Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Conclusion

Texte intégral

1L’enseignement de l’histoire préislamique occupe en Égypte une part très limitée des programmes. De 1952 à 1968, l’histoire antique est présente dans chacun des trois cycles d’enseignement mais en 1968 elle disparaît du cycle secondaire. Depuis cette date, c’est donc seulement dans les cycles primaire et préparatoire qu’elle est enseignée, ce qui réduit considérablement la portée de son étude, en raison du jeune âge des élèves.

2Dans les manuels qui y sont consacrés, l’histoire ancienne procède souvent à un examen de l’actualité à la lumière de faits antiques. Ainsi de 1952 à 1984 peut-on distinguer trois grandes phases correspondant d’assez près à trois moments de la politique égyptienne.

1° - 1952/1958 :

3Les manuels présentent une vue très nationaliste de l’Égypte, précurseur dans tous les domaines, au sein d’un monde attardé. L’Égypte peut être conquérante et soumettre des peuples de son voisinage. L’accent est mis sur la nécessité d’union nationale face aux périls extérieurs.

4Historiquement, ces années sont celles de la mise en place du régime nassérien qui ne possède pas encore d’idéologie bien précise. Après Bandoeng, la nationalisation du canal de Suez et « l’agression tripartite » sur Port-Saïd, l’image de Nasser se modifie et le Tiers Monde comme le monde arabe vont voir en lui un leader de poids international. Sa politique va alors s’ouvrir en direction du monde arabe, élément déterminant des manuels de la deuxième phase.

2° - 1958/1973 :

5Le monde arabe est un tout, que les manuels abordent globalement avant de s’intéresser aux entités territoriales plus réduites que sont l’Égypte, la Syrie, l’Arabie, la Mésopotamie. L’accent est mis sur les points communs unissant toutes ces régions qui sont présentées comme des éléments de la « civilisation de la patrie arabe ancienne ». L’expansion territoriale de l’Égypte est vue comme la réalisation de la volonté « d’unir les peuples de la patrie arabe ancienne ». Akhenaton, les prophètes, le Christ, Alexandre le Grand, la reine de Palmyre Zénobie, et « les peuples des deux provinces » sont mis à contribution pour justifier la fusion syro-égyptienne. Quelques années après son échec (vers 1965) ces arguments disparaîtront mais les passages à la gloire de l’unité arabe persistent.

6La présentation des rapports égypto-libyens varie elle aussi en fonction des variations de la politique extérieure menée par Kadhafi.

7Durant ces quinze années, l’objectif prioritaire déclaré était la réalisation de l’unité arabe, même si, après la guerre de 1967 elle apparut de plus en plus difficile à réaliser. Les manuels suivent cette tendance, mais, après la guerre de Ramadan (octobre 1973) se dessine un nouveau retour vers l’Égypte.

3° - Depuis 1973 :

8Le slogan d’Anwar al-Sadate, « l’Égypte d’abord » s’applique aussi aux manuels d’histoire ancienne qui étudient l’Égypte en priorité et beaucoup plus précisément que durant la phase précédente. De brefs passages aux « autres régions de la patrie arabe » persistent, mais sont relégués en fin d’ouvrage.

9Ce maintien correspond tout à fait à la politique extérieure de Sadate qui pensait favoriser l’Égypte en signant un traité avec l’ennemi des Arabes tout en déclarant son attachement indéfectible à la cause arabe.

10Parallèlement à cette évolution, des constantes doivent être signalées. En premier lieu, le nationalisme qui, égyptien ou arabe, s’exprime au moyen de quelques thèmes variant peu de 1952 à 1984 :

  • le rôle pionnier des ancêtres qui ont TOUT inventé et ont transmis le fruit de leurs actions aux autres ;

  • leur sens de l’effort, leur opiniâtreté face aux problèmes qu’ils durent affronter ;

  • le bien fondé de leurs systèmes politiques, juridiques, sociaux et moraux ;

  • la diminution du prestige des civilisations « non arabes » avec lesquels ils furent en contact (Hébreux, Grecs, Romains).

11Voisinant souvent avec ce nationalisme, au point qu’il est impossible à la lecture des manuels de distinguer arabisme d’islamisme, la religiosité imprègne la plupart des ouvrages. L’arabe, langue du Coran, est avant tout une langue religieuse qui permet de relier certains faits à des concepts religieux. Ainsi les efforts et batailles des Égyptiens sont-ils souvent assimilés au jihad, la guerre sainte. Parfois, même les ennemis sont décrits comme étant « guidés par le démon ». Tout ceci contribue à montrer de façon implicite mais indubitable, que Dieu soutient les Égyptiens depuis les temps les plus anciens. Parler de la religion égyptienne antique est une tâche ardue et délicate en raison de l’importance accordée par les musulmans à l’unicité divine. La présentation de l’histoire chrétienne est, elle aussi, musulmane : la vie du Christ et son message ne sont rapportés que selon les croyances musulmanes.

12C’est encore dans le cadre religieux qu’il faudrait se situer pour tenter de définir l’approche historiographique de la plupart des manuels. Ces ouvrages sont en effet impossibles à classer dans les catégories définies en Occident (histoire positiviste, marxiste ou « Nouvelle Histoire »). De rares manuels utilisent un vocabulaire marxiste, cette tendance n’allant pas au-delà : aucun ne décrit la société égyptienne selon les conceptions marxistes (« monarchie hydraulique »).

13L’élément dominant, décelable à la lecture suivie de plusieurs livres et dont il est difficile de rendre compte par des citations est de nature religieuse. Il se fait l’écho d’une pensée très répandue en Égypte selon laquelle « Dieu aime l’Égypte ». Ainsi de nombreux manuels (même du Secondaire) présentent-ils certains grands rois comme envoyés par Dieu.

14Remarquons enfin que l’Histoire ancienne racontée dans les manuels est dans son écriture, spécifiquement égyptienne : si l’égyptologie est une science avant tout occidentale, les auteurs de manuels en donnent une vue originale, qui répond à d’autres impératifs.

***

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540