guerre de l’Indépendance grecque qui incita le poète à écrire Les Orientales. Et parlant du combat pour la libération du peuple grec, Hugo, philhellène convaincu, parle de la liberté en général, celle de tous les peuples. Par ce biais, il attaque les monarchies traditionnelles et autres régimes autoritaires. A travers l’opposition de deux « Orients » le grec, d’héritage classique, européen chrétien d’une part, et le turc, de tradition asiatique et de culture mahométane (souvenons-nous de « l’enfant grec ») d’autre part, il confronte démocratie et despotisme. L’histoire qu’il mêle de légendes lui sert de trame pour y développer ce thème, à travers descriptions colorées, évocations enflammées, tableaux pittoresques.

33Les Orientales abritent donc du politique derrière le lyrique. Celui-ci ne passe jamais au second plan, tant s’en faut.

34À preuve les tableaux des îles grecques et de certaines villes. Dans les « Têtes de Sérail » par exemple, Hugo présente une image radieuse de l’empire maritime :

Belles îles, des cieux et du printemps chéries,
Qui le jour paraissez des corbeilles fleuries,
La nuit, des vases parfumés.

35Dans « Navarin », Hugo est impressionné par la grâce architecturale de cette ville :

C’est Navarin, la ville aux maisons peintes
La ville aux dômes d’or, la blanche Navarin.

36Dans « L’Enfant », l’auteur décrit l’île de Chio :

Chio, qu’ombrageaient les charmilles,
Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
Un chœur dansant de jeunes filles.

37La confrontation Turquie-Grèce offre donc l’occasion de jouer des rythmes, des ombres et lumières, de rapprocher des images contraires, d’user de techniques poétiques inhabituelles, de manipuler les mots et de la métrique, de se risquer à des comparaisons inattendues autant que systématiques où la guerre et l’amour alternent, où le grandiose, l’épique se mêlent à l’intime et aux scènes de genre. Hugo n’en évite pas moins les clichés, comme les archétypes. En brutalisant les portraits, il simplifie les traits comme les caractères. Pour lui, les orientaux se caractérisent par la cruauté et la sensualité. Il proteste avec indignation contre les excès du régime turc. Dans son désir de mobiliser ses compatriotes pour secourir la Grèce opprimée, il souligne la brutalité et la férocité de guerriers avides de sang. Qu’on se rappelle le ravage causé par les Turcs barbares :

Les Turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.

38Ce portrait des musulmans tel qu’il apparaît dans Les Orientales est sans nuances : « Ce sont des guerriers monstrueux, brutaux, féroces, fanatiques, avides de sang... » Le poète les qualifie de « foule au sabre asservie ». Il s’acharne contre les guerriers cruels et inhumains :

Et sur le sein flétri des mères mutilées
Des enfants de sang allaités.

39Quand il évoque la bataille de Navarin avec ses mille péripéties, il se base sur un fait historique et fait revivre cette lutte inoubliable à travers une description dramatique, émouvante, de la bataille, mais il est clair que la victoire de la Triple-Alliance sur la flotte turco-égyptienne, et qui est à la source de l’indépendance de la Grèce, a pour lui un sens tout à fait particulier. « Si une quinzaine de poèmes des Orientales chantent avec de rauques accents la cruauté musulmane, il est un certain nombre de pièces du recueil qui disent elles, la volupté sensuelle et l’amour jaloux que manifeste avec constance le tempérament islamique. » (M.T. Hussein, 1962, Le Romantisme français et l’Islam, Dar el-Maaref, Beyrouth).

40On trouve dans Les Orientales énormément d’allusions au harem, au sérail du sultan où vivent enfermées, loin des regards, les sultanes capricieuses et les concubines jalouses.

41Dans « Les Têtes du Sérail », Hugo décrit la sensualité des Turcs :

Quels sont ces cris ?... C’est l’heure où ses plaisirs infâmes
Ont réclamé nos sœurs, nos filles et nos femmes.

42Hugo a insisté sur cette note sensuelle, montrant la favorite capricieuse et tyrannique jalouse de ses rivales :

Ne suis je pas à toi ? qu’importe.
Quand sur toi mes bras sont fermés,
Que cent femmes qu’un feu transporte
Consument en vain à ma porte.
(« La Sultane favorite »)

43Avec La légende des siècles, l’attitude de Hugo devient plus indulgente, ses invectives contre les Orientaux sont moins fréquentes, sa colère s’apaise laissant voir un Orient moins fougueux.

44À travers la poésie hugolienne, se profile un portrait de la société orientale. En haut de l’échelle sociale, le sultan occupe une place importante, il représente Dieu sur terre. Sa fortune est prodigieuse et il exerce un immense pouvoir sur son peuple qui le vénère profondément. Les pachas ou princes entourent le souverain et sont, comme lui, puissants et despotes. Sans égaler celle du souverain, leur richesse est fabuleuse. A côté de ce luxe, vit pauvrement dans l’ombre, le peuple qu’Hugo évoque et magnifie. Dans « Les Adieux de l’Hôtesse arabe », il chante l’hospitalité arabe :

Si tu l’avais voulu, peut-être une de nous,
O jeune homme, eût aimé te servir à genoux
Dans nos huttes toujours ouvertes.

45Une douceur exquise émane de ces vers :

Elle eût fait, en berçant ton sommeil de ses chants
Pour chasser de ton front les moucherons méchants
Un éventail de feuilles vertes.

*

46L’imagination du poète a joué un grand rôle dans l’élaboration d’une œuvre qui obéit aux caprices de sa fantaisie ; ce qui n’enlève rien au plaisir que nous prenons à sa lecture. Les Orientales ont inspiré un grand nombre de poètes ultérieurs. Hugo a contribué dans une grande mesure à faire tourner les regards vers l’Orient, cette grande source d’Inspiration des romantiques, même si c’est au profit des apparences, du pittoresque plutôt que des réalités. Il a ouvert la voie à une littérature libre des contraintes de la poésie orthodoxe, une littérature qui n’a d’autre but qu’elle-même, qui ne vise qu’à plaire. Leconte de Lisle félicitait l’auteur de « Djinns » de n’être jamais allé en Orient ; il voyait là un heureux mépris des réalités et un juste hommage à l’art pour l’art.

Auteur

Professeur à l’université d’Aïn-Chams

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540