Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fuite en Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Voyage des œuvres, voyage dans l'œuvre

L’Orient historique chez Voltaire

Aziza Said

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Cf. René POMEAU, La religion de Voltaire, chap. II, "Sur la pente du molinisme", pp. 38-75.

1L’histoire de l’Orient s’imposa très tôt à l’esprit de Voltaire. Elle l’attira d’abord par son aspect religieux. Au collège Louis-le-Grand, le jeune François-Marie Arouet consultait souvent les « scriptores », ces Pères qui, déchargés de tout enseignement, s’adonnaient aux travaux d’érudition1. À travers leurs études sérieuses et objectives, Il découvrait l’histoire du peuple juif, celle des conquêtes islamiques, celle des croisades, se passionnait pour la Chine et Confucius, admirait l’Inde et sa sagesse... Bientôt, imprégné de la méthode critique de Bayle et des idées de Locke, il examina, à son tour, l’histoire religieuse de l’Orient et dès lors, il ne cessa de dénoncer les préjugés, les superstitions et les mensonges qui y abondaient : dans ses pièces de théâtre (Zaire, Mahomet, Zulime), dans ses contes (Zadig, Candide, la Princesse de Babylone), dans son Dictionnaire philosophique, dans sa correspondance même, l’Orient était mobilisé comme une arme de combat.

  • 2 Best. 1821. II, p. 873. Voltaire reprend la même idée dans "l'Avant-propos" adressé à Madame du Châ (...)

2D’autre part, en fouillant ses sources livresques pour évoquer l’histoire de Charles xii, Voltaire constata que la Turquie – où le roi de Suède s’était réfugié de 1709 à 1715 – n’était pas définie uniquement par sa religion, mais aussi par des coutumes, des lois, des faits économiques qui dépendaient en partie du climat. Il se pencha sur ce nouvel aspect et ne tarda pas à le mettre en relief dans sa conception remaniée de l’histoire. L’Essai sur les mœurs et l’esprit des nations – ouvrage dont le titre est significatif – en offrit une application. Voltaire le reconnaissait, dans une lettre à Jacob Vernet, datée du 1er juin 1744 : « (...) il me semble qu’on n’a guère encore considéré l’histoire que comme des compilations chronologiques, on ne l’a écrite ni en citoyen, ni en philosophe (...). Je me suis attaché à faire autant que j’ai pu l’histoire des mœurs, des sciences, des lois, des usages, des superstitions ; je ne vois presque que des histoires de rois ; je veux celle des hommes ».2 Voltaire voulait donc « en citoyen » évoquer l’histoire de la civilisation, et « en philosophe » la libérer de l’autorité de la théologie et la soumettre à celle de la raison critique ; il espérait, à partir des faits confus et palpables, en dégager, tel un physicien, la loi cachée ; l’étude « des mœurs » devait lui permettre de saisir « l’esprit » des nations. Voltaire s’éloignait ainsi nettement des historiens qui, pour expliquer l’énigme du monde, retrouvaient partout les desseins de la Providence, comme l’avait fait Bossuet.

  • 3 Ibid., p. 197.
  • 4 Ibid., "Introduction", p. 3
  • 5 Ibid., "Avant-propos", loc. cit.

3Dans son « Avant-propos », Voltaire reprochait à l’auteur du Discours sur l’histoire universelle d’avoir tracé de l’Orient une image inégale et discutable : d’une part, cet « éloquent écrivain (note Voltaire) en disant un mot des Arabes, qui fondèrent un si puissant empire et une religion si florissante, n’en parle que comme d’un déluge de barbares », d’autre part, il « paraît avoir écrit uniquement pour insinuer que tout a été fait dans le monde pour la nation juive ».3 Quant aux anciens peuples de l’Orient, tels les Chinois et les Indiens, ils ont été complètement négligés par Bossuet. Voltaire se proposa de combler cette lacune : comme il procédait à un examen critique de la Bible avec Madame du Châtelet, il décida de commencer son histoire au temps des premiers hommes ; l’histoire ancienne méritait d’être revue de fond en comble. Il s’en réjouit d’avance et invita Madame du Châtelet à partager sa joie, dans l’introduction à la Philosophie de l’histoire : « Tâchons de nous éclairer ensemble (dit-il) ; essayons de déterrer quelques monuments précieux sous les ruines des siècles ».4 Ces monuments précieux avaient pour but, non seulement, de dénoncer d’inutiles erreurs, mais surtout de rabattre l’orgueil judéo-chrétien. La deuxième invitation adressée à Madame du Châtelet devint plus explicite encore : « En vous instruisant en philosophe de ce qui concerne ce globe, vous portez d’abord votre vue sur l’Orient, berceau de tous les arts, et qui a tout donné à l’Occident ».5

  • 6 Cf. René POMEAU, ibid., et notes ajoutées à l'Essai sur les mœurs ; cf. également J.H. BRUMFITT, Vo (...)

4L’image de l’Orient historique chez Voltaire offre donc deux aspects : elle sert d’arme philosophique et témoigne de l’intérêt que Voltaire porte à la civilisation. Insérée dans l’Histoire de Charles XII et surtout dans l’Essai sur les mœurs, elle englobe tout le « Levant, depuis la Grèce jusqu’aux extrémités de notre hémisphère »6, soit jusqu’au Japon, et s’étend depuis l’aube de la civilisation jusqu’au xviiie siècle. Voltaire a tracé ce tableau immense sans avoir jamais visité l’Orient. Il doit toutes ses connaissances soit à des ouvrages français, anglais, traduits de l’arabe (comme le « Coran » par Sale, l’histoire d’El-Makin [1223-1273], publié en France en 1657), soit à des gazettes qu’il fouillait avec passion. À ces sources livresques, s’ajoutent les conversations qu’il a eues avec des amis, depuis ces prosélytes chinois, purs et raisonnables, que les jésuites missionnaires, partis pour évangéliser la Chine, avaient amenés avec eux en France, jusqu’au marquis de Chateauneuf, ancien ambassadeur de France à la Porte ottomane et en passant par Falkener, M. Jeffreys (ministre d’Angleterre en Turquie), M. de Feriol. Ses notebooks et sa correspondance le montrent à l’affût de tout renseignement et de toute rectification. Toutefois, Voltaire n’a pas toujours eu les habitudes minutieuses de l’érudit : ses informations sont souvent de deuxième main, ses citations inexactes ou volontairement fabriquées. En fait, il manque de persévérance et est incapable de considérer le passé pour lui-même, d’oublier ses haines et ses préférences, d’être un historien objectif et impartial. D’autre part, son souci d’être trop rationnel le pousse souvent à rejeter délibérément tous les faits qui échappent à la raison ; il mutile ainsi la réalité, car la science explique aujourd’hui des faits qui, hier, semblaient dépasser les bornes de l’entendement. Ces quelques réserves semblent justifier certains jugements erronés de Voltaire ou certaines de ses haines implacables, étrangères à l’esprit du genre. L’image de l’Orient s’en ressent, si bien qu’il ne serait pas tout à fait faux de parler d’un Orient historique de Voltaire, comme on peut définir chez lui un Orient romanesque et un Orient philosophique.

  • 7 MONTESQUIEU. L'esprit des lois, livre II. ch. IV et V, p. 21-22.

5L’image de l’Orient historique chez Voltaire est d’abord l’œuvre de l’historien de la civilisation. Par cette perspective originale, l’auteur de l’Histoire de Charles xii et de l’Essai sur les mœurs se distingue de ceux qui l’ont précédé, notamment de Montesquieu. Celui-ci a surtout défini le problème politique qui se pose entre l’État et le citoyen : le premier tend à imposer son pouvoir et le second à sauvegarder sa liberté ; en Orient, la tâche de l’État est facilitée par la concentration de tous les pouvoirs dans les mêmes mains et par le rôle accordé à la religion et aux coutumes, qu’on y vénère au lieu des lois7. Pour Voltaire, l’histoire est le récit du conflit qui naît entre les agents du progrès et le peuple, borné et paresseux ; l’action des premiers assure l’évolution historique, le travail des seconds la prospérité matérielle, qui, à son tour, permet les raffinements et le bien-être ; les obstacles au progrès sont donc également : tout ce qui obscurcit la raison (à commencer par la religion et les superstitions) et tout ce qui transforme le travail en corvée (l’esclavage et le servage) ; toute nation qui s’oppose à l’évolution court nécessairement à sa perte. L’esprit des hommes, moteur de l’histoire, est toutefois déterminé par certaines conditions : le climat, les lois, les faits économiques et les coutumes.

  • 8 Essai sur les mœurs, t. I, ch. LIII, "De l'Orient au temps des croisades, et de l'état de la Palest (...)
  • 9 Ibid., t. I, ch. LX, De l'Orient et de Gengis kan", p. 605.

6Loin de reprendre la théorie des climats, formulée par Fontenelle, Fénelon et Montesquieu, Voltaire se contente de décrire le site géographique, pour en dégager les activités des habitants. Il s’attarde ainsi à souligner l’aridité du sol en Palestine et la sécheresse du climat ; conséquence : la population ne pouvait s’adonner qu’à l’agriculture (vigne, oliviers, palmiers) et à l’élevage (ânes, moutons, bœufs maigres). Les revenus de ces deux activités ne suffisant pas, les juifs de cette région allaient faire le métier de courtiers en Asie et en Afrique ; après la fondation d’Alexandrie, ils s’y établirent, car les « Juifs commerçants n’habitaient guère Jérusalem »8, ville destinée essentiellement au pèlerinage. La même aridité du sol dans la Mongolie centrale engendra les Tartares : leur vie était nécessairement frugale ; leurs courses continuelles pour subsister les transforma en hommes robustes qui, bientôt, conscients de leur force et de leur nombre, « se jetèrent loin de leurs tanières »9. En revanche, les peuples de la Chine et de l’Inde n’ont jamais quitté leur pays fertile : très tôt, ils ont cultivé la terre et ont planté le blé, le riz, la vigne, les légumes et les arbres fruitiers. En Égypte, le Nil incarnait l’espoir au milieu de ces vastes déserts ; il fallait dompter les eaux de ses crues ; les Égyptiens ne tardèrent pas à les contrôler ; et voilà les marécages devenir une vallée féconde : les villages se transformèrent en villes, les sciences progressèrent et la prospérité régna. La situation géographique d’un pays pose donc à l’homme le premier défi : celui de la subsistance ; elle annonce l’histoire d’un peuple.

  • 10 Ibid., t. I, p. 613.
  • 11 Ibid., t. I, ch. VI, "De l'Arabie et de Mahomet", p. 264.

7Le lieu géographique d’un pays détermine également certains traits caractéristiques des habitants. Les Tartares, nés libres, errant, conquérant, partageant le butin avec leur chef, ne pouvaient être gouvernés despotiquement par Gengis-Kan, comme le prétendaient certains moines qui avalent voyagé en Tartarie, au cours du xiiie siècle. Pour souligner leur esprit d’indépendance, Voltaire rapporte le témoignage du moine Plan-Carpin, qui avait assisté à l’avènement du grand kan Octai : il tient à retracer la scène où l’on voit « les principaux Tartares (qui) firent asseoir le fils sur une pièce de feutre et lui dirent : « Honore les grands, sois juste et bienfaisant envers tous ; sinon tu seras si misérable que tu n’auras pas même le feutre sur lequel tu es assis ». » Et Voltaire de commenter : « Ces paroles ne sont pas d’un courtisan esclave »10. Les Arabes, eux aussi, avant de quitter leur désert, subirent l’influence du milieu : commerçants ou brigands, ils devaient affronter ces sables infinis. Le courage leur apparut nécessairement la qualité la plus digne. Voltaire le retrouve dans ce combat singulier où les chefs s’affrontaient aux yeux des deux armées, spectatrices et immobiles11 ; les discours que les adversaires s’échangeaient évoquent les vers d’Homère les plus sublimes.

  • 12 Ibid., t. I, ch. CLIX. "De l'Empire ottoman au xvie siècle", p. 416.

8Malgré son importance, la situation géographique d’un pays ne suffit pas à déterminer l’histoire d’un peuple. Le parallèle établi entre les Arabes (avant les conquêtes islamiques) et les Tartares révèle que les deux peuples étaient indépendants et courageux, et qu’ils vivaient dans des régions désertiques et pauvres ; tous les deux quittèrent leur terre natale, les uns pour répandre une civilisation florissante, les autres pour brûler et dévaster : les Arabes, agents du Progrès, ont vécu ; les Tartares, ignorants, belliqueux et destructeurs, ont disparu. Par ailleurs un même peuple, sous deux gouvernements différents, peut changer complètement de face. C’est le cas du peuple égyptien : au temps de Sésostris, l’Égypte était une nation guerrière ; sérieuse et grave, elle inventa les sciences ; au temps de Toman Bey, elle devint pusillanime, légère et gaie, dansant et chantant dans la pauvreté et l’esclavage. Et Voltaire de trancher : « C’est une preuve sans réplique que si le climat influe sur le caractère des hommes, le gouvernement a bien plus d’influence encore que le climat. »12

  • 13 Ibid., t. I, ch. I, "De la Chine", p. 216.

9L’histoire de l’Orient déploie devant Voltaire les formes les plus variées de gouvernement, sans qu’il y ait eu pourtant un seul où les pouvoirs aient été séparés. La Chine antique offre un modèle utopique. Cet État immense est organisé comme une seule famille, où le roi est le père de l’empire ; le fondement de ce gouvernement est le respect de l’autorité paternelle et le premier devoir le bien public. « De là vient (écrit Voltaire) l’attention continuelle de l’empereur et des tribunaux à réparer les grands chemins, à joindre les rivières, à creuser des canaux, à favoriser la culture des terres et les manufactures. »13. Même plus : si les lois, dans les autres pays, punissent le crime, en Chine, elles récompensent la vertu et vont jusqu’à consacrer des places de mandarins aux paysans qui se distinguent dans la morale et dans l’agriculture. Les édits de l’empereur – premier philosophe et premier prédicateur – sont presque toujours des instructions de morale, destinées à rendre les hommes plus éclairés et plus heureux.

  • 14 Cf. Histoire de Charles XII. p. 145 et 156.
  • 15 Essai sur les mœurs, t. I, ch. VI, "De l'Arabie et de Mahomet", p. 262.
  • 16 Ibid., t. I, ch. VII. "De l'Alcoran et de la loi musulmane", p. 273.
  • 17 Cf. Histoire de Charles XII. p. 205.
  • 18 Ibid., p. 166.

10Dans les pays musulmans, le Coran est le code de la jurisprudence et de la loi canonique ; il définit les relations, morales et matérielles, entre les membres d’une même famille, entre les membres de la société et entre les différents pays. Les fondements de ce gouvernement sont : la justice et l’égalité, la solidarité et la tolérance. Tous les hommes sont égaux devant la loi musulmane. Pas de classe sociale ; les dignités ne sont données que selon le mérite : en Turquie, le grand vizir Chourlouli Ali Bacha était le fils d’un paysan du village ; le grand vizir Mehemet Baltagi – comme son nom l’indique – était un de ces esclaves qui coupaient le bois pour l’usage des princes du sang ottoman et des sultanes14. Aucun privilège : Abou Bakr, élu successeur de Mahomet, dut renoncer à son travail de commerçant et accepter « environ quarante sous de notre monnaie par jour, de tout le butin qu’on partageait [...] (faisant) voir combien le mépris des petits intérêts peut s’accorder avec l’ambition que les grands intérêts inspirent »15. De pareilles mesures consolidaient la charpente de la société. Voltaire relève également avec admiration ce principe légal qui transforme l’aumône en un droit établi : « L’Alcoran ordonne (écrit-il) de donner deux et demi pour cent de son revenu, soit en argent, soit en denrées. »16 Il note la condamnation de l’usure, qui interdit d’exploiter son prochain : au nom de cette loi, le capigibacha demanda au roi Charles xii de Liquider les dettes qu’il avait contractées en Turquie et de ne payer que le capital17. Ce même roi de Suède, étranger à l’esprit des lois musulmanes, s’indigna de voir le grand vizir accorder six heures de trêve à l’armée moscovite, qui était en son pouvoir : « Notre loi nous ordonne, repartit gravement le vizir, de donner la paix à nos ennemis quand ils implorent notre miséricorde. »18 Cette loi sublime justifie que les conquêtes arabes n’ont pas été faites uniquement avec du courage, mais aussi avec de la grandeur : elles ont répandu une véritable révolution dans la législation.

  • 19 Ibid., p. 156-157.

11Voltaire souligne toutefois que l’application des lois musulmanes au temps des Arabes conquérants a été souvent altérée dans la suite. Ainsi, jusqu’à l’an 60 de l’hégire, la succession à la charge de calife était élective : les dignitaires musulmans, représentants du peuple, choisissaient celui qui allait devenir leur chef religieux, militaire, aussi bien que leur juge. Moavia, prêt de mourir, viola cette mesure : il établit son fils dans le califat. L’exemple fut suivi. Bien plus, au temps de l’empire ottoman, la succession au « trône » de calife se faisait souvent grâce à des massacres, à l’intérieur d’une même famille : ainsi, Ahmed iii détrôna son frère Mustapha, et pour récompenser ceux qui l’avaient aidé, il les fit périr les uns après les autres ; personne ne pouvait désapprouver ces tueries au nom de la religion car elles avalent été autorisées par le « mufti », nouvelle charge créée pour interpréter le droit canonique musulman, en général, au gré des désirs et volontés des califes19. Cette image sanglante du gouvernement ottoman réapparaissait à chaque fois qu’un danger menaçait la domination turque, telle l’ambition d’un kan, par exemple : le sang ottoman, dont les chefs des Tartares étaient descendus, et le droit qu’ils prétendaient à l’empire des Turcs, rendaient les Tartares toujours suspects, si bien que la Porte était sans cesse à l’affût d’un prétexte pour déposer un kan trop aimé ou pour punir un autre, trop puissant ; c’est la raison pour laquelle les chefs tartares passaient tous de la souveraineté à l’exil et terminaient leurs jours à Rhodes, leur prison et leur tombeau. Il n’en était pas de même avec les peuples tributaires, comme les Moldaves ou les Valaques, soumis et reconnaissants.

  • 20 Essai sur les mœurs, t. II, ch. CLIX, "De l'empire ottoman au xvie siècle", p. 418.
  • 21 Ibid., t. II. j. 419.
  • 22 Ibid., t. II, p. 420.

12Cette même altération survenue dans le domaine du pouvoir se rencontre dans celui de l’économie. Chez les Arabes conquérants, les ressources étaient essentiellement le commerce, quelque peu l’agriculture et le butin. Dans l’empire ottoman, elles ne pouvaient venir que de plusieurs domaines. Homme d’affaires averti, Voltaire commence par consulter le « Canon Nameh », c’est-à-dire les registres de l’empire. Il constate que jusqu’à l’année 1683, le revenu du trésor en argent « ne montait qu’à peu près trente-deux mille bourses, ce qui revenait à peu près à quarante-six millions de nos livres d’aujourd’hui »20. Ce revenu ne suffirait pas à entretenir le sérail, l’armée et l’État Voltaire détecte donc une première source, non en argent monnayé, mais dans les productions des pays soumis, comme l’Égypte, la Grèce, la Natolie ; ceux-ci pourvoyaient aux besoins du sérail, des janissaires et de la flotte. Une deuxième source est dans les confiscations des biens au profit du souverain, quand le père de famille a été condamné. Une troisième est dans le mobilier des officiers de la Porte, qui appartenait au sultan par une ancienne usurpation : Voltaire tire de sa constatation une condamnation générale de tous les régimes politiques : « Dans tout l’univers, l’administration publique a été souvent un brigandage autorisé, excepté dans quelques États républicains, où les droits de la liberté et de la propriété ont été plus sacrés, et où les finances de l’État étant médiocres, ont été mieux dirigées, parce que l’œil embrasse les petits objets, et que les grands confondent la vue. »21 Le quatrième revenu est indirect ; il est dû aux appointements très médiocres des hautes dignités ; Voltaire compare ce que gagnait le mufti au revenu des églises chrétiennes, puis passe à la condition du grand viziriat, qui n’était pas meilleure : « Sans les confiscations et les présents, cette dignité produirait plus d’honneur que de fortune, excepté en temps de guerre. »22

  • 23 Ibid., t. I, ch. I, "De la Chine", p. 212.
  • 24 Ibid., t. I, ch. XIX, "Suite des usages du temps de Charlemagne. Commerce, finances, sciences", p. (...)
  • 25 Ibid., t.I. ch. I. "De la Chine", p. 212.
  • 26 Ibid., t. II, ch. CXC1II, "De la Perse, de ses mœurs, de sa dernière révolution, et de Thamas Kouli (...)

13La perspicacité et la précision avec lesquelles Voltaire traite le domaine économique, rend cette partie de l’image de l’Orient historique particulièrement intéressante. L’homme d’affaires, devenu historien, est conscient de cette supériorité sur ses prédécesseurs. Il le dit, franchement, après avoir égratigné le jésuite du Halde qui, dans son histoire de la Chine, avait parlé de la valeur intrinsèque d’une monnaie, sans tenir compte du changement de la valeur monétaire en fonction du temps : « C’est à quoi (conclut-il) ne prennent pas assez garde les écrivains, plus instruits des livres que des affaires, qui évaluent souvent l’argent étranger d’une manière très fautive ».23 Plus loin, il tire les conséquences de cette lacune : « Il faut songer à ces variations sans quoi on aurait une idée très fausse des forces des anciens États, de leur commerce, de la paie de leurs soldats, et de toute leur économie ».24 Il ne se lasse pas d’équivaloir toute somme avancée en monnaie française, et en précisant la date à laquelle il a opéré le change : ainsi les deux cents millions de taels d’argent fin, qui étaient le revenu ordinaire de l’empereur de Chine, équivalent à « deux cent quarante-six millions d’onces d’argent fin à cinquante-quatre livres dix-neuf sous », qui reviennent à « mille six cent quatre-vingt-dix millions de notre monnaie en 1768 ».25 C’est pour la même raison qu’il tient à comparer les pays : « Les choses communes, et surtout les comestibles, étaient trois fois meilleur marché à Ispahan et à Constantinople que parmi nous. Ce bas prix est la démonstration de l’abondance, quand il n’est pas une suite de la rareté des métaux »26.

  • 27 Ibid., t. I, "Introduction", X, "Des Chaldéens", p. 36.
  • 28 Ibid., t. I, ch. VI, "De l'Arabie et de Mahomet", p. 264.

14Cette estimation précise de l’état économique d’un pays permet de saisir les conditions favorables au progrès des sciences et à l’épanouissement des arts. La prospérité ancienne de la Chine se révèle dans la construction de monuments utiles et immenses – comme la grande muraille –, dans la fabrication de la soie naturelle, du papier, de la porcelaine, dans l’invention de l’imprimerie ; l’utilisation de la poudre, uniquement dans les fêtes, témoigne combien ce peuple, puissant, est pacifique. L’ancienne Chaldée devait être elle aussi très florissante ; les tables astronomiques, qui remontent à l’année 2234 av. J.C., en sont la preuve ; elles représentent un sommet scientifique après l’art de pourvoir à la subsistance, de former un langage, de se bâtir quelques huttes, de se vêtir, de forger le fer : « Quel saut de cet état à l’astronomie ! »27 Le génie des Arabes conquérants se manifeste quand il se trouve dans un pays riche ; il favorise l’essor scientifique. C’est le cas du calife Omar, venu en Égypte, du fond du désert : il n’hésita pas à renouveler l’ancien canal qui rejoignait le Nil à la Mer Rouge ; cette grande entreprise, engagée par les anciens rois, puis rétablie par Trajan, « est digne des siècles les plus éclairés ».28 Le temps des Ab

  • 29 Ibid., t. I, p. 268.

15assides se caractérise par une évolution scientifique intense. Les Califes dirigeaient eux-mêmes ce mouvement : Almanon fit mesurer géométriquement un degré du méridien, pour déterminer la grandeur de la terre ; Haroun El-Rachid encourageait la chimie, la médecine et l’algèbre (invention arabe) ; Ben Honain commença par traduire les astronomes et ne tarda pas à les dépasser. « Enfin (conclut Voltaire), dès le second siècle de Mahomet, il fallut que les chrétiens d’Occident s’instruisissent chez les musulmans ».29

  • 30 Ibid., t. I, ch. V, 'De la Perse et du Sadder", p. 252.

16Les arts renaissent également au sein de la prospérité. Dans ce domaine, les califes abassides offrirent le modèle des mécènes généreux, conscients de leur rôle pour faire fleurir les arts. Haroun El-Rachid attira les gens de lettres et tint à ce que la politesse déracinât la barbarie dans les mœurs, le langage et les sentiments. Poète lui-même, il combattit la poésie enflée et tissée de lieux communs ; il savait bien que c’était là la grande faiblesse de la poésie orientale. En parlant de l’art persan, Voltaire ne peut se retenir de répéter la même critique qu’il a toujours faite à l’art oriental en général : « Otez aux Arabes, aux Persans, aux Juifs, le soleil et la lune, les montagnes et les vallées, les dragons et les basilics, il ne leur reste presque plus de poésie ».30 D’après lui, cela est dû à ce que les hommes n’ont jamais vécu en société avec les femmes, et par conséquent n’ont jamais eu l’occasion ni de se polir, ni de se former l’esprit. Rappelons que la Perse offre à Voltaire l’exemple de la nation qui, grâce à ses richesses, a pu sans cesse cultiver les arts ; au moment même de sa défaite, elle a été supérieure à son vainqueur. Voltaire s’attarde à peindre les différents aspects de cette civilisation ; on voit défiler : les ouvrages faits à la main – mieux travaillés et plus finis qu’en Turquie –, les arts en honneur, les mœurs douces, la police, les belles-lettres enseignées et la langue harmonieuse. Après cette image générale, Voltaire évoque celle de la Cour, somptueuse, puis celle des Persans qui passaient agréablement leur temps

  • 31 Ibid., t. II, ch. CXCIII, "De la Perse, de ses mœurs p. 773.

« dans des salles immenses, qu’on appelait les maisons à café, où les uns prenaient de cette liqueur, qui n’est en usage parmi nous que depuis la fin du xviie siècle ; les autres jouaient, ou lisaient, ou écoutaient des faiseurs de contes, tandis qu’à un bout de la salle un ecclésiastique prêchait pour quelque argent, et qu’à un autre bout ces espèces d’hommes qui se sont fait un art de l’amusement des autres, déployaient tous leurs talents ».31

17L’image, vivante, est probablement tirée du Voyage en Perse et aux Indes orientales de Chardin.

  • 32 Ibid., p. 772.
  • 33 Ibid., t. I, ch. III, Des Indes", p. 234-235.
  • 34 Ibid., t. I, ch. LX, De l'Orient et de Gengis-kan", p. 661.

18La richesse d’un pays et la sagesse de ses lois ne l’empêchent pas souvent d’avoir des coutumes insensées. Voltaire le constate, tantôt en s’étonnant, tantôt en s’indignant. Il relève ainsi que les Persans sont trop attachés à leur astrologie et qu’ils tiennent à marquer de blanc les jours heureux, et de noir les jours funestes ; la coutume se conserve chez eux avec scrupule : avant de semer et de planter, de vendre ou d’acheter, de se marier, de voyager.... ils doivent consulter leurs almanachs32. Cette coutume, contraignante, entrave toute liberté d’action. Quant à celle qui sévit en Inde de temps immémorial, elle est tragique : elle fait aux femmes un point d’honneur et de religion de se brûler sur le corps de leur mari. Bien plus : certains philosophes indiens se jettent eux-mêmes dans un bûcher, par un excès de fanatisme et de vaine gloire. L’Inde n’est pourtant ni guerrière, ni invincible33 ; elle n’a rien de ces Tartares pour qui la mort était si peu de chose. Il n’y a rien de surprenant à voir les domestiques tartares se disputer l’honneur d’être enterrés avec leur maître ; d’ailleurs Voltaire rapporte que selon une ancienne coutume des princes scythes, on égorgea beaucoup d’hommes sur le tombeau de Gengis-kan, et qu’on respecta la même coutume à la mort de ses successeurs34. Ces coutumes insensées, plus enracinées en Orient que les lois, s’opposent aux lumières de la raison. Heureusement qu’il existe encore d’autres coutumes, nobles et généreuses, tel le droit de l’hospitalité, en vigueur chez les Arabes, les Turcs, les Tartares même. Voltaire cite le cas de Charles xii, accueilli, lui et les mille huit cents fugitifs de sa suite, par le sultan ; ils étaient logés, nourris, eux et leurs chevaux, aux dépens du Grand Seigneur ; le roi de Suède recevait, en plus, une somme d’argent pour ses dépenses personnelles ; cet hébergement dura six ans. En évoquant ce détail, l’historien adopte un ton objectif : comme pour tout cet aspect de l’image de l’Orient historique – qu’il se rapporte au climat, aux lois, aux faits économiques ou aux coutumes – Voltaire tient essentiellement à informer son lecteur. Il n’en est pas de même quand on aborde le deuxième aspect de cette image, où l’historien s’attaque aux obstacles qui viennent entraver le progrès et qui sont notamment : les religions, les superstitions et l’exploitation du prochain. Voltaire y fait appel aux procédés du polémiste, et voilà que l’ironie acerbe massacre l’adversaire sans merci, transformant l’histoire en champ de bataille.

*

  • 35 Ibid., t. I, "Introduction", XVII, "De l'Inde", p. 61 86

19Contre les religions révélées, l’ennemi le plus redoutable. Voltaire mobilise toutes ses armes, depuis le ridicule par l’absurde jusqu’à l’humour le plus fin. En fait, l’Orient offre l’occasion de mener plusieurs batailles : il a été le berceau des religions les plus pures et aussi celui des plus fanatiques. Voltaire commence par le cas d’une religion idéale, sans dogme, qui sert à souligner tout ce qu’il y a d’insensé dans les religions révélées. C’est la Chine qui lui révèle ce modèle. Confucius y apparaît comme un sage magistrat qui enseigne les anciennes lois. Elles sont comprises dans trois livres, destinés le premier au gouverneur, qui doit passer tous ses jours à se corriger, le second aux hommes nés vertueux (sans péché originel), le troisième aux relations d’amour et de respect entre le gouverneur et ses sujets. Les Chinois rejettent tout ce qui dépasse les limites de la raison, à commencer par la doctrine de l’enfer. Il semble pourtant à Voltaire que la crainte du châtiment éternel est nécessaire à l’équilibre social. La religion chinoise est si parfaite, qu’elle paraît destinée à une terre utopique. Les yeux de Voltaire se dirigent alors vers l’Inde : la transmigration des âmes est un grand frein pour les méchants, le pythagorisme une autre barrière : c’est d’ailleurs « la seule religion au monde qui ait su faire de l’horreur du meurtre une piété filiale et un sentiment religieux »35.

  • 36 Ibid., t. I, XIX "De l'Égypte", p. 75.
  • 37 Ibid., t. I, XLI, "Des Juifs après Moïse, jusqu'à Saul", p. 144.

20Comparés à ces deux religions, dans lesquelles les hommes ne sont pas barbares, le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam semblent décevants. L’Orient est témoin de leur naissance et de leur vie. Voltaire se plaît à reprendre les traits qu’il n’a jamais cessé de lancer contre la nation juive. En tant qu’historien, il dénonce les récits bibliques mensongers ; il feint de vérifier les événements relatés dans l’Ancien Testament. Il fouille dans l’histoire de l’Égypte ancienne pour retrouver les traces de Moïse, traversant la Mer Rouge ; aucun reste de cette armée entière engloutie sous les eaux « élevées comme des montagnes à droite et à gauche pour laisser passer les Hébreux, lesquelles, en retombant, submergèrent les Égyptiens ? C’était assurément le plus grand événement dans l’histoire du monde : comment donc ni Hérodote, ni Manéthon, ni Ératosthène, ni aucun des Grecs si grands amateurs du merveilleux [...] n’ont-ils point parlé de ces miracles qui devaient occuper la mémoire de toutes les générations ? » Voltaire conclut malicieusement : « Dieu ne voulut pas sans doute qu’une histoire si divine nous fût transmise par aucune main profane. »36 Le jeu l’amuse et voilà Josué suspendant le cours du fleuve, Jéricho tombant au son des trompettes, Samson tuant mille Philistins avec une simple mâchoire d’âne... ; et à chaque fois, le récit biblique est démenti par le réel. La seule conclusion logique devient alors : « Ce sont de nouveaux prodiges que Dieu daigne faire en faveur du peuple dont il s’est déclaré le roi ; cela n’est pas du ressort de l’histoire.37

  • 38 Ibid., t. I, XXXIX. "Des Juifs en Égypte ", p. 138.

21En homme d’affaires, Voltaire s’attaque également à la nation juive. Son expérience dans le pays de Gex lui avait appris combien la population périssait en masse, menacée par les épidémies, le manque d’hygiène et la pauvreté. Les Juifs ne semblent pas avoir connu ces fléaux : composée d’une seule famille, cette nation, privilégiée, a produit en deux cent cinq années, un peuple d’environ trois millions de personnes. Pourtant, elle a été persécutée par les Lévites qui égorgent 23.000 Juifs, par les tribus qui en tuent 45.000 etc. Voltaire compte au total 239.020 victimes ! Encore une fois, la même conclusion logique s’impose : « Examinons seulement le peu d’événements qui peuvent être soumis à la critique. »38 Voltaire ne manque pas toutefois de considérer les légendes des Babyloniens et la mythologie grecque, puis de relever les emprunts que les Juifs y ont faits. Il constate que jusqu’au nom même des anges, le rapprochement est évident. Le récit biblique finit par apparaître comme une compilation de légendes et de mensonges.

  • 39 Ibid., t. I, ch. LIII, "De l'Orient du temps des croisades, et de l'état de la Palestine", p. 556.
  • 40 Ibid., t. I, ch. LIV, "De la première croisade jusqu'à la prise de Jérusalem", p. 566.
  • 41 Ibid., t. I, ch. LVI. "De Saladin". p. 580.

22L’histoire des croisades permet au philosophe de mettre en relief sa polémique dirigée contre les religions. Voltaire tient à décrire la Palestine, avant que cette épidémie sacrée ne l’ait contaminée. Il s’attarde sur l’image de la coexistence calme et paisible, des chrétiens et des musulmans, depuis la conquête du pays par Omar et jusqu’avant l’arrivée des croisés. Il souligne ensuite le rôle que joua un visionnaire, Pierre l’ermite, afin de perturber cet équilibre et d’offrir au pape Urbain II un prétexte pour armer la chrétienté contre le mahométisme. Cette cause apparente dissimulait, à son tour, l’ambition du pape de fonder une monarchie universelle. Voltaire n’oublie pas non plus de relever l’habileté d’Urbain II à flatter la vanité des seigneurs féodaux, tout en leur offrant la rémission de tous leurs péchés. Ainsi est dénoncé le rôle joué par les hommes de religion, éveillant le fanatisme et attisant l’enthousiasme. Le polémiste dresse ensuite un parallèle entre deux prises de la ville de Jérusalem : la première fois, Omar s’empara de la ville sainte ; il y entra chargé d’une haire et d’un sac de pénitent, et n’exigea que le tribut de 13 drachmes par tête, « ordonné par le pontife »39, précise Voltaire ; la deuxième, les croisés s’emparèrent de la ville : « Tout ce qui n’était pas chrétien fut massacré [...]. Quelques chrétiens, que les musulmans avaient laissé vivre dans la ville, conduisirent les vainqueurs dans les caves les plus reculées, où les mères se cachaient avec leurs enfants, et rien ne fut épargné. »40 Notons que Voltaire se dresse ici contre ses sources – Claude Fleury et le jésuite Maimbourg – et rejette leur interprétation. L’essentiel, pour lui, est non le fait en lui-même, mais ses conséquences sur l’esprit de l’homme. Désormais, cette contrée allait devenir la terre du fanatisme, où non seulement des chrétiens combattraient des musulmans, mais où les milices chrétiennes des « Templiers », des « Hospitaliers », des moines teutoniques s’entretueraient, et où les musulmans – Turcs, Kurdes, Arabes – n’échapperaient pas à la même folie. Salaheddine rétablit, un temps, l’équilibre. Voltaire s’accroche à son héros et lui attribue toutes les qualités efficaces : il le montre bâtissant des écoles, encourageant le commerce, offrant jusqu’à sa mort l’exemple du chef, puissant et tolérant ; son testament même est digne de toute admiration : Salaheddine laissa des distributions égales d’aumônes aux pauvres musulmans, chrétiens et Juifs « voulant faire entendre, par cette disposition, que tous les hommes sont frères, et que pour les secourir, il ne faut pas s’informer de ce qu’ils croient, mais de ce qu’ils souffrent.41

23À cette lutte que mènent les agents du progrès contre le fanatisme, se rattache un autre combat, aussi violent, contre la superstition. L’histoire de l’Orient en fournit plusieurs exemples. Voltaire cite la superstition des bonzes, qui croient aux esprits malins, aux enchantements et aux miracles ; ils rendent à leur dieu un culte ridicule et consacrent leur temps à des exercices de pénitence atroce, dont le moins pénible consiste à s’asseoir sur des clous ; cette torture leur permet d’atteindre l’extase et d’opérer des miracles ! Voltaire relève également que ces bonzes vendent au peuple la rémission des péchés, soit le même espoir qu’Urbain II fit miroiter devant les yeux de certains croisés et le même – mais transformé en marchandise, qu’on peut échanger à l’aide d’un billet payable au porteur pour l’autre monde – qui continue à exister en plein siècle des Lumières. Les Églises d’Orient engendrèrent elles aussi de nombreuses superstitions, parmi lesquelles on peut citer le culte rendu aux images qui dégénéra vite en abus : lors de la prise de Constantinople par les Turcs, les fidèles étaient si convaincus que ces dessins allaient les défendre, qu’ils se réfugièrent dans la Sainte-Sophie et n’opposèrent aucune résistance ; leur réaction était déclenchée par la logique qu’on leur avait inculquée : on leur avait appris que les prodiges pouvaient se produire, que la nature pouvait violer ses lois, que des métamorphoses pouvaient avoir lieu tous les jours, que les fables pouvaient être vécues. Cette lutte contre la superstition revêt, avec le temps, une grande importance pour Voltaire ; il ne cessera d’écraser l’infâme dans ses articles, ses lettres... Reste que dans un ouvrage historique, le polémiste peut accumuler les exemples, mais n’a pas le droit de trop hausser la voix : le prestige du genre l’exige.

  • 42 Ibid., t. II. ch. CXCIV, "Du Mogol". p. 782-783. 90

24L’histoire des superstitions révèle à Voltaire qu’un intérêt matériel est nécessairement derrière leur naissance et que la crédulité du peuple est derrière leur survie ; si cette dernière est remplacée par l’impuissance, une autre forme du mal apparaît : l’exploitation du prochain. L’Orient l’a bien connue. C’est elle qui a incité les souverains égyptiens à employer leurs sujets à tailler les pierres énormes dans les carrières de la Haute-Égypte, à les embarquer sur des radeaux jusqu’à Memphis, et à bâtir les pyramides ; ces constructions énormes n’étaient pourtant destinées qu’aux Pharaons. Voltaire les a détestées : elles n’ont pas illustré pour lui la grandeur, le progrès scientifique, la puissance du souverain et l’ordre établi, mais la vanité des rois, leur égoïsme, leur despotisme et leur superstition (puisque les Pharaons ont cru à l’Immortalité de l’âme). Dans l’Inde du xviiie siècle, Voltaire puise un autre exemple de l’exploitation du prochain. Il commence par analyser un fait palpable : la disparition dans l’Indoustan de l’or et de l’argent venus de l’Amérique. Il élimine une première possibilité : le peuple, très pauvre et travaillant pour presque rien, ne peut posséder cet or. Il passe à ceux qui détiennent les richesses d’un pays et son pouvoir : l’or « va aux marchands, qui paient des droits immenses aux gouvernements ; ces gouvernements en rendent beaucoup au Grand Mogol, en enfouissent le reste ». Il revient à la classe des démunis pour défendre leur cause, puisqu’aucun secours ne peut leur venir du pays : « La peine des hommes est moins payée que partout ailleurs dans ce pays le plus riche de la terre, parce que dans tout pays le prix des journaliers ne passe guère leur subsistance et leur vêtement (...) Partout la pauvreté sert à peu de frais la richesse. »42 Voltaire, ému, s’exalte ; le polémiste, indigné, prend la place de l’historien : son sens de la justice a été offensé par cette forme du mal, qui entrave le progrès de l’homme : aussi ne faudrait-il pas s’étonner de voir la considération historique se transformer en revendication.

*

25Même dans le domaine de l’histoire, Voltaire éprouve le besoin d’être écouté, pour pouvoir corriger un abus, dénoncer une superstition, renverser un adversaire et, en revanche, propager les Lumières. Il veut être lui aussi un agent du Progrès, comme ces Arabes qui, conscients de leur mission civilisatrice, se sont ouverts sur le monde, et non comme cette nation juive, qui s’imagine favorisée par Dieu et qui s’est repliée sur elle-même. L’histoire de l’Orient illustre cette réalité.

26Pour atteindre ce but, Voltaire anime des contrées qu’il n’a jamais visitées et des temps où il n’a pas vécu. Son tableau, vivant, est vaste et permet d’établir des parallèles entre deux pays différents ou entre deux moments différents dans l’histoire d’un même pays. Les idées y prennent corps, si bien que, souvent, le récit se transforme en drame, avec décor, costumes et dialogues. Voltaire aurait pu se laisser tenter par la peinture des cadres exotiques ou par les descriptions exhaustives. Il a résisté à cette tendance, parce qu’il est convaincu que la véritable tâche de l’historien n’est pas de raconter les événements mais de les déchiffrer. C’est dans ce sens que l’Orient historique chez Voltaire apparaît comme une tentative pour comprendre l’Autre.

***

Ouvrages consultés

Œuvres historiques de Voltaire

  • Histoire de Charles xii, Paris, Garnier-Flammarion, 1968.

  • Essai sur les mœurs, éd. de R Pomeau, Paris, Garnier, 1963, (2 t.).

Ouvrages sur Voltaire

  • Brumfitt (J.H.), Voltaire historian, Oxford University Press, 1958.

  • Cassirer (Ernst), La philosophie des Lumières, Paris, Fayard, 1970.

  • Hadidi (DJawâd), Voltaire et l’Islam, Paris, P.U.F., 1974.

  • Pomeau (René), La religion de Voltaire. Paris, Nizet, nouvelle éd., 1969.

Notes

1 Cf. René POMEAU, La religion de Voltaire, chap. II, "Sur la pente du molinisme", pp. 38-75.

2 Best. 1821. II, p. 873. Voltaire reprend la même idée dans "l'Avant-propos" adressé à Madame du Châtelet : « Vous voulez enfin surmonter le dégoût que vous cause l'Histoire moderne, depuis la décadence de l'empire romain, et prendre une idée générale des nattons qui habitent et qui désolent la terre. Vous ne cherchez dans cette immensité que ce qui mérite d'être connu de vous : l'esprit, les mœurs, les usages des nations principales, appuyés des faits qu'il n'est pas permis d'ignorer. » Cf. Essai sur les mœurs, "Avant-propos", p. 197.

3 Ibid., p. 197.

4 Ibid., "Introduction", p. 3

5 Ibid., "Avant-propos", loc. cit.

6 Cf. René POMEAU, ibid., et notes ajoutées à l'Essai sur les mœurs ; cf. également J.H. BRUMFITT, Voltaire historian et Djawâd HADIDI. Voltaire et l'Islam.

7 MONTESQUIEU. L'esprit des lois, livre II. ch. IV et V, p. 21-22.

8 Essai sur les mœurs, t. I, ch. LIII, "De l'Orient au temps des croisades, et de l'état de la Palestine", p. 556.

9 Ibid., t. I, ch. LX, De l'Orient et de Gengis kan", p. 605.

10 Ibid., t. I, p. 613.

11 Ibid., t. I, ch. VI, "De l'Arabie et de Mahomet", p. 264.

12 Ibid., t. I, ch. CLIX. "De l'Empire ottoman au xvie siècle", p. 416.

13 Ibid., t. I, ch. I, "De la Chine", p. 216.

14 Cf. Histoire de Charles XII. p. 145 et 156.

15 Essai sur les mœurs, t. I, ch. VI, "De l'Arabie et de Mahomet", p. 262.

16 Ibid., t. I, ch. VII. "De l'Alcoran et de la loi musulmane", p. 273.

17 Cf. Histoire de Charles XII. p. 205.

18 Ibid., p. 166.

19 Ibid., p. 156-157.

20 Essai sur les mœurs, t. II, ch. CLIX, "De l'empire ottoman au xvie siècle", p. 418.

21 Ibid., t. II. j. 419.

22 Ibid., t. II, p. 420.

23 Ibid., t. I, ch. I, "De la Chine", p. 212.

24 Ibid., t. I, ch. XIX, "Suite des usages du temps de Charlemagne. Commerce, finances, sciences", p. 348.

25 Ibid., t.I. ch. I. "De la Chine", p. 212.

26 Ibid., t. II, ch. CXC1II, "De la Perse, de ses mœurs, de sa dernière révolution, et de Thamas Kouli-Kan. ou Sha-Nadir", p. 772-773.

27 Ibid., t. I, "Introduction", X, "Des Chaldéens", p. 36.

28 Ibid., t. I, ch. VI, "De l'Arabie et de Mahomet", p. 264.

29 Ibid., t. I, p. 268.

30 Ibid., t. I, ch. V, 'De la Perse et du Sadder", p. 252.

31 Ibid., t. II, ch. CXCIII, "De la Perse, de ses mœurs p. 773.

32 Ibid., p. 772.

33 Ibid., t. I, ch. III, Des Indes", p. 234-235.

34 Ibid., t. I, ch. LX, De l'Orient et de Gengis-kan", p. 661.

35 Ibid., t. I, "Introduction", XVII, "De l'Inde", p. 61 86

36 Ibid., t. I, XIX "De l'Égypte", p. 75.

37 Ibid., t. I, XLI, "Des Juifs après Moïse, jusqu'à Saul", p. 144.

38 Ibid., t. I, XXXIX. "Des Juifs en Égypte ", p. 138.

39 Ibid., t. I, ch. LIII, "De l'Orient du temps des croisades, et de l'état de la Palestine", p. 556.

40 Ibid., t. I, ch. LIV, "De la première croisade jusqu'à la prise de Jérusalem", p. 566.

41 Ibid., t. I, ch. LVI. "De Saladin". p. 580.

42 Ibid., t. II. ch. CXCIV, "Du Mogol". p. 782-783. 90

Auteur

Professeur à l'université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable